Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Affronter le manque d'eau dans une métropole

 | 
Paul Cary
, 
Armelle Giglio
, 
Ana Maria Melo

Partie 2. Vivre la pénurie d’eau à Recife – une approche anthropologique

Chapitre 4. Enquêter sur l’eau – Le recours à la photoethnographie

Armelle Giglio et Tadeu Giglio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous sommes arrivés hier, en fin d’après-midi. Le chauffeur de taxi nous a parlé d’une canalisation du barrage de Pirapama qui s’est rompue sous l’effet de la pression de l’eau, à l’origine de très gros problèmes de circulation. On est allés voir la mer avant de dormir. Déjà des photos liées à l’eau sur la route : ledit « canal » qui pue, des citernes d’eau sur les toits, des trottoirs et des canalisations explosés (Premières lignes du journal de terrain du premier séjour, le 13 juillet 2012).

Le chauffeur de taxi qui m’a prise à l’aéroport habite à Paulista. « Avant le rationnement », il avait de l’eau « un jour, oui » (de la fin de l’après-midi jusqu’au lendemain matin tôt), « six jours, non ». Aujourd’hui, avec le durcissement du rationnement, cela fait quatorze jours qu’il est sans eau. « C’est un problème », dit-il, pour son travail aussi, car il ne peut pas laver son taxi. Chez lui, il a une citerne de toit qu’il remplit directement avec de « l’eau de la rue » [du réseau public...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540