Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

B – L’évolution en France sous la Quatrième République (1946-1958)

L’héritage des catholiques modérés en France sous la IVe République

Bruno Bethouart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Chez les catholiques largement majoritaires dans l’électorat sous la IVe République1, la distinction entre intransigeants et libéraux porterait à croire que les modérés se trouvent davantage chez les libéraux. Cependant, pour traiter de l’ensemble de ces catholiques modérés, il faudrait évoquer les socialistes humanistes, attachés à la préservation de la dignité de la personne et à une certaine forme d’économie de marché, les démocrates-chrétiens, tels Robert Schuman, Pierre Pflimlin, qui donnent la priorité à une société qui respecte la loi du marché, à condition qu’elle n’écrase pas l’homme en tant que citoyen. Il ne faudrait pas oublier non plus des gaullistes, comme Edmond Michelet, qui a payé de sa personne la défense de la liberté. L’acception de catholiques modérés n’est comprise que dans un sens politique restrictif : il s’agit de ceux qui se disent catholiques pratiquants réguliers, ou festifs, et qui ont un engagement dans ce qu’il est convenu d’appeler les mod...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540