Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Deuxième partie. Les acteurs

Jeu royal. Société de cour et culture chevaleresque à la Renaissance

Nicolas Le Roux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La société de cour des XVe et XVIe siècles était animée par une culture héroïque associant réminiscences antiques, dévotion chrétienne et culture courtoise. La consolidation du pouvoir princier, qui reposait de plus en plus sur un socle administratif, passait également par des signes rituels de domination manifestant la dimension charismatique de l’autorité1. Rituels et jeux chevaleresques exprimaient un idéal de supériorité morale, et par le spectacle des armes, la cour se donnait à voir comme une société unie autour de valeurs fournissant un modèle pour l’ensemble du royaume. Les joutes apparaissaient comme l’archétype de la violence valorisée. Parvenue sans doute à son apogée dans la première moitié du XVIe siècle, cette culture connut ensuite de profondes mutations2.

Le pas d’armes : jeu et spectacle

La chevalerie constituait un idéal d’excellence et d’engagement au service du roi et de Dieu, mais aussi un ensemble de pratiques de l’ordre du divertissement3. Les fêtes de cour donn...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540