Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

A – L’évolution en France sous la Troisième République (1870-1940)

Un conservatisme modéré ? Le cas de la Fédération nationale catholique1

Corinne Bonafoux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon René Rémond, en conclusion d’un colloque sur les modérés, la mise en évidence de l’existence des modérés ne remet pas en question la dichotomie droite-gauche mais nuance le tableau politique. Les modérés ne recoupent pas exactement l’espace du centre, mais le débordent sur la droite et sur la gauche. Les modérés, par un double refus, celui du conservatisme et celui de la révolution, optent pour un réformisme progressif. Pour autant, ils admettent les principaux changements opérés par la Révolution française, c’est ce qui constitue leur principale pierre d’achoppement avec les catholiques dont « l’opposition à la société moderne s’est durcie sous l’influence de l’intransigeantisme »2. Enfin si les modérés ne refusent pas le changement, celui-ci doit s’opérer dans l’ordre et entre le souhaitable et le possible, ils sont du côté du possible, attitude renforcée par leur expérience de gouvernement.

De ces conclusions, nous pouvons retenir que le groupe des modérés est plus ample que...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540