Version classiqueVersion mobile

Le lobbying électoral

 | 
Guillaume Courty
, 
Julie Gervais

Chapitre 3 L’influence sur qui, et sur quoi ? Les syndicats policiers et la campagne du candidat Hollande en 2012

Rafaël Cos

Résumé

Ce chapitre prend pour objet les relations entre le Parti socialiste et les organisations professionnelles de la Police nationale durant la campagne présidentielle de 2012. Il tend d’une part à souligner la dimension informelle et relativement routinisée de ces relations, qui procède en particulier des propriétés sociographiques d’agents positionnés à l’intersection des deux univers. Il montre d’autre part que ces relations ne se réduisent pas au cadre formel dessiné par l’organigramme de campagne du parti, et se déplient sur un second plan rapprochant les syndicats de police d’une fraction partisane concurrente de la première. À rebours d’une conception de l’action des groupes d’intérêt centrée sur les enjeux de politiques publiques et les jeux d’influence, celle-ci porte finalement davantage sur le repérage du « bon cheval » (le futur ministre de tutelle) et la co-construction d’un capital relationnel dont les deux parties escomptent tirer profit.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’approche dominante de l’action des groupes d’intérêt en termes d’« influence » fait l’objet de nombreuses et vives critiques1. En particulier, en écartant du champ d’investigation les propriétés sociographiques des agents mobilisés et les actions concrètes qu’ils déploient pour faire valoir leurs intérêts, l’approche « classique » de l’influence ne rend qu’imparfaitement compte des inégalités de ressources dont sont dotés les individus impliqués dans les échanges. Elle oblitère également la matérialité de ces échanges et, partant, les effets générés par les formes d’interaction qui mettent aux prises porteurs d’intérêts et décideurs supposés. Ce constat invite donc à prêter attention aux dispositions des individus impliqués dans ces échanges, et plus particulièrement aux agents dont les caractéristiques les conduisent à jouer un rôle de courtage et d’interface entre différents espaces. Les propriétés de certains individus comme les effets de celles-ci sur les transactions qui se n...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search