Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élèves des écoles de « musiques actuelles »

 | 
Rémi Deslyper

Chapitre 1. Savoir « travailler ». D’un intérêt pour ce qui est joué vers un intérêt pour le jeu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Modification majeure aux yeux des élèves, l’entrée en école de musique leur a appris à « travailler » :

« Ça, je sais que ça a changé, c’est que [depuis qu’il est entré à l’école] je me suis rendu compte que même les grands groupes ils ne sont pas arrivés là comme ça, y’a grave du travail derrière, tu vois. C’est des gars, ils ont pas claqué des doigts et c’est arrivé. Les gens le croient, mais c’est la partie invisible… Mais ça, ça a changé. Ça je m’en rendais pas compte. Je me disais : “ouais, bam, t’as des zicos, ça y’est c’est parti” tu vois. Y’a de ça, forcément, si tu t’entoures bien, la preuve en est, mais après il faut que les gonz ils sachent travailler. Si ils savent pas travailler, si tu ne sais pas travailler… Moi je pense avoir appris à travailler aussi » (Pierre Emmanuel, 22 ans, guitariste depuis 7 années et inscrit à l’école depuis 2 ans).

« Maintenant j’ai compris qu’il fallait travailler et ça change tout ! (rires) Parce qu’avant, ça m’est quand même arrivé de passer...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540