Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mai 68 des historiens

 | 
Agnès Callu

Troisième partie. Identités politiques. Dire ses convictions

Conscience politique et conscience historienne : copénétration ou cohabitations ?

Agnès Callu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réflexion croisée sur la possible empathie entre Histoire et Politique1 et/ou les tensions soulevées par un rapprochement souvent tu ou, au moins, non verbalisé car bouleversant l’éthique du chercheur profilé pour la critique et non le jugement2, est au cœur de nos problématiques, « l’effet 68 » constituant un périmètre d’investigation séduisant.

De fait, en fond de toile, on en a parlé mais il faut le redire, la question qui file les débats est la suivante : un historien a-t-il la capacité, ou faudrait-il dire, le « libre arbitre » de raconter un événement historique dont il est le témoin oculaire3 ou auriculaire ?4; ou bien, « programmé » pour l’interprétation5, échoue-t-il dans la narration brute des faits6, évoluant obligatoirement, en conscience ou non, vers une lecture historienne du domaine, lecture éventuellement politisée lorsqu’elle convoque les fondamentaux d’une sensibilité politique enracinée dès l’origine7 ?

Aussi, trois directions intéressent-elles prioritairement. P...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540