Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre VII. L’omniprésence des réguliers

Texte intégral

  • 1 Voir en annexes les tableaux que nous avons établis.

1En 1588, Lille abritait dans ses murs deux couvents d’hommes, les Franciscains et les Dominicains, et huit communautés féminines ; les Clarisses, les Dominicaines de l’Abbiette, et six autres s’occupant essentiellement de soigner les malades, soit dans les hôpitaux Saint-Sauveur, Comtesse et Ganthois, soit, comme les Sœurs noires, les Sœurs grises et les Madelonnettes ou Repenties, à domicile1. Il faut aussi signaler l’existence de béguines qui ne sont pas à proprement parler des religieuses, mais des filles dévotes. Or beaucoup de ces communautés, à la fin du XVIe siècle et parfois bien au-delà pour certaines, présentent un visage peu conforme à l’idéal religieux.

I) La face interne du monde conventuel non-réformé

1) « C’est un scandal de voir des réguliers vivre si irrégulièrement »2.

  • 2 A.D.N., 130 H 150, lettre de Sylvius, professeur à l’Université de Douai.
  • 3 Les fonds d’archives sont extrêmement pauvres sur le couvent des Récollets lillois. Sur les Dominic (...)
  • 4 A.S. Vaticano, F.S. Congr. Concilio, V.L. Tournai, 1590.

2On ne sait malheureusement rien, ou presque rien, sur la situation chez les Franciscains et les Dominicains lillois3. En 1590, l’évêque Jean Vendeville ne les tient pas en grande estime puisqu’il écrit au pape qu’il n’y a pas de bons confesseurs à Lille. Mais le renouveau de ces deux ordres lui semble indispensable et il s’y emploie à l’échelon de l’Église universelle. Il présente à plusieurs reprises aux papes et à la Curie un projet de création de séminaires les concernant, projet qu’il expose lors de ses deux voyages à Rome, ou dans de nombreuses missives. Il remet à Sixte-Quint, lors de sa visite ad limina de 1590, un mémoire sur le sujet ; puis Grégoire XIV nomme une commission dite « de l’évêque de Tournai » pour étudier le problème. Lorsque le cardinal Facchinetti, qui s’y intéressait beaucoup, est élu pape sous le nom d’Innocent IX, Jean Vendeville, plein d’espoir, repart pour Rome. « L’affaire qui sollicite mon départ me paraît beaucoup plus importante que la bonne administration de plusieurs diocèses », déclare-t-il. Finalement Clément VIII fera créer un séminaire pour les seuls Franciscains4.

3Nous sommes en revanche beaucoup mieux renseignés sur la vie interne de la plupart des communautés féminines grâce à l’existence de procès verbaux de visite. Si l’on excepte les Clarisses, la situation est déplorable un peu partout et même scandaleuse en certains endroits.

  • 5 A.D.N. 130 H 149. Les visiteurs de Comtesse sont traditionnellement l’abbé de Loos, un représentant (...)
  • 6 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585. Il ajoute dans sa déposition faite devant l’évêque Morillon : « auquel (...)
  • 7 Ibidem, déposition de la prieure Anne Séguier.

4La mondanité, le « mal du siècle » peut-on dire, règne. Les séculiers, et au premier chef les parents proches ou lointains, conversent librement avec des religieuses astreintes à la clôture, prennent leurs repas avec elles, circulent partout dans le couvent. Ces faits, courants à la fin du XVIe siècle, persistent d’ailleurs longtemps au XVIIe siècle. Des ordonnances de réforme tentent d’abolir ces habitudes, par exemple en prescrivant que les religieuses de l’Abbiette « ne mangent ni boivent en ces lieux indifféremment avec toutes sortes de personnes, non sans scandal »5. À l’hôpital Saint-Sauveur, le doyen de chrétienté Doutrelauwe demande « d’empescher les séculiers d’aller sur le dortoir »6. Rien n’y fait : les prises d’habits, les professions de foi, les anniversaires sont prétexte à des banquets où l’on invite des laïcs et des religieuses d’autres cloîtres. À l’hôpital Saint-Sauveur, la prieure Anne Séguier, interrogée en 1585, « si elles banquettent souvent autre part, elle dit que ouy et mesme à l’infirmerie où que le maistre vat, ou ledit maistre laisse danser les religieuses à marionnette, icelle fois jusques à douze heures en la nuict »7.

  • 8 A.D.N., 183 H 9, 1628. Il s’agit des fêtes célébrées à l’occasion de l’Epiphanie, du Carnaval ou de (...)
  • 9 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1625.
  • 10 Ibidem, 1585.
  • 11 A.D.N., 183 H 9, 1628.
  • 12 A.D.N., 183 H 12, 1683 : griefs contre la prieure Yolente Bourgeois.

5À Comtesse, en 1628, les Visiteurs prescrirent que « doresnavant ne se feront plus les roiaulmes, carremeaux, la Saint-Martin et semblables légèretés »8. L’évêque de Tournai, lors de sa visite à l’hôpital Saint-Sauveur en 1625, ordonne « que l’on ne danse plus aux professions et que à cause de profession l’on ne pernoctera dehors et que celles des hospitaux Comtesse et Gantois ne polront pernocter en l’hospital Saint-Sauveur »9. Aux allées et venues de séculiers au couvent répondent les sorties de religieuses normalement soumises à la clôture. À l’hôpital Saint-Sauveur, « Sœurs Péronne Gaillart et Jeanne Lebœuf, le jour de l’octave du Saint-Sacrement, seroient aller voir remettre la fierte et seroient demeuré souppé dehors… Elles revindrent seulement à XI heures, Sœur Péronne fort embué, et tomby par terre ». Le curé de Saint-Maurice « dict que, quand elles vont aux aultres hospitaux pour vesture et profession, que elles y demeurent toute la nuict »10. À Comtesse, on dénonce les mêmes abus… chaque année. En 1591, « la serrure de la porte quy aborde à la placette Saint-Martin sera changée avec une clef à la prieure, une au maistre »11, mais la parade est vite trouvée car les plaintes continuent. Il est vrai qu’il suffit de s’assurer les bonnes grâces du maître ou de la prieure pour ne pas avoir d’ennuis. En 1638, celle-ci est accusée de « permettre à aulcunes de ses familières des entretiens et amitiés légières, leur permectant souvent, sans le congié du maistre, d’aller dehors et dedans la ville »12.

  • 13 Les Madelonnettes avaient été fondées à Lille en 1481. Cette maison accueillait les « filles publiq (...)

6Quant aux sœurs non cloîtrées qui soignent les malades en ville, leur conduite est jugée scandaleuse et les évêques invoquent leurs écarts de conduite pour tenter de leur imposer la clôture voulue par Rome et le Concile de Trente. Nous y reviendrons en détail à propos des Sœurs grises. De même, on trouve des Sœurs de la Madeleine, dites Repenties, dont certaines ne semblent l’être que de nom, mêlées à des scènes douteuses à l’hôpital Saint-Sauveur. « La semaine passée, il a esté en la chambre du maistre deux Jacobins et deux Repenties, depuis deux heures jusque 6 heures »13.

  • 14 A.C. Tournai, 3 K 5/6, déposition de Sœur Antoinette Leclercq, 1626.
  • 15 A.D.N. 183 H 9, 1610.
  • 16 Voir le tableau joint en annexes. En 1648, une lettre des députés des États de Lille évoque ces agi (...)
  • 17 Les religieuses évoquent l’utilisation du vin comme antiseptique. « La consommation de vin a esté f (...)

7Tous les couvents sont plus ou moins accusés de trafiquer et de faire des profits illicites, en revendant à des particuliers le vin détaxé qu’ils sont autorisés à emmagasiner. La prieure des religieuses de Saint-Sauveur, Jeanne Domessent, est dénoncée par la cuisinière pour avoir acheté du vin 13 patars le lot et l’avoir revendu 18 patars au maître et au couvent, lorsqu’elle s’occupait du cellier14. À Comtesse, les visiteurs en 1610 ordonnent que « doresnavant ne se vendra vin »15. En 1615, le Conseil privé, pour remédier aux excès, sur proposition du Magistrat fixe la quantité de vin détaxé que chaque communauté peut emmagasiner, ce qui ne met pas fin aux abus16. En 1648, les religieuses de Saint-Sauveur, accusées d’avoir nettement dépassé le contingent auquel elles avaient droit, invoquent pour se justifier la nécessité de soigner et réconforter les malades, ce qui devait être partiellement exact17.

  • 18 A.D.N. 101 H 2 ; nous reviendrons sur ce point en étudiant l’installation des Colletines.

8En contradiction avec le vœu de pauvreté qu’elles ont prononcé, certaines religieuses possèdent personnellement des objets précieux et de l’argent. Même le couvent des Clarisses, le plus irréprochable parmi les anciens établissements, avait progressivement accepté des fondations lui garantissant des revenus fixes, contraire- ment à sa règle, comme nous le verrons18.

  • 19 A.D.N., 183 H 9, 1623.
  • 20 Il poursuit dans le même esprit : « Nous ostons tous les anniversaires et obits fondez par les reli (...)

9Mais ce défaut sévit surtout dans les congrégations qui recrutent dans les familles les plus aisées. À Comtesse, on déplore que les religieuses « gardent elles-mesme leur argent sans le consigner entre les mains de la supérieure, recevans des émolumens de leur office pour en faire leur propre »19. À l’Abbiette, le père provincial de la Germanie inférieure de l’ordre dominicain, qui effectue une visite dans cet établissement, « n’ignorans pas les maux que la propriété traîne après soy et le péril de damnation qu’elle apporte aux âmes religieuses », essaie de remédier à ce mal chronique en ce couvent, et décrète que les rentes annuelles n’excèdent pas cent florins20.

  • 21 A.D.N, 183 H 12, 1607.
  • 22 Ibidem. Sur la figure de proue qu’est Dom Vincent Longuespée, alors abbé de Loos, voir infra, chap. (...)

10Les manquements à la chasteté sont évidemment les abus les plus spectaculaires. Apparemment les aventures ne manquent pas et elles ne sont pas anodines, spécialement dans les hôpitaux. L’ecclésiastique exerçant la fonction de « maître » (directeur), est au centre de nombreux conflits et même d’intrigues amoureuses. Il est souvent suspecté d’entretenir des relations préférentielles avec une religieuse, quand il n’est pas accusé de poursuivre la plupart de ses assuidités pressantes. À Comtesse, les exemples abondent. Si l’on en croit plusieurs témoignages, le maître de Langre « caresse fort sœur Anthoinette Baillet… Il lui a tenu plusieurs propos sentans des amourettes et lubricité et entre aultres que si elle luy vouloit estre fidèle amie, qu’il renonceroit à toutes aultres et que de ce il luy donnerait signature de son sang… Ils ont esté plusieurs fois trouvez ensemble ès lieux suspects et distants »21. La triste réputation de l’établissement n’est plus à faire et l’abbé de Loos l’aurait résumé dans une formule lapidaire : « C’est comme un bourdeau de vostre maison »22.

11La chronique scandaleuse de l’hôpital Saint-Sauveur la surpasse. Trois enquêtes menées en 1585, en 1626 et en 1646 révèlent l’état corrompu de cette communauté. En 1585, le maître Jacques Leughenaere et son frère François sont accusés de relations coupables avec de nombreuses nonnes, en particulier avec Sœurs Françoise Dely et Catherine Taffin. Celle-ci, âgée de 25 ans, confesse « qu’elle a esté poursuyvie par Frère François en divers lieux, comme en la cave, en l’oratoire, en autres lieux ou qu’il l’at souvent baisé déshonestement… ».

  • 23 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.
  • 24 Ibidem, 1626. Le dossier comprend tous les interrogatoires des religieuses, comme en 1585.
  • 25 Voir supra, chap. VI, 3e partie.
  • 26 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192.
  • 27 A.D.N., 183 H 12, 1607.
  • 28 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, dépositions de Sœur Philippine de la Barge et de Marie (...)

12Le maître Leughenaere avait d’ailleurs déclaré sans vergogne « qu’il estoit venu pour les jeunes et non pour les vieilles… pour ce que les vieilles estaient sages assez pour se conduire et les jeunes avoient toujours affaire de consolation »23. En 1626, des charges analogues pèsent contre le maître Pasquier Prévost, accusé de poursuivre les servantes et d’avoir des relations coupables avec Sœur Antoinette Leclercq, la cuisinière24. Mais le scandale le plus considérable éclate en 1646 lors du procès engagé contre le maître Caussenaire. Nous avons évoqué la figure de ce triste personnage25 qui évidemment a contribué à enfoncer encore un peu plus dans la turpitude cette communauté déjà corrompue. « Il y avoit entre ledit Caussenaire et feu sœur Anne Delobel des grandes familiarités et dangereuse… Il aurait un jour, pour correction, enserré ladicte sœur Anne une nuict en son quartier ». Il est trouvé « avec une jeune religieuse, nommée Sœur Chrestienne Leclercq, vestue fort légèrement en sa chambre ». Il persécute celles qui tentent de lui résister, comme sœur Marie Delobel « pleurante amèrement que ledit Caussenaire l’at poursuivy souventtefois pour la baiser et badiner allentour d’elle ». Il est surtout accusé d’avoir rendu enceinte Sœur Madeleine Amory ; les voisines accourent pour en témoigner. Selon Marie Agache, 43 ans, femme de Philippe Prus, la religieuse lui aurait dit : « si j’étois mariée, je diroy que je suis prest à m’accoucher ». Marie de Bailleu, 54 ans, femme de Jérôme Delelis, « dépose que Sœur Françoise Carlier aurait demandé il y a environ cinq ou six ans à la déposante ce qu’il seroit bon de mettre sur les seins d’une femme pour épardre le lait »26. Dans toutes ces aventures, le recours à des moyens contraceptifs ou à des manœuvres abortives est dénoncé. En 1607, Jean de Langre à Comtesse, est soupçonné d’« avoir faict prendre à ladite Sœur Anthoinette quelque breuvage que luy mesme a porté, dont ladite Anthoinette at esté fort malade, en ayant eu de grands vomissements ès chambres et faiblesses »27. À Saint-Sauveur, Sœur Anne Delobel, rivale malheureuse de Sœur Madeleine, « luy aurait reproché, ès termes un peu couverts, qu’elle aurait eu un enfant ; ladite Amory auroit dict à dame prieure, en la présence de ladite déposante, qu’elle aymoit mieulx avoir eu un enfant qu’en avoir deffait cincq ou six…, voulant donner à entendre que ladite Delobel auroit empeschez la génération ou procuré en soy ces avortemens. Ladite déposante remarquez que ladite Delobel prenoit quelquefois des médecines sans estre malade ». Quant à l’enfant mis au monde par Sœur Madeleine, on s’est empressé de le faire disparaître. Celle-ci fait appeler Marie Agache et « lui dit qu’elle se transportoit avec l’enfant au faubourg des Malades de Lille, vers un logis ou pend pour enseigne « Le Cygne » et qu’elle trouverait un homme à cheval qui prendrait ledit enfant, ce qu’elle fit et trouva ». Pour ce témoin, Sœur Amory est indiscutablement la mère de l’enfant, car « l’enfant le ressembloit fort bien » !28.

  • 29 A.M.L, Aff. gén. C. 858, 1657.
  • 30 A.H.L., XXVIe fonds, E. 2.
  • 31 A.S. Vaticano, Fondo. S. Cong. Concilio, V.L. Tournai, 1648.
  • 32 A.M.L, Aff. gén. C. 859, 1686.

13Les religieuses non soumises à la clôture ne jouissent pas d’une meilleure réputation. Celles qui soignent les malades à domicile sont accusées de pousser un peu loin l’amour du prochain. En 1657, les supérieurs franciscains des Sœurs grises dénoncent « 10 ou 12 religieuses libertines et par trop mondaines… »29. Les Madelonnettes ou Repenties sont surtout visées. Michel d’Esne, évêque de Tournai, écrit en 1603 qu’elles sont « tisons estaincts qui aisément reprennent feu ». Il se heurte au Magistrat parce qu’il veut leur interdire les sorties ; il accepte finalement de les laisser soigner les malades à domicile mais demande aux échevins « de ne prester trop facilement l’oreille à ung tas de criardes rebelles et désireuses d’une effrénée liberté car libertas libertate perit ». En 1634, Maximilien Villain de Gand prévoit de mettre trois jours en prison pour y jeûner au pain et à l’eau celle qui serait « veue sur la rue au autrement en publicq… pleine de bierre ou de vin »30. En 1648, dans son rapport de visite ad limina, François Villain de Gand déclare que les Repenties sont « laxioris vitae et fere incorrigibiles »31. Enfin, lorsque Gilbert de Choiseul tente vainement de leur imposer la clôture en 1686, il précise « qu’elles mènent une vie peu convenable aux religieuses… Leur profession d’aller aux malades y contribuoit beaucoup…, notamment en restant chez les particuliers au-delà de ce qu’elles avoient besoin d’y rester »32.

  • 33 A.D.N., 183 H 9.
  • 34 A.D.N., 183 H 12, 1637.
  • 35 A.D.N., 183 H 9, 1623.
  • 36 A.C. Tournai, A K 5/6, 1585.

14Mais, dans la plupart des communautés, les fautes les plus graves sont commises contre la charité, « sans laquelle toutes les aultres œuvres sont inutiles »33. Dissensions et rivalités personnelles régnent partout ; de véritables factions se dressent les unes contre les autres. La prieure, le maître, sont les pivots autour desquels s’effectuent les regroupements ou les clivages, se forment les clientèles. Dans tous les procès-verbaux de visite des clans apparaissent. Leur existence est parfois avouée sans ambages ; ainsi à Comtesse, en 1637, « sept religieuses et en oultre une autre qui est du party contraire », évoquent « la haine qu’aucunes et particulièrement la prieure portent au maître… Ladite prieure mérite d’estre déportée de son estat »34. Les visites précédentes ou ultérieures parlent de « dissensions, jalousies, inimitiés ». En 1623, on fait état « que les partialités se fomentent entre elles… que plusieurs querelles, noises, reproches, haines couvertes se rencontres entr’elles, le tout au grand préjudice de la charité quy est la fin de la vie chrétienne et religieuse »35. Même atmosphère empoisonnée à l’hôpital Saint-Sauveur. En 1585, Sœur Marguerite Creton déclare à l’évêque Morillon : « la rébellion de la plupart du couvent a esté grande contre la prieure et celles qui luy ont obéy et adhéré ; de sorte que n’at esté aucune amiable conversation entre les religieuses mais continuelles dissenssions, grouleries, envye et haine irréconciliable »36.

  • 37 A.D.N., 183 H 12, 1638.
  • 38 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.
  • 39 A.D.N., 183 H 9, 1609.

15La parole est le moyen d’expression privilégié de ces oppositions. « Jamais nous ne nous trouvons en assemblée commune sans recepvoir, ou l’un ou l’autre, des coups de langues » déclare une religieuse37. À l’hôpital Saint-Sauveur, « la prieure n’at pas un doux propos de celles qui se sont bandées contre elle » : on l’appelle couramment : « vielle radottière, vielle sotte »38. Aumôniers, religieux sont des confidents, parfois indiscrets, de ces querelles. Trois jeunes religieuses de Comtesse affirment qu’elles « ne vont volontiers à (l’aumônier) à la confesse parce que devant qu’elles aillent à la confesse à luy, tout ce qu’elles font luy est jà rapporté ». Elles préfèrent se confesser aux Jésuites, ce que les autres interprètent exactement de la même manière ; « aiant opinion que soubz prétexte d’aller à la confesse… elles racontent ce qu’il se passe à la maison » ; et de noter « qu’elles y sont allées trois fois en la matinée… ». Les Visiteurs ordonnent, en 1609, « que nulle religieuse… aye la hardiesse de révéler ou rapporter aux estrangers et dehors la maison les fautes et imperfections de leurs consœurs »39.

  • 40 Ibidem.
  • 41 Il s’agit de sœurs Catherine du Retz, Isabeau Le Maistre et Yolente Bourgeois. En 1638, alors que c (...)

16Un peu partout, des oppositions entre jeunes et anciennes sont nettement perceptibles. Lors des visites, les plus âgées demandent souvent « que les jeunes pourraient davantage respecter les anchiennes qu’elles ne font… »40. Ces divergences recoupent certes des affrontements liés aux progrès de la réforme, et nous reviendrons sur cet aspect. Mais n’idéalisons pas ; les conflits de génération existent aussi. Ne voit-on pas les trois « jeunes » religieuses de Comtesse menant l’opposition dans les premières années du XVIIe siècle en invoquant les Jésuites, la pureté et l’esprit de réforme, être à leur tour mises en cause, au nom des mêmes principes, trente ans plus tard ?41.

  • 42 A.D.N., 183 H 9, 1623.
  • 43 A.D.N., 183 H 12, 1637. Cette prieure, Yolente Bourgeois, est une des trois religieuses qui réclama (...)
  • 44 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, 1646.
  • 45 A.D.N., 183 H 9, 1650, déposition du maître J. Vranx.

17Dès lors faut-il s’étonner si les prières, les exercices religieux tiennent une bien faible place dans la vie de ces communautés ? Quant à la discipline prévue par les différentes règles, elle n’est souvent qu’un lointain souvenir. Les chapitres ne sont guère réunis. À Comtesse, année après année, les Visiteurs le déplorent. « Contre la sainte règle, le chapitre ne s’est tenu des mois entiers et plus… Les désobéissantes et formellement rebelles ne sont corrigées ny chastiées, en satisfaction de leur offense ». Quand, par hasard, le chapitre se tient, « il se résulte en dissensions et disputes »42. En 1637, la prieure, si l’on en croit sept détractrices, « n’aime nullement l’office divin ni les exercices spirituels, au contraire se moque de celles qui s’exercent à la méditation, venant fort peu aux matines, peu dévote »43. À l’hôpital Saint-Sauveur, Caussenaire « ne tenoit nuls chapitres, ou s’il a tenu deux ou trois fois ç’at esté avec désordre, où il y a battu des religieuses ; sy at donné luy-même la discipline à des religieuses descouvertes »44. Quant aux ordonnances régulièrement publiées par les Visiteurs, « les religieuses ne font plus d’estat de ses statutz comme des autres précédents, ne s’estimans estre obligées qu’à la règle et anciens statutz de la maison »45.

  • 46 A.D.N., 183 H 150, 1643.
  • 47 A.D.N., 183 H 9, 1617.
  • 48 Ibidem, 1623.
  • 49 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1626.
  • 50 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192.
  • 51 Voir supra, chap. V, p. 79.
  • 52 A.D.N., 183 H 12, 1637.
  • 53 A.D.N., 183 H 9, 1623.
  • 54 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1192. Les malheurs de Sœur de la Barge ne s’arrêtent pas là. (...)
  • 55 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.

18Le silence n’est guère observé au réfectoire. À l’Abbiette, on discute et on triche sur les jeûnes prescrits, même pendant le carême. Les docteurs de l’Université de Douai sont consultés par des réfractaires pour savoir « si les supérieurs peuvent commander que la collation, ès jours de jeûne, soit faicte conventuellement au réfectoire et non pas aux chambres »46. La pratique sacramentelle reste faible et laisse à désirer. Partout se pose le problème du confesseur et, à vrai dire, on comprend celles qui, telle Sœur Marguerite Lambelin, ont « de la peine de mettre son âme entre les mains du maistre à cause de ses comportemens, estant journellement en boire »47. Le recours à un confesseur extraordinaire est partout autorisé quatre fois l’an ; mais entre-temps, les jours prévus pour la réception de l’Eucharistie, « elles ont parlé librement aux parens et amys », alors que les différentes règles prescrivent le silence48. Enfin la parole de Dieu, qui doit assurer leur nourriture spirituelle, ne leur est que rarement apportée. En 1626, à l’hôpital Saint-Sauveur, le maître Prévost « n’a point presché en ce caresme à cause que la prieure dit qu’elle scait mieux l’évangile que luy. Mais il leur raconte tous les jours le sermon du Capucin auquel il vat »49. On comprend le jugement porté par le théologal Hugues sur cette dernière communauté : « Là, il n’y a aucune religion, ny esprit de dévotion, ou piété chrestienne… Les religieuses ne sont accoustumées d’entendre la parolle de Dieu ny feste ni dimanche »50. Devenu maître de l’hôpital, par provision, il est à son tour poursuivi, peut-être à tort, pour écarts de conduite avec ces terribles nonnes51. Enfin, à l’intérieur de la communauté même, les relations personnelles sont aussi placées sous le signe d’une violence qui ne contribue pas à créer une atmosphère propice au recueillement. En 1623, à Comtesse, « la veille des Rois, le maistre estant à la table conventuelle ne fit que crier et calomnier et injurier la prieure » ; le chapelain, maître Pierre Haverlant, s’écrie : « si j’avois ung cousteau je te percheroys »52. Un précédent maître se signalait par les mêmes écarts : « il appelle, devant les séculiers, les religieuses, diablesses, et dict tout ce qui lui vient en la bouche »53. Naturellement, le climat n’est pas meilleur à l’hôpital Saint-Sauveur avec des maîtres de la trempe de ceux que nous avons rencontrés. Jean Caussenaire, « le jeudi environ les quarremaux, après avoir jette à la teste de ladite Dame trois ou quatre vers à vins, quelque peu après jetta son pot dont il estoit accoustumé de boire, après la teste » ; Sœur Philippinne de la Barge ayant osé une remarque, « transporté de colère, il luy porta un coup de pied au ventre… La Compagnie présente fut tout troublée de cette tragédie… Un bastón en main, il poursuivoit les religieuses du réfectoire au jardin »54. Ces hospitalières ne sont d’ailleurs pas toujours aussi charitables qu’il serait souhaitable avec les malades ; Sœur Françoise Dely admet qu’ « elle leur estoit aucune fois rude de parolles »55.

2) La difficile réforme des communautés anciennes

  • 56 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, 1646.

19On ne transforme pas du jour au lendemain de telles communautés. Un vicaire général s’en rendait bien compte lorsqu’il écrivait, en 1646, à propos de l’hôpital Saint-Sauveur : « l’évêque de Tournai n’aura encor que trop de peine d’introduire audit hospital la discipline régulière entièrement abolie et destruite… parmy telles religieuses qui ont la conscience entièrement cautérisée et sont bonnes à telle extrémité de malice, qu’elles mesprisent leurs veuz d’obéissance et ont fait des faulx serments en justice »56. Pourtant une réforme lente, irrégulière, parsemée d’embûches se fraie un chemin. Elle vient essentiellement d’en haut : évêques, supérieurs d’ordre, visiteurs l’ont voulue ; mais elle répond aussi à un désir de la base et les tentatives faites prennent appui ou trouvent même leurs artisans chez de simples religieux des deux sexes aspirant à une vie chrétienne plus authentique. Elle ne peut se comprendre également si l’on ne fait pas référence au visage totalement différent que présentent les nouveaux ordres et à la sévère concurrence qui s’instaure entre tous pour recruter des membres et obtenir des bienfaits ou des avantages matériels.

a) La réforme des Franciscains et des Dominicains.

  • 57 Pour l’histoire des ordres religieux en général et de la réforme recollettine, se reporter au monum (...)

20On ne possède donc presqu’aucun document sur la vie interne des communautés lilloises de Franciscains et de Dominicains. On sait toutefois que les « Cordeliers » qui s’étaient rangés en 1527 parmi les « observantins » adoptent la réforme récollettine au début du XVIIe siècle. En effet, les Franciscains un peu partout en Europe voyaient avec inquiétude certains de leurs meilleurs éléments les abandonner pour devenir Capucins et ils éprouvaient le besoin de réagir. D’où les expériences qui se développent en Italie et l’introduction de la réforme récollettine en France vers 1592. Celle-ci prévoyait le retour à une plus grande pauvreté et insistait sur la place à faire à la « recollection », sur la nécessité de « faire retraite » pour prier, méditer, et accéder à une vie spirituelle plus intense. Ce mouvement touche la province de Saint-André ou de Liège à laquelle appartenait le couvent de Lille et l’emporte lors du chapitre tenu à Valenciennes en 1610. Dès l’année suivante, des « observantins » quittent la communauté lilloise désormais appelée des « Récollets ». Cependant le premier gardien appartenant franchement à cette réforme semble être, en 1625, le frère Benoît Cordier57.

  • 58 Sur les Récollets installés près des Clarisses, voir A.D.N. 101 H, notamment la chronique de Sœur B (...)

21Cette même année, la communauté de dix Franciscains qui vivait près des Clarisses, et qui dépendait de la province de Flandre, est érigée en « gardianat » avec à sa tête le frère Dominique Vents qui lui aussi avait contribué à y propager la réforme récollettine, comme en témoigne Sœur Becquet « Il pouvoit bien avoir ceste honneur, car il a fort travaillé à réduire les religieux en toutes bonnes meurs et discipline, empeschant la hantise des séculiers qui venoient à tout heures boire et manger en leur réfectoire. Dieu scay le bien qu’at apporté ceste réforme »58.

  • 59 Sur les Dominicains lillois, nos informations proviennent essentiellement du Ms No 528 de la B.M. d (...)

22On est encore moins bien renseigné sur les Dominicains. Il est vrai que chez ceux-ci le relâchement devait être moindre que chez les Cordeliers car ils avaient adhéré en 1457 à la « congrégation de Hollande », et en 1514 ils déclaraient que cette appartenance avait été profitable à « l’honneur de leur ordre, l’édification du peuple et le salut de beaucoup d’âmes »59. Les réformes y font aussi leur chemin, comme en témoigne l’itinéraire personnel du Père Dooms ou Domptius. Celui-ci, né à Anvers, avait fait profession de foi à Lille en 1588. Après avoir acquis le grade de docteur en théologie à l’Université de Louvain, il devient prieur du couvent de Lille. Mais précisément il quitte celui-ci pour aller suivre en Provence, « l’observance » plus étroite de la règle qu’avait établie le Père Sébastien Michaelis, et on sait qu’il coopère avec lui pour établir le couvent de la rue Saint-Honoré à Paris. Le Père Dooms revient ensuite à Lille où il a l’occasion de faire profiter sa communauté de son expérience. Mais il quitte assez rapidement celle-ci après l’affaire de « possession démoniaque » chez les Brigittines. En 1618, le nonce Morra se préoccupe « d’affermir et de protéger la réforme introduite au couvent des Dominicains de Lille ».

  • 60 Pour réédifier leur église, les Dominicains avaient d’abord recouru « aux questes et aumosnes de ge (...)

23Non seulement les Dominicains se réforment progressivement, mais leur installation en ville même renforce considérablement leur audience et leur pouvoir d’action. En effet, depuis le XIIIe siècle, les « Jacobins » étaient établis « hors les murs », à la porte de Saint-Pierre, et n’avaient qu’un refuge en ville, rue Basse. Le Magistrat de Lille avait toujours écarté leur demande de s’installer intra-muros ; mais, pendant les troubles, leur couvent fut détruit et saccagé par les « gueux » et les échevins et Philippe II en 1578 les autorisèrent à s’établir définitivement dans leur refuge, en leur permettant d’annexer le petit hôpital des Grimaretz qui jouxte cette demeure, à condition de maintenir un lieu d’hébergement pour les pèlerins qui passaient une nuit à Lille. En 1588, l’évêque Jean Vendeville pose la première pierre de leur église qui est consacrée en 1598 par Michel d’Esne. Mais, en 1644, la nef s’effondre et pour les aider à financer la reconstruction de celle-ci, le Magistrat leur attribue en 1648 le produit de l’impôt de deux sols sur chaque livre de tabac amenée à Lille, faveur prorogée pendant 18 ans60.

24Ainsi, dès la deuxième décennie du XVIIe siècle, les Franciscains et les Dominicains, en se régénérant, ont retrouvé un indiscutable dynamisme. Ils vont tenir, aux côtés des ordres nouveaux, une place importante dans la diffusion de la réforme catholique.

b) Les tentatives de réforme des religieuses de Saint-Sauveur.

  • 61 La série 183 H 9 aux A.D.N. contient les décrets et ordonnances des Visiteurs pour Comtesse.
  • 62 A.C. Tournai, 3 K 5/6.
  • 63 D’après une lettre de l’évêque François Villain de Gand, cette confusion n’existait pas deux siècle (...)
  • 64 Ibidem. Extrait des aveux de Sœur Françoise Carlier : « a prié et supplié que pour le bien de l’hos (...)
  • 65 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1192,19 sept. 1647. Le vicaire général a conseillé de limiter (...)
  • 66 Ibidem, 12 janvier 1650, lettre de l’évêque.
  • 67 Les religieuses élisent Noël Monnart, religieux de Cysoing, que l’évêque ne reconnaît pas. Ce derni (...)
  • 68 Ibidem, lettre des religieuses du 7 janvier 1650.
  • 69 Ibidem, et A.D.N. 186 H 4.

25Les nombreuses visites réalisées à Comtesse, les ordonnances qui les accompagnent, témoignent d’un contrôle permanent de la hiérarchie, d’une volonté réformatrice, même s’il faut faire la part de la routine61. À l’hôpital Saint-Sauveur, les évêques sont intervenus en 1585, en 1626, par exemple, mais vainement62. Les conflits de juridiction ne facilitaient pas à vrai dire les tentatives de réforme. Ainsi, en 1585, les maîtres de la chambre des comptes avaient protesté parce que l’évêque avait destitué seul un directeur indigne. En 1626, un rapport de ces maîtres concluait qu’il fallait désormais séparer les fonctions temporelles des spirituelles ; mais le Conseil privé avait ordonné de ne rien changer. Après la grave crise de 1646, le courant réformiste semble l’emporter. Les vicaires généraux de Tournai, sede vacante, et les maîtres de la chambre des comptes, présentent cette mesure comme le seul remède possible. Leur projet prévoit que « le Père spirituel ou confesseur, ensemble le chapellain, seront commis et institués par l’evesque de Tournai…, le receveur par les maistres de la Chambre des comptes »63. Les religieuses coupables sollicitent elles-mêmes cette modification du statut64. Mais très vite, elles accroissent leurs exigences. Dès septembre 1647, la prieure étant décédée, elles réclament à nouveau le droit d’élire sa remplaçante, grâce que le roi leur accorde en limitant le mandat de l’élue à trois ans. Un vicaire général de Tournai aurait souhaité voir choisir une étrangère, car « en la maison, il n’y a pas si grande estoffe »65. Les religieuses préfèrent désigner Sœur Françoise Carlier, qui autrefois a été inculpée. La nomination du nouvel évêque de Tournai retarde la mise au point du règlement. Provisoirement et officieusement, les fonctions sont séparées. « Ceste réforme est heureusement introduite audit hospital de Saint-Sauveur, avecq adveu de Vostre Majesté… Le Père Confesseur, depuis deux ans ou environ, ne se mesle plus du temporel, il ne mange plus à table commune avecq les religieuses, il demeure hors de la maison pour éviter toutte familiarité suspecte »66. Mais le prélat veut désigner le confesseur alors que les Sœurs réclament le droit de choisir un religieux de leur ordre67. Elles s’enhardissent même à redemander que l’on confie au confesseur « la direction du temporel, au-dessus du receveur d’icelluy »68. En mai 1650, intervient un règlement provisionnel stipulant « que doresnavant le régime du spirituel sera séparé du temporel de ladite maison, les debvoirs incombans à la spiritualité se commetteront à une personne ecclésiastique capable de ceste charge et ne sera plus intitulé de maistre ains seulement de confesseur ». Cependant celui-ci sera élu par les religieuses, en présence des députés de l’évêque69. Ainsi les bases d’une réforme authentique semblent posées. Finalement, il n’en est rien et le poids de la tradition et du juridisme l’emporte. Un décret du Conseil privé rétablit, le 6 septembre 1662, un maître unique cumulant les deux fonctions. Pourtant, de l’aveu de tous, depuis trois quarts de siècle, ce personnage était la cause de bien des maux qui sévissaient dans cette communauté.

c) Les mesures prises à l’Abbiette.

  • 70 A.D.N., 130 H 50, 1644.

26Les tentatives de rénovation à l’Abbiette se heurtent de même à une opposition qui, pour être plus subtile et plus juridique, n’en est pas moins obstinée. « Le R.P. provincial de la Germanie inférieure, quy est leur visiteur, les veult adstraindre à l’observance punctuelle de ladite règle… S’est advanché sy avant, qu’en leur faisant la prédication dire que sy elles n’observoient précisément ce qu’il leur commandoit, elles offensoient mortellement ». Les réfractaires, qui déclarent être « la plus grande et saine partie du couvent », menées par Marguerite Lippens, demandent une consultation juridique aux docteurs de l’Université de Douai pour savoir si leurs supérieurs sont fondés à leur imposer toutes ces réformes, car elles prétendent « avoir joui de privilèges par bulles, n’observants précisément la reigle de saint Dominique, par spécial ès jeusnes et silences y ordonnez ». Elles veulent savoir si « la prieure peult être validement excommuniée soubs prétexte d’introduction de nouveautés et de réforme à la primitive règle ». La réponse, à laquelle Sylvius a pris une part prépondérante, est ironique et claire. Elle évoque « les Ordres qui, peu à peu, viennent à quelque relaxe » ; en conséquence « il n’est pas vraysemblable que ce monastère auroit esté establi avec de larges observances qui y sont à présent. Elle s’est glissée peu à peu par humaine fragilité ». En fait, ces religieuses défendent le genre de vie confortable qui est le leur… Les jeûnes, les silences, la suppression des banquets, des récréations, des rentes à vie, la limitation du droit de visite et des sorties n’ont guère leur sympathie. Elles protestent « parce qu’on veuille les faire monter au dortoir sans chauffer et tous les jours on songe choses nouvelles ». Mais surtout elles refusent une vie communautaire trop astreignante. Les réformateurs essaient d’imposer le travail collectif dans un ouvroir. « Que, pour les œuvres nouvelles, elles conviennent en ung lieu commun et illec travaillent ensemble ». Les récalcitrantes se déchaînent plus spécialement contre ce projet et rappellent triomphalement que la prieure en exercice n’est jamais que la quatrième « qui tente d’introduire l’ouvroir commun… Toutes (l’ont essayé) sans effect et l’ont délaissé avant l’achèvement de leur prieurat ». Pour justifier le manquement à la règle sur ce point, un de leurs défenseurs met même en avant « que la structure de leur maison, faite par maisons séparées, comme pour y tenir diverses mesnages, fait veoir qu’elles ont été instituées en leur commenchement pour vivre en forme de chanoinesses régulières ». Mais les docteurs de Douai les invitent à accepter le projet d’ouvroir commun : « par ce moyen, on évitera l’oisiveté, mère de toute malice, et se gardera mieulx la communauté de religion ». Ils condamnent catégoriquement celles qui se montrent réfractaires aux réformes. « Celles qui voiront aller au contraire, qu’elles mettent la main à la poictrine avec crainte d’ouir ceste voix espouvantable : non novi vos »70.

d) La lutte pour la clôture chez les Sœurs grises.

  • 71 A. Cauchie et R. Maere, Recueil d’instructions aux nonces, op. cit.

27Selon les directives du Concile de Trente, inlassablement reprises dans les instructions aux nonces71, la hiérarchie a privilégié certaines formes de la vie religieuse. Le maître-mot de la volonté réformatrice en ce domaine a certainement été « clôture ». Celle-ci est apparue comme le remède aux nombreux maux rencontrés : d’où la volonté de la faire strictement observer là où la règle la prévoyait, mais aussi les tentatives d’y soumettre les religieuses qui n’y étaient pas astreintes, en particulier celles qui soignaient les malades à domicile.

28La complexité, mais aussi l’ambiguïté, de cette réforme, apparaissent dans la bataille menée de 1657 à 1662 pour imposer la clôture aux Sœurs grises. Ce couvent existait à la suite d’une scission déjà réalisée en 1490 sur ce même problème. À l’époque, la majorité des Sœurs ayant adopté la règle de sainte Claire, sept à huit religieuses la refusèrent et se retirèrent dans une maison mise à leur disposition par le seigneur de Roubaix. Ce couvent des Sœurs grises « maintenues » est administré et assisté religieusement par un des Récollets de la province de Flandre logé chez les Clarisses. Au XVIIe siècle, la quarantaine de Sœurs qui le composent vivent du travail de leur main, « principalement de la cousture. Pour procurer de la besoigne, il est requis que celles à ce comises aillent et viennent par la ville, soit pour apprendre le dessein de personnes, soit pour acheter les estoffes convenables ». Elles dispensent aussi des soins aux malades comme le font les Repenties et les Sœurs noires, à vrai dire plus nettement spécialisées qu’elles en la matière.

  • 72 A.M.L., Aff. gén. C. 858, lettre de la prieure au roi, 27 mars 1658.
  • 73 Les chiffres avancés varient selon les sympathies de ceux qui les donnent : 6 d’après le Visiteur, (...)
  • 74 A.M.L., Aff. gén. C. 858, 1661, « déduction » pour la supérieure.
  • 75 Ibidem. En 1647, alors que « les Sœurs noires et de la Madeleine n’estant suffisantes de solliciter (...)
  • 76 Le Magistrat ajoute qu’il sait, de source sûre, que « les Pères Récollets, depuis qu’ils tachent de (...)
  • 77 A.M.L., Aff. gén. C. 858, d. 3, 9 mai 1661.
  • 78 A.M.L., Aff. gén. C. 858, lettre de Liège datée du 12 juillet 1662. Copie, signée Jean Bouvier, gar (...)

29Le 18 mars 1657, le provincial des Récollets de Flandre, à l’issue de sa visite, propose « quelques règlemens nécessaires suivant le Concile de Trente Sess. XXV, une forme de clôture modérée et raisonnable pour mettre ordre à quelques abus qui se glissoient dans ledit couvent tant par les entrées et importunes conversations des séculiers que par les fréquentes sorties et divagations de religieuses parmy la ville »72. La motivation est double : remédier aux abus, appliquer les décrets tridentins. Cette ordonnance est refusée par un certain nombre de religieuses73 « libertines et par trop mondaines ». Jugement exact pour quelques-unes ; mais la prudence s’impose, car le genre de vie est aussi visé et pas seulement les excès auxquels il donne lieu : « ce debvoir ou charge des malades n’est de leur profession… Elles se doibvent contenir dans la solitude et se retirer du monde, chanter l’office romain…, et aultrement vacquer à Dieu, en toutte abstraction des choses et charges séculières »74. Le 7 octobre 1657, Frère Barthélémy d’Astroy, custos de la province de Flandre, sur commission du général et de l’internonce, auquel des réfractaires avaient fait appel, autorise « les exercices d’un dévot et salutaire recueil, comme on a desja commencé. Celles qui ne seront portées à cela ne pourront empescher, troubler en aucune façon, de fait ou de parole, agacer ou molester celles qui feront lesdicts exercices sous peine de faire pénitence ». Le 8 décembre, neuf sœurs adoptent solennellement la clôture et prennent le voile noir, alors que les opposantes, « suscitant quelques-uns de leurs parents et amis », font appel au Magistrat de Lille et au Conseil privé. L’avis des échevins est catégorique : « nostre intention n’estoit de souffrir ladite cloisture ». Les arguments qu’ils développent révèlent une vision de la vie religieuse et conventuelle conforme à la mentalité laïque que nous avons dégagée. Le Magistrat fait observer que les Sœurs grises ont été admises en ville comme religieuses non-cloîtrées et qu’il est hors de question « de priver le publique du service qu’il tire d’elles par le soing qu’elles prennent des malades »75. Leur couvent est trop exigu pour permettre la vie cloîtrée ; les médecins témoignent qu’ils s’ensuivraient des maladies, « joinct aultres causes dépendantes d’icelle mesme closture si comme mélancolie, chagrain, colère et division ». Les ressources matérielles sont insuffisantes ; « ledict couvent, tire sa principalle subsistance du gain journalier des religieuses car il n’a que treize ou quatorze cent florins de rente ». Par la suite, il faudrait augmenter les dots exigées des postulantes ce qui interdirait aux Lilloises des milieux médiocres et modestes de prétendre à la vie religieuse. « Ce seroit oster tout moyen de se faire religieuses à plusieurs honneste filles non suffisamment dotées de moyens pour entrer ès cloistres fermées car, où il convient porter en ceulx-cy trois à quattre mille florins de dote, on les a ordinairement admises en celuy-là pour mille florins, ce que cesseroit s’ils estoit soubz cloisture ». Ceci conduirait inéluctablement à une nouvelle scission, ce que le Magistrat ne peut accepter. Comme la prieure a fait appel au Conseil privé, le Magistrat décide le 12 avril 1658, d’interdire aux Sœurs grises « de faire quester dans la ville, eu esgard particulièrement que par semblable cloisture elle prétend d’exempter ledict couvent de rendre service au publicq » ; il prévoit une amende de 50 florins, pour chaque contravention76. La question est renvoyée au Conseil de Flandre à Gand qui ordonne le 2 mai 1661 « de faire cesser les nouveautés, donc de mettre un terme à l’expérience de la clôture ». Les Récollets ne s’inclinent pas et le provincial, Jacques Lottin, fait appel devant le Grand Conseil de Malines car la sentence provisionnelle « remet sur pied les vieux abus »77. Ce n’est qu’un répit pour les réformistes, car finalement le Grand Conseil ordonne, le 30 juin 1662, la mise en application de la sentence du Conseil de Flandre. Le provincial, dans une lettre à la supérieure, masque cette défaite en soulignant les limites de cette décision et la permanence de la volonté réformatrice. « Par sentence de Gand et du Grand Conseil de Malines vous estes remises au mesme estat que vous souliez estre quant au voile et closture, non quant aux abus… Vostre fondation ancienne et institution, n’a jamais esté de tenir cave et taverne de vin, n’y introduire toutes sortes de gens parmy vostre couvent à boir et à manger avec vous, ny de sortir de vostre couvent pour aller boire, manger et converser avec qui que ce soit, soubs prétexte d’aller visiter des malades sans aucune obligation »78.

  • 79 A.M.L., Aff. gén. C. 859, 1686.

30Vingt années plus tard, lorsque Lille sera passée sous la souveraineté française, l’évêque Gilbert de Choiseul reprendra cette offensive, mais cette fois contre les Madelonnettes. Une nouvelle fois, le Magistrat s’opposera avec énergie à la clôture. Dix-huit Repenties déclareront qu’elles souhaitent continuer leur activité charitable à l’extérieur, les unes parce qu’elles pensent que « cela est utile au publicq », les autres parce qu’elles sont « entrées dans la communauté dans le dessein d’y aller ». Le Conseil Souverain de Tournai, créé par Louis XIV, signifiera à l’évêque la cassation et l’annulation de son ordonnance79.

II) « L’invasion conventuelle » : aspects généraux.

  • 80 Nous avons fait figurer, sur les plans dans ce chapitre, la localisation des anciennes et des nouve (...)

31Les réformes réalisées ou tentées dans les anciens couvents ne peuvent se comprendre, comme nous l’avons dit, si on ne les rattache pas à l’arrivée massive dans la cité de nouveaux religieux, animés d’une foi profonde et d’un esprit militant qu’ils diffusent autour d’eux. Cette « invasion conventuelle » est sans doute le fait majeur qui, sur le plan religieux, marque cette période. De 1588 à 1667, cinq communautés masculines et douze féminines s’installent dans la cité et s’ajoutent aux dix précédentes (2 + 8)80. Ces arrivées se font par vagues successives, les hommes d’abord, les femmes ensuite. Les deux grands ordres militants de la Contre-Réforme pénètrent les premiers, les Jésuites en 1588, les Capucins en 1592. Puis, de 1614 à 1618, acquièrent droit de cité des religieux également tournés vers la prière, l’instruction et l’apostolat, les Augustins (1614), les Carmes déchaussés (1616), les Minimes (1618). Les congrégations féminines suivent. Déjà, en 1604, les Brigittines s’étaient installées. De 1626 à 1628, Carmélites, Capucines Pénitentes, Annonciades, Urbanistes, Annonciades Célestines s’établissent. Ces religieuses cloîtrées s’adonnent à l’oraison et à l’adoration de Dieu alors que les congrégations implantées à Lille depuis le Moyen âge, comme nous le savons, se vouaient surtout aux œuvres de charité, sauf les Clarisses. La deuxième vague est plus étalée dans le temps et aussi plus éclectique. Aux réfugiées qui ont fui les tristes conséquences du conflit franco-espagnol et qui finalement demeurent à Lille, à savoir les Ursulines en 1638 et les Collettines du Vieil-Hesdin en 1639, s’ajoutent des hospitalières, Sœurs du Saint-Esprit et Conceptionnistes en 1650, et enfin des Dominicaines réformées.

  • 81 Rappelons que nous ne comptons pas dans ce chiffre les béguines, ni les « Bons Fils », frères du ti (...)
  • 82 Les chiffres de 1695 s’appuient sur les dénombrements de 1677, 1686 et 1695. (A.M.L., No 11.077 et (...)

32Ainsi Lille, qui comptait dix communautés religieuses des deux sexes en 1588, en comprend 27 en 166781. Il est quasiment impossible d’évaluer les effectifs globaux de celles-ci, compte tenu de l’état des sources, mais on peut proposer une estimation pour 1588 et avancer un chiffre plus précis pour 169582.

Hommes Femmes Total
1588 120 ? + 270 ? = 390 ?
1695 352 ? + 610? = 962 ?
  • 83 B.M. Lille, Ms 528, F° 215.

33Ce gonflement des effectifs, l’ouverture de 17 nouvelles maisons traduisent, à priori, le succès de la réforme catholique. Mais pour bien l’apprécier, il faut l’étudier de près, en prenant quelques distances vis-à-vis des récits de certains mémorialistes, eux-mêmes membres des congrégations religieuses intéressées. À l’orgueilleuse question posée par l’un d’entre eux : « Qu’est-il plus aisé, de peupler une ville de religieuses personnes ou de bourgeois séculiers ? »83, le moine, l’échevin, le bourgeois, le tisserand n’apportaient vraisemblablement pas la même réponse. Que ces créations soient le signe d’une ferveur nouvelle, c’est indéniable. Mais par qui sont-elles voulues ? Viennent-elles d’en haut ou d’en bas ? Il faut tenter de répondre à ces importantes questions avant d’évoquer les principales d’entre elles et leur apport essentiel.

1) Les critères pris en considération pour accorder l’autorisation de s’installer.

34L’introduction d’un nouveau couvent dans la cité dépend de nombreuses forces qui concourent ou s’opposent, mais en tout cas interfèrent. Le pouvoir séculier y tient une place prépondérante, en particulier le Magistrat qui donne un avis important et parfois décide en fait et, bien entendu, le prince et ses conseillers qui accordent l’autorisation en dernier ressort. Les supérieurs généraux et provinciaux, l’évêque sont parties prenantes. Reste le rôle, parfois difficile à déceler, de forces diffuses : nobles et notables bourgeois, protecteurs traditionnels ou récents d’une congrégation, « concurrents » religieux, masse de la population urbaine s’exprimant par ses représentants traditionnels ou spontanément.

35Il importe d’abord de prendre en considération le facteur chronologique. Au fur et à mesure que l’on avance dans le XVIIe siècle, les réserves, voire les oppositions, contre l’introduction de nouvelles maisons religieuses dans la cité se font plus fortes. Trois raisons essentielles l’expliquent : le phénomène d’accumulation tout d’abord. À la fin du XVIe siècle, Lille est une ville disponible pour de nouvelles implantations ; soixante ans après, elle est saturée. La conjoncture politique et économique ensuite : à la paix et à la relative prospérité économique du début du siècle succèdent les difficultés et les misères de la guerre. Enfin l’exceptionnelle bienveillance que les Archiducs, et l’infante Isabelle en particulier, manifestent pour la cause de la Contre-Réforme ne se retrouve évidemment pas au même degré chez les gouverneurs généraux, leurs successeurs, totalement accaparés par la guerre.

36Pour comprendre les décisions des gouvernants et des responsables, il faut tenter de saisir, à travers les déclarations et les interventions, les motivations qui les animent. On doit s’efforcer notamment de déterminer quels étaient pour le Magistrat le prix et l’intérêt de l’existence ou non d’un nouveau couvent dans la ville. Toute communauté représente d’abord des bouches à nourrir et ce problème est particulièrement aigu quand il s’agit de religieux « mendiants ». L’idée, selon laquelle les aumônes des habitants constituent un « trésor » constant et limité, est solidement enracinée. On est tenté de parler d’une théorie quasi-mercantiliste de la charité ! Dans cette optique, les nouveaux qui viennent puiser à la manne privent d’autant ceux qui traditionnellement étaient secourus. Les quêtes publiques des ordres mendiants sont d’ailleurs réglementées strictement. Pour les religieux non-mendiants, le Magistrat s’assure que les dots ou les revenus de leurs biens seront suffisants pour ne pas les faire tomber à la charge de la collectivité. Financièrement, un nouveau couvent signifie aussi, pour ceux qui ont la charge d’administrer la cité, l’octroi de subsides et de faveurs, car les impétrants se chargent de faire appuyer leurs demandes par des solliciteurs auxquels il est difficile d’opposer un refus. Ces subventions du Magistrat revêtent souvent la forme de cessions gratuites de terrains pour la construction de bâtiments, ou le don de maisons, et la participation financière à la construction de l’église conventuelle. De plus, les libéralités faites aux nouveaux venus entraînent des réclamations et des demandes de la part des anciennes communautés. Par ailleurs, l’acquisition de biens immobiliers par ces personnes « de mainmorte » a de tout temps suscité la réserve et même l’hostilité du pouvoir laïc et provoqué des réactions des gouvernés.

  • 84 A.p. Saint-Étienne, Reg. des marguilliers, 1658.
  • 85 Le Magistrat de Béthune, pour justifier son refus d’accepter l’installation des Carmes déchaussés, (...)

37Enfin, ces religieux sont de bien mauvais contribuables pour la cité puisqu’ils recherchent ou cumulent les exemptions, notamment lorsqu’il s’agit de payer les « vingtièmes » sur les maisons ou d’acquitter les taxes mises sur le vin ou sur la bière. La fréquentation des églises conventuelles par les citadins les plus riches entraîne aussi une baisse des revenus des églises paroissiales dont le Magistrat a la charge matérielle par l’intermédiaire des marguilliers. En 1658, les chaisières de Saint-Étienne attribuent explicitement la chute de leurs modestes ressources à l’augmentation du nombre des « cloîtres »84. Comme de nombreux bourgeois aisés élisent sépulture dans les églises conventuelles, ceci contribue encore à faire baisser sensiblement les revenus de la « fabrique » paroissiale. Ces raisons sont d’ailleurs valables pour n’importe quelle cité et la plupart des Magistrats réagissent très souvent de la même manière sur ce sujet, tel celui de Béthune qui oppose aux Archiducs de nombreux arguments pour ne pas accueillir les Carmes dans cette ville85.

  • 86 A.M.L., Reg. aux rés. No 282, F° 164.
  • 87 Cette conception est partagée par le Magistrat de Tournai qui, en 1666, accepte l’installation des (...)
  • 88 Nous l’avons vu en ce qui concerne les Sœurs grises ou les Repenties dans la première partie de ce (...)

38Au total, l’établissement d’un nouveau couvent dans une cité représente donc une charge matérielle et financière indéniable qui fait hésiter ceux qui ont la charge de l’administrer. Les critères objectifs susceptibles de guider le Magistrat dans l’avis qu’il rend sont donc l’utilité de la nouvelle maison, et les services que la ville et la population peuvent en attendre. Cependant, gardons-nous de commettre un anachronisme mental et n’oublions pas qu’à cette époque les prières qui montent pour attirer sur la cité les bénédictions et les faveurs de Dieu sont considérées comme éminemment utiles. Les solliciteurs évoquent d’ailleurs tous cet argument dans leurs requêtes. Toutefois, comme nous l’avons dit, la pertinence de ces raisons s’émousse lorsque croissent les difficultés matérielles et le nombre des communautés déjà installées. Par ailleurs, une conception utilitariste, au sens actuel, transparaît aussi à travers les remarques faites par les échevins. Utiles, les religieuses et les religieux enseignants l’apparaissent indiscutablement. L’ardeur avec laquelle les Magistrats des différentes cités des Pays-Bas, sauf exception, favorisent l’établissement d’un collège de Jésuites en mettant à la disposition de ceux-ci des terrains, des locaux, des revenus, en témoignent. Les Augustins, qui se proposent de dispenser une éducation latine, ou les Ursulines, sont reçus sans hésitation86. Celles-ci sont admises « à la charge de par elles enseigner gratuitement toutes filles (qui) viendront fréquenter leurs escolles et sous espoir que lesdictes filles profiteroient grandement, tant en apprenant quelques arts convenables à leur sexe qu’en les instruisans à la probité chrestiennes »87. Utiles également, les soins charitables dispensés par des religieuses dans les hôpitaux ou au domicile des habitants. Le Magistrat, nous le savons, s’est toujours opposé, avec la dernière énergie, aux tentatives faites par les évêques ou les supérieurs des congrégations pour cloîtrer ces « sœurs » qui doivent « rendre service au publicq »88.

  • 89 Voir chapitre X, 2e et 3e parties.

39Les gouvernants tiennent aussi grand compte de l’utilité « politique », de la fonction sociale de ces réguliers. Après les troubles du XVIe siècle, l’arrivée de ces grands militants de la Contre-Réforme que sont les Jésuites et les Capucins a inévitablement une signification politico-religio-sociale. On attend d’eux qu’ils contribuent efficacement à maintenir la population lilloise dans l’orthodoxie catholique et qu’ils enseignent le respect des autorités constituées. C’est patent, comme nous le verrons, pour les fruits attendus de l’instruction religieuse89. Enfin les échevins prennent aussi en considération les services que les religieux peuvent rendre pour le culte et l’apostolat, et les intéressés insistent sur ce point.

  • 90 A.D.N., 101 H 6, 25 juin 1663.
  • 91 A.D.N., 80 H.

40Les Clarisses, pour justifier la présence de dix Récollets de la province de Flandre attachés à leur couvent, font valoir que « le peuple jouyt du service des messes, confessions, prédications et autres fonctions spirituelles ». Comme on veut expulser ces religieux, une pétition des voisins fait état qu’ils « ont tousjours esté et sont fort utils à nostre voisinage, pour le bon exemple qu’ils nous donnent et les services qu’ils nous rendent, par les visites des malades, etc. »90. Les Carmes, pour leur part, précisent qu’ils souhaitent s’installer dans un quartier de la nouvelle ville où il n’y a pas d’église proche et qu’ils seront fort utiles au public91.

2) Le rôle décisif des influences et des pressions.

41Ces critères, favorables ou défavorables, influencent certes la position finale prise par le Magistrat. Mais d’autres éléments tiennent un rôle non moins important, voire supérieur, à savoir les pressions exercées sur lui. Une congrégation qui réussit à intéresser à sa cause le souverain ou des familles de l’aristocratie ou de notables est tôt ou tard assurée d’obtenir la permission de s’installer.

  • 92 E. de Moreau, op. cit, p. 413. Le couvent de Valenciennes fut un des premiers à se réformer en 1624 (...)

42Les Archiducs avaient une dilection particulière pour l’ordre réformé par les deux grands mystiques espagnols, Jean de la Croix et Thérèse d’Avila, le Carmel ; c’était avant tout une question d’affinité spirituelle. Une raison plus contingente s’y ajoutait : les Grands Carmes présentaient un visage affligeant aux Pays-Bas et avaient bien besoin d’être réformés. Jacques Boonen, évêque de Gand, n’écrit-il pas en 1623, que « les chaussés peuvent être comparés aux déchaussés… comme le plomb à l’argent »92.

  • 93 A.G.R. Bruxelles, Audience n° 1939, 1615.
  • 94 Ibidem, No 1931/1, 24 juillet 1616.
  • 95 Ibidem, 6 août 1616.
  • 96 « Sur proposition du comte d’Annapes, en son nom et celui de leurs AASS,.., que les religieux de l’ (...)
  • 97 « Ils s’y logèrent l’an 1623 ; ils ont un très beau terrain, maison et église, mais deux ans après (...)
  • 98 Sur les Carmélites, voir A.G.R. Bruxelles, Audience 2028/2 et B.M.L, Ms No 528.

43La congrégation d’Espagne ne voulant essaimer hors de la péninsule ibérique, celle d’Italie accepte d’envoyer des Carmes déchaussés à Bruxelles sous la direction du Père Thomas de Jésus qui devient le directeur spirituel de l’archiduc Albert. Dès lors, celui-ci multiplie les interventions pour implanter l’ordre dans ses États. Il écrit ainsi aux Magistrats de toutes les villes importantes d’Artois, ou de la province de Lille-Douai-Orchies, pour les inciter à accueillir les Carmes déchaussés. Celui de Béthune se récuse. À Douai, malgré une lettre de l’Archiduc, la venue du Père Thomas de Jésus et du gouverneur Don Juan de Roblès, les « consaux », assemblés le 27 août, transmettent une réponse négative, ce qui provoque la fureur de ce dernier ; finalement le Magistrat douaisien capitule93. À Lille, la recommandation de l’Archiduc n’est pas beaucoup mieux reçue et la démarche du gouverneur reste infructueuse. « J’ay faict vers eux toutes les instances possibles… de seconder le bon et pieux dessein du R.P. Thomas… Et après avoir prins six jours pour délibérer, enfin m’ont donné pour responce qu’ils représenteront à Votre Altesse les raisons qu’ils ont, tendantes à s’excuser si faire se peult ». Mais le comte d’Annappes pense que rien n’est joué et que ce refus est tactique : « je veux espérer qu’ils y condescendront, veu mesmes qu’il s’est trouvé plusieurs voix en leur faveur audict Magistrat ». Le gouverneur invite donc l’Archiduc à insister ; en conséquence le 24 juillet 1616, Albert adresse « une rencharge » au Magistrat car il considère que « leurs raisons ne sont souffisantes pour exclure hors d’icelle ville une religion tant exemplaire et réformée, et laquelle nous affectionnons particulièrement »94. Cette intervention est décisive ; les échevins s’inclinent en insistant avec complaisance sur leur zèle. « Cognoissans par sa seconde du 24e de juillet dernier que Votre Altesse Sérénissime les (les Carmes) affectionne, tant pour la dévotion et bonne vie joincte avecq la doctrine d’iceulx, nous, quy avons rien plus à cœur que la servir, luy complaire et obéyr, avons bien volu advertir Votre Altesse Sérénissime, que nous ne sommes ultérieurement en voulonté de donner empeschement à leur entrée en ceste ville »95. L’Archiduc intervient encore pour solliciter en faveur de ses protégés, qui ont été logés provisoirement par l’abbé de Loos dans le refuge de son abbaye, un terrain dans l’agrandissement de la ville, ce que le Magistrat accorde le 5 septembre 161996. L’année suivante, Albert charge le gouverneur de mener cette opération à son terme. « Comme nous affectionnons particulièrement que cela soit au plustost effectué et miz à exécution, nous aurons pour agréable… que vous y apportiez de la chaleur vers lesdits du Magistrat et leur faciez entendre notre désir qu’ils achèvent une chose si bien par eulx commencée »97. Le même processus se reproduit quelques années plus tard pour la réception des Carmélites, avec cette fois l’infante Isabelle comme protagoniste. Ces Carmélites ne sont autres que les religieuses de Morlaix qui préfèrent s’exiler aux Pays-Bas plutôt que d’être soumises à l’autorité de Bérulle. Elles gagnent Lille via Brest, Paris, Cambrai. L’infante Isabelle demande aux échevins de Douai, puis de Saint-Omer d’accepter leur établissement mais ils refusent. Le 10 septembre 1626, dans une lettre cachetée « soussignée de sa main royale », elle prie le Magistrat de Lille de les installer. Celui-ci, le 25 septembre, se récuse poliment en rappelant que « pour accroissement du service de Dieu, et aussy nous conformer aux désirs et très pieuses intentions de… l’archiduc Albert, nous avons, en peu d’années, receu à résidence plusieurs ordres religieux, tels que les Carmélins deschaussez, etc. Bon nombre d’iceulx ont esté fort onéreux à ceste ville… et que au regard d’aucuns la charge de leur entretenemens personnels et d’aultres, le maintenement du service de Dieu et secours de leurs malades vont redondans ». Il ne suffit pas de laisser entrer les Carmélites ; « il leurs serat besoing de quelques cloistre et maison, avecq église ou chapelle et ce quy en dépend… sur lesquels semble ne se faire quant à présent aulcune réflexion ». Or la conjoncture est exécrable et le Magistrat estime ne pouvoir accepter cette « surcharge fort odieuse au peuple ». Bien entendu l’Archiduchesse revient à la charge et assure les échevins que ces religieuses auront les ressources nécessaires à leur entretien. Dès lors le Magistrat s’incline et, le 14 octobre 1626, les Carmélites sont reçues solennellement, « avec toute l’accueil possible par les Sieurs Dentain et d’Alicourt, députez du Magistrat et, au nom de l’évêque, par Mr Engelbert des Bois, prévôt de la collégiale Saint-Pierre… Elles entrèrent toutes, deux à deux, le cierge blanc à la main, couvertes de leurs cappes et de leur grand voile ». Le 28 octobre, les grilles et la clôture sont posées. Bientôt, elles acquièrent une demeure « près de leurs Pères Carmes… qui leur coûta 15 175 florins »98.

  • 99 J. Gousselaire, le moine-chroniqueur de l’abbaye de Loos, nous dit qu’elles pensèrent s’établir en (...)
  • 100 Le chroniqueur écrit : « La mère Ancelle, Jeanne de Gand de Villain de Rassenghien, sœur de l’illus (...)
  • 101 B.M.L, Ms 528, F° 193.
  • 102 A.M.L, Reg. 281, Fo 262 vo.

44La fondation du couvent des Brigittines est l’œuvre personnelle de Nicolas de Montmorency, chef du Conseil des Finances du roi et fréquemment désigné comme commissaire au renouvellement de la Loi de Lille99. Les Annonciades sont introduites, en 1628, par la sœur de l’évêque de Tournai100. Les Capucines pénitentes bénéficient de l’appui du gouverneur de la province, le comte d’Isenghien, parent de l’évêque, et du concours du prévôt de Saint-Pierre, lequel « se plaisait à les ouyr souvent en confession »101. Le 27 novembre 1651, le Magistrat se résout « à consentir à l’admission et entrée en icelle ville des religieuses de Trazenies (qui) avoit tant et tellement fait envers Son Altesse », mais il limite leur nombre à vingt et exige qu’elles soient bien dotées102.

  • 103 A.D.N., 101 H 2. On retrouve les noms de la plupart des personnes citées dans le tableau donné en a (...)
  • 104 Jean le Vasseur notamment fut dix fois mayeur. Il avait épousé Antoinette Déliot, fille de Guillaum (...)
  • 105 B.M.L, Ms 528, Fo 194.

45Ces recommandations n’interviennent pas seulement en faveur des nouvelles congrégations. Des protections puissantes valent de grands avantages à d’anciens couvents. Ainsi, de 1610 à 1620, les Clarisses obtiennent beaucoup grâce au grand crédit que possède le Père Vents, leur chapelain, auprès du gouverneur et de son épouse et près des échevins. Dans la chronique qu’elle tient, Sœur Becquet relate la tactique suivie par ce religieux, « homme de grande prudence et de bon conseil, en tous les bastiments quel avoit à faire. Et par son industrie et grande diligence envers le Magistrat, on avoit tous les ans quelques choses de nouveau à la ville ; il conseilloit toujours à nostre Mère de demander un peu au coup afin d’obtenir ce qu’on demandoit ; il luy faisoit escrire à Messieurs du Magistrat et d’autres personnes de qualitez. Il serait presque impossible de dire combien de lettres elle a escrit pour tout les bastiments. Et nostre dit père confesseur alloit luy mesme en halle parler aux Magistrats et autres gens d’honneurs… et Messieurs de la ville nous ont esté en tout fort favorable, entre lesquelles estoit Monsieur le Comte d’Annapes, gouverneur de la ville, aussy monsieur Baufrumé, Monsieur du Loriez, Monsieur Vasseur et Monsieur Cuvillon, père à sœur Marie »103, Le soutien apporté par des notables bourgeois très riches, tels que Baltazar Bauters ou Jean le Vasseur est souvent essentiel104. Des liens familiaux les unissent de surcroît à des membres de ces congrégations et expliquent l’appui qu’ils leur apportent. Ainsi les Capucines pénitentes, qui bénéficient déjà de nombreuses sympathies dans la noblesse, sont introduites dans la cité « à la poursuitte de plusieurs honorables bourgeois, spécialement de Maistre Jacques Robert, et maistre Jacques du Toict, qui avoient chacun une fille religieuse au couvent de Saint-Omer »105.

  • 106 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124, 5 juil. 1631. Peu après la mort de l’archiduchesse, le (...)
  • 107 A.M.L, Aff. gén. C. 858,1658. En 1490 en effet, les Sœurs grises qui n’avaient pas voulu devenir Cl (...)

46Devant ces interventions pressantes, le Magistrat regimbe parfois. Nous l’avons constaté à propos des Carmes et des Carmélites, directement protégés par les Archiducs. En 1631, il réagit vivement lorsqu’on lui demande, rétroactivement, un avis officiel sur l’installation des Pénitentes, établies de facto dans la ville depuis 1628. Les échevins rappellent qu’ils s’étaient alors inclinés sur ordre venu d’en haut. « Peu par avant l’admission desdictes religieuses en ceste dicte ville, nous aurions aussy esté fort impérativement requis à semblable fin, par divers aultres gens de religion, mesmes sur ce que ne nous pouvans absolument résouldre à déférer à leurs dictes réquisitions à cause des inconvénients et charges que avions prévu et redoubté en debvoir arriver à nostre communaulté, nous y serions esté induicts par lettres de Son Altesse Sérénissime accompagnées de celles de recommandation d’aulcuns seigneurs et officiers principaux de sa Court, que méritoirement aurions rendu commendemens. Nous ayans aussy lesdictes religieuses Capucines, par semblable voye, du moins fort peu différente, induicts de n’empescher leur entrée en ceste dicte ville ». En conséquence, le Magistrat retourne la requête ainsi apostillée : pour qu’il soit disposé selon le plaisir royal106. Il ne cèle pas son impuissance à contrecarrer des interventions auxquelles il ne fait pas bon s’opposer. En 1658, lorsqu’il se dresse contre l’introduction de la clôture chez les Sœurs grises, divisées à ce sujet, il constate désabusé : « ce serait ouvrir la porte à un nouveau couvent de Sœurs grises en ceste ville, car bien qu’elle ne soit que trop chargée de cloistres, ce néantmoings chacun espie son temps et la faveur des personnes de telle authorité qu’on ne puisse les dédire »107.

  • 108 La réception des Carmélites, le 14 oct. 1626, se fait « en présence d’une infinité de peuple qui es (...)
  • 109 A.G.R. Bruxelles, Audience No 1939, 29 août 1615.
  • 110 Ibidem, juillet et août 1616.
  • 111 Ibidem, Audience No 2028/2, 25 sept. 1626.
  • 112 A.D.N., 102 H 1, 10 avril 1655.

47Mais les interventions des puissants ne sont pas les seules à peser. Le Magistrat doit aussi tenir compte de l’opinion du « commun peuple » qui se manifeste par des conversations, des murmures, des récriminations. Quelques échos affaiblis en sont venus jusqu’à nous. Apparemment, cette « opinion publique » apprécie les Sœurs qui donnent des soins aux malades, elle respecte les religieuses cloîtrées qui mènent une vie irréprochable108. Mais elle est nettement hostile à une prolifération excessive du nombre des couvents. Deux motivations essentielles expliquent ce comportement. La première est liée aux problèmes de l’assistance : la multiplication des quêtes en ville est une charge pour les citadins et les fonds recueillis par les religieux sont considérés comme autant de secours dont sont privés les pauvres. Le Magistrat, nous l’avons vu, partageait cette préoccupation ou tout au moins y était sensible. En 1615, celui de Douai avance cet argument pour oser repousser la demande en faveur des Carmes soutenue par l’Archiduc Albert. « Messieurs, ont unaniment trouvé convenir de représenter la nécessité où se retrouvent les ordres des mendians jà admis en ceste ville, ensemble d’ung nombre infini de pauvres dont elle se retrouve surchargée, si avant que la Bourse commune serait arriérée d’environ huit mille florins… Et plus serait, sy lesdits bons pères y estoient admis pour y vivre de mendicité ». Le gouverneur, en narrant l’échec de sa mission, met en relation cette décision avec le poids de l’opinion publique. « N’avons peu induire ceux de la ville à y condescendre, bien que plusieurs des principaux y monstrent assez d’inclination, d’autant qu’en icelle la population prédomine, le Magistrat mesme ne se créant que par les suffrages du peuple et n’osant iceluy rien résoudre sans leur intervention et consentement, comme ils ont faict en cette occasion… L’evesque diocésain, les prélats et autres ecclésiastiques, avecq la noblesse s’y montrent fort affectionnés. Ce considéré, semble que ne doibt estre prins esgard à leur opposition »109. L’attitude du Magistrat de Lille s’inspire des mêmes considérations, mais est plus machiavélique. Pour des raisons identiques, les échevins refusent d’abord. Or, si l’on en croit le gouverneur, cette première réponse était purement tactique ; d’une part « parce qu’ils désirent que Votre Altesse entende et estime tant plus le service qu’en ce ils luy feront », d’autre part, « pour donner satisfaction au peuple, ne se montrant si faciles à les surcharger de pauvres familles, n’ont peu laisser de représenter à Votre Altesse l’estat de la ville, la petitesse d’icelle et le nombre qu’il y a de maisons religieuses »110. En 1626, en tentant de s’opposer à l’établissement des Carmélites, les échevins font observer que « la surcharge de la ville » en couvents est « fort odieuse au peuple », car ceux-ci pour la plupart sont « entretenus des aulmosnes et bienfaicts des gens de bien, bourgeois et manans d’icelle ville, la pluspart artisans et gens honestes, vivans avec leurs femmes et enffans de leurs travaux journaliers, non sans grande difficulté »111. Pendant toute la période, cette pression populaire ne se dément pas. En 1655, l’autorisation définitive de s’établir accordée aux Colletines « n’est au consentement d’une populace de ville qui crie, gronde, murmure et s’impatiente d’estre trop chargée et importunée des ordres mendiants, et principalement en ce temps calamiteux »112.

  • 113 Ibidem.
  • 114 Donnons encore un exemple. En 1627, éclate un conflit entre les Carmélites et un sieur Ferret qui r (...)

48Les religieux mendiants ne sont pas seulement considérés comme des concurrents des pauvres sur le terrain de la charité mais aussi comme des accapareurs de terrains et de logements. L’installation d’un couvent dans un ancien quartier, c’est souvent une menace d’expropriation à court ou moyen terme pour les voisins, l’assurance que les prix des loyers et des ventes vont monter car ces communautés vont chercher à s’étendre. Quelques rares témoignages nous éclairent sur la dimension humaine du problème. Des couvents font exproprier des secteurs entiers. Le pénible récit qu’Hubert Fayen fait de la vente forcée de sa maison aux Colletines montre quels drames se cachent derrière ces faits. Ce vieux sayetteur de 69 ans relate comment Michel Hangouart, seigneur du Plouich, l’a plusieurs fois sollicité de vendre sa demeure aux Collettines, en usant de menaces et de chantage, « entre autres que, sy il ne leur faisoit la vente d’icelle maison, elles ne la rendroient presque en non valloir et en telle sorte qu’en deans deux ou trois ans elle ne vauldroit à deux ou trois cens florins près, à raison qu’elles feraient ediffier deux grandes murailles pour l’obscurcir ». Face aux religieuses, soutenues par des notables de la ville, ce couple de vieux est désemparé : « pour quoy éviter, afin de demeurer paisible et que sa ditte maison ne fut ainsi obscurcye, il aurait faict offre de donner ausdites sœurs la somme de cent florins… ce qu’elles n’avoient voulu accepter ». Désespéré, Hubert Fayen s’incline : « de laquelle vente il attestant, et sadite femme, en auraient eu telle ressentiment qu’ils en seraient deuement malades »113. Témoignage exceptionnel par sa densité humaine. La même situation s’est répétée pour d’autres achats ou lors d’expulsions de locataires114. Ne nous y trompons pas : l’hostilité envers les moines et les couvents, qui est patente au XVIIIe siècle et qui éclatera sous la Révolution, n’est pas nouvelle et n’est pas uniquement liée aux « progrès des Lumières » et à une remise en cause de l’utilité des réguliers. Elle est fort ancienne tout d’abord. Par ailleurs, l’irritation populaire contre les quêtes répétées, contre les faveurs et les protections des grands et des notables, contre les expropriations et les ventes forcées a tenu une place non négligeable dans la genèse et la montée de l’anticléricalisme en ville.

  • 115 En 1613 à Orchies, Récollets et Augustins, réunis cette fois, se dressent contre une éventuelle int (...)
  • 116 A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 78, 23 mai 1634.
  • 117 Ibidem, 28 octobre 1634.
  • 118 B.R. Bruxelles, Ms 19.372, Fo 104.
  • 119 A.E. Tournai, Fonds diocèse de Tournai, No 78., rapport de Michel Montar, pasteur de Lomme, janvier (...)
  • 120 Ibidem, lettre de Bauduin Gohier, pasteur de Loos, à l’évêque.
  • 121 B.R. Bruxelles, Ms 19372, F° 104 vo. Pour l’administration de la chapelle proprement dite, l’abbé o (...)
  • 122 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, Fo 258 vo, 19 janvier 1652.
  • 123 A.M.L., Reg. aux rés. No 282, F° 5, 28 avril 1653. Leur résidence étant « très incommode en sa situ (...)

49Il faut aussi tenir compte des rivalités qui existent entre les ordres religieux. L’hostilité est en général d’autant plus vive que les familles religieuses concurrentes sont proches l’une de l’autre et donc susceptibles de s’adresser à la même « clientèle », tant pour le recrutement, que pour obtenir des bienfaits. En 1603, les Récollets s’opposent au projet d’établissement des Augustins115. Épisode jusqu’à présent peu connu, en 1635 l’abbé de Loos et la plupart des ordres mendiants se dressent contre l’installation des Oratoriens à Notre-Dame de Grâce à Loos. La chapelle faisait l’objet d’une contestation entre l’évêque de Tournai et l’Abbé de Loos depuis le début du siècle. En 1634, Maximilien Villain de Gand est d’abord disposé à « en accorder la gouverne et administration aux pères Carmes du couvent d’Arras, par forme de mission »116. Bientôt, il prête un appui efficace aux Oratoriens. Le père Waterloop, qui mène la négociation pour cette compagnie, remercie l’évêque « du charitable soing qu’il a tesmoigné…, envoyant homme exprès pour m’adviser des debvoirs requis pour impétrer lettre de placet à Sa Majesté117. Mais « Dom Jean Foucard, 32e abbé de Los en eut le vent et, pour contrecarrer le dessein de l’evesque, il présenta à son tour une requeste à Sa Majesté, le suppliant d’agréer qu’il engageât au mesme lieu un prioré régulier »118. L’abbé réussit à grouper autour de lui « les pasteurs, marglisseurs et manans de Loos, le doyen et le chapitre Saint-Piat de Seclin, patron de l’église paroissiale, les religieux mendiants de saint Dominique, de saint François et des Augustins de Lille ». Le doyen de Lomme, qui suivait l’affaire de près pour l’évêque, laissait prévoir cette situation : « j’ay parlé aussi au pasteur de Los, lequelle ne scait gouster les Pères de l’Oratoire et dict que l’abbé de Los y empleroit sa croche avant les laisser venir »119. Cette prise de position déclenche la colère de l’évêque et le modeste curé, pris entre le marteau et l’enclume, s’empresse de s’excuser auprès de son supérieur : « Je suis fort attristé d’avoir despleu à Vostre Seigneurie Reverendissime pour le subject des Pères de l’Oratoire, m’aiant laissé emporter par des mauvais conseils, lesquels me troubloint journellement, disant que si avoint la chapelle, qui me déposséderoient de ma cure et que l’église paroissiale en seroit tout désolée. Et beaucoup d’autres raisons que la populasse objectoit. Si j’eusse sceu touttefois la volunté de mon supérieur (comme pour lors je le scay), jamais je ne fusse si osé d’y contredire, car je pensoit, (comme le bruit courroit), qui venions de la part du Roy »120. Finalement les Oratoriens sont tenus en échec par cette coalition. Quant au projet de prieuré régulier, l’orage passé, « il s’en alla en fumée »121. De même, les Dominicaines de l’Abbiette et les religieuses de Comtesse font intervenir toutes leurs relations pour tenter d’empêcher l’admission à Lille des Dominicaines réformées protégées par la marquise de Trazegnies et le comte du Rœulx. Le Magistrat avait accepté à contre-cœur cette installation en novembre 1651. Les premières ne se tiennent pas pour battues et le 19 janvier 1652, une lettre du roi déclare : « notre intention et volonté est que lesdictes religieuses ny soient admises… Et sy desja elles y estoient, de les faire retirer incontinent »122. Finalement les Dominicaines réformées obtiennent gain de cause en 1653, mais « avant se placer, elles debvront faire apparoir avoir deux mil florins de bonne rente annuelle, sans les pouvoir allienner, ains pour subvenir à leur nourriture et leur coucher ; aussy de la causion de 40 000 florins pour leurs bastimens et aultrement »123.

3) Un exemple révélateur : l’établissement des Colletines.

  • 124 B.M.L., Ms 528, Fo 233 et sq. Sainte-Austreberthe est un couvent de Bénédictines.

50Pour mieux concrétiser les aspects que nous venons de dégager, relatons, à titre d’exemple, les conditions dans lesquelles s’établissent à Lille les Colletines du Vieil-Hesdin. Le 19 mai 1639, le roi de France avait mis le siège devant Hesdin. Un moine-chroniqueur relate l’odyssée de ces religieuses, risquant leur vie et leur vertu sur les chemins, au milieu des soudards. Chassées de leur ville par une armée « composé pour la plupart de Luthériens, Allemans, Calvinistes et autres gens sans âme », elles gagnent Montreuil, où « elles rencontrent uti grand nombre de pionniers qui leur dirent mille insolences comme si c’eut esté des filles de joye ». Les 31 Collettines et leurs deux servantes y sont logées au couvent de Sainte-Austreberthe124. Témoignage intéressant sur les décalages de propagation de la réforme catholique selon les congrégations, le temps et l’espace, le confesseur conseille à la supérieure, « de ne point laisser ses religieuses avec les dames de l’Abbaye, sinon accompagnée d’une autre religieuse, de crainte qu’on diroit quelques discours d’inconsidération ». De là, elles gagnent Le Biez, puis Aire et enfin, par l’intermédiaire de la Lys et de la Deûle, Lille ; « elles endurèrent beaucoup sur ces bateaux par les vermines et poux ».

  • 125 Ibidem.
  • 126 Toutefois Sœur Becquet, dans sa chronique, rapporte que leur confesseur, Frère Mathey « leur dit ; (...)
  • 127 Rue des Malades. Mr de Tramecourt s’était offert comme caution.
  • 128 Michel Hangouart, écuyer, seigneur de Plouich, Piètre, Antreuil, La Madeleine, est né à Aubers en 1 (...)
  • 129 A.D.N. 102 H 2, lettre de l’abbesse Jeanne Blondeau.
  • 130 A.D.N, 102 H 2, lettre du P. Marchant, datée de Gand du 4 février 1650.
  • 131 B.M.L. Ms 528, F° 44.
  • 132 Les riches Claires, ou Urbanistes, se distinguaient précisément des pauvres Claires ou Clarisses pa (...)
  • 133 A.D.N. 102 H 2, 1650.
  • 134 A.C. Tournai, Reg. 411.
  • 135 « Le plus mémorable fut qu’elle deschargea la maison d’une grande quantité de fondations, d’obits e (...)
  • 136 B.M.L., Ms 528, F° 46.
  • 137 A.M.L., Aff. gén. C 851 d 2, 23 juillet 1654.
  • 138 B.M.L. Ms 528, F° 248.

51Leur accueil à Lille ne pose aucune question de principe, mais de gros problèmes matériels. Provisoirement hébergées, elles cherchent une maison, « ce qu’on ne trouvoit point, à cause du grand nombre réfugié dedans la ville ». Le bruit de leurs tribulations leur vaut la sympathie des Grands, comme le comte de Vertaing, gouverneur, aussi bien que celle des humbles, toujours prompts à la compassion : « elles furent quelque temps fort pauvrement, tant que le peuple donna, qui une chose, qui une autre »125. Les Clarisses lilloises, en particulier leur abbesse Jeanne Blondeau, ne font aucun obstacle à la réception provisoire de leurs consœurs frappées par les malheurs de la guerre126. Finalement celles-ci trouvent une maison située en face de la chapelle de la Trinité127. Elles s’y installent et l’évêque et le doyen du chapitre Saint-Pierre prononcent solennellement la clôture. Mais cette maison est exiguë et inadaptée à la vie claustrale. Des nobles lillois, Michel Hangouart, le seigneur d’Ennetières, le baron de Berlière128 déploient un grand zèle pour leur obtenir une demeure plus vaste. Les Clarisses et leur confesseur commencent à s’inquiéter et ils craignent une manœuvre des Récollets de la province de Saint-André. L’abbesse alerte le Père Marchant, commissaire général des Franciscains pour la province. « On nous conseille d’y emploier tous nos bons amis pour empescher leurs desseings… Les Pères Récollets, avec tous les principaux de la ville quy les favorisent, l’emporteront si vostre auctorité ni intervient »129. Le Père Marchant se manifeste par deux lettres très sèches datées du 4 février 1650. Dans la première, il rappelle sévèrement à l’ordre les Colletines. « Je vous ay permis dernièrement de pouvoir chercher place dans Valenciennes ou autre ville où il n’y auroit cloistre de vostre ordre… Vous m’allez précipiter dans des querelles entre les deux provinces… Ce me seroit cause juste de vous faire retourner à Hesdin, mais ayant égard à vostre simplicité, je me contenteroy de faire cette première advertence ». Dans la seconde, il met en garde le Magistrat. « J’ay bien voulu adviser Vos seigneuries que cecy se faict sans mon adveu et contre le bien et pratique de l’ordre et, oultre la charge de vostre ville, au grand détriment de votre ancien cloistre des pauvres Clarisses qui sont vos domestiques et nourries de vos aumosmes »130. Les échevins goûtent d’ailleurs peu cette intervention intempestive. Michel Hangouart parvient à acheter une maison en face de l’hôpital Saint-Sauveur et, après onze mois de lutte, à obtenir le départ du locataire. Les religieuses déménagent dans la nuit du premier février 1651 pour ne pas éveiller l’attention. « Nonobstant le bruit des chariots et carosses, les voisins ne scurent rien… Le lendemain, 2 février, tout le monde était en alarme de la sortie des religieuses, mais quand on scut qu’elles étoient seulement changées de demeure, le bruit s’affaisa, tout le monde les alla voir dans leur nouvelle maison »131. Le chroniqueur va un peu vite en besogne en écrivant que le bruit s’apaisa… Les Clarisses et leurs confesseurs étaient aux aguets. Pour ne pas prêter le flanc à la critique, elles s’étaient débarrassées des fondations qu’elles avaient acceptées, contrairement à la règle132 ; « Nos filles sont si zéleuses d’observer tant plus parfaitement notre sainte règle que tous ont encore supplié notre R. Père provincial, à la visite qu’ils nous ont fait les jours passez, de tenir la main que nos fondations nous seroient ostée »133. Celles-ci sont partagées entre le couvent des Augustins et la paroisse Saint-Maurice134. Cette réforme, présentée comme spontanée par Sœur Becquet dans sa chronique135 et indiscutablement souhaitée par certaines religieuses, est aussi directement liée à la rivalité qui s’établit entre les deux couvents. La demeure récemment acquise permet surtout aux Collettines d’envisager de recruter des éléments jeunes. « Elles étoient alors à dix-neuf religieuses… Il y avoit vint ans qu’elles n’avoient point reçues aucunes novices ; leur communauté avoit besoin de jeunes religieuses pour le soulagement des vieilles ». Le premier juillet 1652, deux novices sont reçues et l’année suivante elles font profession « à la sourdaine et sans bruit, parce que les religieuses n’avoient point la permission de Messieurs du Magistrat »136. Les Collettines agrandissent leur établissement en obligeant un sayetteur à leur vendre sa maison, comme nous l’avons vu. Une étape décisive est franchie en 1654 lorsque le président de la chambre des Comptes, le baron de Berlière, au nom des religieuses, présente une requête au Magistrat pour obtenir la permission de s’établir définitivement. Elles se font le plus menues possible, en insistant sur le fait qu’elles ne sont pas des rivales des principaux bourgeois pour l’acquisition de terrains et de maisons, « n’offrant de n’acquérir demeure que dans le quartier de la ville… qui est fréquenté que de pauvres gens, la plus part mendians »137. Le Magistrat ayant acquiescé, le baron de Berlière les « persuade de tenir la chose secrète et de se maintenir tout doucement, à cause des pauvres Clairisses, qui scurent pourtant, par quelques filles qui cherchaient à être religieuses aux Collettines »138.

  • 139 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.
  • 140 A.D.N. 102 H 1, 10 avril 1655. De surcroît, les Clarisses et leurs confesseurs ont l’impression d’a (...)
  • 141 A.D.N. 102 H 1.
  • 142 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.
  • 143 Les Clarisses protestent parce que les Collettines ont « depuis quelque six à sept mois en cha, fai (...)
  • 144 A.D.N. 101 H 2, F° 163.

52Les Clarisses contre-attaquent devant le Conseil privé. Elles s’adressent au roi le 10 mars 1655 et elles démontrent qu’il n’y a pas de différence entre les Collettines et elles qui « sont vraiment pauvres, vivant de pieuse méditation, sans propriété quelconque, contre le bruict que faussement, depuis des nouvelles Clarisses venues, l’on sème qu’elles seraient riches et rentées »139. Elles arguent que la décision des échevins mécontente le peuple et entre en contradiction avec « la deffence qu’ils ont fait aux religieuses Sœurs grises, leurs subjettes, de mandier journellement, réduisant leurs mendications à trois ou quatre par année, pour ne pas grever la ville et ne pas rendre les mendications odieuses au peuple ». Elle contraste aussi avec « le renvoyé à Béthune des Annonciates réfugiée d’illec…, non que celles-cy soient onéreuses à la ville puisqu’elles vivent de leur travail manuel et de leurs rentes »140. Prenant en considération ces protestations, le Conseil privé interdit au Magistrat de Lille d’admettre les Collettines, jusqu’à nouvel ordre141. Mais ce n’est qu’une pause et les deux partis continuent les démarches. « Le sieur de Ploich voulant comme empiéter sur l’authorité de Vostre Majesté afin d’accomplir sa parole donnée… fait tous ses efforts pour y establir à perpétuité et de son authorité les pauvres Clarisses venues d’Hesdin… Pour ce quoy parvenir il a tiré à son ayde tous les Messieurs et les premiers de la ville ». Il leur prête son nom pour des acquisitions immobilières, « lesquelles places il achepte non de son propre, mais des ausmosnes pécuniaires ou légatées aux dites Clarisses ou questées par la ville pour elles et les ayant ainsi achaptées en son propre nom, il les met entre leurs mains pour les posséder, les occuper et amplifier leur cloistre prétendu. Et puis les Messieurs disent que ce sont maisons acquises par Mr du Ploich. Ils dissimulent le tout, ils permettent le tout, voire le secondent en ses desseins ». Ces appuis, auxquels s’ajoutent les Récollets, « emplians leurs plus puissans amys, et remuans ciel et terre pour gaigner le Magistrat », l’emportent. Le 10 juillet 1655, les Collettines reçoivent l’autorisation temporaire de s’établir à Lille et de recruter des novices jusqu’à la conclusion de la paix. Mais ceci ne leur paraît pas suffisant. « Cette permission n’est que provisionnelle… À cette cause, les filles sont empeschées par leurs parens de prendre l’habit collectain… ; comme encore leurs bienfaiteurs ne veuillent mettre en frais de leur bastir un couvent convenable »142. Le 22 mars 1656, elles obtiennent l’autorisation définitive de s’établir à Lille, assortie de quelques réserves pour calmer les Clarisses. Elles doivent prendre le nom de Collettines, n’avoir qu’un confesseur et deux servantes et ne peuvent excéder le nombre de 27143. Elles continuent à s’agrandir, étroitement surveillées par les Clarisses qui, en 1659, dénoncent ces extensions. Néanmoins Sœur Becquet a une réaction plus chrétienne puisqu’elle écrit dans sa chronique : « le bon Dieu a voulu montrer que sa providence n’est pas limitée, qu’il est puissant de pouvoir donner la nourriture aux unes et aux autres, comme nous l’expérimentons journellement, par sa grande bonté et miséricorde »144.

Les couvents de religieux à Lille sous la domination espagnole

Les couvents de religieux à Lille sous la domination espagnole
  • 145 A.D.N. 102 H 6, 24 octobre 1661.
  • 146 H. Platelle Les chrétiens... op. cit, p. 217-242, a publié le récit des miracles intervenus chez le (...)

53Ce conflit entre le Magistrat, les Clarisses, les Récollets des deux provinces a des séquelles. Les échevins tentent d’expulser les confesseurs des Clarisses. Une pétition, rédigée par les « pauvrieurs » de Saint-Maurice pour s’opposer à cette mesure, déclare : « on sait bien que ladicte requeste a été faicte par les Récollets de ceste ville et ils se sont trop descouvert par leurs discours »145. L’essor de la dévotion au Dieu de Pitié et les miracles qui l’accompagnent viennent en temps opportun rendre aux Clarisses leur audience et sauver la présence à Lille de leurs confesseurs146.

  • 147 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.
  • 148 Sur la notion d’estime sociale et le concept de société d’ordres, voir les travaux de R. Mousnier, (...)

54Pour s’établir à Lille, les nouvelles communautés religieuses ont donc bénéficié d’appuis importants mais ont aussi rencontré des résistances. Parmi les opposants ou les réticents, on retrouve presque toujours « le commun peuple » et des congrégations rivales ; parmi les soutiens, des nobles ou des notables. Quant aux détenteurs du pouvoir, prince, gouverneur, membres du Magistrat, ils sont généralement partagés sur le sujet. Le Conseil privé invoque « les plaintes journalières contre les nouveaux cloîtres » et rappelle l’existence d’ordonnances limitant leur expansion147. Le Magistrat émet fréquemment des réserves, voire manifeste son irritation. Mais l’un et l’autre finissent toujours par céder aux puissants, qui sont parfois en leur sein. La multiplication des couvents intervient donc sous l’impulsion et avec le concours zélé de l’élite sociale. Peut-on tenter d’expliquer les motivations de celle-ci ? On ne peut fournir que des éléments de réponse. Il y a certes la volonté de procurer au peuple un solide encadrement religieux pour ne pas voir se reproduire les « troubles » du XVIe siècle ; mais ce n’est qu’une explication partielle et le désir de faire instruire les populations dans les « vérités du catholicisme » et de les mener au salut était sincère chez presque tous. En fait, la volonté de s’assurer les prières des religieux est la motivation essentielle qui guide ces nobles et ces notables. Dans un monde qui croit à l’efficacité de la prière, au corps mystique et au salut par les œuvres, la participation aux « mérites » d’une communauté religieuse est un privilège insigne. La sépulture accordée dans le couvent est l’ultime signe de cette réalité. On peut enfin invoquer des raisons sociales et de prestige. Etre le fondateur, le protecteur ou simplement le bienfaiteur d’une de ces maisons contribuait à accroître « l’estime sociale » dont jouissait une famille dans cette « société d’ordres »148.

III) Les nouvelles communautés, pierre angulaire de la réforme catholique à Lille

55Le paysage religieux lillois se modifie donc essentiellement par l’implantation massive de nouveaux ordres dans lesquels entre nombre de fils et de filles de Lille et du plat pays environnant. Il est évidemment hors de cause d’étudier en détail l’établissement, le rôle, l’influence de chacune de ces nouvelles communautés. D’une part, elles n’ont pas toutes la même importance, d’autre part on ne possède pas une documentation satisfaisante sur toutes. C’est pourquoi, à partir des informations que nous possédons, nous évoquerons les cas les plus significatifs.

1) Les figures de proue : Jésuites et Capucins.

56À Lille, comme en maints endroits de l’Europe, la réforme catholique en marche a d’abord eu le visage des Jésuites et des Capucins. Mais si l’on peut retracer l’essentiel de l’action des Jésuites, notamment grâce aux sources romaines, en revanche les documents sur les Capucins lillois font cruellement défaut.

a) Les Jésuites.

  • 149 Sur l’implantation de la Compagnie de Jésus aux Pays-Bas, l’ouvrage essentiel est celui de A. Ponce (...)
  • 150 Bernard Olivier était né en 1523 à Antoing (province actuelle du Hainaut) dans une famille de riche (...)
  • 151 A.S.J. Rome, Epist. Germ. t. VII, p. 307. Lettre du P. Coster en date du 31 août 1566.

57Lille n’est pas une des premières cités des Pays-Bas à accueillir les Jésuites car Louvain (1542-1565), Tournai (1554-1570), Cambrai (1564), Saint-Omer (1566), Douai (1568), par exemple, l’avaient nettement précédée. Il est vrai que Lille ne possédait ni évêché, ni Université149. En 1556, le Père Bernard Olivier, natif d’Antoing, un des compagnons de saint Ignace, ancien recteur du Collège romain, était venu y prêcher avec grand succès, mais il avait été bientôt emporté par la peste150. En 1566, les Pères Maximilien de la Chapelle, natif de la cité, et Dogius, assurent les prédications et contribuent à maintenir Lille parmi les « bonnes villes ». Un épistolier de la Compagnie magnifie d’ailleurs leur rôle en prêtant aux calvinistes ces paroles : « Sans ces Jésuites, nous étions maîtres de la ville »151. Ultérieurement, quelques Pères y font une halte temporaire pour assurer des sermons, notamment Jacques Noël en 1585.

  • 152 Sur les difficultés économiques et sociales de cette période, voir le chapitre II.
  • 153 A.S. Vaticano, Fondo S. Congr. Concilio, V.L. Tournai, 1590.
  • 154 Cité par A. Poncelet, op. cit, vol. 1, p. 356. En 1573, un mémoire signé par les Pères Schilman, Co (...)
  • 155 A.S.J. Rome, Fl-Belge, t. 50, Fo 72.

58L’éventuelle installation des Jésuites dans la cité semble avoir d’abord rencontré des réserves difficiles à élucider, mais réelles. Les tensions religieuses, les difficultés économiques et sociales expliquent sans doute les réticences des échevins qui hésitent à s’engager dans une opération qu’ils savent coûteuse et impopulaire dans certains milieux152. Mais la Compagnie avait de chauds partisans, au premier rang desquels il faut mettre Jean Vendeville, devenu évêque de Tournai en 1588. Déjà, comme recteur de l’Université de Douai, il avait beaucoup facilité leur implantation dans cette cité. Il estime tout aussi indispensable leur établissement définitif à Lille qui manque de prêtres instruits153. Lors des visites ad limina qu’il effectue personnellement, il entreprend des démarches en ce sens auprès du général Aquaviva. Il offre d’affecter les revenus de bénéfices simples, inutiles ou sans titulaire, pour faciliter cette fondation. On sait en effet que la Compagnie de Jésus, pour éviter toute mauvaise surprise, demandait qu’on lui garantisse au moins 3000 florins de rente annuelle pour accepter d’ouvrir un collège, attitude qui n’était guère appréciée en cette province. « Les Belges ne se décideront pas à donner, avant d’avoir vu la Compagnie à l’œuvre » avait prévenu le P. Ribadeneira en 1558, et le Magistrat de Lille semblait être de cet avis. Outre l’évêque, les Jésuites pouvaient compter sur le riche marchand Baltazar Bauters et sur Maximilien Manare, le nouveau prévôt de la collégiale, cousin du Père Olivier Manare, provincial154. Celui-ci, qui est le grand artisan de l’implantation de la Compagnie aux Pays-Bas, était totalement acquis à ce projet. Un collège y serait certainement bien placé pensait-il, car la ville est grande, le commerce très actif, la fidélité au roi assurée et les enfants nombreux ; il constituerait de surcroît une intéressante base de missions vers l’Artois et vers la France155. Le Père Manare va mener la négociation avec le Magistrat de la cité en diplomate expert, sachant faire désirer la venue de ses hommes.

  • 156 Le Père Guillaume Hangouart est né vers 1549 à Lille ; il est le fils de Philippe Hangouart, reçu b (...)
  • 157 Ce fait est mentionné par le P. Letierce dans un manuscrit consacré au collège de Lille et conservé (...)
  • 158 A.M.L., No 15.925, Reg. aux mémoires, juillet 1590.
  • 159 Pour la catéchèse des enfants à l’école dominicale, voir le chap. X.
  • 160 A.M.L., Titres, p. 179/3833 et Aff. gén. C. 855 d. 1. Sur l’école latine publique ouverte en 1535 e (...)
  • 161 Le Père Jean Herreng est né à Lille, le 24 juin 1562, dans une famille dont les membres ont siégé a (...)
  • 162 Voir infra, chap. VIII et le tableau joint en annexes de ce chapitre.

59Sur le conseil de l’évêque, en 1588, le curé de Sainte-Catherine, Jérôme Bave, invite deux Jésuites à venir prêcher le Carême dans son église. Les Pères Guillaume Hangouart et Philippe Frémault, issus de deux familles notables de la cité, sont désignés pour cette charge156. Devant le succès qu’ils remportent, le chapitre les convie à assurer l’Avent dans la collégiale. Cependant des oppositions se manifestent en ville puisque des inconnus « pendent en effigie » les deux prédicateurs157. Le Magistrat ne semblant pas très empressé d’accueillir les Jésuites, le Père Manare rappelle ses deux missionnaires. C’est en 1590 que l’évêque obtient du général leur présence permanente à Lille. Leurs débuts sont discrets : ils habitent la maison que possède le P. Hangouart et ils exercent leur ministère dans la chapelle Sainte- Catherine, en l’église paroissiale Saint-Étienne158. Bientôt, ils prennent en charge gratuitement la catéchèse des enfants des écoles dominicales récemment ouvertes159. Devant leur dévouement, leurs succès, leurs appuis, les résistances s’effritent, les réticences s’effacent, notamment celles de Josse Van den Berghe le doyen du chapitre, et, le 17 avril 1592, le Magistrat signe l’acte qui permet l’établissement définitif d’un collège de Jésuites dans la ville. Aux 1400 florins et aux 600 florins de rente annuelle donnés respectivement par le Père Hangouart et par le marchand Baltazar Bauters, les échevins ajoutent 1000 florins, ce qui permet d’atteindre le chiffre fatidique de 3000 florins, et ils confient aux Pères l’école latine de la ville où ceux-ci s’installent160. Leur chapelle est bénite le 21 mars 1594, et le Père Herennius (Herreng), un Lillois lui aussi, succède au Père Hangouart comme recteur en 1596161. Les échevins leur accordent chaque année un subside supplémentaire de 1000 florins. Mais des oppositions subsistent et nous verrons que certaines personnes sont traduites devant le tribunal échevinal pour avoir tenu des « propos scandaleux » contre la Compagnie162.

  • 163 A.M.L. Reg. rés. No 279, Fo 92.
  • 164 Ces impôts avaient été préalablement « mis sus » pour payer les frais de « l’entrée joyeuse » des A (...)
  • 165 A.G.R. Bruxelles, Audience No 1946/3. Mahieu Manteau écrit dans sa chronique que les armoiries des (...)

60Au début du XVIIe siècle, une étape capitale est franchie. Sur le conseil du comte d’Annapes, gouverneur, et de son épouse, qui leur étaient très favorables, les Jésuites sollicitent un terrain dans l’agrandissement réalisés en 1603. Le 26 juillet 1605, le Magistrat leur donne le fief de Beaufremez, situé dans le nouveau quartier et s’engage à leur construire un collège sur cet emplacement163. Le financement de cette entreprise considérable est assuré par les recettes d’impositions mises sur la bière, le vin et l’indigo164. La première pierre du collège, portant les armes des Archiducs, est posée le 22 mai 1606 par le gouverneur, au nom de ceux-ci, comme l’avait secrètement recommandé le Père Herennius pour ne pas froisser le Magistrat165.

  • 166 Mahieu Manteau, dans sa chronique, relate assez longuement ces cérémonies.
  • 167 Ce dessin, figure dans le Ms No 678 de la B.M.L. ; nous en reproduisons une photographie. Église et (...)
  • 168 La province belge devenue trop vaste est donc divisée en « flandro-belge », dont le siège est à Anv (...)
  • 169 La présence du Père G. Hangouart au collège de Lille n’était d’ailleurs pas de tout repos pour le P (...)

61Les travaux durent jusqu’en 1611 et l’église, la première dédiée à la Vierge à Lille et à l’Immaculée Conception dans la province, est consacrée le 16 octobre 1611 au milieu d’imposantes cérémonies166. Le lundi précédent, les élèves étaient entrés dans leur nouveau collège, « le plus beau de la province » selon les contemporains. Malheureusement, il s’évanouira en fumée, ainsi que l’église et toutes ses richesses, lors de l’incendie survenu en 1740, et il ne nous reste qu’un petit dessin à la gouache pour apprécier sa splendeur au XVIIe167. En 1612, cet établissement devient le siège de la province gallo-belge qui est alors créée et le Père Herennius est nommé provincial. Si l’on en croit quelques rares indications, les élèves y sont environ 500168. Le 15 juin 1613, trois messes sont célébrées dans toutes les églises de la Compagnie de Jésus du monde à l’intention du Magistrat de Lille. Mais celui-ci ne reçoit le titre envié de « fondateur » que le 6 avril 1618. À ce retard, deux raisons semble-t-il ; d’une part, le général a attendu que les échevins prennent l’engagement définitif de verser perpétuellement 2000 florins de rente annuelle au collège ; d’autre part, l’attente du décès du Père G. Hangouart, qui se considérait comme le véritable fondateur de l’établissement169.

  • 170 Le Magistrat avait notamment prêté 10.000 florins aux Jésuites en 1593 (A.M.L., Reg. aux rés. No 27 (...)
  • 171 A.M.L., Reg. aux rés. No 280, F° 186 vo, 1627.
  • 172 P. Delattre, Les établissements... op. cit, t. 2, col. 1191.
  • 173 A.M.L. Aff. gén. C. 855.

62L’effort financier consenti par le Magistrat, donc par la population lilloise, ne s’arrête pas là. En 1611, il achète un terrain situé à côté du collège pour y élever ultérieurement à ses frais un séminaire. En 1621, une partie des prêts consentis aux Jésuites, entre 1593 et 1601, est définitivement remise170. Mais on connaît la terrible crise qui s’abat alors sur la cité, « le temps divers et nébuleux » qui suit. En 1627, le Magistrat prévient le recteur qu’il renonce à construire le séminaire projeté, ce qui lui vaut des reproches amers171. Il est difficile de chiffrer le coût total de la construction de l’église et du collège. On a parlé de 400 000 florins172, ce qui semble proche de la vérité puisqu’en 1622, lors de la reconduction des taxes spéciales mises pour payer cet ensemble, le Magistrat mentionne qu’il doit encore 181 887 florins173. Au total, l’appui public accordé à la Compagnie de Jésus à Lille est donc énorme et faisait d’ailleurs bien des jaloux.

  • 174 Cette liste manuscrite établie par le P. Debuchy à partir du Nécrologe nous a aimablement été commu (...)
  • 175 Le Père Nicolas du Toit est né à Lille le 28 nov. 1611, de Jean du Toit et de Marguerite Pouvillon  (...)
  • 176 Pour les Jésuites décédés dans la province gallo-belge, la répartition des entrées par décennie est (...)
  • 177 Les professions des parents des Pères citées sont : « marchand » : 5 fois ; sayetteur : 3 fois ; to (...)
  • 178 Chiffres cités d’après les lettres annuelles envoyées à Rome, A.P. Ch. S.J. À partir de 1643 un cer (...)

63Cet accueil, les concours financiers obtenus ou à venir traduisent le succès des Jésuites. Les entrées de Lillois dans les rangs de la Compagnie en sont une autre preuve. En effet, nous avons ici la chance de pouvoir nous appuyer sur une liste mentionnant les noms des Pères décédés dans la province « gallo-belge », leur lieu de naissance et la date de leur entrée dans la Société de Jésus. Entre 1613 et 1700, on trouve 197 Lillois174. Pour avoir une vue exhaustive, il faudrait évidemment pouvoir ajouter les noms de ceux qui sont décédés ailleurs que dans cette province, tels le célèbre Père Nicolas du Toit (del Techo) au Paraguay, de ceux qui sont entrés au noviciat et n’ont pas persisté et des coadjuteurs s’occupant des problèmes matériels175. Mais le chiffre précité montre que chaque année, trois à quatre Lillois au moins devenaient membres de la Compagnie. Il faut surtout retenir que sur 240 entrées repérées entre 1600 et 1699, 107, soit 44 %, interviennent dans les trois premières décennies du XVIIe siècle, et qu’une nette décrue se produit entre 1630 et 1649176. Cette constatation confirme que le temps des Archiducs a favorisé l’épanouissement des vocations religieuses alors qu’en revanche la crise et le conflit franco-espagnol ont eu des conséquences néfastes sur ce plan également. Sur ces 240 noms, on ne trouve hélas mention de la profession des parents que pour 16 d’entre eux, en l’occurrence essentiellement des « marchands » ou des artisans177. Autre trait de la réussite de la Compagnie de Jésus à Lille et de son expansion : le nombre des Jésuites-prêtres présents au collège ne cesse de croître pendant notre période. Ils sont 12 en 1609, 23 en 1622, 31 en 1641, 39 en 1643, 47 en 1645. S’y ajoutent les coadjuteurs temporels et les « repetentes », ce qui donne un effectif global de 70 en 1645 par exemple178.

Ce dessin à la gouache figurant dans la carte de Buzelin et collé dans le Ms n° 678 de la B.M.L., est une des seules vues que nous possédions du splendide collège que le Magistrat de Lille fit construire à ses frais pour les Jésuites ; il brûla en 1740.

Ce dessin à la gouache figurant dans la carte de Buzelin et collé dans le Ms n° 678 de la B.M.L., est une des seules vues que nous possédions du splendide collège que le Magistrat de Lille fit construire à ses frais pour les Jésuites ; il brûla en 1740.

(Cl. BML).

  • 179 On retrouvera la plupart de ces thèmes développés dans la suite de notre étude.

64Le succès qu’ils rencontrent, l’engouement qu’ils suscitent, les Jésuites les obtiennent essentiellement parce qu’ils sont les « prêtres réformés » que les hommes de l’époque attendaient. Au lendemain d’années de doutes et d’interrogations, ils viennent rassurer, fortifier, rassembler, inviter à passer à l’offensive. Ils ne sont- pas les seuls dans ce cas, mais ils sont les premiers, les plus rigoureux, les plus efficaces, les plus impressionnants par leur militantisme, leur enthousiasme, leur organisation. Nous allons les retrouver sur tous les créneaux du combat entrepris pour convertir les populations et les christianiser179. Ils prêchent, ils confessent, ils catéchisent dans leur église, dans les paroisses de la ville et de la campagne environnante, dans les écoles. Ils éduquent les jeunes dans leur collège. Ils fondent des « sodalités », animent des confréries, organisent des processions, de grandes cérémonies, des représentations théâtrales. Ils visitent les malades, les pauvres, les pestiférés, les prisonniers. Ils initient à la prière, à l’oraison, ils organisent des sessions de pratique des « Exercices spirituels ». Il importe de souligner dès maintenant que, contrairement à certaines idées reçues, ils ne s’occupent pas seulement des « élites ». Certes ils se soucient tout spécialement de former, de conseiller, de guider ceux qui exercent ou exerceront des responsabilités dans l’État et dans la société. Mais ils se préoccupent aussi des malheureux, des opprimés, des « instables » et ils enseignent leurs disciples à s’en occuper.

b) Les Capucins.

  • 180 Aucun document sur le XVI-XVIIe dans le fonds 90 H des A.D.N. Il faut se contenter de renseignement (...)
  • 181 Mahieu Manteau, chron. p. 53, 56 et 57.
  • 182 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capucins de la province de Paris dans la France religieuse du (...)
  • 183 Les tableaux représentant « La Vierge à l’enfant avec Saint-François » et « Saint François et Saint (...)
  • 184 J. Mauzaize, op. cit. p. 833, rappelle que les Capucins enseignaient à leurs novices que « la seule (...)

65Parmi les artisans du renouveau catholique à Lille, les Capucins tiennent une place de choix. Malheureusement, la pénurie quasi-totale de documents sur leur couvent lillois ne permet pas de leur accorder la place qu’ils méritent180. Leur action complète d’ailleurs celle des Jésuites puisqu’ils se sont dirigés prioritairement vers les milieux populaires, conformément à leur vocation. La rapidité avec laquelle leur établissement est assuré montre à quel point celui-ci était souhaité. N’oublions pas de plus qu’ils étaient les protégés d’Alexandre Farnèse qui se fera inhumer dans leur robe de bure. Ils arrivent à Lille en 1592 et ils sont provisoirement logés dans la maison du prévôt de Saint-Pierre. Le Magistrat leur accorde un terrain à Saint-Sauveur, le quartier populaire par excellence, et le 22 mai la première pierre de leur église est bénite par l’évêque d’Ypres. « Sur l’autel, estoient tous les images et relicaires d’argent de l’église de Sainct-Estienne » et le père François d’Arbecy assure la prédication. La construction est rondement menée puisque le 4 avril 1594 les Pères entrent dans leur couvent ; le 2 novembre, l’église est consacrée par un « evesque escossois » qui y donne la confirmation181. Les bâtiments, il est vrai, n’avaient ni la même ampleur ni la même finalité que l’ensemble élevé ultérieurement pour les Jésuites. De plus, comme le rappelle Jean Mauzaize, les Capucins se satisfaisaient volontairement d’églises petites et pauvres182. Mais ils obtiennent un tel succès que, vingt ans après, ils doivent songer à l’agrandir. Le 27 août 1615, l’abbé de Loos pose la première pierre de cette extension et, en 1616, les deux chapelles ainsi créées sont bénites par l’évêque de Tournai. Dans celles-ci, consacrées l’une à la Vierge, l’autre à saint François, on place deux tableaux provenant de l’atelier de Rubens. Ils encadrent l’immense et pathétique « Descente de croix » du peintre anversois, dressée au-dessus du maître-autel183. Novices, Pères, fidèles, ont passé de longues heures à méditer devant ce chef d’œuvre, à la fois signe et symbole d’une spiritualité centrée sur la Passion et le mystère de la Croix184. Le couvent de Lille devient, en 1616, le siège de la province wallonne qui comprend 22 couvents et il ne semble pas, à la différence de quelques autres, avoir été un foyer de déviations doctrinales, voire d’hérésies.

A. Sanderus, dans sa « Flandria illustrata », a représenté le couvent et l’église des Augustins dans laquelle était installée la statue de N.-D. de Miséricorde.

A. Sanderus, dans sa « Flandria illustrata », a représenté le couvent et l’église des Augustins dans laquelle était installée la statue de N.-D. de Miséricorde.

(Copyright Bibliothèque royale Albert 1er, Bruxelles, Ms. 16.823, Fo 4 recto).

  • 185 Sur l’œuvre et l’action des Capucins, nous renvoyons aux chapitres suivants, notamment à celui où n (...)

66Les Capucins, comme nous le verrons, vont animer la vie religieuse à Lille de multiples manières, plus spécialement par leurs prédications et en développant l’adoration du Saint-Sacrement. Les célèbres prières de 40 heures qu’ils organisent vont connaître un grand succès185. Leur ascétisme, leurs mortifications, leur pauvreté, ont beaucoup impressionné les populations, ainsi que leur dévouement fraternel pour les pauvres et leur héroïsme pendant les pestes. Par leur exemple et par leur action, les Capucins n’ont pas peu contribué à réconcilier les milieux populaires avec le catholicisme et à faire progresser la christianisation parmi ceux-ci.

2) Augustins, Carmes, Minimes.

a) Les Augustins.

  • 186 Sur les conditions de l’installation des Augustins à Lille, voir B.M.L, Ms 528 et A.G.R. Bruxelles, (...)

67L’introduction des « ermites de saint Augustin » se fait dans un climat conflictuel, mais avec l’appui du Magistrat, semble-t-il. En 1614, Marguerite Morel, sœur et héritière de Jean, en installe quelques-uns dans une maison où son frère avait fondé une institution destinée aux jeunes Irlandais réfugiés sur le continent, les « Hibernois »186. Il s’ensuit un long procès devant le Conseil privé au terme duquel les Augustins, en 1618, sont priés de laisser la maison et de « se pourvoir d’autre logement convenable ». En 1619, avec la permission du Magistrat, ils achètent une grande demeure, rue de Jurie, pour 8000 florins. Ils vont progressivement acquérir les maisons alentour pour s’agrandir et établir leur couvent. Le 30 mai 1619, ils sont autorisés à « marcher » à la procession du Saint-Sacrement, ce qui est un signe évident de leur intégration dans la cité.

  • 187 Mahieu Manteau, chron. p. 49.
  • 188 A.D.N. 47 H 2, Fo 22 à 25.

68Mais ces hommes de science et d’étude ont aussi une vocation d’enseignants. Ceci leur vaut sans doute la sympathie des échevins qui les autorisent à ouvrir un collège. « Le 22 d’octobre, fut publié à la bretecque… et de carrefours en carrefours, à son de trompe, que les Pères Augustins de cette ville, pour satisfaire tant à leur vocation qu’aux bons désirs des citoiens… ouvriront les escolles… pour y instruire la jeunesse en langue latine et grec, depuis les rudiments ou figures jusque à la rétoricque inclusivement »187… Mais cette décision provoque la colère des chanoines de Saint-Pierre qui en appellent au roi. L’écolâtre Verviano rappelle qu’il existe déjà en ville deux établissements de ce type. En conséquence, « lesdites nouvelles escoles seroient, du tout inutiles et superflus… attendu le petit nombre d’escoliers qui se retrouvent esdicts deux collèges, à raison que la pluspart de la jeunesse, selon la qualité de la ville, s’applique au trafficque et marchandise ». Le Magistrat suspend sa décision. Les Augustins font observer qu’ils ont investi 12 000 florins dans cette opération et que déjà une centaine d’élèves se sont pourvus de livres pour étudier chez eux188. Finalement, ils obtiennent gain de cause et ils consolident leur implantation lilloise.

  • 189 Sur le culte de Notre-Dame de Miséricorde, voir infra le chapitre sur les dévotions. H. Platelle, L (...)
  • 190 A.D.N. 47 H 2, F° 51, 15 juin 1627. E. de Moreau, op. cit, p. 415, signale que la province flandro- (...)
  • 191 Ordonnance de l’évêque de Tournai « sur le tour des stations » en date du 26 août 1630, A.D.N. 47 H (...)

69Leur chapelle, où est placée la statue de Notre-Dame de Miséricorde après le sacrilège commis contre elle en 1624, devient un « sanctuaire à miracles »189. En 1627, pour couper court aux rumeurs que « aucuns malveullans auroient déposé vers des personnes de grande qualité (insinuans que) aucuns désordres et desrèglements notables se commetteroient par eux », le Magistrat atteste solennellement « que depuis l’entrée desdits Pères en ceste dite ville, ils se sont toujours très honorablement comportez…, que ceste ville reçoit de tous notables services d’iceulx, voir aussy grands que pourrions attendre des plus réformez religieux qui font profession très exactes de rendre leurs vœux à Dieu »190. En 1630, l’évêque les autorise à se joindre aux Récollets, aux Dominicains et aux Capucins pour se partager et assurer les prédications de Carême et d’Avent dans les quatre églises paroissiales de la ville. Le Magistrat leur accorde 50 florins par an pour les défrayer de la représentation théâtrale que donnent leurs élèves191. En 1638 enfin, pour remplacer leur modeste chapelle, ils édifient une église qui leur coûte au moins 23 123 florins.

  • 192 Pour les acquisitions de biens immobiliers, voir en annexes le tableau que nous avons dressé à part (...)
  • 193 A.D.N. 47 H 11, fondation F. Braem ; 47 H 10, fondation Gilles Cardon. Le cartulaire les mentionne (...)

70La « réussite » des Augustins dans le milieu lillois est encore attestée par d’autres signes évidents. Celle-ci est d’abord une réussite matérielle. Grâce à des sources exceptionnellement bien conservées, on peut suivre pendant ces 60 années leurs acquisitions immobilières qui sont loin d’être négligeables. Ils se procurent ainsi au moins 41 maisons, la plupart situées autour de leur demeure rues de Jurie, du Pourcelet, de la Fosse et ils dépensent 72 580 florins pour 24 biens dont le prix est connu192. Les capitaux nécessaires à ces achats leur venaient des aumônes, des donations, des fondations qui ne leur manquaient pas. Pour s’en tenir aux plus importantes, mentionnons les 2500 florins légués en 1638 par François Braem, « licencié ès loix », moyennant la célébration à perpétuité d’une messe quotidienne pour le repos de son âme. En 1639, le marchand Gilles Cardon donne par testament 600 florins en demandant une messe de Requiem chaque vendredi à l’autel privilégié. En 1654, Jeanne de Reptain, veuve d’Étienne Cormoran, donne 1400 florins pour faire dire des messes193.

  • 194 Les contrats précisant ces dots figurent dans le Cartulaire, A.D.N, 47 H 2. Sur la présence de Nico (...)

71Ces ressources, les Augustins les tirent aussi des revenus fournis par les dots qu’apportent ceux qui font profession de foi. Or, et c’est une autre preuve du succès des Augustins, des Lillois entrent dans leurs rangs et notamment des fils issus de milieux très aisés comme le prouvent quelques documents. On trouve ainsi les noms de familles de marchands ou de rentiers tels les Robette, Smerpont, Le Pippre. Trois « recrues » méritent d’être mises en exergue. En 1642, entre comme novice Nicolas Imbert, fils de Nicolas, écuyer, seigneur d’Inglemaretz, qui, de 1637 à 1667 est 29 fois membre du Magistrat, et notamment 3 fois mayeur et 4 fois rewart. Il apporte une dot de 5000 florins produisant 250 florins de rente annuelle et son père s’engage à payer sa pension pendant les sept ans où il fera ses études. En 1644, les Augustins accueillent Paul Vendeville, fils de Gilles, marchand, qui donne 1600 florins pour sa dot et promet de lui payer cinq ans d’étude. Il est apparenté, en ligne collatérale, à Jean Vendeville qui avait été évêque de Lille en 1588. Enfin en 1665, entre chez les Augustins Wallerand - Philippe Hangouart, écuyer, seigneur de la Moussonerie, fils aîné de feu Wallerand, chevalier, seigneur du Belarbre. « Frère Alixe », comme il s’appelle désormais, apporte notamment une dot de 6000 florins194. Comme on le voit, les Augustins avaient su se faire apprécier des Lillois.

b) Les Carmes déchaussés

  • 195 On ne trouve pratiquement rien dans le fonds 80 H des A.D.N. sur les Carmes déchaussés. Les quelque (...)
  • 196 A.D.N, 80 H 1.

72Nous avons suffisamment évoqué les circonstances de l’introduction des Carmes déchaussés à Lille, en 1616, sur intervention personnelle de l’archiduc Albert pour qu’il ne soit pas nécessaire d’y revenir. Leur histoire est marquée par la malchance et par un relatif effacement. En effet, en 1624, deux ans après leur installation dans le couvent qu’ils avaient fait construire, celui-ci est détruit par un incendie et les religieux doivent se réfugier un peu partout en ville. Ils le réédifient, mais le 15 mai 1638 une importante partie des bâtiments est brûlée à nouveau. Leur église n’est pas rebâtie avant 1669195. Ces événements dramatiques expliquent sans doute partiellement le fait que les Carmes apparaissent rarement au premier plan. Mais cet effacement est également voulu. Hommes d’ascèse et de méditation, ces religieux priaient en silence. Ils veillent d’ailleurs à préserver celui-ci. En 1624, peu avant le premier incendie, leur visiteur, le Frère Paul Simon, demande « qu’ils ne fassent pas de processions à travers le cloistre ; celui-ci en effet est un lieu dédié au silence sacré ». Les visites se succèdent et toutes sont à l’image de celle de 1654 où le Frère Hilaire de Saint Augustin trouve chaque chose, « tam in spiritualibus quam in temporalibus, bene disposita »196.

c) Les Minimes

  • 197 Les sources sur les Minimes lillois ne manquent pas. Pour l’historique, voir 139 H 1, Cartulaire, F (...)
  • 198 A.D.N, 139 H 5, 13 nov. 1622. Le maître d’œuvre chargé de construire l’église fut Jean Vollant, pèr (...)

73Le 14 juillet 1618, le Magistrat permet aux Minimes de saint François de Paule de s’installer, à condition de ne pas être « onéreux » à la ville et l’abbé de Phalempin les héberge provisoirement dans son refuge. Bientôt un généreux donateur se manifeste : Jehan du Bosquiel, écuyer, seigneur des Plancques, le 9 août 1619, leur donne « toutte sa chocque de maisons, grandes et petites » située rue de la Barre, dans la paroisse Sainte-Catherine pour y « bastir ung cloistre et couvent avecq église et chapelle ». En 1621, les Minimes sont autorisés à figurer à la procession de Lille197. Entrés dans leur demeure, les religieux y font effectuer les transformations indispensables au milieu des difficultés financières. Le 13 novembre 1622, devant les « plaintes et clameurs ordinaires des pauvres ouvriers qui ont travaillé… depuis cinq ou six mois sans recepvoir argent », ils décident d’emprunter 2000 florins, car « il valloit mieux prendre de l’argent à rente que de laisser si longtemps en nécessité tant de povres gens qui n’ont pas de pain à manger, de peur d’encourir la tasche de ce péché qui crye vengeance contre le ciel »198.

  • 199 Ibidem, 7 nov. 1622.
  • 200 139 H 1, Cartulaire, Fo 44. En 1664, on permet aux Minimes de faire la quête « de bois », 139 H 9. (...)
  • 201 Ibidem, F° 56, 30 août 1624 et A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1125. La Gouvernance souhaitai (...)

74Pour « s’advancer en cette ville et attirer la dévotion du peuple à notre église », capitulairement assemblés les Minimes, décident « d’avoir des messes toutes la matinée… Commenchant depuis les six heures du matin… et de là, d’heure en heure, jusques à onze heures », et même de recourir temporairement, si nécessaire, à des prêtres séculiers pour les assurer199. Le Magistrat, qui ne les a pas autorisés à faire des quêtes publiques comme les autres ordres mendiants, (ils n’obtiendront cette permission qu’en 1678), leur permet toutefois de brasser eux-mêmes leur propre bière, « pour soustenir la pauvreté de leurs maisons »200. Pour assurer leur entretien, les Minimes obtiennent finalement « l’octroi » d’acquérir pour 3.000 florins de rente ; mais, à la demande expresse de la Gouvernance, 600 florins au maximum de ce revenu proviendront de biens fonciers ou d’immeubles201.

  • 202 Sur les donations Le Gillon, Prus, etc., voir le cartulaire 139 H.l, passim et 139 H.31. Parmi les (...)
  • 203 Du Père Baltazar d’Avila, on sait simplement qu’il naquit à Lille en 1591 d’une famille originaire (...)
  • 204 A.D.N, 139 H 8, passim.
  • 205 A.D.N, 139 H 32, donations.

75Les Minimes acquièrent certes quelques ressources avec l’entrée de Lillois dans leurs rangs. Ainsi, en 1625, Marie Le Gillon fait-elle don « inter-vivos » de la totalité des biens qui lui reviendront, compte tenu de l’entrée de ses deux frères au couvent. De même Catherine Prus donne-t-elle 2.000 florins pour Frère Clément Prus202. Mais à quelques exceptions près, dont la plus notable est celle de Baltazar d’Avila qui sera général de l’Ordre203, ils recrutent dans les milieux de l’artisanat et du commerce, et non dans les familles très aisées. Les Prus sont des sayetteurs ; François Amory, qui entre en 1630, est fils d’un brodeur, Hubert le Plat (1664), d’un « contrôleur des licences du roy », Philippe Grégoire (1671) d’un peigneur204. Ces religieux ont également obtenu les libéralités de filles pieuses apparemment issues des mêmes strates sociales médianes de la société. Parmi leurs bienfaitrices qui y élisent sépulture on trouve trois béguines, Marie de Zélandre, Marie Bourrelle, Jeanne d’Avila ou des filles non mariées, telles Marie et Michelle Parmentier ou Marguerite Le Febvre. Celle-ci, fille d’un procureur de la ville, demande à ses « frères et héritiers de ne se mescontenter de ces miens légats pieux, lesquels je fais aux R.P. Minimes, attendu que je n’y employé rien de plus que les mille florins que mes père et mère m’ont donné et ordonné, en considération des advantages qu’ils ont eu »…205.

Les couvents de religieuses à Lille sous la domination espagnole

Les couvents de religieuses à Lille sous la domination espagnole
  • 206 A.M.L, Aff. gén. C. 853.
  • 207 Le Père Simon Pourre publia ses Margaritae selectorum casuum conscientiae brevi methodo complectent (...)
  • 208 A.D.N., 139 H 5, passim.
  • 209 A.D.N., 139 H 8, 8 juin 1630.

76Cette réussite auprès d’une « clientèle féminine » éprise d’absolu s’explique assez bien. D’une part, les Minimes impressionnaient par leur ascétisme et leur spiritualité exigeante. Leur vie, rappelons-le, était un carême permanent puisque, comme ils le précisent eux-mêmes, « le poisson est leur unique aliment, sans pouvoir se servir de viande ny laitage »206. D’autre part ils étaient des prédicateurs et des confesseurs appréciés que ces filles choisissaient volontiers comme directeurs de conscience. Le Père Simon Pourré, auteur d’un ouvrage réputé intitulé « La fleur des cas de conscience », est désigné en 1657 comme l’un des confesseurs autorisés à absoudre les cas d’hérésie207. Ces ascètes, en effet, sont des intellectuels et des hommes de science. En parcourant des extraits de leurs délibérations on est frappé par l’importance qu’ils attachent à leur bibliothèque et à l’accroissement de leurs collections. En 1621, « comme il y a peu de Pères de l’Église dans la librairie », ils décident d’acheter toutes les œuvres de saint Bonaventure, ainsi qu’« une quantité de sermonnaires » ; en 1623, ils affectent 50 florins « pour grossir la librairie ». En 1628, ils donnent au couvent de Douai les œuvres de saint Augustin, « attendu que nous les avons encore une fois » ; en 1631, ils achètent un livre sur Tobie et un autre sur le décalogue, composé par Maître David de Mauden, doyen de Bréda, « pour la nécessité du prédicateur »208. Au total les Minimes, sans avoir les moyens d’action des Jésuites, des Capucins, des Récollets ou des Dominicains tiennent une place originale et non négligeable dans l’œuvre de christianisation entreprise à Lille et le Magistrat, en 1630, leur en donne solennellement acte. « Les Pères… se sont fidèlement acquitez de leurs promesses et ont en icelle ville conversé et vescu avec beaucoup d’édification du peuple qu’ilz ont porté à la vertu et piété chrestienne par leurs bons exemples et assiduité à l’administration des sacremens de confession et Eucharistie, prédication de la parolle de Dieu, visite et assistance des malades et affligez et telles autres exercices de piété »209.

3) Les religieuses.

a) Les contemplatives.

  • 210 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124, 1631.
  • 211 Ce registre ne figure pas dans le fonds des Annonciades aux A.D.N, mais dans le XIIe fonds des Arch (...)
  • 212 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124. Le Conseil privé ramène d’autorité le montant de la dot (...)
  • 213 A.M.L, Aff. gén. C. 858.

77De 1626 à 1628, s’installent donc à Lille, dans l’agrandissement réalisé au nord sur la paroisse de la Madeleine, cinq couvents de religieuses cloîtrées, Carmélites, Annonciades, Annonciades célestines, Capucines pénitentes, Urbanistes. Nous avons évoqué les circonstances de leur arrivée et les protections dont elles ont bénéficié. Bien entendu, ces nouveaux cloîtres se peuplent rapidement de Lilloises. En 1631, celles-ci sont près de vingt chez les Capucines, arrivées seulement depuis 1628210. Un des rares registres de « professions » qui ait été conservé, celui des Annonciades, montre que ces filles sont pour la plupart issues de milieux sociaux privilégiés ou aisés. On trouve notamment parmi elles, Catherine Hangouart, fille du seigneur d’Elcourt, Antoinette de Fourmestraux, Marie-Barbe Imbert, Marguerite-Agnès et Marie-Anne Hespel, dont les parents sont si souvent membres du Magistrat211. Ceci ne surprend guère puisqu’il fallait au moins 3000 florins de dot pour être admise dans ces couvents. En 1654, les Capucines se font même sévèrement tancer par le Conseil privé pour avoir exigé 6000 florins de Marie-Anne de Frémicourt, veuve de Joseph de Falas, de son vivant capitaine au château de Cambrai. Cette haute juridiction trouve que « de tels excez sont capables et disposées de causer des scandales et des mauvais exemples, par où la réception ès religions, chose en soy saincte et sacrée, passerait en espèce de commerce et de trafficque… »212. Rappelons d’ailleurs que le Magistrat de Lille s’opposait à l’introduction de la clôture dans certaines communautés qui n’y étaient pas soumises jusqu’alors pour « ne pas oster tout moyen de se faire religieuses à plusieurs honestes filles, non suffisamment dotées de moyens pour entrer ès cloistres fermées »213.

  • 214 A.D.N, 103 H et B.M.L. Ms 528, Fo 216.
  • 215 B.M.L, No 20.030 : Reigle des religieuses Annonciades et filles de la Vierge Marie... Lille, Toussa (...)
  • 216 B.M.L. Ms 528, Fo 208-209.

78Ces sœurs mènent une vie austère, parfois très dure, entièrement consacrée à l’office divin, aux prières, aux mortifications. Les appellations sont parfois trompeuses ; ainsi les Urbanistes sont surnommées « riches Claires » parce que leur communauté peut posséder des rentes et des revenus fixes, conformément à la règle approuvée par Urbain IV ; mais en vertu de celle-ci elles ne peuvent manger de la chair que trois jours par semaine et doivent observer de nombreux jours de jeûne214. Même rigueur chez les Annonciades qui tiennent chapitre tous les samedis pour « battre leur coulpe » ; cette réunion est qualifiée de « purgatoire des humbles religieuses ». Elles sont invitées « à garder closture non seulement au dehors, ains au dedans, à scavoir en ne permettant aucune chose vaine entrer par les fenestres des sens »215. La symbolique de leur habit leur rappelle en permanence qu’elles ont choisi pour modèle la Vierge Marie revivant la Passion de son Fils. « Elles sont vêtues de la livrée du Sauveur et de Notre-Dame, à scavoir d’une couronne de pourpre sous le voile noir, qui grave en teste la mémoire des cinq playes ; la robe grise marque là pénitence. Le scapulaire rouge en forme de croix sur la poitrine dénote la douleur ou compassion ; dessus, le manteau tout blan, l’innocence ; l’anneau de charité au doict, gage précieux de l’époux céleste »216. Quant aux Célestines, elles s’engageaient à ne « se laisser voir » par leurs parents que trois fois chaque année. Quelques années plus tard, comme nous l’avons vu, la famille franciscaine s’enrichit encore des Colletines tandis que des Dominicaines réformées viennent également s’établir.

b) Les Ursulines.

  • 217 Sur l’installation des Ursulines de Saint-Omer à Lille voir A.D.N, 149 H 1 et 3 et B.M.L. Ms 528, F(...)
  • 218 MM. de Chantal Gueudé, Histoire de Vordre des Ursulines en France, Paris, 1957, 2 vol., notamment t (...)
  • 219 Sur les problèmes de l’instruction chrétienne, voir le chapitre X.
  • 220 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp No 1125.

79La guerre, une fois de plus, est à l’origine de l’établissement des Ursulines à Lille puisqu’en 1638 celles de Saint-Omer s’y réfugient217. Par elles, les Ursulines lilloises se rattachent donc à la Congrégation de Paris et à ses Constitutions, de « tendance ignatienne »218. Ainsi pénètrent à Lille des religieuses qui se consacrent à l’instruction et à l’éducation des filles. Pour assumer cette fonction, il n’existait jusqu’alors dans la cité, comme nous le verrons, que des maîtresses d’écoles et des « filles dévotes », vivant en communautés « informelles » le plus souvent219. Elles s’acquittaient d’ailleurs de cette charge « avec succès », de l’aveu des Ursulines elles-mêmes. Mais celles-ci marquent tout de suite les limites de l’action des « filles dévotes ». « Telles escholes ne sont que pour un temps et subjectes au changement, ou par l’instabilité des filles qui changent de condition, ou par la mort ». Surtout ces petites écoles ne répondent pas aux besoins des élites sociales qui souhaitent voir se créer pour leurs filles une institution comparable aux collèges qui existent pour les garçons. Les Ursulines sollicitent donc l’autorisation de s’installer définitivement à Lille, car « elles ont esté grandement importunées à ce faire de la noblesse réfugiée en la ville de Lille depuis la guerre, du Magistrat, des marchands et principaux bourgeois »220.

  • 221 Ibidem.
  • 222 A.M.L, Reg. aux rés. No 283, F° 164, 23 nov. 1665.
  • 223 B.M.L, No 20.381, Règle de Saint-Augustin et Constitution des religieuses de Sainte Ursule de l’lns (...)

80À vrai dire, depuis leur arrivée à Lille, elles accueillaient déjà des fillettes qu’elles instruisaient gratuitement, et le Magistrat, en délivrant un avis favorable à leur installation en 1648, met en avant ces services rendus. « A esté trouvé… qu’elles ont faict des actions si bonnes et vertueuses, qu’elles se sont rendues agréables à tout le peuple, s’employant… aux bonnes instructions de la jeunesse du sexe féminin, tant au spirituel que temporel, tenans filles à tables et pensions assez courtoises, la pluspart d’honnestes familles, et s’applicquans à endoctriner gratuitement toutes autres qui se présentent pour apprendre à lire et à écrire »221. On ignore combien de fillettes elles accueillent, mais leur succès semble indéniable puisqu’en 1665, elles éprouvent le « besoing évident de s’eslargir », en raison de « l’abondance desdictes filles ». Le Magistrat les autorise à acquérir la maison du Sr Desplanques, voisine de la leur, « à charge néanmoins de ne pouvoir appliquer à leur usaige que le derrière d’icelle… et de faire maisons de louage à front de rue »222. Conformément à leur règle, les Ursulines astreintes à la clôture depuis les décisions de Paul V, vivaient séparées de leurs pensionnaires. Elles ne se bornaient pas à apprendre à leurs élèves à lire et à écrire, mais aussi « à coudre, lacer, faire des dentelles et diverses autres ouvrages », et elles leur enseignaient « la doctrine chrestienne »223.

81Les bonnes dispositions manifestées par le Magistrat envers les Ursulines s’expliquent aussi lorsqu’on parcourt le registre des « professions » faites dans ce couvent et les contrats établis à cette occasion. On constate que de nombreuses filles de nobles et de notables y ont pris l’habit. Citons quelques cas caractéristiques :

82En 1643, entrée d’Elizabeth Petitpas, fille de Guillaume, écuyer, seigneur de la Mousserie. Celui-ci a siégé 23 années au Magistrat entre 1627 et 1660 et il donne une dot de 3200 florins. Deux ans plus tard, il accorde la même dotation pour sa fille Claire Thérèse qui rejoint Elizabeth.

83En 1650, entrée de Marie de le Rachère, fille de Pierre, bourgeois et marchand. Dot : 3300 florins.

84En 1651, entrée de Catherine de la Rivière, petite fille de Jehan, chevalier, seigneur de Warnes, 23 fois membre du Magistrat entre 1634 et 1658, dont 9 fois mayeur, fille de Jehan, seigneur de Romblay près de Béthune. Dot : 3000 florins.

85En 1656, entrée d’Anne Françoise Van der Haer, fille de Arnould, chevalier, seigneur de la Bousserie.

86En 1658, entrée de Marie Jeanne de le Sauch, fille de Guillaume, qui lui aussi siégea au Magistrat. Dot : 3000 florins. Elle est rejointe par une de ses sœurs en 1666.

  • 224 A.D.N, 149 H 7, registre des professions des religieuses, (1645-1672) et surtout 149 H 9, dots et c (...)

87Ce ne sont que quelques exemples, et on pourrait en donner bien d’autres224. Manifestement de nombreuses filles originaires de l’élite sociale, sans doute anciennes élèves des Ursulines, ont été attirées par cette vocation de « Jésuite féminin ».

c) Autres communautés.

  • 225 Voir le chapitre consacré à la charité.
  • 226 A.H.L, XIIe fonds.
  • 227 A.D.N, 204 H 1 et B.M.L., Ms 528.
  • 228 A.D.N, 204 H 5.
  • 229 A.H.L, XIe fonds, et A.C.T., 3 M 3/5. La première prieure est Marie Preudhomme, originaire de March (...)

88Le nombre des religieuses à Lille s’accroît encore avec la création de nouvelles communautés de Sœurs hospitalières observant la règle de Saint-Augustin, dans de petits hôpitaux fondés par des bourgeois, fondations que nous étudierons plus longuement ultérieurement225. En 1633, apparaît la communauté de l’hôpital de la Charité, rue Notre-Dame, dont le noyau initial est constitué par deux ou trois religieuses venues de l’hôpital Ganthois226. La plus importante se crée à l’hôpital de la Conception Notre-Dame. 14 religieuses appelées « Bleuettes », s’y établissent sous la conduite de la mère Suzanne du Toît venue d’Armentières227. Les lettres que lui adresse son directeur spirituel, le Père Jérôme Dauwans, prieur des Brigittins de cette ville, révèlent une âme brûlée par « l’amour de Dieu, au service duquel vous êtes appelé par sa miséricorde », ayant une vie spirituelle intense228. Quant aux dix religieuses prévues à l’hôpital du Saint-Esprit fondé en 1650, elles n’entrent véritablement en fonction qu’à la fin de notre période229.

  • 230 A.D.N, 162 H et A.H.L, XXXIIe fonds.

89À côté de ces couvents existent quelques formes moins classiques de la vie religieuse. Il faut notamment mentionner que le genre de vie des béguines est perturbé par les conséquences de l’attaque menée par les Français sur Lille en 1641. Leur béguinage, qui comprenait 14 petites maisons groupées autour de leur chapelle dédiée à saint Sébastien, est détruit et elles doivent se réfugier dans une grande demeure située intra-muros. Nous savons par ailleurs que certaines d’entre elles étaient fort influencées par la spiritualité des Minimes230.

  • 231 Cor. du nonce Guidi di Bagno... op. cit., t. 1, p. 179 et A.M.L, C. 857.
  • 232 A.E. Mons, 1621, t. 252 et 1630, t. 254, in A.C.T., notes Pasture. Voir Pierre de Cambry, Abrégé de (...)

90Enfin il faut signaler l’existence de « recluses ». En effet, une ou deux femmes avaient choisi de mener une vie de solitude en étant perpétuellement enfermées dans un petit local situé le plus souvent à côté d’une église paroissiale. C’est le cas de Marie-Madeleine Hennegrave qui, après avoir mené cette vie à Bruxelles, avait souhaité la continuer à Saint-Étienne, sa paroisse natale. Finalement, en 1622, elle « se fait murer dans une cellule à côté de l’église de Sainte-Catherine ». Son local avait pour seule ouverture une fenêtre par laquelle elle recevait ses aliments, les sacrements et se confessait à un Capucin. Elle érige par la suite son « renclusage » en fondation, laissant 2000 florins, ses meubles et ses livres dans ce but. Effectivement lui succèdent Elizabeth Pochet en 1632, Barbe Masquelier en 1634 et Marie Becquart en 1648231. Nous savons aussi que vivait de la même manière, près de l’église Saint-André-lez-Lille, Jeanne de Cambry qui avait été auparavant chanoinesse des Près Porchains à Tournai et qui écrivit divers ouvrages232.

91La réforme des communautés religieuses anciennes, l’installation de nouveaux couvents, à la fois centres de vie spirituelle, d’apostolat et de rayonnement de la réforme catholique, représentent un fait majeur de l’histoire à cette époque. Ces créations révèlent que les gouvernants et les élites sociales étaient convertis au projet de christianisation de la société et assuraient les moyens matériels de ces réalisations. De même, la croissance des vocations religieuses est patente, car il ne se serait pas créé tant de communautés s’il n’y avait pas eu des hommes et des filles pour y entrer. Ces religieux et ces religieuses constituent un formidable potentiel pour l’œuvre apostolique à accomplir et nous allons effectivement les trouver « omni-présents » dans la cité.

Notes

1 Voir en annexes les tableaux que nous avons établis.

2 A.D.N., 130 H 150, lettre de Sylvius, professeur à l’Université de Douai.

3 Les fonds d’archives sont extrêmement pauvres sur le couvent des Récollets lillois. Sur les Dominicains, les documents ne manquent pas mais se rapportent surtout au temporel, acquis pour l’essentiel au Moyen Âge.

4 A.S. Vaticano, F.S. Congr. Concilio, V.L. Tournai, 1590.

5 A.D.N. 130 H 149. Les visiteurs de Comtesse sont traditionnellement l’abbé de Loos, un représentant du doyen de Saint-Pierre, et un du doyen de Saint-Piat à Seclin.

6 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585. Il ajoute dans sa déposition faite devant l’évêque Morillon : « auquel cas a esté grand abus signament les jours de professe, vesture, dédicasse et le jour du compte auquel... se trouve au soir les femmes et filles de messieurs et auditeurs de la Chambre et aultres et s’y font danses et aultres passetemps ».

7 Ibidem, déposition de la prieure Anne Séguier.

8 A.D.N., 183 H 9, 1628. Il s’agit des fêtes célébrées à l’occasion de l’Epiphanie, du Carnaval ou de la Saint-Martin.

9 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1625.

10 Ibidem, 1585.

11 A.D.N., 183 H 9, 1628.

12 A.D.N., 183 H 12, 1683 : griefs contre la prieure Yolente Bourgeois.

13 Les Madelonnettes avaient été fondées à Lille en 1481. Cette maison accueillait les « filles publiques repenties ». « Ces filles, dans leur première institution..., estoient laïques et libres de sortir de la maison quand elles vouloient ». En 1532, « à cause que, par faute de police et bon gouvernement desdites filles, ont cydevant audit lieu été faites et commises plusieurs deffautes et insolences », un règlement, pris par « concordat » entre l’évêque de Tournai et le Magistrat, les avait autorisées à « faire profession » ; mais « toutes, aussi bien professe que non, demouront et seront subjectes à la Visitation et garde des malades par ladite ville de Lille, de quelque sorte de maladie que ils soient entachées, soit de peste ou autre ». A.M.L., Aff. gén. C. 859. L’anecdote ici rapportée laisse également penser que la situation n’est pas non plus des meilleures chez les Dominicains.

14 A.C. Tournai, 3 K 5/6, déposition de Sœur Antoinette Leclercq, 1626.

15 A.D.N. 183 H 9, 1610.

16 Voir le tableau joint en annexes. En 1648, une lettre des députés des États de Lille évoque ces agissements. « La vérité estre que depuis trente à quarante ans, aians esté remarquez plusieurs désordres ès maisons de religion, chapitres, hospitaulx, et gens d’église à la distribution des vins par eulx rensérez, comme en faisans la vente au débit à toutes personnes indifféremment... » A.G.R. Bruxelles, Cons. privé, esp. n° 1192.

17 Les religieuses évoquent l’utilisation du vin comme antiseptique. « La consommation de vin a esté fort notable puisque pour la plaie d’un seul soldat il est besoin aucune fois d’un lot de vin par jour... » Le fermier des États déclare « redebvable ladite maison pour les vins encavés depuis l’an 1629 jusqu’en 1642, de 1500 florins », ibidem.

18 A.D.N. 101 H 2 ; nous reviendrons sur ce point en étudiant l’installation des Colletines.

19 A.D.N., 183 H 9, 1623.

20 Il poursuit dans le même esprit : « Nous ostons tous les anniversaires et obits fondez par les religieuses et nous voulons que pour toutes ces choses abusivement fondées et qui ressent de près la propriété, l’on chante un obit une fois l’année ». A.D.N, 130 H 150, 1644.

21 A.D.N, 183 H 12, 1607.

22 Ibidem. Sur la figure de proue qu’est Dom Vincent Longuespée, alors abbé de Loos, voir infra, chap. IX, 3e partie. Après la conquête française, Louvois semble avoir fort apprécié les charmes d’une religieuse de Comtesse et comme celle-ci va à Paris, il demande à l’intendant Le Peletier son adresse. Celui-ci, amusé, lui écrit : « nous sommes fort édifiés, Monsieur Courtin et moy, du soing que vous voulez prendre de la petite religieuse... » A. Lottin, « La fonction d’intendant vue par Louvois », in Mélanges Georges Mongrédien, Paris, 1974, p. 65.

23 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.

24 Ibidem, 1626. Le dossier comprend tous les interrogatoires des religieuses, comme en 1585.

25 Voir supra, chap. VI, 3e partie.

26 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192.

27 A.D.N., 183 H 12, 1607.

28 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, dépositions de Sœur Philippine de la Barge et de Marie Agache. Dom Delefosse relate qu’une mésaventure identique arriva à l’abbese d’Argenton près de Namur, au début du XVIIe siècle. Pardonnée par l’abbé de Citeaux, elle fut néanmoins déposée sur instance des Archiducs, après de nombreuses péripéties. B.M.L, Ms 153, F 100 et sq.

29 A.M.L, Aff. gén. C. 858, 1657.

30 A.H.L., XXVIe fonds, E. 2.

31 A.S. Vaticano, Fondo. S. Cong. Concilio, V.L. Tournai, 1648.

32 A.M.L, Aff. gén. C. 859, 1686.

33 A.D.N., 183 H 9.

34 A.D.N., 183 H 12, 1637.

35 A.D.N., 183 H 9, 1623.

36 A.C. Tournai, A K 5/6, 1585.

37 A.D.N., 183 H 12, 1638.

38 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.

39 A.D.N., 183 H 9, 1609.

40 Ibidem.

41 Il s’agit de sœurs Catherine du Retz, Isabeau Le Maistre et Yolente Bourgeois. En 1638, alors que cette dernière est devenue prieure, de jeunes religieuses déclarent : « Les proviseurs ont aussi retranché plusieurs grands bancquets et aultres superfluitez qui se faisoient tous les ans en la maison et ce à notre grand contentement ». A.D.N, 183 H 12, 1638.

42 A.D.N., 183 H 9, 1623.

43 A.D.N., 183 H 12, 1637. Cette prieure, Yolente Bourgeois, est une des trois religieuses qui réclamaient de pouvoir aller se confesser chez les Jésuites, au début du XVIIe siècle.

44 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, 1646.

45 A.D.N., 183 H 9, 1650, déposition du maître J. Vranx.

46 A.D.N., 183 H 150, 1643.

47 A.D.N., 183 H 9, 1617.

48 Ibidem, 1623.

49 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1626.

50 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192.

51 Voir supra, chap. V, p. 79.

52 A.D.N., 183 H 12, 1637.

53 A.D.N., 183 H 9, 1623.

54 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1192. Les malheurs de Sœur de la Barge ne s’arrêtent pas là. « À quatre heures, le maître la rencontre, la conduit jusques dans la cuisine de l’infirmerie, et là, ayant fait sortir les servantes, ferra les portes de la cuisine et commencha à la charger de coups de poing et puis prins la pelette de fer... il la blessa sur la grève de la jambe... » Trois ans auparavant, les mêmes s’étaient battus au grenier : « la déposante s’estante revanchez avec son ramon, il luy arracha son ramon et l’ayant jette par terre la frappa bien griesvement de le manche ».

55 A.C. Tournai, 3 K 5/6, 1585.

56 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1192, 1646.

57 Pour l’histoire des ordres religieux en général et de la réforme recollettine, se reporter au monumental ouvrage de P. Helyot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires... Paris, 1714-1719, 8 volumes, notamment au t. VII sur les Franciscains et à Ch. Rapine, Histoire générale de l’Ordre et progrès des Frères mineurs de Saint-François... Récollets, Paris, 1631. Sur la réforme du couvent de Lille, nous avons trouvé nos informations dans le Ms 528 de la B.M. de Lille. Dans sa visite ad limina de 1648, François Villain de Gand écrit : « Conventus item est Fratrorum Minorum sancti Francisa, ante laxioris vitae de observantia, sed modo Dei gratiae reformatorum seu recollectorum », A.S. Vaticano, Fondo S. Cong. Concilio, V.L, Tournai, 1648.

58 Sur les Récollets installés près des Clarisses, voir A.D.N. 101 H, notamment la chronique de Sœur Becquet, 101 H 2, F° 145. En 1663, les fonctions de ces dix membres sont les suivantes : « Un frère lay, un confesseur des Sœurs grises qui y chante la messe festes et dimanches et administre lesdites Sœurs, un ou deux quy vont prescher aux champs. Les six restans pour la grand’messe, scavoir trois à l’autel, et trois au cœur ». A.M.L, Aff. gén. C. 853, d. 5.

59 Sur les Dominicains lillois, nos informations proviennent essentiellement du Ms No 528 de la B.M. de Lille, de Ch.L. Richard, Histoire du couvent des Dominicains de Lille... Liège, 1781, qui en fait suit de très près le Ms de A. Cousin, Histoire chronologique du couvent des Frères Prêcheurs de Lille, (début XVIIIe), B.M.L, Ms 628. Pour la période médiévale, se reporter au T.E.R. de J. Marseille, Les Dominicains de Lille au Moyen Âge, T.E.R., 1967. En 1515, les Dominicains lillois durent adhérer à la congrégation de Germanie inférieure. Sur les exorcismes du P. Dooms chez les Brigittines, voir le chap. IX, 2e partie. L’appréciation du nonce Morra est extraite de A.S. Vaticano, F. Borghese 11-112, F° 367, 1618.

60 Pour réédifier leur église, les Dominicains avaient d’abord recouru « aux questes et aumosnes de gens de bien ». Mais en 1648, ils considèrent que c’est impossible de continuer dans cette conjoncture du temps et pauvreté et misère de ladite ville » et qu’ils sont contraints « de faire cesser les ouvrages » ; d’où l’affectation des taxes sur le tabac. Sur ce problème, voir A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124, qui contient d’intéressants renseignements sur la culture et l’usage de celui-ci. En 1658, par exemple, les Dominicains font observer que dix ans auparavant le tabac provenait de l’étranger, mais que depuis on l’a « par une industrie faict croistre en ces Pays-Bas », etc.

61 La série 183 H 9 aux A.D.N. contient les décrets et ordonnances des Visiteurs pour Comtesse.

62 A.C. Tournai, 3 K 5/6.

63 D’après une lettre de l’évêque François Villain de Gand, cette confusion n’existait pas deux siècles avant. « Cest hospital a esté administré passez deux cens ans, du temps de l’evesque de Filastre, par personnes distinctes... Mais par succession de temps, apparemment pour espargner le salaire de diverses personnes, le régime tant au spirituel que temporel a esté commis à une personne ecclésiastique que l’on nommoit maistre ». A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1192, 24 sept. 1648.

64 Ibidem. Extrait des aveux de Sœur Françoise Carlier : « a prié et supplié que pour le bien de l’hospital, messieurs les vicaires généraulx vouldroient faire en sorte que ny meistre, ny chapelain demeureroient ni mangeroient audit hospital avecq les religieuses ». Sœur Madeleine Amory présente la même requête.

65 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1192,19 sept. 1647. Le vicaire général a conseillé de limiter à trois ans, « pour esprouver sa conduite et façon de gouverner », la durée de son mandat.

66 Ibidem, 12 janvier 1650, lettre de l’évêque.

67 Les religieuses élisent Noël Monnart, religieux de Cysoing, que l’évêque ne reconnaît pas. Ce dernier considère également comme excessif le revenu annuel accordé au maître, et qui est estimé à 1400 florins.

68 Ibidem, lettre des religieuses du 7 janvier 1650.

69 Ibidem, et A.D.N. 186 H 4.

70 A.D.N., 130 H 50, 1644.

71 A. Cauchie et R. Maere, Recueil d’instructions aux nonces, op. cit.

72 A.M.L., Aff. gén. C. 858, lettre de la prieure au roi, 27 mars 1658.

73 Les chiffres avancés varient selon les sympathies de ceux qui les donnent : 6 d’après le Visiteur, 10 à 12 d’après la prieure, 17 ou 18 d’après les pétitions au Magistrat que nous avons retrouvées.

74 A.M.L., Aff. gén. C. 858, 1661, « déduction » pour la supérieure.

75 Ibidem. En 1647, alors que « les Sœurs noires et de la Madeleine n’estant suffisantes de solliciter tous les pauvres blessey et malades venuz en ceste dicte ville des sièges d’Armentières et de Comines, on a esté obligé de se servir des Sœurs grises, lesquelles se sont en grand nombre dignement acquittées de ce debvoir », (mémoire daté de 1658).

76 Le Magistrat ajoute qu’il sait, de source sûre, que « les Pères Récollets, depuis qu’ils tachent de l’introduire, ont ordonné à la Supérieure de n’admettre auculne religieuse à moins de 2000 florins ».

77 A.M.L., Aff. gén. C. 858, d. 3, 9 mai 1661.

78 A.M.L., Aff. gén. C. 858, lettre de Liège datée du 12 juillet 1662. Copie, signée Jean Bouvier, gardien du couvent des P. Récollets chez les pauvres Clarisses de Lille.

79 A.M.L., Aff. gén. C. 859, 1686.

80 Nous avons fait figurer, sur les plans dans ce chapitre, la localisation des anciennes et des nouvelles communautés.

81 Rappelons que nous ne comptons pas dans ce chiffre les béguines, ni les « Bons Fils », frères du tiers ordre franciscain qui arrivent en 1664 et ne sont pas, non plus, des religieux à proprement parler. Viendront s’y ajouter, sous la souveraineté française, les Carmes chaussés (1676) et les Sœurs de Saint François de Sales (1677).

82 Les chiffres de 1695 s’appuient sur les dénombrements de 1677, 1686 et 1695. (A.M.L., No 11.077 et Aff. gén. No 512 et 513). Pour quelques communautés, absentes du dénombrement, il faut restituer un chiffre approximatif. En revanche on ne dispose d’aucune source similaire pour 1588, et il faut se contenter d’une estimation reposant sur les divers documents que l’on possède.

83 B.M. Lille, Ms 528, F° 215.

84 A.p. Saint-Étienne, Reg. des marguilliers, 1658.

85 Le Magistrat de Béthune, pour justifier son refus d’accepter l’installation des Carmes déchaussés, avance des arguments qui résument assez bien ceux qui sont utilisés ailleurs. 1) La ville est déjà surchargée de couvents : « il y vat plus d’ung tierch de toutte la compréhension d’icelle ville quy n’est poeuplée que d’environ quattre à cincq cens mainsnaiges ». 2) Elle est « fort chargée de pauvres ». 3) Cette installation « feroit ung intérest notable aux aultres couventz ». Déjà les Récollets se sont plaints, ainsi que les autres mendiants, « prévoyans que ce sera une distraction de leurs aulmosnes ». 4) « La réception de tant d’ordres nouveaulx cause le divertissement des paroissiens arrière de leurs pasteurs et paroisses ». 5) Les Jésuites, en 1611, avaient voulu s’établir ; « voyans que le poeuple n’inclinoit à la réception », ils n’ont pas insisté malgré l’appui du Magistrat. Quelques uns sont néanmoins revenus depuis quelques mois. 6) L’établissement de nouveaux couvents provoque des destructions de maisons ; ainsi pour les Capucins, « il a fallu desmolir quattre maisons bien principalles... et aultres suivantes à diverses demeures ». A.G.R. Bruxelles, Audience No 1939, 14 sept. 1616.

86 A.M.L., Reg. aux rés. No 282, F° 164.

87 Cette conception est partagée par le Magistrat de Tournai qui, en 1666, accepte l’installation des Ursulines dans cette ville lorsqu’elles proposent clairement de fonder des écoles gratuites pour les jeunes filles ; B.S.H.L. Tournai, 1925, t. III, p. 333.

88 Nous l’avons vu en ce qui concerne les Sœurs grises ou les Repenties dans la première partie de ce chapitre. Nous soulignons cette expression importante.

89 Voir chapitre X, 2e et 3e parties.

90 A.D.N., 101 H 6, 25 juin 1663.

91 A.D.N., 80 H.

92 E. de Moreau, op. cit, p. 413. Le couvent de Valenciennes fut un des premiers à se réformer en 1624, mais Philippe Thibault rencontre bien des difficultés. (S. Bouchereaux, La réforme des Carmes en France et Jean de Saint-Samson, p. 431 et sq). Une lettre que nous avons trouvée à Bruxelles se fait l’écho de cette tentative. « Le R.P. provincial a aussi donné permission de pouvoir mettre dehors de leur couvent ceux qui seroient moins propre à ceste observance et admettre des jeunes gens qu’ils jugeroient à ce idoines et capables ». (A.G.R. Bruxelles, Audience, 2042/3, 22 août 1623). Il faut attendre le provincial Martin de Hooghe, en 1637, pour voir la réforme s’étendre aux Pays-Bas. Il n’y a pas de couvent de Carmes chaussés à Lille avant 1676, mais ceux d’Arras avaient tenté de s’installer à Loos. A.D.N., 47 H 2, « actes d’opposition des ordres mendians de ceste ville contre les Carmes d’Arras », 2 août 1633. En 1662, ils présentent une requête à Madrid. « Le gouvernement donnera son avis, après avoir entendu à ce sujet le Conseil d’État. Le Roi veut qu’on évite autant que possible l’érection de nouveaux couvents ». (H. Lonchay, Corr. d’Espagne au XVIIe siècle, t. 6, p. 734).

93 A.G.R. Bruxelles, Audience n° 1939, 1615.

94 Ibidem, No 1931/1, 24 juillet 1616.

95 Ibidem, 6 août 1616.

96 « Sur proposition du comte d’Annapes, en son nom et celui de leurs AASS,.., que les religieux de l’ordre des Carmélites déchaux estoient pour le présent fort estroitement logez et que se présentoit la commodité de les placer au nouvel agrandissement... », un terrain leur est accordé, A.M.L, Reg. No 280, F° 41, 5 sept. 1619.

97 « Ils s’y logèrent l’an 1623 ; ils ont un très beau terrain, maison et église, mais deux ans après ils ont eu le malheur d’estre bruslé sans qu’on put sauver aucun quartier du couvent. Les religieux et bourgeois ouvrirent à l’envie leurs collèges couvens et maisons, mesme le Roy son palais, pour recevoir les pauvres Carmes deschaussez ; depuis, la charité inépuisable de cette riche ville fit renaistre leur monastère de ses cendres ». Le 15 mai 1638, une grande partie fut brûlée pour la seconde fois. L’église est rebâtie en 1669. (B.M.L., Ms 528, Fo 101).

98 Sur les Carmélites, voir A.G.R. Bruxelles, Audience 2028/2 et B.M.L, Ms No 528.

99 J. Gousselaire, le moine-chroniqueur de l’abbaye de Loos, nous dit qu’elles pensèrent s’établir en 1602 à Loos. (A.G.R. Bruxelles Ms 19.372, F° 104).

100 Le chroniqueur écrit : « La mère Ancelle, Jeanne de Gand de Villain de Rassenghien, sœur de l’illustrissime évêque de Tournai, fut le premier moteur, et trois autres religieuses avec elles arrivèrent à Lille »... le 10 avril 1628. Leur chapelain, lorsqu’il sollicite une exemption de certaines taxes, précise que cette faveur « seroit très agréable à Monsieur le gouverneur, nepveu à la mère Ancelle du couvent ». A.M.L. Reg. aux rés. No 281.

101 B.M.L, Ms 528, F° 193.

102 A.M.L, Reg. 281, Fo 262 vo.

103 A.D.N., 101 H 2. On retrouve les noms de la plupart des personnes citées dans le tableau donné en annexes du chap. IV.

104 Jean le Vasseur notamment fut dix fois mayeur. Il avait épousé Antoinette Déliot, fille de Guillaume. Veuf, sans enfants, il fonda la Chartreuse de La Boutillerie près de Fleurbaix.

105 B.M.L, Ms 528, Fo 194.

106 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124, 5 juil. 1631. Peu après la mort de l’archiduchesse, le roi avait demandé d’enquêter pour savoir si tous les nouveaux cloîtres avaient obtenu la permission légale de s’installer.

107 A.M.L, Aff. gén. C. 858,1658. En 1490 en effet, les Sœurs grises qui n’avaient pas voulu devenir Clarisses avaient réussi à ouvrir un nouveau couvent grâce à la protection du Seigneur de Roubaix et de sa femme, puis de Jacques de Luxembourg. (B.M.L, Ms 528, F° 159).

108 La réception des Carmélites, le 14 oct. 1626, se fait « en présence d’une infinité de peuple qui estoit accouru à ce spectacle, ravi et contens de posséder en leur ville de si saintes religieuses », tout au moins selon le chroniqueur. (B.M.L, Ms 528, F° 179-180).

109 A.G.R. Bruxelles, Audience No 1939, 29 août 1615.

110 Ibidem, juillet et août 1616.

111 Ibidem, Audience No 2028/2, 25 sept. 1626.

112 A.D.N., 102 H 1, 10 avril 1655.

113 Ibidem.

114 Donnons encore un exemple. En 1627, éclate un conflit entre les Carmélites et un sieur Ferret qui refuse de vendre « quelques siennes maisons. S’est iceluy en ce fait démonstré obstiné, avecq peu de raison avecq offre de cincq cens florins de proulfict par dessus le prix de son achapt... ou bien, et à son choix, luy furnir la somme de noeuf mille cincq cens l.p. une fois, au lieu de sept mille trois cens. S’est roidy de plus avecq sa femme, soustenans fermement que l’on ne les pouvoit contraindre à vendre leur bien ». Le Conseil privé commande de l’y obliger ; A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. n° 1124, 11 septembre 1627. Voir également, en annexes, le tableau des acquisitions immobilières des Augustins.

115 En 1613 à Orchies, Récollets et Augustins, réunis cette fois, se dressent contre une éventuelle introduction des Capucins. A.E. Mons, 8 septembre 1613 t. 272, A.C.T. Notes Pasture.

116 A.E. Tournai, Fonds ancien diocèse de Tournai, No 78, 23 mai 1634.

117 Ibidem, 28 octobre 1634.

118 B.R. Bruxelles, Ms 19.372, Fo 104.

119 A.E. Tournai, Fonds diocèse de Tournai, No 78., rapport de Michel Montar, pasteur de Lomme, janvier 1635.

120 Ibidem, lettre de Bauduin Gohier, pasteur de Loos, à l’évêque.

121 B.R. Bruxelles, Ms 19372, F° 104 vo. Pour l’administration de la chapelle proprement dite, l’abbé obtint gain de cause par une commission de mise de fait de la Gouvernance le 16 mars 1635 et une sentence du Conseil de Flandre du 23 février 1647, confirmée par le Grand Conseil de Malines le 25 déc. 1647. Dès lors les comptes de la chapelle se rendent devant l’abbé de Loos.

122 A.M.L., Reg. aux rés. No 281, Fo 258 vo, 19 janvier 1652.

123 A.M.L., Reg. aux rés. No 282, F° 5, 28 avril 1653. Leur résidence étant « très incommode en sa situation, veu que les marchez de bestes se font toute l’année au devant d’icelle », le Magistrat en 1663 les autorise à louer la maison du Sr Brimes rue des Malades, mais précise que si elles l’achètent, il leur faudra vendre l’autre.

124 B.M.L., Ms 528, Fo 233 et sq. Sainte-Austreberthe est un couvent de Bénédictines.

125 Ibidem.

126 Toutefois Sœur Becquet, dans sa chronique, rapporte que leur confesseur, Frère Mathey « leur dit ; vous vous en repentiré ». A.D.N. 102 H 1.

127 Rue des Malades. Mr de Tramecourt s’était offert comme caution.

128 Michel Hangouart, écuyer, seigneur de Plouich, Piètre, Antreuil, La Madeleine, est né à Aubers en 1621, a été créé chevalier le 10 mai 1640, est bourgeois de Lille par relief le 30 décembre 1641, grand bailli des États de Lille, Douai, Orchies. Il est fait baron d’Avelin le 1er août 1640. Le seigneur d’Ennetières, baron de Berlière, maître des comptes, devient président de la chambre des Comptes de Lille et est un des quatre commissaires au renouvellement de la Loi pendant cette période. Il est l’oncle de Jean De la Rivière alors mayeur. (Voir supra, chapitre IV).

129 A.D.N. 102 H 2, lettre de l’abbesse Jeanne Blondeau.

130 A.D.N, 102 H 2, lettre du P. Marchant, datée de Gand du 4 février 1650.

131 B.M.L. Ms 528, F° 44.

132 Les riches Claires, ou Urbanistes, se distinguaient précisément des pauvres Claires ou Clarisses parce que leur règle leur permettait d’accepter des fondations. Les secondes devaient vivre uniquement de la charité publique.

133 A.D.N. 102 H 2, 1650.

134 A.C. Tournai, Reg. 411.

135 « Le plus mémorable fut qu’elle deschargea la maison d’une grande quantité de fondations, d’obits et messes dont on estoit chargez... afin de tant plus purement observer la sainte pauvreté qu’avons voué à Dieu, nous disnuant de telle subside et appuy car iceux portoient plus de mille trois cents livres par an ». A.D.N. 101 H 2, Fo 169. Chronique de Sœur Becquet.

136 B.M.L., Ms 528, F° 46.

137 A.M.L., Aff. gén. C 851 d 2, 23 juillet 1654.

138 B.M.L. Ms 528, F° 248.

139 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.

140 A.D.N. 102 H 1, 10 avril 1655. De surcroît, les Clarisses et leurs confesseurs ont l’impression d’avoir été bernés. En effet, en 1653-1654, les Récollets de la province de Saint-André avaient déclaré « que si les R.P. de la provice de Flandre veulent promettre de bonne foy d’empescher les Annonciates de Béthune réfugiées à Lille et toutes autres religieuses de leur Province de s’establir..., les susnommez promettent faire de mesme de leur part au regard des pauvres Clarisses du Viel Hesdin ». Chacun avait promis, avec la suite que l’on connaît.

141 A.D.N. 102 H 1.

142 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.

143 Les Clarisses protestent parce que les Collettines ont « depuis quelque six à sept mois en cha, faict encomencher ung battiment notable, le continuant actuellement présente à effect de servir par bas de réfectoire, cuisine et chambre des malades, et par dessus par dortoir ». Le 25 octobre 1685, l’église des Collettines est consacrée. A.D.N. 102 H 1.

144 A.D.N. 101 H 2, F° 163.

145 A.D.N. 102 H 6, 24 octobre 1661.

146 H. Platelle Les chrétiens... op. cit, p. 217-242, a publié le récit des miracles intervenus chez les Clarisses, mais sans les situer dans le cadre du conflit que nous venons d’évoquer.

147 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124.

148 Sur la notion d’estime sociale et le concept de société d’ordres, voir les travaux de R. Mousnier, et notamment, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, P.U.F. 1969.

149 Sur l’implantation de la Compagnie de Jésus aux Pays-Bas, l’ouvrage essentiel est celui de A. Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas, Bruxelles, Lamertin, 1926, 2 vol. Voir également les notices « Flandro-belge » et « Gallo-belge » dans P. Delattre, Les établissements des jésuites en France, 5 vol., Enghien. Pour Louvain et Tournai nous citons deux dates, la première correspond à la première venue dans la cité, la seconde, à l’établissement définitif. Pour les problèmes généraux d’implantation, à titre comparatif, voir M. Venard, « Y a-t-il une « stratégie scolaire » des Jésuites en France au XVIe siècle ? » dans l’Université de Pont à Mousson et les problèmes de son temps, Nancy, 1974, p. 67-86.

150 Bernard Olivier était né en 1523 à Antoing (province actuelle du Hainaut) dans une famille de riches brasseurs. Sa biographie a été écrite par Paul Debuchy, S.J., Le Père Bernard Olivier, Antoing, 1911.

151 A.S.J. Rome, Epist. Germ. t. VII, p. 307. Lettre du P. Coster en date du 31 août 1566.

152 Sur les difficultés économiques et sociales de cette période, voir le chapitre II.

153 A.S. Vaticano, Fondo S. Congr. Concilio, V.L. Tournai, 1590.

154 Cité par A. Poncelet, op. cit, vol. 1, p. 356. En 1573, un mémoire signé par les Pères Schilman, Coster, Eleuthère Dupont et Maxime de la Chapelle, protestait contre ces exigences financières. « La réputation de la Compagnie est en jeu... Déjà on nous accuse d’être intéressés et avides de biens temporels et nos amis eux-mêmes s’étonnent que nous semblions avoir plus à cœur l’ampleur d’une dotation que le salut et l’utilité du prochain », Ibidem, p. 357.

155 A.S.J. Rome, Fl-Belge, t. 50, Fo 72.

156 Le Père Guillaume Hangouart est né vers 1549 à Lille ; il est le fils de Philippe Hangouart, reçu bourgeois de Lille par relief en 1546, échevin en 1547, receveur général des aides à Lille, conseiller de Charles Quint. Sa mère est Guillemette de le Flye, fille de Jean, seigneur d’Ennevelin. (Denis Du Péage, Recueil de généalogies lilloises, op. cit. p. 1194). Philippe Frémault est né à Lille vers 1554 et entre dans la Compagnie de Jésus en 1569 ; il meurt en 1641. Il est issu d’une famille de « marchands ».

157 Ce fait est mentionné par le P. Letierce dans un manuscrit consacré au collège de Lille et conservé aux archives de la province de Champagne de la Compagnie de Jésus.

158 A.M.L., No 15.925, Reg. aux mémoires, juillet 1590.

159 Pour la catéchèse des enfants à l’école dominicale, voir le chap. X.

160 A.M.L., Titres, p. 179/3833 et Aff. gén. C. 855 d. 1. Sur l’école latine publique ouverte en 1535 et située en face de l’église Saint-Maurice, voir le chap. X, lre partie.

161 Le Père Jean Herreng est né à Lille, le 24 juin 1562, dans une famille dont les membres ont siégé au Magistrat. Recteur du collège de Lille de 1596 à 1612 et de 1629 à 1635, il est provincial de la « gallo-belge » de 1612 à 1619 et de 1623 à 1627 et recteur du collège de Douai de 1619 à 1622. Il meurt dans sa ville natale le 16 avril 1645. Il a notamment incité le riche marchand, Barthélémy Masurel, à fonder un Mont de Piété « à l’italienne ». A.P. Ch. S.J, Lille, Nécrologie.

162 Voir infra, chap. VIII et le tableau joint en annexes de ce chapitre.

163 A.M.L. Reg. rés. No 279, Fo 92.

164 Ces impôts avaient été préalablement « mis sus » pour payer les frais de « l’entrée joyeuse » des Archiducs et ils sont ensuite affectés « pour l’érection et bastiments de l’église, maison et collège de la Sochiété de Jhésus ». Les comptes des recettes sont conservés de 1607 à 1633, A.M.L. No 2489 à 2512. Lors de certaines difficultés, telle la grande épidémie de peste de 1617, le produit de ces impôts est provisoirement affecté au soulagement des pestiférés ou des pauvres.

165 A.G.R. Bruxelles, Audience No 1946/3. Mahieu Manteau écrit dans sa chronique que les armoiries des Archiducs étaient gravées sur la pierre et que dessous celle-ci « furent 3 albert d’or, vaillables de 5 florins chacune pièce, lequel fut mis pour l’advancement de la récréation des ouvriers de machon », Mahieu Manteau, chron. p. 96. La première pierre de l’église fut bénite par Jean Richardot, évêque d’Arras.

166 Mahieu Manteau, dans sa chronique, relate assez longuement ces cérémonies.

167 Ce dessin, figure dans le Ms No 678 de la B.M.L. ; nous en reproduisons une photographie. Église et collège furent réédifiés au XVIIIe siècle : ce sont actuellement l’église Saint-Étienne et les services de la préfecture.

168 La province belge devenue trop vaste est donc divisée en « flandro-belge », dont le siège est à Anvers, et en « gallo-belge ». Sur les circonstances et les conditions de cette division administrative, voir A. Poncelet, op. cit. p. 429-433. Celui-ci, p. 394, donne le chiffre de 500 élèves pour le collège de Lille, qui ne comprend pas de classe de philosophie. Seule, dans cette province, celui de Douai en comprenait une.

169 La présence du Père G. Hangouart au collège de Lille n’était d’ailleurs pas de tout repos pour le Père Herennius.

170 Le Magistrat avait notamment prêté 10.000 florins aux Jésuites en 1593 (A.M.L., Reg. aux rés. No 278, F° 184), et à nouveau 10.000 florins en 1601. (Ibidem, No 279, F° 61). Sur la remise d’une partie de ces prêts, voir A.M.L, Aff. gén. C. 855, d. 7.

171 A.M.L., Reg. aux rés. No 280, F° 186 vo, 1627.

172 P. Delattre, Les établissements... op. cit, t. 2, col. 1191.

173 A.M.L. Aff. gén. C. 855.

174 Cette liste manuscrite établie par le P. Debuchy à partir du Nécrologe nous a aimablement été communiquée par le Père H. Beylard, archiviste de l’actuelle province de Champagne. Elle va de 1612 à 1773 et répertorie 322 Jésuites originaires de Lille. On peut considérer que beaucoup de Pères nés dans cette cité sont morts dans la province gallo-belge car la tradition voulait qu’on envoie les anciens finir leurs jours dans « leur » province.

175 Le Père Nicolas du Toit est né à Lille le 28 nov. 1611, de Jean du Toit et de Marguerite Pouvillon ; il était entré au noviciat en 1630 à Tournai. En 1671, il est supérieur général des réductions au Paraguay et il meurt en 1685. On lui doit l’Historia provinciae Paraguaniae Societatis Jesu, authore P. Nicholao del Techo... Liège, 1673. On peut citer également un autre missionnaire au Paraguay, le Père Pierre de Marcq, né à Lille le 30 août 1611, de Guillaume, riche marchand de vins, et de Gérardine des Maretz.

176 Pour les Jésuites décédés dans la province gallo-belge, la répartition des entrées par décennie est la suivante :
1600-1609 : 19
1610-1619 : 44
1620-1629 : 38
1630-1639 : 22
1640-1649 : 13
1650-1659 : 27
1660-1669 : 23
1670-1679 : 21
1680-1689 : 16
1690-1699 : 17

177 Les professions des parents des Pères citées sont : « marchand » : 5 fois ; sayetteur : 3 fois ; tondeur de grandes forches (grands ciseaux) : 2 fois ; receveur d’hôpital, receveur général des aides de la ville, tonnelier, apothicaire, chaussetier, passementier : une fois.

178 Chiffres cités d’après les lettres annuelles envoyées à Rome, A.P. Ch. S.J. À partir de 1643 un certain « gonflement » des effectifs est dû à la présence de « réfugiés », donc aux conséquences de la guerre.

179 On retrouvera la plupart de ces thèmes développés dans la suite de notre étude.

180 Aucun document sur le XVI-XVIIe dans le fonds 90 H des A.D.N. Il faut se contenter de renseignements glanés dans B.M.L., Ms 528, A.M.L. Aff. gén. C. 851, A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1101, et dans la compilation de P. Hildebrand, De Kapucijnen in de Nerderlanden en het Prinsbisdom Luik, Anvers, 1945-1956, 10 volumes. Le même auteur a publié un petit résumé en français intitulé Les Capucins en Belgique et au Nord de la France, Anvers, 1957, 250 p., illustrations.

181 Mahieu Manteau, chron. p. 53, 56 et 57.

182 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capucins de la province de Paris dans la France religieuse du XVIIe siècle, Thèse de doctorat ès lettres, Paris, 1977, 3 vol. p. 55 et 199.

183 Les tableaux représentant « La Vierge à l’enfant avec Saint-François » et « Saint François et Saint Bonaventure », ainsi que la « Descente de croix » sont au Musée de Lille. Nous joignons une reproduction de celle-ci.

184 J. Mauzaize, op. cit. p. 833, rappelle que les Capucins enseignaient à leurs novices que « la seule mémoire de Jésus-Christ mourant et souffrant est suffisante pour arriver à la pratique de toutes les vertus qu’on vit reluire en ce divin exemple ».

185 Sur l’œuvre et l’action des Capucins, nous renvoyons aux chapitres suivants, notamment à celui où nous étudions les dévotions.

186 Sur les conditions de l’installation des Augustins à Lille, voir B.M.L, Ms 528 et A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124. De Jacques Morel, on sait simplement qu’il était bourgeois de Lille. Nous évoquerons ultérieurement la maison des Hibernois. Le 18 mars 1632, Philippe IV à l’issue de la « recherche » menée sur les circonstances de l’établissement des nouveaux couvents aux Pays-Bas, accorde aux Augustins, « de pouvoir continuer leur demeure et résidence audit couvent en nostre ville de Lille », A.D.N. 47 H 2, Fo 76.

187 Mahieu Manteau, chron. p. 49.

188 A.D.N. 47 H 2, Fo 22 à 25.

189 Sur le culte de Notre-Dame de Miséricorde, voir infra le chapitre sur les dévotions. H. Platelle, Les chrétiens, op. cit, p. 113 et sq. a publié les récits de miracles qui y sont survenus.

190 A.D.N. 47 H 2, F° 51, 15 juin 1627. E. de Moreau, op. cit, p. 415, signale que la province flandro-belge est la plus florissante de l’ordre. Elle compte 600 membres en 1625 et le chapitre général l’appelle « le séminaire des autres provinces ».

191 Ordonnance de l’évêque de Tournai « sur le tour des stations » en date du 26 août 1630, A.D.N. 47 H 2, F° 69. Nous avons joint la reproduction de la vue du couvent des Augustins de Lille figurant dans la Flandria illustrata de Sanderus, p. 132.

192 Pour les acquisitions de biens immobiliers, voir en annexes le tableau que nous avons dressé à partir du Cartulaire conservé aux A.D.N, sous la côte 47 H 2.

193 A.D.N. 47 H 11, fondation F. Braem ; 47 H 10, fondation Gilles Cardon. Le cartulaire les mentionne ainsi que quelques autres. Lorsque les Clarisses ont abandonné les leurs, une partie est allée aux Augustins, une autre à l’église Saint-Maurice.

194 Les contrats précisant ces dots figurent dans le Cartulaire, A.D.N, 47 H 2. Sur la présence de Nicolas Imbert au Magistrat, voir le tableau publié en annexes du chapitre IV. On trouve dans le Recueil de généalogies lilloises... de Paul Denis Du Peage, la généalogie des Vendeville (t. 2, p. 625), et celle des Hangouart, (t. 4, p. 1196). L’auteur ne mentionne pas les entrées de Paul Vendeville et de Wallerand Hangouart chez les Augustins.

195 On ne trouve pratiquement rien dans le fonds 80 H des A.D.N. sur les Carmes déchaussés. Les quelques informations que l’on possède sur eux viennent de B.M.L., Ms 528, de la chronique de Mahieu Manteau, et d’A.G.R. Bruxelles, Audience, 1939.

196 A.D.N, 80 H 1.

197 Les sources sur les Minimes lillois ne manquent pas. Pour l’historique, voir 139 H 1, Cartulaire, F° 4 à 6 et B.M.L, Ms 528, Fo 103-105. Sur l’ordre des Minimes en France, se reporter à P.J.S. Whitmore, The Orders of Minims in XVII th century France, La Haye M. Nijhoff, 1967, 367 p.

198 A.D.N, 139 H 5, 13 nov. 1622. Le maître d’œuvre chargé de construire l’église fut Jean Vollant, père de Simon qui dirigea tant de travaux à Lille sous Louis XIV. Rappelons que parmi les 4 péchés qui « crient vengeance au ciel » figure effectivement « le refus de payer aux ouvriers le salaire qui leur est dû » (Catéchisme de Canisius, romain, de Bellarmin, etc.).

199 Ibidem, 7 nov. 1622.

200 139 H 1, Cartulaire, Fo 44. En 1664, on permet aux Minimes de faire la quête « de bois », 139 H 9. L’autorisation de quêter leur est donnée en 1678, 139 H 1, F° 93.

201 Ibidem, F° 56, 30 août 1624 et A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1125. La Gouvernance souhaitait que les Minimes acquièrent seulement des titres de rentes, « considéré le grand nombre des terres que y a en ceste chastellenie affectées aux collèges, chappitres et aultres gens de main-morte ».

202 Sur les donations Le Gillon, Prus, etc., voir le cartulaire 139 H.l, passim et 139 H.31. Parmi les biens donnés par les Le Gillon figuraient un manoir et des terres à Gondecourt, Allennes, Annœulin, etc.

203 Du Père Baltazar d’Avila, on sait simplement qu’il naquit à Lille en 1591 d’une famille originaire d’Espagne. Chanoine de Saint-Pierre, il refuse la prévôté du chapitre et entra chez les Minimes. De 1649 à 1665, il fut général de l’Ordre ; il revint mourir dans sa ville natale le 2 février 1668. En 1667, il publia à Lille, chez N. de Rache, un « Manipulus Minimorum, ex regulari Summorum Pontificum, Sacrarum Congregationum, et ipsius ordinis agro collectus ».

204 A.D.N, 139 H 8, passim.

205 A.D.N, 139 H 32, donations.

206 A.M.L, Aff. gén. C. 853.

207 Le Père Simon Pourre publia ses Margaritae selectorum casuum conscientiae brevi methodo complectentis difficiliores fere omnes... en 1652, chez I. et N. de Rache, in-16, 472 p. L’ouvrage, traduit en français, paraît l’année suivante chez les mêmes éditeurs sous le titre « La fleur des cas de conscience ». La B.M. Lille possède l’édition latine, No 21.214. Pour l’autorisation d’absoudre les cas d’hérésie accordée au P.S. Pourré, voir 139 H. 13, 1657.

208 A.D.N., 139 H 5, passim.

209 A.D.N., 139 H 8, 8 juin 1630.

210 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124, 1631.

211 Ce registre ne figure pas dans le fonds des Annonciades aux A.D.N, mais dans le XIIe fonds des Archives hospitalières (Hôpital de la Charité) qui contient des documents sur les Annonciades ; A.H.L, XIIe fonds, H. 10.

212 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp. No 1124. Le Conseil privé ramène d’autorité le montant de la dot à 3000 florins.

213 A.M.L, Aff. gén. C. 858.

214 A.D.N, 103 H et B.M.L. Ms 528, Fo 216.

215 B.M.L, No 20.030 : Reigle des religieuses Annonciades et filles de la Vierge Marie... Lille, Toussaint Le Clercq, 1644, 274 p.

216 B.M.L. Ms 528, Fo 208-209.

217 Sur l’installation des Ursulines de Saint-Omer à Lille voir A.D.N, 149 H 1 et 3 et B.M.L. Ms 528, Fo 223.

218 MM. de Chantal Gueudé, Histoire de Vordre des Ursulines en France, Paris, 1957, 2 vol., notamment t. 1, chapitre IV, et t. 2, p. 122.

219 Sur les problèmes de l’instruction chrétienne, voir le chapitre X.

220 A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp No 1125.

221 Ibidem.

222 A.M.L, Reg. aux rés. No 283, F° 164, 23 nov. 1665.

223 B.M.L, No 20.381, Règle de Saint-Augustin et Constitution des religieuses de Sainte Ursule de l’lnstitut de Bourdeaux, Lille, Nic. de Rache, 1660, p. 7 et p. 108.

224 A.D.N, 149 H 7, registre des professions des religieuses, (1645-1672) et surtout 149 H 9, dots et contrats de profession, (1640-1767). Sur les principaux membres du Magistrat, voir le tableau en annexes du chapitre IV. La date citée est celle de l’entrée comme novice ; la profession intervient deux ans après. Signalons également les entrées de filles de « marchands » : Antoinette Farvacques en 1651, Marie-Madeleine Wicart en 1652, qui apporte 4500 florins de dot, en 1661 Agnès Le Febvre, fille de Pierre, marchand à Tourcoing et de Jeanne de Surmont, rejointe par sa sœur Marie Madeleine en 1663..., etc.

225 Voir le chapitre consacré à la charité.

226 A.H.L, XIIe fonds.

227 A.D.N, 204 H 1 et B.M.L., Ms 528.

228 A.D.N, 204 H 5.

229 A.H.L, XIe fonds, et A.C.T., 3 M 3/5. La première prieure est Marie Preudhomme, originaire de Marchiennes.

230 A.D.N, 162 H et A.H.L, XXXIIe fonds.

231 Cor. du nonce Guidi di Bagno... op. cit., t. 1, p. 179 et A.M.L, C. 857.

232 A.E. Mons, 1621, t. 252 et 1630, t. 254, in A.C.T., notes Pasture. Voir Pierre de Cambry, Abrégé de la vie de Dame Jenne de Cambry, Tournai, Veuve Adrien Quinqué, 1663. Jeanne de Cambry pour sa part a écrit un Traité de la réforme des abus du mariage. Tournai, Veuve Adrien Quinqué, 1655.

Table des illustrations

Titre Les couvents de religieux à Lille sous la domination espagnole
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Ce dessin à la gouache figurant dans la carte de Buzelin et collé dans le Ms n° 678 de la B.M.L., est une des seules vues que nous possédions du splendide collège que le Magistrat de Lille fit construire à ses frais pour les Jésuites ; il brûla en 1740.
Crédits (Cl. BML).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre A. Sanderus, dans sa « Flandria illustrata », a représenté le couvent et l’église des Augustins dans laquelle était installée la statue de N.-D. de Miséricorde.
Crédits (Copyright Bibliothèque royale Albert 1er, Bruxelles, Ms. 16.823, Fo 4 recto).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Les couvents de religieuses à Lille sous la domination espagnole
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 422k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site