Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre VI. Le clergé séculier lillois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des officiers du culte, des distributeurs de sacrements, des dispensateurs de la bonne parole, voilà ce que doivent être essentiellement les prêtres séculiers selon les laïcs qui dirigent la ville. Encore compte-t-on fermement sur les réguliers pour les aider dans ces tâches, voire les remplacer dans la troisième. Pourtant ce clergé séculier est numériquement important : près de deux cents ecclésiastiques à la fin du siècle, sans y inclure les cent cinquante membres du chapitre qui forment un petit monde à part1. Les tâches sont certes multiples, et on retrouve le visage multiforme du clergé dans les grandes villes ; mais tous ces ecclésiastiques sont loin de prendre une part égale au travail de l’Église. Dans le territoire intra-muros les bénéficiers avec charge d’âmes ne sont que cinq2. La plupart des autres apparaissent donc comme des rentiers d’Église, parfois bien modestes.

I- Typologie et recrutement

1) Les curés

Les cinq curés lillois, les sept si l’on compte ceux de la Madelein...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search