Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la conquête des villes

 | 
Sandrine Lévêque
, 
Anne-France Taiclet

Troisième partie. Les répertoires de campagne, entre inertie et rénovation

Chapitre 7. Rationaliser l’informel ? Le porte-à-porte au parti socialiste lors des élections municipales de 2014

Rémi Lefebvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pratiques de campagne, par-delà leur grande variété et inventivité, ne sont pas un univers de pure fluidité. C’est tout l’intérêt de la notion de répertoire que de le montrer (Desrumaux, Lefebvre, 2016 et Tilly, 1984). Le choix des techniques de campagne, plutôt stable dans le temps, se fait sur la base de la préférence pour la familiarité mais sous contraintes (les manières de faire campagne dépendent dans une large mesure des ressources des candidats). Le recours au porte-à-porte présuppose ainsi de fortes ressources militantes et une bonne connaissance et maîtrise du territoire (Schnapper, 2017). Pratique routinisée, il appartient au répertoire de campagne traditionnel en France, même s’il est inégalement pratiqué localement. Partie intégrante du folklore électoral, cette technique qui met en scène le candidat ou le militant en posture d’écoute et d’humilité fait néanmoins l’objet d’un renouveau depuis les années 2000. La valorisation de la « proximité », la montée de l’abste...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540