Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Professionnalisation(s) et État

 | 
Flora Bajard
, 
Bérénice Crunel
, 
Caroline Frau
, 
et al.

Deuxième partie. Un ordre étatique co-construit par les groupes professionnels

Chapitre 6 : Les trois usages de la notion de « professionnalisation » dans la formation des cadres intermédiaires de l’État

Olivier Quéré

Résumé

Ce chapitre vise à questionner les usages de la catégorie de « professionnalisation » dans la formation des fonctionnaires. En prenant appui sur le cas des Instituts régionaux d’administration, qui forment les cadres intermédiaires de l’État, cette contribution montre que la notion de « professionnalisation » se trouve à la croisée d’enjeux et de compromis portant sur la place et le rôle attendus de ces agents. La variation des échelles d’analyse met en évidence trois usages de la notion. Sur le plan administratif d’abord, la « professionnalisation » constitue un enjeu dans la compétition qui se joue entre ministères en charge de la formation des attachés. À l’échelle des programmes de formation ensuite, la notion est mobilisée pour promouvoir des savoirs généraux qui, comme le « management », sont transposables dans diverses sphères administratives. Au niveau des élèves enfin, la « professionnalisation » est un des éléments du travail socialisateur que l’institution fait peser sur l’ethos professionnel des individus. L’étude de ces usages de la « professionnalisation » dans les IRA éclaire finalement les façons dont se construisent la position et les dispositions des cadres intermédiaires dans la hiérarchie de l’État.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Dès leur naissance en quelque sorte, les IRA étaient précurseurs dans l’idée de professionnalisation de la formation ». Cette déclaration, en entretien, d’un haut fonctionnaire en charge de la tutelle des Instituts régionaux d’administration (IRA) au ministère de la Fonction publique, n’est pas sans poser question. Pourtant relativement inconnues, ces écoles de formation des attachés d’administration seraient les fers de lance du large mouvement qui se réclame de la « professionnalisation » de l’enseignement supérieur (Agulhon, 2007 ; Stayrou, 2017). Pourquoi et dans quel objectif cet acteur cherche-t-il à faire de ces écoles les pionnières d’un mouvement qui semble les dépasser en grande partie (Agulhon et al., 2012 ; Le Cozanet, 2014 ; Pinto, 2008 ; Quenson et Coursaguet, 2012 ; Tanguy, 2002) ?

Les Instituts régionaux d’administration, au nombre de cinq en France, ont été explicitement créés sur le modèle de l’École nationale d’administration (ENA), dans l’objectif d’unifier les ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540