Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Affronter le manque d'eau dans une métropole

 | 
Paul Cary
, 
Armelle Giglio
, 
Ana Maria Melo

Partie 2. Vivre la pénurie d’eau à Recife – une approche anthropologique

Chapitre 6. La gestion domestique de l’eau : s’affranchir des déficiences de l’approvisionnement public

Armelle Giglio et Tadeu Giglio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Roberto habite dans une maison du quartier d’IPSEP. Quand il n’a plus d’eau chez lui, il partage le coût d’un camion-citerne avec ses voisins. « Au début de Pirapama, j’avais de l’eau tous les jours mais ensuite, ça s’est arrêté ». Il a connu l’époque d’avant l’intermittence : « Il y a 40 ans, c’était très différent. Aujourd’hui, celui qui a un puits, il est tranquille. Celui qui n’en a pas, il est fichu ».

Estela habite à Peixinhos. Elle me raconte que dans son ancienne maison, aujourd’hui occupée par ses deux fils et leur famille respective, la citerne de toit est de seulement 1 000 litres et que l’eau n’arrive que tous les quatre jours. Quand les deux familles n’ont plus d’eau, elles viennent prendre leur douche chez elle qui habite désormais dans un appartement à proximité « car dans l’immeuble, il n’y a pas de problème, il y a un réservoir souterrain », observe-t-elle.

« Notre peuple ne réussit pas à voir l’eau comme un bien-être : pour lui, l’eau c’est du travail et des maladies...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540