Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XIII. La messe, cérémonie centrale du culte, et son environnement

Texte intégral

  • 1 Sur le problème de la messe, voir notamment H. Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux (...)
  • 2 Rappelons qu’en France les réformés font grand bruit avec « l’affaire des placards » attaquant préc (...)
  • 3 A.G.R. Bruxelles, Audience, 1734/2 ; nous publions en annexes du chapitre VIII des extraits de ce t (...)
  • 4 Le comte d’Egmont, Jean de Morbecque gouverneur d’Aire-sur-la-Lys, le baron de Rassenghien mentionn (...)
  • 5 Corr. de Marguerite de Parme, t. VI, p. 129-132.

1La messe, cérémonie centrale du culte catholique avait vu converger vers elle les attaques des réformés1. Ceux-ci s’en étaient pris non seulement à la langue latine, à la pompe du décor et des cérémonies, mais à son essence même en niant qu’elle était le renouvellement du sacrifice du Christ sur la croix, son caractère propitiatoire et le pouvoir du prêtre de transformer le pain et le vin en corps et sang de Jésus-Christ lors de la consécration. La messe est au cœur du conflit entre la Réforme et l’Église romaine, parce qu’elle est un condensé des croyances fondamentales du catholicisme et l’expression publique de celles-ci2. Lors de la farce de Mouvaux, qui s’était déroulée en 1563 à quelques lieues de Lille, les spectateurs acquis aux idées nouvelles criaient que le dernier coup de la messe avait sonné3. Dans les bourgs et les villages de Flandre contrôlés par les calvinistes en 1566, elle avait été supprimée4 ; le ministre Cornille de Lezennes n’avait pas caché sa volonté de l’éradiquer lors du prêche tenu à Templeuve dans la châtellenie de Lille : « Fera ce qu’un homme n’at jamais faict en Pais-Bas, qui est d’extirper totalement l’église et la messe, de sorte que quelconque la vouldrat ouïr s’en irat en Espagne »5. On sait que le résultat fut tout différent et que l’aventure finit tragiquement pour les protestants des provinces méridionales des Pays-Bas.

  • 6 Concile de Trente, Sess. XXII. Toute l’importance de ce texte est soulignée par P. Chaunu, dans Égl (...)
  • 7 « Preces autem quas canonicas vocamus, secundum ritum et usum in Ecclesia romana jussu Pii quinti P (...)
  • 8 Cousin dans son Histoire de Tournai, op. cit. t. II, p. 320, explique que l’adoption du rit romain (...)

2Face à cette attaque en règle, le Concile de Trente avait solennellement rappelé les positions catholiques et précisé le sens de la messe6. Le pape Pie V, conformément à la mission que lui avait confiée le Concile, en avait fixé la forme en publiant le Missel romain en 1570. Celui-ci est adopté dans nos provinces, à de rares exceptions près, comme le demandent le synode de Tournai de 1574 et le concile provincial de Cambrai de 15867. Cette introduction du rit romain dans le diocèse de Tournai a d’ailleurs été facilitée par la destruction des anciens livres lors de la crise iconoclaste ; on ne trouvait en général à racheter que « ceux de l’usage de Rome »8.

I) « Dimanches et festes, messes oyras pensant à Dieu soigneusement »9

  • 9 L’Institution de la messe avec la déclaration de ses cérémonies par Géry l’Espagnol, docteur en thé (...)
  • 10 Voir la 3e partie du chapitre VIII.
  • 11 Gery l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 33.
  • 12 Nous publions en annexes de ce chapitre celles figurant dans le synode de Tournai de 1600, Tit. IV, (...)
  • 13 En 1679, Gilbert de Choiseul abolit les demi-fêtes de Saint-Marc et Saint-Luc, et l’obligation d’as (...)
  • 14 Syn. de Tournai, 1589, Tit. IV, cap. 1 et 2, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. p. 230-231
  • 15 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 197.
  • 16 Voir le chapitre XV consacré à la charité.

3L’Église ordonnait à tous les catholiques d’assister à la messe le dimanche et les jours de fête ; ceux qui n’obéissaient pas à ce commandement non seulement étaient en infraction avec la loi de l’Église mais étaient ouvertement suspectés d’être des adeptes de la religion réformée10. Aux tenants d’une religion « en esprit » qui se seraient volontiers satisfaits « d’un sacrifice intérieur et spirituel », le curé d’Armentières, Géry l’Espagnol fait observer « que nous sommes composez de l’âme et du corps ; aussi convient-il qu’avec les sacrifices intérieurs nous ayons quelque sacrifice extérieur, pour exercer la noble vertu de religion, conformément à nostre nature »11. Il est vrai que le respect de ce commandement entraîne, à l’époque, l’assistance obligatoire à près d’une centaine de messes chaque année, puisqu’aux 52 dimanches s’ajoutent alors 47 fêtes ou demi-fêtes chômées dont les synodes diocésains ou le Manuale pastorum précisent la liste12. Leur nombre sera légèrement réduit, sous Louis XIV, par l’évêque Gilbert de Choiseul13. Les statuts synodaux prescrivent aux curés de déférer devant l’official les paroissiens qui manquent la messe trois dimanches de suite sans raison valable et ils demandent aux autorités civiles de leur prêter leur concours pour contraindre les réfractaires à y venir14. Cependant il n’était guère possible à Lille de contrôler dans le détail les absences, comme cela pouvait se faire dans un village, ne serait-ce qu’en raison de la multiplicité des lieux de culte. Or, comme le rappelle Jean Huchon, « toute sorte de messe est bastante pour satisfaire à la rigueur de ce commandement »15. Le Magistrat, comme nous le verrons, s’efforçait avant tout d’empêcher que des habitants se livrent au commerce ou s’adonnent aux jeux pendant les offices. Mais il s’en fallait de beaucoup que ces prescriptions soient observées à la lettre, surtout à partir de 1636, lorsque la vie de la cité est profondément perturbée par le conflit franco-espagnol. Jean Huchon reconnaît qu’il y a des défaillances et il tempère l’ardeur de certains de ses confrères qui souhaiteraient rendre obligatoire l’assistance à la grand-messe paroissiale, car, « veu que plusieurs Chrestiens osent bien manquer à une basse messe… que seroient-ils s’ils estoiens obligez à une messe solennelle ». On ne peut évidemment mesurer l’importance quantitative de ces manquements, qui sont vraisemblablement surtout le fait de la population que nous avons qualifiée « d’instable ». On peut néanmoins supposer qu’ils restent relativement limités, dans la mesure où tous ceux qui prétendaient bénéficier d’une mesure d’assistance devaient être connus des curés, des religieux, des « caritables », des administrateurs de confréries16.

  • 17 La bulle de Clément VIII est traduite et publiée dans l’ouvrage de François de le Tombe, Le Paroiss (...)

4Le grand sujet de préoccupation pour les curés de Lille, comme pour beaucoup d’autres, est le problème posé par la « désertion » de leurs églises par de nombreux fidèles issus des strates supérieures et médianes de la société lesquels préfèrent assister à la messe dans les églises conventuelles. Le problème s’était déjà posé au Moyen Âge lors de l’arrivée massive des Franciscains, des Dominicains et des Carmes dans les villes. À la fin du XVIe siècle, lorque les Capucins et les Jésuites viennent s’y ajouter, l’évêque d’Arras, approuvé par l’archevêque de Cambrai, avait interdit aux habitants de Douai d’assister à la messe dominicale ailleurs que dans leur église paroissiale. Clément VIII, dans une bulle adressée au nonce, avait considéré que les deux prélats « sans avoir pris advis du Siège apostolique, avaient tiré cette affaire en débat et aussi en jugement abusivement ». Le pape avait rappelé solennellement « qu’il est licite aux séculiers et à tous fidelles de Jésus-Christ de librement ouyr les messes ès jours de dimanches et autres festes solennelles ès églises, tant des Frères prescheurs que d’autres mendians, et aussi du collège de Jésus… moyennant qu’ils ne le fassent point en mespris des églises paroissiales »17.

  • 18 De J.P. Camus, évêque de Belley puis vicaire général à Rouen, on peut citer parmi les ouvrages de c (...)
  • 19 A.S. Vaticano, F.S. Cong. Concilio, V.L. Tournai, 1631.
  • 20 N. Calcan, Manifeste... op. cit. Cet auteur s’en prend essentiellement aux religieux pour le problè (...)
  • 21 F. De le Tombe, Le paroissien... op. cit. p. 4.
  • 22 F. De le Tombe déplore d’autant ce mépris des pasteurs que ceux-ci sont « très scavans et graduez e (...)
  • 23 N. Calcan, Manifeste... op. cit. Epitre dédicatoire à l’évêque.
  • 24 Sur ces problèmes et les liens avec le richérisme, voir les travaux de R. Taveneaux, notamment « Cu (...)
  • 25 De le Tombe, op. cit., p. 163.

5La polémique rebondit à l’époque même où en France J.P. Camus se déchaîne sur le même thème18. Il est vrai qu’entre 1590 et 1630 de nouveaux lieux de culte ne cessent de s’ouvrir dans les couvents qui se créent. En 1631, l’évêque de Tournai, Maximilien Villain de Gand, soulève le problème dans son rapport de visite ad limina19. En 1634, François de le Tombe, curé de Saint-Quentin à Tournai, puis en 1646, Nicolas Calcan, curé de Saint-Étienne à Lille prennent la plume pour soutenir leur évêque car « la cause des pasteurs, Monseigneur, est conjoincte à la vostre, comme estant constitués vos vicaires et coadjudteurs »20. Ils souhaitent également, « par ce petit service, donner quelque soulas à Messieurs les pasteurs affligez de la désolation de leurs paroisses »21. Tous deux dépeignent des églises délaissées, voire désertées, « d’où s’ensuit infailliblement, principalement en ces Pays-Bas cy-devant tant affectionnez à leurs paroisses et à la dévotion, le mespris que l’on voit aujourd’huy de Messieurs les pasteurs »22. Pour Nicolas Calcan, la vocation de ceux qui ont la cure des âmes est ainsi « ravalée »23, phrases révélatrices du malaise qui règne chez les prêtres séculiers les mieux formés qui souffrent d’être traités en inférieurs et de se voir préférer les religieux. Cet état d’esprit ira en s’accentuant et explique partiellement le succès que rencontrera le jansénisme à la fin du siècle24. Ces deux curés s’inquiètent également de la scission qui s’opère ainsi de facto parmi les fidèles ; bourgeois et maîtres-artisans, filles et femmes pieuses ont tendance à aller suivre les offices dans les couvents et abandonnent l’église paroissiale aux plus démunis. En se conduisant ainsi, les premiers ne lèsent-ils pas gravement les seconds ? « Je demande icy si les pauvres n’ont pas prou de sujet de se plaindre de ceux qui semblent vouloir prendre tasche de rendre les paroisses désertes ? », puisque les quêtes destinées à les aider ne produisent plus rien25. Ceci a également de fâcheuses conséquences pour l’entretien des bâtiments et l’amélioration du décor ; or les fidèles sont attirés par la beauté et la qualité des cérémonies organisées par les religieux.

  • 26 Ibidem, p. 107 ; La saisie du livre est ordonnée le 14 août 1634 ; A.G.R. Bruxelles, Cons. privé es (...)

6Mais par-dessus tout, selon les témoignages de l’époque, les fidèles courent vers les églises conventuelles parce qu’ils peuvent y gagner de nombreuses indulgences plénières. Il y a celles attachées au Rosaire chez les Dominicains, au « cordon Saint François » chez les Franciscains, au scapulaire chez les Carmes, etc. Bref, « il arrive qu’ès bonnes villes, à grand-peine reste-t-il aucun dimanche en toute l’année, ou nul pour tout, sans indulgence plénière ; de sorte que le peuple pour gaigner telles indulgences se laisse bien légèrement emporter à quitter la paroisse pour se transporter aux autres places ». Pour François de le Tombe il faut tenir compte « de l’estat et du naturel des peuples de ces Pays-Bas et de Flandres » et en conséquence ordonner que « les indulgences chez les réguliers ne puissent être gagnées que si [les fidèles] ont écouté au préalable la messe dans leur église paroissiale ». Non seulement sa proposition n’est pas retenue, mais son livre, qui avait pourtant reçu l’approbation du vicaire général Jean Boucher, est condamné à être saisi26.

  • 27 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 206 et 213.
  • 28 Ibidem... p. 201.

7L’année suivante, Jean Huchon, curé de Saint-Sauveur, reprend le problème dans son Flambeau des chrétiens, mais s’attache à le dédramatiser. Pour lui, « cette corde délicate a été touchée par quelques autheurs modernes avec des tonnerres d’obligation », sans produire grand résultat. Il désire aborder le sujet « d’un air apostolique, sans aucune passion qui en ces matières sont souvent dominantes ». Les privilèges des religieux ne doivent pas être remis en cause, car ils « leur ont esté accordez par les Papes, non pour troubler la hiérarchie ecclésiastique, ains pour la maintenir, pour assister et soulager les curez, ce qu’ils font par la grâce de Dieu avec diligence et fruict spirituel par les confessions, communions et prédications qu’ils ont, tant chez eux qu’aux églises paroissiales ». Si les curés veulent conserver leurs ouailles, qu’ils les prennent d’abord pour modèle. « Vivons bien et exemplairement, efforçons-nous d’imiter, et par un sainct zèle émuler, les saincts et vertueux religieux… Ornons bien nos églises paroissiales comme ils font ; faisons des sermons scavans et dévotieux pour bien instruire et édifier nos paroisses, cultivans leurs âmes le plus charitablement que pouvons. Faisons tout avec ordre en nos églises, mettons nos intérests en arrière, et je vous jure que nos églises seront hantées comme les conventuelles »27. Et puisque les Lillois, comme les autres habitants des Pays-Bas, sont attirés par les indulgences, qu’on les informe mieux sur celles qu’ils peuvent gagner dans leur église paroissiale. Le 24 août 1633, l’évêque de Tournai a décidé que « tous paroissiens qui entendront, tant festes que dimanches, la prédication en leurs églises paroissialles, ou bien la grand Messe paroissialle, ou les Vespres tans ordinaires que les Vespres du très auguste et vénérable Saint-Sacrement en leurs paroisses, à chasque fois gaigneront 40 jours de vrays pardons ». Le curé de Saint-Sauveur a « une pointe et esguillon plus puissant pour semoncer les paroissiens à la hantise de leur paroisse, au moins, .. .le premier dimanche de chasque mois », à savoir la mise en application de la bulle donnée par Grégoire XIII le 28 mars 1583 et confirmée par Paul V, à l’instance de l’archevêque de Cambrai. Celle-ci accorde une indulgence plénière à tous ceux qui jeûneront « dévotement le jour précédent les processions solennelles ordonnées par l’Ordinaire du lieu, comme en ceste ville de Lille sont tous les samedis du premier dimanche de chasque mois ausquels se font les dites processions ès églises paroissiales », qui se confesseront, communieront, entendront la messe et seront présents à la procession, en priant aux intentions de l’Église. Surtout, pour Jean Huchon, la coopération entre les réguliers et les séculiers doit l’emporter sur la rivalité, car les uns et les autres travaillent pour la même grande cause. « Croyez-moi, lorsque nous aurons ceste mutuelle intelligence ensemble, tous débats contentieux cesseront, toutes les pointillés de grandeur et honneur imaginaires seront mises de part et d’autre au pied du Crucifix… Ne servons-nous pas au mesme maistre Jésus-Christ qui est amateur de paix ? »28, Langage apostolique effectivement, qui reflète bien finalement l’état d’esprit qui régnait à Lille où, par une saine émulation, qui pouvait devenir vive en certaines circonstances, les uns et les autres coopéraient à faire progresser la christianisation.

II) Déroulement de la messe et comportements des fidèles

8Comment se déroulait concrètement la messe ? Quelles étaient les attitudes des fidèles pendant celle-ci ? Comment y « participaient-ils ? », autant de questions délicates auxquelles il est bien difficile d’apporter des réponses précises.

  • 29 « Horam praescriptam singulis parochis per statutum ipsius concili provincialis, ad celebrandum mis (...)

9Le concile provincial de Cambrai de 1586 fixe à 8 h en été et à 9 h en hiver la grand-messe dans les paroisses rurales ; si une messe pouvait être dite par un autre prêtre, elle devait avoir lieu à 6 h en été et à 7 h en hiver. Mais en ville il en allait autrement puisque les messes ne manquaient pas. Il semble que dans les paroisses lilloises la grand-messe chantée était fixée à 9 h en été et 10 h en hiver29.

  • 30 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 199-200.
  • 31 A.D.N., 16 G 1215, 1651.

10Prières, recommandations et prédication précédaient la messe proprement dite. En effet, Jean Huchon demande que les curés annoncent les jours de jeûne et d’obligations « non seulement en forme de prédication, ains en manière de catéchisme, pour estre mieux entendu du menu peuple » et il ajoute : « outre ceste doctrine les pasteurs font advertence et mandement chasque dimanche de l’an de ce qu’il faut observer durant la semaine, ou avant la messe paroissiale, comme est practiqué en ceste ville de Lille, ou au milieu d’icelle à l’offertoire, ou après l’Évangile, selon les rubriques du Missel Romain »30. Nous en trouvons confirmation dans le texte d’une plainte que les paroissiens de Saint-Sauveur adressent à l’évêque de Tournai en 1651 contre Pierre Salmon auquel ils reprochent d’être souvent « demi quart d’heure après le Kirie eleison avant s’en mettre à l’autel »31.

  • 32 Manuale pastorum..., éd. 1625, p. CLXIII.

11Nous connaissons la teneur des « Exhortationes et preces dominicales » qui ouvraient la cérémonie grâce au Manuale pastorum qui prescrit aux curés la conduite qu’ils doivent tenir en la matière. Elles doivent être particulièrement développées le premier dimanche de chaque mois, jour où l’affluence est plus grande en raison des indulgences qu’on peut gagner. Le prêtre est invité tout d’abord à souligner l’importance de la messe. « Peuple chrestien, nous sommes assemblez… premièrement pour adorer le Seigneur Dieu tout puissant et le remercier… qu’il nous a appelé gratuitement sans aucun nostre mérite à la Foy et Religion catholicque. Secondement, c’est pour luy demander humblement pardon de toutes les fautes et péchez qu’avons commis ; en troisième lieu pour le prier qu’il lui plaise nous donner tout ce qui est besoing et nécessaire, tant pour la vie spirituelle et corporelle ». Le prêtre rappelle ensuite que seul le « sainct sacrifice de la Messe était digne de sa Grandeur » et qu’en conséquence il faut lui présenter « ceste très saincte et très digne hostie avec toute la révérence et dévotion qui nous est possible ». Puis viennent les traditionnelles prières « pour la paix, conservation et accroissement d’icelle, pour l’extirpation des hérésies et conversion des infidèles ». Les paroissiens étaient invités à prier pour le pape, « pour l’evesque de Tournay et tous autres prélats et pasteurs qui ont charge d’âmes : à ce qu’il plaise à Dieu leur faire la grâce de tellement enseigner le peuple et s’acquitter de leur charge qu’eux et leurs troupeaux puissent heureusement parvenir à la vie éternelle ». Ils priaient pareillement, « pour le Roy catholicque, que Dieu lui donne force et sapience, pour deffendre la Sainct Église, dompter les rebelles et tellement gouverner ces Provinces, que puissions vivre en bonne paix soubs son obéyssance » ; ensuite pour le gouverneur, les membres du Magistrat, les bienfaiteurs des églises et des hôpitaux, pour les malades. « Plus, nous prierons pour marchands, laboureurs, artisans et généralement pour tous estats : que Dieu donne à chacun si bien s’acquitter de sa vocation, qu’ils puissent enfin heureusement parvenir au royaume céleste »32. Après les Pater, Ave et oraisons récitées à ces intentions, le curé demandait à l’assistance de « prier pour toutes les âmes des fidèles trépassez détenues au feu de Purgatoire, spécialement de nos parens, amis, bien faicteurs, de ceux dont nous célébrerons ceste semaine les obits ».

  • 33 Ibidem, p. CLXVII.

12Les autres dimanches du mois le prêtre devait être plus concis, mais maintenir intégralement la recommandation des morts33.

  • 34 Ibidem, « leur commandans de sortir pendant que se fera le sainct service de la Messe », ce qui est (...)

13Venait ensuite la proclamation des fêtes, des jours de jeûne et d’abstinence, des messes privées, des obits, des bans de mariage. Puis, selon la tradition, le curé dénonçait les excommuniés, notamment les « sorciers, devins, lieurs d’esguilettes et autres usans de superstitions et arts diaboliques, ainsi que les usuriers publicqs et faux dismeurs » et il leur ordonnait de quitter l’église, s’ils étaient présents34.

  • 35 En 1630 par exemple, prêchent à Saint-Étienne le Père Bernard, Augustin ; à Saint-Maurice, le Père (...)
  • 36 En 1632, « Messieurs ont résolu de ne faire ceste année le disner des prédicateurs... et que la som (...)
  • 37 Le Magistrat, par exemple, se montre généreux au début du siècle avec le Père P. Doray, dominicain, (...)
  • 38 L’ordre qui prêchait à Saint-Sauveur, paroisse populaire habitée majoritairement par des pauvres, a (...)
  • 39 Voir infra, chap. XVI. Un rapport du doyen N. Lambert en 1640, A.C. Tournai, montre que les curés l (...)
  • 40 A.D.N., 127 H 62 ; gros dossier sur ce problème en français et en latin.
  • 41 Les Dominicains, en 1651, par mesure de rétorsion commencèrent à prêcher l’Avent dans leur propre é (...)
  • 42 A.C. Tournai, Reg. 411.

14Commençait alors, vers 8 h en été, la prédication qui était assurée par un religieux et qui durait en moyenne une heure. Les Dominicains, les Récollets, les Capucins auxquels se joignent les Augustins en 1630 se partagent chaque année ce ministère, ainsi que la station d’Avent et de Carême pendant lesquels ils assurent un sermon quotidien le matin de 8 h à 9 h. Chaque année ils changent de paroisse selon un « tour » minutieusement organisé35. Les Jésuites sont les prédicateurs attitrés de la collégiale. Le Magistrat récompense les prédicateurs en leur offrant un banquet annuel36, ou des gratifications exceptionnelles37 ; il les autorise également à quêter dans la paroisse où ils ont la station38. En 1639, l’évêque interdit désormais aux Dominicains d’assurer à leur tour les prédications dans les églises paroissiales, en raison du différend qui les oppose aux curés à propos des services funèbres des paroissiens qui se font enterrer dans leur couvent39. Le Conseil privé, saisi par les Dominicains, fait observer que cette décision porte un grave préjudice à ceux-ci, « comme s’ils estoient moins convenables à enseigner le peuple par leurs vies et doctrines et de procurer le salut des âmes que les aultres religieux » ; un « changement aussi extraordinaire » n’était pas motivé par « le service de Dieu et bien du peuple »40. Cette haute juridiction interdit de faire appel à un religieux d’un autre ordre pour les remplacer, mais ne peut évidemment empêcher que les curés prêchent eux-mêmes, ce qu’ils font. Ce conflit, qui quinze ans après dure toujours, provoque de multiples incidents dans les églises41. Ajoutons qu’à cette prédication s’en ajoutait une autre après la messe, à Saint-Étienne et à Saint-Maurice au moins, en vertu de fondations particulières, et qui était confiée précisément aux Dominicains42.

  • 43 Jean de Viguerie, « La dévotion populaire à la messe dans la France des XVIIe et XVIIIe siècle », i (...)
  • 44 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 17 vo, 1618. Nous savons par la même source, F° 60, q (...)
  • 45 A.M.L., Reg. O.M. No 379, F° 200, 10 avril 1523.
  • 46 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, F° 73 vo ; art. 11 de la liste des charges du bailli.

15Ensuite venait l’aspersion de l’eau bénite et la messe proprement dite commençait. Peut-on savoir « ce que font les fidèles pendant la messe, de quelle « manière » et dans quelles dispositions ils y assistent »43 ? On ne peut se représenter, dans les églises paroissiales tout au moins, une foule ordonnée et bien recueillie. Les marguilliers, les « pauvrieurs », les administrateurs de chapelles et de confréries sont installés dans leur « buffet », sortes de grands bancs à dossier fermés par des portes munies de serrures. Des fidèles sont assis sur des chaises qui leur sont nominalement attribuées. Ainsi à Saint-Étienne, en 1618, Marie Despretz, veuve de Pierre Salengre se voit confirmée, « sa vie durante la jouissance du siège retourné à son prouffict par le trespas de la vesve de Lambert Salengre, séant ledict siège proche la chapelle des 10.000 martyrs, du costé de la chapelle de Mr Sainct Jacques, reprins au registre des sièges Fo 208, moyennant une nappe avec une bordure pour servir au grand autel ès jours sollempnels »44. D’autres étaient louées à chaque office par des « chaieresses » auxquelles étaient attribuées, par contrat, une partie nettement définie de l’espace ecclésial. Il est probable que les paroissiens ne sont plus autorisés à apporter leur propre siège comme ils le faisaient encore en 1523 lorsqu’une ordonnance échevinale dénonçait « les inconvénients survenus… à raison des chayères et scabelles que les festes, dimanches et aultres jours l’on apporte ès églises… au moien desquelles pluisieurs ont à nagaire esté bleschiez et sont menez noises et questions, en irrévérence et mesprisement du service divin »45. Enfin d’autres personnes se tenaient debout ; le « batteleur » était chargé d’empêcher les désordres provoqués par « l’insollence des pauvres estans aux portaulx et allans avant ladite église ». Quant au « bailli », il était « obligé tous les dimanches, à grandes messes, vespres et à touttes offices solemnels de demeurer au cœur pour avoir esgard qu’il n’y eut confusion et y chasser les enfans insolens ».46

  • 47 « Deambulationes in templis non tantum tempore Divini officii, sed etiam extra illud prohibemus. It (...)
  • 48 « Abbrégé des péchés les plus communs » dans Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 161 ; Manuale (...)
  • 49 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 196.
  • 50 A.D.N., 16 G 423, 1611, latin. Ce document est un des seuls procès verbaux de visite pastorale d’un (...)

16Les statuts synodaux de 1589 et 1600 interdisent les déplacements intempestifs qui se produisent même pendant les offices, les bavardages qui ne sont pas de mise dans une maison de prières et qui « offenses la Majesté divine »47. On demande expressément à ceux qui « en l’église ont volontairement empesché la dévotion des aultres, pour caqueter, parler sans nécessité, laisser crier un enfant » de s’en accuser en confession48. Certains d’ailleurs profitent de la messe précisément pour se confesser, puisque Jean Huchon leur recommande de ne pas s’attarder, mais uniquement de dire ce qui est « nécessaire à l’intégrité de leur confession, remettans autres conférences spirituelles à autre occasion »49. Nul doute que pour bien des Lillois l’église est un peu la « Maison commune » du quartier et la messe dominicale le moment où l’on se retrouve ; la grande croisade de la Réforme catholique pour imposer le silence dans la « maison de Dieu » est commencée. Mais l’attitude des laïcs n’est pas seule en cause. En 1611, l’évêque Michel d’Esne lors de la visite pastorale qu’il effectue à Saint-Sauveur, ordonne que les prêtres assistent au sermon et que pendant celui-ci ils ne parlent ni ne circulent ; il prescrit que « personne n’entre ou sorte du chœur pendant qu’est chanté l’Évangile ou que l’élévation est faite…, afin que le plus possible, avec netteté et pureté de cœur, et l’aspect extérieur de la dévotion et de la piété face à ce redoutable mystère, il soit travaillé à la gloire de Dieu et à l’édification du peuple »50.

  • 51 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 193.
  • 52 Le synode de 1600 précise : « eosque non satisfacere praecepto Ecclesiae, qui ad Orationem Dominica (...)
  • 53 Le jubé qui fermait le chœur de la collégiale avait été édifié au début du XVIe siècle. Rappelons t (...)
  • 54 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 194-195.

17De manière globale, le « bon Monsieur Huchon », réputé pour sa modération, ne trace pas un portrait très flatteur de l’assistance ; en effet il fait observer que « la plus grande partie du peuple est en grandissime erreur quand il pense satisfaire au commandement de l’Église, estant en icelle comme font les chiens, sans prier, ny méditer, ny estre attentif au mystère de la messe, du moins s’exerçant en oraison vocalle »51. De plus, de nombreux paroissiens arrivent à l’Évangile et surtout partent dès le Pater, considérant que la messe est finie52. Il faut dire que beaucoup de fidèles placés derrière les piliers, la chaire ou dans des chapelles, ne voient pas ce qui se passe à l’autel, bien qu’apparemment il n’y avait pas de jubé dans ces églises de style « gothique », sauf à la collégiale Saint-Pierre53. Le curé de Saint-Sauveur rassure d’ailleurs ceux qui sont dans ce cas : « Cestuy qui est présent de corps et d’attention lorsqu’on célèbre la Messe, bien qu’il soit esloigné de l’autel où on célèbre, si cependant il assiste à toute la messe, il satisfoit au commandement. Il n’est pas aussi nécessaire de voir les prestre célébrant… ni d’entendre la voix du prestre »54. Au total tous ces aspects expliquent aussi que les personnes dévotes préféraient suivre la messe dans les couvents.

  • 55 Gery l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 1.
  • 56 Ibidem... p. 88.

18Pour Jean Huchon, curés, prédicateurs, confesseurs avaient un rôle éducatif à remplir en ce domaine en apprenant aux fidèles à suivre dévotement le saint sacrifice. Quelques ouvrages parus à Lille résument leur enseignement et plus spécialement « l’Institution de la messe avec la déclaration de ses cérémonies » publié en 1654 par Géry l’Espagnol, curé d’Armentières. Celui-ci rappelle d’abord que la messe « consiste en trois actions principales, à scavoir la consécration, oblation et participation du Corps et du Sang de Jésus-Christ, faictes par un ministre légitime qui est le prestre »55. Il s’emploie à justifier l’usage du latin : « Le langage ne fait rien à la bonté ny à la malice d’une chose… La langue latine convient mieux, car outre qu’elle est majestueuse, elle demeure invariable… Chaque langue vulgaire a plusieurs idiomes différents, il faudroit par exemple que pour les églises gallicanes il n’y auroit pas seulement des Missels en bon François, mais aussi en Picard, en Gascon, en Biscay, en Liégeois, etc. ». Surtout le latin est un élément essentiel de catholicité, un ciment d’unité. « L’hérésie, qui inspirée du diable ne demande que la division et la discorde, ne se met guères en peine de cela, mais l’Église catholique, gouvernée par l’esprit de Dieu, le prend fort à cœur »56.

  • 57 Ibidem, p. 123. La désaffection des fidèles pour l’offrande s’explique peut-être aussi par le fait (...)
  • 58 Comme le rappelle Jean de Viguerie, le Concile de Trente n’interdit pas les traductions et on s’exp (...)
  • 59 Géry l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 159.
  • 60 Ibidem, p. 165.
  • 61 Ibidem, p. 78. P. Chaunu, dans Église, Culture et Société, op. cit. p. 372, insiste sur l’importanc (...)

19L’ouvrage du curé d’Armentières est à la fois une explication, une « déclaration des cérémonies » de la messe comme il l’intitule et une traduction de certaines parties, le canon en l’occurrence. Géry l’Espagnol nous apprend ainsi que « la coustume d’offrir à l’autel semble presque abolie en plusieurs endroits par l’avarice ou par l’indévotion des hommes… [mais] si aucuns des assistants [veulent] apporter leur offrande, le prestre descend au pied de l’autel et leur donne à baiser la platine »57. Il explicite dans le détail les gestes et les paroles du prêtre. Ainsi, après le Suscipe Sancta Trinitas, « le baiser de l’autel représente l’Adieu que Jésus-Christ dit à ses Apostres la veille de la Passion… l’Orate fratres signifie la semonce qu’il leur fit de veiller et prier avec luy. Les oraisons secrètes représentent celles qu’il fait au Jardin des olives, retiré à l’escart ». Il s’attache plus spécialement au canon, « la principale pièce de tout ce Sacrifice… Aussi est-elle plus furieusement attaquée par les ennemis ». Pour bien montrer qu’elle ne contient rien de mystérieux et de condamnable il traduit prière après prière en les explicitant, y compris les rites de la consécration58. Tout au long de ses commentaires il s’en prend constamment aux hérétiques, preuve que les critiques de ceux-ci restaient bien présentes aux esprits sur cette « frontière de catholicité ». Ainsi il note que « le mescontentement que les réformateurs ont de ce que nous faisons… marcher la mémoire des Saincts… ne peut venir que de l’invention du Prince des Ténèbres, … .qui crève de despit de les voir tellement magnifiez et luy au contraire tellement avily et mesprisé ». De même il s’explique sur la rupture de l’hostie consacrée, lors du Libéra nos. « Les adversaires n’oublient pas de nous taxer icy de cruauté. N’est-ce pas, disent-ils, traitter Jésus-Christ à la façon de ceux dont on romp les membres pour les mettre sur la roue ? » ; il répond classiquement que seules les espèces sacramentelles sont rompues et non le Corps de Jésus-Christ59. Enfin il confirme indirectement que la communion était plutôt distribuée en dehors de la messe puisqu’il précise : « Si aucuns se présentent pour communier, le ministre récite le Confiteor en leur nom », ce qui montre que ce n’était pas le cas le plus fréquent60. Mais, point intéressant pour Géry l’Espagnol, la suppression de la communion sous les deux espèces n’est pas définitive. « L’Église, pour tant mieux armer les fidèles contre cette erreur a trouvé bon de communier les fidèles pour quelque temps sous une seule espèce… J’ay dit pour quelque temps, après que l’hérésie aura retiré ses cornes, possible que l’Église permettra l’usage du calice comme auparavant. Car, enfin, bien qu’elle n’aie le pouvoir d’altérer la substance des Sacremens, elle en peut néanmoins régler l’usage »61.

  • 62 Instructions spirituelles aux personnes dévotes et religieuses pour bien practiquer les exercices j (...)

20D’autres petits livres, vulgarisant le plus souvent l’enseignement donné en chaire par les prédicateurs, recommandent des attitudes plus courantes pendant la messe, notamment de réciter le chapelet ou de méditer sur le mystère de la Passion. Lorsque le prêtre commence l’Introit, conseille le Jésuite Florent Vaillant, « Je commenceray à dire mon chapelet… Il faut continuer ces quatre dizaines jusques à Sanctus ». À ce moment, il faut « interrompre quelque temps le chappelet pour penser et s’affectionner au mystère et très Sainct Sacrifice de la messe ». Pendant la consécration « Je considéreray l’amour infini que Notre Seigneur Jésus-Christ porta au monde… Je me [le] représenteray au milieu des Apostres ». Lors de l’élévation l’auteur propose un acte d’adoration ; « Je vous adore de tout mon cœur, mon Seigneur et mon Dieu, et désire de vous cognoistre et aymer parfaictement. O très doux Jésus, que je meure au monde et au péché pour l’amour de vous, comme pour moy vous estes mort en l’arbre de la Croix. Amen ». Puis il conseille de prier pour ses parents défunts et « pour impétrer l’ayde de Dieu… Quand j’entendray l’Agnus Dei, je me disposerai pour communier spirituellement ; ensuite il faut plus outre reprendre son chapelet »62.

  • 63 Méthode pour tous les fidèles afin de célébrer utilement la messe avec le prêtre... Lille, Ign. de  (...)
  • 64 Ibidem, p. 34.

21Une réaction contre cette coutume de réciter le chapelet pendant la messe se manifeste à la fin du XVIIe siècle. « C’est un abus de croire que ce soit mieux fait durant la messe de réciter ses heures ou son chapelet ou autres dévotions plustost que de joindre son esprit et son intention à celle du prestre. L’église nous fait aussi Sacrificateurs avec le célébrant » ; écrit un auteur63. Mais en dépit de ce beau préambule, il reste attaché à une piété très concrète, comme le montre cette recommandation. « À l’Agnus Dei, baisez la médaille que vous portez et gaignez l’indulgence, s’il y en a »64. Il est certain que pour le menu peuple la récitation du chapelet et l’audition des chants et de la musique restaient le meilleur moyen de « participer » à la messe ; les autres exercices étaient plutôt réservés aux fidèles issus des milieux socio-culturels plus élevés.

III) L’environnement : « Seigneur, j’aime la beauté de ta maison »

  • 65 Rappelons que l’actuelle église Saint-Étienne est la deuxième église des Jésuites construite après (...)
  • 66 J. Thiebaut, La cathédrale disparue de Cambrai, Lille, Thèse de 3e cycle, multigraphiée.

22On ne peut hélas décrire le cadre dans lequel se déroulaient messes et offices. En effet la quasi-totalité des églises lilloises ont été détruites soit par la guerre (Saint-Étienne en 1792), soit par les incendies (l’église des Jésuites en 1740)65, (Saint-Sauveur en 1892), soit pendant la Révolution française (Saint-Pierre et les églises conventuelles). Seules subsistent Sainte-Catherine et Saint-Maurice, mais tellement transformées ultérieurement qu’il ne reste rien de la décoration et du mobilier de l’époque. N’ont survécu au désastre que quelques grands tableaux, notamment ceux de Rubens, Van Dyck, Jordaens et quelques pièces d’orfèvrerie, aujourd’hui au Musée. Par ailleurs aucune grande étude archéologique, du type de celle menée par J. Thiébaut sur la cathédrale disparue de Cambrai66, n’a été réalisée sur les églises lilloises anéanties.

  • 67 Nous l’avons montré pour Chavatte sous Louis XIV ; Vie... d’un Lillois, p. 208 et suivantes.

23Néanmoins, ces prestigieux vestiges et quelques documents nous montrent que les Lillois de l’époque étaient très sensibles à la beauté de la maison de Dieu. Les chroniqueurs Manteau, Chavatte, Bocquet manifestent un vif attachement à leur église paroissiale et relatent avec fierté les transformations qui y sont faites67. Ces notations, les délibérations des marguilliers de Saint-Étienne, les quelques tableaux conservés permettent néanmoins de donner certaines indications sur les principales modifications survenues dans les églises et sur l’adaptation des lieux et du décor à la pastorale de la réforme catholique.

  • 68 Mahieu Manteau, chron., p. 78, 1600.
  • 69 Ibidem, pp. 146-148. Cette « lanterne » n’existe plus actuellement.
  • 70 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1150, 1635. Rappelons que le produit de cette taxe servira en (...)
  • 71 Voir le chapitre XIV sur les dévotions.
  • 72 Mahieu Manteau, chron., p. 100.
  • 73 Ibidem, p. 142.
  • 74 A.M.L., Aff. gén. C. 813.

24Non seulement on a alors construit de nouvelles églises conventuelles, mais on a agrandi les églises paroissiales et constamment travaillé à les embellir. Au début du XVIIe siècle intervient l’extension de Saint-Étienne et de Saint-Maurice. « Le 10 de juillet 1600, fut assise la première pierre du ragrandissement de Saint-Étienne » ; plus exactement furent posées seize premières pierres par des ecclésiastiques, le représentant du gouverneur, le mayeur, les marguilliers « et sur chacune des pierres estoient gravez chacun ses armes ou armoiries »68. On construit en fait deux nefs latérales supplémentaires et ainsi Saint-Étienne devient une halle-kerke à cinq nefs comme Saint-Maurice. Des travaux considérables sont précisément entrepris dans cette dernière église : on agrandit les nefs latérales et surtout on dote l’église entière d’une voûte de pierres. « Au mois de janvier 1622, l’église de Sainct Maurice… fut toute desmolie et les chapelles, sauf le cœur, afin de parfaire toutes les archures du reste de ladite église, comme le cœur ». Les travaux sont rondement menés puisqu’en 1623, « fut toute achevée la grande lanterne… qu’elle est au-dessus de ladite église ». Quelques semaines auparavant on avait placé sur la croix dressée au-dessus de cette lanterne, « une image de Saint-Maurice de cuivre estant à cheval pour tourner aux vents »69. Quelques années plus tard on continue des travaux d’agrandissement qui justifient l’attribution temporaire du produit d’une taxe mise sur le tabac70. Tous ces travaux sont entrepris pour faire face à l’afflux des fidèles et à la croissance de la population dans une ville qui a repris confiance après les troubles. Ils répondent aussi à l’essor des dévotions et à la multiplication des confréries qui ont besoin d’un lieu de culte propre71. Il faut donc créer de nouvelles chapelles à leur intention et, sur ce plan, ces agrandissements permettent de satisfaire ces demandes. En 1606, par exemple, dans les nouvelles nefs latérales de Saint-Étienne, sont inaugurés la chapelle de la Transfiguration, siège de la confrérie du corps des bourgeteurs, et l’autel de la chapelle du Nom de Jésus72. Dans les autres églises des travaux sont entrepris dans le même but. En 1619, « furent bénits quatre autels à Sainct-Sauveur par [l’]évêque de Tournai : la première, ce fut la petite chapelle du Nom de Jésus, qui estoit derrière le grand autel ; la deuxième, celle du Sainct Sacrement ; la troisième, le sépurchre ; la quatrième, de Sainct Venise »73. En 1621, dans l’église de La Madeleine située extra-muros, le même prélat consacre cinq nouveaux autels74. Et on pourrait citer bien d’autres exemples. Cette multiplication des chapelles dans l’église ne va pas dans le sens des souhaits du Concile de Trente. Mais elle correspond aux progrès indéniables de la dévotion et, comme nous le verrons, à la création de nouvelles confréries. D’autre part un vaste effort est entrepris pour mettre en valeur le chœur et le maître-autel.

  • 75 P. Delattre, Les établissements... op. cit. p. 1197. Le maître-autel de l’église des Jésuites était (...)
  • 76 B.N. Ms. Nouv. acq, franc. No 24089, Fo 169 et 178 vo.
  • 77 A.D.N., 16 G 1089.
  • 78 E. Hautcœur, Histoire de la collégiale... op. cit. t. 3, p. 218 et suivantes.
  • 79 Tous ces renseignements, inédits à notre connaissance compte tenu de la source utilisée, sont extra (...)

25Nous savons que la « Descente de croix » ou « le martyre de Sainte-Catherine » de Rubens, ou « le Christ en Croix » de Van Dyck, actuellement au Musée de Lille, à l’époque étaient les éléments essentiels des grands retables qui dominaient le maître-autel dans les églises des Capucins, de Sainte-Catherine ou des Récollets. Un peu partout on travaille à mettre en valeur les chœurs, à faire converger les regards vers lui. Ainsi de 1650 à 1654, on construit un nouvel autel dans l’église des Jésuites, « monument de 60 pieds de haut, ... aux degrés en bois du Brésil… Le chœur fut pavé d’une mosaïque de pierre de Lydie et de marbre de Gênes qui s’achevait sous le banc de communion par une bordure de jaspe. À la porte de la sacristie un chambranle de bois sculpté fut apposé »75. L’ensemble coûte au moins 3.000 florins. À Saint-Sauveur, en 1659, on supprime deux autels « pour faire le cœur plus grand » ; en 1665, on commence « la table du maître-autel », expression générique qui désigne très vraisemblablement l’autel et le retable. Le tout est achevé en 1669 ; le tableau central était « la Transfiguration de Notre-Seigneur » peinte par Van Oost le Jeune76. À Sainte-Catherine, on dégage le chœur en supprimant les autels de Saint-Léonard et Sainte-Aldegonde. Mais on mène l’opération de nuit pour éviter l’affrontement avec les administrateurs de ces chapelles77. Le jubé de la collégiale Saint-Pierre, édifié en 1516-1519, sera détruit bien plus tard, en 1719, sur intervention pressante du chanoine Ingiliard. « La masse informe du jubé étoit disparue et n’empeschoit de voir la beauté de l’église » proclament les partisans de l’opération, à la grande fureur de ceux qui s’y opposaient78. Le registre des marguilliers de Saint-Étienne montre à quel point ces hommes avaient le souci d’embellir leur église. En 1610, « afin de mieux orner ledit cœur, lesdits égliseurs ont à leurs despens fait illuminer dix apostres en l’estat qu’ils sont illuminés et enrichis. Et par chacun faict poser ses armes ou marcques à celluy par luy faict… assavoir… Andrieu de Fourmestraux, Seigneur de Wazières à Sainct Andrieu… etc. ». La même année, ils font blanchir le chœur et l’église. En 1643, ils concluent un accord, moyennant 96 lp, « avecq Tobias, pintre, touchant la pinture pour mettre en la table d’hostel qui se faict ». En 1658, les marguilliers passent un contrat avec « Mathias Carlier, pour les nouvelles verrières que l’on prétend faire au cœur… au lieu de celles qu’ils y sont ». Le maître-verrier reprend les anciens vitraux et « promect de faire toutes les nouvelles verrières avec beau verd et de bon plomb ». En 1659, on s’entend avec « Marc Loier, pintre, touchant la pinture marbrée à faire à la table d’autel du cœur, et dorer par hault la mande avecq les fruictz, la couronne et ceptre de la Vierge, les palmes des Anges et les fruictz pendans » ; le tout est estimé à 300 florins. Deux mois plus tard, les marguilliers s’adressent à Antoine Baillet, « pintre, pour la dorure des anges, fruicts pendans et aultres pièches de la table d’autel du cœur… avecq l’or d’Anvers, aussy belles que les anges dorez estans en la chapelle de Saint Michel, sur la chimentière de l’église collégiale de Sainct Pierre ». Pour ce travail, il percevra 50 florins, mais il est précisé « qu’il ne pourra rien prétendre de son travail ny dorure… s’ils ne sont pas aussy beaux que ceux de la chapelle Saint Michel »79.

  • 80 Mahieu Manteau, chron. p. 143.

26Dans ces églises, où la prédication et la leçon de catéchisme tiennent désormais une grande place, on se préoccupe des chaires. Le 9 juillet 1620, à Saint-Sauveur, « fut assise la nouvelle chaière preschoire, laquelle fut donnée par damoiselle Marie Thieulaine, fille de feu Arnould escuier… Le 12… fut fait la première prédication par Père Augustin de Béthune, gardien des Pères Capucins ». En 1623, à Saint-Maurice cette fois, « fut assise la première pierre de marbre ou jaspre de la chaière preschoire »80. Un peu partout, comme nous l’avons dit, apparaissent également des confessionnaux.

  • 81 M. Vandalle, « L’Art à Lille du XIVe à la fin du XVIIIe siècle », B.C.Fl. France, 1951, p. 91-121.
  • 82 A.D.N., 16 G 1624.
  • 83 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 50.
  • 84 P. Delattre, Les établissements... op. cit. p. 197.

27Évidemment de généreux paroissiens avaient participé à ces efforts ; la famille Hangouart pour les travaux à Saint-Étienne ; à Sainte-Catherine le tableau de Rubens avait été donné par deux riches Lillois, Jean de Seure, conseiller des Archiducs et son épouse Marie de Paty, qui accueillaient parfois le peintre lors de son passage à Lille81. En 1666, le marchand sayetteur Jean de Lespierre lègue 1800 lp. pour « l’advancement de la voûte à Saint-Sauveur »82. En 1649, Marguerite de Fourmestraux donne une tapisserie « ayant pour histoire la lapidation de Saint-Étienne », à l’église du même nom. Cette pièce, qui sera livrée à la mort de la donatrice, servira « pour parer l’église au-dessus du portail du cœur touttefois qu’on en aura besoing »83. En 1684, un inventaire du Trésor de l’église des Jésuites nous apprend qu’elle possédait 34 grands tableaux immobiles, 12 de taille moyenne amovibles et 12 tapisseries mobiles représentant la « Vie de Saint Ignace »84. Dans les chapelles les administrateurs et les confrères déployaient le même zèle.

  • 85 Ibidem.
  • 86 A.D.N., 16 G 1068. Dans les charges du fossier de Sainte-Catherine, il est prévu que celui-ci « liv (...)
  • 87 Mahieu Manteau, chron. p. 120. Dans l’extrait de compte de l’église de Sainte-Catherine, on trouve (...)
  • 88 Dans le même compte, on trouve une dépense de 18 sols « pour le vin et le fruict pour faire la scèn (...)

28Les jours de fête, tous ces trésors étaient sortis et mis en place tandis que l’église était illuminée par les torches et les chandelles. En 1654, on avait installé dans l’église des Jésuites un lampadaire d’argent ciselé pesant 24 livres et d’une valeur de 1.235 florins, lequel posé dans la nef éclairait toute l’église85. À la belle saison, lors des fêtes et notamment des dédicaces, on couvrait les murs de « préau et de mai », c’est-à-dire de feuillages et de verdure86. À certaines occasions on représentait des scènes concrètes ; ainsi, le jour de la Pentecôte on faisait descendre un pigeon du clocher vers le chœur. En 1607, Mahieu Manteau note avec surprise que cette année-là, « ne fut point faict voler le Sainct Esprit, lequel descendoit du clocher jusque au cœur et avoit plusieurs luminaires autour de luy »87. De même il semble que le jour du Jeudi Saint on représentait concrètement La Cène et que le matin de Pâques on donnait un jeu scénique appelé « Colloque des Trois Marie » relatant la surprise des Saintes femmes au sépulcre88.

  • 89 À Saint-Étienne, le 14 août 1608, on recrute Philippe Escolatre, bateleur de Saint-Eloy à Valencien (...)

29Il ne faut surtout pas oublier que la plupart des offices se déroulaient dans un environnement sonore important. Le « batteleur », personnage essentiel, était chargé de « carillonner » avant de nombreux offices ou pendant les processions. On le recrutait avec beaucoup de soin en lui faisant passer un examen ; ses charges étaient précisées avec minutie dans le contrat qu’il passait avec les marguilliers89.

  • 90 On trouve beaucoup de renseignements dans le registre des marguilliers de Saint-Étienne. Michel de  (...)
  • 91 A.P. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 66 vo.
  • 92 Ibidem, 1622, F° 28 vo ; on trouve des accords similaires en 1635 et en 1650.

30Il en était évidemment de même pour l’organiste, autre figure de proue en ce domaine. À Saint-Étienne, en 1640, on précise que Michel Decroix qui occupe cette charge, touchera dorénavant 360 lp. par an et on énumère toutes les fois où il devra jouer, soit près de 300 fois en 166190. À sa mort, on organise un concours pour lui trouver un successeur. « Après avoir faict jouer… les organistes prétendans l’office, et entendu les personnes entendues au faict ès jus d’orghues », la charge est conférée à Nicolas Léman91. Enfin les marguilliers recrutaient aussi des musiciens et des chanteurs. Ainsi, à Pâques 1622, à Saint-Étienne, « est accordez a Maistre Jeromme de Heraucourt de chanter la musique par chacun jour sollempnel et grande double, ensamble les premiers dimanches du mois et le lendemain des Altaux » … à charge pour lui de « furnir gens capables en grand nombre, pour accomplir la musique », le tout pour un salaire annuel de 62 florins. On engage également Pierre le Rouge pour jouer du « cornet d’Espaigne » et Ochin, du « fajot », pour 70 florins par an92.

IV) « Les festes sanctifieras, t’adonnant à Dieu plainement »

  • 93 « Ad tollendos abusus quibus in hunc usque diem praecedentium conciliorum decreta mediri non potuer (...)
  • 94 « Et cum intellexerimus in nonnullis parochiis hujus dioecesis raro decantari Vespéras diebus Festi (...)
  • 95 Et quia intelleximus aliquos nostrae dioecesis Pastores sinistre interpretatos superiorem articulum (...)

31L’assistance à la messe était la partie-clef et obligatoire de la sanctification des dimanches et fêtes. Ces mêmes jours, l’Église demandait aux fidèles de s’abstenir de travailler et de prolonger l’hommage rendu à Dieu en assistant aux Vêpres. En 1586, le concile provincial de Cambrai constate que de nombreux paroissiens préfèrent se promener, assister à des spectacles, s’adonner au tir à l’arc, à l’arbalète, au « canon », ou regarder ces exercices, aller à la pêche ou boire dans les tavernes. Pour remédier à cette situation il ordonne que les Vêpres soient partout fixées à deux heures de l’après-midi, ce qui laisse ensuite le temps pour les divertissements, et qu’elles soient précédées ou suivies d’une leçon de catéchisme93. Le synode de Tournai de 1589 constate d’ailleurs que dans certaines paroisses rurales les curés ne les chantent même pas, ce qui évidemment n’était pas le cas à Lille où il existait des horistes pour dire les heures canoniales chaque jour ; il demande surtout aux pasteurs d’encourager leurs paroissiens à y venir94. L’évêque Maximilien Villain de Gand veut aller plus loin ; en 1643, il demande à tous les curés de ne pas oublier de chanter également les Vêpres les samedis et veilles de fêtes et aux fidèles d’y assister95. Ici encore, pour la même raison, le problème ne se posait pas à Lille ; en revanche on ne sait pas si les Vêpres étaient suivies par un large auditoire.

  • 96 A.M.L., Reg. O.M. No 382, Fo 105 vo, 20 août 1569.
  • 97 Ibidem, Reg. No 384, F° 42 et suivantes, 15 avril 1589.
  • 98 Ibidem, Fo 56 vo, 21 avril 1590.
  • 99 Ibidem, Fo 58, 15 juillet 1590.
  • 100 Ibidem, F° 71, 10 avril 1591.

32Le problème global de la sanctification du dimanche et plus encore des jours de fête se posait au sortir des troubles. En 1569, fait exceptionnel, le Magistrat, n’avait-il pas dû ordonner aux sayetteurs d’observer la fête de leur saint patron et de ne pas travailler le jour de la « Saint Jean Décolace » ?96. Le 15 avril 1589, vraisemblable- ment sous l’influence de l’évêque Jean Vendeville, « Messieurs » publient une longue ordonnance sur le respect du repos dominical. Elle interdit tous les jeux et défend aux « josnes garchons et aultres » de se réunir sur le marché et ailleurs pour y « hazeter » (jouer) ; en cas d’infraction ils seront punis d’une amende de 30 patars par personne. Elle s’en prend surtout à ceux qui exercent une activité commerciale ces jours-là ; elle interdit notamment de vendre ou acheter « oiseaux, coullombez, bonnets, cousteaux, chaintures, estaings… ou pain d’épices… auprès de la chapellette au coin de la rue des vieilles boucheries » ; meuniers, brasseurs et autres ne pourront amener en ville leurs « boires de grains » ou transporter leurs tonneaux de bière, sous peine d’une amende de 30 lp. De manière plus générale, le Magistrat s’en prend à tous ceux qui « se ingèrent ordinairement les jours de festes et dimanches appeler publicquement en vente ou mectre avant leurs denrées et marchandises, tant ès rues, marchié, bouticques que à leurs huichs… au grand mespris et irrévérences desdicts saincts jours et service divin ». Sont particulièrement visés « les détailleurs de draps, armoieurs, cordewaniers, chavetiers et aultres… qui pozent et mectent au-devant de leurs dictz ouvroirs et bouticques grandes treilles, clozières et aultres, pour dénoter volloir vendre » ; tout ceci est prohibé. Quant aux victuailles, elles pourront être vendues dans les maisons, mais non pas « être exposées en vente » ; cette mesure vise spécialement les « cabartiers et cabarteresses » qui ne doivent « mestre à monstre ouverte et publicque lesdictz jours de dimanches et festes solempnelles les chairs, tant de moutons, perdrix, venaisons, que tous aultres servans à leur cuisine, soit par fenestres ou aultrement… [seul] le poisson, tant de mer que de douche eauwe se polra vendre en publicq »97. Ce long texte réglementaire témoigne donc de la volonté, à la fois politique et religieuse, de reprendre en mains une situation qui s’était sérieusement dégradée. Il est complété dans les années suivantes par des mesures plus spécifiques. Ainsi, le 21 avril 1590, on interdit aux habitants de se retrouver « en la maison de la motte de chastellenie durant les Vespres qui se chanteront en l’église de Sainct-Pierre, au devant, ni en la rue, à l’effect d’entrer ou de regarder lesdicts jeux »98 ; les cris et les clameurs devaient perturber sérieusement l’office. On tente d’empêcher que la fête de Sainte-Marie-Madeleine ne devienne un jour de marché, car « on y vend de plus en plus pottries, oisons et autres choses »99. Enfin, on défend de travailler pendant l’office du Vendredi Saint au matin, car « en vilipendence et contempnement des commandemens, ordonnances et constitutions de notre mère Saincte Église, plusieurs manans se ingèrent et advanchent de besogner ou ouvrer de leurs stilz… durant le saint serviche divin qui se faict et célèbre ès églises paroissiales »100.

  • 101 Desrousseaux, le célèbre chansonnier lillois du XIXe siècle, signale que l’ordre des ducasses paroi (...)
  • 102 « Praecipimus Pastoribus, ut dedicationes omnium hujus dioecesis ecclesiarum quae sunt in pagis vel (...)

33De son côté, l’évêque tente de limiter les excès et violences qui survenaient lors des ducasses paroissiales. On sait que de nombreux Lillois, et surtout des bandes de jeunes, non seulement fréquentaient celles des diverses paroisses urbaines, mais aussi celles de tous les villages environnants101. Lors du synode de 1589, le prélat ordonne que dans toutes les paroisses rurales ou suburbaines on les fixe le même jour, c’est-à-dire le 4e dimanche après Pâques. En 1595, son successeur rapporte cette mesure impopulaire et inapplicable102.

  • 103 Recueil des Ord. des Pays-Bas, règne des Archiducs, passim.
  • 104 A.M.L., Reg. O.M. No 385, Fo 45 vo, 27 juillet 1602. Ibidem, Reg. No 386, F° 26, 5 juin 1613.
  • 105 Ibidem, F° 195, 22 octobre 1622.

34Pendant le règne des Archiducs et le gouvernement d’Isabelle, qui légifèrent sur ce sujet, notamment en 1607, 1608, 1624 et 1625103, le Magistrat lillois s’efforce de faire observer le repos dominical, mais il a fort à faire et doit rappeler à l’ordre les contrevenants, tels qu’« aucuns teincturiers qui se advanchent de ouvrer dudict métier par jours solempnels et sans oyr messe », en 1602104. En 1622, il s’en prend aux « revendeurs de fruicts » et autorise les sergents à les arrêter et les emprisonner, car « la plupart desdictz vendeurs n’ont moyen de furnir [aux] amendes »105.

  • 106 Ibidem, Reg. No 388, Fo 211 vo, 28 janv. 1659.
  • 107 Voir sur ce sujet le chapitre XV sur la charité.
  • 108 A.M.L., Reg. O.M. No 389, F° 84, 24 déc. 1666.
  • 109 Ibidem, Fo 87, 5 février 1667.

35En revanche, la situation sur ce plan se dégrade sérieusement avec les conséquences du conflit franco-espagnol, alors que soldats et réfugiés affluent en ville. Le Magistrat ne publie d’ailleurs pratiquement plus d’ordonnances sur ce sujet. Il reprend la lutte lorsque le retour de la paix s’annonce. « Messieurs » reconnaissent que « plusieurs contreviennent aux ordonnances… de Nostre mère la Saincte Église, dont est procédé grand scandale ». Ils ordonnent en conséquence « que personne ne se trouve en taverne, hostelleries, cabaretz, maisons et chambres de confréries, ny aussi ès celiers ny aultres lieux où l’on vend eau-de-vie par jour de dimanche et feste solennelle, durant le eauwe béniste, messe, sermon et vespres en l’église de la paroisse, ny après dix heures du soir… ni ne s’ingère pourmener au Beauregard, au marché au bled », ou ailleurs, « ni a fortiori ne s’adonne au jeu »106. C’est dans ce contexte que naît le projet d’enfermer les « fainéants et fainéantes » valides et qu’est créée la « Bonne et forte Maison » pour y enserrer les prostituées107. Après ces vingt années difficiles se manifeste donc la volonté de rétablir un certain ordre ; celle aussi, après de telles épreuves, de ne pas attirer à nouveau sur la cité, « l’ire de Dieu » en bafouant ses commandements et ceux de l’Église. Cette préoccupation est clairement explicitée en 1666, alors que l’épidémie de peste qui a touché l’Angleterre et la Hollande approche. Le Magistrat s’en prend alors avec virulence à ceux qui « en divers endroicts des remparts, allenviron et autres lieux… s’assemblent pour jouer à la croche, arcq, arbalestres, battoir, ou autres jeux, ensemble pour y hazeter aux cartes, dez, etc. », qui sont autant d’occasions de querelles, « de juremens et blasphèmes du très sainct nom de Dieu, négligeans aussy d’entendre la messe, à la perte de leur âme et au préjudice de leur salut »108. Six semaines plus tard, « Messieurs » reviennent sur le même sujet et constatent que ces comportements entraînent « l’inobservance d’iceulx jours de dimanches et festes, destinez pour servir Dieu, ensemble des grands et énormes juremens, blasphèmes contre Dieu nostre Créateur, la benoiste Vierge Marie et la cour céleste, d’où ceste divine providence se trouve justement irritée contre nous » ; en conséquence ils interdisent formellement ces agissements et demandent de sanctifier le dimanche, afin de « prévenir et appaiser le juste courroux de Dieu »109. Comme on peut le constater on aboutit aux mêmes décisions qu’à la fin du XVIe siècle ; mais, à l’époque, on manifestait surtout le désir d’obéir à l’Église et de faire progresser la réforme catholique. Soixante dix ans après, alors que « les fléaux de Dieu » ont touché durement et durablement la cité, on souhaite avant tout ne pas provoquer la colère de Dieu.

V) La « dévotion à la messe »110

  • 110 Voir J. de Viguerie, art. cité.
  • 111 Voir chap. VI, p. 88.

36Il est évident que dans une ville de l’importance de Lille les messes quotidiennes ne manquaient pas, avant même que ne se fassent sentir les premiers effets de la réforme catholique. Rappelons que, dans les paroisses, des horistes, à l’instar des chanoines de la collégiale, chantaient la messe chaque jour111. Les chapelains, conformément aux « charges » de leur chapellenie, devaient dire chacun une ou plusieurs messes par semaine ; en particulier le titulaire de la chapellenie de la première messe devait en dire une très tôt. S’y ajoutaient toutes les messes fondées, ou simplement demandées, et les obits.

  • 112 Conc. de Trente, Sess. XXII, chap. II et Sess. XXV, décret sur le purgatoire : « Les âmes qui y son (...)
  • 113 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit., p. 218-221.
  • 114 Ibidem, pp. 268-269.

37Mais, à Lille comme ailleurs, les progrès de la réforme catholique entraînent un essor considérable de la dévotion à la messe. Prédicateurs, confesseurs, curés, vont rappeler aux fidèles qu’elle est un sacrifice propitiatoire pour les vivants et pour les morts, le plus agréable à Dieu et le plus efficace comme l’avait rappelé le Concile de Trente112. Certes, les critiques des réformés contre les messes privées, les sarcasmes de Calvin contre les prêtres combattant « pour leur ventre », restent présents aux esprits. Jean Huchon consacre quelques pages à justifier l’existence de messes votives. Pour en montrer l’efficacité il relate que dans sa paroisse « une maison qu’[il] ne veut nommer estoit étrangement affligée et vexée de quelque esprit » ; l’évêque lui permit d’y célébrer la messe neuf jours de suite « et par la grâce de Dieu et vertu de ce Saint Sacrifice, la maison a esté soulagée de cette vexation »113. Curé de Saint-Sauveur, après avoir été « curé de campagne » à Crespin, et donc bien au fait des propos que peuvent tenir les paroissiens, Jean Huchon veut « désabuser… l’ignorance du menu peuple, grossière et coulpable… car il est en ceste erreur que de traiter et convenir avec les prestres pour l’honoraire de leurs messes, apprétiant son argent et recognoissance avec la valeur de la Sainte Messe… est une négotiation et traffique simoniaque ». Il essaie de justifier cette pratique en rappelant que « Notre-Seigneur a ordonné que ceux qui annoncent l’Évangile vivent de l’Évangile et qui déservent aux Temples soient alimentez des oblations du Temple ». Ces émoluments donnent aux prêtres « sustentation de leur vie et entretenement de leur estat, affin de plus aisément vaquer aux sainctes lettres et s’addonner aux choses spirituelles ». Jean Huchon en profite pour exalter la grandeur des prêtres qui ont le pouvoir d’offrir pareil sacrifice. « Quels titres et épithètes d’honneur [leur] donnerons-nous ? Les voulez-vous appeler enfans du ciel, lieutenans de Dieu en terre, portes de la cité céleste… Ouy, Ouy, le prestre est comme un autre Joseph en la maison de Dieu »114.

  • 115 Voir notamment le tableau des charges des fondations charitables en annexes du chapitre XV et la de (...)

38Les critiques à l’égard des messes privées subsistent donc, mais elles pèsent bien peu devant le formidable essor des demandes de messes qui se produit alors. Celles-ci sont évidemment presque toutes motivées par le souci de gagner le salut éternel et d’éviter le purgatoire et par la charité envers les vivants et les morts. Les fidèles qui le peuvent demandent dans leur testament des messes par dizaines ou par centaines pour le repos de leur âme ; beaucoup de fondations charitables lient l’obtention des pains distribués ou des prébendes créées à la présence régulière à une messe ou à un obit ; nous reviendrons ultérieurement sur ces points115.

  • 116 Même si l’on possédait tous les comptes tenus par les marguilliers, par les « pauvrieurs », par les (...)
  • 117 Mahieu Manteau, chron. p. 89,107,108 et A.C. Tournai, reg. 411, pour la fondation de Gilles de Lesp (...)
  • 118 A.D.N., 139 H 1 et H 5.
  • 119 Voir Chap. VII, p. 134.

39Il est hélas impossible de donner une vue exhaustive du nombre de messes demandées à l’échelle de la ville ; les sources manquent et de toute manière, lorsqu’elles existent, elles ont des limites116 ; le plus souvent, seules les messes « fondées » sont mentionnées. Néanmoins, quelques exemples significatifs, ajoutés aux enseignements que nous fournissent les fondations charitables ou les testaments, sont révélateurs des progrès considérables de la dévotion à la messe. Mahieu Manteau, par exemple, note qu’en 1604 et en 1609, Gilles de Lespierre et Nicolas Gouy, curé de Saint-Sauveur, fondent chacun « une basse messe et l’eau bénite », le dimanche à six heures du matin, respectivement à Saint-Maurice et à Saint- Sauveur117. Les Minimes, qui ont du mal à s’implanter comme nous le savons, avouent ingénument « que le vrai moyen de nous advancer en ceste ville, c’est d’avoir des messes toute la matinée ». Madame de la Cessoye en 1625, le marchand Gilles Cardon en 1638, Félix de la Plache, Michelle Leterbaro en 1669 en fondent chacun une par semaine et Josse Hennart deux messes hebdomadaires en 1638118. Nous avons précédemment mentionné quelques importantes fondations de messes chez les Augustins119. Or, il ne s’agit que de deux couvents d’importance moyenne dont les religieux n’ont pas en ville l’audience qu’ont les Capucins, les Dominicains, les Jésuites ou les Récollets.

  • 120 A.D.N., 16 G 1094. Ces messes sont fondées par Jeanne Deffontennes, Mahieu Segon, Jean de Croix, Ba (...)

40Le compte des marguilliers de Sainte-Catherine, pour les années 1676 et 1677, un des seuls qui soit complet et que nous possédions pour cette période, montre qu’entre la fin du XVIe siècle et 1670 on dénombre environ 10 fondations d’une messe par semaine, auxquelles s’ajoutent celles d’une messe par mois ou par an et les obits120. Et il faudrait y ajouter celles dont les « pauvrieurs » ou les administrateurs de chapelles ont la responsabilité.

  • 121 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fos 30 et 31, 1628 ; nous soulignons le passage et nous (...)

41Nous possédons heureusement un témoignage essentiel qui permet de suppléer aux carences des sources quantitatives, celui du fossier de Saint-Étienne, la principale paroisse de la ville. Cet homme avait notamment la charge de préparer le vin et l’eau nécessaires pour célébrer la messe ; en 1628, il réclame une augmentation de salaire car son travail s’est considérablement alourdi. Depuis son entrée en fonction en 1619, « les messes sont plus que redoublées ». Les prêtres habitués, qui « d’anticquité alloient cercher messes » dans les sanctuaires à pèlerinage des environs, non seulement n’y vont plus, mais laissent à des prêtres « étrangers » le soin de dire les messes mal rétribuées, parce que de fondation ancienne, ou fixées à une heure incommode. Ce modeste serviteur, pour justifier sa réclamation, chiffre les progrès intervenus : « Il est véritable que le fort contre le faible, se célèbrent par chacun jour trente cinq à trente six messes, que de ladite anticquité ne se disoit quatorze ou quinze ». Pour le fossier les causes de cet essor sont claires : « tel changement est advenu par la dévotion du peuple », qui, selon lui, a particulièrement cru depuis que de terribles épidémies de peste et des crises frappent durement la cité, c’est-à-dire depuis 1617121. En s’appuyant sur ce témoignage, et en tenant compte de la création de nombreux couvents dans la cité, on peut donc affirmer que le nombre de messes dites quotidiennement à Lille a pour le moins triplé par rapport à la période qui précède 1590. Il est vraisemblable que le mouvement est freiné après 1640, lorsque les conséquences du conflit franco-espagnol commencent à se faire sentir durement et durablement.

  • 122 A.M.L., Reg. aux résol., No 281, Fo 123, 26 fév. 1637. Rappelons que le dîner en ces provinces dési (...)
  • 123 Document cité par A. Lottin dans « Réforme catholique et Contre-Réforme »... art. cité.

42Si les progrès de la dévotion à la messe sont indiscutables dans la population, en revanche il semble qu’une partie du clergé séculier n’ait pas toujours répondu avec la dignité nécessaire à cet élan de la piété qui améliorait sensiblement sa condition matérielle. En 1637, le curé de Saint-Maurice Nicolas Lambert intervient auprès du Magistrat parce qu’il « auroit remarcquez plusieurs désordres, touchant la célébration des messes, lesquelles se disent pour l’ordinaire quasi tous ensemble et ainsi, le reste du temps, les paroissiens sont privés de la commodité d’ouïr la messe ». Il propose donc à « Messieurs », un règlement pour étaler les messes et confier systématiquement à un prêtre une messe « tardive » auquel elle serait garantie pour l’année. Par cette réforme, difficilement approuvée par le Magistrat, Nicolas Lambert pense « donner meilleure satisfaction [aux] bourgeois que, à toutte heure depuis le matin pourront satisfaire à leur dévotion d’ouïr la messe jusques au disner »122. À la fin du XVIIe siècle, François Desqueux, curé de Saint-Étienne, critique vivement le comportement de certains prêtres qui vivent des honoraires de ces messes et qui les disent très mal. Il écrit aux vicaires généraux de Tournai : « c’est l’intérêt qui les fait monter à l’autel… Ils célèbrent comme des gens qui voudraient sortir de l’autel dès qu’ils entrent. C’est, de là, ni signes de croix formés, ni génuflexions entières, ni gravité dans le pas… [ensuite] ils passent de la plus saincte action de la religion aux plus profanes entretiens du monde »123.

  • 124 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 225.
  • 125 Conc. de Trente, Sess. XXII, chap. II.

43Mais ces comportements qui n’étaient que le fait d’une minorité, importante néanmoins, de prêtres séculiers n’ont pas entamé l’élan de la dévotion à la messe chez les Lillois, car comme le leur répétait Jean Huchon, même si le saint sacrifice était offert par « des prestres mal conditionnez et scandaleux… » il était pris en considération par Dieu à cause de « l’Église qui supplie par luy » et il produisait son effet « ex opere operato »124. Les Lillois étaient convaincus qu’une des meilleures manières de travailler à leur salut était de faire l’aumône et d’offrir à Dieu des messes car « ce sacrifice est vraiment propitiatoire et par lui nous nous approchons de Dieu, nous obtenons miséricorde et recevons le secours de la grâce en temps opportun », c’est-à-dire tout ce qu’ils souhaitaient125.

Porte tabernacle représentant la Cène, sur le modèle de celle peinte par Rubens.

Porte tabernacle représentant la Cène, sur le modèle de celle peinte par Rubens.

Travail exécuté par l’orfèvre Simon Gérard (milieu XVIIe). Église Saint-Étienne, Lille.

Cliché François Richir

Notes

1 Sur le problème de la messe, voir notamment H. Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France... t. IX, pp. 129-206 et Histoire de la messe, XVIIe-XIXe siècles, Actes de la troisième rencontre d’Histoire religieuse de Fontevraud en 1979, Université d’Angers, et plus spécialement les articles de Jean de Viguerie, Charles Tesseyre, Louis Desgraves et Raymond Darricau.

2 Rappelons qu’en France les réformés font grand bruit avec « l’affaire des placards » attaquant précisément la messe, en 1534.

3 A.G.R. Bruxelles, Audience, 1734/2 ; nous publions en annexes du chapitre VIII des extraits de ce texte.

4 Le comte d’Egmont, Jean de Morbecque gouverneur d’Aire-sur-la-Lys, le baron de Rassenghien mentionnent qu’on ne célèbre plus la messe dans de nombreux bourgs et villages ; cf. S. Deyon et A. Lottin, Les « casseurs » de l’été 1566, op. cit.

5 Corr. de Marguerite de Parme, t. VI, p. 129-132.

6 Concile de Trente, Sess. XXII. Toute l’importance de ce texte est soulignée par P. Chaunu, dans Église, Culture et Société... op. cit. p. 375 et sq.

7 « Preces autem quas canonicas vocamus, secundum ritum et usum in Ecclesia romana jussu Pii quinti Pontificis summi receptum, de caetero persolvantur, eo quovis suppresso, quem dicti Pontificis abrogavit auctoritas... ». Syn. de Tournai, 1574, De Cultu, ceremoniis et officio divino, cap. 15, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. p. 192. « Ubi cathedrales ecclesiae romani officii usum susceperunt, eumdem, reliquae omnes totius dioecesis parochiales ecclesiae, una cum ritu et caeremoniis tam in missa celebratione quam reliquo divino officio sequantur...» ; conc. de Cambrai, 1586, Tit. III, cap. 1 in Th. Gousset, Les actes... op. cit. t. III p. 571. « Hortatur praesens synodus ut in omnibus ecclesiis secularibus totius provinciae recipiatur usus Romanus... ; Unumquemque episcopum hortatur haec synodus, ut in ecclesias provinciae recipiatur rituale Romanum san.men.Pauli V » ; Conc. de Cambrai, 1631, Tit. III, cap. 11 et 14, ibidem, t. IV, p. 7.

8 Cousin dans son Histoire de Tournai, op. cit. t. II, p. 320, explique que l’adoption du rit romain se fit facilement à Tournai et dans les églises qui en dépendaient, « à cause que les gueux avoient en saccageant les églises... bruslé les livres de ladite église, dont on ne pouvoit recouvrer autres semblables si aisément qu’on recouvroit ceux de l’usage de Rome ».

9 L’Institution de la messe avec la déclaration de ses cérémonies par Géry l’Espagnol, docteur en théologie, pasteur de l’église d’Armentières, Lille, Ign. et Nic. de Rache, 1654, p. 31.

10 Voir la 3e partie du chapitre VIII.

11 Gery l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 33.

12 Nous publions en annexes de ce chapitre celles figurant dans le synode de Tournai de 1600, Tit. IV, cap. XI, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. pp. 279-280.

13 En 1679, Gilbert de Choiseul abolit les demi-fêtes de Saint-Marc et Saint-Luc, et l’obligation d’assister à la messe ces jours-là ; il supprime les fêtes du mardi de Pâques et du mardi de la Pentecôte et reporte celle de Saint-Laurent au dimanche suivant. Il maintient celles de Sainte-Marie-Madeleine, de l’Invention de la Sainte-Croix, de Saint-Martin, de Sainte-Catherine et de Saint-Nicolas, mais en supprimant l’interdiction de se livrer aux œuvres serviles. « Ces fêtes étant continuellement violées, il vaut mieux les supprimer pour éviter le scandale » ; F. Desmons, L’épiscopat de Gilbert de Choiseul... op. cit. p. 266 et 275.

14 Syn. de Tournai, 1589, Tit. IV, cap. 1 et 2, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. p. 230-231.

15 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 197.

16 Voir le chapitre XV consacré à la charité.

17 La bulle de Clément VIII est traduite et publiée dans l’ouvrage de François de le Tombe, Le Paroissien obéissant, p. 169.

18 De J.P. Camus, évêque de Belley puis vicaire général à Rouen, on peut citer parmi les ouvrages de controverse sur ce thème, Le Directeur spirituel désintéressé... Paris, 1632 ; L’Antimoine bien préparé, s.l. 1632 ; Le Rabat-joie du triomphe monacal, à L’isle, 1633 ; Les debvoirs du bon paroissien... Paris, 1641.

19 A.S. Vaticano, F.S. Cong. Concilio, V.L. Tournai, 1631.

20 N. Calcan, Manifeste... op. cit. Cet auteur s’en prend essentiellement aux religieux pour le problème des sépultures.

21 F. De le Tombe, Le paroissien... op. cit. p. 4.

22 F. De le Tombe déplore d’autant ce mépris des pasteurs que ceux-ci sont « très scavans et graduez en la Sainte Théologie, comme aussi exemplaires en leur vie et mœurs ».

23 N. Calcan, Manifeste... op. cit. Epitre dédicatoire à l’évêque.

24 Sur ces problèmes et les liens avec le richérisme, voir les travaux de R. Taveneaux, notamment « Curés jansénistes » dans La vie quotidienne des jansénistes... Hachette, 1973, p. 163.

25 De le Tombe, op. cit., p. 163.

26 Ibidem, p. 107 ; La saisie du livre est ordonnée le 14 août 1634 ; A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1278.

27 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 206 et 213.

28 Ibidem... p. 201.

29 « Horam praescriptam singulis parochis per statutum ipsius concili provincialis, ad celebrandum missam parochialem, nempe a festo Paschae usque ad festum Remigii, circa horam nonam, ut obvietur querelis multorum, uniformiter et exacte per totam provinciam... haec synodus mandat observari ». Conc. de Cambrai, 1586, Tit. III, cap. 10, in Th. Gousset, Les actes... t. III, p. 573. Il était interdit de « biner » sauf permission spéciale. Une ordonnance du Magistrat de Lille, du 7 mars 1687, indique les horaires d’interdiction de présence dans les tavernes, notamment de 8 h et demie à 11 heures entre la Toussaint et le Carême ; or la messe était précédée par les Prières dominicales et le sermon d’une heure. A.M.L., Reg. O.M. No 392, Fo 18.

30 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 199-200.

31 A.D.N., 16 G 1215, 1651.

32 Manuale pastorum..., éd. 1625, p. CLXIII.

33 Ibidem, p. CLXVII.

34 Ibidem, « leur commandans de sortir pendant que se fera le sainct service de la Messe », ce qui est logique puisqu’il s’agit d’excommuniés.

35 En 1630 par exemple, prêchent à Saint-Étienne le Père Bernard, Augustin ; à Saint-Maurice, le Père Benoît, gardien des Récollets ; à Saint-Sauveur, le Père Eliau, Carme du couvent d’Arras, et à Sainte-Catherine le Père Pierre Maurontius, Capucin (A.D.N., 47 H 32, Fo 69).

36 En 1632, « Messieurs ont résolu de ne faire ceste année le disner des prédicateurs... et que la somme de six cens florins destinée pour [ce] bancquet sera furnie à la bourse des pauvres », A.M.L., Reg. aux rés. No 282, Fo 62 vo, 3 février 1632.

37 Le Magistrat, par exemple, se montre généreux au début du siècle avec le Père P. Doray, dominicain, né près de Lillers ; en 1601, il lui donne 100 lp pour passer sa licence et 60 lp pour payer le banquet donné à cette occasion ; en 1603, 100 lp pour aller à Jérusalem ; en 1604, pour son doctorat à Louvain ; la même année, il offre 224 lp au Père François Dooms (Domptius) pour soutenir sa thèse à Louvain ; A.M.L., comptes de la ville, 1601, 1603, 1604.

38 L’ordre qui prêchait à Saint-Sauveur, paroisse populaire habitée majoritairement par des pauvres, avait de surcroît le droit de mettre un panier au Minck pour recevoir les aumônes de poissons ; A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 61 vo.

39 Voir infra, chap. XVI. Un rapport du doyen N. Lambert en 1640, A.C. Tournai, montre que les curés lillois étaient très irrités.

40 A.D.N., 127 H 62 ; gros dossier sur ce problème en français et en latin.

41 Les Dominicains, en 1651, par mesure de rétorsion commencèrent à prêcher l’Avent dans leur propre église. L’évêque leur ayant également interdit de confesser dans les paroisses, le lieutenant de Saint-Étienne refusa de donner la communion à Catherine Fâche, malade, parce qu’elle s’était confessée à eux. Celle-ci fut « grandement troublée » car ce prêtre lui aurait dit : « Garde bien ce que faict, car il y vat de la damnation ».

42 A.C. Tournai, Reg. 411.

43 Jean de Viguerie, « La dévotion populaire à la messe dans la France des XVIIe et XVIIIe siècle », in Histoire de la messe... op. cit. p. 16.

44 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 17 vo, 1618. Nous savons par la même source, F° 60, qu’en 1648 Marie Fry, puis Catherine Le Roy et Françoise Cas sont autorisées « à louer chaières dans l’église, si comme ladite Le Roy dessoulz le clocher et en la moictié des grande et petite nef droicte ; jusques à l’endroict de la chaière de prédications, comme aussy ès chapelles du Nom de Jésus, Sainct Salvator et Sainct Georges, etc. ».

45 A.M.L., Reg. O.M. No 379, F° 200, 10 avril 1523.

46 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, F° 73 vo ; art. 11 de la liste des charges du bailli.

47 « Deambulationes in templis non tantum tempore Divini officii, sed etiam extra illud prohibemus. Itemque confabulationes quae aliorum devotionem impendiunt. Cum enim domus Dei domus or adonis sit et fideles Dominum et Deum suum illic in Eucharistiae sacramento vere praesentem esse firmiter credant, indignissimum ea illic agi quibus tanta Majestas offendatur » ; syn. de Tournai, 1589, Tit. III, cap. 3, in J. Legroux, Summa statutorum ; op. cit. p. 229. Même clause dans le synode de 1600 (Tit. III, cap. 5, ibidem p. 272).

48 « Abbrégé des péchés les plus communs » dans Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 161 ; Manuale parochorum... édit. 1606, p. 161.

49 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 196.

50 A.D.N., 16 G 423, 1611, latin. Ce document est un des seuls procès verbaux de visite pastorale d’une église lilloise que l’on possède.

51 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 193.

52 Le synode de 1600 précise : « eosque non satisfacere praecepto Ecclesiae, qui ad Orationem Dominicam, sicuti plerisque moris est, ac si esset absolutum Sacrificium, templum egrediuntur » ; syn. de Tournai, 1600, Tit. III, cap. IV, in J. Legroux, Summa statutorum... p. 272. Michel Cloet signale qu’en 1637, en Flandre, le doyen de Deinze se plaint que des paroissiens quittent l’église avant la fin de la messe, Sources de l’histoire religieuse de la Belgique... op. cit., p. 330.

53 Le jubé qui fermait le chœur de la collégiale avait été édifié au début du XVIe siècle. Rappelons toutefois que c’était une chapelle intérieure qui servait d’église à cette petite paroisse ; mais la collégiale était utilisée pour toutes les cérémonies marquantes dans la vie de la cité. Mlle Lesage, conservateur des monuments historiques et M. Plateaux, conseiller technique de l’évêché, que nous avons consultés, pensent également qu’il n’y avait pas de jubés dans les autres églises paroissiales.

54 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 194-195.

55 Gery l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 1.

56 Ibidem... p. 88.

57 Ibidem, p. 123. La désaffection des fidèles pour l’offrande s’explique peut-être aussi par le fait que les trois quarts de son produit allait au « patron de cure », en l’occurrence le chapitre Saint-Pierre et les paroissiens n’avaient guère envie de donner pour les chanoines.

58 Comme le rappelle Jean de Viguerie, le Concile de Trente n’interdit pas les traductions et on s’explique mal la condamnation de Voisin par la Sorbonne en 1660... La dévotion art. cité, p. 19. En revanche, le concile de Cambrai de 1586, repris par celui de 1631, rappelle que le canon doit être récité à voix basse. « Interdicit vero quibusvis sacerdotibus ne quidquam in officio missae, maxime in canone, etiam praetextu pietatis, intermiscere, aut novas caeremonias inducere praesumant ; ipsumque canonem secreto pronuncient », Tit. III, cap. 5, in Th. Gousset, Les actes... t. III, p. 572. On sait que, « dans la première moitié du XVIIIe siècle, réciter le canon à voix haute est une des manifestations préférées des jansénistes militants », Jean de Viguerie, Ibidem, p. 17.

59 Géry l’Espagnol, L’Institution... op. cit. p. 159.

60 Ibidem, p. 165.

61 Ibidem, p. 78. P. Chaunu, dans Église, Culture et Société, op. cit. p. 372, insiste sur l’importance du problème du calice laïc.

62 Instructions spirituelles aux personnes dévotes et religieuses pour bien practiquer les exercices journaliers... par le Père Florent Vaillant, S.J., Lille, P. de Rache, 1627, 2e édit. ; à partir de la page 54, ce livre contient « la manière d’ouyr la Saincte Messe et de dire le chapelet ».

63 Méthode pour tous les fidèles afin de célébrer utilement la messe avec le prêtre... Lille, Ign. de Rache, 1676 ; avant-propos.

64 Ibidem, p. 34.

65 Rappelons que l’actuelle église Saint-Étienne est la deuxième église des Jésuites construite après l’incendie de 1740.

66 J. Thiebaut, La cathédrale disparue de Cambrai, Lille, Thèse de 3e cycle, multigraphiée.

67 Nous l’avons montré pour Chavatte sous Louis XIV ; Vie... d’un Lillois, p. 208 et suivantes.

68 Mahieu Manteau, chron., p. 78, 1600.

69 Ibidem, pp. 146-148. Cette « lanterne » n’existe plus actuellement.

70 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1150, 1635. Rappelons que le produit de cette taxe servira ensuite à réédifier l’église des Dominicains.

71 Voir le chapitre XIV sur les dévotions.

72 Mahieu Manteau, chron., p. 100.

73 Ibidem, p. 142.

74 A.M.L., Aff. gén. C. 813.

75 P. Delattre, Les établissements... op. cit. p. 1197. Le maître-autel de l’église des Jésuites était également surmonté par un tableau de Rubens représentant « Saint Michel terrassant les anges rebelles » également disparu dans l’incendie de 1740.

76 B.N. Ms. Nouv. acq, franc. No 24089, Fo 169 et 178 vo.

77 A.D.N., 16 G 1089.

78 E. Hautcœur, Histoire de la collégiale... op. cit. t. 3, p. 218 et suivantes.

79 Tous ces renseignements, inédits à notre connaissance compte tenu de la source utilisée, sont extraits du registre aux marguilliers conservés au presbytère de Saint-Étienne à Lille, passim, aux dates indiquées.

80 Mahieu Manteau, chron. p. 143.

81 M. Vandalle, « L’Art à Lille du XIVe à la fin du XVIIIe siècle », B.C.Fl. France, 1951, p. 91-121.

82 A.D.N., 16 G 1624.

83 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 50.

84 P. Delattre, Les établissements... op. cit. p. 197.

85 Ibidem.

86 A.D.N., 16 G 1068. Dans les charges du fossier de Sainte-Catherine, il est prévu que celui-ci « livrera estrainages d’estée et d’hyver, à savoir préau et verdure aux pasques, rogation, ascension, etc.. ».

87 Mahieu Manteau, chron. p. 120. Dans l’extrait de compte de l’église de Sainte-Catherine, on trouve la dépense de 6 sols pour « un coulon pour le jour de la Pentecôte », A.D.N., 16 G. 1068.

88 Dans le même compte, on trouve une dépense de 18 sols « pour le vin et le fruict pour faire la scène le jeudi absolut de l’an 1628 ». R. Taveneaux, Le catholicisme... op. cit. p. 334 mentionne des scènes analogues en France.

89 À Saint-Étienne, le 14 août 1608, on recrute Philippe Escolatre, bateleur de Saint-Eloy à Valenciennes : « après l’avoir fait jouer sur les cloches... a esté receu audit office de bateleur » pour 200 lp. Il perçoit alors 200 lp. Son successeur, Michel Mignot, engagé en 1636, reçoit 264 lp à cette date, 288 lp. en 1639. En 1662, la « survivance » de sa charge est accordée à son fils. La liste de ses charges prévoit à l’article 4 qu’il doit batteler « aux tempestes, thonnaires », A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, passim.

90 On trouve beaucoup de renseignements dans le registre des marguilliers de Saint-Étienne. Michel de Croix touche pour ses gages 264 lp. en 1630, et 360 lp. en 1640. Nous publions en annexes la liste des jours où il devait jouer.

« Les debvoirs et gages » de l’organiste de Sainte-Catherine figurent dans A.D.N., 16 G 1068 et sont proches de ceux de l’organiste de Saint-Étienne. En 1645, Me Gérard Vanderberg occupait cette charge et percevait 200 lp.

91 A.P. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fo 66 vo.

92 Ibidem, 1622, F° 28 vo ; on trouve des accords similaires en 1635 et en 1650.

93 « Ad tollendos abusus quibus in hunc usque diem praecedentium conciliorum decreta mediri non potuerunt, ut videlicet impedirentur deambulationes, lusas, spectacula, ludicra, exercitia sagittariorum,balistariorum, bombardariorum, gladiatorum et similium, piscationes et potationes, aliaque profana opera dominicis et aliis festis diebus tempore divini officii, maxime vesperarum et concionis, decernit sacra synodus, ut in singulis ecclesiis parochialibus singularum urbium totius provincia, vesperae cantantur eadem hora, et semper post prandium, extra quadragesimam, impetreturque a regia majestate aut magistratibus edictum publicum, quo ante finem earum praedicta prohibeantur, imo exitus e portis urbium, hujusmodi exercitiorum causa, tam vesperarum quam missae parochialis et concionis tempore omnino impediantur » ; conc. de Cambrai, 1586, Tit. IV cap. 1, in Th. Gousset, Les actes... t. III, p. 573 ; ce passage est textuellement repris dans les décrets du concile de 1631 ; ibidem, t. IV, p. 13.

94 « Et cum intellexerimus in nonnullis parochiis hujus dioecesis raro decantari Vespéras diebus Festis et Dominicis, enixe praecipimus ut deinceps decantentur, idque ea hora qua Vespéras decantari voluit ultima Synodus Tornacensis [1574], nempe 2e pomeridiana aut circiter. Ut autem illis in locis Vesperae magis frequententur, Pastores illorum pagorum catechisent et examinent juventutem... partim paulo ante Vesperas, partim a Vesperis. Et tam illis in locis quam alibi ubi celebrantur quidem Vesperae, sed parum frequentatur, Pastores et Concionatores non raro populum catholicum moneant, ut Vesperas diligenter frequentent, quemadmodum fecerunt eorum majores et Confessarii ad idem hortentur sibi... confitentes ; illisque omnibus praecipimus ut ita faciant et admoneant edicti regii, quod etiam tempore Vesperarum vetat potitari, ludi, vel deambulari. Et eos qui contra fecerint, puniri jubet ». Syn. de Tournai, 1589, Tit. III, cap. 4 et 5, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. p. 230.

95 Et quia intelleximus aliquos nostrae dioecesis Pastores sinistre interpretatos superiorem articulum, dicentes per eumdem non fuisse obligatos ad cantandas vesperas in sabbatho et profestis ubi non consueverant cantari. Hic est quod tenore praesentium declaramus nos intendere omnes ad id obligasse, prout de facto obligamus nonobstante non usu in contrarium. Syn. de Tournai, 1643, Tit. II, cap. 3, in J. Legroux, Summa Statutorum... op. cit. p. 326.

96 A.M.L., Reg. O.M. No 382, Fo 105 vo, 20 août 1569.

97 Ibidem, Reg. No 384, F° 42 et suivantes, 15 avril 1589.

98 Ibidem, Fo 56 vo, 21 avril 1590.

99 Ibidem, Fo 58, 15 juillet 1590.

100 Ibidem, F° 71, 10 avril 1591.

101 Desrousseaux, le célèbre chansonnier lillois du XIXe siècle, signale que l’ordre des ducasses paroissiales était connu grâce à ce petit couplet :
« André, Madeleine
Pierre, Cath’leine
Sauveur, Étienne
Maurice
Tous les Lillois savaient cela par cœur » ; la première commençait en juillet. À Lille, on imprime au XVIIIe siècle « Dédicaces et Carmesses des villes et chastellenie de Lille, par ordre alphabétique et selon les mois où elles arrivent » ; 3e édit., Lille, G. Pourchez, 1729, in-12, 46 p. (B.M.L. No 10235).

102 « Praecipimus Pastoribus, ut dedicationes omnium hujus dioecesis ecclesiarum quae sunt in pagis vel etiam in suburbiis oppidorum célèbrent uno eodemque die ». Syn. de Tournai, 1589, Tit. IV, cap. 12, in J. Legroux, Summa statutorum... op. cit. p. 234. La mesure est rapportée en 1595 par l’archevêque Louis de Berlaymont, A.C. Tournai, Notes Pasture prises sur les archives de l’État à Mons disparues.

103 Recueil des Ord. des Pays-Bas, règne des Archiducs, passim.

104 A.M.L., Reg. O.M. No 385, Fo 45 vo, 27 juillet 1602. Ibidem, Reg. No 386, F° 26, 5 juin 1613.

105 Ibidem, F° 195, 22 octobre 1622.

106 Ibidem, Reg. No 388, Fo 211 vo, 28 janv. 1659.

107 Voir sur ce sujet le chapitre XV sur la charité.

108 A.M.L., Reg. O.M. No 389, F° 84, 24 déc. 1666.

109 Ibidem, Fo 87, 5 février 1667.

110 Voir J. de Viguerie, art. cité.

111 Voir chap. VI, p. 88.

112 Conc. de Trente, Sess. XXII, chap. II et Sess. XXV, décret sur le purgatoire : « Les âmes qui y sont détenues sont secourues par les suffrages des fidèles et surtout par le saint sacrifice de l’autel ».

113 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit., p. 218-221.

114 Ibidem, pp. 268-269.

115 Voir notamment le tableau des charges des fondations charitables en annexes du chapitre XV et la dernière partie du chapitre XVI.

116 Même si l’on possédait tous les comptes tenus par les marguilliers, par les « pauvrieurs », par les administrateurs de chapelles et de confréries, et ceux des couvents, ce qui est loin d’être le cas, on pourrait difficilement dresser un panorama global car les messes simplement demandées ne sont généralement pas inscrites dans ces comptes. Elles se réglaient par des plombs ou jetons donnés par le bailli, ou le « plommetier ».

117 Mahieu Manteau, chron. p. 89,107,108 et A.C. Tournai, reg. 411, pour la fondation de Gilles de Lespierre.

118 A.D.N., 139 H 1 et H 5.

119 Voir Chap. VII, p. 134.

120 A.D.N., 16 G 1094. Ces messes sont fondées par Jeanne Deffontennes, Mahieu Segon, Jean de Croix, Barbe Crespel, Catherine de Weghe (2), Anne de Baudrenghien, Anne Pardon et deux anonymes.

Beaucoup proviennent de la famille de Croix, par l’intermédiaire des femmes,

121 A.p. Saint-Étienne, reg. des marguilliers, Fos 30 et 31, 1628 ; nous soulignons le passage et nous publions des extraits de ce texte en annexes. Vers 1645, le montant des honoraires pour une messe oscille entre 16 et 20 sols, selon les fondations.

122 A.M.L., Reg. aux résol., No 281, Fo 123, 26 fév. 1637. Rappelons que le dîner en ces provinces désigne le repas de midi.

123 Document cité par A. Lottin dans « Réforme catholique et Contre-Réforme »... art. cité.

124 Jean Huchon, Le Flambeau... op. cit. p. 225.

125 Conc. de Trente, Sess. XXII, chap. II.

Table des illustrations

Titre Porte tabernacle représentant la Cène, sur le modèle de celle peinte par Rubens.
Légende Travail exécuté par l’orfèvre Simon Gérard (milieu XVIIe). Église Saint-Étienne, Lille.
Crédits Cliché François Richir
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site