Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre VII. L’omniprésence des réguliers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1588, Lille abritait dans ses murs deux couvents d’hommes, les Franciscains et les Dominicains, et huit communautés féminines ; les Clarisses, les Dominicaines de l’Abbiette, et six autres s’occupant essentiellement de soigner les malades, soit dans les hôpitaux Saint-Sauveur, Comtesse et Ganthois, soit, comme les Sœurs noires, les Sœurs grises et les Madelonnettes ou Repenties, à domicile1. Il faut aussi signaler l’existence de béguines qui ne sont pas à proprement parler des religieuses, mais des filles dévotes. Or beaucoup de ces communautés, à la fin du XVIe siècle et parfois bien au-delà pour certaines, présentent un visage peu conforme à l’idéal religieux.

I) La face interne du monde conventuel non-réformé

1) « C’est un scandal de voir des réguliers vivre si irrégulièrement »2.

On ne sait malheureusement rien, ou presque rien, sur la situation chez les Franciscains et les Dominicains lillois3. En 1590, l’évêque Jean Vendeville ne les tient pas en grande estime puisqu’il écrit ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search