Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Deuxième partie. Les acteurs

Jeu royal. Société de cour et culture chevaleresque à la Renaissance

Nicolas Le Roux

Texto completo

  • 1 Clifford Geertz, « Centres, rois, et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », dans S (...)
  • 2 Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance. François Ier et son royaume [1994], trad. fr., Paris (...)

1La société de cour des XVe et XVIe siècles était animée par une culture héroïque associant réminiscences antiques, dévotion chrétienne et culture courtoise. La consolidation du pouvoir princier, qui reposait de plus en plus sur un socle administratif, passait également par des signes rituels de domination manifestant la dimension charismatique de l’autorité1. Rituels et jeux chevaleresques exprimaient un idéal de supériorité morale, et par le spectacle des armes, la cour se donnait à voir comme une société unie autour de valeurs fournissant un modèle pour l’ensemble du royaume. Les joutes apparaissaient comme l’archétype de la violence valorisée. Parvenue sans doute à son apogée dans la première moitié du XVIe siècle, cette culture connut ensuite de profondes mutations2.

Le pas d’armes : jeu et spectacle

  • 3 Richard Barber et Juliet Barker, Les Tournois [1989], trad. fr., Paris, Compagnie 12, 1989 ; Duccio (...)
  • 4 Dominique Barthélemy, La Chevalerie. De la Germanie antique à la fin du XIIe siècle, Paris, Perrin, (...)

2La chevalerie constituait un idéal d’excellence et d’engagement au service du roi et de Dieu, mais aussi un ensemble de pratiques de l’ordre du divertissement3. Les fêtes de cour donnaient lieu à des exploits sportifs particulièrement spectaculaires. Bals et banquets n’étaient que les accompagnements de ces démonstrations viriles. Les premiers tournois, qui avaient la forme de batailles par équipes, ont semble-t-il vu le jour vers la fin du XIe siècle, aux confins de la France du Nord et de l’Empire. Après les charges à la lance, se déroulait une mêlée générale dans laquelle les combattants se reconnaissaient grâce à leurs armoiries. Bien qu’il faille comprendre la multiplication des tournois comme la manifestation d’un esprit d’« autorégulation de la guerre féodale4 », ces activités s’avéreraient dangereuses.

3Ces rencontres se sont progressivement ritualisées et formalisées. À la Renaissance, les fêtes chevaleresques comportaient différents exercices dont la combinaison était appelée « pas d’armes » ou « pas des armes ». Sur le modèle des exploits des héros de roman, l’équipe des « tenants » proclamait qu’elle défendrait une forteresse, un pont ou un passage, face aux assauts des « venants ». Les rencontres, qui duraient plusieurs jours, débutaient par des joutes, c’est-à-dire des affrontements entre deux cavaliers, puis venait le tournoi, autrement dit la mêlée, et enfin des combats à la barrière, c’est-à-dire à pied.

  • 5 Evelyne van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen  (...)

4Au XVe siècle, princes et monarques n’étaient pas les seuls à organiser des tournois. Les villes de Flandre, à commencer par Bruges et Lille, furent ainsi le théâtre de centaines de rencontres qui permettaient non seulement aux nobles, mais aussi aux notables urbains, de manifester leur puissance et leur indépendance5. Ces spectacles requéraient des investissements considérables pour les tribunes, les décors, les costumes, les banquets et les cadeaux offerts aux vainqueurs.

  • 6 Joseph Morsel, « Le tournoi, mode d’éducation politique en Allemagne à la fin du Moyen Âge », dans (...)

5Dans l’Empire, on assista à un essor remarquable des tournois organisés par des « sociétés de noblesse » (Adelgesellschaften). De 1479 à 1487, eurent ainsi lieu neuf tournois dits des Quatre-Nations, auxquels participèrent des centaines de chevaliers originaires de Franconie, de Souabe, des Pays Rhénans et de Bavière6. Lors de ces démonstrations publiques, la noblesse entendait apparaître comme une catégorie homogène soudée par les valeurs chevaleresques. Ces spectacles s’achevaient par un bal, dont un chevalier pouvait être chassé s’il s’était mal comporté au combat. L’exclusion était signifiée par une dame, qui s’en prenait alors au heaume du personnage exposé devant un bâtiment public.

  • 7 Matthias Pfaffenbichler, « Les tournois des Habsbourg en Europe centrale, de Maximilien Ier à Rodol (...)
  • 8 William Henry Jackson, « The Tournament and Chivalry in German Tournament Books of the Sixteeenth C (...)

6Comme les joutes nécessitaient un équipement de plus en plus coûteux, elles furent progressivement réservées aux plus riches seigneurs, et finalement aux princes. Après la disparition des grands tournois régionaux, les princes de l’Empire transférèrent les rencontres chevaleresques dans leurs résidences pour y attirer la noblesse7. Maximilien Ier était lui-même fortement marqué par la culture de l’affrontement singulier, comme en témoigne un magnifique manuscrit illustré conservé à Vienne, le Freydal, qui représente ses succès en divers combats employant tous types d’armes8.

  • 9 Philippe Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Josef Fleckenstein (dir. (...)
  • 10 A. Vayssière (éd.), Le Pas des armes de Sandricourt. Relation d’un tournoi donné en 1493 au château (...)

7En France, Louis XI ne souhaitait pas partager cette culture avec les barons, mais imposer une autorité sans partage. Les tournois réapparurent en France à l’avènement de Charles VIII9. En mai 1489, le roi, alors âgé de 18 ans, participa à une joute au Plessis-lès-Tours en compagnie des jeunes gens de sa cour. Claude de Vauldrey, chevalier comtois très renommé, organisa un pas d’armes à Lyon en mai 1492, et en septembre de l’année suivante Louis de Hédouville fit de même sur sa terre de Sandricourt, non loin de Pontoise, pour satisfaire le duc d’Orléans. Les exploits des cavaliers qui participèrent à cette rencontre ont été immortalisés dans un ouvrage imprimé peu après l’événement, et le héraut qui décrit le pas d’armes n’hésite pas à comparer les participants aux chevaliers de la Table Ronde10. Le souvenir de cet événement fut entretenu jusqu’à la fin du XVIe siècle, comme en témoignent les huit dessins réalisés à cette époque par Jérôme Baullery. Dans ce moment hors du temps qu’était le tournoi, les hommes d’armes pouvaient se croire des héros de roman et conquérir une renommée immortelle.

  • 11 Henri-François Delaborde, L’Expédition de Charles VIII en Italie. Histoire diplomatique et militair (...)

8La conquête de Naples par les Français fut célébrée par des joutes, qui se déroulèrent du 22 avril au 1er mai 1495. Les principaux chefs de l’armée royale – le comte de Montpensier, le comte de Ligny, le sénéchal de Beaucaire et le grand bâtard de Bourbon – et plusieurs seigneurs italiens étaient présents. Bien que Charles VIII ait ordonné qu’on utilise des lances courtoises et non des fers pointus, les esprits s’échauffèrent et une rixe sanglante entre Suisses et Français éclata, ce qui provoqua la panique dans les rues de Naples11.

  • 12 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, éd. R. Maulde de La Clavière, Paris, 1889-1893, 4 vol., t. I (...)
  • 13 Mémoires du maréchal de Florange, dit le Jeune Adventureux, éd. R. Goubaud et P.-A. Lemoisne, Paris (...)

9Les gentilshommes français appréciaient les combats en équipes qui simulaient les opérations militaires. Il s’agissait de représenter leur supériorité guerrière, et c’est pourquoi des jeux de ce type étaient organisés après les campagnes victorieuses. Ce fut le cas à deux reprises à Milan, d’abord à l’issue de la reconquête de Gênes par Louis XII, puis après la victoire de ce prince sur les Vénitiens. En juin 1507, dix jours durant, Français et Lombards se livrèrent ainsi à des combats à cheval (à la lance et à l’épée) ou à pied (à l’épée à deux mains, à la pique et à la hache). Lors du tournoi de juillet 1509, le maréchal de Chaumont se chargea de défendre une forteresse avec une centaine de compagnons, parmi lesquels figurait notamment le marquis de Mantoue, contre 400 assaillants menés par Robert Stuart et Louis de Brézé12. Bien qu’ils fussent armés de bâtons et d’épées émoussées, l’enthousiasme des participants était tel qu’il y eut une quarantaine de blessés, et un témoin assure que si le roi n’était pas intervenu pour faire cesser l’affrontement, celui-ci aurait dégénéré en un « grand meurdre13 ».

  • 14 Fery de Guyon, Mémoires, éd. A.-P.-L. de Robaulx de Soumoy, Bruxelles, Heussner, 1858, p. 78-80.
  • 15 Braden Frieder, Chivalry and the Perfect Prince: Tournaments, Art, and Armor at the Spanish Habsbur (...)

10Ce type de divertissement devait connaître un certain succès en Italie au cours du XVIe siècle. La paix franco-impériale signée à Nice en juin 1538 fut ainsi célébrée par un combat spectaculaire qui se déroula sur la place du château de Milan. Des estrades accueillaient un public nombreux. Une forteresse en bois devait être défendue par 100 arquebusiers et 12 chevau-légers contre 1 500 fantassins et 300 chevau-légers. Avant de s’élancer, les hommes s’agenouillaient pour baiser la terre, comme lors d’une véritable bataille. Une fois la forteresse abattue à coups de canon, les deux partis s’affrontèrent avec ardeur. Les arquebuses étaient chargées à blanc, mais les coups de pique ou d’épée n’étaient pas retenus, si bien qu’il y eut de nombreux blessés. Le Comtois Fery de Guyon, qui faisait partie des défenseurs, note que le vacarme des canons, des trompettes et des tambourins était tellement assourdissant que c’était une chose épouvantable à entendre. Ne cachant pas son excitation, Fery de Guyon va jusqu’à affirmer qu’il s’agissait du plus beau tournoi jamais vu14. Ces combats collectifs se raréfièrent progressivement, si bien qu’au milieu du XVIe siècle les rencontres finirent par se réduire aux joutes à cheval et aux combats à la barrière15.

Le prix du danger

  • 16 AM Lyon BB 24, fol. 252 v° (délibérations consulaires, 10 mai 1500). Nicolas Le Roux, « Les joutes (...)
  • 17 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. I, p. 288-293.

11Les tournois, devenus l’apanage des cours princières, accompagnaient la célébration d’une victoire, d’une paix ou d’un mariage, ou encore l’entrée dans une ville. Ce fut le cas en mai 1500, quand la reine Anne retrouva Louis XII à Lyon. Les joutes se déroulèrent à proximité de l’abbaye d’Ainay, à l’extrémité de la presqu’île entre Saône et Rhône, car la maison bénédictine était entourée de prairies où l’on pouvait dresser les lices. Les tribunes, dont la construction incombait au consulat, faisaient cent pas de long sur trente de large et deux échafauds couverts étaient réservés au couple royal et aux juges d’armes16. Le prix de la construction était évalué à 45 livres tournois. Les chevaliers, répartis entre « tenants » et « venants », portaient des couleurs différentes. Sept gentilshommes de la suite du roi, couverts de sayons blancs, affrontèrent autant de combattants tenant le parti de la reine, portant des sayons bleus bordés de jaune17.

  • 18 Erin A. Sladack, The French Queen’s Letters: Mary Tudor Brandon and the Politics of Marriage in Six (...)
  • 19 Sydney Anglo, Spectacle, Pageantry and Early Tudor Policy, Oxford, Clarendon Press, 1997 [1969].

12Les femmes jouaient un rôle de premier plan lors de ces spectacles guerriers. À Lyon, chaque participant était associé à une dame qui assistait à l’affrontement dans la tribune royale. Un argument courtois était parfois utilisé pour renforcer l’ardeur des cavaliers. On mobilisait des références antiques ou romanesques qui faisaient la part belle aux dames et présentaient les chevaliers comme leurs serviteurs dévoués. En 1507, lors du grand tournoi qui se déroula au château de Kennington, au sud de Londres, la jeune Marie, deuxième fille du roi Henri VII et sœur cadette du futur Henri VIII, alors âgée de 11 ans, représentait la reine de Mai, trônant sur une estrade couverte de fleurs18. Lors d’un nouveau tournoi organisé quelques jours plus tard, elle fut célébrée comme la rose des Tudors (rouge à cœur blanc), symbole de l’union des maisons de Lancastre et d’York. En juin 1509, c’est la déesse Pallas qui présenta au roi le premier groupe de chevaliers qui devait participer au tournoi organisé pour le couronnement d’Henri VIII. Le second groupe, qui déclarait vouloir combattre les chevaliers de Pallas « pour l’amour des dames », vint ensuite saluer la reine Catherine d’Aragon. Le tournoi organisé à Westminster les 12 et 13 février 1511, pour célébrer la naissance du premier fils d’Henri VIII, s’inspirait des péripéties du Roman de la Rose. Les seigneurs de la cour portaient des surnoms courtois : le roi était « Noble Cueur Loyal », le comte de Devon « Bon Vouloir », Sir Thomas Knyvet « Vaillant Desyr », et Edward Neville « Joyeulx Penser »19.

  • 20 Charles Ffoulkes, « Jousting cheques of the sixteenth century », Archeologia, vol. 63, 1912, p. 31- (...)

13Avant d’entrer en lice, on paradait à cheval en harnois complet, l’armet (casque clos) sur la tête, la lance, longue d’environ 4 m, sur la cuisse. Alors que le harnois ordinaire pesait une trentaine de kilogrammes, on endossait parfois des armures plus lourdes, et l’on pouvait également porter un heaume spécial pesant à lui seul jusqu’à 15 kg. L’épaule gauche, qui devait recevoir le choc, était renforcée par une protection métallique appelée manteau d’armes. Trompettes et tambours annonçaient le début de la rencontre. Les combattants s’élançaient alors le long des lices. Le but était de rompre la lance, bloquée sous l’aisselle droite et inclinée sur la gauche suivant un angle de 25 à 30°, sur le plastron de l’adversaire. Étaient également jugés valables les coups portés en haut de l’armet. Il n’était pas simple d’ajuster son arme. Lors des joutes organisées à Westminster en 1501, à l’occasion du mariage du prince de Galles, Arthur, et de Catherine d’Aragon, 72 % des coups de lance (82 sur 114) furent jugés nuls20.

  • 21 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. III, p. 352-353.
  • 22 Jean de Saulx, vicomte de Tavannes, Mémoires de très-noble et très-vertueux Gaspard de Saulx, seign (...)

14Quand la lance touchait, le choc pouvait être extrêmement violent, et il arrivait que des tronçons de bois transpercent les membres, voire se glissent dans la vue de l’armet. En 1485, Alexandre Stuart, duc d’Albany, reçut un éclat dans l’œil lors d’un tournoi organisé à Paris. Le grand seigneur écossais n’y survécut pas, et on l’enterra dans l’église des Célestins. En 1500, à Lyon, Jacques de Foix, le frère cadet du comte Gaston II de Foix, s’effondra après avoir été frappé dans la visière du casque. Il eut les vertèbres meurtries et souffrit longtemps de ses blessures. Lors du même tournoi, un autre cavalier, le sieur de Pocquedenare, eut le bras transpercé par un tronçon de lance, qu’il arracha de sa main valide, et il continua le combat alors qu’il perdait son sang. En 1504, lors des joutes parisiennes en l’honneur de la reine Anne, François de Maugiron transperça un cavalier qui mourut sur le coup21. Un autre capitaine, Gaspard de Tavannes, fut gravement blessé lors d’un tournoi organisé à l’occasion des noces de la jeune Jeanne d’Albret et de Guillaume de Clèves, en 1541. Jean de Tavannes, le fils de Gaspard, assure qu’un tronçon de lance se ficha dans le crâne de son père et que, contre l’avis des médecins, celui-ci retira lui-même le morceau de bois. Gaspard se serait ensuite présenté devant la cour, l’épée à la main, le sourire aux lèvres et un œil pendant hors de l’orbite22. Si l’épisode est rapporté de cette façon, c’est qu’il correspond à l’imaginaire belliqueux de la haute noblesse qui restait façonné par la littérature chevaleresque.

15On était parfaitement conscient des risques encourus par les chevaliers. En décembre 1501, lors des joutes organisées à Blois pour la réception de Philippe le Beau et de son épouse Jeanne de Castille, les compagnons de l’archiduc participèrent aux courses réalisées avec des lances pourvues de rochets, c’est-à-dire des grosses pointes émoussées, mais pas au tournoi où l’on s’affronta avec des lances à fers émoulus, c’est-à-dire effilés, et à l’épée. Il ne fallait pas provoquer un accident qui aurait pu dégénérer en incident diplomatique.

  • 23 Don Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Ital (...)

16Le danger faisait tout l’intérêt de ces rencontres, et les spectateurs se montraient déçus quand personne n’était blessé. De passage à Milan en 1518, Antonio de Beatis, secrétaire du cardinal napolitain Luigi d’Aragona, assista ainsi à un tournoi organisé devant le château, qu’il décrit comme « plus joli qu’intéressant », car « quoique les jouteurs eussent des épées aiguisées, non seulement il n’y eut ni désastre ni blessure aucune, ni coups remarquables, mais la plus grande partie des chevaliers, étant novices en cet exercice, ne se rencontraient même pas23. »

  • 24 Monique Chatenet et Pierre-Gilles Girault, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois (...)
  • 25 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. II, p. 211.

17À l’issue du tournoi, des prix étaient distribués. Ces récompenses visaient non seulement à féliciter les meilleurs chevaliers, mais aussi à consolider les alliances. Lors de la rencontre de Blois de 1501, il s’agissait de reproductions d’armes en or. Guillaume IX Paléologue, marquis de Montferrat, reçut ainsi le premier prix, une verge en or, alors qu’il n’avait que 15 ans. L’initiation au combat était précoce, et le jeune marquis s’était effectivement bien comporté, comme l’a noté l’ambassadeur de Mantoue qu’animait un sentiment de solidarité transalpine : « On a fait une joute de trois jours consécutifs. Le troisième jour le marquis de Montferrat a couru et sur les six fois qu’il a couru, il a rompu trois lances, touché deux fois et la dernière il est resté bredouille, et on lui a donné le prix. Il a mieux couru que les Français qui étaient là, et il a fait si plaisir au roi qu’on ne pourrait en dire plus24. » Le bénédictin Jean d’Auton, qui tenait la chronique de la cour de Louis XII, ne cache pas son admiration pour le « jeune enfent, qui à toutes courses avoit la lance baissée, dont maintes en mist par éclatz, et tant fist que, par ses premiers faictz d’armes, monstra qu’à louable fin tendoit25 ». Mais un témoin rapporte que les adversaires du marquis dressaient leur lance pour ne pas toucher le jeune homme. En revanche, les autres compétiteurs ne s’épargnaient pas. Philibert de la Platière, seigneur de Bourdillon, fut ainsi blessé à l’épaule par le bâtard de Liège.

  • 26 Anthony B. Cashman III, « Performance Anxiety: Federico Gonzaga at the Court of Francis I and the U (...)

18La crainte d’une blessure était toujours présente. En mai 1518, le marquis de Mantoue, Francesco Gonzaga, et son épouse, Isabelle d’Este, se montraient ainsi très anxieux à l’idée que leur fils aîné, Federico, alors âgé de 18 ans, participe aux joutes organisées à Amboise à l’occasion des noces de Laurent II de Médicis et de Madeleine de La Tour d’Auvergne. Les joutes à la française étaient plus violentes que celles pratiquées en Italie, et c’est pourquoi le marquis conjurait son fils de se tenir à l’écart de ces jeux dangereux. Finalement, Federico brisa deux lances sur cinq le premier jour, et quatre autres le second jour. Il fut blessé à la jambe le troisième jour et contracta la fièvre, ce qui, à en croire son père, pouvait être tenu comme une intervention de la divine providence, car il échappait ainsi à de plus grands dangers26.

Chevalerie et relations internationales

  • 27 BnF Ms. Fr. 5103 (« Ce sont les jouxtes qui furent faictes à Paris à l’entrée de la Royne Marie d’A (...)

19En novembre 1514 l’arrivée de la nouvelle reine de France, Marie d’Angleterre, à Paris fut l’occasion de joutes spectaculaires qui sont très bien documentées. On conserve en effet le livret dans lequel les juges ont noté le résultat de chaque course. Ce manuscrit appartenait à la duchesse Suzanne de Bourbon, l’épouse du connétable Charles de Bourbon, qui avait participé aux combats27. Marie, qui n’avait que 18 ans, fut couronnée à Saint-Denis le dimanche 5 novembre, et elle effectua son entrée solennelle à Paris le lendemain. Les joutes se déroulèrent du 13 au 23 novembre, rue Saint-Antoine, la plus large des rues parisiennes, à proximité de la résidence royale des Tournelles. Menée par Charles Brandon, qui venait d’être fait duc de Suffolk, et Thomas Grey, marquis de Dorset, la délégation anglaise comprenait Edmund Howard, Edward Neville, Giles Capell, Thomas Cheyney, William Sidney et Henry Guildforf. Le 13 novembre, premier jour des festivités, les chevaliers vinrent saluer la princesse, qui trônait sur une estrade, au côté de Louis XII. Ils arboraient des sayons colorés : Charles de Bourbon portait du velours tanné et toile d’argent ; Saint-Paul du velours pourpre ; Ferdinand de Naples de l’or et de l’argent ; Vendôme de la toile d’or ; le grand écuyer Sanseverino du satin bleu. Monseigneur François, l’héritier de la couronne, menait une équipe qui, lors du premier jour de joutes apparut en or et argent, puis le deuxième jour en velours cramoisi et jaune, et enfin le troisième jour en velours blanc et vert brodé d’or.

20Le tournoi se déroula en cinq « emprises » : la première consistait en joutes à cheval à la lance ; la deuxième en joutes à la lance à fer émoulu et à l’épée ; la troisième en combats à la barrière, c’est-à-dire à pied, à la lance et à l’épée à une main ; la quatrième en combat à la barrière à l’épée à deux mains ; la cinquième en l’attaque et la défense d’un bastillon.

21Lors de la première journée, 137 courses furent accomplies. Seuls 82 coups (30 %) furent considérés comme valables, soit parce que la lance était rompue (74), soit parce qu’elle avait atteint le haut de l’armet (8) ; 12 autres coups avaient porté, mais sans que la lance se rompe. Au total, seuls 34 % des coups avaient donc touché l’adversaire. Un chevalier fut disqualifié parce qu’il avait tué le cheval de son adversaire en enfonçant sa lance dans l’œil de l’animal. Au cours de cette journée, le plus brillant tournoyeur fut le duc de Suffolk, qui réalisa quinze courses, rompant huit fois sa lance et touchant une fois l’armet de son adversaire. Monseigneur François, quant à lui, rompit trois lances et toucha trois fois l’armet, sur neuf assauts. Bayard rompit deux lances sur quatre et Florange trois sur cinq.

22Sur l’ensemble du tournoi, les trois chevaliers qui montèrent sur le podium, si l’on peut dire, furent Bonnivet, avec 22 lances rompues, plus 4 lances ayant atteint l’adversaire sans rompre ; Suffolk, avec 21 lances rompues, et 4 autres ayant atteint sans rompre ; et Monseigneur François avec 18 lances rompues, et 8 ayant atteint sans rompre. S’étaient également distingués le marquis de Dorset (15 lances rompues), le comte de Sancerre (14 lances rompues), Bayard (10 lances rompues), Lautrec (8 lances rompues), Montmorency (6 lances rompues) et Florange (4 lances rompues).

  • 28 Letters and Papers, Foreign and Domestic, Henry VIII, vol. 1, 1509-1514, éd. J. S. Brewer, Londres, (...)
  • 29 Edward Hall, Hall’s Chronicle Containing the History of England, during the Reign of Henry the Four (...)

23Les Anglais étaient très fiers de leurs performances. Le marquis de Dorset écrivit à la cour d’Angleterre pour signaler que Suffolk avait couru durant trois jours et qu’il n’avait jamais perdu. Les courses, précisait-il, avaient été les plus rudes qu’il ait jamais vues. Des chevaux avaient été tués, plusieurs cavaliers désarçonnés et un Français mortellement blessé. Les blessures légères, en particulier aux mains, étaient nombreuses. Le dauphin François lui-même était touché à la main. Dorset rapportait aussi que lors des combats à pied, un Allemand, qu’on n’avait encore jamais vu, affronta Suffolk pour essayer de faire honte aux Anglais, mais que celui-ci, bien que blessé à la main, avait eu l’avantage28. Quelques années plus tard, le chroniqueur Edward Hall affirma que c’est le dauphin François, jaloux des succès de Suffolk, qui aurait chargé un colosse germanique de combattre le chevalier anglais29. À l’en croire, non seulement le duc résista à l’assaut de son adversaire, mais il réussit à le frapper si fort sur le cou que le sang lui sortit du nez. Le chroniqueur précisait que 305 hommes d’armes avaient participé aux joutes, chacun accomplissant cinq courses, et que le dauphin n’avait pu prendre part aux combats à la barrière car il était blessé à la main.

  • 30 Gilbert Chanveau, dit Montjoie, L’ordre des joustes faictes à Paris à l’entrée de la royne, Paris, (...)

24La distribution des prix se déroula le 26 novembre. Le roi d’armes Montjoie publia un compte rendu de ces joutes spectaculaires qui manifestaient les qualités de la chevalerie française et témoignaient de la vigueur de l’alliance avec l’Angleterre30. En se distinguant par les armes, Suffolk acquit une grande réputation. Il avait passé l’épreuve de la bravoure. Enthousiasmé par les prouesses du duc, Louis XII lui accorda sa confiance. Il semble que la jeune reine Marie ait été elle aussi séduite par les exploits du duc. Devenue veuve, elle l’épousa secrètement en mars 1515, juste avant de retourner en Angleterre.

  • 31 Marin Sanudo, I Diarii di Marino Sanuto dal 1496 al 1532, éd. R. Fulin et alii, Venise, 1879-1903, (...)

25Le tournoi eut un écho international immédiat. Il intéressait particulièrement les Vénitiens, alors alliés de la France, qui se réjouissaient de l’établissement de bonnes relations entre Henri VIII et Louis XII, car ils espéraient que ces princes entrent rapidement en campagne pour reprendre la Lombardie31. Le tournoi faisait en effet partie d’un ensemble de tractations diplomatiques, et Suffolk était chargé de préparer une rencontre entre le roi de France et le roi d’Angleterre, au cours de laquelle on discuterait d’un projet d’offensive combinée contre la Castille, convoitée par Henri VIII, et le Milanais, que revendiquait le roi de France.

  • 32 Ibid., t. XX, col. 58 (nouvelles de France, 21 et 22 février 1515).
  • 33 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), P (...)

26De retour à Paris après avoir été sacré à Reims, François Ier put se livrer de nouveau aux exercices chevaleresques qui lui plaisaient tant. Des combats furent organisés rue Saint-Antoine à partir du 12 février 1515. Le duc de Suffolk, qui était revenu en France pour raccompagner la reine Marie en Angleterre, et le duc de Lorraine participèrent aux courses. Deux grands capitaines, Robert Stuart d’Aubigny et le connétable de Bourbon, furent blessés, et le roi lui-même reçut un coup violent32. Un bourgeois de Paris assure qu’un gentilhomme nommé Saint-Aubin fut tué33. À l’issue des joutes, les combattants dînèrent, puis le roi et Suffolk se retirèrent pour discuter d’affaires d’État.

  • 34 Joyceline G. Russell, The Field of the Cloth of Gold: Men and Manners in 1520, Londres, Routledge, (...)

27Les gentilshommes de France et d’Angleterre eurent l’occasion de se mesurer une nouvelle fois lors de la fameuse rencontre du camp du Drap d’Or, en juin 152034. Les Français avaient installé leur camp à Ardres, et les Anglais, à Guînes, non loin de Calais. Tout comme François Ier, Henri VIII se passionnait pour les chevaux et les exercices chevaleresques. Les joutes, qui durèrent du 11 au 19 juin, furent suivies d’un tournoi par équipes en champ ouvert, les 20 et 21, et par un combat à la barrière le 22. On ne combattit ni le 13, à cause de la force du vent, ni le 17, qui était un dimanche. Les deux rois réalisèrent plusieurs courses, mais jamais l’un contre l’autre, car on avait pris soin de les mettre dans la même bande, celle des « tenants », à laquelle appartenaient huit chevaliers anglais et huit chevaliers français. Le dernier jour, des récompenses furent offertes aux vainqueurs des joutes et des tournois.

  • 35 Florange, Mémoires, op. cit., t. I, p. 272.

28À défaut de s’opposer les armes à la main, les monarques s’affrontèrent à la lutte. C’est en tout cas ce que rapporte Florange, qui donne évidemment le beau rôle au roi de France. À la demande d’Henri VIII, les deux hommes se seraient empoignés, et François Ier aurait fait basculer son adversaire grâce à un « tour de Bretaigne35 ». Si les choses se sont effectivement déroulées ainsi, il est probable qu’Henri n’apprécia pas cette humiliation. Les princes rivalisaient également par le luxe de leurs tenues et par les dépenses qu’ils faisaient pour impressionner leurs hôtes.

  • 36 L’Ordonnance et ordre du tournoy, ioustes et combats à pied et à cheval, [Paris], J. Lescaille, 152 (...)

29Ces festivités eurent un grand retentissement en France, car François Ier comptait sur cette entrevue exceptionnelle pour amener Henri VIII à s’allier avec lui. Les réjouissances sont ainsi décrites dans un petit ouvrage qui fut imprimé immédiatement après la rencontre36. Ce texte s’achevait sur la prière suivante : « Dieu par sa grâce permette la paix estre durable. » Les Anglais firent en revanche moins de publicité à l’événement, car leur monarque choisit peu après le camp de Charles Quint. François Ier l’avait peut-être plus inquiété que séduit.

« La lice fut maudite, les jeux conjurez »

30La passion pour les exercices chevaleresques prit des formes nouvelles à partir du milieu du XVIe siècle. En Angleterre, la longue période de féminisation de la royauté entraîna des transformations dans l’organisation de la cour et provoqua une sorte de sublimation de l’imaginaire courtois. En Espagne, Philippe II ne participait plus aux joutes. En revanche, en France, Henri II se montrait le digne fils de son père. En juin 1559, de grandes fêtes furent organisées à Paris pour célébrer le mariage d’Élisabeth de France, la fille du roi, avec Philippe II suite à la signature de la paix du Cateau-Cambrésis. On dépava la rue Saint-Antoine du côté de la Bastille et des Tournelles pour y dresser les lices et les échafauds. Le 30 juin, lors d’une course contre Gabriel de Montgomery, comte de Lorges, le capitaine de la compagnie écossaise des gardes du Corps, le roi fut blessé par un éclat de lance qui traversa la vue de son armet et pénétra l’orbite de l’œil gauche. Il mourut le 10 juillet.

  • 37 Mémoires de Claude Haton, éd. L. Bourquin, Paris, CTHS, 2001-2007, 4 vol., t. I, p. 139.

31Le prêtre Claude Haton, qui vivait à Meaux, a laissé dans ses Mémoires un passionnant récit du tournoi de la rue Saint-Antoine. L’ecclésiastique voit dans la décision du roi de participer à la dernière joute une volonté de faire honneur aux dames, et il insiste sur le rôle central des femmes dans « ce jeu royal » qu’est le tournoi. Ce sont les dames qui assurent la réputation des chevaliers, car elles louent les courageux et se moquent des maladroits. Pour les gentilshommes, le tournoi fonctionne comme une redoutable épreuve de vertu. Et Haton d’assurer que certains chevaliers étaient malades de peur de devoir y participer. Il s’agissait naturellement des « chevalliers couars et maladroictz », et non des « bons et vraiz chevalliers », qui eux se réjouissaient de pouvoir démontrer leur adresse. Pour se vanter auprès des dames d’exploits imaginaires, les mauvais chevaliers rompaient leur lance contre un arbre et déformaient leur armure à coups de masse37. Dans les Mémoires de Claude Haton, le tournoi de la rue Saint-Antoine apparaît non seulement comme l’événement ayant provoqué la crise dynastique et la guerre civile, mais aussi comme le révélateur d’une crise profonde de la noblesse. Le processus de disqualification du second ordre culminera quand Haton emploiera les expressions « gentuehomme » et « genpillehomme » pour se moquer des gentilshommes qui se comportent comme des bêtes féroces.

  • 38 Ibid., t. I, p. 141.
  • 39 Ibid., t. I, p. 142.

32Haton décrit Henri II comme un chevalier passionné par les activités belliqueuses. Il combat d’abord contre le duc de Guise, le grand héros du mémorialiste, défenseur de l’Église et modèle du chevalier catholique. Après avoir rompu les lances, les deux hommes s’affrontent à la masse, à l’épée et au coutelas. Haton note que les hérétiques espéraient un accident, et même qu’ils auraient « marchandé à plusieurs meurtriers et assassins » pour tuer le roi38. Finalement, Henri décida de jouter contre Montgomery. Après avoir refusé, le capitaine finit par accepter, et les deux hommes se livrèrent à plusieurs courses, jusqu’à ce que l’accident se produise lors de la dernière. Il s’agissait manifestement d’une décision de la Providence. Et c’est ainsi que « la lice fut maudite, les jeux conjurez39 ».

33Le tournoi de 1559 frappa de stupéfaction l’ensemble des cours européennes. On allait veiller à ne pas risquer sa vie lors de ces jeux guerriers. En France, carrousels et défilés équestres remplaceraient désormais les combats.

Notas

1 Clifford Geertz, « Centres, rois, et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », dans Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir [1983], trad. fr., Paris, PUF, 1986 ; Étienne Anheim, « Les sociétés de cour », dans Patrick Boucheron (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, rééd. « Pluriel », 2 vol., t. II, p. 505-535.

2 Robert J. Knecht, Un Prince de la Renaissance. François Ier et son royaume [1994], trad. fr., Paris, Fayard, 1998 ; Didier Le Fur, François Ier, Paris, Perrin, 2015 ; Jean-Marie Le Gall, L’honneur perdu de François Ier. Pavie, 1525, Paris, Payot, 2015 ; Benjamin Deruelle, De papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité (ca. 1460-ca. 1620), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 ; Nicolas Le Roux, 1515. L’invention de la Renaissance, Paris, Armand Colin, 2015 ; Nicolas Le Roux, Le crépuscule de la chevalerie. Noblesse et guerre au siècle de la Renaissance, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

3 Richard Barber et Juliet Barker, Les Tournois [1989], trad. fr., Paris, Compagnie 12, 1989 ; Duccio Balestracci, La Festa in armi. Giostre, tornei e giochi del Medioveo, Rome-Bari, Laterza, 2001 ; David Crouch, Tournament, Londres, Hambledon, 2005 ; Sébastien Nadot, Rompez les lances ! Chevaliers et tournois au Moyen Âge, Paris, Autrement, 2010 ; Sébastien Nadot, Le Spectacle des joutes. Sport et courtoisie à la fin du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

4 Dominique Barthélemy, La Chevalerie. De la Germanie antique à la fin du XIIe siècle, Paris, Perrin, 2012 (2e éd.), p. 252.

5 Evelyne van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge, Paris, École nationale des chartes, 1996.

6 Joseph Morsel, « Le tournoi, mode d’éducation politique en Allemagne à la fin du Moyen Âge », dans Éducation, apprentissages, initiation au Moyen Âge, Montpellier, CRISIMA, 1993, p. 309-331.

7 Matthias Pfaffenbichler, « Les tournois des Habsbourg en Europe centrale, de Maximilien Ier à Rodolphe II », dans Patrice Franchet d’Espèrey et Monique Chatenet (dir.), Les art de l’équitation dans l’Europe de la Renaissance, Arles, Actes Sud, 2009, p. 370-387.

8 William Henry Jackson, « The Tournament and Chivalry in German Tournament Books of the Sixteeenth Century and in Literary Works of Emperor Maximilian I », dans Christopher Harper-Bill et Ruth Harvey (dir.), The Ideals and Practice of Medieval Knighthood, Woodbridge, Boydell Press, 1986-1994, 5 vol., t. I, p. 49-73.

9 Philippe Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Josef Fleckenstein (dir.), Das ritterliche Turnier im Mittelalter. Beiträge zu einer vergleichenden Formen- und Verhaltensgeschichte des Rittertums, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985, p. 425-449.

10 A. Vayssière (éd.), Le Pas des armes de Sandricourt. Relation d’un tournoi donné en 1493 au château de ce nom, publiée d’après un manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal et l’imprimé du temps, Paris, E. Willein, 1874, p. 66. Voir Anneite Lindner, « L’influence du roman chevaleresque français sur le pas d’armes », dans Jean-Marie Cauchies (dir.), Les sources littéraires et leurs publics dans l’espace bourguignon (XIVe-XVIe siècles), Neuchâtel, Centre européen d’études bourguignonnes, 1991, p. 67-78.

11 Henri-François Delaborde, L’Expédition de Charles VIII en Italie. Histoire diplomatique et militaire, Paris, Firmin Didot, 1888, p. 601-602.

12 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, éd. R. Maulde de La Clavière, Paris, 1889-1893, 4 vol., t. IV, p. 313-324.

13 Mémoires du maréchal de Florange, dit le Jeune Adventureux, éd. R. Goubaud et P.-A. Lemoisne, Paris, Société de l’histoire de France, 1913-1924, 2 vol., t. I, p. 41-42.

14 Fery de Guyon, Mémoires, éd. A.-P.-L. de Robaulx de Soumoy, Bruxelles, Heussner, 1858, p. 78-80.

15 Braden Frieder, Chivalry and the Perfect Prince: Tournaments, Art, and Armor at the Spanish Habsburg Court, Kirksville (Mo), Truman State University Press, 2008, p. 3-31.

16 AM Lyon BB 24, fol. 252 v° (délibérations consulaires, 10 mai 1500). Nicolas Le Roux, « Les joutes d’Ainay (mai 1500) », dans Alexis Charansonnet, Jean-Louis Gaulin, Pascale Mounier et Susanne Rau (dir.), Lyon, entre Empire et Royaume (843-1601), Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 536-541.

17 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. I, p. 288-293.

18 Erin A. Sladack, The French Queen’s Letters: Mary Tudor Brandon and the Politics of Marriage in Sixteenth-Century Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2011, p. 17.

19 Sydney Anglo, Spectacle, Pageantry and Early Tudor Policy, Oxford, Clarendon Press, 1997 [1969].

20 Charles Ffoulkes, « Jousting cheques of the sixteenth century », Archeologia, vol. 63, 1912, p. 31-50 ; Sydney Anglo, « Archives of the English Tournament: Score Cheques and Lists », Journal of the Society of Archivists, vol. 2, n° 4, 1960, p. 153-162 ; Id., The Great Tournament Roll of Westminster, Oxford, Clarendon Press, 1968 ; Joachim K. Rühl, « Hommes et femmes dans les tournois du Moyen Âge », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 23, 2006, p. 15-43.

21 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. III, p. 352-353.

22 Jean de Saulx, vicomte de Tavannes, Mémoires de très-noble et très-vertueux Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838, p. 100.

23 Don Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), éd. M. Havard de La Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 293.

24 Monique Chatenet et Pierre-Gilles Girault, Fastes de cour. Les enjeux d’un voyage princier à Blois en 1501, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 142 (lettre du 14 décembre 1501).

25 D’Auton, Chroniques, op. cit., t. II, p. 211.

26 Anthony B. Cashman III, « Performance Anxiety: Federico Gonzaga at the Court of Francis I and the Uncertainty of Ritual Action », Sixteenth Century Journal, vol. 33, n° 2, 2002, p. 333-352.

27 BnF Ms. Fr. 5103 (« Ce sont les jouxtes qui furent faictes à Paris à l’entrée de la Royne Marie d’Angletterre »).

28 Letters and Papers, Foreign and Domestic, Henry VIII, vol. 1, 1509-1514, éd. J. S. Brewer, Londres, 1920, n° 3461 (Dorset à Wolsey, Paris, 22 novembre 1514).

29 Edward Hall, Hall’s Chronicle Containing the History of England, during the Reign of Henry the Fourth, and the Suceeding Monarch, to the End of the Reign of Henry the Eighth, Londres, J. Johnson, 1809, p. 572.

30 Gilbert Chanveau, dit Montjoie, L’ordre des joustes faictes à Paris à l’entrée de la royne, Paris, 1514.

31 Marin Sanudo, I Diarii di Marino Sanuto dal 1496 al 1532, éd. R. Fulin et alii, Venise, 1879-1903, 58 vol., t. XIX, col. 295-296.

32 Ibid., t. XX, col. 58 (nouvelles de France, 21 et 22 février 1515).

33 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier (1515-1536), Paris, J. Renouard, 1854, p. 4.

34 Joyceline G. Russell, The Field of the Cloth of Gold: Men and Manners in 1520, Londres, Routledge, 1969 ; Robert J. Knecht, « The Field of Cloth of Gold », dans Charles Giry-Deloison (dir.), François Ier et Henri III. Deux princes à la Renaissance, Lille, Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1995, p. 37-51 (repris dans Francis I and Sixteenth-Century France, Farnham, Ashgate-Variorum, 2015) ; Id., « Le camp du Drap d’or », dans Denis Clauzel, Charles Giry-Deloison et Christophe Leduc (dir.), Arras et la diplomatie européenne, XVe-XVIe siècles, Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 219-230 ; Charles Giry-Deloison (dir.), 1520. Le Camp du Drap d’Or. The Field of the Cloth of Gold. La rencontre d’Henri VIII et de François Ier, Paris, Somogy, 2012 ; Glenn Richardson, The Field of the Cloth of Gold, New Haven-Londres, Yale University Press, 2013.

35 Florange, Mémoires, op. cit., t. I, p. 272.

36 L’Ordonnance et ordre du tournoy, ioustes et combats à pied et à cheval, [Paris], J. Lescaille, 1520.

37 Mémoires de Claude Haton, éd. L. Bourquin, Paris, CTHS, 2001-2007, 4 vol., t. I, p. 139.

38 Ibid., t. I, p. 141.

39 Ibid., t. I, p. 142.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site