Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XIII. La messe, cérémonie centrale du culte, et son environnement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La messe, cérémonie centrale du culte catholique avait vu converger vers elle les attaques des réformés1. Ceux-ci s’en étaient pris non seulement à la langue latine, à la pompe du décor et des cérémonies, mais à son essence même en niant qu’elle était le renouvellement du sacrifice du Christ sur la croix, son caractère propitiatoire et le pouvoir du prêtre de transformer le pain et le vin en corps et sang de Jésus-Christ lors de la consécration. La messe est au cœur du conflit entre la Réforme et l’Église romaine, parce qu’elle est un condensé des croyances fondamentales du catholicisme et l’expression publique de celles-ci2. Lors de la farce de Mouvaux, qui s’était déroulée en 1563 à quelques lieues de Lille, les spectateurs acquis aux idées nouvelles criaient que le dernier coup de la messe avait sonné3. Dans les bourgs et les villages de Flandre contrôlés par les calvinistes en 1566, elle avait été supprimée4 ; le ministre Cornille de Lezennes n’avait pas caché sa volonté de l’ér...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search