Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

Troisième partie. Personnalités et Figures

Constant Groussau universitaire et parlementaire (1851-1936)

Bernard Ménager

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Henri-Constant Groussau, 1851-1936

Image

Une communication sur Groussau peut sembler étrangère à l’axe des Journées d’études sur les chrétiens modérés. L’image qu’il a laissée est celle d’un catholique combatif et intransigeant. Ne revendique-t-il pas cette épithète à la Chambre, le 12 février 1909 ? Le pourfendeur de la politique anticléricale de la Troisième République ne répugne pas à recourir, le cas échéant, à un langage véhément. Lors de l’expulsion de la congrégation des Bernardines d’Esquermes, ne déclare-t-il pas, le 27 juillet 1904 : « En vérité, ce sont des crimes qui se commettent. Je sais bien qu’ils ne sont pas ordonnés par le gouvernement et les Chambres, qu’ils ne sont pas punissables devant les tribunaux humains. J’affirme pourtant qu’ils sont des crimes »1.

Les actes sont à l’avenant. Groussau est accusé d’avoir conseillé le refus des associations cultuelles, prévues par la loi de Séparation, et ce conseil aurait été déterminant dans la décision pontificale. Pour Briand ou...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540