Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668)

 | 
Alain Lottin

Chapitre I. Lille et son peuple

Texte intégral

I - Lille en Flandre

  • 1 La description des Pays-Bas par Guicciardini, Amsterdam, J. Jansonium, 1625.
  • 2 A.S. Vaticano, F. Borghese, II - 99, 5 juin 1608.
  • 3 « Instructions que je (Le Peletier de Souzy) dois donner à M. de Breteuil en luy remettant l’Intend (...)
  • 4 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, t. 2, B.M.L., Ms 520 F° 123 vo.

1Voyageurs, écrivains, marchands, hommes d’État, ecclésiastiques ont célébré à l’envie la puissance et la richesse de la ville de Lille. Dans sa célèbre « Description des Pays-Bas », Guichardin la présente vers 1560 comme « une belle et riche ville bien bastie et peuplée pour le traffic de marchandise et les mestiers exercez en l’Isle. On la tient aussi pour la principale pour le fait des marchandises, après Anvers et Amsterdam, entre toutes les villes des Pays-Bas »1. Avec la création des provinces Unies et la décadence d’Anvers, Lille progresse vers le premier rang. En 1609 le nonce Bentivoglio écrit que « Lilla e citta délia piu principali, piu mercantili e piu ricchi di tutti i Paesi Bassi »2. Lorsqu’en 1683 l’intendant de Flandre Le Peletier de Souzy quitte son département, il note : « La ville de Lille, par sa grandeur, son opulence… passe pour la ville capitale non seulement du département de Flandre, mais encore des conquêtes du Roi aux Pays-Bas »3. Entre ces deux dates elle perd toutefois un peu de sa splendeur pendant le conflit franco-espagnol, au point qu’en 1655, Jean de le Barre se lamente sur son destin : « Qui la considéreroit maintenant attentivement au dedans, vous n’y voiés que pauvreté très grande en comparaison des grandes richesses qu’il y avoit cy-devant, car elle alloit quasi à l’égal avecque la ville d’Anvers tant renommée en traficq »4.

  • 5 Voir le tome 1 de l’Histoire de Lille sous la direction de Louis Trenard, Lille, Giard, 1970, 510 p (...)
  • 6 Cité par Alex. De Saint-Léger, « Le développement topographique de la ville de Lille », Bul. Soc. G (...)

2À la fin du XVIe siècle, la cité présente un visage peu différent du Lille médiéval, car l’enceinte n’a pas subi de modifications importantes depuis le XIVe siècle5. L’accroissement de la population dans la première moitié du XVIe siècle avait été tel « qu’il a esté besoing appliquer à demeures et résidences tous les héritages vides et non amaisonnées, mesme abattre les grandes maisons pour en ce lieu faire plusieurs habitations »6. Le Magistrat avait sollicité de Charles Quint la permission d’agrandir l’enceinte, ce qu’il avait obtenu en 1540, mais le plan préparé par Jean Pasquier et achevé en 1556 n’avait pas été exécuté ; les troubles, l’émigration, les bannissements, les pestes contribuent ensuite à rendre moins aigu le problème du surpeuplement.

  • 7 Jean de le Barre écrit en : « On at aboli la porte du Molinel avecque les viels rampars qui estoint (...)
  • 8 Nous ne pouvons nous attarder ici sur ces agrandissements peu étudiés jusqu’à présent. Nous renvoyo (...)
  • 9 J. de le Barre, l’Héraclée flameng, op. cit., B.M.L., Ms 520, F° 128.
  • 10 Voir Alex. De Saint-Léger, Histoire de Lille des origines à 1789, p. 258-267, Lille, Raoust, 1942, (...)

3Dans la dernière décennie du XVIe siècle, le projet est repris et va être réalisé en deux temps. En 1597, l’ingénieur Mathieu Bollin propose au Sud-Ouest une rectification qui supprime le « rentrant » existant entre la paroisse Sainte-Catherine et la porte des Malades. L’opération est menée à bien entre 1603 et 1605 et la superficie de la ville est augmentée de 17 ha7. Le nouveau quartier est rapidement bâti, le Magistrat y faisant construire notamment le collège des Jésuites. Mais l’extension est insuffisante pour faire face aux besoins en logements et aux demandes. La ville, de plus, espère des avantages financiers d’une autre opération. Un nouvel agrandissement est donc envisagé vers le Nord-Est au faubourg de Courtrai et le Magistrat soumet à Bruxelles différents projets. Avec la terrible peste qui ravage la cité et la crise économique, il se rabat sur le plan moyen qui annexe néanmoins 30 ha8. L’enceinte, entre la Noble Tour et la Porte de la Madeleine, est étendue : deux nouvelles portes, celle de Saint-Maurice et de la Madeleine remplacent les anciennes portes des Reignaux et de Courtrai. De nombreux couvents vont s’établir dans ce nouveau quartier. Comme l’écrit un chroniqueur : « ce ragrangement at rendu ceste place plus ronde qu’auparavant car elle n’avoit pas de proportion cy-devant, paraissant beaucoup plus estendue et longue que large »9. Vauban, en 1670, réalisera une dernière extension sous l’Ancien Régime, en même temps que la citadelle10.

1) En haut, plan de Lille vers 1580, d’après Guichardin. 2) En bas, plan de Lille de Blaeu en 1649.

1) En haut, plan de Lille vers 1580, d’après Guichardin. 2) En bas, plan de Lille de Blaeu en 1649.

 

  • 11 P. Buzelin, Gallo-Flandria sacra et profana, p. 10, Lille, 1625. (Latin).
  • 12 A.M.L., Reg. aux rés. No 280, Fo 151, 6 sept. 1625.

4La cité proprement dite est entourée de faubourgs comme le mentionne Buzelin : « aux sept portes de la ville, porte de Fives, des Malades, de Notre-Dame, de la Barre, de Saint-Pierre, de la Madeleine, et de Saint-Maurice se voient autant de beaux faubourgs longs et larges, très peuplés et présentant pour la plupart l’aspect d’une ville »11. Outre des tavernes et des cabarets, on y trouve aussi des malheureux logés misérablement dans les baraques comme le suggère la décision prise le 6 septembre 1625 de ne plus amôner « aulcunes personnes aians résidence en hobettes et petites demeures faictes et basties en jardins, ès faubourgs de ceste ville »12, preuve que certaines parties de ces faubourgs étaient une sorte de « zone ». Après 1636, ils sont souvent dévastés et anéantis par les troupes des deux camps.

  • 13 Le sac d’Anvers date de 1576. Le Magistrat ordonna le 31 octobre 1577 à tous les habitants d’aller (...)
  • 14 L’actuelle église de Sainte-Marie-Madeleine, intra muros a été construite de 1675 à 1687. La commun (...)
  • 15 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng, B.M.L., Ms 520, F° 130. Voir la localisation de ces bâtiments (...)

5En entrant dans la cité on trouve quelques bâtiments notables, mais ils ne sont pas légion. L’antique château comtal a été en grande partie démoli après 1577 à la demande du Magistrat. Celui-ci avait sollicité l’autorisation de le raser auprès des États-Généraux pour éviter de voir s’y installer une importante garnison espagnole susceptible de commettre de graves excès comme à Anvers13. Il subsiste l’ancienne chapelle Saint-Vital qui sert de lieu de culte pour les paroissiens de la Madeleine qui y habitent intra-muros14. Mais la majeure partie du territoire de cette paroisse et l’église sont situées en dehors de la ville. Parmi les autres bâtiments « civils » il faut citer la Chambre des Comptes et surtout « la superbe maison qu’on appelle la court du roy [qui] ce jourd’huy 1655 luy sert de grand ornement, qu’at faict bastir il y a IIe ans le bon ducq de Bourgoigne nommé Philippe le Bon, lequel se plaisoit en ceste ville »15.

  • 16 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng, B.M.L., Ms 520, Fo 129.
  • 17 Voir la reproduction du tableau de l’Hospice Comtesse représentant la Grand’Place au début du XVIIe(...)

6En 1664, le Magistrat lillois s’installe dans ce « Palais Rihour » qu’il achète au souverain, délaissant la halle échevinale située sur la Grand Place et qui avait été agrandie et embellie en 1594 : en 1601 il avait fallu abattre la partie supérieure du beffroi, qui menaçait de tomber, et le clocher de Saint-Étienne désormais en tenait lieu. En 1653, la cité « est enrichy(e) d’une belle Bourse bastie entre deux marchés… dans laquelle XII heures journellement se trouvent les marchands pour communicquer leurs affaires par ensemble, qu’ils reçoivent de tous costés »16. La Grand’Place, où se tient le marché est d’ailleurs le cœur de la ville17.

  • 18 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, B.M.L., Ms 520, F° 128.
  • 19 A.M.L. Aff. gén., C 46, d. 16.
  • 20 A.M.L. Aff. gén., C 45, d. 16, 1678. Suppression des cours sur ordre du maréchal d’Humières : cette (...)
  • 21 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, B.M.L., Ms 520, F° 130, 1655.

7Sans nous attarder pour l’instant sur la composition sociologique des différents quartiers, notons que les contemporains étaient sensibles « aux maisons belles et magnifiques… à la structure de maisons haultes et amples, pleines de commodités pour les marchans »18. Mais de nombreuses demeures sont encore en bois : 1710 en 1699 pour 6118 en briques19. Derrière les demeures altières des principales rues, se dissimulent les maisonnettes des ruelles et des cours, à l’aspect parfois sordide. En 1678, on dénombre à Lille soixante seize cours qui ouvrent sur la rue par un étroit boyau ; dans la seule paroisse Saint-Sauveur les 338 maisonnettes des 32 courées abritent alors 1548 personnes20. Les espaces verts et les jardins se sont constamment réduits depuis la fin du XVe siècle. La pollution de l’air y est dénoncée comme un fléau ; au milieu du XVIIe siècle on regrette le bon temps des ducs de Bourgogne où « la température de l’air pour lors… estoit plus sain que maintenant, lequel est corrompu par la très grande quantité de divers artisans : tainturiers, tripiers, taneurs, brasseurs et aultres qui infectent les eaues et conséqutivement l’air, d’où proviennent maladies et incommodités »21.

  • 22 H. Platelle, in Hist. de Lille, t. 1, p. 322 et sq.
  • 23 Même après le rattachement de Lille à la France en 1668, Lille reste dans le diocèse de Tournai jus (...)
  • 24 Vue extraite de l’album réalisé pour le duc de Croy et consacré à la châtellenie de Lille. Celui-ci (...)
  • 25 J. Gardelles, in Hist. de Lille, t. 1, p. 425-436. À l’issue d’une étude très documentée cet auteur (...)
  • 26 La chapelle Notre-Dame de la Treille a été reconstruite au milieu du XVe siècle ; elle est voûtée e (...)
  • 27 Cette chapelle est connue au Moyen Âge sous le nom de Notre-Dame de la Salle.
  • 28 Jacques Gardelles, ibidem, p. 436.

8L’absence d’évêché dans une ville d’environ cinquante mille habitants au milieu du XVIIe siècle surprend, car c’est un fait assez exceptionnel. La proximité (18 km) de l’ancien et prestigieux siège episcopal de Tournai l’explique en partie, ainsi que la présence à Lille même du riche et puissant chapitre collégial Saint-Pierre dont le « grand privilège » original date de 106622 : on devine aisément que ni les chanoines, ni le Magistrat ne souhaitent voir la ville devenir le chef-lieu d’un diocèse23. La collégiale Saint-Pierre (dont nous présentons ici pour la première fois une vue inédite datant du début du XVIIe siècle et provenant des célèbres albums exécutés pour le duc de Croy) est donc le principal édifice religieux de la cité24. Jacques Gardelles a retracé les étapes de sa construction en une synthèse savante et claire25. On avait commencé la construction du chœur de la nouvelle collégiale gothique, remplaçant une ancienne église dont on ne connaît que la crypte, vers 1220-1230 ; il avait été inauguré vers 1283. La construction de la nef avait été lente et retardée par un grave incendie survenu en 1354 ; les murs ne sont terminés que dans la deuxième moitié du XVe siècle. À l’époque de Charles Quint le transept était achevé et voûté ; mais la nef ne recevra jamais une voûte de pierres. Au contraire, le manque de solidité oblige à reconstruire celles du chœur et du transept au XVIIe siècle. La collégiale se présente donc avec « un chevet à cinq chapelles rayonnantes et déambulatoire, bas-côté simples ; un transept avec deux croisillons offrant chacun deux travées ; une nef à trois travées » ; au total un bâtiment élevé, mais d’une longueur moyenne (60 m). À l’extrémité nord du transept, on trouve la chapelle de Notre-Dame de la Treille avec la statue miraculeuse et le tombeau du comte Louis de Maie26. Une chapelle située sur le bas-côté Nord, sert d’église pour les habitants de la petite paroisse Saint-Pierre. Le cloître se trouve du même côté. Le cimetière s’étend au Sud vers l’hôpital Comtesse ; à son extrémité, on a édifié au début du XVIe siècle une chapelle dédiée à Saint-Michel pour remplacer celle du château de la Salle27. Les chanoines et surtout les ducs de Bourgogne ont doté la collégiale d’un riche mobilier et d’œuvres d’art. Au total Saint-Pierre « apparaissait donc, avec ses richesses spirituelles et matérielles, comme un monument exceptionnel »28.

  • 29 Il reste à cet endroit une rue des débris Saint-Étienne ; l’actuelle église Saint-Étienne, rue de l (...)
  • 30 Jean Hangouart, en particulier, qui fit entreprendre de grands travaux en 1417 et 1427 pour la cons (...)
  • 31 En 1654 un rapport d’experts est très pessimiste sur ce point ; ceux de Lille émettent un avis rass (...)

9La plus grande partie du territoire urbain est partagée entre quatre paroisses. En dehors de la collégiale, qui jouit en fait d’un statut spécial puisqu’elle est exempte de la juridiction de l’échevinage, l’église lilloise la plus célèbre, celle des bourgeois et des manants primitifs, est Saint-Étienne. Cet édifice, détruit lors d’un incendie en 1792, se dressait alors au coin nord de la Grand’Place29 et datait essentiellement des XIVe et XVe siècles. Il devait beaucoup aux libéralités d’une riche famille lilloise, les Hangouart, dont les principaux membres avaient servi les ducs de Bourgogne30. Leurs descendants continuent leurs largesses au XVIIe siècle, comme nous le verrons. C’était une église-halle à trois vaisseaux, type courant aux Pays-Bas, avec de nombreuses chapelles de chaque côté de la nef. La tour qui surmonte le portail principal, rue Esquernioise, sert de beffroi à la ville et contient les principales cloches « municipales », notamment « Emmanuel ». Mais la solidité de cette tour laisse beaucoup à désirer elle aussi31.

  • 32 B.N. Nouv. acq. franc, Ms No 24.089. Rappelons que la copie par P. I. Chavatte de la chronique de M (...)
  • 33 J. Gardelles dans Hist. de Lille, t. 1, p. 441.
  • 34 Au XIXe, on construit un nouveau clocher et deux annexes qui donnent à l’église Saint-Maurice sa fa (...)

10Non loin de là s’élève Saint-Maurice, qui elle, par bonheur, est conservée. Le bâtiment actuel doit beaucoup aux constructions des XVIIIe et XIXe siècles. Les chroniqueurs Mahieu Manteau et Pierre Ignace Chavatte relatent avec soin les travaux qui y sont effectués et sur lesquels nous reviendrons au cours de cette étude32. On construit alors essentiellement le collatéral droit et surtout les voûtes ogivales. L’église se présente aussi comme une « halle-kerke » à cinq vaisseaux, terminée par un chœur avec déambulatoire copié sur celui de Saint-Pierre33. Au milieu de la façade centrale s’élevait une grosse tour ; l’actuel visage date du XIXe siècle34.

  • 35 A. Lottin, Vie et Mentalité, op. cit. p. 208-211.
  • 36 J. Gardelles, in Hist. de Lille, t. 1, p. 438.

11Saint-Sauveur, à l’extrémité Sud-Est de la ville, était un bel édifice gothique à trois nefs, hélas brûlé en 1896 ; on ne sait presque rien sur lui et nous avons relaté ailleurs les travaux qui s’y firent sous Louis XIV35. Sainte-Catherine, à l’autre bout de la ville, est également une église-halle à trois vaisseaux, heureusement toujours existante. Elle subit également des transformations à la fin du XVIIe siècle36. Après l’agrandissement de 1617-1621 deux fractions du territoire urbain relèvent d’églises situées extra-muros Saint-André au Nord-Ouest et la Madeleine au Nord. Mais comme nous l’avons dit les résidents intra-muros relevant de cette dernière paroisse utilisent la chapelle Saint-Vital comme église, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes.

  • 37 Pour la localisation de ces couvents voir les cartes du chap. VII. sur les Repenties, voir plus spé (...)
  • 38 Loos-lez-Lille, abbaye Notre-Dame (hommes), de l’ordre de Citeaux fondée vers 1146, (ar. Lille, C.  (...)
  • 39 Sur ces créations et ces bâtiments voir l’Hist. de Lille, t. 1, passim.

12Nous étudierons ultérieurement l’implantation massive de nouveaux couvents qui s’opère alors. Indiquons simplement qu’avant 1590 il n’y avait que deux couvents d’hommes en ville : les Franciscains, depuis le XIIIe siècle, et les Dominicains logés en dehors de l’enceinte jusqu’en 1578. Parmi les anciennes communautés de religieuses, celle des dames de l’Abbiette était la plus richement dotée. On trouvait encore deux couvents de Franciscaines, les Clarisses et les Sœurs grises, et un autre d’Augustines, les Sœurs Noires. On peut y joindre les Repenties qui n’étaient pas toutes religieuses et les Béguines qui ne le sont pas mais mènent une vie dévote37. Les principales abbayes des environs, Loos, Phalempin, Cysoing pour les hommes, Marquette pour les femmes,38 possédaient en ville des « refuges » où leurs membres se retiraient avec leurs « trésors » en cas de péril, notamment de guerre. Enfin, les hôpitaux les plus importants abritaient des communautés de sœurs hospitalières suivant la règle de Saint-Augustin. L’hôpital Saint-Sauveur et l’hôpital Gantois, fondés respectivement en 1216 et 1460 sont également de beaux bâtiments. Quant à l’hôpital Comtesse, fondé en 1237, il avait été magnifiquement reconstruit après l’incendie de 1468 ; sa grande salle des malades, de style gothique, impressionne par sa superficie (40 m x 12 m) et elle ouvre sur une vaste chapelle39.

II - Direction de la cité

  • 40 Voir la liste des gouverneurs en pièces annexes du chap. IV.
  • 41 Les États sont composés des députés des villes de Lille, Douai et Orchies et des quatre baillis des (...)

13Lille est la principale cité d’une petite province des Pays-Bas espagnols dite de « Lille-Douai-Orchies » parce qu’elle comprend ces trois villes et les deux châtellenies de Lille et de Douai. Le prince y est représenté par un gouverneur, issu d’une famille de haute noblesse et résidant le plus souvent à Lille40. Celui-ci s’intéresse plus aux affaires de la cité qu’on a bien voulu le dire, ainsi que le prouvent les correspondances conservées à Bruxelles. Cependant après 1635 il est presqu’uniquement accaparé par les problèmes de la guerre et ils sont vastes ! Dans la ville même, un officier royal, le prévôt, exerce des pouvoirs de police et tient le rôle d’accusateur public devant l’échevinage. Pour consentir chaque année au souverain l’aide financière, Lille envoie des délégués aux États de la province où s’amorce un dialogue, parfois conventionnel, entre gouvernés et gouvernants41. Mais les rapports directs entre Lille et Bruxelles sont chose courante.

  • 42 Ce beau sujet d’Histoire sociale reste à explorer.

14Depuis Philippe le Hardi, la Chambre des comptes des ducs de Bourgogne et des souverains qui leur ont succédé est établie à Lille. Sa compétence dépasse largement le cadre lillois et s’étend entre autres à la Flandre, à l’Artois, au Hainaut, au Pays de Namur, et à la Comté. L’influence directe ou indirecte des membres de la Chambre des comptes dans la vie de la cité semble grande, comme nous le signalons çà et là au hasard des affaires42.

  • 43 M. Braure, Lille et la Flandre wallonne au XVIIe siècle, Lille, Raoust, 1935, p. 195.
  • 44 Voir infra, chapitre IV, lre partie.
  • 45 L’excellent livre d’Albert Croquez, Histoire de Lille, t. 1 : La constitution urbaine, fournit une (...)
  • 46 La grande nouveauté prévue en 1235 est le renouvellement annuel. Philippe le Bon, en 1446, introdui (...)
  • 47 Les sept permanents sont trois conseillers pensionnaires qui préparent les délibérations, les contr (...)

15L’autorité en ville appartient essentiellement au Magistrat : « il n’y avait guère de forme de l’activité humaine où (il) n’intervint d’une manière quelconque »43. Exercice de la justice, gestion des finances, police et administration, défense et garde de la cité, voirie, travaux publics, santé, réglementation de l’activité industrielle et commerciale, approvisionnement des habitants, admission des nouveaux bourgeois et des manants, écoles, sont les principaux domaines de cette vaste compétence. Bien entendu ses importants pouvoirs en matière religieuse retiendront notre attention en temps opportun44. Au seuil de cette étude rappelons simplement ce qu’est le Magistrat et comment il est désigné45. La Loi, comme on l’appelle encore, reste organisée selon les principales dispositions de la charte accordée par la comtesse Jeanne en 1235 ; d’autres textes et le temps y ont apporté quelques modifications46. À la fin du XVIe siècle, quarante hommes la composent dont trente trois sont choisis annuellement par quatre commissaires royaux. Les sept autres sont des officiers permanents qui tiennent un rôle important mais n’ont pas voix délibérative dans les réunions47.

  • 48 Le mot Rewart serait la contraction du mot thiois, « Rust-Bewaerden », « le gardien du repos » (A.  (...)
  • 49 A.M.L., Aff. gén. C. 481, d. 14, 1695. Mémoire remis au duc de Boufflers, gouverneur, sur les insti (...)
  • 50 Les registres au renouvellement de la Loi (A.M.L. 431, 432) consignent annuellement les noms des ti (...)
  • 51 Une requête de bourgeois, en 1649, déclare que les Huit Hommes « sont les tribuns représentant la c (...)
  • 52 Divers incidents sans grand intérêt surgissent parfois sur les modalités de cette désignation. En 1 (...)
  • 53 En 1605, on constate que le siège des Apaiseurs est tombé en décadence et que les Lillois qui y son (...)
  • 54 Ces commissaires de quartier font en particulier les « recherches » et les dénombrements prescrits (...)

16Les trente trois membres annuels occupent des fonctions diverses. Le premier nommé, le Rewart, représente la communauté : à ce titre il détient les clefs de la cité et il est responsable de la garde, de la police, de la voirie48. Il doit donc être non seulement bourgeois, mais aussi natif de Lille, tout comme le mayeur qui est le premier des échevins et à ce titre préside les réunions à la halle échevinale. Le mayeur et les onze autres échevins « ont tous caractère de juges à l’exclusion des autres magistrats et ils connaissent de toutes actions civiles et criminelles, exerçant la justice haute, moienne et basse… Cette juridiction s’étend dans toute la ville et banlieue qualifié eschevinage »49. Huit jurés et quatre voir-jurés, constituent le Conseil. Compétents en matière financière et administrative, pour les passages de contrats et les constitutions de rentes, ils se partagent avec les échevins les nombreuses « commissions spécialisées » : prisées des grains et du pain, achats de bois et de tourbe, surveillance des fours et des cheminées, des rivages, des marchés, des ouvrages, des hôpitaux et des prisons, etc.50. Enfin, la Loi est complétée par les Huit Hommes ou Prudhommes qui à l’origine représentaient peut-être un pouvoir de contrôle des bourgeois sur les élus51 ; ils ne sont d’ailleurs pas désignés par les commissaires mais par les curés des quatre plus anciennes paroisses de la ville : Saint-Pierre, Saint-Étienne, Saint-Maurice, Saint-Sauveur52. Ils sont notamment chargés, avec huit échevins tirés au sort, de répartir les impôts, en particulier le vingtième locatif pour payer l’aide au souverain. Les curés désignent encore cinq apaiseurs qui jugent les petites affaires53 et les commissaires nomment cinq gard’orphènes qui s’occupent gracieusement du bien des orphelins mineurs. Mais ces dix hommes ne font pas franchement partie du Magistrat. Celui-ci désigne les capitaines des compagnies bourgeoises qui sont en même temps des commissaires de quartier, surveillant en particulier les mouvements de population des étrangers et des mendiants54.

  • 55 « Le père et le fils, le père et le beau-fils, le frère et le mari de la sœur, les oncles tant du c (...)
  • 56 « Instructions », op. cit., B.CH. Nord, T. X, 1868, p. 377.

17Lors de la désignation des membres du Magistrat quelques règles doivent être observées. Mentionnons les principales. Tous les membres nommés doivent être bourgeois et résidents « d’an et jour ». Ils doivent être mariés ou l’avoir été. Les avocats ne peuvent être choisis. La compétence du Magistrat en matière fiscale et judiciaire explique cette défiance : on ne peut être juge et partie. Des incompatibilités de parenté ou d’affinité sont définies essentiellement pour les échevins55. De même ceux-ci et le mayeur doivent attendre deux ans avant d’exercer un nouveau mandat, mais rien ne les empêche dans l’intervalle d’occuper une autre fonction dans la Loi, ce qui est fréquent. Quand Le Peletier de Souzy est nommé intendant après la conquête française, il déplore ces restrictions qui compliquent sa tâche, mais il ajoute avec lucidité : « Le peuple est accoutumé à considérer ces règlements comme des privilèges et souffrira avec peine le changement que l’on y voudra faire »56.

  • 57 Les curés devaient évidemment prendre connaissance du choix des commissaires avant d’exercer leur p (...)
  • 58 De 1598 à 1677, le Magistrat est continué en 1641, 1645, 1647, 1649, 1656.
  • 59 A.M.L., Aff. gén., C. 480, d. 6, extrait d’un journal tenu par Antoine Logenhague, escuyer, Sr d’In (...)
  • 60 « Observations sur l’Histoire de Lille de Tiroux », par De Courcelles, S. Fl Wallonne, t. IX, 1869, (...)

18Chaque année, rewart, échevins, conseillers sont choisis le jour de la Toussaint par quatre commissaires qui prêtent serment préalablement à la Chambre des comptes. Les Huit Hommes sont désignés le lendemain, 2 novembre, par les quatre curés précités57. Il arrive parfois que la Loi au lieu d’être renouvelée est « continuée » par décision du souverain, ce qui est un moyen de tourner les interdictions précédentes et de laisser les mêmes dirigeants en place. Cette procédure est surtout utilisée pendant la guerre de Trente Ans58. Gratuites en principe, les fonctions « municipales » sont en fait lucratives. En 1639-1640, un Mayeur déclare avoir touché 3473 florins auxquels s’ajoutent d’autres avantages59. Vers 1760, on estime que les échevins perçoivent entre 3600 et 2000 florins grâce à leurs commissions. S’y ajoutent deux robes payées par an, de nombreux dîners, etc..60.

  • 61 Ce serment figure pour la première fois dans le renouvellement de 1590. « Ayans ceulx de ladite loy (...)
  • 62 Voir infra, chap. IV.

19Une clause exige que tous les membres de la Loi soient catholiques et jouissent d’une bonne réputation. Au vieux serment prêté dès l’origine par les échevins, la main sur le missel, de « warder les droits Dieu et Saint-Église », Philippe II en 1590 en ajoute un spécial d’orthodoxie. Rewart, échevins, jurés et voir-jurés jurent de croire ce qu’enseigne l’Église catholique, « la doctrine qu’elle a tenu et tiens sous l’obéissance de Notre Saint Père le Pape, détestant toutes doctrines contraires à icelle, si comme des luthériens, des calvinistes, des anabaptistes et de tous autres hérétiques et sectaires »61. Chacun ensuite embrasse la croix. Ces précautions n’empêchent pas l’arrivée au Magistrat de quelques personnes suspectées d’hérésie, du moins si l’on en croit certains documents62.

III - La population et sa structure démographique

  • 63 Cf. A. Lottin, « Vie... d’un Lillois, op. cit. » p. 61-76. L’enquête collective menée au sein du sé (...)
  • 64 Ces dénombrements sont conservés aux A.M.L. : celui de 1677, No 11 077, celui de 1686, Aff. gén. C  (...)

20Peut-on tenter d’évaluer le nombre des Lillois peuplant alors la cité ? La réponse n’est pas simple. En aval de la période chronologique que nous étudions, on peut s’appuyer sur de précieux dénombrements63. Celui de 1677, tête par tête, est complet mais n’est pas aussi riche d’enseignements que celui de 1686, hélas incomplet, comme l’est celui de 1694 précédant l’établissement de la capitation et les rôles de celle-ci64. Nous puisons largement dans ce trésor. Mais le sens aigu du temps que doit avoir l’historien, les notations qualitatives recueillies çà et là dans les documents ne peuvent que nous inciter à la prudence. Or, malheureusement des sources aussi riches manquent totalement en amont. Il faut se contenter de rares estimations ou de renseignements épars.

  • 65 H. Platelle, in Hist. de Lille, t. 1, p. 393.
  • 66 En 1539, le Magistrat écrit : « depuis vingt ans le peuple de la ville est tellement accru et multi (...)
  • 67 P. Deyon, A. Lottin, Évolution de la production textile à Lille aux XVIe et XVIIe siècles, R.d.N., (...)

21Une chose est sûre : Lille est devenue une très grande ville au XVIe siècle. H. Platelle, G. Sivery, A. Derville, après de savants calculs, concluent que la ville avait environ 15 000 à 20 000 habitants à la fin du XVe siècle,65. Vers 1566, on peut avancer le chiffre d’environ 40 000 habitants66. La croissance impétueuse de l’industrie textile et des activités qui y sont liées explique largement ce doublement de la population urbaine67.

  • 68 B.M.L. Ms 582, F° 184 édité dans B.S.E.P. Cambrai, t. 1, 1889-1900, et non A.M.L. No 632 comme il e (...)
  • 69 A.C. Tournai, Reg. 370.
  • 70 Voir chapitre suivant, p. 35.
  • 71 A.S. Vaticano, F. S. Cong. Concilio, V.L. Tournai ; en 1659, l’évêque évoque les 7 paroisses qui on (...)
  • 72 A.M.L., Aff. gén. C. 826, d. 9, 1666.
  • 73 A.M.L. No 11 077. En 1677 la répartition entre les paroisses est la suivante :
    Saint-Maurice : 9468 (...)

22Les « troubles », les graves crises et les pestes, en un mot, la conjoncture générale provoquent une baisse sensible ensuite. Une estimation faite en 1617, donne alors le chiffre de 32 000 Lillois sans compter les faubourgs68. La progression reprend lorsque de nombreux habitants des régions environnantes, qui fuient devant la guerre et l’occupation française, se réfugient dans la cité, notamment les Artésiens après 1640. Une estimation du doyen de chrétienté, Nicolas Lambert, en 1651, bien que dépourvue de valeur statistique, aboutit à un résultat global acceptable. Il parle de 35 000 communiants, ce qui ferait 45 000 habitants69. Après 1640 en effet, les crues et les décrues d’habitants dans la cité ont varié au rythme des campagnes militaires et des sièges. De terribles mortalités, comme celles de 164170, les retours des paysans dans leurs villages momentanément abandonnés ont contribué au dégonflement et à une relative stabilisation. L’évêque de Tournai, en 1659, parle de 50 000 communiants pour les sept paroisses71 et le curé de Saint-Sauveur, excessif en tout il est vrai, considère en 1666 qu’il a la charge de 15 000 d’entre eux dans sa seule paroisse !72. Compte tenu de tout ceci on peut dire qu’à certains moments, entre 1639 et 1667, la population lilloise a certainement dépassé 50 000 âmes. Le méthodique dénombrement de 1677 recense 45 179 habitants intra-muros73. La ville vient de s’agrandir en 1670, certes, mais l’extension est encore peu peuplée et des habitants ont certainement échappé aux enquêteurs. Les chiffres donnés confirment que Saint-Sauveur, Sainte-Catherine, la Madeleine ont vu leur population croître considérablement. Le phénomène est moins accusé pour Saint-Maurice et surtout pour Saint-Étienne.

  • 74 Cf. les T.E.R. de :
    - J.P. Caslety, G Mignien, J.M. Pollet, La paroisse Saint-Maurice de 1677 à 174 (...)
  • 75 Cf. la conférence de P. Chaunu, Les éléments de longue durée dans la société et la civilisation au (...)

23La structure démographique est une donnée essentielle de l’action pastorale. Si les études de sociologie religieuse contemporaines peuvent s’appuyer à satiété sur des chiffres, ceci n’est presque jamais possible pour le XVIIe siècle. Pour Lille, à partir du dénombrement de 1677 on peut établir « le document primordial », en démographie, à savoir une pyramide des âges ; nous nous appuyons sur celles des trois paroisses les plus populeuses – Saint-Étienne, Saint-Maurice, Saint-Sauveur74 qui représentent un échantillon de près de 25 000 habitants, pour dégager quelques traits significatifs de la structure démographique lilloise. Nous sommes ici dans le domaine des permanences75.

Paroisse Saint-Maurice-1677

Paroisse Saint-Maurice-1677
  • 76 À Saint-Étienne, taux de féminité de 126 ; à Saint-Maurice de 120 ; à Saint-Sauveur de 113,5.

24La population lilloise au XVIIe siècle est d’abord caractérisée par l’importante supériorité numérique des femmes. Le taux de féminité, c’est-à-dire le nombre de femmes pour 100 hommes, dans la plupart des paroisses est d’environ 120. Le sexe féminin représente donc près de 55 % de la population globale. L’examen par tranche d’âge montre que l’équilibre entre les deux sexes se maintient jusqu’à 14 ans, puis est alors rompu en faveur des femmes ; ce phénomène va ensuite en s’accentuant76.

  • 77 Dans les dénombrements, le terme « enfant » désigne les filles de moins de 12 ans, les garçons de m (...)
  • 78 C’est une structure proche de celle des pays en voie de développement actuellement. En revanche, en (...)

25L’importance du nombre des enfants est le deuxième fait marquant par lequel cette structure démographique se différencie de celle du XXe siècle77. Si l’on considère les moins de 20 ans, on atteint la proportion considérable de 40 % et plus78.

  • 79 À Saint-Étienne, 28,8 %
    Saint-Maurice, 35,0 %
    Saint-Sauveur, 35,9 %
  • 80 À Saint-Étienne, enfants déduits, ils sont 24,91 %, auxquels il faut ajouter les religieux et les r (...)
  • 81 À Saint-Étienne, 93 veufs, 296 veuves soit 4,60 % de la population ; à Saint-Maurice 142 veufs et 5 (...)

26Troisième caractéristique : les personnes mariées ne représentent qu’entre 30 et 35 % de la population globale79, alors qu’elles sont couramment près de 60 % dans nos villes actuelles. L’âge moyen au mariage (entre 25 ans et 30 ans), la durée moyenne de la vie, le nombre des enfants et la présence de beaucoup de gens de maison l’expliquent. Par voie de conséquence les célibataires sont très nombreux dans la cité. Si l’on fait abstraction des moins de vingt ans, ils sont encore entre 25 et 30 %, et dans certaines paroisses ils équilibrent presque le groupe des gens mariés80. Veufs et veuves y tiennent une place non négligeable, mais réduite (environ 6 %) ; plus des trois quarts de ces 6 % sont d’ailleurs des veuves81.

  • 82 E. Helin, La démographie de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bruxelles, 1963, in-8°, 282 p.

27Une dernière constatation s’impose. De nombreux adultes demeurant à Lille n’en sont pas natifs. Pour l’ensemble de la population urbaine cette proportion n’est pas éloignée de 25 %. Le phénomène est plus nettement accusé chez les adultes (près d’un tiers de ceux-ci à Saint-Maurice). La moitié environ de ces « immigrés » vient de la châtellenie. La ville, « mangeuse d’hommes », tire donc une importante partie de sa substance humaine du plat pays environnant (Mélantois, Ferrain, Weppes). L’essentiel de l’autre moitié vient d’Artois, notamment à la suite du grand exode consécutif à la guerre et à l’occupation française après 1640. Contrairement à ce qui se produit ailleurs, à Liège notamment82, les hommes sont aussi nombreux que les femmes parmi les migrants.

28Ces données précises et incontestables de la structure démographique lilloise permettent de mieux comprendre l’action entreprise en direction des enfants, des femmes, des célibataires par l’Église. La vie religieuse peut être appréciée plus justement à la lumière de ces chiffres et réciproquement certaines mutations pastorales peuvent mieux se comprendre.

IV - Les activités des lillois

a) Le monde du textile

  • 83 Document reproduit par M. Vanhaeck, Histoire de la sayetterie à Lille, t. II, documents, Lille 1910 (...)
  • 84 Le Peletier, Instructions, op. cit. p. 395.
  • 85 Renseignements établis grâce aux documents des cartons des Aff. gén. des A.M.L., en particulier C.  (...)

29L’essor de l’industrie textile au XVIe explique essentiellement l’augmentation de la population urbaine. Si l’ancienne draperie travaillant la laine cardée était tombée en désuétude, la sayetterie et la bourgeterie ont assuré la croissance de la ville, la seconde se hissant au niveau de la première au début du XVIIe siècle. L’une et l’autre travaillent la laine peignée sèche. La sayetterie exige moins de savoir-faire, et fabrique des étoffes de plus en plus légères et bon marché : les satins et les ostades dès le milieu du XVIe l’emportent sur les sayes, puis les changeants sur les satins et les ostades. Charles Quint, le 15 mai 1534, accorde aux Lillois le privilège exclusif de la sayetterie dans la châtellenie83 et la ville lutte pendant tout l’Ancien Régime, avec de moins en moins de succès, pour faire respecter ce privilège. Les ruraux devaient se limiter à fabriquer les filets de sayette, c’est-à-dire les fils de laine, et à les vendre obligatoirement au marché de Lille. Mais la tentation était forte dans certains gros bourgs comme Tourcoing, Roubaix ou Lannoy, de les mettre en œuvre sur place. La confection des étoffes grossières y est tolérée. Au cours du XVIIe la concurrence devient plus âpre, et en 1683 l’intendant considère que « l’industrie des ouvriers du plat pays a prévalu sur celle des ouvriers de Lille, de sorte qu’à Tourcoing, Roubaix et Wattrelos l’on fait des étoffes plus fines et plus belles qu’à Lille »84. Dans la cité même les bourgeteurs, « frères ennemis » des sayetteurs, fabriquent à la hautelisse des étoffes de laine mélangées de lin, soie, coton, fil d’or ou d’argent, et cette activité devient aussi importante que la sayetterie. Le métier, « l’ostille », conduit par le maître artisan fait directement travailler 9 personnes : « un ouvrier, un peigneur, deux redoubleuses, quatre fileuses, un épeulman ». S’y ajoutent les métiers annexes et complémentaires « calendreur, foulon, teinturier, presseur, corroieur, tourneur de moulins pour accomoder le fil, faiseur de came et de ros »85. On peut donc estimer que l’industrie textile fait vivre plus de 40 % de la population lilloise.

  • 86 A. Lottin, op. cit., p. 72-75.
  • 87 Le terme « enfant » est équivoque puisqu’il désigne dans les documents d’époque « les enfants vivan (...)
  • 88 A.M.L., Aff. gén. C. 1161, d. 21, p. 1577.
  • 89 A.M. Valenciennes, G 1/48, F° 61 vo.
  • 90 Pour les problèmes que cela posait à la catéchèse, voir le chap. X.

30Cette petite moitié du « troupeau » confiée aux pasteurs n’est pas homogène sur le plan social. Un premier fait marquant, lié à la structure démographique d’ailleurs, est à mettre en relief car il a son importance pour l’action pastorale et la vie religieuse : le travail des femmes et des enfants. À la démonstration chiffrée que nous avons apportée pour le règne de Louis XIV86, nous n’ajouterons que quelques exemples qualitatifs. Femmes et filles sont dentellières, fileuses, redoubleuses, tricoteuses, couturières, etc., sans compter les veuves qui continuent, avec l’aide d’un ou plusieurs ouvriers, l’exploitation du métier à tisser. Plus mal connu, encore est le travail des petits enfants87. Deux exemples confirment cette indiscutable réalité. En 1577, les maîtres du corps de stil de la sayetterie considèrent que la fabrication des changeants larges ou grands changeants, « tend au grand préjudice du petit peuple et enffans de maistres dudit stil, en ce que lesdits changeans ordinaires se composoient et composent facillement, voire par enffans de nœuf à dix ans, tellement que auxdits enffans seroit osté le moyen de gagner leur vie dudit stil »88. Au début du XVIIe siècle, le Jésuite Guillaume Marc, qui consacre ses forces et sa vie à la catéchèse des jeunes, observe le même fait à Valenciennes. Il s’apitoye « sur la jeunesse méchanique que pour la plupart on accoustume au travail dez l’aage de six à sept ans, sans aucun repos pour la misère du temps »89. Il s’agit bien d’une triste nécessité pour survivre et l’histoire religieuse ne peut ignorer ces réalités : toute l’action du P. Marc à elle seule en témoigne90.

  • 91 A.M.L., Aff. gén. C. 1171, d. 9, 1565. Remontrance des maîtres de la Vingtaine.
  • 92 Voir le chapitre suivant, p. 32 et sq.
  • 93 Un rôle de 1650, en pleine guerre donc, fournit la statistique suivante : 58 maîtres possèdent 1 mé (...)
  • 94 Toutes ces citations sont extraites d’une remontrance présentées par les sayetteurs de la Vingtaine (...)
  • 95 Voir notre étude : « un conflit révélateur : liberté économique et règlements anciens (1661-1666) » (...)
  • 96 A.M.L., Aff. gén., C. 1176, d. 9.

31Pour présenter correctement cette vaste part du peuple lillois qui vit de la sayetterie il faut encore en préciser rapidement la structure socio-professionnelle. Un magnifique document de 1565 permet de le faire sommairement. « Le stil de la saietrie… duquel le plus grand nombre du peuple gaigne sa vie » s’ordonne à cette date selon trois étages chez les maîtres-artisans. La masse besogneuse, « jusques au nombre de deux mil et dadvantagge quy se contentent de leur ouvroir, gens honestes, de petite faculté quant aux biens, entièrement dépendans de l’exercice journel dudit stil ». Un étage supérieur comprend « quarante ou cinquante personnes plus puissans en faculté, vivans du stil non seullement pour le nécessaire entretiennement de leur famille, mais aussi pour la convoitise ». À l’étage inférieur, « se retrouvent aultres du tout nécessiteux et indignes exerçans le dict stil commes maistres ouvriers sous aultres plus puissans… qui peuvent estre en nombre de deux cents ou environ »91. Ces derniers en fait sont assimilés à la masse des ouvriers. Les chiffres impliquent à cette date environ 2500 métiers battants ; ils ont ensuite varié avec la conjoncture, et ont baissé92. Mais la structure socio-professionnelle ne change guère car les sayetteurs ont obtenu en 1565 une ordonnance échevinale interdisant à tout maître de posséder plus de six métiers « à faire changeant » et de faire tisser pour lui en dehors de son propre ouvroir93. Par la suite les dirigeants du corps de métier, avec le concours volontaire ou résigné du Magistrat, ont réussi à faire respecter cette limitation qui garantit à la majorité une honnête médiocrité et répond à un idéal social dont les composantes sont complexes. Selon les dires des intéressés cette réglementation permet « l’entretement journallier de leur famille ». Par cette « police bien ordonnée… tous doivent avoir moien de gaignage sans que le moindre soit foullé et oppressé par l’avarice du plus puissant ». Elle n’interdit pas « de faire quelque espargne pour eulx ayder esdits cas (maladie ou indisposition) ». En revanche elle est « une bride à la convoitise des puissants… un frein à l’avarice des plus riches », sans interdire la promotion sociale des faibles : « Est laissé moiens voires au plus povre de faire prouffit et pooir devenir riche moyennant petite assistence de parens ou amys… [ou en] empruntant quelque peu d’argent ». Elle garantit la solidarité avec les ouvriers que les petits maîtres-artisans n’hésitent pas à garder « aussy bien au maulvais tems que au bon, attendant la venue dudit bon temps »94. Cet idéal social exprimé vers 1565, se maintient au XVII; il est à nouveau affirmé en 1664 lorsque des novateurs, « les longues élattes », mènent une offensive en règle pour supprimer ces mesures restrictives. La masse des sayetteurs s’oppose alors à eux avec violence95. Dans la bourgeterie, où la même limitation n’existe pas, la structure socio-professionnelle n’est pas très différente, si l’on en juge par une statistique de la fin du XVIIe siècle. Un maître possède certes quarante et un métiers et quelques autres quinze ou vingt, mais la plupart n’en ont que deux ou trois, comme dans la sayetterie96.

b) Artisans et commerçants des autres métiers

32Le monde de l’artisanat et du petit commerce, presque toujours structuré en corps de métier, représente l’essentiel du reste de la population. Quelques professions ont certes un niveau de vie supérieur à la moyenne, les orfèvres par exemple, alors que d’autres sont en bas de l’échelle comme les savetiers ou les fripiers. Dans un même métier les écarts sociaux peuvent évidemment être importants : il y a graissier et graissier, maçon et maçon. Si l’on veut connaître plus précisément la place relative tenue par les grands secteurs d’activités, il faut se référer aux dénombrements de 1686 et de 1694 qui en fournissent une « photographie » imparfaite et floue sur les marges ; mais l’ampleur de l’échantillon (près des deux tiers de la population) lui confère une indiscutable valeur représentative. Comme toute photographie, celle-ci est datée ; il est certain que le cliché serait légèrement différent au début du siècle… mais il ne nous est pas parvenu.

33Dans une telle métropole les fonctions d’habillement, d’alimentation et d’équipement tiennent une place importante et relativement stable. La confection, la réparation, l’entretien, la vente des vêtements occupent une large fraction de la population travaillant pour les citadins, pour les ruraux de la châtellenie, ou pour des marchés plus lointains. On peut y joindre les métiers du cuir qui ne mettent pas en œuvre la même matière première mais coopèrent souvent aux mêmes fins. Occupant largement les femmes et les enfants, plus dans le vêtement que dans le cuir, ces métiers font vivre près de 10 % de la population. À quelques exceptions près (tanneurs, gantiers, tailleurs, chapeliers) il s’agit de professions très modestes où la production et le commerce se côtoient et se complètent. Les métiers de l’alimentation, essentiellement tournés vers le commerce, sont dispersés à travers toute la ville, mais beaucoup sont installés au centre et près des marchés. Ces professions font vivre au moins 7 % de la population.

34Artisans et ouvriers du bâtiment, des professions du fer et du bois, non seulement produisent mais commercialisent leur œuvre. La place des métiers du bâtiment peut paraître faible dans une telle concentration urbaine ; ils ne sont guère plus de 3 % de la population, mais un correctif s’impose. Ces activités sont presqu’exclusivement masculines et une proportion établie sur les hommes seuls serait plus significative. Par ailleurs des habitants des faubourgs et des villages voisins s’adonnent assez volontiers à ces travaux, notamment comme manœuvres. Parmi les métiers du fer et du bois, certains s’apparentent à ceux du bâtiment (plombiers, menuisiers) d’autres sont plus proches d’une activité de type « industriel » (chaudronniers, faïenciers, fondeurs, serruriers, marchands de fer, maréchaux ferrants, potiers, tonneliers), d’autres encore exercent des activités lucratives, précieuses ou spécialisées (ébénistes, orfèvres) ; certains enfin sont des commerçants importants, producteurs ou non (armuriers, débitants de bois, quincaillers) ou au contraire exercent de menus métiers (manneliers, remouleurs). Tout ceci implique des différences sociales assez sensibles. L’ensemble de ces activités, fortement masculines elles-aussi, atteint seulement 3,5 %. Compte-tenu des remarques faites on peut estimer qu’au total les métiers du bâtiment, du bois et du fer occupent ou font vivre près de 10 % de la population lilloise.

35Suit le groupe imposant, mais ô combien hétérogène, des domestiques (près de 15 %). L’ambiguïté du terme est d’ailleurs connue. Des commis de boutique, des compagnons figurent sûrement sous ce terme générique ou celui de valet. Cependant le nombre considérable de femmes avouant cet état montre qu’il s’agit essentiellement du personnel de maison, de servantes, souvent célibataires. Cette importance numérique des domestiques, classique dans les villes, est un élément à prendre en considération pour l’étude de la vie religieuse. Autorités laïques et spirituelles, prédicateurs, écrivains s’adressent fréquemment à eux ou à leurs maîtres dans leurs sermons ou leurs écrits.

36Viennent enfin les professions de ceux qui assurent le charroi et le portage (environ 3 %), essentiellement des hommes. Certains utilisent la force animale et sont de petits entrepreneurs jouissant d’une situation sociale plus élevée que la masse des portefaix, porte-sacs, « brouetteurs, qui s’activent au rivage ou dans la ville. Regardés comme des gens grossiers ils jouissent de bien peu de considération.

  • 97 J.P. GUTTON, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, Paris, Les Belles Lettr (...)

37Il est bien difficile d’évaluer le nombre des victimes de l’âge, de la solitude, de la maladie, les « fainéants » invétérés ou les vagabonds, bref « le paupérisme structurel » selon l’expression de J.P. Gutton97, ceux qui sont toujours nettement au-dessous du « minimum vital » même quand la conjoncture est bonne. Le dénombrement de 1686, ordonné pour démasquer les mendiants et les pauvres « étrangers » indûment installés dans la cité, les sous-enregistre par définition. Mais la plupart des études menées à Lille ou ailleurs montre que ce monde de la misère permanente représente en général près du dixième de la population, composé de vieilles, de vieux, de veuves et de femmes abandonnées avec leurs enfants, d’estropiés et de malades. Lors des crises le problème est tout autre : une partie de la population précédemment mentionnée vient grossir leurs rangs.

c) Les élites sociales

  • 98 P. Deyon, Amiens capitale provinciale, Étude la société urbaine au XVIIe siècle, Mouton, Paris La H (...)

38Restent les élites sociales. Leur nombre est faible, mais l’influence des plus puissants d’entre eux est considérable. Bien des distinctions s’imposent et on ne peut ici nuancer à souhait. Il y a d’abord les rentiers, c’est-à-dire ceux qui vivent exclusivement de leurs rentes, car bon nombre de ceux que nous avons évoqués ou que nous évoquerons possèdent aussi des rentes ! Parmi eux, des personnes qui ont cessé de travailler, mais surtout des filles non mariées, des veuves, vivant chichement ou à l’aise des revenus laissés par leurs parents ou leurs époux. Ce groupe qui a des loisirs et des disponibilités tient aussi une place de choix dans « la vie religieuse ». Rentiers également, mais d’un autre type, les nobles, relativement peu nombreux à Lille. Beaucoup d’entre-eux, « marchands volages à la manufacture »98 se sont mis à vivre de leurs rentes et ont été anoblis. Parmi les « rentiers » on peut aussi compter les ecclésiastiques, les religieux, et les religieuses, (plus de 2 % de la population) dont nous parlerons abondamment. Élites, enfin ceux qui, selon une expression consacrée mais pas toujours exacte, ne travaillent pas de leurs mains : professions libérales, hommes de loi ou de médecine et surtout marchands. Là encore ce dernier vocable recouvre des réalités bien diverses ; les principaux marchands dominent la manufacture textile, mais leur négoce ne se limite pas à ces produits : en même temps ils font trafic de grains, de bois et de nombreuses autres marchandises. Ils commandent et achètent des étoffes aux petits artisans et ils en assurent l’écoulement à l’étranger ; ils sont dans la cité les maîtres de l’emploi et des prix, tout en étant soumis à la conjoncture.

39Cette vision sommaire mais précise des activités des Lillois demande à être affinée et complétée par une rapide esquisse sociologique par paroisses.

V - Sociologie paroissiale

  • 99 A.M.L., No 15 884.
  • 100 Cette étude, menée à partir des déclarations nominales des prébendes et des payeurs (A.M.L., Aff. g (...)

40Comme dans la plupart des villes d’Ancien Régime la richesse, l’aisance, la stabilité des habitants décroissent du centre vers la périphérie, des grandes artères vers le lacis des ruelles. Approximation grossière certes, mais exacte. Les principaux monuments de la cité, le Palais Rihour et la Halle échevinale jusqu’à sa destruction ornent, nous l’avons vu, la paroisse Saint-Étienne qui est la seule, avec Saint-Pierre, à ne pas « toucher » le rempart. Professions libérales, commerçants, artisans y sont rassemblés et sont proportionnellement beaucoup plus nombreux qu’ailleurs. Une importante concentration de domestiques (1 130 en 1695) confirme l’aisance de la majeure partie de la population qui y demeure. Deux « indicateurs » fiscaux confirment ces faits. En 1641-1642, le vingtième locatif perçu à Saint-Étienne rapporte 8 581 florins sur un total de 20 726 florins ramassés dans toute la ville, preuve que les maisons y sont plus amples et plus cossues qu’ailleurs99. En 1695, le taux moyen par contribuable payé pour la capitation est de 12 lp 7s, loin devant celui de Saint-Pierre précisément (9 lp 8s). Néanmoins la richesse n’est pas également répartie sur l’ensemble du territoire paroissial. Des femmes seules ou des veuves, sont terrées dans des caves, dans la rue Esquermoise par exemple, où sont tapies dans des greniers. Une étude inédite que nous menons sur les petits « prébendés » en 1693 montre qu’il y en a un nombre non négligeable dans cette paroisse100. Dès que l’on s’éloigne de la Grand’Place, notamment au Sud, vers les rues de Termonde, de la Nef, de l’Arc, on trouve un habitat misérable.

41Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Saint-Pierre est avec 9 lp 8 la deuxième paroisse pour la contribution moyenne par habitant à la capitation en 1695. Enclavée et de petite étendue, elle est avant tout la paroisse de la collégiale, des chanoines, des domestiques, de l’hospice Comtesse, et de commerçants qui essaient de tirer parti des « franchises » du chapitre ; mais quelques îlots comme la placette aux Oignons sont habités par une population laborieuse, voire misérable.

  • 101 A.M.L. Reg. aux rés., No 280, F° 74, 6 mars 1626.
  • 102 A.D.N., 16 G 1190 (vers 1570).

42La vaste et populeuse paroisse Saint-Maurice, étirée du Sud au Nord entre Saint-Étienne et Saint-Sauveur présente un visage complexe. Les pourtours de l’église sont le royaume du petit commerce de détail. On y vend notamment des hardes chez les fripiers. L’Abbiette, riche abbaye dominicaine de femmes, la demeure du Gouverneur rehaussent le quartier mais les extrémités sont plus pauvres. À la limite de la paroisse Saint-Sauveur, le textile règne en maître : c’est déjà le royaume des ouvroirs des sayetteurs et des bourgeteurs avec çà et là quelques cours lépreuses comme celle d’Égypte. En 1626 à la demande des dames de l’Abbiette, incommodées par un tel voisinage, une visite ordonnée par le Magistrat en fournit la description suivante : « Tous les dites maisons sont petites, caduques, et non ceinte de murs, ains de mauvais parois ; estans toutes occupées par divers mesnaiges sans qu’aucun ait le moyen de se nourir ou ayder advenant le cas du mal contagieux »101. Le long des remparts, au Sud, mais bien plus encore au Nord, dans le quartier des Littes, végète un monde misérable d’ouvriers tisserands, de journaliers, de portefaix. Un document de 1570 résumait bien le caractère composite de la population de Saint-Maurice en déclarant qu’elle est habitée par une « juste moictié de povres gens vivans par le bénéfice de leurs mains »102.

  • 103 Sur l’installation des nouveaux couvents, voir le chapitre VII.

43Au sud de la ville, entre le rempart et Saint-Étienne, l’ancienne paroisse de Sainte-Catherine est aussi peuplée par de nombreux artisans et des ouvriers du textile, parmi lesquels les bourgeteurs sont majoritaires. Dans l’agrandissement réalisé en 1603-1604 à la limite de Saint-Étienne va s’élever le collège des Jésuites inauguré en 1611. Au nord de la cité, dans le territoire inclus « intra-muros » en 1617-1621 et relevant de la paroisse de la Madeleine, s’installeront également de nombreux couvents dont celui des Carmes103. Dans le lacis de ruelles qui les entourent s’entasse progressivement une foule misérable vivant de petits métiers ou de la charité. Vers le rivage de la Deûle bateliers, portefaix, charretiers s’affairent.

  • 104 A.M.L., Aff. gén. C. 841 d. 2.
  • 105 A.M.L., Aff. gén. C. 826 d. 9, 1666.

44Le quartier ouvrier par excellence est, à l’Est de la cité, la populeuse paroisse Saint-Sauveur qui offre en réalité des visages divers. Les rues de Poids, de Fives, du Croquet présentent la même structure socio-professionnelle que celles de Saint- Maurice qui l’avoisinent et contiennent donc de nombreux ouvroirs de sayetteurs et de bourgeteurs. Les rues Saint-Sauveur et des Malades sont de belles artères peuplées de maisons de commerce et aussi d’ateliers. Mais entre les deux, dans un dédale de ruelles sordides et de cours, croupit un monde d’ouvriers, de journaliers, de malheureux, de mendiants. Des familles entières sont entassées dans des caves, des chambres, des cuisines, des greniers. Quelques témoignages du début et du milieu du XVIIe confirment les chiffres du dernier tiers du siècle. En 1654, les Collettines du Vieil Hesdin désireuses de s’établir en face de l’église Saint-Sauveur déclarent que ce quartier n’est « fréquenté que de pauvres gens, la pluspart mendians »104. Cette appréciation est corroborée par celle du curé P. Salmon qui se plaint de devoir « visiter les pauvres dans les caves, greniers, et aultres places puantes… La paroisse est pleine de telles demeures »105. L’entassement de la population dans ces quartiers et la paupérisation se sont accrus pendant la guerre de Trente Ans, « par l’inhabitation de quantité d’étrangers » au point que le curé estime que sa paroisse est « la plus peuplée de la ville ». Il avance même le chiffre de 15 000 communiants, soit plus qu’une ville comme Beauvais !

45Au terme de cette rapide présentation, un facteur nous semble revêtir une importance certaine pour l’étude de la vie religieuse de la population dans ce grand centre urbain, à savoir la plus ou moins grande « stabilité » des habitants. « Stabilité » dans la vie tout d’abord ; certains ne font que passer éphémèrement et on sait que, par-delà le destin individuel de chaque homme, la mort est sélective au niveau des groupes sociaux et frappe plus largement les faibles, notamment lors des épidémies. C’est également la stabilité socio-professionnelle liée à la « qualité », à l’emploi, à la fortune ou aux revenus ; même modestes, ceux-ci, s’ils sont assurés, confèrent un sentiment de sécurité indéniable. Au total la partie « stable » de la population, dans le temps et dans l’espace urbain, fournit les cadres de la vie religieuse à tous les niveaux : prêtres et religieuses bien sûr mais aussi laïcs, membres du Magistrat, marguilliers, « pauvrieurs », administrateurs de chapelles, maîtres et membres des confréries, donateurs, etc. Ce vaste groupe recoupe verticalement des strates sociales précédemment mentionnées : rentiers de toute espèce, marchands et commerçants, membres des professions libérales, la plupart des maîtres artisans et des ouvriers qualifiés, domestiques qui bénéficient en ce domaine de la « stabilité » du maître qu’ils servent, et même petits prébendés assurés d’une aide constante. Ce sont les bourgeois, c’est-à-dire ceux qui sont inscrits sur le registre de bourgeoisie de la ville, et une partie des manants. Ossature de la société urbaine, ils sont aussi celle de l’église. Si on n’y prend garde, l’histoire de la vie religieuse en milieu urbain risque de n’être que celle de ces milieux, divers certes, mais ayant en commun un certain nombre de valeurs.

46Or une importante partie de la population ne jouit pas de cette stabilité relative mais réelle. Ce sont les membres de groupes sociaux plus fragiles devant la mort, rapidement éliminés et remplacés, constamment menacés par l’insécurité de l’emploi ; ouvriers et manouvriers travaillant « s’il fait bon temps », en détresse dès que « l’ouvrage » manque et que les prix des subsistances s’envolent ; c’est une population mouvante vivant de petits travaux, d’aumônes, de prostitution ou de rapines, déracinés du milieu rural, enfants tôt abandonnés, ou orphelins, toutes personnes précairement campées dans l’espace, le travail et la vie. La sociologie et l’histoire religieuse ne peuvent ignorer cet ensemble, difficilement saisissable hélas. Il forme, avec l’ensemble précédent, ce qu’il est convenu d’appeler « les fidèles », le « peuple de Dieu », mais on ne les trouve pas dans les cadres de la vie paroissiale, ni-même toujours dans les « encadrés » car beaucoup d’entre eux vivent en fait en dehors des « cadres ». L’historien ne doit pas perdre de vue ces réalités sociales qui donnent à la vie religieuse une tonalité différente selon les paroisses ou les milieux.

Vue cavalière de Lille au XVIIe siècle. Détail de la carte figurant dans la Gallo-Flandria de J. Buzelin.

Vue cavalière de Lille au XVIIe siècle. Détail de la carte figurant dans la Gallo-Flandria de J. Buzelin.

Cliché B.M. Lille

« Une partie de la Grand’Place au début du XVIIe siècle. »

« Une partie de la Grand’Place au début du XVIIe siècle. »

Sur ce tableau on aperçoit au premier plan à gauche le pilori et la fontaine au change, autour de laquelle s’affairaient les marchands, les changeurs et les jeunes le soir. Au centre, se dresse encore la chapelle de Notre-Dame des Ardents abritant le cierge issu de celui d’Arras ; c’est ici qu’aboutissent généralement les condamnés à faire un « escondit », c’est-à-dire une amende honorable. Elle est détruite en 1652, lorsqu’est construite la Bourse. À droite, s’élève la Halle échevinale.

Lille, Musée de l’hospice Comtesse, cliché du musée

Notes

1 La description des Pays-Bas par Guicciardini, Amsterdam, J. Jansonium, 1625.

2 A.S. Vaticano, F. Borghese, II - 99, 5 juin 1608.

3 « Instructions que je (Le Peletier de Souzy) dois donner à M. de Breteuil en luy remettant l’Intendance de Flandre au mois décembre 1683 », B.C.H.N., t. X, 1868, p. 373.

4 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, t. 2, B.M.L., Ms 520 F° 123 vo.

5 Voir le tome 1 de l’Histoire de Lille sous la direction de Louis Trenard, Lille, Giard, 1970, 510 p. + 1 pl. hors texte.

6 Cité par Alex. De Saint-Léger, « Le développement topographique de la ville de Lille », Bul. Soc. Géo. Lille, 1929, p. 211.

7 Jean de le Barre écrit en : « On at aboli la porte du Molinel avecque les viels rampars qui estoint de terre et assès faibles, pour y bastir la porte de Nostre Dame et ériger des nouveaux rampars et bouluwers tout de bricque, solides et à la défense du canon que pour faire quant et quant aulcunes rues nouvelles », op. cit., Ms 520, F° 128. Voir les plans joints, p. 14.

8 Nous ne pouvons nous attarder ici sur ces agrandissements peu étudiés jusqu’à présent. Nous renvoyons aux A.M.L., Reg. aux rés. No 279, 280, aux Reg. aux titres et aux A.G.R. Bruxelles, Audience No 1939 et 1944/4. Voir le plan de 1649.

9 J. de le Barre, l’Héraclée flameng, op. cit., B.M.L., Ms 520, F° 128.

10 Voir Alex. De Saint-Léger, Histoire de Lille des origines à 1789, p. 258-267, Lille, Raoust, 1942, 466 p.

11 P. Buzelin, Gallo-Flandria sacra et profana, p. 10, Lille, 1625. (Latin).

12 A.M.L., Reg. aux rés. No 280, Fo 151, 6 sept. 1625.

13 Le sac d’Anvers date de 1576. Le Magistrat ordonna le 31 octobre 1577 à tous les habitants d’aller personnellement travailler à la démolition du château, sinon de payer un remplaçant quatre patars par jour.

14 L’actuelle église de Sainte-Marie-Madeleine, intra muros a été construite de 1675 à 1687. La commune de La Madeleine est d’ailleurs toujours indépendante de Lille.

15 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng, B.M.L., Ms 520, F° 130. Voir la localisation de ces bâtiments sur les plans.

16 Jean de le Barre, l’Héraclée Flameng, B.M.L., Ms 520, Fo 129.

17 Voir la reproduction du tableau de l’Hospice Comtesse représentant la Grand’Place au début du XVIIe siècle, p. 28.

18 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, B.M.L., Ms 520, F° 128.

19 A.M.L. Aff. gén., C 46, d. 16.

20 A.M.L. Aff. gén., C 45, d. 16, 1678. Suppression des cours sur ordre du maréchal d’Humières : cette mesure impopulaire et irréalisable fut sans grand effet. En 1695, on en trouve 27 sur Saint-Sauveur, 16 sur Saint-Maurice, etc. On appelle encore ces courées, « rues à sacq ».

21 Jean de le Barre, l’Héraclée flameng, B.M.L., Ms 520, F° 130, 1655.

22 H. Platelle, in Hist. de Lille, t. 1, p. 322 et sq.

23 Même après le rattachement de Lille à la France en 1668, Lille reste dans le diocèse de Tournai jusqu’à la Révolution ; puis elle est rattachée à celui de Cambrai jusqu’en 1913, date à laquelle est érigée l’évêché de Lille. Voir Histoire des diocèses de Cambrai-Lille sous la direction de P. Pierrard, Paris, Beauchesne, 1978.

24 Vue extraite de l’album réalisé pour le duc de Croy et consacré à la châtellenie de Lille. Celui-ci, que l’on croyait perdu, a été retrouvé à la Bibliothèque de Prague. Nous devons ce précieux cliché inédit à l’historien belge J. M. Duvosquel que nous remercions vivement. Voir la couverture.

25 J. Gardelles, in Hist. de Lille, t. 1, p. 425-436. À l’issue d’une étude très documentée cet auteur conclut : « [les] dispositions générales placent Saint-Pierre dans la filiation de la cathédrale de Soissons dont le chœur a été achevé vers 1212 ».

26 La chapelle Notre-Dame de la Treille a été reconstruite au milieu du XVe siècle ; elle est voûtée en 1504-1505.

27 Cette chapelle est connue au Moyen Âge sous le nom de Notre-Dame de la Salle.

28 Jacques Gardelles, ibidem, p. 436.

29 Il reste à cet endroit une rue des débris Saint-Étienne ; l’actuelle église Saint-Étienne, rue de l’Hôpital Militaire est l’ancienne église des Jésuites.

30 Jean Hangouart, en particulier, qui fit entreprendre de grands travaux en 1417 et 1427 pour la construction de la nef gauche, était argentier ducal.

31 En 1654 un rapport d’experts est très pessimiste sur ce point ; ceux de Lille émettent un avis rassurant, mais ceux d’Arras, Douai et Tournai estiment « qu’il falloit tout reconstruire ».

32 B.N. Nouv. acq. franc, Ms No 24.089. Rappelons que la copie par P. I. Chavatte de la chronique de Mahieu Manteau constitue la première partie de ce manuscrit ; celle-ci, seule, a été éditée presqu’intégralement par E. Debiévre en 1911 à Lille chez Danel (180 p). Quant à celle de Chavatte, elle est inédite mais on en trouve de larges extraits dans notre thèse de 3e cycle éditée en 1968 chez Raoust sous le titre « Vie et Mentalité d’un Lillois sous Louis XIV », 443 p. et rééditée en 1979 chez Flammarion sous l’intitulé « Chavatte, ouvrier lillois : un contemporain de Louis XIV ». Nous l’avons édité en 2010 : « Chronique mémorial des choses par moy Pierre-Ignace Chavatte », 1657-1693. Le mémorial d’un humble tisserand lillois au Grand Siècle. Bruxelles, Commission royale d’histoire, 2010. Ouvrage couronné d’un prix par l’Académie française en 2011.

33 J. Gardelles dans Hist. de Lille, t. 1, p. 441.

34 Au XIXe, on construit un nouveau clocher et deux annexes qui donnent à l’église Saint-Maurice sa façade actuelle.

35 A. Lottin, Vie et Mentalité, op. cit. p. 208-211.

36 J. Gardelles, in Hist. de Lille, t. 1, p. 438.

37 Pour la localisation de ces couvents voir les cartes du chap. VII. sur les Repenties, voir plus spécialement le chapitre VII.

38 Loos-lez-Lille, abbaye Notre-Dame (hommes), de l’ordre de Citeaux fondée vers 1146, (ar. Lille, C. Haubourdin) ; Phalempin, abbaye Saint-Christophe (hommes), de l’ordre de St Augustin, fondée en 1039, (ar. Lille, c. Pont à Marcq) ; Cysoing, abbaye Saint Calixte (hommes) de l’ordre de St Augustin, fondée en 867, (ar. Lille, ch. 1 c.) ; Marquette, abbaye du Repos de Notre-Dame (femmes), de l’ordre de Citeaux, fondée en 1226 (ar. Lille, c. Lille-Ouest).

39 Sur ces créations et ces bâtiments voir l’Hist. de Lille, t. 1, passim.

40 Voir la liste des gouverneurs en pièces annexes du chap. IV.

41 Les États sont composés des députés des villes de Lille, Douai et Orchies et des quatre baillis des seigneurs hauts justiciers de la Châtellenie de Lille représentant le roi, seigneur de Phalempin, le baron de Cysoing, les seigneurs de Wavrin et de Comines,

42 Ce beau sujet d’Histoire sociale reste à explorer.

43 M. Braure, Lille et la Flandre wallonne au XVIIe siècle, Lille, Raoust, 1935, p. 195.

44 Voir infra, chapitre IV, lre partie.

45 L’excellent livre d’Albert Croquez, Histoire de Lille, t. 1 : La constitution urbaine, fournit une base solide pour l’étude juridique. Pour l’étude sociale, il faut recourir aux documents originaux.

46 La grande nouveauté prévue en 1235 est le renouvellement annuel. Philippe le Bon, en 1446, introduit officiellement les Huit Hommes au sein du Magistrat.

47 Les sept permanents sont trois conseillers pensionnaires qui préparent les délibérations, les contrats, les textes à voter, le procureur syndic, secrétaire extérieur de la commune, le trésorier, les greffiers civil et criminel.

48 Le mot Rewart serait la contraction du mot thiois, « Rust-Bewaerden », « le gardien du repos » (A. Croquez, op. cit., p. 122). Il statue seul sur les petits procès civils n’excédant pas quatre florins lors des « Plaids du Rewart ». Premier à l’extérieur, il passait après les douze échevins dans l’hôtel de ville.

49 A.M.L., Aff. gén. C. 481, d. 14, 1695. Mémoire remis au duc de Boufflers, gouverneur, sur les institutions de la ville et de la province. Le tribunal de la gouvernance du Souverain Baillage connaît les cas réservés au souverain et les délits commis dans les villages de la châtellenie.

50 Les registres au renouvellement de la Loi (A.M.L. 431, 432) consignent annuellement les noms des titulaires de ces commissions. Elles sont étudiées dans A. Croquez, op. cit. p. 110 et sq.

51 Une requête de bourgeois, en 1649, déclare que les Huit Hommes « sont les tribuns représentant la communauté ». A.G.R. Bruxelles, Cons. privé esp., n° 172.

52 Divers incidents sans grand intérêt surgissent parfois sur les modalités de cette désignation. En 1624, les trois autres curés refusent au lieutenant de Saint-Maurice le droit de siéger à la place du pasteur de cette paroisse. En 1667, le Magistrat fait des difficultés en raison de la vacance de la cure de Saint-Pierre. (Aff. gén. C 480, d. 15). Nous évoquons le problème le plus significatif infra, p. 61.

53 En 1605, on constate que le siège des Apaiseurs est tombé en décadence et que les Lillois qui y sont cités négligent de s’y rendre. A. Croquez, op. cit. t. 1, p. 222.

54 Ces commissaires de quartier font en particulier les « recherches » et les dénombrements prescrits de temps à autre.

55 « Le père et le fils, le père et le beau-fils, le frère et le mari de la sœur, les oncles tant du côté paternel et maternel, les neveux, les cousins germains, le mari de la nièce et le mari de la cousine germaine, aussi longtemps que durera l’affinité, ne peuvent être en même temps échevins ». A.D.N., placard 8559, imprimé, 8 p. « Tableau des qualités requises pour être du Magistrat ».

56 « Instructions », op. cit., B.CH. Nord, T. X, 1868, p. 377.

57 Les curés devaient évidemment prendre connaissance du choix des commissaires avant d’exercer leur prérogative, ce qui explique le décalage d’un jour.

58 De 1598 à 1677, le Magistrat est continué en 1641, 1645, 1647, 1649, 1656.

59 A.M.L., Aff. gén., C. 480, d. 6, extrait d’un journal tenu par Antoine Logenhague, escuyer, Sr d’Inglant.

60 « Observations sur l’Histoire de Lille de Tiroux », par De Courcelles, S. Fl Wallonne, t. IX, 1869, p. 152.

61 Ce serment figure pour la première fois dans le renouvellement de 1590. « Ayans ceulx de ladite loy faict par dessus les serments du livre roisin, le serment de la sinode dont mot après aultre la teneur s’ensuilt » (A.M.L. Reg. 430, F° 179). En effet le 2e Concile provincial de Cambrai, en 1586, avait souhaité que le roi demande aux Magistrats de faire profession de foi (Tit. I, cap. 2). Un édit de Philippe II, du 1er juin 1587, confirme ces décrets synodaux et rend les ordonnances souhaitées.

62 Voir infra, chap. IV.

63 Cf. A. Lottin, « Vie... d’un Lillois, op. cit. » p. 61-76. L’enquête collective menée au sein du séminaire d’Histoire économique et sociale de la période moderne a été présentée par Pierre Devon dans R.d.N. t. LIII, n° 210, juillet-septembre 1971, p. 495-508.

64 Ces dénombrements sont conservés aux A.M.L. : celui de 1677, No 11 077, celui de 1686, Aff. gén. C 512, celui de 1694 Aff. gén. C 513, la capitation de 1695, No 2280 à 2282.

65 H. Platelle, in Hist. de Lille, t. 1, p. 393.

66 En 1539, le Magistrat écrit : « depuis vingt ans le peuple de la ville est tellement accru et multiplié... » A. de Saint-Léger, B.S. Géo. Lille, 1929, p. 211. Le résultat d’un dénombrement effectué en 1556 figure au verso d’un document dans A.M.L. Aff. gén. C. 241, d. 3. Il donne les indications suivantes : « Fut trouvé que en l’enclos de la ville n’avoit que 4000 maisons : Saint-Sauveur : 1030, Saint-Maurice : 1060, Saint-Étienne : 1100, Sainte-Catherine : 400, Saint-Pierre, compris 31 maisons canonialles : 400. Total : 40 000 personnes ».

67 P. Deyon, A. Lottin, Évolution de la production textile à Lille aux XVIe et XVIIe siècles, R.d.N., T. XLIX, n° 192, janv-mars 1967, p. 23-25.

68 B.M.L. Ms 582, F° 184 édité dans B.S.E.P. Cambrai, t. 1, 1889-1900, et non A.M.L. No 632 comme il est presque toujours indiqué, par erreur, par des auteurs qui transcrivent la référence de ce bulletin, rédigé à une date où les manuscrits de la bibliothèque étaient aux archives. Il s’agit d’une estimation faite par les « visiteurs de cheminées » qui donnent les chiffres suivants : Saint-Étienne : 9709 habitants ; Saint-Maurice : 9188 habitants ; Saint-Sauveur : 7113 habitants ; Sainte-Catherine : 4042 ; Saint-Pierre : 2552. Les portions des paroisses de La Madeleine et de Saint-André qui ne sont pas encore englobées intra-muros ne sont pas comptées. A. de Saint Léger ne tient pas compte de la peste de 1617 pour apprécier la réduction de la population ; voir chap. II.

69 A.C. Tournai, Reg. 370.

70 Voir chapitre suivant, p. 35.

71 A.S. Vaticano, F. S. Cong. Concilio, V.L. Tournai ; en 1659, l’évêque évoque les 7 paroisses qui ont « amplius forsan quam quinquaginta mille communicantes », et en 1665 il écrit : « omnes simul quinquaginta circiter millia communicantium ».

72 A.M.L., Aff. gén. C. 826, d. 9, 1666.

73 A.M.L. No 11 077. En 1677 la répartition entre les paroisses est la suivante :
Saint-Maurice : 9468 habitants
Saint-Étienne : 8950 habitants
Saint-Sauveur : 8855 habitants
Sainte-Catherine : 5638 habitants
La Madeleine : ?
Saint-André : 1753 habitants
Saint-Pierre : ?
Total : 45179 habitants

74 Cf. les T.E.R. de :
- J.P. Caslety, G Mignien, J.M. Pollet, La paroisse Saint-Maurice de 1677 à 1740, 2 vol. dactylographiés t. 1, 155 p., t. 2 cartes, graphiques et tableaux, 92 p. Voir la pyramide des âges ci-jointe.
- A. Boca, A. Boutry, M.A. Collin, La paroisse Saint-Sauveur de 1650 à 1740, 3 vol. t. 1 et t. 2, 463 p., t. 3 graphiques et tableaux (non folioté).
- C. Duminy, R. Hedon, H. Rigot, La paroisse Saint-Étienne, 1677-1740, 2 vol., 407 p.
L’échantillon étudié est de 9468 hbts à Saint-Maurice, de 6780 à Saint-Sauveur (sur 8855), de 8643 à Saint-Étienne (sur 8950).

75 Cf. la conférence de P. Chaunu, Les éléments de longue durée dans la société et la civilisation au XVIIe siècle : « La démographie ». (faite le 8 décembre 1974 à la Société d’étude du XVIIe s.).

76 À Saint-Étienne, taux de féminité de 126 ; à Saint-Maurice de 120 ; à Saint-Sauveur de 113,5.

77 Dans les dénombrements, le terme « enfant » désigne les filles de moins de 12 ans, les garçons de moins de 15 ans. Il faut se méfier du sens de ce terme dans tous les documents rencontrés et se reporter à l’âge quand il est indiqué.

78 C’est une structure proche de celle des pays en voie de développement actuellement. En revanche, en Belgique, en 1950, les moins de vingt ans représentaient 29 % (Annuaire démographique de l’O.N.U., New York, 1951, p. 133-145).

79 À Saint-Étienne, 28,8 %
Saint-Maurice, 35,0 %
Saint-Sauveur, 35,9 %

80 À Saint-Étienne, enfants déduits, ils sont 24,91 %, auxquels il faut ajouter les religieux et les religieuses (près de 3 %). Les mariés sont 28,8 %.

81 À Saint-Étienne, 93 veufs, 296 veuves soit 4,60 % de la population ; à Saint-Maurice 142 veufs et 528 veuves (670) soit 5,8 % de la population ; à Saint-Sauveur 4,5 % de la population.

82 E. Helin, La démographie de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bruxelles, 1963, in-8°, 282 p.

83 Document reproduit par M. Vanhaeck, Histoire de la sayetterie à Lille, t. II, documents, Lille 1910, p. 45 et A.M.L., Aff. gén. C 1160, d. 14.

84 Le Peletier, Instructions, op. cit. p. 395.

85 Renseignements établis grâce aux documents des cartons des Aff. gén. des A.M.L., en particulier C. 1176 d. 5, (1690) et C. 1176, d. 2, (1697). Les ros sont les peignes du métier à tisser.

86 A. Lottin, op. cit., p. 72-75.

87 Le terme « enfant » est équivoque puisqu’il désigne dans les documents d’époque « les enfants vivants au foyer » quel que soit leur âge. C’est pourquoi nous précisons qu’il s’agit de petits enfants.

88 A.M.L., Aff. gén. C. 1161, d. 21, p. 1577.

89 A.M. Valenciennes, G 1/48, F° 61 vo.

90 Pour les problèmes que cela posait à la catéchèse, voir le chap. X.

91 A.M.L., Aff. gén. C. 1171, d. 9, 1565. Remontrance des maîtres de la Vingtaine.

92 Voir le chapitre suivant, p. 32 et sq.

93 Un rôle de 1650, en pleine guerre donc, fournit la statistique suivante : 58 maîtres possèdent 1 métier ; 87, 2 métiers ; 94, 3 métiers ; 63, 4 métiers ; 20, 5 métiers ; 10, 6 métiers ; pour 11 le chiffre est inconnu... A.M.L. Aff. gén. C. 1170, d. 7, 1650. L’ordonnance de 1565 et les adaptations ultérieures sont reproduites dans M. VANHAECK, op. cit., t. 2, p. 67 et sq.

94 Toutes ces citations sont extraites d’une remontrance présentées par les sayetteurs de la Vingtaine en 1565, A.M.L., Aff. gén. C 1171, d. 9.

95 Voir notre étude : « un conflit révélateur : liberté économique et règlements anciens (1661-1666) » A. Lottin, op. cit. p. 86-94.

96 A.M.L., Aff. gén., C. 1176, d. 9.

97 J.P. GUTTON, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, Paris, Les Belles Lettres, 1971, in 8°, 504 p.

98 P. Deyon, Amiens capitale provinciale, Étude la société urbaine au XVIIe siècle, Mouton, Paris La Haye, in 8°, 1967, 606 p.

99 A.M.L., No 15 884.

100 Cette étude, menée à partir des déclarations nominales des prébendes et des payeurs (A.M.L., Aff. gén. C. 634, 635) est parue depuis dans Les passions d’un historien. Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Pousson. Paris, P.U.P.S., 2010, p. 861-884.

101 A.M.L. Reg. aux rés., No 280, F° 74, 6 mars 1626.

102 A.D.N., 16 G 1190 (vers 1570).

103 Sur l’installation des nouveaux couvents, voir le chapitre VII.

104 A.M.L., Aff. gén. C. 841 d. 2.

105 A.M.L., Aff. gén. C. 826 d. 9, 1666.

Table des illustrations

Titre 1) En haut, plan de Lille vers 1580, d’après Guichardin. 2) En bas, plan de Lille de Blaeu en 1649.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Paroisse Saint-Maurice-1677
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Vue cavalière de Lille au XVIIe siècle. Détail de la carte figurant dans la Gallo-Flandria de J. Buzelin.
Crédits Cliché B.M. Lille
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre « Une partie de la Grand’Place au début du XVIIe siècle. »
Légende Sur ce tableau on aperçoit au premier plan à gauche le pilori et la fontaine au change, autour de laquelle s’affairaient les marchands, les changeurs et les jeunes le soir. Au centre, se dresse encore la chapelle de Notre-Dame des Ardents abritant le cierge issu de celui d’Arras ; c’est ici qu’aboutissent généralement les condamnés à faire un « escondit », c’est-à-dire une amende honorable. Elle est détruite en 1652, lorsqu’est construite la Bourse. À droite, s’élève la Halle échevinale.
Crédits Lille, Musée de l’hospice Comtesse, cliché du musée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/21707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site