Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

Troisième partie. Personnalités et Figures

Une écriture romanesque de la déception d’un rallié. Les morts qui parlent d’Eugène-Melchior de Vogüé

Jérôme Grevy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Eugène -Melchior de Vogüé, 1848-1910

Image

Le « Ralliement » désigne, dans les histoires politiques de la France contemporaine, l’acceptation de la République par l’Église catholique, dont les jalons décisifs reconnus sont le toast à la République porté par le cardinal de Lavigerie en novembre 1890 et l’encyclique de Léon XIII, Au milieu des sollicitudes (février 1892). Le terme ralliement, inventé par les protagonistes, fut vulgarisé par les journalistes puis repris par les historiens. Les interprétations voient dans l’événement à la fois la fin du refus de la démocratie par l’Église et l’acte de naissance de la démocratie chrétienne en France.

Les « Ralliés » étaient déterminés par des projets divers et parfois difficilement compatibles : transformer la société, christianiser le peuple, combattre la législation laïque, fonder un nouveau parti1. Ils avaient en commun la modération dans le regard qu’ils portaient sur les institutions dans la mesure où, à la différence des intransigeants, il...

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, Professeur des Universités

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540