Version classiqueVersion mobile

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre IV. Le pouvoir des laïcs dans les paroisses

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut sembler paradoxal de commencer l’étude des structures religieuses lilloises en s’intéressant d’abord aux laïcs et non au clergé. Cependant la fidélité à la vérité historique conduit à cette démarche. François Desqueux, prêtre français nommé à la fin du XVIIe siècle curé de Saint-Étienne et doyen de chrétienté, n’en croit pas ses yeux en découvrant la situation lilloise et il la dénonce en de nombreux écrits1. Les pouvoirs revendiqués et exercés par les autorités laïques lui paraissent si démesurés qu’il s’exclame avec ses confrères : « il n’est pas croiable qu’il y eut dans le monde crestien un Magistrat qui prétendit de pareilles choses ! ». Celui-ci au contraire est surpris de se voir contester une compétence dont il jouit « paisiblement et publiquement » depuis longtemps, à l’instar de ce qui se passe dans les autres villes, « tant de la Flandre espagnolle et dans tout le Brabant, où les droits des Magistrats sont encore d’une plus grande estendue et les curez plus bornez...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search