Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre V. Un monde « d’exempts » : le chapitre Saint-Pierre

Volltext

  • 1 Pour cette étude, le fonds d’archives fondamental est évidemment le 16 G, chapitre Saint-Pierre, de (...)

1L’institution religieuse lilloise la plus prestigieuse reste le chapitre collégial Saint-Pierre. Mais celui-ci ne tient qu’un rôle limité dans la grande entreprise de christianisation qui se développe alors, car il constitue, de par la nature même de ce type d’institution, un monde un peu clos et replié sur lui-même. Cependant, il ne faut pas minimiser outre-mesure son action et son influence directe ou indirecte sur la mise en œuvre de la Contre-Réforme, compte-tenu de la puissance qu’il représente1.

  • 2 Les principaux documents sur les origines de Saint-Pierre et sur la période médiévale ont été publi (...)
  • 3 E. Hautcœur, Histoire de l’église collégiale et du chapitre Saint-Pierre de Lille, 3 vols, Lille, 1 (...)
  • 4 H. Platelle, in Histoire de Lille, t. 1, p. 235.
  • 5 Voir supra, chap. I, et J. Gardelles in Histoire de Lille, t. I, p. 425-428.

2Ce prestige, cette place éminente, la collégiale les tire de l’histoire. La fondation du chapitre se confond presque avec celle de la cité, puisque le Grand Privilège accordé à Saint-Pierre en 1066 est le premier et principal document écrit que l’on possède sur l’histoire des origines de Lille2. Le comte Baudouin de Flandre avait fondé vers 1055, près de son Castrum insulensis, un chapitre de quarante chanoines placé sous l’autorité d’un prévôt, pour réciter journellement l’office divin. Il lui avait accordé un enclos, des jardins dans les faubourgs et une riche dotation3. Par la suite, grâce aux dons et aux libéralités des comtes, des ducs de Bourgogne, des nobles et des bourgeois, ainsi que par des achats, la richesse et la puissance du chapitre avaient crû sans cesse, faisant de celui-ci un des tout premiers des Pays-Bas, à l’égal de Saint-Donatien de Bruges4. Une grande et belle église avait été élevée ; en raison des incendies successifs, elle n’avait vraiment été achevée qu’à la fin du XVe siècle5. En 1431, le grand duc d’Occident, Philippe le Bon, avait tenu dans le chœur le premier chapitre de l’ordre de la Toison d’Or. Du XIIe au XVIe siècle, plus de cinquante chapellenies y avaient été fondées ; l’une d’entre elles abritait la statue de Notre-Dame de la Treille, vénérée depuis le XIIIe siècle.

  • 6 E. Hautcœur, Hist. de l’église collégiale... t. 2, p. 60 et sq, p. 98, et Cartulaire... p. 809-812. (...)

3Saint-Pierre jouissait de privilèges considérables et, notamment, n’était pas soumis à l’autorité du Magistrat. « Messieurs » du chapitre exerçaient totale juridiction sur l’important enclos qu’ils possédaient autour de la collégiale et sur leurs terres et avaient leur bailli et leurs sergents. Ils étaient exempts des taxes mises par l’échevinage sur le vin, la bière, etc., et ils possédaient leur cellier, leur boulangerie. Tous ces privilèges, entraînant d’inévitables fraudes, provoquaient des conflits permanents avec le Magistrat. Le chapitre s’était également affranchi de l’autorité épiscopale et relevait directement du Saint-Siège. Le 9 octobre 1384, le pape Clément VII avait reconnu ce privilège d’exemption qui avait été confirmé ultérieurement6. Chanoines et suppôts du chapitre n’étaient justiciables que de celui-ci et non de l’officialité diocésaine.

I) Composition.

1) Le prévôt.

  • 7 Un extrait d’une lettre du nonce Frangipani datée du 26 novembre 1605 permet d’avancer sans discuss (...)
  • 8 E. Hautcœur, op. cit., pp. 270-272. Charles Quint pensait qu’il tenait ce privilège de la bulle de (...)
  • 9 Maximilien Manare, nommé prévôt en 1584, était né à Tournai et avait enseigné la philosophie à Louv (...)
  • 10 Vincent de Zélandre était protonotaire apostolique. Il sert Philippe II et est nommé prévôt le 1er (...)
  • 11 Sur François Villain de Gand, voir supra, chap. III.
  • 12 Pierre-Ernest de Mercy, nommé prévôt en 1646, devait cette dignité aux services que lui-même et les (...)

4À la fin du XVIe siècle, c’est un monde de plus de cent cinquante « clercs » qui vit à l’ombre de la collégiale7. Son chef, le prévôt, à l’origine était élu par les chanoines ; mais le souverain avait rapidement accaparé le droit de choisir le titulaire de cette charge, notamment à partir de Charles Quint et l’indult de 1562 avait entériné cette situation8. Cette dignité considérable était presque toujours conférée à des fils de la noblesse destinés à l’épiscopat. Ainsi Gilbert d’Oignies, prévôt en 1562, est devenu évêque de Tournai en 1565, tout en conservant le premier bénéfice jusqu’à sa mort en 1577. Puis vient Gérard de Croy, fils du comte du Rœulx, qui ne prend pas les ordres et finalement abandonne sa charge en 1583 pour se marier. L’esprit de réforme qui souffle alors provoque un léger infléchissement de cette politique puisque de 1584 à 1629 se succèdent Maximilien Manare9 (1584-1597), Vincent de Zélandre (1597-1618) et Engelbert des Bois10 (1618-1629) choisis essentiellement pour leurs mérites « religieux ». On fit même observer que la « petite naissance » de Vincent de Zélandre ne le rendait pas digne d’un tel bénéfice. Maximilien Manare et Engelbert des Bois vont résider à Lille la plupart du temps et contribuer à promouvoir la réforme catholique. Lorsqu’Engelbert des Bois est nommé évêque de Namur en 1629, on renoue progressivement avec la tradition des prévôts « mondains ». Certes, François Villain de Gand, qui lui succède, est un homme du terroir, puisqu’il est le petit neveu du baron de Rassenghien, l’énergique gouverneur de Lille pendant les troubles du XVIe siècle ; mais sommelier de l’Oratoire depuis 1620 et chapelain majeur après 1640, François résidait essentiellement à la cour à Bruxelles et sa vie privée n’était pas exempte de reproches11. Promu évêque de Tournai en 1647, il laisse la prévôté à Pierre-Ernest, baron de Mercy, qui n’avait pas spécialement la vocation ecclésiastique. Celui-ci ne réside pas et refuse de prendre les ordres. Il est mêlé à de ténébreuses négociations avec la France qui lui sont fatales. En 1653, il est inculpé de haute trahison, et accusé de surcroît de sodomie, ce qui de toute manière permet de le perdre sûrement12. Interné jusqu’en 1661 à Anvers, il délègue ses pouvoirs au chanoine Pollet et finalement doit résilier son bénéfice en faveur de Rémy du Laury, prévôt de Namur, qui prend possession de sa charge en 1665. Ce dernier réside à Lille et c’est lui qui accueille Louis XIV à Saint-Pierre après la prise de la cité par les Français. En 1670, il fera prêter au roi de France le serment de respecter et de défendre les privilèges de Saint-Pierre.

2) Les dignitaires et les chanoines.

5Les 40 canonicats créés à l’origine ont été, en fait, ramenés à 38, puisque l’un a été incorporé à la fabrique en 1516 et l’autre au séminaire - collège en 1568. Par ailleurs, trois prébendes sont attribuées à des évêques (deux à ceux de Bruges et de Tournai, une demie à ceux de Boulogne et d’Ypres). Le doyen, pour sa part, en possède une double ; enfin un canonicat est partagé entre deux semi-prébendés, ce qui permet la promotion interne de deux chapelains. Les statuts initiaux prévoyaient qu’il devait y avoir dix chanoines prêtres, dix diacres, dix sous-diacres et dix acolytes, mais à notre époque tous ou presque sont prêtres et, sauf les évêques évidemment, résident à Lille.

  • 13 On ne peut évidemment relater ici en détail cette ténébreuse affaire, d’ailleurs mal connue, et qui (...)
  • 14 Le chanoine Floris Van der Haer, né à Louvain, avait enseigné la théologie dans cette ville. En 157 (...)
  • 15 Voir infra, chap. X.

6Quatre de ces canonicats, correspondant aux charges de doyen, de chantre, de trésorier et d’écolâtre sont des dignités. Dès 1080, compte tenu des absences fréquentes du prévôt, on avait institué un doyen qui gouvernait le chapitre à sa place et représentait la communauté ; on lui avait attribué une double prébende. Cet important bénéfice était traditionnellement accordé à des personnes notoires, tel Wallerand Hangouart (1553-1568), issu d’une famille de grands serviteurs du prince, aumônier de Charles Quint et premier recteur de l’Université de Douai en 1562. Le plus illustre à notre époque est l’Anglais William Gifford, collaborateur du cardinal Allen. Nommé doyen en 1595, il doit résigner son bénéfice. En 1607, il quitte précipitamment Lille à la suite d’ennuis politiques et il part pour la France où il deviendra archevêque de Reims en 162313. Le chantre est le maître du chœur et supplée le doyen en cas d’absence. Le trésorier n’a pas de compétence financière spéciale mais la surintendance de tous les problèmes matériels. Gardien du « trésor », il l’est donc aussi des archives et c’est le plus souvent un lettré, tel Floris Van der Haer, de 1599 à 1634, qui mène de nombreuses négociations pour les États de Lille-Douai-Orchies et écrit des ouvrages historiques sur les châtelains de Lille ou la période des troubles14. Quant à l’écolâtre, il a autorité sur les questions scolaires et sur les maîtres d’école qui exercent dans la ville et doivent obligatoirement obtenir de lui la permission d’enseigner15. En 1566, comme nous le verrons, il est décidé qu’une prébende sera désormais réservée à un théologal ; mais celle-ci n’est pas une dignité.

  • 16 Corr. de Guidi di Bagno... p. 384. On pourrait multiplier les exemples ; ainsi le 26 juillet 1624, (...)
  • 17 Corr. du nonce Gesualdo... passim, p. 29 à 78. Le chapitre considère qu’il peut conférer la dignité (...)

7Pour postuler ces canonicats, les candidats devaient seulement être de naissance légitime et avoir reçu le grade d’acolyte. Depuis 1422, à la suite des décisions du Concile de Constance, le prévôt était le collateur ordinaire de ces prébendes pendant quatre mois (mars, juin, septembre, décembre), et le pape pendant le reste de l’année. L’obtention de ces précieux bénéfices donne lieu à des compétitions acharnées ; requêtes, recommandations affluaient au Saint-Siège comme en témoi- gnent les documents conservés aux archives du Vatican. Ainsi, le 25 novembre 1623, le nonce Guidi di Bagno demande qu’on attribue à Juste, un des fils d’Eric Puteanus, un canonicat vacant. Hélas, celui-ci a déjà été attribué à Stéphane Le Dieu, prêtre de Cambrai, neveu de Pascase Cegart, qui a servi autrefois le pape, répond le cardinal Barberini ; mais on s’efforcera de satisfaire Puteanus lors d’une prochaine vacance16. Dès qu’un chanoine est gravement malade, les postulants font intervenir toutes leurs relations, ce qui entraîne parfois des situations tragi-comiques. Le 1er avril 1616, le nonce avise le pape que l’écolâtre Jean Leduc est à l’article de la mort et le 9 avril qu’il est décédé. Le Souverain Pontife accorde aussitôt cette prébende à Bertrand Verviano, secrétaire du nonce ; or Leduc est toujours vivant ! Verviano doit attendre le décès effectif du chanoine pour obtenir son bénéfice et tenter de se faire reconnaître comme écolâtre17.

  • 18 En 1634, à la mort de Floris Van der Haer, le chapitre confère la trésorerie à l’écolâtre Verviano, (...)

8Ce cas précis pose le problème plus général de la collation des dignités. Le chapitre, en effet, considérait que l’obtention de la prébende canoniale vacante à la suite de la mort d’un dignitaire n’entraînait pas automatiquement celle de la dignité (décanat, chantrerie, trésorerie, écolâtrerie), mais que celle-ci pouvait être attribuée à un autre chanoine par voie élective. Le Saint-Siège en jugeait différemment et avait souvent le dernier mot dans les conflits qui s’élevaient à ce propos18.

  • 19 Le nouveau promu restait libre de choisir l’année de départ de son « stage rigoureux ». Celui-ci, e (...)

9Les chanoines, en principe, sont astreints à résidence. L’année de leur prise de fonction, ils accomplissent leur « stage rigoureux » et doivent être continuellement présents19 D’une Saint-Jean à l’autre, ils se familiarisent avec leurs obligations et la vie canoniale. Ensuite, ils peuvent s’absenter trois mois par an ; à notre époque, ceux qui obtiennent une dispense de résidence ne sont jamais plus de deux ou trois. Seuls les chanoines, effectivement présents aux offices, recevaient des « plommets » donnant droit aux « distributions » en argent ; mais les sommes ainsi perçues ne représentent qu’une petite partie de leurs revenus. Chacun d’entre eux doit posséder une demeure particulière qu’il achète au chapitre pour sa vie durant et qui revient à celui-ci à sa mort ; il doit aussi tenir un « train de maison » compatible avec son état, notamment avoir une servante.

  • 20 On trouve une liste des chapellenies de Saint-Pierre dans B.M.L., Ms No 460, et E. Hautcœur, Docume (...)
  • 21 Une consultation, signée par trois docteurs de la Sorbonne, le 18 septembre 1718, condamne l’affect (...)
  • 22 Sur la fondation des choraux, voir E. Hautcœur, Hist de la collégiale... t. 2, p. 146 et sq. Le duc (...)

10Aux chanoines composant le haut chœur correspondent les chapelains et les vicaires ou clercs formant le bas chœur. On compte environ 52 chapellenies dans la collégiale, fondées au cours des siècles précédents20. Les chapelains doivent s’acquitter des obligations propres à leur charge, à savoir assurer quelques messes par semaine à un autel particulier et éventuellement participer à l’office. Ils sont aussi regroupés au sein de la confrérie Saint-Jean l’évangéliste qui a son siège dans la chapelle Saint-Michel et s’occupe essentiellement de la gestion des revenus des nombreuses fondations d’obits et de la répartition des présences à ceux-ci. Cette association leur permet également de faire corps et de défendre leurs intérêts face aux chanoines. Enfin, une cinquantaine au moins de vicaires ou clercs complètent le bas-chœur. Ils sont logés et entretenus dans la « maison des clercs », ancien hôpital Saint-Pierre. L’essentiel des revenus de cet établissement provient du vaste domaine d’Arleux qu’à l’origine le comte de Flandre avait donné au chapitre pour l’entretien des pauvres. Cette interprétation de l’utilisation de ces fonds sera d’ailleurs mise en cause au XVIIIe siècle mais en vain21. Les clercs cherchaient à devenir des vicaires permanents ; certains recevaient la prêtrise et obtenaient une chapellenie ou un autre bénéfice. Le chapitre possédait ainsi un « vivier » permanent dans lequel il recrutait les membres de son bas-chœur. Depuis Philippe le Bon s’y ajoutaient huit enfants de chœur, entretenus sous la direction d’un maître dans la maison des choraux ; ils assuraient la présence de voix juvéniles pour les chants22.

3) Le chapitre, puissance temporelle et ecclésiastique.

  • 23 Edith Marchand et Edith Siroux, le chapitre Saint-Pierre de Lille à la veille de la Révolution, T.E (...)

11Si tant de candidats se pressaient pour obtenir une prébende de Saint-Pierre, c’est qu’elle conférait aisance et dignité. Le chapitre représentait une puissance temporelle de premier ordre et sa richesse était proverbiale. Malheureusement les études sur ce point manquent et seront d’ailleurs difficilement réalisables, compte tenu des lacunes des sources et de la complexité de la comptabilité. Une ébauche de synthèse a néanmoins pu être esquissée à partir des comptes des principaux « offices » (cellier, grands obits, éparse, justices de Lille, justices de Flandre), mais pour la décennie 1780-178923. Ceux-ci révèlent pour 1783, année moyenne, un revenu annuel de 460 020 lp, dont 307 360 lp proviennent du produit des dîmes et 89 210 lp du revenu des terres. Encore ne s’agit-il pas de recettes totales puisque manquent celles figurant dans d’autres comptes, beaucoup moins importants il est vrai. Au total, un chanoine « ordinaire » reçoit chaque année, à la veille de la Révolution, entre 8000 et 10 000 lp, chiffre qui explique l’adage selon lequel un canonicat de Saint-Pierre vaut presqu’un évêché.

  • 24 Selon le compte des prébendes litigieuses (A.D.N., 16 G 1312), en 1720 celle-ci fournit un revenu a (...)

12Si l’on se réfère à un état des prébendes litigieuses datant du début du XVIIIe siècle, la part d’un chanoine à cette date serait d’environ 4500 lp24.

  • 25 Il est difficile d’apprécier la valeur d’une prébende au XVIIe siècle, compte-tenu du désordre de l (...)

13Bien entendu au début du XVIIe siècle, les valeurs nominales repérées sont inférieures. Les quelques chiffres que nous avons pu relever dans des comptes disparates et incomplets semblent indiquer qu’un chanoine perçoit pour sa prébende, vers 1635 entre 3500 et 4000 lp25. Proportionnellement, ceci lui donne un niveau de vie inférieur à celui que possède en 1783 son lointain successeur qui a bénéficié de la croissance de la rente foncière au XVIIIe siècle. Mais cela lui confère néanmoins une belle aisance. En fait, à notre époque, les principales perturbations que connaissent les revenus du chapitre sont liées aux conséquences de la guerre franco-espagnole après 1635.

  • 26 On ne trouve pas de listes de collations de prébendes, ni de registres de délibérations capitulaire (...)

14On ne peut hélas étudier l’origine sociale des chanoines de Saint-Pierre ou leur genre de vie, car les sources permettant d’aborder ces sujets font cruellement défaut pour cette période26. Mais l’importance des revenus procurés par ces prébendes, les relations sociales que supposent leur obtention et les quelques cas que nous avons cités, permettent d’affirmer sans grand risque d’erreur que ces canonicats étaient attribués à des fils de famille servant le prince ou l’Église, ou de notables bourgeois du pays ou de la cité.

  • 27 Voir en annexes le tableau que nous avons dressé des cures et des chapellenies lilloises dont le ch (...)
  • 28 Voir le chap. VI, 4e partie et notre contribution dans l’Histoire des diocèses de Cambrai-Lille, p. (...)

15Le chapitre est aussi une « puissance » locale en matière de patronage ecclésiastique puisque le prévôt et les chanoines sont collateurs de 36 cures, parmi lesquelles toutes celles de Lille, comme nous le verrons, et de nombreuses autres dans la châtellenie, ainsi que de multiples chapellenies dans ces mêmes églises27. Il contrôlait ainsi totalement le recrutement du clergé séculier local, tout au moins jusqu’à la mise en place du concours voulu par le Concile de Trente et appliqué à partir du synode de Tournai de 1589 ; nous y reviendrons en étudiant le clergé séculier. Le chapitre Saint-Pierre, ainsi que les autres « patrons de cure » du diocèse ou de celui de Cambrai, ne semblent pas avoir fait d’opposition sérieuse à cette réforme qui, il est vrai, ne supprimait pas leurs droits en la matière mais les atténuait28.

II) Le chapitre et la réforme catholique.

1) Création d’une chaire théologale et d’un séminaire.

  • 29 Le Concile de Trente avait demandé la création d’un théologal dans les églises cathédrales et dans (...)
  • 30 Jean Capet, né à Ath, avait été reçu maître ès arts à Louvain en 1549, puis avait enseigné la théol (...)
  • 31 Nicolas de Rebbe était né à Ath également, en 1565. Il était entré dans la Compagnie de Jésus et av (...)
  • 32 Jacques Hugues était un Lillois et avait été curé de Sainte-Catherine. Il écrivit Artificium transi (...)
  • 33 Sur François Villain de Gand et ses démêlés avec les jansénistes, voir supra, ch. III.

16En effet, les événements tumultueux qui avaient secoué les Pays-Bas avaient incité les chanoines à mettre en œuvre quelques prescriptions du Concile de Trente. L’évêque de Tournai, Gilbert d’Oignies, qui était aussi leur prévôt, les avait poussés dans cette voie. Dès 1566-1567, le chapitre décide de réserver à l’avenir une prébende à un théologal chargé d’enseigner l’Écriture Sainte, la théologie morale et les cas de conscience aux clercs29. Mais cette décision ne produit pas les effets bénéfiques escomptés. Le premier théologal, Jean Capet, un louvaniste, est un homme de valeur qui publie de nombreux livres et laisse des manuscrits correspondant aux cours qu’il assurait30. Mais ni l’époque ni le milieu n’étaient très favorables. Son successeur, Nicolas de Rebbe, un ex-jésuite, après des débuts prometteurs, présente des troubles caractériels et devient le « trublion » du chapitre ; il doit s’absenter de 1629 à 164031. Le curé de Saint-Sauveur, Jean Huchon, est chargé d’assurer ses cours. Avec la nomination de Jacques Hugues, théologien et humaniste, le chapitre pense sortir de cette période noire32. Mais bientôt ce chanoine est accusé de professer des opinions jansénistes et de mal se conduire ; il subit les foudres de l’évêque, François Villain de Gand, qui n’est pas mécontent de régler ses comptes avec la « secte » et le fait emprisonner33. Il faut attendre l’arrivée de Jacques Boudart, sous Louis XIV, pour voir à nouveau le titulaire de cette importante fonction ne pas défrayer la chronique.

  • 34 Concile de Trente, Sess. XXIII, de reformatione, c. 18.
  • 35 Le chanoine Richebé, alors à Rome où son père occupait une charge diplomatique, fit les démarches. (...)
  • 36 La dotation de base est constituée par une maison, les revenus de la prébende, une somme annuelle d (...)

17Entre-temps, le chapitre avait également connu des déboires avec une autre initiative d’envergure prise en 1567, à savoir la création d’un séminaire. Le Concile de Trente demandait surtout cet effort aux cathédrales34. Mais Saint-Pierre s’était engagée dans cette voie pour de multiples raisons. D’une part, à cette date, l’évêque de Tournai pouvait difficilement créer un tel établissement dans sa ville et Lille, où il s’était temporairement réfugié, était un havre plus sûr. D’autre part, le chapitre possédait une école latine réputée et avait une tradition « intellectuelle ». Enfin le doyen Hangouart avait été nommé chancelier de la nouvelle Université de Douai et, comme le prélat, était très préoccupé par les problèmes de la formation du clergé. Sous leur impulsion, et celle du chanoine Étienne de Ruelin, le chapitre avait donc décidé de transformer l’école en séminaire et lors du décès de W. Hangouart « d’éteindre » sa prébende et d’en attribuer les revenus à cette institution. Pie V soutint volontiers ce projet35 et le séminaire ouvrit en 1569 sous la direction d’Honoré de Lannoy. Il accueillait les anciens choraux et une douzaine de boursiers36 ; à l’issue de leur scolarité lilloise, les élèves se destinant aux ordres sacrés gagnaient l’Université.

  • 37 Enquête de 1584, A.D.N., 16 G 519.

18Mais cette création ne produit pas « le fruict par eux désiré ». Un rapport de 1584 nous apprend en effet que « d’une infinité de jeunes gens y aians esté libérallement nourris et eslevez, personne se seroit disposé pour se mectre à bien deuement servir l’église ». Selon la commission d’étude qui se penche sur le problème, de multiples raisons expliquent cette faillite. Les élèves sont recrutés trop jeunes et sur des critères de relations personnelles. La scolarité est sans cesse perturbée par les exigences du service du chœur. Les « séminaristes » ont en permanence sous les yeux « la liberté de vie » des vicaires et certains d’entre eux préfèrent prendre cette fonction, modeste mais stable, plutôt que de continuer leur « cursus » vers la prêtrise. Quant à ceux qui partent étudier à l’Université de Douai, après avoir achevé leur rhétorique ou leur dialectique à Lille, ils vivent mêlés aux autres étudiants, sans aucune discipline. Après leur « promotion ès ars, la pluspart se seroit desbauché » et se sont orientés vers le droit, la médecine ou même les professions mécaniques37. Devant ce constat d’échec, le chapitre change de politique. Il décide de maintenir à Lille une école latine et d’entretenir un séminaire proprement dit à Douai où « se dressera une famille et assemblée de josnes gens estans intentionnez d’embrasser l’estat écclésiastique ». Ceux-ci sont regroupés sous l’autorité d’un président dans une maison qui ouvre en 1588.

  • 38 Ibidem, règlement 16 G 59 et 1885, comptes de 1588 à 1598 (latin). Le chapitre s’était fait dispens (...)

19Les étudiants, qui fréquentaient également l’Université, y recevaient des cours d’Écriture Sainte le matin, de Controverses et d’Explications du Livre des Sentences l’après-midi. Le samedi, ils devaient répondre aux questions qui leur étaient posées lors d’exercices appelés Sabbatines. Mais cette expérience est onéreuse et pas très concluante et, en 1592, les boursiers sont placés dans un des collèges ouverts auprès de l’Université, à la fois pensionnats et établissements d’enseignement, en l’occurrence celui d’Anchin, tenu par les Jésuites38.

  • 39 Ibidem, compte pour 1597-1598. A. Reusens dans ses « Documents relatifs à l’Université de Louvain » (...)
  • 40 Adrien de Roulers, régent à la fin du XVIe, composa notamment une tragédie latine sur Marie Stuart. (...)

20En 1597, le chapitre décide de transférer à Louvain les boursiers qu’il entretenait, à l’initiative du chanoine Van der Haer. Celui-ci emmène personnellement dans cette ville quinze étudiants qu’il place dans une maison dirigée par Jean Malderus, professeur de théologie et futur évoque d’Anvers39. Mais ce dernier, requis par d’autres tâches, abandonne cette direction et l’expérience se solde par un nouvel échec. Peu après 1600, semble-t-il, le chapitre renonce à entretenir un séminaire dans une ville universitaire et consacre l’essentiel des ressources qu’il investissait dans cette opération, à développer son collège lillois, toujours qualifié de « séminaire ». C’est que cet établissement, jusqu’alors unique de son genre à Lille, est désormais concurrencé victorieusement par celui des Jésuites. Jusqu’alors à Saint-Pierre, les cours étaient donnés dans le cloître, et les pensionnaires habitaient deux maisons canoniales. Pour s’adapter à la situation nouvelle, le chapitre, en 1605, achète pour 8000 florins et fait aménager l’ancien hôtel des évêques de Tournai. Simultanément le nombre des maîtres passe de trois à cinq ; l’un enseigne la rhétorique, l’autre la poésie et les trois autres la grammaire. En 1618-1619, leur salaire est de 82 florins chacun par an, sans compter les gratifications occasionnelles. En 1602, le nonce, au nom du pape, autorise l’union de la chapellenie de Sainte-Madeleine au séminaire, au bénéfice du maître principal ou régent. Certains de ces professeurs, notamment Adrien de Roulers, Hubert Le Clerc, Pierre Turbelin, sont des auteurs alors réputés de poésies latines40.

  • 41 Ces indications figurent dans les comptes du séminaire de Saint-Pierre conservés aux A.D.N., 16 G 1 (...)

21Le collège accueille non seulement les jeunes clercs qui se destinent aux ordres sacrés et qui ensuite obtiendront une vicairerie, une chapellenie, ou iront à Douai ou Louvain poursuivre leurs études, mais aussi des élèves séculiers. On ignore quels sont les effectifs totaux, mais les comptes du « séminaire » montrent qu’il y a une quinzaine de boursiers à Lille même41. Pour ne pas être en reste avec les Jésuites, le chapitre a également décrété la gratuité de l’enseignement dans son établissement en dédommageant les maîtres pour le préjudice financier subi. De même, au début de chaque année scolaire, à la Saint-Remy, des prix, généralement des livres, étaient distribués aux plus méritants. À cette occasion, comme chez les Jésuites, les élèves donnaient une représentation théâtrale, le plus souvent une tragédie latine composée par un des maîtres sur un sujet extrait de l’Écriture Sainte ou de l’antiquité classique. Des représentations étaient parfois données soit « in Bacchanalibus », c’est-à-dire pendant le carnaval, soit en des circonstances exceptionnelles. En fait, comme on peut le constater, l’établissement créé à Saint-Pierre était plus un collège qu’un « séminaire ».

22Si les deux initiatives prises en 1566-1567 se sont soldées par un bilan décevant, la faute en incombe certes à la période troublée qui avait suivi ou aux causes spécifiques que nous avons évoquées. Mais ces résultats médiocres s’expliquent aussi par le fait qu’il ne régnait pas alors dans le chapitre une atmosphère de piété et de dévotion susceptible de favoriser l’épanouissement des vocations sacerdotales.

2) Le problème de l’exemption et de la réforme interne.

  • 42 Concile de Trente, Sess. VI, de reformatione, c. 4 et Sess. XXI, de reformatione, c. 8 ; Sess. XXIV (...)
  • 43 Les délégués des chapitres exempts s’étaient réunis à Douai le 22 juillet 1564 pour arrêter une att (...)

23Les chanoines de Saint-Pierre, comme de nombreux autres aux Pays-Bas, notamment ceux des cathédrales de Cambrai, d’Arras et de Tournai, refusaient obstinément d’accepter les décrets tridentins supprimant certains de leurs privilèges. Les pères conciliaires avaient statué en particulier que « les chapitres des cathédrales et autres églises majeures, et les personnes qui les composent, ne pourront par quelques exemptions que ce soient… se mettre à couvert d’être visités, corrigés, châtiés, toute fois que la chose sera jugée nécessaire, même de l’autorité apostolique, par leurs évêques ou autres prélats supérieurs »42. Cette question avait failli empêcher la tenue du premier concile provincial de Cambrai et avait retardé sa réunion43.

  • 44 B.M.L., Ms 727, chron. de Toussaint Carette,
  • 45 A.D.N., 16 G 1190 ; voir chap. VI.
  • 46 A.D.N, 16 G 84.
  • 47 Le programme est contenu dans les décrets de reformatione des diverses sessions du Concile de Trent (...)
  • 48 2e Concile prov. de Cambrai, Tit. III, c. 1 et c. 2. Th. Gousset, op. cit, t. III, p. 571-572.
  • 49 Le 3e concile provincial de Cambrai de 1631 prévoit de soumettre à l’examen du Saint-Siège les offi (...)

24Le conflit éclate lorsque les évêques tentent d’appliquer ces prescriptions et de visiter les chapitres exempts. Au sortir d’une crise qui a failli les emporter, le pouvoir politique et la hiérarchie catholique sont fermement décidés à purifier l’Église. Or la richesse des chapitres, l’inutilité et les mauvaises mœurs de leurs membres avaient fait l’objet de multiples critiques. À Lille même, en 1566, les chanoines, sitôt l’office fini, portait l’habit laïque et la rapière, pour être plus facilement « déconnus » et se défendre en cas de nécessité selon le témoignage d’un des leurs44. À Saint-Maurice, vers 1565, un marguillier avait fait la quête dans l’église en criant à plusieurs reprises : « pour les paillardes des chanoines »45. La période agitée qui avait suivi avait favorisé les manquements à la discipline et une réforme s’imposait. Le 10 janvier 1581, Grégoire XIII ordonne au prévôt et au doyen de sévir contre ceux dont le comportement laisse à désirer. Mais les sanctions tardent à venir et en 1583 le prince de Parme s’en étonne. Il sait de source sûre, écrit-il, que des chanoines « vivent assez différentement de ce à quoy le devoir de leur vocation, l’honneur et le respect de leur estat et profession ne comporte » et il désire qu’ils ayent « à se réformer et amender »46. Finalement, on fait appel au nonce de Cologne, Bonhomi, qui visite le chapitre en 1585 et promulgue des décrets de réforme. Les uns visent à rétablir la discipline. Les vacances annuelles sont strictement limitées à trois mois. L’assiduité aux offices est exigée et pour mieux la garantir le nonce ordonne qu’un tiers des revenus soit affecté aux « distributions » ; mais dès l’année suivante le chapitre reviendra sur cette disposition jugée inapplicable. Bonhomi prescrit de même le port d’habits conformes à leur état, c’est-à-dire de couleur noire, sans ornement de soie, et descendant jusqu’aux pieds, lorsqu’ils sont à l’extérieur. Il interdit la chasse, les jeux de dés, la fréquentation des tavernes et des festins. D’autres prescriptions visent à améliorer la formation et la culture religieuses des membres du chapitre. Il ordonne aux clercs et recommande aux chanoines d’assister aux leçons du théologal qui sont peu suivies. Bonhomi demande que la parole de Dieu soit régulièrement proclamée dans la collégiale les dimanches et fêtes et chaque jour de l’avent et du carême par des prédicateurs compétents. Cette clause, nous le verrons, va faciliter l’introduction des Jésuites dans la cité et ceux-ci se verront confier la chaire de la collégiale. Le nonce promulguait ainsi à Saint-Pierre le programme des réformes préconisé par le Concile de Trente47. Sa mise en application progressive est facilitée par la nomination d’un prévôt résidant, connu pour sa piété, Maximilien Manare. Bientôt les chanoines adoptent le Bréviaire romain, comme venait de le faire le chapitre cathédral de Tournai, conformément au souhait du deuxième Concile provincial de Cambrai48. Le nouvel Ordinaire est appliqué en 1593. Bien entendu Saint-Pierre conserve ses fêtes propres, notamment celles des saints régionaux, saint Eubert, saint Evrard, saint Piat par exemple. Ces jours, la lecture de leçons extraites d’auteurs approuvés est permise49.

  • 50 A.D.N., 16 G 11 ; 16 G 486 et 487. Corr. d’O.M. Frangipani... t. 1, p. 382.
  • 51 A.G.R., Bruxelles, Ms divers, 200 c, Fo 13-14.

25Cependant, le chapitre refusait obstinément de transiger sur le problème de l’exemption. En 1599, Frangipani, premier nonce à Bruxelles, effectue une rapide visite à l’issue de laquelle il confirme l’ordonnance de Bonhomi, en modifiant quelques détails50. Par cette démarche, il s’assurait que tout était en ordre à Saint-Pierre ; mais il avait surtout voulu éviter un conflit avec le nouvel évêque de Tournai, Michel d’Esne, bien décidé à exercer son droit pastoral. Le 6 octobre 1602, le prélat manifeste son intention de faire cette visite, provoquant un vif émoi chez les chanoines. Ceux-ci rendent hommage aux vertus et au zèle de Michel d’Esne mais ils s’opposent fermement à son intention. Ils font observer que l’évêque devrait commencer par visiter son propre chapitre cathédral, ce qu’il ne parvient pas à exécuter, avant de venir à la collégiale et ils en appellent au nonce. Celui-ci, pour arrêter l’affaire, déclare qu’il se chargera lui-même de cette opération ; mais il ne met pas à exécution ce projet51.

  • 52 Corr. d’O.M. Frangipani... t. 3-2, p. 560 et sq. Le mémoire du chapitre est publié p. 870-874 (lati (...)
  • 53 Le nonce communique aux chanoines le bref pontifical « en leur recommandant de ne pas en tirer vani (...)
  • 54 Le 29 avril 1606, le cardinal Borghese avait conseillé à Frangipani de prendre contact avec le prév (...)

26Michel d’Esne, pénétré de ses responsabilités, n’était pas homme à renoncer et en 1605 il revient à la charge. Le chapitre, une nouvelle fois, recourt à Frangipani qui recommande au prélat la prudence. Mais celui-ci ne se laisse pas intimider et menace de jeter l’interdit sur la collégiale en cas de refus ; surtout il s’adresse à la Congrégation du Concile à Rome. Les chanoines, qui mesurent le danger, s’adressent au pape et au souverain. Ils font observer que l’insistance du prélat, à elle seule, est un acte public de suspicion qui jette le discrédit sur leur communauté. Ils n’hésitent pas à recourir à l’hyperbole en évoquant la « ruyne universelle de leur église…, la destruction de la réputation de leur estat et personnes » ; si cette visite intervient, elle sera « cause de scandales et de confusions, telles que la souvenanche seule les faict pleurer larmes et sangs »52. Le 17 décembre 1605, un bref du pape les apaise. « Quant à la visite de votre église, n’ayez nulle inquiétude… Ce que nous aurons décidé, nous confierons le soin de l’exécuter à… notre nonce apostolique »53. Mais cette phrase ambiguë pouvait recevoir plusieurs interprétations. La correspondance de Frangipani prouve en réalité que celui-ci se montrait assez sévère envers le chapitre et pensait qu’une réforme financière s’imposait. Il fait état d’âpres discussions sur ce sujet et de violentes oppositions entre les anciens chanoines et les jeunes ; ces derniers, en secret, auraient même encouragé l’évêque et sollicité sa venue. Frangipani se montre soucieux d’éviter un conflit qui peut provoquer bien des remous à Lille, mais il n’ignore pas que les autres chapitres exempts observent attentivement et attendent le résultat de la lutte engagée. Fatigué, et sur le départ, il laisse à son successeur, Decio Carafa, le soin de régler cet épineux problème54.

  • 55 A.S. Vaticano, F. Borghese - II, t. 108, lettres de Decio Carafa au cardinal Borghese 25 et 28 sept (...)
  • 56 A.D.N, 16 G 486.

27Le 19 septembre 1606, l’évêque avise officiellement le chapitre que la Congrégation du Concile l’a autorisé à effectuer sa visite comme délégué du Saint-Siège. Le 6 novembre, il somme les chanoines de le recevoir dans la semaine qui suit, sinon il jettera l’interdit sur la collégiale. Ceux-ci se tournent vers le métropolitain, l’archevêque de Cambrai ; celui-ci intervient auprès du nonce qui lève l’interdit et annonce sa propre venue. Mais ce n’est qu’un combat d’arrière-garde. En effet, dans deux lettres écrites de Rome les 21 et 28 octobre 1606, le cardinal Borghese souligne qu’il est fondamental que le droit de l’évêque soit reconnu. Le 13 décembre 1606, la mort dans l’âme, le chapitre Saint-Pierre « subit » la visite de Michel d’Esne. À Rome, cet événement est considéré comme un grand succès et le cardinal Secrétaire d’État y voit le point de départ d’une ère de réformes dans les diocèses55. Localement, l’évêque fait preuve de psychologie et de modération en portant une appréciation globalement élogieuse. Il constate notamment que les offices sont célébrés pieusement et solennellement. Il regrette surtout que les leçons du théologal soient très mal suivies et il décide de refuser les ordres aux jeunes clercs qui ne lui fourniront pas un certificat d’assiduité à celles-ci56.

  • 57 A.D.N, 16 G 488 et 536.
  • 58 A.D.N., 16 G 486 et 187.
  • 59 Ibidem, et Corr. de Guidi di Bagno... p. 460 et sq.

28Cette visite ponctuelle ne réglait pas plus le problème de l’exemption que l’appréciation positive qui était portée ne signifiait que tous les membres du chapitre étaient acquis à la vie dévote. Des entorses à la discipline et des écarts de conduite continuent à se produire. En 1609, le rigoureux Michel d’Esne veut d’ailleurs faire juger par son official le chapelain et sous-chantre Antoine Pollet, coupable d’avoir des relations charnelles avec une femme adultère. Le chapitre, excipant de son exemption, s’empresse de punir lui-même l’intéressé, mais le nonce Bentivoglio doit finalement se saisir de l’affaire57. Par-delà ces défaillances individuelles, il semble bien qu’un certain laxisme de vie régnait à Saint-Pierre. On ne peut accorder grande créance aux dénonciations du théologal, Nicolas de Rebbe, qui signale des abus et des pratiques contraires aux canons, car cet homme était atteint de troubles mentaux. Ces accusations fournissent néanmoins au nouvel évêque de Tournai, Maximilien Villain de Gand, une raison de vouloir visiter le chapitre ; mais cette intention n’est pas concrétisée58. En revanche, les observations et critiques émises en 1622 par Engelbert des Bois, le nouveau prévôt qui deviendra évêque de Namur, doivent être prises en considération. Celui-ci constate qu’il y a beaucoup de relâchement dans la célébration des offices ; les nouveaux chanoines se bornent à paraître au début et à la fin de ceux-ci pour recevoir les distributions et ils laissent les vicaires réciter très vite et sans dévotion. La messe communautaire n’est chantée que par cinq ou six chanoines, toujours les mêmes. Certains prêtres ne célèbrent jamais, pas même le dimanche. Engelbert des Bois, qui connaît bien le problème délicat posé par l’exemption, suggère au nonce de déléguer comme visiteur le grand archevêque réformateur François Van der Burch, qu’il a vu à l’œuvre à Cambrai où il était archidiacre. Mais ce prélat se récuse, soucieux vraisemblablement de ne pas vexer son suffragant de Tournai. C’est donc finalement ce dernier qui fait la visite. Le chapitre pouvait difficilement s’y opposer puisque le nonce et le prévôt étaient d’accord et que l’évêque avait effectué la même démarche dans son propre chapitre cathédral. Maximilien Villain de Gand vient donc à Saint-Pierre le 10 avril 1624 et son ordonnance reprend les recommandations habituelles59.

  • 60 Ibidem, p. 766.
  • 61 Sur le chanoine Hugues, voir A.D.N. 16 G 526, et sur les religieuses de l’hôpital Saint-Sauveur, le (...)
  • 62 Ainsi, en 1561, les chapelains Ch. Dubois et D. Herreng sont punis pour ivrognerie et Laurent Le Fe (...)
  • 63 Les problèmes posés par Nicolas de Rebbe tiennent une place importante dans la correspondance des n (...)

29Avec cet épisode se termine le combat episcopal pour faire respecter le droit de visite et pour tenter de contrôler la vie du chapitre. En effet, le successeur de Maximilien Villain de Gand, son neveu François, était prévôt de Saint-Pierre avant d’accéder à l’épiscopat ; il ne met pas en cause le privilège de l’institution qu’il avait dirigée ; de surcroît, il ne passe pas pour un prélat très actif. D’autre part, la nonciature de Flandre disparaît en 1634. Enfin la guerre franco-espagnole, et ses conséquences, relèguent au second plan ces préoccupations. Compte tenu de la rareté des sources, il est difficile de porter un jugement sur la vie interne du chapitre. Un certain nombre de défaillances continuent de s’y produire. Ainsi, vers 1626, l’évêque veut faire le procès du chanoine Paris, convaincu d’entretenir des relations suivies avec une femme ; le nonce doit intervenir60. Plus tard, le théologal Hugues est accusé non seulement de jansénisme mais d’écarts de conduite avec des religieuses de l’hôpital Saint-Sauveur, dont il était maître provisoire et il est emprisonné à Tournai. Ces allégations sont-elles fondées ? Ne cherchait-on pas ainsi à perdre plus sûrement un homme poursuivi pour raison « idéologique » ? Il est vrai qu’il était périlleux pour un prêtre de s’occuper d’une communauté aussi déréglée que celle de Saint-Sauveur où les occasions de succomber à la tentation ne manquaient pas, comme nous le verrons61. Des chapelains sont également poursuivis pour ivrognerie62. Enfin la paix intérieure du chapitre est longuement perturbée par les incidents et les troubles que crée le chanoine de Rebbe. Celui-ci avait servi le Saint-Siège en assurant des missions diplomatiques ; il est donc écouté lorsqu’il commence à critiquer ses confrères et le chapitre. Mais bientôt les nonces et les cardinaux se rendent compte qu’ils ont affaire à un esprit dérangé, souffrant notamment du délire de persécution. En 1619, Sanseverino déclare qu’il est « un fléau pour la nonciature » ; en 1621, « sa folie et ses extravagances » le font momentanément interner dans un couvent à Bruxelles. Sorti de celui-ci, il continue à poser de nombreux problèmes aux chanoines et au nonce Guidi Di Bagno63.

  • 64 Sur l’introduction des Carmes déchaussés et la fondation de l’hôpital de la Conception Notre-Dame, (...)
  • 65 Pour les bourses en faveur des étudiants, cf. la note 40. Pour les fondations charitables, voir le (...)

30En sens inverse, quelques membres du chapitre se distinguent par leur piété, leur dévotion ou leur charité. Ainsi le chanoine Bauwe contribue grandement à faciliter l’installation des Carmes déchaussés auxquels il donne une vaste demeure et lègue plus de 10 000 florins. Le chanoine du Bus fonde le petit hôpital de la Conception Notre-Dame64. D’autres encore se signalent en fondant des bourses pour des étudiants, par des legs destinés à embellir leur église, par des dons au profit de l’école dominicale ou de la Bourse commune des pauvres65.

  • 66 On trouve les panégyriques de Nicolas Flinois et de Pasquier Pollet dans le Recueil des bons chanoi (...)

31On peut évoquer pour terminer les figures de Nicolas Flinois et de Pasquier Pollet. Le premier était connu pour sa science, son assiduité et sa ponctualité à tous les offices, y compris à matines. Il passait de nombreuses heures au confessional et avait une réputation de saint homme, tout comme le chapelain Pasquier Pollet, administrateur de la confrérie de Notre-Dame de la Treille66. En fait, ces hommes sont parmi les quatre ou cinq dont le prévôt Engelbert des Bois se déclarait très satisfait ; mais ils ne faisaient que remplir correctement leur devoir d’état.

  • 67 Œuvres complètes de Fénelon... Paris, 1851, t. VIII, p. 342, lettre du 12 février 1704.

32Au total, le chapitre Saint-Pierre de Lille ne semble avoir été ni un lieu de « scandales », ni un foyer d’intense dévotion. Certes, il s’y produit quelques défaillances notoires et, comme l’écrira ultérieurement Fénelon à l’un de ses doyens, « il faut bien s’attendre à voir toujours, jusqu’à la fin, des scandales dans le royaume de Dieu »67. Mais le chapitre a aussi soutenu l’effort de réforme catholique en s’efforçant de coopérer à la formation du clergé ou, comme nous le verrons, en favorisant l’action des Jésuites et l’essor du culte de Notre-Dame de la Treille. Il est néanmoins certain qu’il aurait pu faire plus, compte tenu de sa richesse et de sa puissance.

Anmerkungen

1 Pour cette étude, le fonds d’archives fondamental est évidemment le 16 G, chapitre Saint-Pierre, des A.D.N. Malheureusement pour les XVIe et XVIIe siècles, beaucoup de sources essentielles manquent, notamment les registres aux actes capitulaires ou aux collations de prébendes, et les comptes sont lacunaires.

2 Les principaux documents sur les origines de Saint-Pierre et sur la période médiévale ont été publiés par E. Hautcœur, Cartulaire de l’église collégiale de Saint-Pierre de Lille, 2 vols, Lille-Paris, 1894.

3 E. Hautcœur, Histoire de l’église collégiale et du chapitre Saint-Pierre de Lille, 3 vols, Lille, 1896-1899, histoire essentiellement institutionnelle.

4 H. Platelle, in Histoire de Lille, t. 1, p. 235.

5 Voir supra, chap. I, et J. Gardelles in Histoire de Lille, t. I, p. 425-428.

6 E. Hautcœur, Hist. de l’église collégiale... t. 2, p. 60 et sq, p. 98, et Cartulaire... p. 809-812. La bulle précise que l’église, le cimetière, ainsi que les prévôt, doyen et chapitre, les clercs sont pour toujours exempts de l’autorité de l’évêque et du métropolitain. Le pape Martin V ne ratifia ensuite que les exemptions existant avant 1378 mais Saint-Pierre fut considéré comme étant dans ce cas.

7 Un extrait d’une lettre du nonce Frangipani datée du 26 novembre 1605 permet d’avancer sans discussion ce chiffre. Il parle d’un « capitolo di quarant’uno canonici, cinquanta dua capellani, altritanti quasi vicarii et molti clerici inferiori ». Corr. d’O.M. Frangipani, t. III, p. 5, lettre au cardinal Borghese extraite d’A.S. Vaticano, F. Borghese, 1-98, F° 49-50.

8 E. Hautcœur, op. cit., pp. 270-272. Charles Quint pensait qu’il tenait ce privilège de la bulle de Léon X du 4 juillet 1515 précisant que les premières dignités des églises cathédrales et collégiales ne pouvaient être conférées qu’à des personnes agréées par eux.

9 Maximilien Manare, nommé prévôt en 1584, était né à Tournai et avait enseigné la philosophie à Louvain. Revenu dans sa ville natale, il avait été curé de Saint-Piat, puis chanoine, archidiacre, vicaire général et doyen du chapitre. Il ne put prendre possession de sa prévôté qu’en 1589 et il mourut en 1597, laissant la réputation d’un homme de grande piété et très charitable. Il était le cousin du Père Olivier Manare, provincial de la Compagnie de Jésus, et de l’abbé de Marchiennes, A.D.N., 16 G 47 et 507 et E. Hautcœur, Hist. de la collégiale, t. 2, p. 453.

10 Vincent de Zélandre était protonotaire apostolique. Il sert Philippe II et est nommé prévôt le 1er mars 1597. Le 14 janvier 1600, le nonce Frangipani demande qu’on lui accorde, en sus de sa prévôté, le premier canonicat vacant, vu « son état d’extrême pauvreté ». (Corr. d’O.M. Frangipani... t. III-2, p. 79). En 1607, chargé de dettes, il doit obtenir des lettres de surséance. (A.D.N., B.1836). Il meurt le 26 juillet 1618.
Engelbert des Bois, nommé prévôt en 1618, était issu, à la différence de Vincent de Zélandre, d’une famille noble et ancienne. Il avait été chanoine de Cambrai, archidiacre de Valenciennes et à ce titre collaborateur de François Van der Burch. Il résida à Lille, appuya fortement la Compagnie de Jésus, fondant la fête de saint Ignace à Saint-Pierre. En 1629, il est nommé évêque de Namur ; A.D.N., 16 G 49 et E. Hautcœur, Hist. de la collégiale Saint-Pierre, t. III, p. 494.

11 Sur François Villain de Gand, voir supra, chap. III.

12 Pierre-Ernest de Mercy, nommé prévôt en 1646, devait cette dignité aux services que lui-même et les membres de sa famille avaient rendus. Il était le frère du célèbre François de Mercy, tué à Nordlingen (1645). Il ne prit possession de sa charge qu’en 1650 et il fit scandale par sa tenue, s’étant habillé en violet et ayant la tête couverte d’une perruque, « poudrée et gaufrée ». En 1653, il est accusé d’avoir trempé dans un complot avec le comte de Bassigny, gouverneur d’Artois, pour livrer cette région à la France et il est incarcéré à Anvers pendant huit ans. On mène également contre lui un procès pour sodomie, A.D.N., série B. No 19 742 (latin). Mercy voulut résigner sa prévôté au chanoine Pollet, son délégué, en retenant une pension mais il ne put le faire en raison notamment de l’opposition de François Villain de Gand qui rappela que cette dignité considérable devait être réservée à des seigneurs de marque pour les encourager à embrasser l’état ecclésiastique. La prévôté passa finalement à Rémy du Laury, seigneur de Warfuzée, qui était prévôt de la cathédrale de Namur.

13 On ne peut évidemment relater ici en détail cette ténébreuse affaire, d’ailleurs mal connue, et qui mériterait à elle seule une longue étude. E. Hautcœur a fait le point des connaissances à la fin du siècle dernier (op. cit., t. 3, p. 29 et sq). Nous y ajoutons le témoignage des documents des A.G.R. Bruxelles, Audience 1939 et de la correspondance du nonce. Le 29 juin 1606, le comte d’Annappes, gouverneur, reçoit l’ordre des Archiducs de bannir William Gifford. « Les comportemens du doyen de l’église Sainct Pierre à Lille sont telz que nous aurions largement de quoy nous en ressentir et en faire la démonstration qu’il mérite... Vous ordonnons l’appeler prez de vous, sans en faire aultre semblant à personne, et luy commander de nostre part de sortir hors de noz pais et Estats deans quinze jours ou vingt au plus tard, sans jamais y retourner... Et ne faisons pas peu pour luy de le faire secrètement, sans le scandalizer davantage ». (A.G.R. Bruxelles, Audience 1939). Le doyen court trouver le nonce et de nuit, en larmes, lui apprend la mesure qui le frappe. Frangipani, qui n’était pas prévenu, enquête et apprend que la mesure a été prise en accord avec Rome. Il persuade Gifford de se soumettre et, le 24 juillet 1606, le comte d’Annappes signale que le doyen a quitté Lille pour la France, via Douai. Cette disgrâce est due à des raisons exclusivement politiques. W. Gifford, en 1596, avait refusé de signer un manifeste des catholiques anglais exilés à Douai en faveur des Jésuites. Il était alors partisan du roi d’Ecosse, Jacques 1er, et connu pour être un adversaire des catholiques anglais « hispanolisants ». Après la conspiration des poudres, il est entré en rapport avec l’ambassadeur d’Angleterre à Bruxelles et A. Louant publie d’ailleurs une lettre fort compromettante pour le doyen (Corr. de Frangipani, t.III-2, p.607-611). Après son départ de Lille, W. Gifford entra dans l’ordre des Bénédictins, devint le premier président de la congrégation anglo-bénédictine, puis auxiliaire du cardinal de Guise à Reims en 1618 et enfin archevêque de Reims en 1623.

14 Le chanoine Floris Van der Haer, né à Louvain, avait enseigné la théologie dans cette ville. En 1572, il obtient un canonicat à Lille. Il est connu à la fois par le rôle politique qu’il joue et par ses écrits. Floris Van der Haer, notamment, négocie le ralliement de Lille à l’Union d’Arras (1579) et il est un des représentants du clergé aux États de Lille - Douai - Orchies (A.D.N., B. 19 287, 1588). Il est un des rares ecclésiastiques à avoir été désigné longuement comme commissaire au renouvellement de la loi de Lille ; (voir le tableau en annexes du chapitre IV). Homme de lettres, il écrit notamment, « Antiquitatum liturgicarum arcana... », puis un livre sur les troubles : De initiis tumultuum belgicorum », Douai, J. Bogard, 1587, réimprimé en 1640 et surtout Les chastelains de Lille..., Lille, P. de Rache, 1611, 300 p, et de nombreux manuscrits perdus.

15 Voir infra, chap. X.

16 Corr. de Guidi di Bagno... p. 384. On pourrait multiplier les exemples ; ainsi le 26 juillet 1624, ce nonce signale au cardinal Barberini que le comte de Coupigny recommande son chapelain, Giacomo Sibello. En 1625, la prébende du chanoine Flinois, décédé, est attribuée au fils de Chrisogono Flacchio... âgé de dix ans, et le nonce promet d’intervenir pour que celui-ci, contrairement aux statuts de la collégiale, puisse jouir de ses revenus (Ibidem, p. 656 et 735).

17 Corr. du nonce Gesualdo... passim, p. 29 à 78. Le chapitre considère qu’il peut conférer la dignité d’écolâtre à un autre chanoine et Verviano rencontre de grosses difficultés. Mais Rome précise que l’écolâtrerie ne sera conférée à personne d’autre.

18 En 1634, à la mort de Floris Van der Haer, le chapitre confère la trésorerie à l’écolâtre Verviano, lequel sollicite cette dignité du Saint-Siège. Celui-ci accepte de la lui donner à condition que Verviano déclare publiquement qu’il possède la trésorerie par provision apostolique et non en vertu de son élection par le chapitre. Ce dernier décide alors de choisir un autre trésorier, Jean de Lannoy. L’affaire est portée devant la Gouvernance et le Conseil de Flandre, puis en appel devant le grand Conseil de Malines... On parvient à une transaction... en 1646 ! Verviano reste trésorier et Jean de Lannoy obtient l’écolâtrerie. Vernimmen, Edits et règlements, p. 946 ; E. Hautcœur, Hist. de la collégiale, op. cit., t. 2, p. 253-254.

19 Le nouveau promu restait libre de choisir l’année de départ de son « stage rigoureux ». Celui-ci, en général, ne commençait pas immédiatement après la nomination car, en 1603, le chapitre avait statué que pendant la première année suivant la prise de possession, le nouveau titulaire devait laisser les gros fruits de sa prébende à la fabrique. On concédait quelques émoluments à ceux qui voulaient à tout prix prendre résidence.

20 On trouve une liste des chapellenies de Saint-Pierre dans B.M.L., Ms No 460, et E. Hautcœur, Documents liturgiques et nécrologiques de l’église collégiale de Saint-Pierre de Lille, Lille-Paris, 1895, p. 270-290.

21 Une consultation, signée par trois docteurs de la Sorbonne, le 18 septembre 1718, condamne l’affectation de l’essentiel des revenus du domaine d’Arleux à la maison des clercs, bien qu’une petite partie aille à la « partitio pauperum ». Mais cet avis ne fut pas suivi d’effet.

22 Sur la fondation des choraux, voir E. Hautcœur, Hist de la collégiale... t. 2, p. 146 et sq. Le duc avait prévu l’entretien d’un maître et de quatre enfants. Par la suite, le chapitre accrut les ressources et le nombre passe à huit.

23 Edith Marchand et Edith Siroux, le chapitre Saint-Pierre de Lille à la veille de la Révolution, T.E.R., Lille, 1974, 2 vols. Ce bon mémoire de maîtrise n’a pu s’attacher qu’à l’étude des comptes des « grands offices ». En effet, la dotation primitive avait été divisée, au XIIIe siècle, en trois fonds distincts, à savoir celui de l’éparse, fournissant le gros des prébendes et ainsi appelé parce que ses biens étaient disséminés un peu partout, ceux du cellier et des obits.

24 Selon le compte des prébendes litigieuses (A.D.N., 16 G 1312), en 1720 celle-ci fournit un revenu annuel de 4454 lp.

25 Il est difficile d’apprécier la valeur d’une prébende au XVIIe siècle, compte-tenu du désordre de la comptabilité, dénoncée à l’époque même, et des lacunes des sources. Le plus sûr est de se référer aux revenus fournis par celle incorporée dans le séminaire-collège (A.D.N., 16 G 1886, latin). En 1635, elle produit 2825 lp et 34 razières de blé, dont 296 lp 19 s proviennent des obits anniversaires, 341 lp 15 s et 22 razières de blé de l’éparse, 655 lp 8 s et 37 raz. des grands obits, 1019 lp. 11 s et 38 raz. du grand cellier, 7 lp 10 s des justices de Flandre. 63 raz. ont été vendues à 8 lp. la razière. Si on convertit en argent les 34 raz. restant, cette prébende rapporte donc 3077 lp auxquelles s’ajoutent pour un chanoine en exercice le produit des cires, de la cave et autres droits divers et surtout les distributions pour présence aux offices. Le total doit donc varier entre 3500 lp et 4000 lp selon les années. Nous avons retrouvé des chiffres similaires dans les comptes 16 G 1355, (grands obits), 16 G 1734, (éparse) pour cette année 1635. En 1633, le revenu de la prébende incorporée au collège était de 2 539 lp.

26 On ne trouve pas de listes de collations de prébendes, ni de registres de délibérations capitulaires pour cette période, ni d’inventaires après décès. Si l’on peut retrouver les noms des chanoines à partir des comptes subsistant et de documents divers, ceci est de peu d’utilité compte-tenu de l’absence de sources générales permettant d’identifier l’origine sociale des familles.

27 Voir en annexes le tableau que nous avons dressé des cures et des chapellenies lilloises dont le chapitre est collateur, d’après B.M.L., Ms 460 ; A.C. Tournai, reg. 411 et E. Hautcœur, Documents liturgiques... op. cit.

28 Voir le chap. VI, 4e partie et notre contribution dans l’Histoire des diocèses de Cambrai-Lille, p. 161 et sq.

29 Le Concile de Trente avait demandé la création d’un théologal dans les églises cathédrales et dans les collégiales insignes (Ses. V, de reformatione, с. 1 et 2). On sait par un imprimé de N. de Rebbe en 1619 que cette décision intervient à Saint-Pierre le 17 février 1566, mais comme l’original est perdu on ne peut préciser s’il s’agit de 1566 (a.st) ou 1567 (n.st). À Tournai, la prébende théologale est créée le 24 avril 1571 et confiée à François d’Ennetières (A.C.T., Actes capitulaires).

30 Jean Capet, né à Ath, avait été reçu maître ès arts à Louvain en 1549, puis avait enseigné la théologie au collège du Château. Parmi ses ouvrages, mentionnons : De vera Christi ecclesia... Douai, Bogard, 1584 ; De haeresi et modo coercendi haereticos... Anvers, 1591 ; De origine canonicorum... Anvers, 1591 ; De Indulgentiis tractatus brevis, Lille, A. Tack. Ses nombreux manuscrits ont été perdus.

31 Nicolas de Rebbe était né à Ath également, en 1565. Il était entré dans la Compagnie de Jésus et avait enseigné à Lille où il s’était occupé d’une sodalité de jeunes. Il sortit de la Compagnie en 1597 pour raison de santé. Il se rendit à Rome où il eut plusieurs entretiens avec le pape ; en 1599, il obtint la prébende de théologal de Saint-Pierre. Il écrivit divers ouvrages, notamment : Tractatus de utilitate lecturae theologicae... Douai, Bellère 1611 ; Tractatus theologicus de residentia beneficiatorum, ibidem ; Tractatus theologicus et legalis de injustitia personali. (contre le duel), Bruxelles, Monmart, 1612 ; Opus de dignitatibus et officiis ecclesiasticis... Douai, Bellère, 1612. Sur ses ennuis et les troubles qu’il provoque, voir la fin de ce chapitre.

32 Jacques Hugues était un Lillois et avait été curé de Sainte-Catherine. Il écrivit Artificium transitionnum... Lille, Nic. de Rache, 1666 ; Vera historia Romana, ... Rome, 1655 ; des ouvrages consacrés à l’explication des psaumes et des cantiques et Conjectures salutaires sur les signes précurseurs de la fin des temps. Anvers, 1652.

33 Sur François Villain de Gand et ses démêlés avec les jansénistes, voir supra, ch. III.

34 Concile de Trente, Sess. XXIII, de reformatione, c. 18.

35 Le chanoine Richebé, alors à Rome où son père occupait une charge diplomatique, fit les démarches. La bulle de Pie V approuvant l’extinction de la prébende est datée du 15 juin 1567 et ces dispositions sont reconnues par des lettres-patentes de Philippe II datées du 10 septembre 1568 ; A.D.N., 16 G 59.

36 La dotation de base est constituée par une maison, les revenus de la prébende, une somme annuelle de 500 lp accordée par le chapitre, les bourses fondées par les chanoines Hangouart et de Ruelin et les donations testamentaires du premier nommé. A.D.N., 16 G 1885, comptes du séminaire, 1568-1598 et 16 G 52 et 508.

37 Enquête de 1584, A.D.N., 16 G 519.

38 Ibidem, règlement 16 G 59 et 1885, comptes de 1588 à 1598 (latin). Le chapitre s’était fait dispenser de la taxe diocésaine levée pour le fonctionnement du séminaire interdiocésain créé à Douai ; en 1593, Mgr Louis de Berlaymont obtint que le chapitre y entretienne deux boursiers (voir chap. V, 4e partie).

39 Ibidem, compte pour 1597-1598. A. Reusens dans ses « Documents relatifs à l’Université de Louvain », A.H.R.B., T. XXII, 1890, p. 66, évoque effectivement un « Ryssech collegie » à cette date.

40 Adrien de Roulers, régent à la fin du XVIe, composa notamment une tragédie latine sur Marie Stuart. Hubert Le Clerc lui succède comme régent au début du XVIIe siècle ; il publie en 1610 à Tournai, Sacra poesis Uberti Clerici, sacerdotis Insulensis, 127 p. Quant à Pierre Turbelin, régent par la suite, on lui doit un ouvrage sur Notre-Dame de la Treille.

41 Ces indications figurent dans les comptes du séminaire de Saint-Pierre conservés aux A.D.N., 16 G 1885 et 1886 (latin), passim. Vers 1633-1635, les bourses annuelles des élèves sont en moyenne de 132 lp. Certaines fondations particulières (Martin Stevens ou Stéphane, 3 bourses ; Charles Le Duc, 4 pauvres clercs ; Nicolas Flinois, 3 bourses et Martin Lefebvre, 2 bourses) sont individualisées dans le compte, alors que celles de Wallerand Hangouart, Étienne de Ruelin etc. sont incluses dans le compte principal. À cette date, les dépenses annuelles du collège sont en moyenne de 4200lp., auxquelles s’ajoutent 1600 à 1800 lp pour les fondations particulières citées.

42 Concile de Trente, Sess. VI, de reformatione, c. 4 et Sess. XXI, de reformatione, c. 8 ; Sess. XXIV, de reformatione, c. 9 et 10.

43 Les délégués des chapitres exempts s’étaient réunis à Douai le 22 juillet 1564 pour arrêter une attitude commune. Pierre Pintaflour, doyen de la cathédrale de Tournai, fit transiger sur la formule suivante. « Nous adhérons, protestant cependant que la validité de nos privilèges subsistera par l’autorité du Saint-Siège, après avoir présenté nos raisons au Souverain Pontife, s’il donne quelque interprétation ou modération aux décrets du Concile ». A. Cortyl, op. cit, p. 39. Sur la résistance des chapitres dans les Pays-Bas, voir A. Pasture, « La réforme des chapitres séculiers pendant le règne des Archiducs (1596-1633) » dans B.I.B. Rome, t V, 1925, p. 5-50 et t. VI, 1926 p. 5-69.

44 B.M.L., Ms 727, chron. de Toussaint Carette,

45 A.D.N., 16 G 1190 ; voir chap. VI.

46 A.D.N, 16 G 84.

47 Le programme est contenu dans les décrets de reformatione des diverses sessions du Concile de Trente, notamment les VI, VII, XXI, XXIV.

48 2e Concile prov. de Cambrai, Tit. III, c. 1 et c. 2. Th. Gousset, op. cit, t. III, p. 571-572.

49 Le 3e concile provincial de Cambrai de 1631 prévoit de soumettre à l’examen du Saint-Siège les offices propres, mais on se borne à les faire approuver par les évêques et par les docteurs. En 1663, l’archevêque G. Nemius, pris de scrupule, consulte des docteurs de l’Université de Douai et des théologiens de la Compagnie de Jésus qui confirment ce point de vue. L’office propre de Saint-Pierre n’est pas imprimé avant 1681 et cette édition est introuvable ; on recourt habituellement à l’édition de 1731, Officia propria insignis ecclesiae collegiatae divi Petri Insulis... Lille, J.B. Brovellio, 1731, XII-123 p. E. Hautcœur a publié l’Ordinaire du XIIIe (Ms) dans ses Documents liturgiques... et à la suite, p. 114-118 le Propre figurant dans l’édition de 1731.

50 A.D.N., 16 G 11 ; 16 G 486 et 487. Corr. d’O.M. Frangipani... t. 1, p. 382.

51 A.G.R., Bruxelles, Ms divers, 200 c, Fo 13-14.

52 Corr. d’O.M. Frangipani... t. 3-2, p. 560 et sq. Le mémoire du chapitre est publié p. 870-874 (latin).

53 Le nonce communique aux chanoines le bref pontifical « en leur recommandant de ne pas en tirer vanité », ibidem, p. 568.

54 Le 29 avril 1606, le cardinal Borghese avait conseillé à Frangipani de prendre contact avec le prévôt qui se montrait « fort zélé pour le service de cette église... et de profiter de ce qu’il dira pour entreprendre la visite avec plus de fruit ». Ibidem, p. 756-757. Sur les préoccupations du nonce, voir p. 606-607.

55 A.S. Vaticano, F. Borghese - II, t. 108, lettres de Decio Carafa au cardinal Borghese 25 et 28 septembre 1606 et t. 489, lettres de Borghese à Decio Carafa, 21 et 28 octobre 1606, 13 janvier 1607. E. Hautcœur, qui n’avait pas connaissance de ces documents, a présenté une version plus favorable au chapitre.

56 A.D.N, 16 G 486.

57 A.D.N, 16 G 488 et 536.

58 A.D.N., 16 G 486 et 187.

59 Ibidem, et Corr. de Guidi di Bagno... p. 460 et sq.

60 Ibidem, p. 766.

61 Sur le chanoine Hugues, voir A.D.N. 16 G 526, et sur les religieuses de l’hôpital Saint-Sauveur, le chapitre VII, 2e partie.

62 Ainsi, en 1561, les chapelains Ch. Dubois et D. Herreng sont punis pour ivrognerie et Laurent Le Febvre est condamné à quinze jours de prison ecclésiastique pour vie avec une concubine ; A.D.N., 16 G 522.

63 Les problèmes posés par Nicolas de Rebbe tiennent une place importante dans la correspondance des nonces. Voir notamment : Corr. du nonce Gesualdo... p. 405 et sq ; p. 470 et sq ; p. 512. Corr. de Guidi di Bagno... p. 213 et sq.

64 Sur l’introduction des Carmes déchaussés et la fondation de l’hôpital de la Conception Notre-Dame, voir le chapitre VII.

65 Pour les bourses en faveur des étudiants, cf. la note 40. Pour les fondations charitables, voir le chapitre sur l’assistance.

66 On trouve les panégyriques de Nicolas Flinois et de Pasquier Pollet dans le Recueil des bons chanoines... de Jean Hanart, Douai, Bellère, 1664. L’auteur déclare que ses informations sur Nicolas Flinois proviennent d’un manuscrit du Père Toussaint Bridoul, S.J.

67 Œuvres complètes de Fénelon... Paris, 1851, t. VIII, p. 342, lettre du 12 février 1704.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site