Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Professionnalisation(s) et État

 | 
Flora Bajard
, 
Bérénice Crunel
, 
Caroline Frau
, 
et al.

Deuxième partie. Un ordre étatique co-construit par les groupes professionnels

Chapitre 5 : La haute fonction publique comme marché du travail fermé. Professionnalisation des élites et clôture de l’espace administratif en France et en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle

Natacha Gally

Résumé

Dans la lignée des travaux récents s’interrogeant sur les recompositions professionnelles à l’œuvre au sein de l’État, cette contribution propose de s’intéresser aux logiques de constitution et de régulation de la haute fonction publique en tant que système professionnel. Si les agents de l’État constituent aujourd’hui un objet d’étude légitime de la sociologie des professions, les travaux existants tendent à se concentrer sur les personnels d’exécution ou les agents intermédiaires, laissant de côté les dynamiques de professionnalisation des élites administratives. En s’appuyant à la fois sur la sociologie néo-wébérienne des professions et sur la littérature sur les marchés du travail comme construction politique, nous comparons les processus de construction des marchés du travail des hauts fonctionnaires en France et en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle et jusque dans l’entre-deux-guerres. Tout en rappelant les enjeux communs entre ces deux cas – notamment l’institutionnalisation du concours comme principal mode de recrutement légitime et la monopolisation de cette voie d’accès par des établissements d’enseignement supérieur réservés à une élite sociale – l’étude du processus de « fermeture vers l’extérieur » de la haute fonction publique conduit à mettre au jour deux mécanismes contrastés de professionnalisation, que nous appelons respectivement « professionnalisation par le centre » et « professionnalisation par mimétisme corporatiste ». Pour autant, ces processus ne débouchent pas sur la constitution d’un marché unifié de la haute fonction publique. Le modèle du « généraliste » contribue au contraire à pérenniser les frontières organisationnelles et professionnelles internes à cet espace professionnel segmenté. L’architecture du marché des hauts fonctionnaires repose dans les deux pays sur des lignes différentes, principalement ministérielles dans le cas britannique et corporatistes dans le cas français, dessinant deux types contrastés de marché du travail administratif.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De manière surprenante, les élites administratives demeurent un objet largement inexploré par la sociologie des groupes professionnels. Bien que la remise en cause du paradigme fonctionnaliste ait étendu le champ de la sociologie des professions au-delà des seules professions libérales, les professions administratives semblent toujours devoir en être exclues de manière plus ou moins explicite. Pour certains auteurs, ces catégories de travailleurs relèvent même d’une logique opposable à celle des « professions modernes », dans la mesure où leur activité est garantie par l’État et protégée de toute compétition marchande (Sarfatti Larson, 1977 : 17). Si la sociologie française des groupes professionnels s’est plus volontiers penchée sur les professions d’État, en raison de son caractère « non-clivé » (Demailly, 2004), les enquêtes réalisées portent principalement sur les personnels d’exécution ou les agents intermédiaires, facteurs, aides-soignantes, policiers, surveillants de prison, ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540