Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La critique d’art à l’écran

 | 
Sylvain Dreyer
, 
Dominique Vaugeois

II. Manières de faire voir

Presque le silence

Bernard Bloch et Agnès Foiret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre contribution porte sur une expérience « limite » de rencontre de deux médiums – la peinture et le cinéma – dans le film documentaire « 304 x 308 » Michel Parmentier Presque le silence réalisé par Bernard Bloch en 1994 à Bruxelles à partir du récit de création écrit par Agnès Foiret1. « Trois cent quatre par trois cent huit », titre du film, désigne le format des peintures de Michel Parmentier et énonce l’intention de réduire l’écart expressif au plus faible entre les deux médiums et donc d’approcher la peinture au plus près au moyen de la caméra.

Il nous semble utile de remonter en amont et de situer Michel Parmentier dans le contexte de l’art contemporain en avançant les arguments du film. Après des études aux Beaux-Arts de Paris et une relation d’intenses conversations sur la peinture avec Simon Hantaï qui demeurera indéfectible jusqu’à sa mort en 2000, il apparaît sur la scène artistique parisienne avec Daniel Buren, Olivier Mosset et Niele Toroni en 1966, en mettant sur pie...

Auteurs

Cinéaste

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut ACTE-CNRS UMR 8218

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540