Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

B – L’évolution en France sous la Quatrième République (1946-1958)

Chrétiens modérés et partis modérés en France : une alliance naturelle ? Réflexions à partir de l’exemple du CNIP de 1948 à 1962

Gilles Richard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du Centre national des indépendants et paysans, depuis sa fondation en 1948, se divise en deux périodes distinctes qu’une grave crise interne sépare nettement. Ouverte en janvier 1960 par la démission d’Antoine Pinay du ministère des Finances, et le soutien apporté par le conseil national du parti à la « Semaine des barricades », cette crise se referma sur le naufrage électoral de l’automne 1962, et la scission giscardienne, point de départ d’une autre histoire. C’est à la période précédant 1962 que je vais m’intéresser. Avant la création du CNIP, avec son réseau de fédérations dans plus de la moitié des départements, un nombre conséquent de permanents chargés de l’administration quotidienne, un groupe parlementaire unifié, un grand parti des modérés français n’avait jamais vraiment existé1. Quelle place y tinrent les chrétiens modérés, objet de ce colloque ? L’adéquation de l’adjectif – « modérés » – et du substantif – « les modérés » – suffit à justifier qu’on pose la q...

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Rennes / Centre de recherche sur l’action politique en Europe (UMR-CNRS 6051)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540