Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

A – En France – approche plurielle

Les protestants républicains peuvent-ils être des modérés entre 1870 et 1905 ?

André Encrevé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Évoquant, le 7 octobre 1877, le récent manifeste du maréchal Mac-Mahon, le pasteur Léon Pilatte, protestant républicain s’il en fut, s’écrie dans son journal, L’Église libre :

« Nous n’avons pas besoin de rappeler les termes incroyables de cette harangue soldatesque. Jamais peuple ne s’est vu traiter avec une telle arrogance. C’est sur un ton impérieux, c’est la menace à la bouche que ce serviteur de la nation s’adresse à elle. Et dans quel but ? Pour nous contraindre de donner nos voix à ce ramassis de réactionnaires cléricaux, bonapartistes et légitimistes, qu’il a choisis pour ses candidats »1.

Phrases qui lui valent, d’ailleurs, des poursuites judiciaires et une condamnation à 1 000 francs d’amende ; mais qui montrent que Pilatte ne saurait passer pour un républicain modéré.

Vingt-cinq ans plus tard, le 14 janvier 1899, au cœur de l’affaire Dreyfus, le pasteur L. Lafon, non moins ferme républicain que L Pilatte, s’écrie dans son journal, La Vie nouvelle :

« On a osé glorifier le des...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540