Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

A – L’évolution en France sous la Troisième République (1870-1940)

Jacques Piou et l’émergence d’un catholicisme républicain

Evelyne Janet-Vendroux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : Historique de l’engagement de Jacques Piou vers le catholicisme républicain

Jacques Piou n’est pas le seul homme politique de la Belle Époque à avoir songé à appliquer le Ralliement. Par contre, le catholicisme républicain est la formule qui convient le mieux à l’ALP1 et à son fondateur. J. Piou est l’homme du Ralliement, engagé en politique pour faire entrer les catholiques, encore réticents, dans cette République assez ouvertement anticléricale. Ce sera un long combat semé d’embûches…2

De 1890 à 1902, Jacques Piou mûrit son programme, « son œuvre patriotique ». En juin 1893, il prend la parole à Paris3 pour expliquer que son parti n’est pas exclusivement catholique, ce qui ne correspondrait pas à la pensée et à la volonté du pape Léon XIII. C’est un « parti qui prend le nom de Droite républicaine et atteste clairement sa résolution d’accepter la République et de défendre en son nom l’ordre, l’autorité, la liberté religieuse, la justice religieuse, la justice sociale »...

Auteur

Professeur d’histoire, Docteur en histoire contemporaine (Université de Paris-Ouest-Nanterre)

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540