Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

Troisième partie. Personnalités et Figures

Georges Pernot, modérantisme, esprit républicain et ordre social chrétien

Jean Vavasseur-Desperriers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Georges Pernot, 1879-1962

Image

La carrière parlementaire de Georges Pernot, d’une longévité peu commune – sans être exceptionnelle –, débuta en 1924 par son élection à la Chambre des députés, où il représenta son département, le Doubs, jusqu’en 1936. Réélu sans interruption, il quitta la Chambre pour le Sénat en 1936, et siégea sous les régimes suivants dans la Haute Assemblée jusqu’en 1959, trois ans avant son décès, survenu en 1962. Siégeant parmi les « modérés », Pernot s’appuyait sous la IIIe République sur un parti départemental d’union nationale, l’Union nationale républicaine du Doubs. À plusieurs reprises, il fut appelé à siéger au conseil des ministres, en tant que ministre des Travaux publics sous André Tardieu (novembre 1929-décembre 1930), Garde des Sceaux sous P.-E. Flandin (novembre 1934-juin 1935), enfin, à la fin du régime, ministre du Blocus (septembre 1939-mars 1930), puis de la Famille (juin 1930). Ce père de sept enfants fut aussi un militant familialiste, appelé à la ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540