Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre X. Former le catholique : l’instruction religieuse des enfants

Texte intégral

I) La situation dans les deux premiers tiers du XVIe siècle

1L’enseignement des enfants, et donc l’instruction religieuse qui y était étroitement liée, étaient peu développés à Lille avant les quinze dernières années du XVIe siècle. Les quelques informations que l’on peut recueillir sur ce sujet montrent l’absence de projet cohérent et systématique en la matière.

1) Les écoles particulières et les institutions pour orphelins.

  • 1 A.M.L., reg. O.M. No 380, Fo 21. En 1523, on avait demandé aux maîtres « de ne plus tenir escolles, (...)
  • 2 A.B.B.L., J. 184, art. 19.
  • 3 A.G.R. Bruxelles, Cons. des Troubles, No 32. Nous citons en annexes la partie de ce texte concernan (...)

2Quelques rares documents prouvent que des maîtres et des maîtresses, munis pour la plupart d’une autorisation délivrée par l’écolâtre de Saint-Pierre, tenaient école. En 1527, l’ordonnance qui crée officiellement la Bourse commune des pauvres, ne commandait-elle pas aux « cinq hommes à ce commis, de subvenir aux pauvres… (et) aux petits enfants, les faire aller à l’escole et apprendre mestier, ou les mettre servir, selon que leur conscience enseignera »1. Le marchand Hubert Déliot, en fondant l’institution que nous allons étudier plus longuement, ordonne que les élèves s’y rendent, « ainsy que l’on faict journellement aux aultres escholles de ceste ville »2. Enfin, l’enquête menée en 1569, sur ordre du duc d’Albe, pour contrôler l’orthodoxie religieuse des maîtres qui instruisent les enfants, en dénombre quinze à vingt à Lille3.

  • 4 Sans entrer dans le détail, indiquons qu’en 1524 la Gouvernance avait tranché en faveur du chapitre (...)
  • 5 Le 12 oct. 1535, Noël Segond, présenté par l’échevinage comme directeur est agréé par le chapitre. (...)

3À côté de ces écoles particulières, les seules institutions publiques étaient l’école latine et les établissements réservés aux orphelins. Par définition, l’école latine se situait à un niveau différent et plus élevé, puisqu’elle accueillait, en principe, des enfants déjà alphabétisés. Elle avait été ouverte en 1535 à la suite d’une longue lutte avec les chanoines de Saint-Pierre qui voulaient conserver le monopole de cet enseignement à l’école capitulaire4. Un accord était finalement intervenu ; en vertu de celui-ci, le Magistrat choisissait le maître de l’école latine publique, lequel était préalablement agréé par l’écolâtre. Noël Segon, fut le premier enseignant désigné et il dispensa ses cours dans de modestes locaux situés en face de l’église Saint-Maurice5.

  • 6 B.M.L., Ms 528, F° 355.
  • 7 A.H.L., XIVe fonds, B. 3. Parmi les autres bienfaiteurs, on relève les noms des chanoines Van den P (...)

4Deux établissements avaient été créés à la fin du XVe siècle en faveur des orphelins les plus démunis. En 1477, les terribles ravages provoqués par la guerre entre Louis XI et le duc de Bourgogne avaient provoqué un afflux considérable d’orphelins aux portes de Lille. « Les enfans masles furent séquestrés en certaines granges, d’où ils sont encore présentement nommés… et les filles, saines et non corrompues, en certains lieux de la paroisse Sainte-Catherine »6. Le Magistrat avait autorisé les quêtes en leur faveur et doté ces embryons d’institutions d’administrateurs et d’un règlement. Surtout, de généreux donateurs avaient permis à ces œuvres de subsister puis de s’épanouir. En 1499, l’ancien échevin Germain Le Drut avait installé les « Bonnes Filles », comme on les appelle désormais, dans une maison dite « de la Conception Notre-Dame » et une chapelle y avait été aménagée. Les pensionnaires, qui étaient 66 à cette date, y apprenaient à faire « ouvrages décentes et propres à filles de leur qualité, jusqu’à ce qu’elles soient trouvées d’âge, à scavoir de 14 ou 15 ans et de grandeur et forces suffisantes, et en point d’estre mises en service »7.

  • 8 A.H.L., IVe Fonds, B.3, donation du chanoine Jehan Van den Poele, dit de Lacu. Nous avons fait étud (...)
  • 9 B.M.L., Ms 528, Fo 357.

5Le chanoine Jehan Van den Poele, dit de Lacu, avait été le principal bienfaiteur des orphelins. En 1544, il avait donné « une choque de maisons » et 1800 florins pour leur faire construire, au faubourg de Courtrai, « une belle et ample maison, avec une honeste chapelle ». En 1557, il leur lègue par testament un capital de 5040 lp., produisant 253 lp. 10 sols de rente annuelle, essentiellement pour payer le salaire d’un maître d’école chargé de les instruire8. Dans cette maison, dite des orphelins « de la Grange », « sont receues enfans tant de la ville que chastellenie, agez de sept ou huit ans. Ils sont appliqués à la besoigne et à l’apprentissage de quelque stil et mestier, selon que les maistres et superintendans de ladite maison trouvent qu’ils sont propres et idoines, estans nourris alimentés et accoustrés en et à la charge de ladite maison »9. Soulignons que ces garçons, au nombre d’environ quarante, dans la journée apprennent un métier chez un maître artisan, à l’extérieur de la maison.

2) L’école Déliot (1554).

  • 10 A.B.B.L., J. 183 et J. 184. Pour présenter l’école Déliot, nous avons puisé dans les documents cons (...)
  • 11 A.B.B.L., I d 1 à d 44 et J.183-184. Au total, le capital de l’école Déliot est essentiellement con (...)

6Au milieu du XVIe siècle, une initiative spectaculaire est prise par deux marchands de sayes, Pierre et Hubert Déliot, pour permettre l’alphabétisation d’enfants de milieux ouvriers. Hubert, en son nom propre et pour son frère décédé, donne une maison, sise rue du Dragon, et 6400 florins pour établir une école destinée à accueillir le dimanche quatre vingts garçons et vingt filles. Il réalise cette fondation, « afin que pauvres enfans, jeunes d’âge, eussent meilleure occasion et moyen de vivre à perfection et honneur…, pour en icelle apprendre et endoctriner, par les maistres et maistresses à ce ordonnées, pauvres enfans, tant fils que filles, à lire, écrire, compter, jetter et lever et aussy bonnes mœurs »10. Les enfants qui s’y retrouvent reçoivent chaque dimanche, après le Salve entendu dans la chapelle Sainte-Catherine en l’église Saint-Étienne, une prébende de pain et de fromage. En 1563, après la mort d’Hubert, ses héritiers, à savoir son fils Guillaume, « Gérard du Bosquiel, bail et mary de Delle Mariette Déliot, Delle Marie Déliot, veuve de Guillaume Castellain, Jehan de Fourmestraux, mary et bail de Delle Mathienne Déliot » donnent encore environ 14 000 florins, au nom de leur père et au leur11. Les revenus que cette somme procure permettent de distribuer en plus aux enfants des souliers et les célèbres habits gris qui les font bientôt surnommer « les Grisons ». En 1558, un additif au règlement initial précisait « que tous les enfants masles, qui de ce jour en avant seront reçeus pour fréquenter ladicte école les jours de dimences et festes avecq la prébende mentionnée, debveront estre vrais povres enfants apprendans stil ou mestier, qui ne aient esté en apprentissage plus de deux ou trois mois… Pour les filles, debveront estre vraies povres filles, eagées de dix ans pour le moins, natisve de la ville ou taille d’icelle… faisant quelque œuvre manuelle ». Dès l’origine, Hubert Déliot prévoit que son établissement fonctionne également pendant la semaine comme école journalière, pour d’autres enfants désœuvrés, mais non-prébendés et distincts des précédents. « En laquelle escholle seront et debveront estre encore receus par lesdicts maistres et maistresses povres enfans, tant fils que filles, que bon semblera ausdicts ministres généraux des povres… et ce jusqu’au nombre de cent enfants seulement. Et lesquels povres enfants hanteront ladicte eschole tous les jours ouvriers et non point les jours de dimences et festes ». En 1558, dans le complément au règlement, il ordonne de rétribuer un maître supplémentaire, « quy se prendra et choisira par les ministres généraulx, pour estre à la dicte eschole festes et dimences…, pour par ledict maistre estre apprins les enfans venant à ladicte eschole non prébendez, et apprendra les dicts enfans à bien lire, escripre, compter, et lever ». Ainsi ces enfants étaient pris en charge sept jours sur sept.

  • 12 Ibidem J d 4 et J. 184, règlements de 1554 et de 1558. D’après les comptes qui sont conservés (1565 (...)

7Certains aspects de la fondation Déliot peuvent faire penser aux écoles dominicales qui seront créées à la fin du XVIe siècle sous l’impulsion des pionniers de la Contre-Réforme. Mais elle en diffère beaucoup par son caractère apparemment peu « religieux ». Le « discours » des fondateurs, les clauses des règlements sont nettement laïcs. Comme on a pu le constater, les maîtres sont chargés d’apprendre aux enfants à lire, à écrire et à calculer, et non de dispenser une éducation religieuse. Hubert Déliot déclare fonder cette école « afin que pauvres enfans, jeunes d’âge, puissent avoir meilleure occasion et moyen de vivre à perfection et honneur », en ajoutant simplement qu’il agit ainsi « à l’honneur de Dieu, nostre créateur ». Il charge les ministres généraux des pauvres d’administrer cet établissement, de choisir le maître qui tient la maison avec son épouse, donc obligatoirement un laïc, ainsi que celui qui les aide le dimanche, et il ne fait aucune référence à l’écolâtre de Saint-Pierre. Il n’est pas davantage fait mention de celui-ci dans le serment que doivent prononcer les maîtres d’école, et qui est ainsi libellé. « Vous jurez et promectez, par le foy et serment que debvez à Dieu nostre créateur, de vous acquiter bien justement et léallement à vostre sens et pooir en l’exercice de maistre d’eschole des povres de ceste ville, instruire et endoctriner les enfans et escoliers quy vous seront envoiés par les commis généraulx du Siège desdicts povres, tant pour y hanter et fréquenter les jours ouvriers comme les Saincts jours de dimences et festes… etc. Ainsy vous face Dieu et tous les Sainct de paradis… etc. Moiennant le serment par vous faict, les commis généraulx des povres, icy présens, en vertu et de l’autorité de pooir à eulx donné par l’institution et lettres d’ordonnances de ladicte eschole, vous, rechoipvent et acceptent à maistre d’eschole », répondent à leur tour les administrateurs12.

  • 13 Philippe Denis, « La correspondance d’Hubert de Bapasme, réfugié lillois à Strasbourg (1545-1547) » (...)
  • 14 Ibidem, lettre VIII, p. 107 et lettre XXI, p. 301 A.L.E. Verheyden, Liste des condamnés op. cit. No(...)

8Mais on peut aller plus loin et proposer une nouvelle lecture de la fondation Déliot, très différente de celle faite jusqu’à présent. L’école Déliot semble manifestement une réalisation des milieux marchands lillois éprouvant des sympathies pour la Réforme (Hubert), ou qui lui sont acquis (ses filles). La récente publication des lettres d’Hubert de Bapasme, réfugié lillois à Strasbourg en 1545-1547, le prouve13. Ce jeune marchand lillois avait quitté précipitamment Anvers, en 1545, à la suite de l’enquête menée lors du procès de Pierre Brully et était parti pour Strasbourg, ayant décidé d’abandonner « la marchandise » pour l’étude. Arrivé dans cette ville, il envoie des lettres à Lille à son frère Pierre, à son oncle Hubert Déliot, et à ses cousin et cousines, Guillaume, Mariette, Jeanne et Marie Déliot, lesquels lui répondent. L’étude de ces lettres ne permet pas d’affirmer catégoriquement qu’Hubert Déliot ait embrassé la « nouvelle religion », mais cela paraît probable. En revanche, c’est certain pour ses filles et son gendre Gérard du Bosquiel. Jeanne voudrait qu’Hubert de Bapasme fut encore à Lille, car « elle seroie tant bien endoctrinée ». Mariette lui écrit. « Je me sent bien tenue de vous aimmer tous les jour de ma vie pour le bonne doctrinne que j’ay toujour reçut de vous ». Marie Déliot figure sur la liste des personnes poursuivies à Anvers par le Conseil des Troubles14. Pour Guillaume, c’est moins probable car il étudie à Louvain.

  • 15 Nous renvoyons aux travaux de L. Febvre, d’E. Leonard et au récent livre de P. Chaunu, Église, Cult (...)
  • 16 « La correspondance d’Hubert de Bapasme »... publiée par Ph. Denis, art. cit., lettre IX p. 108. Ma (...)
  • 17 A.B.B.L. J.184. Nicolas Bave est appelé, à tort, Bane par Ph. Denis.

9En matière d’instruction et de catéchèse, les Réformateurs étaient à l’origine d’innovations décisives. On connaît le rôle important du Grand et du Petit Catéchisme de Luther (1529) et surtout l’immense succès du « Formulaire d’instruire les enfans en la Chrétienté » ou Catéchisme de Jean Calvin (1537). Hubert de Bapasme, émerveillé, décrit à ses cousines Déliot les séances publiques de catéchèse à Strasbourg. De même, on a souligné, à juste titre, que la religion réformée est avant tout une religion du Livre et de la Parole15. Elle attache une importance essentielle à la lecture personnelle de la Bible. Hubert de Bapasme rappelle à son frère Pierre qu’« il ne se fault doncques tant occuper au biens mondains que on ne trouve quelque petite espasse de temps pour scrutiner les saintes Escriptures, quy est la vertu de Dieu et est salut à tous croiantz ». Il encourage ses cousines dans la même voie. Mariette Déliot lui répond : « Touçant de lyre, je lys plus volontyé qu’en soloy… ch’es ung bau pasetant que de lyre et s’y aprentent beaucos de choses… Je sy bien mary que on dyt cons vas denfendre les lyvr(es) »16. Il fallait permettre au plus grand nombre de lire la Bible, donc les alphabétiser. À Lille, où la répression sévissait, il était exclu d’entreprendre l’instruction publique des enfants en la foi réformée, mais on pouvait créer une école pour apprendre à lire aux pauvres et leur permettre ainsi d’accéder ensuite au trésor de la Parole de Dieu. Tel est le sens profond de la création de l’école Déliot. Les rares concessions faites au catholicisme dans la fondation, et notamment au Salve avec la récitation du De Profundis et de la Collecte des trépassés pour l’âme de Pierre Déliot, ne doivent pas surprendre. D’une part, elles répondent peut-être aux désirs exprimés par Pierre, un des deux premiers fondateurs, que nous ne connaissons pas ; d’autre part, il fallait que cette création fût approuvée par les gouvernants. En revanche, on a soigneusement veillé à ce que l’école ne puisse être prise en mains par les prêtres en exigeant que l’enseignant qui la tient soit marié. Et surtout, fait révélateur, il n’est pas stipulé que les enfants doivent entendre la messe ensemble, ni à l’école, ni dans une église. Ils en feront leur affaire personnelle le matin de bonne heure, ou entre dix heures et une heure. En 1563, les enfants d’Hubert précisent qu’en créant cet établissement leur père désirait « de tout son cœur faire œuvre agréable à Dieu et à l’exaltation de son nom et à l’édification du petit populaire », formule qui « sent » plus le huguenot que le catholique. Enfin en 1576, le marchand Nicolas Bave, beau-frère d’Hubert de Bapasme précisément et manifestement acquis à la « nouvelle religion » lui aussi comme en témoigne ses lettres de 1546, « meuz de dévotion et zèle envers lesdits povres enffans et pour faire œuvre aggréable à Dieu nostre créateur et salutaire pour leurs âmes » donne 2400 florins à cette institution, en raison de la « chèreté » de toutes choses17. L’école Déliot est donc une entreprise d’alphabétisation des milieux populaires créée et soutenue par des marchands lillois membres ou sympathisant, de l’église réformée.

3) L’Église et le problème de l’instruction religieuse des enfants.

  • 18 J. Toussaert, écrit : « La première page de l’histoire de la catéchisation, dans la partie français (...)
  • 19 J. Toussaert, op. cit., p. 68. Sur l’histoire de l’éducation en France, on dispose maintenant d’exc (...)

10Comme le faisait observer Jacques Toussaert pour le West-Hoek18, on ne sait pratiquement rien sur l’instruction religieuse éventuellement dispensée aux enfants pendant cette période par les catholiques. À Lille, paradoxalement, les orphelins des deux sexes étaient les mieux lotis puisqu’ils avaient à leur disposition, dans leur établissement, un chapelain chargé de l’assurer, soit le midi, soit le soir, soit le dimanche. Quant aux enfants fréquentant les écoles, ils sont apparemment alphabétisés en latin selon les méthodes traditionnelles. Un texte de 1563 ordonne en effet de donner gratuitement aux enfants fréquentant l’école Déliot, « papier, plume, a.b.c.daires, sept psaumes et paternostres ». Les enfants qui fréquentaient les écoles en Flandre apprenaient eux aussi à lire les « A.B.CBœkjes » composés par les Frères de la vie commune ; nous savons par ailleurs que les écoliers français faisaient de même dans les « Croix de par Dieu » et autres livrets du même type19. Mais on n’a hélas conservé à Lille, comme en beaucoup d’endroits, aucun exemplaire de ces anciens Abécédaires. Les enfants qui fréquentaient ces écoles connaissaient donc quelques prières ; mais ils n’étaient qu’une petite minorité.

  • 20 « Ac (Curati et Vice Curati) eos (parochianos) hortentur et excitent ut pueros suos ad studium litt (...)
  • 21 « Correspondance d’Hubert de Bapasme »... publiée par Ph. Denis, op. cit, lettre V, p. 101.

11Restait la masse des autres. Les curés de paroisse faisaient-ils assurer le dimanche une instruction religieuse à leur intention ? On n’en trouve aucune trace. Il est vraisemblable que rien, ou presque rien, n’était organisé en ce sens. Pour transmettre aux enfants les rudiments de la foi et leur faire apprendre leurs prières, on comptait en fait sur les parents et sur les maîtres d’école, comme l’indique le synode de Tournai de 152020. Selon Hubert de Bapasme, en 1546, le bilan était catastrophique, puisqu’après avoir fait état de son admiration pour les connaissances religieuses des petits Strasbourgeois, il ajoute : « S’on interroguoit ainsy les enfantz à Lille, je ne say comment ils saueroient rendre raison de leur foy. Je laise les enfantz, mais s’on venoit à interroguer les grandes gens, tant hommes que femmes et bigottes ensemble, Dieu scait comment ilz commencheroient. Toutefois che sont bien bons cristiens par leur dire, mesmes sans avoir aulcune cognoisance de leur Dieu, quy est chose lamentable »21. Témoignage accablant, légèrement partial peut-être, mais qui en dit long sur l’ignorance religieuse des catholiques lillois, enfants et adultes.

  • 22 Rec. des Ord. des Pays-Bas, 2e série, règne de Charles-Quint, t. VI, p. 51-53. Cet édit devait être (...)
  • 23 A.G.R. Bruxelles, Cons. des Troubles, N° 32. Les maîtres incriminés sont : « À Saint-Sauveur, Gérar (...)

12Face au dynamisme des protestants en matière d’instruction des enfants, la première réaction des gouvernants avait été de défendre et de réprimer. Il fallait empêcher les « sectaires » d’endoctriner la jeunesse et Charles Quint, en 1550, avait pris un édit pour contrôler étroitement les enseignants. « Considérant que les dictes sectes et erreurs sont procédés qu’aucuns pédagogues et maistres d’escholle se sont avancez à lire et apprendre aux enfans plusieurs livres nouveaux, nous ordonnons que… nul de quelques estat ou condition qu’il soit pourra tenir escholle publiquement, pour apprendre les jeunes enfans masles ou femelles, à lire, escrire, parler en quelque langage que ce soit, que préalablement il ne soit admis et approuvé… par l’officier principal du lieu et du curé de l’église parochiale… ou des chapitres ou escholastres… Que ceux qui seront admis ainsi et approuvez à tenir escholle, ne pourront lire ne apprendre ès escholles particulières aucuns livres que ceux qui seront désignez par l’advis et déclaration de ceux de nostre dite Université de Louvain »22. Mais il était bien difficile d’appliquer ces mesures. L’enquête de 1569 ne révèle-t-elle pas que dans la « bonne ville » de Lille, fidèle au roi pourtant, quatre maîtres au moins étaient suspectés de propager l’hérésie ?23. Par ailleurs, ils avaient été « admis, tant seulement par Messieurs », sans consultation de l’écolâtre, au mépris des placards.

  • 24 A.M.L., Reg. aux rés., No 281, Fo 138, 1639. Nous avons mis en italique le passage.
  • 25 J. De Viguerie, L’institution... op. cit, p. 41-42.

13Les catholiques les plus lucides étaient persuadés qu’une attitude répressive ne suffisait pas. Il fallait mener une politique offensive et constructive pour « aller au-devant des hérésies », ainsi que l’expliqque excellemment, a posteriori, une ordonnance lilloise de 1639. « Il importait grandement au salut des âmes et bien publique que les enfants de quelle qualité ou condition qu’ils fussent soient instruits soigneusement en leur tendre jeunesse en tout ce qui touche et concerne la foy apostolique et romaine ; pour quoy… il avoit esté jugé nécessaire d’aller au-devant des hérésies, desquelles on redoubtoit le progrès et l’établissement »24. Sous-jacente, apparaît « l’idée capitale… (qu)’il ne suffit pas de croire ». Il faut croire « explicitement ». Il faut croire, « distinctement ». Autrement dit, la foi doit reposer sur la « science », sur la « connaissance », comme le souligne Jean de Viguerie25, et cette idée-force va progressivement s’imposer.

  • 26 Conc. de Trente, Sess. XXIV, de reformatione, c. 4.

14Ces préoccupations n’étaient pas absentes des débats à Trente. Le Concile déclare notamment : « Les évêques auront soin qu’au moins les dimanches et les fêtes, dans chaque paroisse, les enfants soient instruits des rudiments de la foi, de l’obéissance qu’ils doivent à Dieu et à leurs parents ; s’il en est besoin, ils contraindront, même par les censures ecclésiastiques, ceux qui sont chargés de cette fonction à s’en acquitter fidèlement »26.

II) La création des écoles dominicales.

1) Les promoteurs de l’entreprise aux Pays-Bas.

  • 27 J. Maloteaux, Histoire du catéchisme dans les Pays-Bas depuis le Concile de Trente, Renaix, p. 16.

15Les moyens et les méthodes de l’instruction religieuse des enfants, imités d’ailleurs partiellement des « modèles » protestants, sont créés et expérimentés sur le terrain par les grands pionniers de la Contre-Réforme. On sait qu’après des réticences et des hésitations, les membres de la Compagnie de Jésus avaient accepté d’assumer des responsabilités grandissantes en ce domaine et d’enseigner des externes dans leurs collèges. Charles Borromée de son côté avait tracé les lignes directrices de la pastorale en cette matière, comme en d’autres. À sa mort, on dénombrait dans le diocèse de Milan 3000 catéchismes assurés par 740 catéchistes et fréquentés par 40 000 personnes27.

  • 28 Voir notre communication « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas m (...)
  • 29 Cf. Vie et Histoire de Quinte Monnier, première maîtresse de l’école dominicale, tirée des Mémoires (...)
  • 30 Document de 1564 cité par Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans (...)

16Aux Pays-Bas, les premières initiatives pour promouvoir la catéchèse des enfants sont directement liées à l’arrivée des Jésuites, dans le diocèse de Tournai notamment. On peut très précisément les rattacher au retour du Père Bernard Olivier dans son village natal d’Antoing, en 1554. Celui-ci, non seulement rassemblait les garçons le dimanche pour les endoctriner, mais il se faisait assister par Quinte Monnier, elle-même aidée de quelques compagnes, pour la catéchèse des filles. Bientôt, l’évêque de Tournai Gilbert d’Oignies, les fait venir dans sa cité épiscopale et leur confie la même mission. Elles l’assument en étroite coopération avec le Père Mortaigne. En 1569, elles sont quatorze, et le peuple les surnomme « les Jésuitesses »28. L’évêque de Ruremonde, Lindanus, envoie même des filles de son diocèse suivre un stage de formation auprès de Quinte Monnier. Une banale anecdote souligne la nouveauté de cette expérience ; une « hérétique » tournaisienne, âgée de 60 ans, entendant sa petite fille réciter le catéchisme « disoit, qu’en son jeune temps, les enfans n’apprenoient point telles choses »29. L’archevêque de Cambrai, Maximilien de Berghes, se montre également soucieux du problème, mais dans une optique plus traditionnelle. Il est « nécessaire que la jonesse, pour le redressement requis, soit bien et catholiquement instruite et fauldra donner ordre que n’y ait plus tant d’escholles particulières de Valtons ny de filles », écrit-il au Magistrat de Valenciennes, en février 156430.

  • 31 Conc. provincial de Cambrai, 1565, Tit. III, c. 1 et 3, in Th. Gousset, Les actes de la province ec (...)
  • 32 Deram, Synodicon belgicon... t. I, p. 121.

17Ces préoccupations, ces premières initiatives inspirent les décisions prises au premier concile provincial de Cambrai en 1565. Le Titre III, De scholis, bien fourni, demande instamment qu’on développe les écoles et surtout que les maîtres y enseignent le Symbole des Apôtres, l’Oraison dominicale, la Salutation angélique, les commandements de Dieu et ceux de l’Église, la formule de la confession, le tout en latin et en langue vernaculaire. Cette assemblée, une des toutes premières, proclame solennellement le droit à l’instruction chrétienne des enfants qui ne fréquentent pas les écoles, notamment parce qu’ils travaillent, et elle rappelle les devoirs des curés en la matière. « Il y a beaucoup de gens que la pauvreté empêche de faire élever leurs enfants dans les écoles ; et pourtant on ne saurait négliger le salut de ces enfants, car ils appartiennent eux aussi au corps et à la famille du Christ. C’est pourquoi, les jours de fête, et surtout les dimanches, après l’office des vêpres, les maîtres d’école enseigneront les rudiments de la foi et du catéchisme, en se mettant à la portée de la jeunesse qui n’a pas appris les lettres »31. Cette prise de conscience de la nécessité de christianiser les enfants des milieux populaires, et plus généralement ceux qui ne jouissent pas d’une certaine stabilité dans l’existence, est fondamentale dans une région où l’industrie textile règne en maîtresse dans maintes localités. En 1570, le concile de la province voisine de Malines, sous l’impulsion de Lindanus, explicite plus nettement encore la mission assignée à cette catéchèse du dimanche en précisant qu’elle s’adresse avant tout aux jeunes artisans et ouvriers, « car tous les enfants ne peuvent fréquenter les écoles quotidiennes, mais plusieurs d’entre eux sont employés pendant la semaine au travail manuel ou à d’autres occupations domestiques »32.

  • 33 F. Buisseret devient doyen du chapitre cathédral de Cambrai, puis évêque de Namur en 1601, et enfin (...)

18La mise en application de ces intentions et de ces directives est évidemment retardée par les troubles qui marquent, dans les années qui suivent, l’histoire des Pays-Bas. Par ailleurs « les maîtres d’écoles » n’étaient pas, pour la plupart, capables ou désireux de remplir la fonction de catéchiste, comme le demandait le Concile de Cambrai en 1565. Néanmoins des hommes se mettent au travail. Parmi ceux-ci, François Buisseret joue un rôle décisif. Ce jeune noble, licencié de l’Université de Louvain, est envoyé à Rome par l’archevêque en 1575. Il y séjourne deux ans ; sur le chemin du retour, il s’arrête à Bologne. Il y acquiert le grade de docteur et le cardinal Paleotti, grand ami de Borromée, l’ordonne prêtre. François Buisseret découvre ainsi sur place les réalisations du « laboratoire italien », et notamment les écoles dominicales. Il est un trait d’union vivant entre l’Italie et les Pays-Bas. Revenu à Mons, le chanoine Buisseret s’attache à bien structurer le catéchisme dominical qui avait été institué en l’église Saint-Germain en 157333.

  • 34 Document publié dans A.H.E.B., t. X, 1873, p. 115. Le nom du Père de Fourmanoir est cité dans le Ms (...)
  • 35 « L’« Instruction » de François Buisseret a vraisemblablement connu une relative diffusion sous une (...)
  • 36  Th. Gousset, Actes de la province de Reims, ... op. cit, p. 316. Le canon III réaffirme avec force (...)
  • 37 Placard de Philippe II du 1er juin 1587, art. XV, cité par Fontaine de Resbecq, op. cit., p. 316.
  • 38 Synode de Tournai, 1589, Tit. XX, in J. Legroux, Summa statutorum... p. 256-259.

19Alexandre Farnèse, devenu gouverneur général des Pays-Bas, est alors tout disposé à appuyer les initiatives qui seraient prises et à les généraliser. En 1580, depuis Mons précisément, il lance une « Instruction » pour appuyer l’action du « commis de l’enseignement de la jeunesse catholique » désigné par le roi, le Père de Fourmanoir. « Faisant entendre bien vivement aux pasteurs, curés, maistres d’escolles, magistrats et justice, l’importance de ladite doctrine, ensemble la volonté et sainte intention de Sa Majesté à la restauration de la nonchalance au service de Dieu, pour accroissement de nostre saincte vraye foi et religion catholique romaine, et le mal advenu à deffaut de tels offices et saints exercices », A. Farnèse demande qu’on ouvre partout, dans les villes, les bourgs, les villages, des écoles dominicales34. En fait, ce long texte est déjà une ébauche de règlement. Comme il est daté de Mons et que ses prescriptions ressemblent étroitement à l’« Instruction pour le dressement des écoles dominicales » publiée par François Buisseret en 1587, il n’est pas impossible que ce dernier ait coopéré à la rédaction du texte signé par A. Farnèse, ou qu’il l’ait inspiré35. En 1586, le même Buisseret, doyen du chapitre cathédral, prend une part active au deuxième concile de la province de Cambrai tenu à Mons, notamment à la rédaction du Titre XXI, De Scholis ; celui-ci est une synthèse des prescriptions de 1565 et des décrets du concile de Malines de 1570, qu’il répète souvent36. Le roi, dans le placet du 1er juin 1587 donnant force de loi aux décrets de ce concile, insiste sur ce point. « En ce temps présent, il est plus que nécessaire de faire partout des escholles dominicales pour l’instruction de la pauvre jeunesse »37. Jean Vendeville, dans le synode diocésain de Tournai tenu en 1589, reprend ces textes pour son diocèse et prescrit aux écolâtres et aux doyens de visiter fréquemment les écoles38.

2) La création de l’école dominicale de Lille (1584).

  • 39 A.M.L., Reg. O.M. No 383, Fo 130, 15 février 1584.
  • 40 A.B.B.L., I. 43, 1584. Le baron de Rassenghien avait été fait comte d’Isenghien par Philippe II.
  • 41 On connaît les noms des sept premiers surintendants, à savoir « Philippe de la Rivière, écuyer, sei (...)

20L’appel du roi et du prince de Parme avait été entendu par le Magistrat lillois qui partageait les mêmes préoccupations au sortir de la tourmente. C’est pourquoi, le 15 février 1584, « on faict commandement à tous, pères et mères, maistres et dames des paroisses de Saint-Sauveur et Saint-Maurice ayans enfans, serviteurs et tabliers, tant filz que filles, soubs leurs charges, depuis l’eaige de huit ans, ne sachans leurs paternostres, créanches, lisre et escripre, que ils ayent à les envoyer le dit jour de dimanche à huit heures du matin, entre les deux portes du Molenel, là où ils trouveront maistres et maistresses députés de par Messieurs pour les enseigner »39. Cette initiative reçoit l’appui financier de la famille d’Isenghien, selon les dernières volontés du défunt gouverneur de Lille qui « auroit eu grand désir qu’en icelle ville fut esté dreschié quelque escolle pour l’instruction de la jeunesse en bonne discipline et piété »40. Ce concours posthume du baron de Rassenghien symbolise le climat de « Reconquista » spirituelle et religieuse dans lequel s’inscrit cette création. Sept « surintendants » et un « receveur » sont désignés pour administrer cette institution ; ils appartiennent à cette « major et sanior pars » de la bourgeoisie qui fournit habituellement les membres du Magistrat, les marguilliers des paroisses, ou les ministres de la Bourse commune des pauvres. Philippe de la Rivière, écuyer, seigneur de Warnes, qui fut si souvent rewart ou mayeur est d’ailleurs choisi comme « chef de ladite assemblée »41.

21Ces écoles sont donc organisées pour les enfants et les adolescents pauvres âgés de huit à dix-huit ans au plus ; les deux paroisses les plus populaires ont été retenues en priorité pour cette expérience qui est étendue aux trois autres au mois de juin. Dès 1585, le Magistrat se préoccupe de faire respecter le principe de l’obligation et fait la chasse aux certificats de complaisance délivrés par des maîtres qui tiennent des écoles privées, à la requête de certains parents, afin de dispenser leurs enfants de s’y rendre.

  • 42 A.M.L., Reg. O.M. No 383, F° 152, 1585.
  • 43 Ordonnance du Magistrat de Valenciennes de 1584, citée par Fontaine de Resbecq, op. cit., p. 387.
  • 44 Après la conquête française, l’école dominicale dut quitter les locaux du corps de garde ; elle fut (...)
  • 45 A.M.L., Reg. O.M. No 384, Fo 27 vo.

22On surveille plus spécialement les « père, mère, maistre et maistresse qui seroient à l’apparant de petite faculté »42. Nous reviendrons sur cet aspect important ; notons que cette préoccupation est aussi celle du Magistrat de Valenciennes qui, la même année, ouvre une école dominicale destinée aux enfants « depuis six ans et au dessus, et signamment aux pauvres enfans et gens de mestiers quy n’ont moyen d’aller journellement aux autres escolles et sont les jours ouvriers employés à faire quelque styl et mestier pour gaigner leur vie »43. En 1588, les échevins lillois affectent à l’école dominicale d’amples locaux situés au centre de la cité au corps de garde, au-dessus des grandes boucheries. En 1590, selon l’évêque, 1200 enfants la fréquentent (600 garçons et 600 filles environ). Ils sont accueillis par 17 maîtres et 10 maîtresses44. En 1595, le Magistrat couronne son œuvre en y ajoutant « une escolle journalière d’enfans, tant masles que femelles » accueillant donc pendant la semaine, au même endroit, un certain nombre d’enfants45.

  • 46 Un article des dépenses du compte de 1589-1590 stipule que 36 lp sont versées à Nicolas Blondin, pr (...)
  • 47 A.M.L., Reg. aux mémoires No 15 925, 22 mars 1589 et A.B.B.L., compte de l’année 1589-1590, 1.220. (...)
  • 48 75 lp par an sont versées à Isabeau Delattre, consécutivement à la requête qu’elle avait présentée (...)

23L’examen des comptes de l’école dominicale révèle que dès 1589 les élèves des écoles particulières de la ville y viennent le vendredi après-midi, de une heure à cinq heures, y suivre des leçons de catéchisme46. Ces écoles devaient être assez nombreuses puisqu’en 1589, 32 maîtres et maîtresses prêtent en français le serment imposé par Philippe II et sept en latin. Or sur les 39 noms relevés, nous n’en retrouvons que trois parmi les 30 cités dans les comptes de l’école dominicale, ce qui donne un total de 66 enseignants47. Enfin des initiatives privées, parfois difficiles à déceler, complètent l’œuvre entreprise par le Magistrat. Ainsi Isabeau Delattre, première maîtresse de l’école dominicale, reçoit aussi chaque année 75 lp., « pour le louage de sa maison, en respect et considération qu’elle apprend et enseigne povres filles en sa dicte maison, pour l’honneur de Dieu et sans aulcun sallaire ». Il faut aussi mentionner l’importante fondation réalisée en 1605 par Guillaume de Bapaume, sur laquelle nous reviendrons48.

  • 49 Sur les confréries de la Doctrine chrétienne, se reporter aux ouvrages généraux, notamment à ceux c (...)

24On est évidemment surpris de ne pas trouver trace à Lille d’une « Confrérie de la Doctrine Chrétienne », dite encore de saint Grégoire, pour soutenir le catéchisme dominical. Ces associations, nées en Italie du Nord et développées par Charles Borromée, réunissaient des ecclésiastiques, des laïcs, les maîtres, les catéchistes pour promouvoir l’instruction des enfants en la doctrine chrétienne. Grégoire XIII, en 1576, les avait encouragées. Aux Pays-Bas, François Buisseret et le deuxième concile provincial de Cambrai recommandaient leur création, ce qui avait été fait à Valenciennes dès 1585 et cette confrérie se montre fort active49. Rien de tel à Lille ; mais cette « lacune » ne surprend guère. Le Magistrat, jaloux de son autorité, ne veut pas permettre aux ecclésiastiques, notamment aux chanoines, d’intervenir dans l’administration de cette institution. Il suit en ce domaine, comme en d’autres, la ligne politique qui a été et reste la sienne : l’école dominicale est un établissement public, géré par des administrateurs laïcs, les surintendants, qu’il désigne et qui sont responsables devant lui. Il ne souhaite donc pas voir se créer une confrérie dont les membres, notamment les ecclésiastiques, se croiraient autorisés à intervenir dans la marche et la gestion d’une institution qui ne regardait que lui et ses « commis ».

3) Le financement de l’école dominicale lilloise (1584-1667).

  • 50 Règlement de l’école dominicale de Namur, art. 11, publié par J. Maloteaux, op. cit., p. 122.

25La raison d’être de l’école dominicale est de dispenser une instruction religieuse aux enfants pauvres. Mais avant d’aborder cette question fondamentale, il faut analyser sommairement le financement de cette institution. D’une part, sans ressources assurées, elle aurait vite périclité ; d’autre part, l’étude des différentes formes de concours financiers et de leurs variations est révélatrice de l’adhésion plus ou moins large de la population, et surtout des notables, au projet. François Buisseret souligne d’ailleurs la responsabilité des élites en la matière : « L’école dominicale est aussi de grande considération auprès des gens qui sont par-dessus le commun et ont le zèle de la vraye religion, le Christ ayant mis en parallèle enseigner les pauvres et faire des miracles »50.

  • 51 Chiffres extraits des comptes de l’école dominicale conservés aux A.B.B.L. ou aux A.M.L.
  • 52 Citons les noms des quêteurs en 1597-1598, par exemple : À Saint-Étienne : Jehan Galliot, marchand, (...)
  • 53 A.M.L., Reg. aux rés. No 279, F° 17 vo, 23 juin 1597 « De surseoir les escolles ».
  • 54 Ibidem, Reg. O.M. No 384, Fo 166 vo, 8 nov. 1597.

26Au départ, le financement était essentiellement assuré par les revenus assez modestes de la fondation Isenghien, par une subvention de la ville et surtout par le produit des quêtes faites dans les paroisses. Ces « pourchas » réalisés toutes les semaines dans les églises et dans les maisons rapportent 1505 lp la première année, soit la moitié des recettes. Le « rythme de croisière » s’établit ensuite et, jusqu’en 1635, le produit des quêtes représente un tiers environ du total des recettes ; en 1595-1596, 888 lp sur 2561 lp ; en 1628-1629, 928 lp sur 3171 lp ; en 1632-1633, 643 lp sur 1897 lp51. Ce sont des bourgeois, et même des notables, qui acceptent la tâche astreignante de passer de maison en maison recueillir les dons de leurs concitoyens52. La moitié au moins du produit des « pourchas » est fournie par les habitants de la paroisse du centre de la ville, Saint-Étienne, où demeurent les Lillois les plus aisés. Bien entendu, l’influence de la conjoncture ou des épidémies de peste se fait sentir. Ainsi en 1597, « aux mois d’aoust, septembre et octobre, rien n’en a esté receu à raison que aulcuns pourchas ne se sont faicts avant ladicte moitié de la paroisse pour la malladie infectées audict endroict »53. Il est vrai que pendant la même période, comme d’habitude en pareille circonstance, le Magistrat avait décidé de « surseoir les escolles ». Celles-ci rouvrent le 8 novembre, « le mal contagieux allant grandement en diminuant, et conséquamment le péril ayant causé la surchéance d’exercice de l’escolle dominicale ». Il est donc ordonné, « à tous pères et mères de renvoier leurs enffants, comme du passé, à péril de griesve pugnition arbitraire »54.

  • 55 Les recettes des quêtes pour le catéchisme et les dépenses effectuées sont consignées dans un compt (...)
  • 56 En 1649, le receveur ne reporte que « la recepte, à cause des pourchas qui se font ordinairement ès (...)
  • 57 Ibidem, compte de 1658-1661, I. 248, F° 31.

27Le fait majeur est l’effondrement du produit de ces quêtes vers 1630 ; le renversement de la conjoncture, puis les conséquences du conflit franco-espagnol en sont les principales causes. Il faut aussi faire intervenir, après 1640, la concurrence des quatre nouvelles quêtes annuelles prescrites par le Magistrat en faveur du « catéchisme général »55. Cette initiative, que nous étudierons plus longuement, vise à susciter un nouvel élan en faveur de la catéchèse des pauvres et à fournir des ressources à cette œuvre. Elle atteint ce but, mais par voie de conséquence elle entraîne à brève échéance l’effondrement des recettes fournies par les « pourchas » traditionnels destinés à l’école. En 1648, le Magistrat en tire la conséquence et supprime les quêtes qui se faisaient, chaque semaine « avecq la boitte », au domicile des Lillois. Il maintient uniquement celles qui intervenaient dans les églises et qui d’ailleurs ne rapportent presque rien56. En fait la misère, due aux effets de la guerre et de la dépression économique, diminue considérablement les ressources des habitants, même des plus aisés. Les rentes possédées par l’école, de surcroît réduites comme toutes les autres par décision du Magistrat, ne sont plus payées et il faut supprimer certaines dépenses. « Quant aux achapts de draps, toilles et autres menues parties à effect d’en revestir lesdicts pauvres enfans, rien n’en at esté faict ny effectué durant le temps de ce compte pour n’avoir suffisamment reçeu les revenus desdites fondations, pour à ce satisfaire ; et ce à raison de la calamité et misères qu’il at eu durant les années du présent compte », déclare le receveur pour l’exercice 1658-166057.

  • 58 J. Houdoy, L’instruction gratuite et obligatoire depuis le XVIe siècle à Lille, brochure, Lille, s. (...)
  • 59 Voir en annexes le tableau des fondations que nous avons dressé en nous référant essentiellement au (...)

28En réalité les échevins, dès le début, comptaient sur la charité privée pour promouvoir cette œuvre et ils savaient que les curés et les religieux ne manqueraient pas de la recommander à la générosité des habitants. Le soutien initial de la famille de Villain de Gand (Isenghien) était de bon augure. Ultérieurement, le concours des particuliers prend la forme soit de dons et legs, soit de fondations. Par celles-ci les bienfaiteurs apportent un capital qui garantit des revenus mais généralement impose des charges spécifiques. Si le montant des sommes léguées est fonction des moyens ou de la générosité des donateurs, leur nombre traduit la plus ou moins grande popularité de l’entreprise. L’affirmation d’Houdoy, selon laquelle à Lille « il était passé en usage que chaque testament contint un legs plus ou moins modique en faveur des écoles », reflète une certaine réalité mais est excessive. En effet, on relève dans les comptes deux à cinq legs par an en moyenne, huit ou dix au maximum58. Quant aux fondations, nous en avons dénombré 22 entre 1584 et 166759. Elles sont le fait de dix hommes, de dix femmes et d’anonymes ; la plupart interviennent dans les années 1585-1593 et 1619-1628 ; on n’en trouve plus entre 1650 et 1667, mais il y en aura quelques autres ensuite. Les six plus importantes, dont la plus élevée n’est cependant que de 4800 lp. en capital, ce qui est peu à côté des sommes considérables données par les Déliot ou Guillaume de Bapaume, ont pour auteurs cinq hommes et un anonyme. Le fait mérite d’être relevé, car en matière d’œuvres pies les femmes l’emportent généralement sur les hommes. Mais on n’est guère surpris de voir des marchands manifester de l’intérêt pour cette œuvre « utile », d’autant plus que certains d’entre eux ont pu être appelés à administrer l’école en tant que surintendants. En revanche, l’entreprise ne semble pas avoir suscité beaucoup d’enthousiasme chez les chanoines puisqu’on ne trouve que deux ecclésiastiques dans cette liste. Certains fondateurs demandent qu’on fournisse aux enfants pauvres qui fréquentent habituellement l’institution des habits et des souliers ; seule Michèle Cauwersin pense en priorité « au catéchisme général ».

  • 60 À titre indicatif, mentionnons la ventilation des recettes en 1597-1598
    Revenus de 4 fondations, don (...)

29La part que représentent les revenus des fondations dans la recette générale varie évidemment selon la période observée. En 1597-1598, ils représentent 830 lp. sur une recette annuelle de 3215 lp. et rapportent donc moins que les quêtes (1099 lp.). De 1635 à 1637, pour deux ans, ils produisent 1232 lp. sur une recette totale de 2773 lp. ; cette chute est évidemment provoquée par la dépression économique, la guerre et la peste. Enfin de 1658 à 1661, pour trois ans, les fondations rapportent 2257 lp., alors que le total des recettes est de 10 510 lp.60

III) La catéchèse des pauvres à l’école dominicale

1) L’instruction religieuse, fin première de l’école dominicale.

  • 61 Ordonnance du Magistrat de Valenciennes de 1584 citée par Fontaine de Resbecq, op. cit. p. 387.
  • 62 A.B.B. Lille, I. 218 et 219, comptes de l’école dominicale. François Buisseret écrit : « qu’il y ai (...)
  • 63 En 1586-87, il s’agit d’Antoine Le Febvre, coûtre, (I 217) ; en 1587-88, de Jean de Heulle, prêtre (...)
  • 64 A.B.B.L., I. 220, Fo 27, compte de l’année 1589-90.
  • 65 Ibidem, 1.222, F° 28, année 1591-92.
  • 66 Synode de Tournai de 1589, Tit. XX, c. 6, in J. Legroux, Summa statutorum, op. cit. p. 257.
  • 67 A.B.B.L., I. 223, F° 23, compte de l’année 1592-93.
  • 68 A.H. Cambrai, XXXVIIe Fonds, École dominicale, A 1 et 2.

30« Commencer par l’Oraison dominicale, dicte Pater Noster, Salutation angélique, le Symbole de la Foi », recommande « l’Instruction » d’Alexandre Farnèse ; « apprendre leurs créances » aux enfants, résume brièvement l’ordonnance lilloise : telle est la fin essentielle des écoles dominicales. Le Magistrat de Valenciennes est plus explicite : « Alexandre Farnèse…, voyant qu’il n’y avoit meilleur moyen ni plus prompt de chasser et extirper les hérésies (cause au vrai dire principalle de la dicte désobéissance), que par bonne instruction de la jeunesse ès points et articles de nostre saincte foy… avait ordonné ériger et dresser… des escolles dominicalles… auxquelles tous les enfants de la ville, bourgade et village, n’ayans moyen d’aller aux escolles journelles… seraient contraincts comparoistre toutes les festes et dimanches, et là apprendre tout ce qu’un chrétien doit scavoir et faire pour estre maintenu en la crainte de Dieu et obéissance de ses supérieurs »61. À Lille donc, comme le demande François Buisseret, il existe un chapelain de l’école dominicale et journalière, chargé de « dire et célébrer la sainte messe, comme aussy de faire l’office de l’eau bénite, semblablement chanter le Salve regina avecq les oraisons et pseaulmes, De profundis et aultres recommandations ordinaires »62. De 1586 à 1588, 48 lp. par an, sont payées en plus à un prêtre de Saint-Étienne, « pour avoir faict la prédication, anonchié et administré la parolle de Dieu aux enfans, tant fils que filles, fréquentants ladite escolle par chascun jour de festes et dimanches »63. Très vite la catéchèse est confiée aux grands spécialistes en la matière que sont les Pères de la Compagnie de Jésus, récemment admis dans la cité. En 1590, le chapelain Nicolas Blondin reçoit « 36 lp par an, d’avoir instruict et cathécisez les enffans fréquentans ladicte escolle les jours de vendredy de l’après-disner…, et les enfans fréquentans ladicte escolle dominicalle depuis une heure de l’après-disner jusques environ les cincq heures »64. Mais dans le compte de 1591-1592, il est mentionné que, « pour l’école journalière, riens ne at esté paie depuis le VIIe jour d’octobre 1590 en avant, à raison que ledit debvoir a esté faict par l’ung des Pères de la Société de Jésus de ceste ville, sans aulcuns gaiges… »65. Par « l’école journalière », qui n’existe pas officiellement à cette date, il faut entendre la leçon de catéchisme qui était dispensée aux enfants des écoles particulières rassemblés le vendredi après-midi comme le demandait l’évêque dans le synode de 1589 : « que les maîtres et maîtresses de ces mêmes écoliers, dans les villes où il existe une école dominicale, conduisent leurs élèves, un jour fixé de la semaine, soit le sixième jour… soit un autre jour… deux fois dans les locaux de l’école dominicale ou en un autre lieu public, où ils seronts examinés et instruits dans les bases de la religion chrétienne, brièvement et clairement »66. Quant aux élèves de l’école dominicale proprement dite, eux aussi « ont esté cathécisés par l’ung des Pères de la société de Jhésus…, tant lesdits jours de festes et dimenches que les jours de vendredy de l’après disner »67. Les Jésuites exercent d’ailleurs ce ministère dans la plupart des villes des Pays-Bas, Anvers, Namur, Tournai, Valenciennes, Cambrai par exemple. Lorsqu’en 1626, l’archevêque Van der Burch fonde dans cette dernière ville la « grande école des pauvres », il déclare dans les lettres d’érection : « estant l’une de nos charges pastoralles, et non des moindres, de cathéchiser les pauvres suivant cette prophétie : il m’a envoyé pour évangéliser les pauvres, et n’ayant (quoy qu’à notre grand regret) la commodité de l’exécuter nous-même en propre personne, nous en avons donné la charge aux Pères de la Compagnie de Jésus »68.

  • 69 A.B.B.L., comptes de l’école dominicale, passim. À titre indicatif, citons quelques prix : en 1586, (...)
  • 70 A.C. Tournai, Fonds écolâtrerie, No 12.

31Les renseignements glanés dans les comptes montrent qu’à l’école dominicale de Lille l’apprentissage de la lecture se fait également à travers des livrets dispensant en même temps une formation religieuse rudimentaire. Tous les ans, le receveur paie à des libraires de la ville, François Boullet jusqu’en 1602 au moins, Simon de Neufville puis Pierre de Rache, 150 à 200 lp. en moyenne, ce qui est une somme importante, pour la livraison d’un « grand nombre d’A.B.C., patrenostres, sept pseaumes, cathécismes, respons de messes »69. On peut rapprocher ces indications des prescriptions que fait l’écolâtre de Tournai aux « coustres et clercqs ruraulx des six paroisses foraines subjectes au vénérable chapitre », et qui sont plus complètes puisqu’elles s’adressent à des maîtres qui tiennent des écoles journalières. « Vous leur aprendrez, écrit-il, premièrement la A.B.C. Après, le Pater Noster, Ave Maria, Credo in Deum, Credo in Spiritum, Confiteor, Benedicite, Agimus tibi gratias, le tout en latin et en franchois. Item, que les filz estant bien instruictz en ce que dessus, leur apprendrez les responses de la messe et que les jours en la semaine les ferez réciter à haulte voix tout ce que dict est. Item, qu’après qu’iceulx scauront lire et réciter les choses avant dictes, vous leur enseignerez les sept psaulmes en latin et puis le petit catéchisme en françois, approuvé, le faisant réciter comme dessus »70.

  • 71 Voir la première partie de ce chapitre et la note No 19.
  • 72 Synode de Tournai, 1589, Tit. XX, c.7 in J. Legroux, Summa statutorum... p. 258.
  • 73 Catéchisme de Cambrai, ou Sommaire de la doctrine chrétienne... édition début XVIIIe, (s.d., vers 1 (...)
  • 74 Sur la messe, voir le chapitre XIII.

32À l’école dominicale, le programme simplifié comprend donc l’apprentissage de la lecture à travers « l’A.B.C. des chrétiens », dont on ne trouve hélas aucun exemplaire local d’époque, le Pater noster et les sept psaumes de la pénitence, ce qui est classique à l’époque comme nous l’avons dit71. Quant aux « respons de messe », il s’agit bien de faire apprendre par cœur les réponses que font en latin les enfants de chœur pendant la messe. Les recommandations de l’écolâtre de Tournai aux clercs ruraux le montrent puisqu’il ajoute « les jours ouvriers, vous envoirez au son de la cloche, ung de vos enfans, scachantz servir à la messe, avecq un aultre ignorant, affin d’apprendre par imitation et par usance ». L’évêque Jean Vendeville est très clair dans le synode de 1589 puisqu’il ordonne « que dans les écoles quotidiennes et dominicales, on enseigne aussi aux enfants les réponses de la messe, selon l’usage romain, avant même qu’ils apprennent le petit catéchisme »72. Celles-ci sont d’ailleurs imprimées en annexes du « Sommaire de la doctrine chrétienne » ou Catéchisme de Cambrai73. Ces prescriptions, cet apprentissage ne sont pas surprenants. N’oublions pas tout d’abord que la première phase de la messe est précisément appelée « messe des catéchumènes », c’est-à-dire qu’elle était destinée à ces enfants et qu’il était souhaitable qu’ils en comprennent le sens. D’autre part, nous verrons ultérieurement quelle place privilégiée tient la messe dans la théologie et la stratégie pastorale catholiques, en particulier sur cette « frontière de catholicité » où les protestants l’avaient attaquée avec violence74.

  • 75 Le Père Guillaume Marc a assuré le catéchisme à l’école dominicale de Valenciennes entre 1600 et 16 (...)
  • 76 A.M.L., No 7298, compte de 1637-1638.

33Avant de nous intéresser à la catéchèse proprement dite, soulignons toutefois que, dans ces écoles dominicales, de nombreux enfants apprennent aussi à lire, avec plus ou moins de constance et de réussite évidemment. Certes ce n’est qu’une fin seconde de ces institutions et presque partout, comme à Valenciennes par exemple, on demande aux maîtres « d’enseigner le petit catéchisme par cœur et par use, devant apprendre à lire et à écrire ». Mais le Jésuite Guillaume Marc qui fait cette recommandation dans le précieux manuscrit où il a consigné les faits marquants de son ministère, qui a duré 35 ans, ajoute aussitôt : « si l’on considère la conséquence et le grand bien que l’on fait à un enfant de l’apprendre à lire et à écrire, la catéchiste sera très ayse de contribuer de son industrie et de conspirer avec les maistres à cette occupation ». Il conseille à ceux-ci de diviser en « quatre ordres… ceux qui savent tout le catéchisme… 1) les Abécédaires qui apprennent à cognoistre les lettres… 2) les Syllabistes… 3) les liseurs 4) les escrivains… »75. Une minorité d’élèves seulement apprend donc à écrire. Les comptes de l’école dominicale de Lille ne mentionnent chaque année qu’un seul « maistre enseignant à escripre, tant filz que filles ». En 1637, celui-ci, Pasquier le Grand, touche 50 lp. pour 15 mois alors que ses collègues qui enseignent uniquement à lire ne perçoivent que 45 lp chacun76.

2) Le catéchisme : les manuels.

  • 77 Cet édit est reproduit en tête de l’édition du Catéchisme de P. Canisius édité à Louvain en 1558 ; (...)
  • 78 A. Pasture, La restauration... op. cit., p. 367.
  • 79 « Pastores... déclarent quaepueri didicerunt ex catechismo adeum fare modum quae fecit P. Canisius (...)
  • 80 A.B.B.L., I. 221, Fo 22, compte de 1591-1592.
  • 81 Déclaration de la doctrine chrétienne... À Mons, chez Charles Michel, imprimeur juré en la rue des (...)
  • 82 Tout comme A. Pasture autrefois, nous n’avons pu trouver qu’une édition de ce Sommaire qu’il attrib (...)
  • 83 L. Guiot, Histoire du catéchisme du diocèse de Cambrai, Mémoires Soc. Em. Cambrai, t. LII, 1898, p. (...)

34Mais la raison d’être de l’école dominicale est d’abord « l’instruction en la doctrine chrétienne » par une catéchèse méthodiquement organisée. Quel manuel était utilisé ? Au début, le petit catéchisme de Pierre Canisius indiscutablement. Il avait été imposé aux Pays-Bas par Philippe II en 1557. Le roi voulait « que les enfans fussent dès la jeunesse très bien apprins et instituez aux fondemens de nostre saincte foy chréstienne, car comme l’on dit communément, un neuf pot, un vaisseau retient longuement la senteur de ce qu’on y a respandu du commencement »77. Mais vers 1589, on utilise aux écoles dominicales de Lille et de Tournai le catéchisme de Parme, une des adaptations diocésaines du catéchisme romain78. Le synode de Tournai de 1589 est formel sur ce point79. De même, le compte de l’école dominicale lilloise de 1591-1592 signale une dépense de 228 lp. pour l’achat de divers livrets et de « cathécismes ». On verse en plus 12 lp. au « serviteur de l’école », Jehan Laignel, pour le dédommager d’avoir acheté d’autres livres et notamment des « catéchismes de Parme »80. Par la suite, les comptes mentionnent chaque année des paiements faits aux libraires pour la livraison de « cathécismes », sans autre précision. Il doit s’agir du manuel qui a été publié à Mons en 1587, avec l’approbation de François Buisseret, sous le titre « Déclaration de la doctrine chréstienne, faite à l’instance des surintendans de l’escolle dominicalle en la ville de Mons pour l’instruction de la jeunesse »81, ouvrage qui est la version française du catéchisme de Parme. N’oublions pas que François Buisseret a séjourné deux ans en Italie, notamment auprès de l’archevêque Paleotti. On doit, vraisemblablement à la diligence du même homme, l’édition, à une date indéterminée, d’un « Sommaire de la doctrine chrétienne », dit Catéchisme de Cambrai, résumant le précédent. Il est divisé en trois parties : « 1) Les premiers fondemens de la foi, 2) Les devoirs du bon chrestien, 3) L’explication plus ample des choses nécessaires au chrétien »82. Cette troisième partie s’inspire du manuel de Canisius mais évoque aussi le « Catéchisme et Briefve Déclaration de la doctrine chrétienne » de Robert Bellarmin, ce qui laisse penser que François Buisseret a puisé dans l’enseignement de ce grand théologien. Le « Sommaire » restera en usage pendant près de trois siècles dans le diocèse de Cambrai, en ayant subi évidemment quelques retouches83.

  • 84 A.M. Valenciennes, G. 48/1, Ms du Père G. Marc. Nous n’avons pu trouver nulle part d’exemplaires de (...)
  • 85 A.B.B.L., I. 274, Fo 26, compte de 1637-1639.
  • 86 Gilbert de Choiseul du Plessis-Praslin, Abrégé de la doctrine chrétienne, pour l’usage du diocèse d (...)

35Très vite, en effet, on avait éprouvé la nécessité de disposer d’un abrégé clair et concis, adapté à des enfants qui ne fréquentent l’institution que le dimanche. Le Père Marc, spécialiste renommé de la catéchèse en milieu populaire, n’hésitait pas à écrire qu’il fallait avant tout « se faire entendre et s’accomoder à la capacité des personnes, que pour la plupart nous faisons trop sages. Ces petits enfans idiots ne sont pas capables de si grands… catéchisme, comme est celuy de Parme ». C’est pourquoi il compose en 1610 pour ses jeunes auditeurs trois résumés, de difficulté croissante, qu’il intitule « 1) La Sagesse chrétienne…, 2) Le simple sage…, 3) Le bon mestier ». Ces livrets connaissent un grand succès mais valent au Jésuite des ennuis suscités, selon lui, par le libraire qui fournit les Catéchismes de Parme. L’archevêque Richardot rappelle au Père Marc l’obligation d’enseigner celui-ci ; le Jésuite se justifie facilement en montrant que ses résumés en sont directement tirés, avec quelques ajouts, et les remous s’apaisent84. Les Jésuites lillois utilisent-ils ces petits livres mis au point par leur confrère ? C’est assez vraisemblable car le Père Marc écrit : « les villes voisines mesmes en usent pour ordinaire ». Les comptes de l’école dominicale lilloise, comme nous l’avons dit, mentionnent l’achat de catéchismes, sans autre précision85. Cependant en 1637-1639, le libraire de Rache est payé pour la livraison d’ouvrages « si comme Simple sage », un des livres écrits par le Père Marc. On peut donc conclure que pendant la période que nous étudions les maîtres et les Jésuites lillois utilisent le Catéchisme de Parme et le « Sommaire de la Doctrine Chrétienne » qui le résume, mais qu’ils ont également recouru aux livrets mis au point par le Père Marc. Après la conquête française, l’évêque, Gilbert de Choiseul, gallican et jansénisant, composera et imposera le sien86.

3) La leçon de catéchisme et son contenu.

  • 87 Toutes les indications que nous donnons sur la leçon de catéchisme sont extraites du Ms du Père G.  (...)
  • 88 On sait, en effet, que les Jésuites chargés du catéchisme dans les différentes villes se concertaie (...)

36Le précieux témoignage du Père Marc nous fait entrer dans cette école des pauvres et ressuscite la leçon de catéchisme telle qu’elle se déroulait concrètement87. Certains détails peuvent être propres à l’institution valenciennoise et dues à des initiatives de son animateur. Mais le schéma général et la méthode suivie sont valables pour Lille et plus généralement pour les multiples écoles où les Jésuites assuraient la catéchèse. « Nous debvons confesser que la manière que nostre Compagnie tient partout est la meilleure, et nous la debvons soigneusement garder » précise d’ailleurs le Père Marc88.

  • 89 A.S.J. Rome, G.B. No 32, 1939 ; photocopie à A.P. Ch. S.J., A. 2170.

37Les enfants sont répartis selon trois grandes catégories d’âge. « Aucuns petits jusqu’à 12 ans ; aucuns plus grans de 12 à 13 ans et plus, que l’on dispose à la Communion. Et aucuns que nous appelons communians, desquelz on prend un soin particulier ». Bien entendu les 1200 à 2000 enfants qui fréquentent l’école dominicale lilloise et ceux des écoles particulières qui y viennent le vendredi sont répartis en groupes pour suivre la leçon de catéchisme. Sont-ils regroupés par âge ? ou plus vraisemblablement par « classes » ? Nous l’ignorons. Mais nous savons en revanche que les Jésuites délèguent chaque semaine 14 des leurs pour assurer la catéchèse aux enfants des écoles ou dans les paroisses89.

  • 90 J. de Viguerie, L’institution... op. cit., p. 44.

38Le catéchiste était, soit installé dans un siège, soit sur une estrade, encore appelée « théâtre » ou « hourdage », pour être libre de ses mouvements. Près de lui deux « orateurs » l’aidaient pour faire réciter les enfants, « tourner l’horloge au sable, tenir la baguette etc. ». Chaque séance dure une heure et commence par la récitation de quelques prières, la publication des fêtes de la semaine et la proclamation des récompenses accordées à ceux qui se sont distingués. La leçon proprement dite commence par la récitation de la première partie du catéchisme. Ceci peut se faire par demandes et par réponses assurées par deux enfants mais l’idéal est que « non seulement un seul répond, mais tous ensemble avec lui, avec grâce… c’est-à-dire haut et clair… en reprenant leur haleine à chaque pause ». Le Père Marc retient donc pour cet auditoire le « catéchisme récitatif », sans exclure le dialogue90. Il s’efforce de justifier la répétition hebdomadaire, pendant des années, de cette partie fondamentale qu’il a appelée la Sagesse chrétienne. « Celuy qui le scait réciter, il l’entend à mitant » fait-il observer ; n’oublions pas en effet que nous sommes dans un monde où la transmission orale tient toujours une place fondamentale. Surtout notre Jésuite considère que cette manière de faire est la mieux adaptée à « l’instabilité » de ses auditeurs. « Craignant qu’ils ne s’en aillent et qu’il ne nous eschappent, devant estre endoctrinés suffisamment, nous faisons à chaque catéchisme réciter tout ce qu’un bon chrétien doit savoir ».

39Ensuite le catéchiste répète, ou fait répéter, ce qu’il a expliqué lors de la précédente leçon. Seuls les plus « savants » sont interrogés pour éviter de vulgariser des erreurs. En troisième partie, « il poursuit l’explication », ce qui peut se faire, « par manière d’exhortation ou d’explication, ou bien par demandes continuelles, s’arrestant tant seullement en ce où se retrouve quelque obscurité et où la nécessité de l’entendre presse le plus, lançant quelque bonne raison, quelque similitude, quelque proposition ou quelque exemple à propos ». Il interroge ensuite, « sur le vif », les enfants sur ce qu’il vient d’expliquer, « comme si on leur demandoit : l’entendez vous bien maintenant ! ou demandant à plaisir et les laissant respondre à leur patois ». Pendant le dernier quart d’heure, le catéchiste explique des passages tantôt de la deuxième, tantôt de la troisième partie du catéchisme. La séance se termine par la récitation de prières, notamment le Salve regina et le De profundis.

40Deux points essentiels doivent encore être soulignés. Le premier est l’importance attachée au problème de la communion ; contentons-nous pour l’instant de le signaler, puisque nous y reviendrons lorsque nous parlerons de la promotion des sacrements. Le second est relatif au niveau de « connaissance religieuse » atteint par ces enfants à l’issue de ces années de catéchèse. En effet, à Valenciennes tout au moins, aucun jeune n’était « licencié » de cette institution sans passer au préalable un examen, vers l’âge de dix-sept ans donc. Or ce que nous dit longuement le Père Marc à ce propos dépasse de loin le cas valenciennois et a l’immense mérite de nous révéler ce que « savaient » les enfants fréquentant les écoles dominicales car les documents et les témoignages directs sur cette question fondamentale sont rarissimes. Notre Jésuite considère d’abord qu’il faut interroger seulement sur la première partie du catéchisme, « jusqu’aux vertus théologales… ceux qui ne sont pas tant capables, pour n’avoir tant de mémoire ny d’entendement ». En effet, fait-il observer, on ne rencontre dans les écoles journalières que bien peu d’enfants connaissant parfaitement le « Sommaire de la doctrine chrétienne » en entier ; a fortiori en trouve-t-on « beaucoup moins en l’escole dominicale, où sont tous artisans, idiots, et n’ont qu’une heure ou deux la semaine ». En revanche, « les plus sages » peuvent être examinés sur l’ensemble. Mais dans les deux cas, les examinateurs doivent reprendre scrupuleusement les demandes figurant dans le catéchisme, « pour ne troubler ces petits esprits » et également « parce qu’il ne faut rendre ces bons enfans infâmes » à cette occasion.

  • 91 La liste des questions posées le jour de l’examen figure dans le Ms 1012 de la B.M. de Valenciennes (...)

41Pour apprécier concrètement ce que « savaient » ces jeunes, nous donnons, à titre d’exemple, deux séries de demandes contenues dans la liste que le Père Marc fournit comme modèle, et les réponses correspondantes que nous avons trouvées dans le « Sommaire de la doctrine chrétienne »91.

Première série :
D - Dites l’Ave Maria en françois.
R - Je vous salue Marie, etc.
D - Que recevons-nous, allant à la communion ?
R - Je crois fermement que nous recevons le vrai Corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
D - N’est-ce pas donc sa remembrance et sa figure ?
R - Non, car Jésus-Christ a dit : Ceci est mon Corps, et non pas ceci est la figure de mon Corps. (Sommaire… 2e partie, 2e leçon, p. 35).
D - Comment priez-vous devant manger ?
R - Je dis le Benedicite, puis le Pater noster et l’Ave Maria.
(Ibidem, 2e partie, 2e leçon, p. 31).

Autre série de questions.
D - Dites le Pater Noster. R - Pater Noster… etc.
D - Qu’est-ce que Jésus-Christ a fait pour nous racheter et où ?
R - Il a enduré mort et passion sur la croix.
D - Pouvoit-il donc endurer estant Dieu ? Comment cela ?
R - Oui, estant homme selon le corps et l’âme, comme nous.
D - Et la divinité n’a-t-elle rien enduré ?
R - Nullement.
(Sommaire, lre partie, 7e leçon, p. 23).
D - Que faut-il faire pour bien servir Dieu ?
R - En général, il faut croire, espérer et aimer Dieu sur toutes choses, et son prochain
comme soi-même, en gardant les Commandements de Dieu et de son Église. (Ibidem, 2e partie, lre leçon, p. 24).

42Notre Jésuite fait observer que les enfants, s’ils le préfèrent, peuvent aussi répondre en « leur patois… Au contraire, cela nous donne asseurance qu’ilz l’entendent mieux ». Quant aux jeunes convoqués pour l’examen dans l’exemple cité par le Père Marc, observons qu’il s’agit de « trois passementiers, d’un tisserand, d’un escrinier et d’un mandelier » donc de six jeunes travailleurs.

43Pour savoir si cet ambitieux projet de christianiser les enfants pauvres a réussi, il reste à apprécier l’importance de la fréquentation de l’école dominicale.

4) Le public de l’école dominicale.

  • 92 A.M. Valenciennes, G. 48/1.
  • 93 Mandement transcrit dans Acta congregationis pastorum Insulensium ; A.E. Tournai, Fonds ancien dioc (...)
  • 94 Epistola novissima archiepiscopus Cameracensis D. Francisci Van der Burch. ad pastores suae dioeces (...)

44Cette « instruction en la doctrine chrétienne » est donc dispensée le dimanche, essentiellement à l’intention des enfants des pauvres, des « instables » tels que nous les avons définis en introduction. « Nous enseignons en l’escholle dominicale la jeunesse méchanique que, pour la pluspart, on accoustume au travail dez l’âge de six à sept ans, sans aucun repos pour la misère du temps ». Maîtres d’écoles et catéchistes sont conscients de l’effort considérable qui est demandé à ces « artisans qui sont de nuit et jour occupez au travail… comme si vous leur desrobiez ce peu de temps qu’ils ont pour se reposer ». Les faire venir n’était donc pas chose aisée et les parents et les maîtres des apprentis ou des domestiques ne se montrent guère coopératifs. « Vous diriez que les parens et enfans ne se soucient pas de leur salut, comme s’il n’y avoit pas de Dieu ny de vie éternelle »92. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’à la fin du XVIe siècle tout au moins le refus de certains parents d’envoyer leurs enfants à l’école dominicale s’explique par leur attachement secret à la religion réformée. C’est surtout vrai à Valenciennes et à Tournai certes, mais ce l’est aussi à Lille où, rappelons-le, on a banni sans procès entre 1579 et 1584 au moins trois cents adultes. L’école dominicale avait d’ailleurs été en partie créée, comme nous le savons, pour combattre l’hérésie, rendre la population, et notamment la jeunesse, docile et obéissante aux autorités légitimes. Mais par-dessus tout, s’imposait aux propagateurs de la réforme catholique l’impérieuse exigence chrétienne de s’occuper du salut de « ces petites âmes qui sont temples vifs du Saint-Esprit ». En 1640, l’évêque de Tournai dans un mandement consacré à ce sujet rappelle aux curés de son diocèse que « par la charge des âmes qu’avez reçeu de nous, vous estes à ce obligés devant Dieu »93. L’archevêque Van der Burch, peu avant sa mort en 1645, rappelle avec force à ses curés qu’ils doivent prêcher et catéchiser les enfants. « Je dis aussi à tous ceux d’entre vous qui ne nourrissent pas leur troupeau du pain de la parole : vous êtes des homicides… Si celui-là est homicide et mérite la mort, qui laisse mourir de faim son enfant, comment ne seriez-vous pas homicides en ne nourrissant pas les âmes dont vous êtes chargés et en les laissant mourir de la faim spirituelle… Ayez donc autant de soin des agneaux que des brebis »94.

a) Les mesures coercitives.

  • 95 A.M.L., Reg. O.M. No 383, Fo 157, 1585 ; ord. republiée chaque année jusqu’en 1592.
  • 96 F. Buisseret, Instruction publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.
  • 97 A.B.B.L., I. 218, Fo 21 vo.
  • 98 F. Buisseret, Instruction... publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.
  • 99 Sur la Bourse commune des pauvres, voir le chapitre sur la charité.
  • 100 F. Buisseret, Instruction... publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.
  • 101 A.M.L., compte de la ville pour 1613, Fo 405.

45Pour obliger les enfants concernés à fréquenter l’école dominicale, l’autorité laïque recourt d’abord à la contrainte. En 1585, un an après l’ouverture, le Magistrat lillois constate que « le nombre des enffans tenus et submis de venir, et eulx trouver à l’escolle dominicalle, naguères instituée en cette ville, diminue de plus en plus à chascun jour ordinaire de la dite escole, à faulte de debvoir et pour la négligence des père ou mère, maître ou maîtresse desdits enffans ». Il décide en conséquence de sanctionner les défaillances en infligeant aux parents une amende de 10 sols pour la première absence relevée, une de 20 sols pour la seconde et en prévoyant, « pour la troisième fois, pugnition corporelle à la discrétion d’échevins »95. On applique les consignes données par les « Instructions ». « Que chacun maistre ou maistresse des dictes classes ayt ung rolle de tous ses enfans quy sont ordinaires de venir, lequel il face lire du commencement ou lise lui mesme, marquant les absens ou négligens pour en faire le raport aux superintendans… Ces rolles sont si nécessaires que sans iceux on ne peut rien faire qui vaille, et avec iceux tout va bien… On fait toujours mise de cette pièce comme la principalle de la batterie », écrit François Buisseret96. L’examen des comptes montre qu’à Lille, on suit ponctuellement ce conseil. En 1588, on paie une indemnité à « Jehan Magnel, maistre d’escolle, pour son sallaire d’avoir porté et dressé un quaier de trente foeulletz d’escripture contenant la déclaration des enffans, tant fils que filles, fréquentant ladite escole »97. Le contrôle des présents est complété par la chasse faite aux absents. « Si aucuns enfans sont sy pétulans et mal apprins qu’ilz ayment mieulx jouer et courir sur les rues que d’apprendre ce qui est nécessaire pour leur salut, les Magistrats des villes, gens de loy ou baillifs ordonneront quelques sergeans pour les contraindre et mener par force » recommande le doyen du chapitre de Cambrai. Ici encore, l’échevinage lillois suit ces conseils. Des rétributions sont versées aux sergents, tels Antoine Billet en 1590-1591, « pour scavoir quels enffans estoient deffaillantz et absens en laditte escolle les jours de feste et dimanche, et d’ilecq soy transporter ès maisons d’iceux pour les faire venir à laditte escolle ; et faict aussy plusieurs advertissemens à tel effect et en cas de refus y procéder par mainmise »98. La coercition peut s’exercer plus efficacement à rencontre de ceux qui sont assistés par la Bourse commune des pauvres, et ils sont nombreux99. François Buisseret souhaite « que les maistres ou commis aux aumosnes des villes ou villaiges ayent en singulière recommandation les pauvres enfans quy apporteront billetz signez de leur maistre ou maistresse… Et aux aultres, qui n’apporteront tels billietz, ne se donnent les dites aulmosnes » ; mais il insiste pour qu’un éventuel refus de secourir les familles nécessiteuses se fasse uniquement sur le critère « d’estre diligent à hanter l’escole ; quand à la dextérité d’apprendre, c’est ung don de Dieu et de nature, tellement que quy ne l’at ne doibt pourtant estre privé des aulmosnes des gens de bien »100. Les échevins lillois, à la différence de ceux de Tournai ou de Valenciennes, ne semblent pas appliquer cette mesure immédiatement. On n’en trouve trace qu’en 1613, lorsque le receveur Wallerand Caron déclare : « on avait enchargé les pères et mères, ayant à la Bourse aulmones, d’y envoyer leurs enffans, à péril d’estre frustrés et privés d’icelle Bourse »101. Mais cette mesure fut-elle appliquée réellement, et si oui, combien de temps ?

b) Les mesures incitatives.

  • 102 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 138, 15 février 1639.
  • 103 A.B.B.L., I. 242, F° 30, compte de 1639-1642.
  • 104 A.B.B.L., I. 248, F° 32, compte de 1658-1661. Cette rubrique, comme la précédente, se retrouve cons (...)
  • 105 Voir supra, note 57 et le texte auquel elle renvoie.

46La coercition ne suffisait pas à elle seule à attirer à l’école dominicale tous les jeunes qui devaient y être présents. En 1639, le Magistrat de Lille constate « qu’il estoit bien difficile d’y attirer les enfants des pauvres gens qui, n’ayans les moiens de les faire enseigner en aultres lieux, se donnent peu de peine de les y envoier pour estre instruicts, ou bien ne peuvent tant faire de les y obliger »102. Echevins et intendants, « affin d’encourager les enffans fréquentans ladite escolle et advancer au chatécisme de la doctrine chrestienne », pratiquent de surcroît une politique plus positive en distribuant à ceux qui sont présents des images pieuses ou des chapelets, comme le prouvent les comptes annuels. Ainsi, en 1640, le receveur paie 26 lp à Marguerite Lesaffre, première maîtresse, pour avoir acheté « deux fois quatre mil images »103. En 1660, il rembourse 31 lp « au sieur Jean Gilles, surintendant… pour 61 douzaines de chapellets qu’il at acheté pour distribuer aux enfans »104. Chaque année également, des habits et des souliers étaient distribués aux plus nécessiteux, comme nous le savons105.

  • 106 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, Fo 138, 1639.
  • 107 Texte publié dans A. Possoz, op. cit., p. 218.
  • 108 A.M. Valenciennes, G. 48/1.
  • 109 A.B.B.L., I. 242 bis à I. 251 bis, 1639-1647.
  • 110 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 138, 1639.

47Mais c’était insuffisant pour assurer une fréquentation assidue de l’institution et en 1639 les responsables décident d’aller plus loin pour relancer l’œuvre qui est alors en perte de vitesse. En conséquence, « Messieurs ont permis aux surintendants de l’école dominicale de faire quatre pourchas par an, à condition que les deniers en provenans seront distribuez chaque dimanche aux enfans du cathécisme général des pauvres. On y donnera ung liard à chaque enfant, deux à ceux qui respondront et tous les trois mois une pieche d’habits à ceux qui scauront excellement tout le catéchisme »106. Cette mesure a été inspirée aux échevins lillois par les initiatives prises dans d’autres villes. L’archevêque Van der Burch, dans le règlement de la « grande escole des pauvres » qu’il fonde à Cambrai en 1626, prévoit que « sera donné à chaque pauvre un liard ; et pour exciter les enfants à bien apprendre leur catéchisme, seront mis ès mains du Père catéchiste… quelques prix…, même quelque argent pour distribuer aux plus diligents et mieux répondants »107. À Valenciennes, en 1637, le conseiller de Maulde lègue 1300 florins de rente annuelle à distribuer de la même manière, « pour promouvoir la doctrine chrestienne »108. Les échevins lillois, ne pouvant compter sur des dons aussi généreux, avaient donc décidé de faire financer l’opération par des quêtes publiques. De 1639 à 1648, les receveurs de l’école tiennent d’ailleurs un compte séparé des recettes et des dépenses du « Catéchisme général » ; ensuite ils l’introduisent dans le compte global109. En prenant cette mesure, le Magistrat lillois ne vise pas seulement à accroître les effectifs mais il recherche aussi des progrès qualitatifs, comme le prouve le texte même de sa résolution. « Il ne suffit qu’ils [les enfants] s’y retrouvent simplement, mais le plus important qu’ils s’y comportent avec attention… Oultre ce que se distribuera pour cause de la seule fréquentation, les dits religieux, ou aultres entremis à enseigner le catéchisme, se pourront eslargir de quelques petites récompenses vers ceulx qui se monstreront plus attentifs, modestes, obéissans, studieux et profiteront le plus de ce que leur sera monstre et enseigné »110.

5) Les effectifs.

  • 111 « Et cum tanti referat ut universa Juventus teneat elementa sanctissima nostra religionis sitque in (...)
  • 112 A.S.J. Rome, G.B. No 32, Fo 265, 1639. « Donec rumor in vulgus manavit, schola dominicalis qua vix (...)
  • 113 A.M.L., Aff. gén. C. 615, d. 3.

48Reste à tenter d’évaluer les effectifs et les principales variations qu’ils connaissent. Les rares mais précieux renseignements glanés dans les documents et les comptes permettent d’apporter quelques réponses. En 1590, rappelons-le, l’évêque écrit au pape que l’école dominicale de Lille est fréquentée par six cents garçons et six cents filles environ111. En 1613, le receveur se plaint du déficit chronique « causé par la multitude et grand nombre d’enfans qui se retrouvent en ladite escole, estant environ douze cents suivant le recollement fait au siège des povres, par lequel on avoit enchargé les pères et mères ayant à la Bourse aulmosnes d’y envoyer leurs enffans, à péril d’estre frustrés et privés d’icelle Bourse »112. Cette phrase est ambiguë car elle n’indique pas clairement si ces 1200 élèves représentent l’effectif total ou seulement celui des enfants dont les parents sont assistés ; dans le premier cas, plus vraisemblable, il y a stabilité ; dans le second, croissance. Vers 1630, et les années suivantes selon les lettres annuelles transmises à Rome par les Jésuites, les effectifs chutent à quatre ou cinq cents enfants. Les difficultés économiques et sociales, la fin du gouvernement de l’archiduchesse Isabelle, puis la guerre expliquent cet effondrement. En revanche, les mesures de relance prises en 1639, notamment la distribution d’un liard à chaque enfant présent, sont très efficaces. Toujours selon les Jésuites, dès que la nouvelle fut connue les parents se sont empressés d’envoyer leurs enfants et bientôt ceux-ci sont 2000. En 1646, les surintendants confirment ce chiffre. « Chaque jour de dimanche ou feste se retrouvent en laditte escolle, tant masles que femelles, environ le nombre de deux mil enffans, ausquels pour les inciter à venir et s’y retrouver ils donnent à chacun un liard, par laquelle distribution ils descouvrent aisément le nombre desdits enfants ». François du Bosquiel et Jean Willemain, pour leur part, certifient avoir distribué jusqu’à 2300 liards en une seule séance113.

  • 114 Chaque année, on trouve dans les comptes le montant des salaires versés aux maîtres et aux maîtress (...)

49Une autre rubrique des comptes permet d’apprécier l’évolution des effectifs à l’école dominicale : celle qui mentionne les salaires versés aux maîtres et aux maîtresses. Certes, entre le nombre d’élèves et celui des enseignants le rapport est lâche, mais néanmoins réel. Au départ, l’école fonctionne avec 17 maîtres et 10 maîtresses et de 1588 à 1594 ils sont respectivement 19 et 11. De 1595 à 1600 ces chiffres diminuent (15 maîtres et 8 maîtresses en 1599) ; les difficultés économiques et sociales, la peste expliquent ce déclin momentané. Mais en 1601-1602 la situation est rétablie au niveau où elle était en 1594. Malheureusement d’importantes lacunes dans la série des comptes empêchent une analyse continue. Un compte conservé pour l’année 1617-1618 permet de constater que 28 enseignants sont rétribués à cette date. En revanche en 1627, il n’en est plus de même, puisqu’il n’y a plus que 13 maîtres et 10 maîtresses. Les remarques des Jésuites, les observations du Magistrat sur la baisse de la fréquentation de l’école sont corroborées. De même, à la remontée des effectifs après 1639 correspond une nouvelle augmentation du nombre des enseignants, puisqu’en 1648-1650 on dénombre 18 maîtres et 10 maîtresses114.

IV) Autres réalisations et bilan.

50À côté de la grande œuvre publique qu’est l’école dominicale, il faut encore évoquer quelques fondations privées importantes et notamment celles de Guillaume de Bapaume, et de filles dévotes.

1) Les « Bapaumes ».

  • 115 A.H.L., Ve fonds, A 1. « Le restant des biens » de Guillaume de Bapaume, donné en sus des 39 000 fl (...)

51La fondation de Guillaume Boileux, dit de Bapalme, frappe par son importance. En 1605, ce riche marchand de draps donne 39 000 florins pour ériger une école du type de celle créée autrefois par Hubert Déliot et il lègue de surcroît à cette institution le restant de ses biens à sa mort115. On ne sait presque rien sur Guillaume de Bapaume, sinon qu’il était fils de Josse, lui-même marchand, et qu’il était apparenté aux Petitpas et aux Dubosquiel. C’est d’ailleurs l’échevin Auguste Petitpas qui, en 1607, pose la première pierre du bâtiment qui doit abriter cette école située à l’angle de la rue Saint-Étienne et de la rue des Jésuites. Guillaume avait-il un lien de parenté avec Hubert de Bapasme, le réfugié lillois à Strasbourg en 1545 et, si oui, lequel ? On ne peut le dire. Il appartient en tout cas à ce milieu de riches marchands lillois préoccupés par les problèmes de l’assistance et de l’instruction des pauvres. Son attachement au catholicisme cependant ne semble faire aucun doute puisqu’il déclare réaliser cette œuvre pour faire « chose pieuse et agréable à Dieu, et pour la conservation de la religion catholique, apostolique et romaine et république chrétienne ensemble, et instruction de la jeunesse en la piété, bonnes mœurs et commenchement des lettres ». On peut évidemment se demander pourquoi il n’a pas fait profiter l’école dominicale de son immense générosité ? Mais sans doute préférait-il, comme la plupart de ses contemporains, attacher son nom à une fondation durable.

  • 116 Les effectifs de l’école Déliot sont effectivement en diminution sensible au XVIIe siècle : 75 de 1 (...)
  • 117 A.H.L., Ve fonds, A 1 et A.M.L., Titres p. 207/3995.
  • 118 Voir les travaux de J.P. Gutton, notamment La société et les pauvres en Europe, XVI-XVIIIe, Paris, (...)
  • 119 A.H.L., Ve fonds, B. 1, 1612-1624.
  • 120 Ibidem, B.3.

52Cependant sa volonté ne va pas être exactement respectée. En effet, les ministres généraux des pauvres estiment que la création d’une école du type « Déliot » « n’apporteroit aucun avanchement à l’instruction et éducation des pauvres de ladite ville, comme il y a plus que suffisamment pourveu par l’érection de l’école dominicale et journalière » ; de plus, font-ils observer, on ne trouve pas assez d’enfants pour remplir l’école Déliot116. Aussi proposent-ils « de prendre et lever autant d’enfans masles natifs de Lille, lesquels seront colloqués, mis, eslevés, alimentés et entièrement entretenus en la maison nouvellement construite, et instruits par un maistre à lire, escripre, chiffrer, jecter et après aprins de quelque art, stil et mestier, jusqu’à ce qu’ils seront suffisans de gagner leur vie »117. Les Archiducs, en 1609, approuvent cette modification. On y accueillera 80 garçons vêtus de drap « couleur tannée ». À l’instruction générale s’adressant à des externes voulue par Guillaume de Bapaume, les ministres généraux des pauvres substituent donc un internat dispensant une formation à finalité professionnelle. Sans doute faut-il y voir aussi un écho des idées qui se développent alors sur l’enferment des pauvres, notamment à Amsterdam et Anvers118. D’autres bienfaiteurs accroissent le capital de cette fondation, notamment Jeanne de Bavière, veuve de Pierre Lecherf, qui en 1612 lègue 4800 florins dont les revenus serviront à entretenir quatre enfants supplémentaires119. En 1625-1632, Jean Brabant, procureur postulant à la gouvernance, lègue tous ses biens à cette institution120.

  • 121 Ibidem, E. 1, règlement, cahier de 27 feuillets, XVIIIe.

53Pour les Bapaumes, on n’a conservé qu’un règlement datant du XVIIIe siècle, qui selon toute vraisemblance est déjà en vigueur, dans ses grandes lignes, au début du XVIIe siècle. Bien entendu, il prévoit un genre de vie inspiré par le modèle conventuel et fait une large place aux exercices religieux. « Il est nécessaire que chaque enfant, dès l’entrée, s’instruise avec ardeur des principes de la religion et des devoirs d’un bon chrétien » est-il déclaré. Les enfants entendent la messe chaque matin dans la chapelle, prient lors des repas, et le soir sont invités à « s’exciter de tout cœur à la contrition pour toutes les fautes de la journée ». Le dimanche, ils entendent une première messe dans leur chapelle puis la grand-messe à l’église paroissiale et ils sont catéchisés par leur chapelain121.

2) Les créations réalisées par les « filles dévotes ».

  • 122 A.B.B.L., I. d. 12 et J. 16.

54Quelques tentatives ont été faites, le plus souvent par des femmes, pour créer également quelques établissements destinés à l’éducation des filles pauvres. Nous avons vu qu’Isabeau Delattre, à la fin du XVIe siècle, recevait de la ville une aide annuelle parce qu’elle enseignait gratuitement chez elle des « povres filles ». En 1624, une veuve, Jacquemine Dubuisson donne tous ses biens pour entretenir dix ou douze filles pauvres sous la conduite de la servante du pasteur de Saint-Pierre ». Celle-ci, appelée Isabeau Risquart, rencontre bien des difficultés à entrer en possession de ce petit capital122. En 1678, l’administration de cette modeste école passe aux ministres généraux des pauvres.

  • 123 B.M.L., Ms 528 et A.H.L., XVe fonds, A 1.
  • 124 A.H.L., XVe fonds, B.3.
  • 125 Cf. notre communication sur ce sujet au colloque de Fontevraud, oct. 1980.
  • 126 A.M.L., Aff. gén. C. 840 d.6. Un exploit avait été fait chez Martine Degrave pour l’empêcher de ten (...)
  • 127 A.H.L., XVe fonds A 1 et A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1287. À Arras, les filles dévotes de (...)

55L’expérience la plus intéressante est celle de « certaine pieuse personne, nommée Martine Degrave », qui en 1646 donne une maison rue des Jésuites « pour enseigner bon nombre de pauvres jeunes fillettes en toute bonne exercice et ouvrage de filles. On y célèbre aussi la messe tous les jours »123. Il faut lui associer les sœurs Anne et Antoinette Chuffart qui, à cette date, l’aident et accroîtront ultérieurement cette fondation124. En fait, Martine Degrave tenait école depuis 1630 au moins et son œuvre s’inscrit dans le cadre du vaste mouvement qui, depuis la fin du XVIe siècle, poussait des filles dévotes à se grouper pour instruire et éduquer chrétiennement les filles pauvres. Des communautés de Filles de Sainte Agnès ou de Notre-Dame, s’étaient ainsi constituées à Tournai, Douai, Valenciennes, Arras, Cambrai surtout ou l’archevêque Van der Burch les aidait puissamment125. Pris dans les remous de la condamnation des Jésuitesses, elles n’avaient été « sauvées » que par la résistance opiniâtre de ce prélat. L’école de « Dame Martine » à Lille avait été touchée par la tourmente. On lui reprochait, ainsi qu’à « d’aulcunes filles estant de sa secte et cabale », de faire « des congrégations défendues »126. En 1639, le Conseil privé avait ordonné de dissoudre cette école ; finalement, après réclamation et intervention du Magistrat et de l’évêque, il avait permis sa continuation. En fait, en 1646, l’établissement est reconnu comme « Orphelinat de la Présentation Notre-Dame », ce qui ne correspond pas exactement au projet initial de ces filles mais était sans doute la seule chance de survie de l’institution127. Elles y apprennent aux fillettes « à lire, escripre, travailler d’ouvraiges manuelles, et aultrement les rendre capables de vivre en toute honnesteté, soit par travail et manufacture, soit par service ès bonnes et honorables maisons et familles, fuiant l’oisiveté, mère de tous les maux » ; mais elles enseignent aussi « ce qui est de la Doctrine chrestienne et de leur salut », conformément à leur vocation.

  • 128 A.H.L., XIIIe fonds, A 1, B. 28.

56Entre-temps, les Ursulines s’étaient installées, en 1638, comme nous le savons et instruisaient également des filles. Enfin en 1656, un bourgeois, Jean Stappaert, fonde une école pour dix filles où on leur enseignait à lire, écrire, « et quelques matière ou art pour pouvoir gagner leur vie… comme aussi à mesnager pour les rendre capables de servir bourgeois, avec la civilité et honnesteté requises, tant en leur parler qu’autrement… ». Antoinette Bourignon en est la première directrice et bientôt défraie la chronique lilloise par la vie ascétique qu’elle fait mener aux fillettes et même par les rigueurs qu’elle leur inflige, ce qui entraîne sa mise en accusation et son départ de Lille128.

3) Tentative de bilan.

  • 129 Voir le chapitre I et la pyramide des âges reproduite p. 20. Selon le dénombrement effectué en 1677 (...)

57Ceux qui s’étaient proposés, après la crise du XVIe siècle et sur la lancée du Concile de Trente, d’instruire la jeunesse « en la doctrine chrétienne », et par ce moyen de convertir les populations et de transformer la société en misant sur l’avenir, ont-ils atteint leur but à Lille ? Une double réponse, quantitative et qualitative, s’impose. Quantitativement, les « catéchisés » se répartissent en deux groupes. Le premier, très hétérogène, comprend les enfants qui reçoivent chaque jour, ou presque, pendant plusieurs années, une formation et une imprégnation religieuses, rudimentaires pour les uns, « savantes » pour les autres, mais continues pour tous. Au milieu du XVIIe siècle, ce groupe comprend la centaine d’orphelins et d’orphelines élevés chez les Bleuets et les Bonnes Filles, les 150 enfants de l’école Déliot et des « Bapaumes », une centaine de fillettes au moins instruites dans les fondations Dubuisson, Degrave, Stappaert et chez les Ursulines, les 100 garçons et les 150 filles fréquentant l’école journalière publique où enseignent trois maîtres et cinq maîtresses, soit environ 600 jeunes. S’y ajoutent les élèves des écoles particulières dont on ne connaît pas les effectifs. Si l’on tient compte du nombre de maîtres et de maîtresses recensés en ville, on peut avancer le chiffre d’au moins 500 enfants. Enfin, il faut y joindre les élèves des collèges des Jésuites (500), des Augustins et de Saint-Pierre, qui bien sûr bénéficient d’une formation religieuse de niveau beaucoup plus élevé. Au total, ce groupe de jeunes Lillois recevant une instruction religieuse continue est donc au minimum de 1500 personnes et approche parfois 2000. Le deuxième groupe, un peu moins hétérogène, comprend les jeunes travailleurs, les enfants pauvres, catéchisés à l’école dominicale. Nous savons qu’ils sont 1500 à 2000 à la même date et que filles et garçons y sont à peu près en nombre égal. Au total, c’est donc 3000 à 4000 jeunes Lillois qui sont touchés chaque semaine, plus ou moins durablement et profondément, par une catéchèse systématiquement organisée à leur intention. Que représente ce chiffre sur la population globale des 7 - 17 ans ? La pyramide des âges établie à partir du dénombrement de 1677 nous apprend que ceux-ci représentent environ 20 % de la population urbaine, soit 8000 à 10 000 personnes sur 40 000 à 50 000 habitants129. Près de la moitié des jeunes directement concernés est donc « instruite en la doctrine chrétienne » de cette manière. En fait, la proportion est supérieure car nous avons rapporté le chiffre des « catéchisés » à celui de l’ensemble de la population lilloise des 7 -17 ans. Or il est évident qu’une part non négligeable d’adolescents non comptabilisés parmi les premiers avaient néanmoins fréquenté l’une ou l’autre de ces institutions pendant leur enfance.

  • 130 Document publié par A. Lottin, art. cité.

58Il reste néanmoins que de nombreux jeunes Lillois, près de la moitié d’entre eux peut-être, ne sont pas touchés par la catéchèse organisée dans les écoles journalières ou dominicales, ou de manière très intermittente. En fait d’instruction religieuse, ils ne reçoivent donc que celle qui leur est éventuellement dispensée par leurs parents ou le dimanche dans leur paroisse. Nous savons en effet que les Jésuites assuraient encore chaque dimanche une leçon de catéchisme dans les églises paroissiales à l’intention des adultes ou des adolescents qui ne la suivaient pas ailleurs. Mais, par définition, l’assuidité devait y être fort lâche. Ces enfants, issus évidemment pour la plupart de milieux socio-professionnels mouvants et instables, sont donc peu instruits dans les rudiments de la foi, malgré les efforts déployés. Le doyen de Saint-Étienne pense vraisemblablement à eux quand il écrit à la fin du XVIIe siècle, dans un texte polémique il est vrai, « qu’on remarque parmi les pauvres une si grande ignorance, si peu de piété et tant de corruption »130.

  • 131 A.M. Valenciennes, G. 48/1, Ms du Père G. Marc.
  • 132 On pourrait multiplier les citations sur ce thème. Une ordonnance du Magistrat de Valenciennes en 1 (...)
  • 133 A.M. Valenciennes, G. 48/1.

59Mais cette réalité ne doit pas faire perdre de vue le chemin parcouru. Au milieu du XVIIe siècle, la moitié des enfants de Lille pour le moins est systématiquement catéchisée, ce qui est un phénomène majeur. On peut d’autant moins sous-estimer son importance que le degré de connaissance religieuse atteint par la plupart de ces jeunes est loin d’être négligeable, si l’on en juge par le niveau moyen des « élèves » qui apprennent le catéchisme le dimanche. « C’est beaucoup de voir des artisans de 17 ou 18 ans sortir avec honneur d’une escole dominicale, si sages… qu’ilz ont la cognoissance, voire planteureuse de Dieu, de la Très Sainte Trinité, de l’Incarnation du filz de Dieu, de la Passion de Jésus-Christ Nostre Seigneur, de la Saincte Église catholique, de la Confession, de la Saincte Communion et de l’immortalité de l’âme. Item, du nom et signe d’un chrestien, de l’oraison dominicale, de la Salutation angélique, du Symbole des apostres, des commandemens de Dieu et de l’Église, des saincts sacremens, du péché, de la vertu, des fins dernières qui adviennent à l’homme et de la pratique chrestienne, c’est-à-dire des exercices de dévotion et petits debvoirs journaliers qu’un chrestien doit exercer et pratiquer toute sa vie pour parvenir un jour à la vie éternelle »131. On est loin de l’ignorance religieuse des jeunes Lillois et des adultes, dénoncée en 1545 par Hubert de Bapasme. Certes, l’œuvre entreprise avec le concours empressé des gouvernants ne l’a pas été exclusivement à des fins religieuses. Ces derniers attendaient aussi de l’alphabétisation et de la catéchèse de tous les enfants qu’elles apprennent aux futurs citoyens la soumission aux autorités laïques ou ecclésiastiques, qu’elles occupent les désœuvrés132. Ces considérations d’ordre politico-social étaient en fait inextricablement mêlées au projet pastoral, comme l’Église l’était à l’État. Le Père Marc résume bien cette « philosophie » globale lorsqu’il écrit : « Le bien quy en réussit est tel que de là viennent des enfans craignant Dieu et l’Église, des familles bien réglées, la fréquentation des sacrements, un grandissime contentement et tranquillité de la ville et, quy est le comble de tout bien, on achemine cette petite populace à la vie éternelle »133. Nul doute cependant que ce dernier point était la finalité suprême de l’œuvre pour ceux qui s’y livraient corps et âme. Et ils comptaient précisément sur la « fréquentation des sacrements » pour aider ces enfants, devenus adultes, à faire leur salut.

Saint Charles Borromée priant pour la cessation de la peste.

Saint Charles Borromée priant pour la cessation de la peste.

Œuvre de Jacques Van Oost le Jeune (1668). Église Saint-Maurice de Lille

Cliché François Richir

Notes

1 A.M.L., reg. O.M. No 380, Fo 21. En 1523, on avait demandé aux maîtres « de ne plus tenir escolles, ne assemblée de josnes enfans », en raison d’une épidémie de peste.

2 A.B.B.L., J. 184, art. 19.

3 A.G.R. Bruxelles, Cons. des Troubles, No 32. Nous citons en annexes la partie de ce texte concernant Lille. Ce document a été publié et brièvement commenté par A. Delmasure, « L’enseignement primaire au XVIe siècle dans la « partie française du diocèse de Tournai », R.d.N, t. LV, n° 217, avril-juin 1973, p. 93-96. Le document et le commentaire succinct ne portent en fait que sur l’année 1569, ce que le titre de l’article ne laisse pas suffisamment apparaître.

4 Sans entrer dans le détail, indiquons qu’en 1524 la Gouvernance avait tranché en faveur du chapitre en rappelant que « nul ne peut tenir escolles latines, privées ou publiques », sauf les maîtres autorisés par les chanoines. Le Magistrat avait fait appel au pape et on avait abouti en 1535 à l’accord mentionné.

5 Le 12 oct. 1535, Noël Segond, présenté par l’échevinage comme directeur est agréé par le chapitre. En 1545, l’écolâtre G. Ymeloot approuve la nomination de Laurent Desquire. A.M.L. Titres, Reg. No 15 884, Fo 29 et 232 vo.

6 B.M.L., Ms 528, F° 355.

7 A.H.L., XIVe fonds, B. 3. Parmi les autres bienfaiteurs, on relève les noms des chanoines Van den Poele, dit de Lacu (1555) et Étienne de Ruelin (1562-1568).

8 A.H.L., IVe Fonds, B.3, donation du chanoine Jehan Van den Poele, dit de Lacu. Nous avons fait étudier en T.E.R. cette institution et celle des Bapaumes par J.M. Corrion et C. Geldorf, « Deux exemples d’aide aux orphelins à Lille (XVe-XVIIIe) : Les Bleuets et les Bapaumes », T.E.R., Lille, 1976, 209 p. dactylographiées.

9 B.M.L., Ms 528, Fo 357.

10 A.B.B.L., J. 183 et J. 184. Pour présenter l’école Déliot, nous avons puisé dans les documents conservés au Bureau d’aide sociale de Lille. Nous avons développé cette étude dans Enfance, Assistance et Religion, publié à Lyon III en 2006.

11 A.B.B.L., I d 1 à d 44 et J.183-184. Au total, le capital de l’école Déliot est essentiellement constitué par les dons et legs de :

Pierre Déliot : 3000 florins en 1554.

Hubert Déliot : une « choque » de maisons, 3600 fl en 1554 ; 725 fl en 1558. Hubert Déliot : 7200 fl en espèces en 1563 ; et ses enfants : 7000 fl environ en titres de rente. Nicolas Bave : 2400 fl en 1576. En 1566, les recettes annuelles sont de 4082 lp. et les dépenses de 4344 lp (I 404).

12 Ibidem J d 4 et J. 184, règlements de 1554 et de 1558. D’après les comptes qui sont conservés (1565-1567, 1573-1574, 1631-1667, I 404 à 433), on rétribue un maître et son épouse pour tenir l’école journalière et s’occuper des prébendes le dimanche. (Mahieu de Beuscoe en 1566, touchant 200 lp par an) et un « petit maître » qui prend en charge les non-prébendés le dimanche. (Jacques Carpentier en 1566).

13 Philippe Denis, « La correspondance d’Hubert de Bapasme, réfugié lillois à Strasbourg (1545-1547) », dans B.S.H.P.F., janv.-mars 1979, p. 288-313. Certaines de ces lettres avaient déjà été publiées, mais l’auteur a repris le dossier et l’a édité selon les normes scientifiques. Comme il s’intéresse logiquement à Hubert de Bapasme, en priorité, il ne mesure pas bien l’importance du rôle joué par les Déliot à Lille, notamment par la création de cette école, et en matière de charité, comme nous le verrons.

14 Ibidem, lettre VIII, p. 107 et lettre XXI, p. 301 A.L.E. Verheyden, Liste des condamnés op. cit. No 3012, p. 137, Marie Déliot, épouse de Castelain Guillaume, Anvers, Cons. des Troubles, No 19. Nous sommes ici dans le milieu des grands marchands lillois établis à Anvers ; cf. les travaux d’E. Coornaert et A. Lottin in Hist. de Lille, t. II.

15 Nous renvoyons aux travaux de L. Febvre, d’E. Leonard et au récent livre de P. Chaunu, Église, Culture et Société, Essais sur Réforme et Contre-Réforme, 1517-1620, Paris, S.E.D.E.S., 1981.

16 « La correspondance d’Hubert de Bapasme »... publiée par Ph. Denis, art. cit., lettre IX p. 108. Mariette a beaucoup plus de mal à s’exprimer par écrit que sa sœur Jeanne. Nous pourrions citer de nombreux autres exemples de la passion manifestée par les réformés pour apprendre à lire et instruire les enfants et les adultes. Ainsi, au Cateau-Cambrésis, en 1567, Jehan Le Vesve, mulquinier de son état (tisserand en soie) est condamné à mort ; on lui a notamment reproché d’être devenu « l’escholattre ou pédagoghe des enfans des huguenots » A.D.N., 3 G 3105, F° 27.

17 A.B.B.L. J.184. Nicolas Bave est appelé, à tort, Bane par Ph. Denis.

18 J. Toussaert, écrit : « La première page de l’histoire de la catéchisation, dans la partie française de notre secteur, comme dans tous les diocèses français du Nord, est encore vierge : on aurait bien voulu pouvoir écrire quelque chose à ce sujet, mais les documents sont disparus », op. cit., p. 69. Il en est de même pour Lille, tout au moins jusqu’en 1584.

19 J. Toussaert, op. cit., p. 68. Sur l’histoire de l’éducation en France, on dispose maintenant d’excellentes synthèses, notamment celles de R. Chartier, MM. Compere, D. Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, S.E.D.E.S., 1976 ; J. de Viguerie, L’institution des enfants, l’éducation en France 16e-18e siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1978, notamment le chap. V sur ce sujet, et l’Histoire générale de l’éducation en France ; t. II : de Gutenberg aux Lumières (1480-1789), Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981 (partie rédigée par M. Venard).

20 « Ac (Curati et Vice Curati) eos (parochianos) hortentur et excitent ut pueros suos ad studium litterarum députent, et praecipue Pater noster, Ave Maria, articulos fidei, Confiteor, septem Psalmos, et alias similes orationes et Ecclesiae suffragia addiscere faciant », Synode de Tournai, 1520, Tit. IX, c.17, in J. Legroux, Summa Statutorum, p. 147.

21 « Correspondance d’Hubert de Bapasme »... publiée par Ph. Denis, op. cit, lettre V, p. 101.

22 Rec. des Ord. des Pays-Bas, 2e série, règne de Charles-Quint, t. VI, p. 51-53. Cet édit devait être publié tous les six mois. Il est confirmé par Philippe II en 1556.

23 A.G.R. Bruxelles, Cons. des Troubles, N° 32. Les maîtres incriminés sont : « À Saint-Sauveur, Gérard Godefroy, fort suspect en la foy. À Saint-Maurice, Maître Laurent Le Febvre, catholicque selon le debvoir qu’il a faict vers son pasteur ; ce néanmoins, durant les troubles, fut appréhendé par justice comme suspect en la foy. À Saint-Étienne, Guillaume Théry et Jean Maillart, fort suspectz d’hérésie ». Voir la liste complète en annexes.

24 A.M.L., Reg. aux rés., No 281, Fo 138, 1639. Nous avons mis en italique le passage.

25 J. De Viguerie, L’institution... op. cit, p. 41-42.

26 Conc. de Trente, Sess. XXIV, de reformatione, c. 4.

27 J. Maloteaux, Histoire du catéchisme dans les Pays-Bas depuis le Concile de Trente, Renaix, p. 16.

28 Voir notre communication « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas méridionaux : les Filles de sainte Agnès et leur mise en cause dans l’affaire des Jésuitesses (1569-1645) », Actes du IVe colloque de Fontevraud, 1980.

29 Cf. Vie et Histoire de Quinte Monnier, première maîtresse de l’école dominicale, tirée des Mémoires du Collège de la Cie de Jésus à Tournai, mise en langue vulgaire l’an 1633 par Gaspard Godin prêtre, 2e clerc de Saint-Piat, in Histoire de Tournai de Hoverlant, t. 29, p. 144-197.

30 Document de 1564 cité par Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord, Lille, 1879, p. 360. Valton signifie petit garçon en rouchi.

31 Conc. provincial de Cambrai, 1565, Tit. III, c. 1 et 3, in Th. Gousset, Les actes de la province ecclésiastique de Reims, op. cit., t. III, p. 188-189.

32 Deram, Synodicon belgicon... t. I, p. 121.

33 F. Buisseret devient doyen du chapitre cathédral de Cambrai, puis évêque de Namur en 1601, et enfin archevêque de Cambrai en 1614 ; il meurt en 1615.

34 Document publié dans A.H.E.B., t. X, 1873, p. 115. Le nom du Père de Fourmanoir est cité dans le Ms. No 528 de la B.M.L.

35 « L’« Instruction » de François Buisseret a vraisemblablement connu une relative diffusion sous une forme manuscrite avant d’être éditée en 1587. On en trouve une copie aux archives de Valenciennes sous la cote G. 48/1 ; une autre est répertoriée sous le No 1178 des manuscrits de la Bibiothèque de Mons.

36  Th. Gousset, Actes de la province de Reims, ... op. cit, p. 316. Le canon III réaffirme avec force que les enfants qui ne peuvent pas fréquenter une école, « ob parentum inopiam », ont le droit d’être instruits dans la doctrine chrétienne : « quorum tamen animae non minus quam aliorum Christi sanguine redemptae, christiana doctrina imbui debent ».

37 Placard de Philippe II du 1er juin 1587, art. XV, cité par Fontaine de Resbecq, op. cit., p. 316.

38 Synode de Tournai, 1589, Tit. XX, in J. Legroux, Summa statutorum... p. 256-259.

39 A.M.L., Reg. O.M. No 383, Fo 130, 15 février 1584.

40 A.B.B.L., I. 43, 1584. Le baron de Rassenghien avait été fait comte d’Isenghien par Philippe II.

41 On connaît les noms des sept premiers surintendants, à savoir « Philippe de la Rivière, écuyer, seigneur de Warnes, Gilles de Lespierre, Wallerand de Baillœul dit de Bapasme, Nicaise Deleporte, Adrien Henniart, Jean Lepers, Pierre Lépé ». (B.M.L., Ms 528, Fo 439). En 1601, pour dédommager les surintendants du lourd travail qu’ils accomplissent, le Magistrat les exempte du service de guet et de garde, ainsi que du logement des gens de guerre (A.M.L., Reg. aux rés. No 279, F° 60). En 1646, ils entrent en conflit avec « Messieurs » pour défendre ce privilège qui, à cette date, était appréciable (Ibidem, No 281, F° 222). En 1648, ils sont réduits à quatre. Enfin, le 3 avril 1656, l’administration de l’école dominicale est confiée aux ministres généraux de la Bourse commune des pauvres, qui reçoivent pour ce surcroît de travail 18 lots de vin au lieu de 9 (A.B.B.L., J. 2 d. 112).

42 A.M.L., Reg. O.M. No 383, F° 152, 1585.

43 Ordonnance du Magistrat de Valenciennes de 1584, citée par Fontaine de Resbecq, op. cit., p. 387.

44 Après la conquête française, l’école dominicale dut quitter les locaux du corps de garde ; elle fut fractionnée par paroisses. Sur l’évolution des effectifs et du nombre de maîtres et de maîtresses, voir la troisième partie de ce chapitre.

45 A.M.L., Reg. O.M. No 384, Fo 27 vo.

46 Un article des dépenses du compte de 1589-1590 stipule que 36 lp sont versées à Nicolas Blondin, prêtre, pour « avoir instruict et catécisez les enffans des escoles journalières fréquentans par chacun Vendredy de l’an l’escolle deseure les boucheries », A.B.B.L., I. 220, Fo 27.

47 A.M.L., Reg. aux mémoires No 15 925, 22 mars 1589 et A.B.B.L., compte de l’année 1589-1590, 1.220. Le serment imposé par Philippe II était la profession de foi prescrite par Pie IV et demandée par le deuxième Concile de Cambrai de 1586, Tit. I, cl.

48 75 lp par an sont versées à Isabeau Delattre, consécutivement à la requête qu’elle avait présentée aux échevins le 7 nov. 1592 ; cette somme lui était accordée à la charge de l’école dominicale ; A.B.B.L., compte de 1592-1593, 1.223, Fo 26. Pour la fondation de Guillaume de Bapaume, voir la fin de ce chapitre.

49 Sur les confréries de la Doctrine chrétienne, se reporter aux ouvrages généraux, notamment à ceux cités de E. de Moreau et J. De Viguerie. Pour celle de Valenciennes, cf. G 48/1 et le Ms 1012 de la bibliothèque de Valenciennes. A. Cappliez a publié quelques documents s’y rapportant, notamment le règlement et une liste des confrères des deux sexes, comprenant des membres du clergé et de la noblesse, des bourgeois et des ouvriers. L’article IV du règlement stipulait que le Président était un « homme d’Église » ; A. Cappliez, L’école dominicale de Valenciennes au XVIe siècle, Valenciennes, Giard, 1883, brochure de 131 p.

50 Règlement de l’école dominicale de Namur, art. 11, publié par J. Maloteaux, op. cit., p. 122.

51 Chiffres extraits des comptes de l’école dominicale conservés aux A.B.B.L. ou aux A.M.L.

52 Citons les noms des quêteurs en 1597-1598, par exemple : À Saint-Étienne : Jehan Galliot, marchand, remplacé par Nicolas Delevuigne, aussi marchand, Gilles Le Bouck, marchand ; à Saint-Maurice, Étienne Herreng, Georges Marissal, Samson de Reptain et Jacques de Clippes ; à Saint-Sauveur, Mahieu Turpin, Jehan de le Tombe, Mahieu Meurisse ; à Sainte-Catherine, François Van den Brouck, qui meurt de la peste, Guillaume de Fourmestraux, Antoine de Sailly ; à Saint-Pierre, Nicolas Rouzée et Mahieu de le Rue (A.B.B.L., compte de 1597-1598, 1.220). On ne peut préciser davantage le milieu socio-professionnel de ces hommes, compte tenu de l’état des sources, mais on retrouve les noms des familles marchandes et bourgeoises connues et d’hommes qui ont occupé des charges au Magistrat. (Cf. liste publiée en annexes du chap. IV).

53 A.M.L., Reg. aux rés. No 279, F° 17 vo, 23 juin 1597 « De surseoir les escolles ».

54 Ibidem, Reg. O.M. No 384, Fo 166 vo, 8 nov. 1597.

55 Les recettes des quêtes pour le catéchisme et les dépenses effectuées sont consignées dans un compte spécial entre 1639 et 1647 ; à partir de 1648, elles sont intégrées dans le compte général. Voir en annexes le tableau que nous avons établi du produit de ces quêtes, p. 433.

56 En 1649, le receveur ne reporte que « la recepte, à cause des pourchas qui se font ordinairement ès églises paroissiales... aiant par ordonnance de mes dits sieurs du Magistrat esté laissé le pourchas qui se faisoit toutes les sepmaines par la ville avecq la boitte au prouffict d’icelle », A.B.B.L., compte de 1648-1649, I. 246, F° 26.

57 Ibidem, compte de 1658-1661, I. 248, F° 31.

58 J. Houdoy, L’instruction gratuite et obligatoire depuis le XVIe siècle à Lille, brochure, Lille, s.d. 44 p.

59 Voir en annexes le tableau des fondations que nous avons dressé en nous référant essentiellement aux documents et aux comptes conservés aux A.B.B.L.

60 À titre indicatif, mentionnons la ventilation des recettes en 1597-1598
Revenus de 4 fondations, dont celle d’Isenghien : 830 lp.
Produit des pourchas hebdomadaires : 1099 lp.
Dons et legs : 475 lp.
Produit d’amendes : 11 lp.
Subside versé par la ville : 800 lp.
total : 3215 lp.
Dans le compte de 1658-1661, tenu pour 3 ans, les dons et legs fournissent 3874 lp. ; l’essentiel vient de deux dons anonymes, l’un de 3200 lp versé par l’intermédiaire de Luc Roussel, curé de Saint-Étienne, l’autre de 600 lp. transmis par P. Marissal, S.J. Par ailleurs, 2575 lp proviennent des pourchas pour le catéchisme.

61 Ordonnance du Magistrat de Valenciennes de 1584 citée par Fontaine de Resbecq, op. cit. p. 387.

62 A.B.B. Lille, I. 218 et 219, comptes de l’école dominicale. François Buisseret écrit : « qu’il y ait partout ung homme d’église bien ydoine et qualifié quy, à certaine heure à ce désigné... face la leçon du catéchisme ».

63 En 1586-87, il s’agit d’Antoine Le Febvre, coûtre, (I 217) ; en 1587-88, de Jean de Heulle, prêtre et lieutenant (I 218).

64 A.B.B.L., I. 220, Fo 27, compte de l’année 1589-90.

65 Ibidem, 1.222, F° 28, année 1591-92.

66 Synode de Tournai de 1589, Tit. XX, c. 6, in J. Legroux, Summa statutorum, op. cit. p. 257.

67 A.B.B.L., I. 223, F° 23, compte de l’année 1592-93.

68 A.H. Cambrai, XXXVIIe Fonds, École dominicale, A 1 et 2.

69 A.B.B.L., comptes de l’école dominicale, passim. À titre indicatif, citons quelques prix : en 1586, quatre douzaine de Paternostres sont payées 34 sols 4 d ; huit douzaines d’A.B.C., 58 sols, une douzaine de sept psaumes, 24 sols ; une douzaine de « respons » 18 sols (I. 215). On ne retrouve hélas aucun manuel de ce type.

70 A.C. Tournai, Fonds écolâtrerie, No 12.

71 Voir la première partie de ce chapitre et la note No 19.

72 Synode de Tournai, 1589, Tit. XX, c.7 in J. Legroux, Summa statutorum... p. 258.

73 Catéchisme de Cambrai, ou Sommaire de la doctrine chrétienne... édition début XVIIIe, (s.d., vers 1726). Sur le problème du catéchisme utilisé, voir les pages suivantes.

74 Sur la messe, voir le chapitre XIII.

75 Le Père Guillaume Marc a assuré le catéchisme à l’école dominicale de Valenciennes entre 1600 et 1638, avec une interruption de trois ans. Il a eu l’heureuse idée de prendre la plume pour « laisser à ses successeurs ce que nous avons appris durant quelques années catéchisant en l’escole dominicale... Et quoy que j’ay eu bien de la peine de me résouldre d’escrire ce Briborium, néantmoins il me l’a fallu faire, et à ma mode, pour m’appaiser en mes opinions qui me font croire que quelqu’un, entre autres (de mon humeur pour le moins), sera bien ayse de lire tout ou en partie, et de grâce m’en dira un Vivat ou Requiescat in pace ». (Les historiens le disent de tout cœur, Père Marc !). Ce précieux manuscrit conservé aux archives municipales de Valenciennes sous la cote G. 48/1 mériterait d’être intégralement publié. Nous l’avons partiellement utilisé pour notre communication au colloque d’Aix-en-Provence de juin 1978 sur les Intermédiaires culturels, intitulé « La catéchèse en milieu populaire au XVIIe siècle ». Le règlement figurant dans le Ms No 1012 de la B.M. de Valenciennes intitulé « Institution de l’école dominicale de Valenciennes » a été publié par le chanoine E. Masure dans le B.S.E.P. Cambrai, t. XV, 1910, p. 256.

76 A.M.L., No 7298, compte de 1637-1638.

77 Cet édit est reproduit en tête de l’édition du Catéchisme de P. Canisius édité à Louvain en 1558 ; pour les catéchismes, voir note 81. Cf. également B.C.R.H.B., 3e série, t. IX, p. 303.

78 A. Pasture, La restauration... op. cit., p. 367.

79 « Pastores... déclarent quaepueri didicerunt ex catechismo adeum fare modum quae fecit P. Canisius in suo parvo catechismo, et Auctor catechismi Parmensi dioecesis qui in schola dominicali Tornacensi et Insulensi juventuti proponitur », Synode de Tournai, 1589, Tit. XX, C. 3, in J. Legroux, Summa statutorum..., p. 257.

80 A.B.B.L., I. 221, Fo 22, compte de 1591-1592.

81 Déclaration de la doctrine chrétienne... À Mons, chez Charles Michel, imprimeur juré en la rue des clercs, 1587, petit in. 8°, cité par Hip. Rousselle, Bibliographie montoise. Annales de l’imprimerie à Mons, Mons, 1858, p. 159. No 42.

Le fait que cette Déclaration... publiée avec le visa de F. Buisseret soit en fait une version du Catéchisme de Parme permet de répondre à l’interrogation d’Hezard qui pensait que celui-ci ne pouvait vraiment être l’auteur d’un ouvrage qu’il avait examiné et approuvé : Hezard, Histoire du catéchisme depuis la naissance de l’Église jusqu’à nos jours, Paris, Victor-Rétaux, 1900, p. 190-191. Sur les catéchismes, voir J.C. Dhotel, Les origines du catéchisme moderne, Paris, Aubier, 1967, 471 p.

82 Tout comme A. Pasture autrefois, nous n’avons pu trouver qu’une édition de ce Sommaire qu’il attribue à F. Buisseret, mais on n’en trouve pas trace dans les Annales de l’imprimerie à Mons qui ne mentionnent que la Déclaration. Il est probable que le Sommaire a été rédigé après la publication de la Brève Déclaration de R. Bellarmin, car la troisième partie en est proche. S’il s’avérait qu’une édition est parue avant, cette parenté s’expliquerait par le fait que F. Buisseret a suivi sans doute les cours de Bellarmin à Louvain et à Rome.

83 L. Guiot, Histoire du catéchisme du diocèse de Cambrai, Mémoires Soc. Em. Cambrai, t. LII, 1898, p. 235-358.

84 A.M. Valenciennes, G. 48/1, Ms du Père G. Marc. Nous n’avons pu trouver nulle part d’exemplaires des trois livrets composés par celui-ci, malgré nos investigations à Paris, Chantilly, Rome, Bruxelles et Valenciennes. C. Sommervogel, op. cit., en mentionne deux sur trois. Du Père G. Marc on ne trouve généralement que Les Rossignols spirituels.

85 A.B.B.L., I. 274, Fo 26, compte de 1637-1639.

86 Gilbert de Choiseul du Plessis-Praslin, Abrégé de la doctrine chrétienne, pour l’usage du diocèse de Tournai (1672), Lille N. de Rache, 1680.

87 Toutes les indications que nous donnons sur la leçon de catéchisme sont extraites du Ms du Père G. Marc, G. 48/1.

88 On sait, en effet, que les Jésuites chargés du catéchisme dans les différentes villes se concertaient régulièrement. Ceux de la province flandro-belge ont d’ailleurs consigné le fruit de leur expérience et la méthode qu’ils suivaient dans un manuscrit intitulé « Methodus catechizandi pro provincia Flandro- belgica », A.S.J. Rome, F.B., No 717, Fo 125-162. Voir également A. Poncelet, op. cit., p. 298-320.

89 A.S.J. Rome, G.B. No 32, 1939 ; photocopie à A.P. Ch. S.J., A. 2170.

90 J. de Viguerie, L’institution... op. cit., p. 44.

91 La liste des questions posées le jour de l’examen figure dans le Ms 1012 de la B.M. de Valenciennes. Les réponses proviennent du Catéchisme de Cambrai ou Sommaire de la doctrine chrétienne, s.d. (vers 1726), Tournai.

92 A.M. Valenciennes, G. 48/1.

93 Mandement transcrit dans Acta congregationis pastorum Insulensium ; A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 50, F° 25 vo et 26.

94 Epistola novissima archiepiscopus Cameracensis D. Francisci Van der Burch. ad pastores suae dioecesis, Lille, N. de Rache, 1645, publiée par A. Possoz, op. cit., p. 237. On reconnaît dans ce texte la profonde influence des enseignements de Barthélémy des Martyrs, archevêque de Braga, de Louis de Grenade et de saint Charles Borromée.

95 A.M.L., Reg. O.M. No 383, Fo 157, 1585 ; ord. republiée chaque année jusqu’en 1592.

96 F. Buisseret, Instruction publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.

97 A.B.B.L., I. 218, Fo 21 vo.

98 F. Buisseret, Instruction... publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.

99 Sur la Bourse commune des pauvres, voir le chapitre sur la charité.

100 F. Buisseret, Instruction... publiée par J. Maloteaux, op. cit., p. 378.

101 A.M.L., compte de la ville pour 1613, Fo 405.

102 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 138, 15 février 1639.

103 A.B.B.L., I. 242, F° 30, compte de 1639-1642.

104 A.B.B.L., I. 248, F° 32, compte de 1658-1661. Cette rubrique, comme la précédente, se retrouve constamment dans les comptes. Des dispositions similaires existent dans d’autres villes, et notamment à Douai : « Il est toujours besoin d’attirer la jeunesse à fréquenter ladite eschole par des petits dons de chapelets, images, médailles, petits livrets et aultres chose semblable », A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1287, s.d. (XVIIe).

105 Voir supra, note 57 et le texte auquel elle renvoie.

106 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, Fo 138, 1639.

107 Texte publié dans A. Possoz, op. cit., p. 218.

108 A.M. Valenciennes, G. 48/1.

109 A.B.B.L., I. 242 bis à I. 251 bis, 1639-1647.

110 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, F° 138, 1639.

111 « Et cum tanti referat ut universa Juventus teneat elementa sanctissima nostra religionis sitque indignissimum christianum ea ignorare et in tribus quidem praecipuis oppidis dioecesis essent insignes scholas dominicales in quibus Juventus diligenter catechisabatur diebus festis et dominicis praesertin pauperes et fortuna tenioris qui diebus profestis occupentur in opificio aliquo discendo vel exercendo. Adeo ut in schola Insulensis esse soleant 500 aut 600 partim adolescentes partim pueri et totidem puellae a masculis loco separatae quae a fœminis docentur », A.S. Vaticano, Fond. S. Cong. Concilio, V.L., Tournai, 1590.

112 A.S.J. Rome, G.B. No 32, Fo 265, 1639. « Donec rumor in vulgus manavit, schola dominicalis qua vix antea 400, ad summum 500 catechismo presentos, viderat mox ad 1200, mox ad 1500, imo ad 2000 ».

113 A.M.L., Aff. gén. C. 615, d. 3.

114 Chaque année, on trouve dans les comptes le montant des salaires versés aux maîtres et aux maîtresses, avec les noms de ceux-ci. Nous ignorons, hélas, le nombre d’élèves par classes. Comme Jean Vendeville, en 1590, parle de 1200 élèves au total, ceci donne un quotient de 40 enfants au maximum par classe.

115 A.H.L., Ve fonds, A 1. « Le restant des biens » de Guillaume de Bapaume, donné en sus des 39 000 florins, comprend des terres situées surtout à Wambrechies, Houplin et Seclin, ainsi que 10 917 lp en titres de rentes produisant 593 lp par an.

116 Les effectifs de l’école Déliot sont effectivement en diminution sensible au XVIIe siècle : 75 de 1619 à 1635, 65 de 1635 à 1646, 57 de 1648 à 1652, 42 de 1660 à 1665 ; mais c’était vraisemblablement plus une question de ressources que de recrutement. A.B.B.L., comptes de l’école Déliot.

117 A.H.L., Ve fonds, A 1 et A.M.L., Titres p. 207/3995.

118 Voir les travaux de J.P. Gutton, notamment La société et les pauvres en Europe, XVI-XVIIIe, Paris, P.U.F., 1974, 207 p.

119 A.H.L., Ve fonds, B. 1, 1612-1624.

120 Ibidem, B.3.

121 Ibidem, E. 1, règlement, cahier de 27 feuillets, XVIIIe.

122 A.B.B.L., I. d. 12 et J. 16.

123 B.M.L., Ms 528 et A.H.L., XVe fonds, A 1.

124 A.H.L., XVe fonds, B.3.

125 Cf. notre communication sur ce sujet au colloque de Fontevraud, oct. 1980.

126 A.M.L., Aff. gén. C. 840 d.6. Un exploit avait été fait chez Martine Degrave pour l’empêcher de tenir école.

127 A.H.L., XVe fonds A 1 et A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1287. À Arras, les filles dévotes de Jeanne Biscot avaient dû s’orienter également vers la prise en charge d’orphelins.

128 A.H.L., XIIIe fonds, A 1, B. 28.

129 Voir le chapitre I et la pyramide des âges reproduite p. 20. Selon le dénombrement effectué en 1677 dans la paroisse Saint-Maurice, la tranche d’âge des 0-9 ans représente 23,7 % de la population dénombrée et celle des 10-19 ans, 17,6 %. Si l’on se reporte aux chiffres donnés pour chaque année, on peut retenir le pourcentage de 20 % environ pour les 7-17 ans. J.P. Caslety, G. Mignien, J.M. Pollet, T.E.R. cité, t.2, annexes, p. 26 et 27.

130 Document publié par A. Lottin, art. cité.

131 A.M. Valenciennes, G. 48/1, Ms du Père G. Marc.

132 On pourrait multiplier les citations sur ce thème. Une ordonnance du Magistrat de Valenciennes en 1564 est particulièrement explicite. « Es républiques et villes constituées, a été anchiennement très bien pourveu et politié de commectre et ordonner bons maistres pour former les jeunes enffans... et les enseignier et instruire en bonnes doctrines, meurs, droicte et honneste manière de vivre, et les maintenir et accoustumer en toute subjection et révérence, afin que iceulx venus en eaige fussent tant plus traictables et promptz à donner au Magistrat tout honneur et obéissance. Et de porter en ce bon soing et regart importe grandement pour le bien publicque, tellement que le mectant en nonchalloir et laissant la jeunesse soy conduire selon sa naturelle inclination, devient fort désordonnée, sans honte et révérence, et bien difficile après la replier et la réduire à honnesteté et droicte manière de vivre ». (Document publié par Fontaine de Resbecq, op. cit., p. 361). En 1650, Géry l’Espagnol sollicite l’ouverture d’une école quotidienne à Armentières et avance cet argument : « Le principal mestier de ceste ville estant la draperie, et les garçons n’y estans point propres devant l’eage de 15, 16 ou 17 ans, il importe de les bien occuper sans les laisser vagabonds par les rues, à quoy serviront les escholes » (A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1286,1650).

133 A.M. Valenciennes, G. 48/1.

Table des illustrations

Titre Saint Charles Borromée priant pour la cessation de la peste.
Légende Œuvre de Jacques Van Oost le Jeune (1668). Église Saint-Maurice de Lille
Crédits Cliché François Richir
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site