Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre XI. La valorisation des sacrements : le baptême et le mariage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Face à une religion de la parole, une religion du geste et du sacrement » : Pierre Chaunu caractérise ainsi l’aspect dominant des deux réformes1. Certes, les théoriciens et les propagateurs de la Contre-Réforme ont fortement souligné l’impérieux devoir de prêcher la parole de Dieu. Ce que nous avons dit de l’action des religieux ou de la catéchèse des enfants, les instructions pastorales d’un Jean Vendeville ou d’un François Van der Burch le montrent amplement. L’Église catholique avait pris conscience de ses lacunes et de ses insuffisances en ce domaine et elle s’est efforcée de combler progressivement son retard sur la religion réformée. Mais il n’en est pas moins vrai que cet aspect est un peu éclipsé par l’importance attachée aux gestes, par l’immense effort accompli pour promouvoir les sacrements. Tous les historiens soulignent le rôle essentiel tenu par le Concile de Trente en la matière. « L’Église catholique, de par la position qu’elle prenait sur la justification par la f...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540