Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « chrétiens modérés » en France et en Europe (1870-1960)

 | 
Jacques Prévotat
, 
Jean Vavasseur-Desperriers

Table des matières

Jacques Prévotat et Jean Vavasseur-Desperriers

Introduction. Qu’est-ce qu’un chrétien modéré ?

I.– L’héritage d’une historiographie
II.– Quelques questions de fond
1/ Définir la notion de « chrétien modéré »
2/ Christianisme modéré et tradition républicaine
3/ L’articulation entre les choix religieux et les choix politiques
4/ Chrétiens modérés dans d’autres pays européens
III.– Le cas spécifique de la vie politique française

Première partie. Essai de définition. Qu’est-ce qu’un chrétien modéré ?

A – En France – approche plurielle

Odile Rudelle

Constitutionnalisme et modération : L’exemple du « Correspondant ». Un siècle de modération

I.– Fondation et refondations du Correspondant
II.– Le vote des lois constitutionnelles de 1875
III.– Le mystère d’une postérité brouillée
Emile Poulat

À la recherche des catholiques modérés. De quoi et de qui s’agit-il ?

I.– De quoi s’agit-il ?
II.– De qui s’agit-il ?
1/ Courants
2/ Personnalités : nécessité d’une enquête
3/ Foyers
André Encrevé

Les protestants républicains peuvent-ils être des modérés entre 1870 et 1905 ?

I.– Comprendre les choix protestants
II.– Les débuts de la Troisième République (1870-1879) : l’impossible modération
III.– Les républicains au pouvoir (1879-1897) : une modération devenue possible : une « laïcité à l’américaine »
IV.– L’affaire Dreyfus et ses suites : un anticléricalisme modéré et l’acceptation nuancée des lois laïques
Conclusion : Modéré, un concept peu opératoire avant 1950

B – En Europe

Francesco Traniello

Le courant des chrétiens modérés dans l’Italie du Risorgimento et les racines du courant clerico-moderato

I.– Quelques considérations sur les termes
1/ Les catholiques libéraux : une minorité ouverte mais vivement contestée
2/ Les clérico-modérés : une ambition immédiate et limitée
II.– L’Unité de l’Italie et la « question religieuse »
1/ La construction de l’État national et la fracture avec l’Église
2/ Le repli intransigeant de l’Église sur elle-même
III.– Le changement du panorama politique et ecclésiastique
1/ La nouvelle donne : l’émergence des classes populaires
2/ Le mouvement intransigeant et la naissance de la démocratie chrétienne
3/ Les transformations sociales et la nécessaire présence catholique : les clérico-modérés
Bibliographie limitée à l’essentiel
Winfried Becker

Le courant des chrétiens modérés dans l’Allemagne du XXe siècle

I.– Le Centre, un parti minoritaire
1/ Un chemin difficile : entre ghetto et ouverture
2/ Volonté d’autonomie et tensions avec la hiérarchie ecclésiastique
II.– Le tournant de la première guerre mondiale : une intégration nationale réussie
1/ Le ferme engagement dans la République de Weimar
2/ Entre le poids des réparations et la crise économique et sociale, un difficile équilibre instable
III.– Face au régime nazi et à la seconde guerre mondiale : le drame du refus
IV.– Le renouveau d’après-guerre : les chances de la démocratie
1/ le rôle décisif du parti démocrate-chrétien
2/ Les années 1970 : la crise de la sécularisation et la recherche de nouvelles voies d’influence
Conclusion
Michael Sutton

Libéralisme et ultramontanisme en Angleterre : quelques répercussions de la Révolution française : le « Second Printemps » de l’Église catholique romaine

I.– Les conséquences de la Révolution française
1/ Trois étapes dans l’émancipation : 1778, 1791, 1793
2/ Le mouvement de retour des religieux anglais dans leur patrie
3/ Conséquences : un nouveau regard sur Rome et sur la papauté
4/ Le « Catholic Emancipation Act » : 1829
II.– Les transformations du catholicisme
1/ Daniel O’Connell (1775-1847)
2/ L’émigration venue d’Irlande, naissance d’un catholicisme de masse
3/ Une minorité fragile : les catholiques libéraux et la revue le Rambler
4/ John Henry Newman (1801-1890)
5/ Lord Acton (1834-1902) et son rôle
Emiel Lamberts

Les catholiques libéraux en Belgique à l’époque contemporaine

Remarque préliminaire
I.– Les origines du catholicisme libéral en Belgique
Affrontements entre catholiques libéraux et ultramontains
II.– Introduction de la « pilarisation » à la fin du XIXe sous l’influence des ultramontains modérés
Persistance du catholicisme libéral
III.– Le basculement de l’intransigeantisme dans l’entre-deux-guerres
IV.– L’assaut final contre la société pilarisée (1945-1960)
Francis Python

Prudence pastorale ou discours à l’usage des chrétiens modérés de Suisse romande ? L’œcuménisme patriotique de Mgr Besson (1920-1945)

I.– Premier moment : L’affirmation d’une Église gardienne de l’ordre (1920-1929)
II.– Deuxième moment : Le souci de maintenir les institutions politiques traditionnelles (1930-39)
III.– Troisième moment : L’appui sans failles accordé à la politique officielle durant la Deuxième Guerre mondiale
Benoît Pellistrandi

Les catholiques modérés en Espagne : de l’oxymore à la fécondation

I.– Le catholicisme, essence de l’identité espagnole
II.– Obstacles, difficultés et limites de l’affirmation modérée
III.– Modérantisme et pacification (1939-1978)

Deuxième partie

A – L’évolution en France sous la Troisième République (1870-1940)

Jean-Marc Guislin

Les catholiques modérés dans les années 1870 : politique et religion

Introduction : complexité et diversité du thème
I.– Essai de définition
1/ Modération religieuse
2/ une modération sociale ?
3/ une modération politique ?
II.– Présence des catholiques modérés dans les groupes politiques
1/ Centre gauche et Centre droit
2/ La Droite
3/ Les groupes charnières
III.– L’action politique des catholiques modérés
1/ Une influence certaine dans les grands débats au temps de l’Assemblée nationale
2/ La participation aux grands débats des années 1876-1880
3/ Quelques grandes figures
Daniel Moulinet

Les comités catholiques et l’apprentissage de la modération (1870-1905)

I.– Une conjoncture politique défavorable
II.– Une mentalité intransigeante
III.– Un infléchissement de l’intransigeance
IV.– Un apprentissage de la modération
V.– Une nouvelle attitude en politique
Evelyne Janet-Vendroux

Jacques Piou et l’émergence d’un catholicisme républicain

Introduction : Historique de l’engagement de Jacques Piou vers le catholicisme républicain
I.– Jacques Piou : l’homme du ralliement à la République
II.– Paroles républicaines et catholiques de l’ALP
III.– Un catholicisme républicain par l’action sociale
Conclusion
Bruno Dumons

«  La bande à Aynard » Des catholiques libéraux et modérés à Lyon (1860-1920)

I.– Un réseau d’hommes d’affaires lyonnais
II.– Des partisans d’un catholicisme libéral et modéré
Xavier Boniface

Les chrétiens modérés et l’idée de patrie dans les années d’après-guerre (1919-1926)

I.– Considérations générales autour de l’idée de patrie
1/ De la patrie à la nation
2/ Patriotismes français et étrangers
3/ La foi et la patrie
II.– Prises de position
1/ La patrie au regard du rapprochement franco-allemand
2/ Le patriotisme des modérés face au patriotisme des radicaux
3/ Patriotisme des modérés contre nationalisme intégral des monarchistes
Conclusion
Philippe Castermans

Autour de la paix : le dialogue Charles-Célestin Jonnart - Mgr Julien

I.– La paix religieuse comme condition nécessaire à l’union des Français
II.– Jonnart et la paix : un patriotisme réaliste
III.– Mgr Julien, la paix : un « rêve proprement catholique »
IV.– Charles Jonnart et Mgr Julien : des regards convergents sur la paix
Corinne Bonafoux

Un conservatisme modéré ? Le cas de la Fédération nationale catholique

I.– La FNC au sein des familles politiques catholiques
1/ Un apolitisme de principe
2/ Qui s’accompagne dans les faits d’un certain pluralisme entre droite et centre
3/ Un juste milieu entre Action française et Jeune République ?
II.– Une pratique politique modérée ? Le cas de l’anticommunisme
III.– Éléments de modération
1/ Un mouvement de masse encadré par des notables et des éléments des classes moyennes
2/ Une façon de faire de la politique
3/ Une culture politique qui n’est pas univoque
Conclusion
Jean-Claude Delbreil

Robert Cornilleau et le Parti Démocrate Populaire. Aux limites des « Chrétiens modérés » ?

I.– Le Parti démocrate populaire, un parti du centre issu de traditions complexes
II.– Quel centrisme ?
III.– Robert Cornilleau, tête pensante d’un parti issu de tendances diverses
Robert Cornilleau, penseur et éditorialiste : « gagner la bataille civique »
IV.– Dépasser les limites : une œuvre de reclassement des partis
V.– Une nécessaire « collaboration républicaine » : ni confessionnalisme, ni laïcisme
Dépasser la querelle religieuse : la tentative du « Pourquoi pas ? » (1927-1929) et son échec
VI.– Le PDP, aile marchante du rassemblement des chrétiens modérés
VII.– Une autre tentative de rassemblement, les contacts avec les « Jeunes équipes »
Les rapports complexes avec les radicaux : toujours la question religieuse
Yves Palau

De l’intransigeantisme au modérantisme : genèse d’un catholicisme républicain dans la France de l’entre-deux-guerres

Introduction : un cas original
I.– Structuration d’un courant modéré
1/ Un creuset commun : les cercles d’études
2/ Un médium : la revue Politique
II.– Réinterprétations doctrinales : l’exemple de la représentation des corps intermédiaires
III.– Un modérantisme de combat

B – L’évolution en France sous la Quatrième République (1946-1958)

Laurent Ducerf

Les démocrates chrétiens face à l’économie : du refus affirmé à l’acceptation tempérée du libéralisme économique (années 1930 - années 1950)

I.– L’intransigeance antilibérale
II.– Une politique de rupture avec le capitalisme
III.– Le retournement de 1946
Gilles Richard

Chrétiens modérés et partis modérés en France : une alliance naturelle ? Réflexions à partir de l’exemple du CNIP de 1948 à 1962

I.– Le CNIP, premier grand parti des modérés en France
1/ À la fin du XIXe siècle, des libéraux qui acceptent le régime républicain
2/ Une tradition : la « concentration républicaine »
3/ Une priorité : la défense sociale
II.– L’expansion du CNIP dans les années 1950
1/ Diversité des situations locales
2/ Des catholiques prudents dans la « guerre scolaire »
3/ Des hommes d’ordre, non des militants de la rechristianisation
III.– Les raisons d’un échec
1/ Un facteur favorable : l’atténuation de la ferveur religieuse
2/ Une déconvenue : le retour du général de Gaulle
3/ Une impasse : la défense de l’Algérie française et la rupture avec les électeurs modérés
Bruno Bethouart

L’héritage des catholiques modérés en France sous la IVe République

Introduction
I.– L’héritage électoral : en progression sur la période
II.– Un héritage de convergence
1/ L’attachement au libéralisme politique
2/ L’attachement au libéralisme économique
3/ Conviction chrétienne et/ou instrumentalisation de la religion au service de l’ordre social ?
III.– Un héritage de divergence
1/ La mémoire de la Résistance
2/ La question coloniale
3/ Les hésitations devant la politique européenne
Conclusion

Troisième partie. Personnalités et Figures

Bernard Ménager

Constant Groussau universitaire et parlementaire (1851-1936)

I.– Un chrétien engagé
1/ Un « horsaing » à l’Université catholique de Lille
2/ L’universitaire engagé
3/ Le parlementaire omniprésent
II.– Groussau, catholique combatif et intransigeant
1/ De la Séparation aux Associations diocésaines
2/ Groussau adversaire de la loi du 28 mars 1882
III.– Constant Groussau, un chrétien modéré malgré tout ?
1/ La modération de ton et la courtoisie parlementaire
2/ La séparation du politique et du religieux
3/ Le refus de la politique du pire et l’attitude constructive
Jérôme Grevy

Une écriture romanesque de la déception d’un rallié. Les morts qui parlent d’Eugène-Melchior de Vogüé

I.– Le ralliement comme attitude de défense des intérêts de l’Église
II.– La politique comme une mission
III.– Le désenchantement
Conclusion
Huguette Le Béguec

Anatole Leroy-Beaulieu (1842-1912) : un modéré de foi et de raison

I.– Portrait intellectuel d’Anatole Leroy-Beaulieu
II.– Un modérantisme de foi et de raison
1/ Un modérantisme de combat
2/ Un modérantisme chrétien qui refuse le cléricalisme
3/ Un modérantisme libéral
Denis Charbit

Sangnier, un chrétien modéré

Introduction : approches du cas Sangnier
I.– Sangnier, un chrétien non-conformiste
1/ La doctrine
2/ Pratiques et normes militantes
3/ Le discours sillonniste
II.– Et pourtant un chrétien modéré
1/ Composer avec le temps présent
2/ Repousser les extrêmes
3/ Dire la convergence
Conclusion : du mouvement au parti
Christian Sorrel

Un modéré en politique : Le catholique Joseph Delachenal (1881-1970), député de la Savoie

I.– De l’engagement social à l’action politique
II.– Succès, échecs et reclassements
III.– L’arbitre de la vie politique savoyarde
Jean Vavasseur-Desperriers

Georges Pernot, modérantisme, esprit républicain et ordre social chrétien

I.– Pratiques et positionnements de Georges Pernot
II.– Un souci permanent : l’intégration des catholiques à la République
III.– La défense d’un ordre social conservateur
Sylvain Tranoy

Étienne Borne, un chrétien modéré ?

Introduction : le parcours d’Étienne Borne, un philosophe engagé
Étienne Borne est-il un chrétien modéré ?
I.– Étienne Borne, un chrétien modéré sur l’échiquier politique
II.– Étienne Borne, un chrétien à la philosophie politique modérée
III.– Étienne Borne, un chrétien qui n’est pas modérément engagé
1/ Le choix de la Résistance peut difficilement être qualifié de « modéré »
2/ Étienne Borne, un chrétien qui n’est pas modéré dans sa défense de la démocratie
3/ Étienne Borne, un chrétien qui n’est pas modérément démocrate-chrétien
Conclusion : Étienne Borne, un chrétien modéré par son positionnement centriste, mais un chrétien extrêmement engagé
Jacques Prévotat

Étienne Gilson est-il un chrétien modéré ?

I.– Préambule philosophico-politique
1/ Le principe de base de la métaphysique gilsonienne
2/ La rencontre avec Bergson
3/ La philosophie thomiste
II.– Quelques choix politiques d’un modéré
Seul face à l’opinion : le choix du neutralisme pendant la guerre froide
1/ Un engagement humanitaire
2/ Devant les événements du siècle
3/ Après la seconde guerre mondiale : le conseiller de la République (1946-1948)
III.– Après mai 1968 et le concile Vatican II : une rupture avec la modération ?
Conclusion

Conclusions

Jean-Marc Guislin, Jacques Prévotat et Jean Vavasseur-Desperriers

Conclusions de la journée du 28 octobre 2005