Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Troisième partie. Les mises en scène

Rituels invisibles : les cérémonies auliques autour de Marc Aurèle (121-180)

Benoît Rossignol

Texte intégral

  • 1 Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, X, 27 ; voir Fergus Millar, The Emperor in the Roman World, Lond (...)
  • 2 Pierre Hadot, La citadelle intérieure. Introduction aux « Pensées » de Marc Aurèle, Paris, (1992) 2 (...)
  • 3 Aloys Winterling, « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N (...)
  • 4 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 92-95 ; voir aussi A. Winterling, op. cit., p. 186-188.
  • 5 Andrew Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », Cambridge Ancient History2, X, 1996, p. 283-308.
  • 6 Aloys Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der (...)
  • 7 Bilan historiographique dans A.-C. Michel, op. cit., p. 12-19.
  • 8 Björn Schöpe, Der römische Kaiserhof in severischer Zeit (193-235 n. Chr.), Stuttgart, 2014.
  • 9 A.-C. Michel, op. cit.

1« Place devant tes yeux tous les drames et les scènes monotones, que tu as discernés tant par ton expérience que par l’histoire ancienne, comme toute la cour (αὐλή) d’Hadrien et toute la cour d’Antonin et toute la cour de Philippe, d’Alexandre, de Crésus ; ce sont tous les mêmes, seulement joués par d’autres. » Fréquemment mobilisé et cité à propos de la cour des empereurs romains, ce passage des écrits de Marc Aurèle1 présente, comme souvent, une sentence très travaillée où l’accumulation des rappels historiques et le jeu des allitérations en grec font sentir la monotonie de la situation de cour aux yeux du principal intéressé. On ne saurait en tirer un constat sur la ritualisation de la cour : Marc réfléchit moins ici sur les cérémonies que sur la logique sociale et morale induite par la présence d’un souverain et de son entourage. La monotonie est celle de la nature humaine dès lors qu’on la regarde à distance, « d’en haut ». C’est précisément le rôle de ce passage : mettre à distance son expérience en l’inscrivant dans une continuité temporelle. Il s’agit là d’un exercice spirituel et non d’un compte rendu sur le quotidien de la cour2. L’usage même du mot « cour » et les parallèles historiques que Marc était allé chercher dans sa mémoire n’en restent pas moins significatifs. Les Romains n’avaient pas de mot propre pour désigner la cour et empruntèrent le terme aula au monde grec3. L’existence d’une aula à Rome s’était imposée avec Auguste. Les Romains, à l’image de Marc, percevaient nettement les analogies et les continuités qui existaient entre la cour impériale romaine et les cours hellénistiques. Il n’en reste pas moins que la cour romaine n’était pas l’héritière directe de ces dernières, mais qu’elle trouvait ses racines surtout dans les pratiques sociales et culturelles de l’aristocratie de la fin de la République. Phénomène plus social que légal, la cour impériale connut un processus d’institutionnalisation très progressif et son histoire reste encore à approfondir. En effet, si les rituels de cour à Rome furent invisibles, c’est d’abord parce que les historiens détournèrent longtemps le regard de la cour impériale4. Ce n’est que dans les années 1990 que les travaux d’Andrew Wallace-Hadrill5 et d’Aloys Winterling6 l’ont tirée d’une longue négligence historiographique7. Dans leur sillage, des monographies plus spécifiques commencent désormais à être publiées, comme la thèse de Björn Schöpe8 sur l’époque des Sévères et celle, à bien des égards remarquable, d’Anne-Claire Michel sur la cour sous Claude9.

  • 10 Loïc Pasco, L’évolution des cérémonies publiques impériales dans le monde romain tardif, thèse de d (...)
  • 11 On récusera bien évidemment ici une approche en termes de mentalité. Une approche rigoureuse de ce (...)
  • 12 Stéphane Benoist, « Du pontifex maximus à l’élu de Dieu : l’empereur et les sacra (Ier s. av.-IVe s (...)
  • 13 Sur le lien entre ritualisation et autorité traditionnelle : M. Bloch, op. cit., part. p. 43, 80-81

2Si l’attention portée au cérémonial et aux rituels dans ces travaux pourrait paraître limitée, c’est largement en raison des sources disponibles. Pour autant, le domaine n’est pas négligé par la recherche récente, mais les cérémonies publiques nous sont plus accessibles que les cérémonies purement auliques. Les unes comme les autres nécessitent une réflexion sur le rite, l’étiquette, le cérémonial, à l’instar de celle menée dans la thèse récemment soutenue par Loïc Pasco sur le monde romain tardif10. Plus généralement, c’est une banalité de dire que la société romaine est ritualiste11. Le rite organise la religion romaine et les exigences du mos maiorum semblent inscrire aussi toute vie sociale et politique dans une ritualisation et la répétition souhaitée, mais souvent illusoire, des actions des anciens. Ce ritualisme romain touchait, bien évidemment la cour et la personne de l’empereur. En tant que pontifex maximus l’empereur était le garant des rites religieux et potentiellement leur premier exécutant, un rôle qui s’inscrivait dans la longue durée12. La cour impériale pouvait donc être animée par des rituels qui ancraient profondément le détenteur du pouvoir dans la sphère de l’autorité traditionnelle13.

  • 14 Jack Goody, « Against “Ritual”: Loosely Structured Thoughts on a Loosely Defined Topic », dans S. F (...)
  • 15 Catherine M. Bell, Ritual Theory, Ritual Practice, Oxford, 1992, part. p. 6-7 sur Goody, avec des a (...)
  • 16 Christoph Wulf, « Introduction. Rituels. Performativité et dynamique des pratiques sociales », Herm (...)
  • 17 Alain Boureau, « Les cérémonies royales françaises entre performance juridique et compétence liturg (...)
  • 18 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociale (...)
  • 19 La formalisation de la communication rituelle ne va pas sans poser de problème au pouvoir politique (...)
  • 20 Il y a là la vaste question du rapport du rituel à la temporalité et à l’historicité, le rituel pou (...)

3Le terme de rituel hors de la sphère religieuse n’en soulève pas moins des problèmes de définition. On a pu même, comme Jack Goody, se déclarer « contre le rituel »14. Nombreux sont ceux pourtant, comme Catherine Bell15 ou Christoph Wulf16 qui ont plaidé pour conserver le terme dans les sciences humaines. Il a certes une valeur pratique non négligeable – ne serait-ce que pour permettre les échanges comme ceux dans lesquels s’inscrit ce travail –, mais il faut garder la conscience de ses limites, ne pas oublier derrière lui, « le vif de l’action et le lourd des structures »17. Gardant en vue les réflexions des sociologues et des anthropologues, j’en ferai donc ici un usage pragmatique, en entendant le rituel de cour comme une situation sociale de communication politique et d’institution – en comprenant le mot institution avec Pierre Bourdieu18 – consciemment construite, au moins formalisée sinon complètement codifiée19, au moins expressive sinon complètement symbolique, et dont l’horizon est aussi celui de la récurrence au moins possible, sinon celui d’une répétitivité régulière20. Si bien qu’à défaut d’être toujours assuré que l’on puisse parler d’un rituel, peut-être devrait-on parler plus largement de processus de ritualisation.

  • 21 La bibliographie sur le triomphe s’est fortement développée dans les années 2000, mais a avant tout (...)
  • 22 Histoire Auguste, Vita Marci, XII, 10-12 et XXVII, 4-5 pour une description des triomphes.

4Au regard de cette définition, la cour impériale romaine connaissait-elle une ritualisation forte ? Comme nous l’avons vu, la société romaine avait une forte propension à la ritualisation : en conséquence, la cour était prise dans de nombreux rituels qui ne lui étaient pas propres. Les cérémonies publiques de la cité romaine et leurs rituels étaient devenus des rituels de cour, car désormais l’empereur pouvait se trouver en leur centre. Il est bien clair qu’alors il ne s’agissait pas de rituels invisibles, au contraire. Ainsi du triomphe, rituel public où la visibilité est essentielle puisqu’il s’agit de la mise en spectacle de la gloire des armes romaines pour le peuple et ses dieux. Mieux, on en assurait une visibilité permanente par les représentations artistiques dans la cité. Statues et reliefs pétrifiaient le moment du rite ; la monumentalisation de cette visibilité était un enjeu politique connu de tous. En 193, lors de la condamnation de la mémoire de Commode, on prit soin d’effacer sa figure du relief où il était associé à son père Marc Aurèle, tous deux se trouvant dans le char triomphal. Il s’agissait d’exclure le tyran de ce rituel légitimant. Mais le triomphe n’est pas un rituel de cour au départ, c’est un rituel civique, militaire et religieux romain que le prince et sa cour ont emprunté, monopolisé et surtout raréfié21 : marqué par deux triomphes à dix ans d’intervalle, le règne de Marc Aurèle relève à cet égard de l’exception plus que de la généralité. Tant les cérémonies de 166 que celle de 176 ont dû mobiliser la cour, et elles eurent en tout cas un rôle indéniable d’exaltation de la famille impériale aux yeux de Rome et de son aristocratie22.

  • 23 A. Winterling, « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N. B (...)
  • 24 F. Hurlet, op. cit., p. 180-181 ; B. Schöpe, op. cit., p. 57-61 ; A.-C. Michel, op. cit., p. 269-27 (...)
  • 25 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 284-285.
  • 26 A. Wallace-Hadrill « The Roman Imperial Court: Seen and Unseen in the Performance of Power », dans (...)
  • 27 Ainsi pour le regard de Tacite : A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 93. Plus généralement sur le rega (...)

5En parlant, de manière volontairement provocatrice, de rituel invisible il s’agit donc avant tout de poser la question suivante : y avait-il à Rome des rituels proprement auliques, dont l’origine se trouvait spécifiquement dans la cour ? Il faut à cet égard remarquer que les cérémonies les plus courantes à la cour, celles qui structuraient fortement son quotidien, à savoir la salutation matinale (salutatio)23 et le banquet du soir (conuiuium)24, étaient issues du mode de vie de l’aristocratie républicaine romaine. Elles animaient et structuraient de la même manière le quotidien privé des grandes maisons sénatoriales. Ces cérémonies internes à la cour étaient loin d’avoir la visibilité des cérémonies publiques qui engageaient la cour, comme le triomphe. En effet il faut rappeler comment la monarchie impériale entraînait un retrait de la vie publique25 ; elle induisait des secrets de palais qui contrastaient avec la délibération collective de l’aristocratie républicaine, les faits qu’elle abritait transparaissaient alors par l’anecdote et la rumeur. Pour les privilégiés admis en son sein, voir et être vu était essentiel, mais il fallait aussi apprendre à voir derrière les apparences26. Si nos sources sont souvent peu enclines à aller plus loin que l’anecdote ce n’est peut-être pas seulement par défaut de connaissance, mais aussi parce que beaucoup d’entre elles réprouvent l’affirmation trop monarchique du régime impérial et de son représentant27. Enfin les rituels et les cérémonies, par leur récurrence même, peuvent s’installer comme cadre banal, contexte connu de tous et acquis, allant de soi et dont on ne parle pas car il n’est pas besoin d’en parler.

  • 28 Nous ne donnerons pas ici une bibliographie détaillée sur les divers aspects du règne : la meilleur (...)
  • 29 A. Winterling, op. cit., p. 195-198 ; Hurlet, op. cit., p. 175 ; A.-C. Michel, op. cit., p. 133-134 (...)

6Malgré ces obstacles, la documentation de l’époque antonine permet d’approcher quelques cérémonies de la cour et invite à porter aussi sur nos sources un regard critique à travers trois exemples illustrant les temps, les lieux et les actions de certaines cérémonies de cour autour de la figure de Marc Aurèle28. À son époque, le régime du principat a désormais une existence plus que séculaire et les empereurs antonins s’inscrivent dans une succession généalogique indirecte mais relativement apaisée. Avec Trajan le pouvoir impérial s’est stabilisé et le prestige de son détenteur, optimus princeps, l’a inscrit dans une légitimité forte. Même si Hadrien n’a pas su trouver avec le sénat une entente comparable à celle qu’avait instaurée Trajan, ses écarts restent limités, et Antonin sait renouer les liens avec les clarissimes après la difficile fin de règne de l’empereur voyageur. La cour est alors un milieu aristocratisé : selon Aloys Winterling ce fut l’aboutissement tardif sous Hadrien d’une dynamique très progressive, mais on peut penser cependant que cette situation était bien plus ancienne29. Quoi qu’il en soit, les sénateurs les plus prestigieux font alors partie de la cour et se confondent avec le premier cercle des amis de l’empereur. Choisi par Hadrien, son probable oncle, puis adopté à la demande du premier par Antonin et marié à la fille de ce dernier (sa cousine), Marc Aurèle est le jeune héritier désigné pour l’empire et grandit donc au cœur des rituels de cour.

Le dîner dans le pressoir

7Notre point de départ est une lettre du jeune Marc à son maître en rhétorique, Fronton :

  • 30 Fronto, Ad Caes., IV, 6 (toutes les références à la Correspondance de Fronton sont données selon l’ (...)

Salut mon maître des plus doux. Nous nous portons bien.
Moi j’ai peu dormi à cause d’un petit frisson qui semble s’être calmé. J’ai donc passé le temps, depuis la onzième heure de la nuit jusqu’à la troisième du jour, pour une part à lire l’Agriculture de Caton, et pour une part aussi à écrire, moins misérablement, par Hercule, qu’hier ! Alors, ayant salué mon père, j’ai avalé de l’eau miellée jusqu’au gosier, et puis je l’ai rejetée, « bassinant ma gorge » plutôt que de dire « me gargarisant », de fait le mot est chez Novius, je crois, et chez d’autres. Aussi, la gorge soignée, je suis allé vers mon père et j’ai assisté au sacrifice.
Ensuite nous sommes allés déjeuner. Avec quoi estimes-tu que j’ai mangé ? Un tant soit peu de pain, tandis que je voyais les autres engloutir des haricots, des oignons et des mendoles bien pleines.
Ensuite nous nous sommes livrés à la récolte des grappes, suant et beuglant, « laissant », comme dit l’auteur « quelques hautes grappes, survivantes de la vendange ».
À la sixième heure nous sommes revenus à la maison. J’ai quelque peu étudié, et ce sottement.
Ensuite j’ai beaucoup papoté avec ma petite maman qui était assise sur le lit. Ma conversation était ainsi : « Que penses-tu que fasse mon Fronton à cette heure ? » et elle : « Eh bien, et toi de ce que fait ma Cratia ? » Alors moi : « Eh bien laquelle ? Notre petit moineau, la toute petite Cratia ? » Pendant que nous bavardions et nous disputions à ce sujet, lequel de nous deux aimerait le plus l’un ou l’autre d’entre vous deux, le gong retentit, c’est-à-dire l’annonce que mon père passait au bain.
Ainsi nous avons dîné, après m’être baigné, dans le pressoir (je ne me suis pas baigné dans le pressoir, mais nous y avons dîné après le bain) et nous avons entendu avec plaisir les plaisanteries des campagnards.
Alors, étant rentré, avant de me tourner sur le flanc pour ronfler, je débrouille le fil de ma journée et j’en rends compte à mon si aimable maître – s’il était possible qu’il me manque plus, j’en aurais volontiers été un peu plus affligé !
Porte-toi bien mon Fronton, où que tu sois, plus doux que le miel, mon amour, ma volupté. Qu’en est-il de moi avec toi ? Absent que j’aime30.

  • 31 C’est cette nature « tout de même assez étrange », pour reprendre les mots de Michel Foucault (voir (...)
  • 32 Michel Foucault, L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France. 1981-1982, (Frédéric Gros éd (...)
  • 33 M. Foucault, op. cit., p. 156.
  • 34 M. Foucault, op. cit., p. 156-158.
  • 35 Ségolène Demougin, « L’éducation d’un prince : Fronton et Marc Aurèle », dans J. Desmulliez, C. Hoë (...)
  • 36 Fronto, Ad Caes., IV, 3.
  • 37 Fronto, Ad Caes., II, 8, 3 ; voir S. Demougin, op. cit., p. 36.
  • 38 Pascale Fleury, Lectures de Fronton. Un rhéteur latin à l’époque de la Seconde Sophistique, Paris, (...)
  • 39 Pline, Lettres, III, 1 ; voir Elizabeth Fentress, Marco Maiuro, « Villa Magna near Anagni: the empe (...)

8Au premier abord la lettre peut sembler primesautière et superficielle31. L’empereur et son jeune héritier jouent à être des paysans. Ils jouent à la vendange, une heure pas plus, on pourrait alors n’être pas loin des clichés associés au Hameau de la reine et à Marie Antoinette… Il n’en est bien évidemment rien. La lettre elle-même n’a rien de spontané. Elle est, comme l’a dit Michel Foucault dans la lecture magistrale qu’il en donna au Collège de France le 27 janvier 1982, un « récit de soi à travers le récit de la journée »32. Il avait montré comment l’on pouvait considérer ce que narrait Marc sous trois catégories. Tout d’abord les éléments de santé et de régime : sa santé, ses soins, ce qu’il mange, la manière dont il dort (sur le côté pour avoir un sommeil chaste). Ensuite les « devoirs familiaux et religieux », les rapports à son père (l’empereur Antonin), le sacrifice, mais aussi l’activité d’économie domestique et l’horizon éthique qui leur est rattaché, à travers Caton et avant lui Xénophon, soit un aspect de la vie domestique réactivé à des fins d’exercice personnel. Enfin les éléments concernant l’amour. Foucault concluait : « Le corps ; l’entourage et la maison ; l’amour. Diététique, économique, érotique. Ce sont là les trois grands domaines où s’actualise la pratique de soi à cette époque avec […] un renvoi perpétuel de l’un à l’autre »33. La cour est donc effacée dans le regard de Marc, la lettre témoignant d’abord d’un rituel intime, cet examen de conscience sur lequel insistait Foucault où l’on se recueille en soi-même pour rendre compte de sa journée34. Mais la lettre de Marc joue aussi avec d’autres codes, ceux de la relation amoureuse entre le maître et son élève35, ceux de la relation pédagogique ; Marc se représente choisissant le mot juste – préoccupation majeure de Fronton36 – et connaissant ses auteurs, dont Novius qui est évoqué et sans doute cité37. Ces jeux doivent prendre place dans les contraintes du genre épistolaire38, il s’agit de ne pas ennuyer son correspondant, d’être bref et plaisant, d’où cet étrange mélange de mots rares savants et de tournures familières et orales. Le jeu avec les codes littéraires engage aussi un jeu avec des codes sociaux ; le récit de la journée puise aux modèles littéraires et sociaux de la journée idéale, de son déroulement ritualisé dont on ne dévie pas, comme la journée de Vestricius Spurina dans la correspondance de Pline39.

  • 40 Année Épigraphique, 1986, 333 chapitre K.
  • 41 Fronto, Ad Caes., IV, 5.
  • 42 Fronto, Ad Caes., IV, 4.
  • 43 Fronto, Ad Caes., II, 17.
  • 44 Michel P.J. van den Hout, A Commentary on the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde, 1999, p. 167, (...)
  • 45 Sur sa place dans la lettre : Amy Richlin, « Parallel lives: Domitia Lucilla and Cratia, Fronto and (...)

9Les vendanges occasionnaient à Rome une véritable cessation d’activité, interrompant les séances du sénat ; la prescription se retrouve dans les lois municipales40. Aller faire ses vendanges n’est donc pas propre à la cour, les sénateurs devaient profiter de l’occasion pour gagner eux aussi des lieux de villégiature et inspecter leurs propriétés, à l’instar de Fronton, alors loin de Marc. S’écartait-on pour autant de tout rituel aulique, peut-on penser que le raisin étant mûr, Antonin et les siens partaient se soucier d’eux-mêmes en mettant à profit l’occasion ? Que faisait-on exactement durant les vendanges dans la villa d’où écrivait Marc et qui s’y trouvait avec lui ? Quelques autres lettres semblent se rattacher au dossier. La lettre précédente dans le recueil semble bien avoir été la véritable lettre précédente, écrite par Marc la veille : on y apprend comment il fut bredouille à la chasse et attrapa froid41. Juste avant elle encore dans le recueil, une lettre se rattache aussi sans doute à cette villégiature et narre le voyage de Marc jusqu’au lieu des vendanges, avec au passage le récit d’une petite excursion touristique dans la vieille ville d’Anagnia42. Une autre lettre semble un peu antérieure43. De multiples indices amènent Michel P.J. Van den Hout à dater notre lettre, de manière très probable, de l’un des automnes 141-143, peut-être d’octobre 14344. Marc a entre 20 et 22 ans. Il est accompagné de sa mère (cum matercula) en qui il faut reconnaître Domitia Lucilla45, puisque sa mère adoptive, Faustine (qui est aussi sa tante), est morte depuis peu – la confusion n’étant donc pas possible. Une fois dépouillées de leur ton badin, les lettres montrent clairement que le temps des vendanges n’est pas un temps de relâchement dans l’organisation du quotidien impérial et de l’activité autour de Marc.

  • 46 Fronto, Ad Ant. Imp., I, 5 : sed patris temporibus seruisse.
  • 47 Marc Aurèle, op. cit., I, 16, 26-29 tr. P. Hadot.
  • 48 Fronto, Ad Caes., IV, 5 : Deinde calceatus sagulo sumpto – nam ita adesse nobis indictum erat – abi (...)

10La lettre est une succession de moments soigneusement découpés, bien identifiables à la récurrence du deinde. Ce découpage n’est pas seulement une conséquence de la construction de la lettre : en rendant compte de sa journée, il décrit aussi une organisation collective du temps de la cour (discus crepuit). Le gong retentit et informe tout le monde de l’activité de l’empereur et des devoirs de chacun. Au demeurant, chacun les connaît et connaît les habitudes de l’empereur. Selon les mots mêmes de Fronton, Marc était « au service des horaires de son père »46. Le rhéteur y voyait le signe de la piété de Marc, c’était aussi la conséquence d’une organisation bien réglée : les lettres le montrent, la salutation matinale, le sacrifice, le bain, les repas, la chasse sont des moments où Marc doit être avec Antonin, suivre ses horaires. Trente-cinq ans après notre lettre, environ, Marc se souviendra encore de lui comme de quelqu’un « qui ne se baignait pas à des heures indues » et dont on pouvait dire que « toutes ses actions, après avoir été bien définies jusque dans les détails, étaient mûrement réfléchies, comme en prenant son temps, sans trouble, avec ordre, solidement, en cohérence les unes avec les autres »47. La lettre de la veille témoigne de cette planification : « Ensuite, botté et muni d’un manteau court – en effet c’est ainsi que l’on nous avait ordonné de nous présenter – je suis allé saluer mon seigneur » ; la salutation matinale se fait donc ce jour en costume de chasse, tout le monde était prévenu, le terme indictum renvoyant au langage de l’organisation de la cour48. Rien toutefois que l’on ne pourrait imaginer dans le grand domaine bien organisé d’un puissant sénateur entouré de ses familiers. Nonobstant, la situation était différente.

  • 49 E. Fentress, M. Maiuro, op. cit., p. 333-369 ; voir aussi le site www.villamagna.org.

11Depuis quelques années, les fouilles archéologiques pratiquées à Villa Magna près d’Anagni ont donné un contexte précis à nos lettres et permettent d’imaginer le cadre exact où se déroulèrent ces journées de Marc Aurèle. Le site de Villa Magna (c’était peut-être déjà son nom à l’époque) présente des ruines couvrant 11 hectares. Résumons les éléments de description que donne la récente publication d’Elizabeth Fentress et Marco Maiuro49. La villa présentait un péristyle et plusieurs grandes cours. Le site était occupé au moins depuis la fin de l’époque républicaine, mais le bâtiment que Marc voyait était bien plus récent. Résultant vraisemblablement d’un projet unique, il datait de la fin du règne de Trajan ou du début de celui d’Hadrien. Les fouilles ont dégagé les pièces qui correspondaient aux bains et au pressoir dont parle Marc. Elles interdisent d’imaginer que l’expression « manger dans le pressoir » renvoyait à une utilisation ponctuelle du lieu, comme si l’on avait dressé des tréteaux. De fait, le pressoir de Villa Magna est à nul autre pareil. Les 38 dolia qui s’y trouvaient étaient en partie enterrés dans un sol en opus spicatum de marbre. Ce luxe extraordinaire pour un pressoir n’est pas sa seule particularité. Si au nord des dolia on trouve le calcatorium où l’on foulait le raisin, la zone sud est consacrée à une grande et luxueuxe exèdre semi-circulaire, qui ouvrait par une colonnade sur la zone des dolia et sur le calcatorium. On accédait par l’ouest à ce complexe où le marbre était omniprésent, en montant un long escalier organisé en paliers : il était possible de venir en litière. Les bains ouvraient aussi sur cet escalier d’apparat. C’est dans cet espace luxueux que Marc et Antonin dînèrent en observant les rustici fouler le raisin. Le dîner dans le pressoir n’était pas un amusement improvisé profitant de la vendange. Au contraire, toute la villa avait été pensée et construite pour permettre ce dîner durant lequel l’empereur et son entourage choisi jouissaient, dans le faste et le luxe, de la vision des rustici foulant le raisin. Ces aménagements et cette fonction sortent ce pressoir unique du domaine des espaces fonctionnels pour le placer dans les espaces de cérémonies.

  • 50 E. Fentress, M. Maiuro, op. cit., p. 355-361 ; sur les Vinalia : Georges Dumézil, La religion romai (...)

12On se trouve au-delà de l’autoreprésentation du noble romain en bonus agricola. La mise en spectacle de la bonne gestion agricole et de ses fruits symbolisait le rôle de l’empereur, le soin attentif qu’il prenait à faire fructifier aussi son empire. Il y avait davantage encore sans doute. Les fouilleurs du site suggèrent de manière stimulante de voir dans la villa un bâtiment destiné à accueillir un rituel annuel lié à la vendange, rituel similaire à l’action du flamine de Jupiter lors de la fête romaine des vinalia d’été, et rattachant la villa et ses cérémonies aux devoirs religieux de l’empereur50. Les Vinalia étaient le domaine de Jupiter, le vin et son ivresse avaient partie liée avec la souveraineté. Comme en témoignent les lettres de Marc et l’archéologie de la villa, le rituel religieux et le rituel aulique semblent s’être complètement mêlés. L’empereur pouvait exécuter ses devoirs religieux à Villa Magna environné d’un entourage choisi, en un temps soigneusement organisé, mettant en scène ses devoirs et ses vertus. La vendange et le repas dans le pressoir ne constituent pas un moment où, jouant au paysan, l’empereur se divertirait de ses devoirs et des exigences de l’État, ce sont au contraire les éléments d’un rituel aulique par lequel l’empereur accomplit ses devoirs : être un bon gestionnaire de son patrimoine et de l’empire, garantir par ses liens avec les dieux la continuité de la prospérité romaine.

  • 51 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 286.
  • 52 Olivier Hekster, « [compte rendu de A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung (...)
  • 53 François Chausson, « La fausse immobilité du Prince. Remarques préliminaires sur la présence du Pri (...)
  • 54 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 288.
  • 55 F. Chausson, op. cit., p. 22.
  • 56 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 291.
  • 57 Corpus Inscriptionum Latinarum X, 5917 (Inscriptiones Latinae Selectae, 1909).
  • 58 CIL X, 5918 (ILS, 406) ; F. Chausson, op. cit., p. 34, n. 89.
  • 59 Seule l’archéologie peut faire progresser notre connaissance sur ce contexte, et l’on peut avoir bo (...)

13Si la cour impériale n’est pas définie géographiquement, on sait que son ancrage sur le Palatin était fort51. Il importe cependant de ne pas sous-estimer le mouvement de la cour et ses conséquences52 : le prince en Italie n’est pas immobile53. Le cas de Villa Magna apporte à cet égard un élément intéressant et confirme que les déplacements de l’empereur ne constituaient pas seulement un moment où un otium relatif permettait d’échapper à la pression de la foule54. Ils pouvaient fournir l’occasion de cérémonies particulières en lien « avec un passé prestigieux et avec des divinités tutélaires dont l’ancienneté constituait le socle de l’identité religieuse, politique et culturelle du Latium »55. Ils offraient au calendrier de la cour une respiration, l’occasion d’une sélection dans l’entourage. L’ampleur du déplacement et de la logistique nous échappe, et les voyages avaient sans doute tendance à resserrer momentanément l’entourage impérial autour du contubernium. La lettre de Marc passe sous silence le personnel servile et les affranchis qui assuraient la gestion et le déroulement de la vie de la cour et de ses cérémonies. Ils ne faisaient pas partie des participants formels aux cérémonies56, mais ils étaient en permanence dans l’intimité de la cour et avaient pour les plus importants un important accès informel au prince. Ce personnel ne manquait pas et des témoignages épigraphiques montrent la présence d’un important affranchi impérial à proximité de Villa Magna. Aurelius Sabinianus, aussi appelé Euhodus, fut affranchi par Marc et Vérus, donc entre 161 et 169, et il fut honoré plus tard encore par la cité voisine de la villa, Anagni. Il en était le patron – fait exceptionnel pour une personne de son statut – et aussi l’évergète, ayant contribué à la réfection des thermes57. Une seconde inscription atteste que sa fille participa aussi à cette libéralité58. Ces inscriptions laissent penser qu’une génération après Antonin, Villa Magna n’avait pas perdu son importance dans la vie de la cour, même s’il est probable que l’éloignement de Marc Aurèle sur le Danube, sinon son goût, l’ait tenu à distance de Villa Magna et de ses vendanges durant une grande partie de son règne. Énormément d’inconnues subsistent sur les cérémonies qui pouvaient se dérouler à Villa Magna et leur signification. La complémentarité de la correspondance de Marc et des découvertes archéologiques témoigne aussi des lacunes de nos sources, qui entretiennent ces inconnues et gardent dans l’invisibilité de nombreuses cérémonies et jusqu’à leur contexte : le dîner dans le pressoir nous était connu mais sa véritable nature nous restait inaperçue avant la fouille archéologique59.

Les festins chez Vérus

  • 60 Suétone, Caligula, 55, 8.
  • 61 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 8. Nous reprenons dans cette partie des éléments d’une biographi (...)
  • 62 Pour une bibliographie détaillée et sur le contexte de ce voyage nous nous permettons de renvoyer à (...)

14Une autre manière de rendre invisible est de placer en pleine lumière, de transformer par une surexposition le sens original possible. Ce que faisait Antonin à Villa Magna nous échappe encore largement mais imaginons un instant ce qu’aurait pu en faire un Suétone au sujet d’un mauvais empereur, comment il aurait pu stigmatiser les orgies tenues dans une débauche de luxe en une villa retirée : avec un cellier en marbre, le raisin d’Antonin était aussi bien traité que le cheval de Caligula60. S’il faut pasticher Suétone on ne peut guère faire de concurrence à l’Histoire Auguste dans ce domaine. Elle mentionne une autre villa, plus proche encore de Rome, la villa de Lucius Vérus sur la via Clodia où se déroulaient ses festins61, un peu plus de 20 ans après la lettre de Villa Magna. Antonin est mort depuis 161 et Marc a associé à son pouvoir Lucius Vérus. Pour la première fois deux empereurs règnent ; une cour bicéphale, sinon deux cours, s’installe donc à Rome. Rapidement, Vérus part en Orient mener la guerre contre les Parthes, emmenant son entourage à Antioche et à Daphné, puis la victoire de ses armées occasionne son retour en 16662.

  • 63 La collection du ténor Evan Gorga a conservé plusieurs fragments des décors de verre : Lucia Saguì, (...)
  • 64 Sur les nombreux portraits retrouvés : Jane Fejfer, Roman Portraits in Context, Berlin, 2008, p. 42 (...)
  • 65 Emmanuela Caserta, « La Villa di Lucio Vero sulla Via Cassia a Roma in località Acquatraversa », Jo (...)
  • 66 La villa Manzoni est l’actuelle ambassade du Kazakhstan et bénéficie depuis une quinzaine d’année d (...)

15Sur sa colline, façade au sud, au sommet de terrasses savamment agencées, la villa de la via Clodia dominait le paysage à une dizaine de kilomètres au nord de Rome. Un avant-corps monumental et sa colonnade semblent avoir accueilli les visiteurs. Ces derniers pénétraient alors dans tourbillon clinquant de formes et de couleurs. Le petit palais faisait en effet un usage immodéré des placages en verres colorés et découpés, assemblés en patchworks géométriques, floraux ou animaliers63. De grandes colonnes d’albâtre calcaire et d’innombrables bustes et statues des empereurs et des dieux ponctuaient l’espace64. Plus discrètement, des tonnes de tuyauterie de plomb de grand calibre garantissaient une abondance d’eau en permanence, desservant notamment une grande fontaine demi-circulaire. Les espaces ouverts étaient nombreux et la scénographie architecturale ménageait des surprises65. La demeure que Vérus avait faite construire était à l’image du style de vie qu’il affichait : tapage, luxe et volupté. De la Renaissance jusqu’au vingtième siècle, cette débauche de richesses fit du site d’Acqua Traversa une véritable carrière d’antiques et de matériaux recherchés, récompensant qui savait y creuser, alimentant les collections les plus diverses. Infortune archéologique d’un site exceptionnel, jusqu’à son naufrage complet quand la villa Manzoni s’installa en 1924 au cœur des ruines. Aujourd’hui, plus rien n’en est véritablement visible, si ce n’est un ou deux murs de soutien, mais bien des découvertes restent à faire66.

  • 67 Marc Aurèle, op. cit., I, 16, 26-27.
  • 68 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 9.
  • 69 F. Chausson, op. cit.
  • 70 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 8-11.

16Après le retour triomphal de Vérus de la guerre parthique, en 166, la villa de la via Clodia gagna rapidement une renommée considérable. La « folie » de la via Clodia incarnait en effet parfaitement le contraste entre les deux Augustes. Non pas seulement car Marc admirait en Antonin un souverain « qui n’avait pas la manie de bâtir »67 et semble l’avoir imité, mais aussi car Vérus choisit cette villa pour ses plaisirs, semblant continuer à y vivre comme à Antioche, entouré des troupes de musiciens et d’acteurs ramenés d’Orient, de ses affranchis et de ses amis. Marc y fut même invité, et y séjourna cinq jours qu’il passa à examiner des affaires judiciaires tandis que Vérus banquetait68. La différence portait sur un style de vie impériale et donc sur un style politique. L’Histoire Auguste a su jouer de ce contraste pour peindre Vérus en souverain dilettante et débauché. Il convient de nuancer cette image. Le luxe déployé par Vérus n’était pas à proprement parler scandaleux. Sa villa s’inscrit dans une tradition impériale bien affirmée. La périphérie de Rome en comptait de nombreuses, acquises ou construites au fil des règnes69. Malgré toute la qualité de sa réalisation, la villa de Vérus n’était sans doute pas parmi les plus grandes : les résidences de certains grands sénateurs pouvaient l’égaler en faste. Il est remarquable aussi qu’elle ait été située à une distance de Rome qui permettait un contact intime continu avec la Ville et ses activités : Vérus n’entendait pas que sa villégiature le coupât des affaires et de l’État. Les banquets de Vérus n’étaient pas non plus des orgies de peplum et l’on prendra soin de noter que notre source les prive de contexte, donnant à voir comme régulier et consubstantiel à Vérus ce qui relevait peut-être plutôt de circonstances particulières70.

  • 71 Histoire Auguste, Vita Veri, V, 1-8 ; Timothy D. Barnes, « Hadrian and Lucius Verus », JRS, 57, 196 (...)
  • 72 M. Beard, op. cit., p. 258, 260, 262-265.
  • 73 Dion Cassius (Xiphilin), LXXI, 2, 4.
  • 74 Jorg Fündling, « Lucius Verus : seine Lobredner, seine Kritiker und sein Platz in der Herrschaft », (...)
  • 75 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 9.
  • 76 Fronto, Ad Caes. IV, 12 (tr. P. Fleury, Les Belles Lettres, Paris, 2003, p. 126-130) : « … Parfois, (...)

17Ainsi d’un banquet qui aurait coûté six millions de sesterces. Les douze convives y auraient veillé jusqu’à l’aube en jouant aux dés, Vérus couvrant ses hôtes de présents, chacun repartant avec l’argenterie, des coupes précieuses, les serveurs, des animaux vivants et jusqu’aux voitures pour les reconduire. En apprenant cela, Marc aurait soupiré et plaint le destin de l’État71. Outre que la part de fiction est sans doute considérable dans ce témoignage, il faut garder à l’esprit que de tels banquets participaient des rituels du pouvoir : la fête faisait partie de l’exercice de la souveraineté. On attendait ainsi d’un triomphateur qu’il donne un banquet mémorable72, mais le triomphe se caractérisait aussi par son retentissement dans les mémoires : d’autres cérémonies, d’autres banquets pouvaient s’inscrire dans son prolongement. En inversant la chronologie et en mentionnant ce banquet avant la guerre parthique, l’Histoire Auguste le coupe de tout contexte pour l’inscrire dans un penchant naturel de Vérus vers la débauche. Revenant d’Orient victorieux, Vérus avait atteint le « sommet de sa bonne fortune »73 et le manifestait par les pratiques qui convenaient à un empereur jeune et brillant, de ceux qui cherchent l’affirmation de leur légitimité dans un style de vie royal et dans un rapport à la plèbe fait de jeux et de spectacles. Rien ne permet de dire que Vérus aurait outrepassé les limites reconnues. Paradoxalement, Marc était peut-être plus éloigné des normes attendues par de nombreux Romains. On peut imaginer ainsi que les cinq jours de fête de la via Clodia eurent lieu dans les derniers jours de 166, entre l’anniversaire de Vérus, le 15 décembre, et les Saturnales74 : alors, tout Rome, comme Vérus, « festoyait ou préparait de nouveaux banquets »75. Marc ne pouvait pas refuser une telle invitation, mais à une telle date c’est son attachement ostentatoire aux devoirs de sa fonction qui pouvait sembler déplacé voire odieux – Fronton lui en avait déjà fait la remarque76.

  • 77 A. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 81.

18La manière dont la cour peut se saisir d’un rituel (le triomphe ou les Saturnales) pour en faire un moment de célébration, de faste et d’acclamation ne peut se constater dans nos sources, qui séparent précisément les actions impériales de leur éventuel cadre rituel, pour formuler un jugement moral négatif : les six millions de sesterces qui entraînent le soupir de Marc sur le destin de l’État étaient justement destinés à assurer de la gloire de ce même destin. Le luxe même de Vérus ne tranchait peut-être pas tant que cela : la mise aux enchères des biens impériaux pour financer la guerre révélait l’ampleur d’une culture matérielle du luxe qui touchait aussi Marc Aurèle77. On peut alors se demander ce qu’il en était de la situation des années 166-169 à la cour romaine, car les divergences entre les styles de vie et de gouvernement des deux empereurs pouvaient miner l’enjeu majeur des rituels politiques. Le rituel peut dédramatiser le pouvoir et a comme avantage de réduire les ambiguïtés des situations sociales. Dans quelle mesure la présence de deux Augustes au comportement et aux attentes différentes pouvait-elle remettre en cause les rituels ? Cela réintroduisait en tout cas une ambiguïté et des tensions, une division là où le rituel cherche à afficher la cohésion. La bonne entente des deux empereurs, leur accord sur l’essentiel de la politique impériale, et la mort rapide de Vérus ont évité que la question ne fût posée trop violemment, et les choix de Vérus ont pu être versés par l’historiographie romaine au chapitre habituel des débauches des mauvais empereurs.

La réception des ambassades barbares

  • 78 Fronto, Ad Verum Imp., I, 12.
  • 79 Fronto, Ad Verum imp. I, 7 ; voir A. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 127-129.
  • 80 François Chausson, « Antonin le Pieux, Éphèse et les Parthes », dans W. Seipel éd., Das Partherdenk (...)

19Tant à Villa Magna que dans les anecdotes sur la villa de Vérus, le banquet est l’élément de base du rituel de la cour, et l’on peut constater la flexibilité de ces cérémonies, flexibilité qui peut inviter à utiliser avec prudence la catégorie de « rituel » : tous les banquets de l’empereur ne partageaient pas le même niveau de ritualisation. Toutefois, l’organisation de la cour pouvait être assez rigide. La correspondance de Fronton nous le montre interrogeant un affranchi pour savoir s’il peut visiter les empereurs78, alors qu’il faisait partie de leurs intimes. Vérus en 161 témoigna de cette intimité en lui accordant un baiser dans sa chambre même ; mais le lieu de cette salutation était destiné à la garder discrète pour ne pas éveiller les jalousies : le baiser dans la chambre de Vérus à Fronton passait outre aux conventions pour mieux les protéger79. Mais, en règle générale, les rituels étaient faits pour être vus et parfois, pour certains, être vus au-delà de leur exécution rare sinon unique. Le pouvoir impérial se souciait de représenter certains des rituels d’État ou de cour, nous l’avons vu pour le triomphe. L’adoption de Marc et de Vérus par Antonin au printemps 138, alors qu’Hadrien agonisait, fut aussi un moment marquant et ritualisé de la dynastie. Le rituel civique de l’adoption devenait rituel de cour et signifiait la continuité généalogique, la stabilité politique sur le temps long. Ce moment important de l’histoire fut représenté loin de Rome, en Asie, sur le monument qui fut construit à Éphèse en l’honneur de l’un des souverains antonins et peut-être plus précisément d’Antonin le Pieux et non de Vérus comme on l’a longtemps pensé80.

  • 81 Johannes Griebel, Der Kaiser im Krieg. Die Bilder der Säule des Marc Aurel, Berlin, 2013, p. 134-15 (...)
  • 82 Fronto, Ad Antoninum Imp. IV, 2 ; voir David Braund, « Fronto and the Iberians: Language and Diplom (...)
  • 83 Philon, Legatio ad Caium, 181 (le chargé d’ambassade), 349-370 (l’entrevue dans les jardins).
  • 84 Nous retenons pour notre propos les scènes 17, 49, 53, 62.
  • 85 J. Griebel, op. cit., p. 150-154, 213.

20Un autre monument important du règne de Marc témoigne de rituels de cour qui n’avaient peut-être pas reçu, jusqu’il y a peu, l’intérêt qu’ils méritaient. Les rituels ne sont parfois invisibles que parce que nous en détournons les yeux. Le monument en question est la colonne de Marc Aurèle. Pratiquant une analyse iconographique systématique du monument, Johannes Griebel a mis en valeur l’importance de plusieurs scènes, où l’on voit Marc recevoir des ambassades et des redditions barbares81. Une telle circonstance était typique de la vie de cour et l’occasion d’entendre les louanges de l’empereur82. La manière dont une ambassade était reçue exprimait aussi l’intérêt de l’empereur, sa plus ou moins grande civilitas et il valait sans doute mieux, pour les ambassadeurs, que le cadre fût très ritualisé. Songeons à cet égard à l’ambassade des Juifs d’Alexandrie promenée dans les jardins de Mécène par un Caligula discutant aménagement intérieur et réfection des bâtiments ! Malgré l’existence d’un personnel impérial chargé d’organiser la réception des ambassades, Philon et ses confrères durent donc affronter une entrevue très informelle, lue comme le caprice théâtralisé d’un tyran83. Pour sa part, la colonne de Marc Aurèle propose plusieurs scènes qui illustrent le moment ritualisé où l’empereur reçoit les ambassadeurs84. Si l’on retient souvent de la colonne les scènes de violence contre les barbares, il faut reconnaître avec Johannes Griebel qu’elle déploie aussi les images de relations plus pacifiées. Son analyse insiste aussi sur l’usage interne que le pouvoir pouvait faire de ces réceptions d’ambassades et surtout de leur représentation : c’est la majesté et le rôle de Marc Aurèle qui étaient mis en scène et soulignés par des motifs peu conventionnels85.

  • 86 Scène 17 ; J. Griebel, op. cit., p. 134, 251-252.
  • 87 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 291 ; M. Foucault, op. cit., p. 161, (...)
  • 88 Sénèque, Des bienfaits, II, 12, 1 ; Epictète, Entretiens, IV, 1, 17.
  • 89 Sur la construction romaine de cet espace de majesté à l’époque républicaine : Jean-Michel David, « (...)
  • 90 Scène 49 ; J. Griebel, op. cit., p. 135-136, 153, 213, 308-309. Sur le rite de déférence consistant (...)
  • 91 Philon, Legatio ad Caium, 352, tr. A. Pelletier, Paris, 1972.
  • 92 Arrien, Anabase, IV, 9, 9-12, 7.
  • 93 On ne soulèvera pas ici la question de la visibilité des reliefs de la colonne. Les scènes 17 et 49 (...)

21Les barbares adoptent en effet des attitudes de déférence très marquées : le contact avec l’empereur est inexistant sauf dans un cas où un barbare fait un baise main en même temps qu’une génuflexion86. Ce baiser est bien différent de celui de Vérus et Fronton. Dans ce monde romain où l’on s’embrasse beaucoup, il place la personne impériale dans une distance de majesté remarquable. Le baiser était la coutume pour accueillir les sénateurs87 : en conséquence, sa pratique était très codifiée et hiérarchisée. On sait le scandale de Caligula faisant embrasser son pied88. Le baise main n’est évidemment pas aussi offensant et l’on a affaire ici à des barbares, mais la colonne travaille à montrer la manière dont le cérémonial place l’empereur dans une distance de majesté89. Le second exemple sur lequel nous pouvons insister avec Johannes Griebel, nous présente des ambassadeurs orientaux arrivant vers Marc courbés et la main couverte par un pan de leur manteau. Ce geste de déférence peut sembler alors inédit dans les représentations de cour car il était plutôt réservé aux divinités. On a pu toutefois le rapprocher du geste des citoyens recevant un congiaire en tendant le pan de leur toge : ne pas recevoir un présent dans sa main nue était un signe de politesse. Le geste des barbares sur la colonne est bien plus fort cependant car ils s’inclinent. Venir les mains couvertes indiquait aussi une capitulation à discrétion. Ce rituel des mains couvertes pour donner ou recevoir est bien attesté dans les rituels de cour de l’Antiquité tardive90. C’est une représentation forte qui place l’empereur dans une position de sacralité remarquable et assez nouvelle. Marc est à chaque fois installé sur son tribunal, entouré de ses conseillers qui représentent précisément sa cour et son entourage aristocratique. Ces gestes s’écartent par leur spécificité de ceux que l’on pourrait attendre par convention d’ambassadeurs pérégrins et barbares, à l’image de ceux que Philon décrivait dans son compte rendu d’ambassade : « Introduits en sa présence, tout en le regardant avec modestie et timidité, la tête inclinée vers le sol, nous tendions la main vers lui en l’appelant “Auguste Empereur” »91. La colonne nous met en présence de figurations de rituels de cour qui s’inscrivent dans le cadre de la proskynèse, cette génuflexion ou prosternation devant le souverain qui avait soulevé à la cour d’Alexandre un grand débat. Arrien s’en faisait encore l’écho à l’époque de Marc Aurèle, réfléchissant en même temps sur les devoirs d’un membre de la cour : si l’on ne regardait pas comme indigne de fréquenter un monarque, alors il fallait glorifier de son mieux le pouvoir royal92. On ne peut donc exclure que les attitudes prêtées aux barbares sur la colonne aient été adoptées et pratiquées par des citoyens. Toutefois, si l’on voulait garder à l’empereur son image de civilis princeps, on ne pouvait les montrer. En revanche, de tels rituels de la part de barbares étaient acceptables et devenaient montrables, contribuant, sur le monument, à construire une image de l’empereur en majesté, affirmant nettement sa souveraineté distante et légitime au centre de la cité, aux yeux des citoyens93.

 

22Ces rituels de réception, lorsqu’ils eurent lieu, furent cependant invisibles pour bien des Romains qui auraient pu prétendre les voir. L’empereur était en effet alors itinérant, installé dans les provinces frontalières danubiennes. Les rituels qui l’entouraient alors étaient donc invisibles aux Romains et à une grande partie du sénat. La sociabilité impériale se trouva aussi sans doute restreinte à un cercle plus marqué par l’entourage familial et militaire, quand bien même de nombreuses ambassades et délégations s’acheminaient de tout l’empire vers la Pannonie où résidait le prince. Dans la vie de la cour transposée en province, salutatio et banquets ont peut-être vu leur importance diminuer au regard des audiences judiciaires et des réceptions d’ambassades. On observera que tous ces rituels furent aussi invisibles pour l’une des personnes qui aurait pu être la plus concernée, le jeune Commode, qui était à Rome de 169 à 175. Par la suite, il accompagna son père en Orient en 176, puis sur le Danube de 178 à 180. Lors de son arrivée sur le trône, il n’avait pu avoir une expérience directe de la vie de cour à Rome même que pendant quelques mois entre la fin 176 et l’été 178. On le voit, la vie quotidienne de la cour impériale et sa ritualisation plus ou moins grande ne nous est perceptible que très inégalement, en raison de notre documentation, mais aussi d’héritages historiographiques qui ont longtemps pesé sur la recherche. Le temps n’est donc pas encore aux conclusions fermes et générales. Nous retiendrons que la cour impériale antonine pouvait se doter d’un cadre rituel fastueux et complexe – invitation à nuancer les clichés trop rapides sur les bons empereurs antonins, à les inscrire à cet égard dans une continuité menant des Julio-Claudiens aux Sévères. Les rituels de la cour, dont on ne doit pas exagérer l’omniprésence ou la rigidité, ne se limitaient pas pour autant seulement à la salutation, au banquet et aux grandes cérémonies publiques de l’État romain. Le métier d’empereur fournissait des occasions d’entourer la personne du prince d’un apparat formalisé et expressif, soulignant sa légitimité et organisant une communication politique spécifique. Il semble que les princes antonins aient su faire un usage souple mais efficace de la ritualisation, inscrivant leur pouvoir dans la légitimité traditionnelle, tout en se montrant capable de manifester leur faste et leur supériorité d’une manière affirmée et parfois nouvelle. Pour Marc Aurèle, la cour et son organisation constituaient bien une interface avec la société complexe d’un empire mondial.

Notes

1 Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, X, 27 ; voir Fergus Millar, The Emperor in the Roman World, Londres, 1992, p. 3 ; Frédéric Hurlet, « Le centre du pouvoir : Rome et la cour impériale aux deux premiers siècles de notre ère », dans N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, 2001, p. 160 ; Andrew Wallace-Hadrill, « The Roman Imperial Court: Seen and unseen in the Performance of Power », dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), Royal courts in dynastic states and empires. A global perspective, Leyde, 2011, p. 91. Pour des raisons de place nous faisons le choix d’un apparat bibliographique limité.

2 Pierre Hadot, La citadelle intérieure. Introduction aux « Pensées » de Marc Aurèle, Paris, (1992) 2005, p. 406-408.

3 Aloys Winterling, « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, 2001, p. 191-192 ; Anne-Claire Michel, La Cour sous l’empereur Claude. Les enjeux d’un lieu de pouvoir, Rennes, 2015, p. 281-283.

4 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 92-95 ; voir aussi A. Winterling, op. cit., p. 186-188.

5 Andrew Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », Cambridge Ancient History2, X, 1996, p. 283-308.

6 Aloys Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus (31 v. Chr.-192 n. Chr.), Munich, 1999 ; Id., « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N. Belayche (dir.), op. cit., p. 185-206.

7 Bilan historiographique dans A.-C. Michel, op. cit., p. 12-19.

8 Björn Schöpe, Der römische Kaiserhof in severischer Zeit (193-235 n. Chr.), Stuttgart, 2014.

9 A.-C. Michel, op. cit.

10 Loïc Pasco, L’évolution des cérémonies publiques impériales dans le monde romain tardif, thèse de doctorat d’histoire dirigée par H. Inglebert, soutenue le 13 janvier 2014, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, p. 14-19.

11 On récusera bien évidemment ici une approche en termes de mentalité. Une approche rigoureuse de ce ritualisme devrait être menée à partir de la notion de « schèmes de la pratique » (Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, 2005, p. 135-162) et des perspectives offertes par l’anthropologie, la sociologie et les sciences cognitives. Par ailleurs, dans la lignée des réflexions de Philippe Descola (op. cit., p. 280-320, 379, 546-547), il resterait à replacer le ritualisme romain dans l’ontologie analogique qui semble lui avoir été propre. On ne doit pas non plus pour autant penser que ce ritualisme était la seule forme de communication disponible, ni même la principale : on songera ici aux réflexions développées par Maurice Bloch, Ritual, History and Power. Selected Papers in Anthropology, Oxford, 2004, p. 1-18.

12 Stéphane Benoist, « Du pontifex maximus à l’élu de Dieu : l’empereur et les sacra (Ier s. av.-IVe s. ap. n.è.) » dans O. Hekster, S. Schmidt-Hofner, C. Witschel (éd.), Ritual Dynamics and Religious Change in the Roman Empire: Proceedings of the Eighth Workshop of the International Network Impact of Empire (Heidelberg, July 5-7, 2007). Impact of Empire, 9, Leyde – Boston, 2009, p. 33-51.

13 Sur le lien entre ritualisation et autorité traditionnelle : M. Bloch, op. cit., part. p. 43, 80-81.

14 Jack Goody, « Against “Ritual”: Loosely Structured Thoughts on a Loosely Defined Topic », dans S. F. Moore et B. G. Myerhoff (éd.), Secular Ritual, Assen – Amsterdam, 1977, p. 25-35.

15 Catherine M. Bell, Ritual Theory, Ritual Practice, Oxford, 1992, part. p. 6-7 sur Goody, avec des arguments inégalement convaincants. Nous n’entrerons pas systématiquement ici dans la bibliographie inépuisable concernant le rituel.

16 Christoph Wulf, « Introduction. Rituels. Performativité et dynamique des pratiques sociales », Hermès, 43, 2005, p. 9-20.

17 Alain Boureau, « Les cérémonies royales françaises entre performance juridique et compétence liturgique », Annales Économies Sociétés Civilisations, 46-6, 1991, p. 1262.

18 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, 1982, p. 58-63, à considérer pour notre propos à la lumière de id., Sur l’État. Cours au Collège de France, 1989-1992, Paris, 2012, p. 310-314 (cours du 14 février 1991). La place manque ici pour développer les réflexions que l’on pourrait tirer de ce dernier ouvrage, mais nombre d’entre elles permettraient de clarifier le cadre conceptuel dans lequel on peut envisager la cour impériale et la société politique de l’Empire romain, ainsi par exemple l’opposition entre des lectures en termes de bureaucratie et de patronage, pointée par A. Wallace-Hadrill « The Roman Imperial Court : Seen and Unseen in the Performance of Power », dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), op. cit., p. 95-96 (avec un certain dédain pour la prosopographie), peut s’éclairer au regard des considérations de Bourdieu sur les contradictions de l’État dynastique (op. cit., p. 432-440) ; il resterait alors à construire en toute rigueur à partir des sources l’analyse du cas romain en décrivant ses différents capitaux et ses différentes logiques de champ, en prenant en compte sa spécificité, celle d’une structure impériale où persistaient une noblesse civique et l’horizon de la cité, spécificité décrite comme celle d’une « cour sans État » par Aloys Winterling, « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N. Belayche (dir.), op. cit., p. 205-206. 

19 La formalisation de la communication rituelle ne va pas sans poser de problème au pouvoir politique qui ne peut s’exercer par le seul mode de la communication formalisée : sur cette tension voir M. Bloch, op. cit., part. p. 30, 45.

20 Il y a là la vaste question du rapport du rituel à la temporalité et à l’historicité, le rituel pouvant à la fois construire du mémorable, et masquer l’événement et la nouveauté derrière la routinisation et la formalisation. Ses lectures peuvent être au demeurant multiples voire contradictoires : le rituel peut alors être enjeu de la construction d’une mémoire et d’une histoire politique. Pour une réflexion sur le système cognitif de la communication ritualisée et son rapport au temps : M. Bloch, op. cit., p. 1-18.

21 La bibliographie sur le triomphe s’est fortement développée dans les années 2000, mais a avant tout concerné les cérémonies de la République : pour un bilan général voir Mary Beard, The Roman Triumph, Cambridge, 2007 ; bibliographie plus détaillée et éléments de comparaisons : A.-C. Michel, op. cit., p. 270, n. 44.

22 Histoire Auguste, Vita Marci, XII, 10-12 et XXVII, 4-5 pour une description des triomphes.

23 A. Winterling, « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans N. Belayche (dir.), op. cit., p. 190 ; F. Hurlet, op. cit., p. 178-180 ; B. Schöpe, op. cit., p. 38-40 ; A.-C. Michel, op. cit., p. 266-268.

24 F. Hurlet, op. cit., p. 180-181 ; B. Schöpe, op. cit., p. 57-61 ; A.-C. Michel, op. cit., p. 269-270.

25 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 284-285.

26 A. Wallace-Hadrill « The Roman Imperial Court: Seen and Unseen in the Performance of Power », dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), op. cit., p. 98. 

27 Ainsi pour le regard de Tacite : A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 93. Plus généralement sur le regard des sources littéraires sur le milieu aulique jusqu’à Hadrien : A.-C. Michel, op. cit., p. 281.

28 Nous ne donnerons pas ici une bibliographie détaillée sur les divers aspects du règne : la meilleure introduction est actuellement Marcel van Ackeren (éd.), A Companion to Marcus Aurelius, Oxford, 2012.

29 A. Winterling, op. cit., p. 195-198 ; Hurlet, op. cit., p. 175 ; A.-C. Michel, op. cit., p. 133-134, 193.

30 Fronto, Ad Caes., IV, 6 (toutes les références à la Correspondance de Fronton sont données selon l’édition de Michel Van den Hout, M. Cornelius Fronto. Epistulae2, Leyde, 1988, où la lettre concernant Villa Magna se trouve p. 62-63) : Haue mihi magister dulcissime. Nos ualemus. Ego aliquantum prodormiui propter perfrictiunculam, quae uidetur sedata esse, ergo ab undecima noctis in tertiam diei partim legi ex agri cultura Catonis, partim scripsi, minus misere, mercule quam heri. Inde salutato patre meo aqua mulsa sorbenda usque ad gulam et reiectanda « fauces foui » potius quam dicerem « gargarissaui », nam est ad Nouium, credo, et alibi. Sed faucibus curatis abii ad patrem meum et immolanti adstiti. Deinde ad merendam itum. Qui me censes prandisse ? Panis Tantulum, cum conchim et caepas et maenas bene praegnatis alios uorantis uiderem. Deinde uuis metendis operam dedimus et consudauimus et iubilauimus et « aliquos », ut ait auctor, « reliquimus altipendulos uindemiae superstites ». Ab hora sexta domum redimus. Paululum studui atque id ineptum. Deinde cum matercula mea supra torum sedente multum garriui. Meus sermo hic erat : « Qui existimas modo meum Frontonem facere ? » tum illa : « Quid autem tu meam Cratiam ? » tum ego : « Quid autem passerculam nostram Cratiam minusculam ? » dum ea fabulamur atque altercamur, uter alterutrum uestrum magis amaret, discus crepuit, id est, pater meus in balneum transisse nuntiatus est. Loti igitur in torculari cenauimus (non loti in torculari, sed loti cenauimus) et rusticos cauillantes audiuimus libenter. Inde reuersus, antequam in latus conuerto ut stertam, meum pensum explico et diei rationem meo suauissimo magistro reddo, quem si possem magis desiderare, libenter plusculum macerarer. Valebis mihi Fronto, ubiubi es, mellitissime, meus amor, mea uoluptas. Quid mihi tecum est ? Amo absentem. (nous traduisons).

31 C’est cette nature « tout de même assez étrange », pour reprendre les mots de Michel Foucault (voir infra), de cette correspondance qui explique en grande partie le désintérêt remarquable dont elle a été et est encore la victime depuis sa découverte au début du XIXe siècle, car, par-delà les difficultés d’édition d’un palimpseste très fragmentaire et dégradé, c’est bien le contenu même des lettres qui a freiné leur réception ; la correspondance du plus grand rhéteur de son époque et du futur empereur philosophe n’a pas semblé être à la hauteur de ce qu’on aurait pu en espérer : en apparence, des déclarations enamourées d’adolescent, des bavardages quotidiens, les petites nouvelles de la famille impériale, les plaintes de la santé d’un vieillard. Rappelons que, depuis 1830, il n’existe pas de traduction française des lettres de Marc et qu’elles restent, bien sûr, exclues de l’édition de ses œuvres… L’invisibilité est bien encore une fois construite par l’historiographie moderne.

32 Michel Foucault, L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France. 1981-1982, (Frédéric Gros éd.), Paris, 2001, p. 154.

33 M. Foucault, op. cit., p. 156.

34 M. Foucault, op. cit., p. 156-158.

35 Ségolène Demougin, « L’éducation d’un prince : Fronton et Marc Aurèle », dans J. Desmulliez, C. Hoët-van Cauwenberghe, J.-C. Jolivet (éd.), L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations, Lille, 2011, p. 30-31.

36 Fronto, Ad Caes., IV, 3.

37 Fronto, Ad Caes., II, 8, 3 ; voir S. Demougin, op. cit., p. 36.

38 Pascale Fleury, Lectures de Fronton. Un rhéteur latin à l’époque de la Seconde Sophistique, Paris, 2006, p. 15-37.

39 Pline, Lettres, III, 1 ; voir Elizabeth Fentress, Marco Maiuro, « Villa Magna near Anagni: the emperor, his winery and the wine of Signia », Journal of Roman Archeology, 24, 2011, p. 335.

40 Année Épigraphique, 1986, 333 chapitre K.

41 Fronto, Ad Caes., IV, 5.

42 Fronto, Ad Caes., IV, 4.

43 Fronto, Ad Caes., II, 17.

44 Michel P.J. van den Hout, A Commentary on the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde, 1999, p. 167, 172.

45 Sur sa place dans la lettre : Amy Richlin, « Parallel lives: Domitia Lucilla and Cratia, Fronto and Marcus », EuGeStA, 1, 2011, p. 171-172.

46 Fronto, Ad Ant. Imp., I, 5 : sed patris temporibus seruisse.

47 Marc Aurèle, op. cit., I, 16, 26-29 tr. P. Hadot.

48 Fronto, Ad Caes., IV, 5 : Deinde calceatus sagulo sumpto – nam ita adesse nobis indictum erat – abii salutatum Dominum meum ; voir M. van den Hout, op. cit., p. 168.

49 E. Fentress, M. Maiuro, op. cit., p. 333-369 ; voir aussi le site www.villamagna.org.

50 E. Fentress, M. Maiuro, op. cit., p. 355-361 ; sur les Vinalia : Georges Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, (1966) 2000, p. 194-197.

51 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 286.

52 Olivier Hekster, « [compte rendu de A. Winterling, Aula Caesaris. Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus, Munich, 1999] », JRS, 91, 2001, p. 227.

53 François Chausson, « La fausse immobilité du Prince. Remarques préliminaires sur la présence du Prince à Rome et dans ses environs », dans A. Hostein, S. Lalanne (dir.), Les voyages des empereurs dans l’Orient romain, époques antonine et sévérienne, Paris, 2012, p. 17-35, part. p. 23 sur Villa Magna. Bilan sur les villae comme lieu aulique sous Claude, avec beaucoup de conclusions transposables à notre période : A.-C. Michel, op. cit., p. 76-97.

54 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 288.

55 F. Chausson, op. cit., p. 22.

56 A. Wallace-Hadrill, op. cit., p. 291.

57 Corpus Inscriptionum Latinarum X, 5917 (Inscriptiones Latinae Selectae, 1909).

58 CIL X, 5918 (ILS, 406) ; F. Chausson, op. cit., p. 34, n. 89.

59 Seule l’archéologie peut faire progresser notre connaissance sur ce contexte, et l’on peut avoir bon espoir que d’autres cas similaires à celui de Villa Magna éclairent les cérémonies de la cour antonine : on peut à cet égard penser aux fouilles récentes conduites à Lanuvium.

60 Suétone, Caligula, 55, 8.

61 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 8. Nous reprenons dans cette partie des éléments d’une biographie de Marc Aurèle en cours de rédaction.

62 Pour une bibliographie détaillée et sur le contexte de ce voyage nous nous permettons de renvoyer à Benoît Rossignol, « Inter synfonias et cantica : notes sur le voyage de Lucius Vérus de Rome à la Syrie (et retour) », dans A. Hostein et S. Lalanne (dir.), op. cit., p. 37-63.

63 La collection du ténor Evan Gorga a conservé plusieurs fragments des décors de verre : Lucia Saguì, « Vetri », dans A. Capodifero (éd.), Evan Gorga. La collezione di archeologia, Rome, 2013, p. 423-427.

64 Sur les nombreux portraits retrouvés : Jane Fejfer, Roman Portraits in Context, Berlin, 2008, p. 422-425.

65 Emmanuela Caserta, « La Villa di Lucio Vero sulla Via Cassia a Roma in località Acquatraversa », Journal of Roman Archeology, 28, 2015, p. 179-191.

66 La villa Manzoni est l’actuelle ambassade du Kazakhstan et bénéficie depuis une quinzaine d’année d’un intérêt renouvelé : Valentina Mastrodonato, « Una residenza imperiale nel suburbio di Roma : la Villa di Lucio Vero in località Acqua Traversa », Archeologia classica, 51, 2000, p. 157-235 ; Gaetano Messineo, « La villa dell’imperatore Lucio Vero sulla via Clodia : scavi recenti, nuove acquisizioni », dans F. Vistoli (éd.), Emergenze storico-archeologiche di un settore del suburbio di Roma : la tenuta dell’Acqua Traversa, Rome, 2005, p. 199-209 ; E. Caserta, op. cit.

67 Marc Aurèle, op. cit., I, 16, 26-27.

68 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 9.

69 F. Chausson, op. cit.

70 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 8-11.

71 Histoire Auguste, Vita Veri, V, 1-8 ; Timothy D. Barnes, « Hadrian and Lucius Verus », JRS, 57, 1967, p. 69-70.

72 M. Beard, op. cit., p. 258, 260, 262-265.

73 Dion Cassius (Xiphilin), LXXI, 2, 4.

74 Jorg Fündling, « Lucius Verus : seine Lobredner, seine Kritiker und sein Platz in der Herrschaft », dans M. Rathmann (éd.), Studien zur antiken Geschichtsschreibung, Bonn, 2009, p. 252.

75 Histoire Auguste, Vita Veri, VIII, 9.

76 Fronto, Ad Caes. IV, 12 (tr. P. Fleury, Les Belles Lettres, Paris, 2003, p. 126-130) : « … Parfois, en ton absence, je t’accablais de paroles sévères devant un cercle réduit d’intimes : je fis cela lorsque, plus austère qu’il ne seyait (olim hoc cum tristior quam par erat), tu t’avançais dans une assemblée ou lorsque, au théâtre ou pendant un repas, toi tu t’appliquas à lire (pour ma part, je ne me tenais pas encore loin des théâtres ni des banquets), alors donc, mû par la colère, je te traitais d’homme insensible et importun, odieux même parfois. » Voir M. van den Hout, op. cit., p. 183-184.

77 A. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 81.

78 Fronto, Ad Verum Imp., I, 12.

79 Fronto, Ad Verum imp. I, 7 ; voir A. Winterling, Aula Caesaris, op. cit., p. 127-129.

80 François Chausson, « Antonin le Pieux, Éphèse et les Parthes », dans W. Seipel éd., Das Partherdenkmal von Ephesos, Akten des Kolloquiums Wien, 27-28 April 2003, Vienne, 2006, p. 45.

81 Johannes Griebel, Der Kaiser im Krieg. Die Bilder der Säule des Marc Aurel, Berlin, 2013, p. 134-154. Pour la bibliographie récente sur la colonne et la place du livre de Johannes Griebel dans les recherches actuelles, nous renvoyons à notre bilan : Benoît Rossignol, « Images de la guerre romaine. À propos de trois ouvrages sur la colonne Aurélienne », HiMA, 1, 2015, p. 124-141.

82 Fronto, Ad Antoninum Imp. IV, 2 ; voir David Braund, « Fronto and the Iberians: Language and Diplomacy at the Antonine Court », Ostraka, 2-1, 1993, p. 53-55.

83 Philon, Legatio ad Caium, 181 (le chargé d’ambassade), 349-370 (l’entrevue dans les jardins).

84 Nous retenons pour notre propos les scènes 17, 49, 53, 62.

85 J. Griebel, op. cit., p. 150-154, 213.

86 Scène 17 ; J. Griebel, op. cit., p. 134, 251-252.

87 A. Wallace-Hadrill, « The Imperial Court », CAH2, X, 1996, p. 291 ; M. Foucault, op. cit., p. 161, n. 29.

88 Sénèque, Des bienfaits, II, 12, 1 ; Epictète, Entretiens, IV, 1, 17.

89 Sur la construction romaine de cet espace de majesté à l’époque républicaine : Jean-Michel David, « L’espace de majesté », dans J.-P. Martin, A. Vigourt, X. Loriot, A. Bérenger (éd.), Pouvoir et religion dans le monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, 2006, p. 185-199.

90 Scène 49 ; J. Griebel, op. cit., p. 135-136, 153, 213, 308-309. Sur le rite de déférence consistant à se voiler les mains : Franz Cumont, « L’adoration des mages et l’art triomphal de Rome », Memorie della pont. accad. romana di archeologia, III, 1932-1933, p. 83-105, part. p. 96-97 ; Roland Delmaire, Largesses sacrées et res privata. L’aerarium impérial et son administration du IVe au VIe siècle, Rome, 1989, p. 556 (nous remercions Antony Hostein de nous avoir indiqué cette référence).

91 Philon, Legatio ad Caium, 352, tr. A. Pelletier, Paris, 1972.

92 Arrien, Anabase, IV, 9, 9-12, 7.

93 On ne soulèvera pas ici la question de la visibilité des reliefs de la colonne. Les scènes 17 et 49 sont bien visibles depuis le sol actuel : nul doute qu’elles l’étaient aussi à l’époque. Certes le sol est plus haut désormais que dans l’Antiquité, mais alors la colonne possédait encore sa polychromie qui renforçait sa lisibilité. Par ailleurs il pouvait exister, depuis les bâtiments entourant la colonne, des points de vue plus élevés permettant une visibilité parfois privilégiée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site