Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la conquête des villes

 | 
Sandrine Lévêque
, 
Anne-France Taiclet

Quatrième partie. « Politistes en Campagne ». Les savoirs académiques à l’épreuve de l’élection

2 — Contribution de Fabrice Hamelin

Fabrice Hamelin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1° Comment s’engage-t-on en politique et surtout comment devient-on candidat.es ou décide-t-on de s’engager dans une campagne ?

Envisagé sur le temps long, mon engagement politique apparaît des plus classiques. Il est fait d’aller-retour, d’investissements plus ou moins soutenus et plus ou moins distants, d’éloignement et de repli périodiques. C’est aussi un engagement politique local et, à l’exception de mes tout premiers mémoires universitaires (en 3e année d’IEP et en DEA), il n’y a pas de proximité immédiate entre mes engagements politiques, mes objets de recherche et mon activité de politiste.

Mon engagement politique ne peut pas être directement lié au fait d’être politiste. Dans un contexte de forte professionnalisation des activités politiques, le fait de devenir politiste s’est au contraire traduit, pour moi, par un renoncement à faire de l’activité politique un métier. Après l’obtention de mon doctorat, je suis devenu collaborateur d’élu en intégrant le cabinet d’un exécutif...

Auteur

Maître de conférences en science politique, Université Paris-Est Créteil / LIPHA

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540