Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la conquête des villes

 | 
Sandrine Lévêque
, 
Anne-France Taiclet

Quatrième partie. « Politistes en Campagne ». Les savoirs académiques à l’épreuve de l’élection

Quand des politistes battent la campagne. Réflexions sur les soubassements scientifiques de l’engagement électoral

Julien Fretel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à quel point les politistes s’intéressent-ils à la politique ? D’aucuns se risqueraient-ils alors, si cet intérêt leur était brûlant, à s’engager vraiment en politique ? Plus encore, l’engagement politique des politistes pourrait-il revêtir la forme habituelle de ce que « faire de la politique » prend couramment, à savoir battre et faire campagne à l’occasion de la tenue d’un scrutin ? Telles sont les questions qu’on peut logiquement se poser au sujet d’une profession dont la raison sociale revient en effet à vivre de et avec la politique pour s’y intéresser scientifiquement. Cette interrogation découle de plusieurs raisonnements logiques possibles. Nous en aborderons trois en particulier. D’abord, on peut faire l’hypothèse que le métier de politiste ne peut s’épouser sans disposer d’une socialisation politique élevée. On sait pour avoir parcouru de nombreuses biographies de sociologues et politistes, que l’intérêt précoce pour la politique peut trouver des débouchés et des ex...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540