Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Deuxième partie. Les acteurs

Le rôle des ordres de chevalerie dans la ritualisation de la cour

Jacques Paviot

Texte intégral

  • 1 Cf. Gilbert Dagron, Empereur et Prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, NRF Gallima (...)
  • 2 Cf. Frédérique Lachaud, « La cour d’Angleterre dans les chroniques du temps d’Édouard Ier (fin XIII(...)
  • 3 Cf. Elizabeth A. R. Brown et Nancy Freeman Regalado, « La grant feste : Philip the Fair’s Celebrati (...)
  • 4 Eva Pibiri, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (X (...)
  • 5 Jacques Paviot, « Éléonore de Poitiers, Les États de France (Les Honneurs de la Cour) », Annuaire-B (...)

1Les cours médiévales occidentales ont toujours connu une ritualisation, moindre sans doute qu’à Constantinople1, que nous ne pouvons connaître ou deviner aujourd’hui que par des mentions d’archives ou de chroniques. Par exemple, on sait qu’aux XIIIe et XIVe siècles, sous le règne d’Édouard Ier, on « tenait cour » en Angleterre lors des grandes fêtes religieuses2. Certains événements devaient être ritualisés, comme les prises de croix des souverains, mais surtout les événements touchant leur propre famille, naissance, baptême, mariage, mort, ou la chevalerie des princes (nous pensons à la « grande fête » organisée par Philippe le Bel à Paris en 13133). Il ne faut pas oublier non plus les réceptions d’ambassades4. Les règles des rituels ne nous sont connues que par des recueils semi-privés tardifs, tels celui qu’avait composé la comtesse de Namur dans le premier tiers du XVe siècle ou celui d’Éléonore de Poitiers à la fin de ce même siècle ; ce n’est qu’à l’époque moderne que l’on parlera d’« Honneurs de la cour »5.

  • 6 Cf., de manière générale, D’Arcy Jonathan Dacre Boulton, The Knights of the Crown. The Monarchical (...)

2Cependant, à partir du premier tiers du XVe siècle, les souverains européens ont introduit une nouvelle source de ritualisation à leurs cours : les ordres de chevalerie6. Vers 1500, Olivier de La Marche les décrivait ainsi, dans son Epistre pour tenir et celebrer la noble feste du Thoison d’or, composée à l’intention de Philippe le Beau afin de lui « donner à entendre deux pointz qui sont assavoir et point à oublier ».

  • 7 Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, t. IV, Paris, Société de l’histoire de France, 1888, (...)

Le premier point, c’est que c’est de ordre de prince et en quelle maniere on le peult tenir pour ordre. (…) Quant un prince donne quelque devise à plusieurs nobles hommes sans nombre et sans chapitres, cela ne se doit point nommer ordre, mais devises seullement.
Exemple : les rois d’Engleterre ont leur ordre de la Jarretiere où ils sont nombre de chevalliers et chapitres notables, et en celle ordre a et a eu moult de notables et vaillans chevalliers. Mais oultre celle ordre ils ont une devise qui donnent à plusieurs chevalliers, dames et damoiselles et escuiers. Et est icelle devise selon les roys qui regnent et leurs affections, et communement est icelle devise parée de roses, l’une fois blance et l’autre vermeille, selon l’affection des roys, comme dit est, et se donne sans nombre ou quantité de gens, les unes d’or et les aultres d’argent.
Et puis icelle maniere de faire nommer pour devise et non aultrement. Le roy Regnier de Cecille esleva une confrairie de chevalliers et d’escuyers qui portoient le croissant soubz l’esselle, les chevalliers d’or et les escuiers d’argent, et y avoit escript : « Croissant en los » ; et combien que les enseignes furent belles et portées à gens de bien, touttesfois ce n’estoit point ordre, car il n’y avoit ne nombres ne chapitres, et n’en fut jamais la feste tenue ne celebrée ; pourquoy je dis et concluz en ceste partie que ce ne fust point ordre, mais la nommerons confrairie ou devise, qui certes fut belle et de grand monstre. Charles, dus d’Orleans, porta en devise le quamail où il pendoit un porc epic, et fut porté par beaucoup de gens de bien, chevalliers et escuyers ; mais il n’eult jamais nombre ne chapitres, et pour ce je diz que ce n’estoit que une devise et non pas ordre. Les ducs de Bretaigne et mesmement le duc François ont semblablement porté un collier où pendoit une hermine que moult de gens de bien ont porté, chevalliers et escuyers ; mais ce ne fust pas ordre, que devise seullement, pour les raisons que j’ay escript cy dessus. Les ducs de Savoye portent ung ordre d’ung lachz d’amours, et le puis nommer ordre, car il y a nombre et chapitres ; et est et a esté ceste ordre portée par mains bons chevalliers. Mais au regard de Cippre, de Cecille ou d’Arragon, se ne sont point ordre, mais devises seullement. Le roy Loys de France et le roy Charles, son filz, et le roy Loys à present ont eslevé ung ordre ou devise qui s’appelle l’ordre Sainct Michiel ; mais jusqu’à present il n’y a point de nombre prefix, sinon que plusieurs notables chevalliers portent icelle ordre ; mais de moy et de mon entendement je ne la puis nommer ordre, pour ce qu’il n’y a point de nombre de chevalliers, et ne fut oncques la feste tenue ne les chevalliers assemblez, pourquoy je diz que ce n’est que une obligacion de quoy le roy de France oblige plusieurs chevalliers en son service. Mais vostre noble ordre de la Thoison d’or se peut nommer ordre par tout le monde, car elle est reglée en nombre et en chapitres. (…) Et sur ce mot [ordre] que l’on peult dire : il y a ordre tant en ombre de chevalliers et chapitres escriptz, en festes et solempnitez tenues où ordre a esté gardée, je declare que celle ordre donne le nom à l’ordre d’ung prince et se peult nommer ordre7.

  • 8 Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société national (...)

3On le voit, le témoignage d’Olivier de la Marche est des plus tendancieux, car il veut montrer la préexcellence de l’ordre de la Toison d’or sur tous les autres, qu’ils soient selon sa classification ordres ou devises (emblèmes). Une ritualisation ne pouvait cependant convenir qu’à ce qu’Olivier de La Marche appelle ordre. En effet, on voit mal comment un souverain pouvait convoquer les personnes à qui il avait donné son enseigne, son emblème ou un manteau, comme le roi de Castille avec l’ordre de l’Écharpe (bien que fondé comme ordre en 1330, il devint vite une devise sous le règne de Pierre le Cruel), le roi de Chypre avec l’ordre de l’Épée fondé en 1359, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi avec le plus éphémère des ordres, celui de l’Arbre d’or fondé le 1er janvier 1403. Une ritualisation ne pouvait advenir que si les statuts prévoyaient des chapitres et un lieu pour les tenir, généralement une chapelle ou une église. Mais nous ne devons pas oublier un aspect, qui n’a pas vraiment disparu : les premiers ordres de chevalerie, apparus dans le premier tiers du XIVe siècle, étaient des associations chevaleresques de tournois, et ceux qui ont suivi se sont orientés, à cause de la guerre de Cent Ans, vers la défense du pays8. Ainsi, l’ordre de la Jarretière, tel que projeté en 1344 par Édouard III, était un décalque du roman Perceforest, une société arthurienne devant avoir son siège à Windsor – lieu de naissance présumé du roi Arthur – où devait être établie une immense table ronde de bois ; l’ordre devait compter trois cents membres qui se retrouveraient pour organiser et participer à des tournois ; et c’est justement lors d’un tournoi, qui dura du 19 au 25 janvier 1344, que l’ordre fut annoncé.

D’ordre en ordre : le processus de ritualisation

  • 9 Cf. en dernier lieu Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie royaux français à la fin du Moyen Âg (...)

4L’alliance de la chevalerie avec la religion est ancienne, cependant il n’est plus question d’adoubement et de perfection morale, mais de chapitres, de messes, de cérémonies laïques. Quand le roi de France Jean II le Bon créa, en 1351-1352, la « Compagnie des chevaliers de Notre-Dame de la Noble Maison », plus connue comme ordre de l’Étoile, c’était « à l’honneur de Dieu, de Notre Dame, et en exhaussement de chevalerie et accroissement d’honneur ». Les chevaliers, lors des chapitres, devaient porter un vêtement particulier : une cotte blanche, un surcot et un chaperon vermeil si l’on ne porte pas de manteau, un manteau vermeil fourré de vair avec un surcot blanc, des chausses noires, des souliers dorés, les insignes, qui devaient être portés tous les jours, étant une bague et un fermail, avec une étoile blanche portant en abîme un soleil d’or dans un rond azur. Le nombre des membres devait être de cinq cents, répartis en trois classes : princes, chevaliers bannerets, chevaliers, et ceux-ci devaient se réunir à la Noble Maison, un hôtel de la Maison de Valois à Saint-Ouen ; dans la salle, au-dessus de chaque siège devaient figurer les armes du prince ou chevalier. La fête solennelle se tenait les 14 et 15 août et les offices religieux étaient célébrés selon l’usage de la Sainte-Chapelle du Palais. Il devait y avoir une sorte de confession publique des hauts et moins hauts faits d’armes en guerre, qui étaient consignés par écrit. Une messe solennelle devait être célébrée à la mort d’un compagnon, sa famille devant restituer son emblème et son épée. Cependant, la première fête eut lieu les 5 et 6 janvier 1352. L’aspect « tournoi » n’avait pu disparaître, car on demanda à cette occasion au spécialiste Geoffroy de Charny de rédiger ses Demandes pour la joute, le tournoi et la guerre. C’est la guerre qui allait anéantir l’ordre de l’Épée : la bataille de Mauron en 1352 vit une hécatombe des chevaliers, ceux qui restaient étant éliminés à Poitiers quatre ans plus tard9.

  • 10 Cf. en dernier lieu A. Bräm, « Zeremoniell und Ideologie im Neapel der Anjou. Die Statuten vom Orde (...)

5L’ordre de l’Étoile fut très vite imité, à la cour de Naples, par le nouveau roi Louis de Tarente, lors de son couronnement avec la reine Jeanne Ire, le 23 mai 1352, jour de la Pentecôte, qui a donné son nom à l’ordre du Saint-Esprit au droit désir, ou plus communément ordre du Nœud (de Salomon), son emblème avec la Colombe rayonnante de l’Esprit saint. Le siège était le château de l’Œuf, où une grande salle pour accueillir les trois cents chevaliers et une chapelle devaient être aménagées (dans la chapelle, on devait pendre l’emblème et l’épée des décédés qui devaient y être aussi inhumés). L’ordre du Nœud nous intéresse en ce que ses statuts décrivent avec force détails les rites et cérémonies qui devaient être suivis durant l’assemblée des compagnons. D’abord, il y avait la célébration d’une messe, sans doute du Saint-Esprit, les chevaliers tout de blanc vêtus (surcot, chaperon, chausses, souliers) et portant leur épée se tenant dans leurs stalles. Celle-ci était suivie du banquet, durant lequel le roi, portant sa couronne, tenait cour (de justice), ceux qui avaient bien agi durant l’année étant honorés, ceux qui avaient mal agi étant punis. Cela était montré publiquement par les tables – rondes – : les compagnons honorés siégeaient à la « Table désirée » (dans l’ordre de l’Étoile, c’était la « Table d’Honneur »), ceux qui s’étaient déshonorés devaient apparaître chaque année tout de noir vêtus et portant à l’emplacement de l’emblème l’inscription « J’ay esperance ou Saint Esperit de ma grant honte amender. » (un autre exemple de rituel de la honte). À la suite du banquet avait lieu le « parlement », où les chevaliers discutaient de la vie de l’ordre10.

6L’ordre du Nœud avait son siège dans un château sur un îlot. De son côté, Amédée VI de Savoie choisit une chartreuse, construite dans son château de Pierre-Châtel édifié sur un piton rocheux au-dessus du défilé du Rhône (un endroit peu pratique d’accès), pour son ordre du Collier fondé en 1364, en l’honneur de la Vierge, des saints du Paradis et de toute la Cour céleste. En référence aux Quinze Joies de la Vierge, il ne devait y avoir que quinze chevaliers et quinze chartreux qui devaient célébrer chaque jour une messe rituelle et dire des prières pour le prince et les chevaliers. Pour les funérailles, les chevaliers survivants devaient revêtir la cuculle des chartreux, et l’on affichait le collier, la cotte d’armes et la bannière (banneret) ou pennon du défunt, sans compter la centaine de messes que chaque chevalier devait faire dire.

7En 1381, de nouveau à Naples, fut fondé un nouvel ordre, plutôt devise car il n’y avait pas de nombre fixe de compagnons, l’ordre de la Nef, en l’honneur de la Sainte Trinité, par Charles de Duras, époux de la nièce de la reine Jeanne Ire Marguerite de Duras, lors de son avènement. Bien qu’il n’ait dû y avoir qu’une seule réunion en décembre 1381, ses statuts sont intéressants en ce qu’ils fixaient quatre fêtes annuelles, à la Trinité (la plus importante, qui devait durer huit jours avant et huit jours après la Trinité), à la Toussaint, à Noël et à Pâques, mais sans lieu fixe : nous avons là le premier exemple d’ordre « itinérant ». Le rite d’admission du postulant était développé : il devait avoir lieu dans une église, à la suite d’une grand’messe un jour de fête majeure et d’une préparation religieuse et du postulant et des compagnons ; le prince de l’ordre lui accordait alors l’emblème avec une accolade (un baiser). Le rapprochement avec l’entrée dans un ordre religieux est évident. L’association avec la religion était poussée plus loin avec le jeûne du vendredi, les compagnons étant entièrement vêtus de noir (ce qui allait encore plus loin que les statuts de l’ordre du Nœud). De plus, les compagnons devaient entendre chaque jour une messe et dire soit l’office de la Vierge soit les Sept Psaumes pénitentiels.

  • 11 Cf. Pierre Cockshaw (dir), Christiane Van den Bergen-Pantens (éd.), L’ordre de la Toison d’or de Ph (...)

8Cependant, l’ordre qui s’inscrit le mieux dans la lignée de celui de l’Étoile – et des autres ordres européens – est l’ordre de la Toison d’or, fondé en 143011. Même si Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, fut un des princes de l’ordre de l’Étoile, on voit mal comment il aurait pu en transmettre à son petit-fils Philippe le Bon les statuts ou les principes. La leçon du nombre démesuré de chevaliers fut retenue et on suivit ce qui s’était finalement fait pour la fondation de l’ordre de la Jarretière, réalisée le jour de la Saint-Georges, 23 avril 1350, à la suite d’une fondation manquée – sans doute à cause de la peste – au cours d’un tournoi un an avant, où furent promulgués les statuts. Édouard III s’était finalement limité à vingt-cinq « compagnons » autour de lui, bien qu’il y eût vingt-quatre chanoines séculiers et vingt-quatre chevaliers pauvres. Les chapitres devaient se tenir dans la chapelle du château de Windsor, dont la dédicace fut augmentée de saint Édouard le Confesseur à la Sainte Vierge et à saint Georges et dans laquelle furent installées deux rangées parallèles de stalles, prenant ainsi la place de chanoines dans le chœur, mais la ritualisation ne semble guère s’être développée. Les manteaux étaient conservés à la chapelle de façon à y être portés lors de la présence des chevaliers et de la tenue des chapitres – la Jarretière devant être portée en public.

L’ordre ritualisé par excellence : la Toison d’Or

9L’ordre de la Toison d’or donc renoua avec les références profanes, non plus médiévales, mais antiques, avec Jason – ce qui fut rectifié dès le premier chapitre à Lille en 1431, en faveur du personnage biblique de Gédéon. Fondé lors des noces de Philippe le Bon avec Isabelle de Portugal en janvier 1430, sa fête fut fixée le jour de la Saint-André (30 novembre), mais reportée au 2 mai en 1446 à cause de la saison et de la durée du jour. À l’origine, il comptait vingt-quatre membres – presqu’autant que celui de la Jarretière –, augmentés à trente en 1433, plus le souverain. Si le siège officiel était la Sainte-Chapelle de Dijon, les chapitres se sont tenus dans les différentes villes des États bourguignons. Nous pouvons relever qu’à côté de la dévotion à Dieu, à la sainte Vierge et à saint André, patron de la Bourgogne, les statuts ont ajouté, par rapport aux ordres précédents, des buts proprement politiques : la tranquillité et prospérité de la chose publique et l’exaltation des vertus et bonnes mœurs. Si le duc de Bourgogne offrait le collier qui devait être porté tous les jours, les chevaliers devaient payer un droit d’entrée de quarante écus et cent francs en plus pour le manteau d’écarlate vermeille (comme celui de l’Étoile). Notons encore que l’ordre était doté de quatre officiers : le chancelier (un évêque), le greffier, le trésorier et le roi d’armes Toison d’or.

10Le rituel était très développé, selon un cérémonial et une pompe bien définis, servant avant tout à montrer l’autorité du souverain. La veille du jour de la fête de l’ordre, les chevaliers présents se rendaient à l’hôtel du souverain d’où, vêtus de leur manteau et chaperon d’écarlate vermeille, ils allaient à l’église pour assister à l’office divin. Le jour même de la fête, dans la même tenue, ils retournaient à l’église pour assister à la grand’messe célébrée en l’honneur de saint André, où chacun – à commencer par le souverain – appelé par le roi d’armes, allait à l’offrande à tour de rôle. À la suite de cet office, le souverain offrait un dîner aux compagnons de l’ordre et aux officiers de son hôtel. Après ce dîner, vêtus de longs manteaux et de chaperons noirs, les compagnons allaient assister aux vigiles des morts. Le lendemain, dans la même tenue, ils assistaient à la messe des trépassés. À l’offertoire, le greffier devait lire la liste des défunts et, après l’offertoire, en faire l’éloge. Le troisième jour de la fête, vêtus à leur volonté, les compagnons assistaient à la messe selon l’office de la Vierge et, le quatrième, à la grand’messe en l’honneur du Saint-Esprit. Le chapitre commençait alors, mais privé, consacré à l’examen de la vie des chevaliers, puis aux élections en cas de vacance.

11Charles le Téméraire apporta quelques modifications à ce protocole en 1473. À la place du vêtement d’écarlate vermeille, il imposa un vêtement de velours cramoisi doublé de satin blanc, la robe et le chaperon étant d’un velours identique. D’autre part, il accorda des privilèges aux chevaliers et officiers de l’ordre : place et rang proche du souverain dans sa compagnie, à l’église, à l’entrée ou à la sortie d’une bonne ville à cheval, logement, accès au Grand Conseil et à toutes les chambres de conseil…

  • 12 La Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, t. V, Paris, Veuve Jules Renouard, 1861, p. 441-444.

12Les cérémonies religieuses très ritualisées étaient publiques, sans oublier les processions pour se rendre de l’hôtel du souverain à l’église, ni le dîner. Mais plus que les autres ordres de chevalerie, celui de la Toison d’or a rendu publics ses rituels, ses réunions se transformant en événements politiques et en spectacle : on peut parler d’auto-représentation ritualisée. En effet les contemporains ont été marqués par la solennité des cérémonies, la musique qui les accompagnait, l’ostentation des richesses et, pour les détails, par le costume des chevaliers, par les tableaux richement peints portant leurs armes, mot et devise, qui étaient fixés au-dessus des stalles où ils prenaient place dans le chœur – de nouveau à la place des chanoines – et par la cérémonie de l’offrande au cours de la grand’messe. La première manifestation de ce genre eut lieu lors du chapitre de Saint-Omer, en 1440, qui célébrait la libération du duc Charles d’Orléans. Le chroniqueur Enguerran de Monstrelet a noté « le moult noble appareil » des chevaliers, « le service [religieux fait] tres sollempnellement », « les riches paremens, tant de l’autel comme du cuer ». Et il conclut : « Et pour vray, les François et les Anglois là estans estoient tous esmerveillés de veoir le grand estat et les richesses dudit duc de Bourgogne », « estat » pouvant s’entendre aussi comme dans l’expression « tenir estat »12.

  • 13 Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. I, Paris, Veuve Jules Renouard, 1863, p. 346-355.

13À Mons, en 1451, le chapitre était orienté vers la croisade. Mathieu d’Escouchy mentionne tous les officiers d’armes présents qui allaient diffuser ensuite les nouvelles sur l’« état » du duc Philippe le Bon et il s’attarde sur les objets de l’ordre, et, à propos de la grand’messe solennelle célébrée par le chancelier Jean Germain, il a relevé qu’« estoit grant melodie de y oïr les chantres qui tous estoient de la chappelle dudit duc »13.

  • 14 Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, Heussner, 1864, p. 89-98.

14À La Haye, en 1456, on insista sur la richesse. L’indiciaire (ou historiographe) Georges Chastellain a décrit la salle du palais avec la très riche tapisserie de Gédéon qui venait d’être tissée, les trois dressoirs sur lesquels était présentée de la vaisselle ornée de pierreries, d’or ou d’argent, la table des chevaliers avec un haut dais pour le souverain, celle des membres de sa chapelle et celle des rois d’armes et hérauts ; tout était disposé afin que les visiteurs pussent voir et admirer le déroulement du banquet14.

  • 15 Mémoires, in J. A. C. Buchon (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris (...)
  • 16 Paul M. Kendall et Vincent Ilardi (éd.), Dispatches with Related Documents of Milanese Ambassadors (...)

15Jacques du Clercq fut témoin du chapitre de Saint-Omer de 1461. Pour lui c’était la plus grande fête que Philippe le Bon fit jamais pour l’ordre de la Toison d’or15, mais il ne donna pas les détails connus grâce à l’ambassadeur milanais Prospero da Camogli, qui résuma le tout en ces trois mots : Religione, Sublimità et Apparati16.

  • 17 Mémoires, éd. D. D. Brouwers, t. II, Liège, Cormaux (Société des bibliophiles liégeois), 1906, p. 1 (...)
  • 18 Ibid., t. III, 1885, p. 203-204.

16Pourtant, le chapitre le plus spectaculaire fut celui de Valenciennes, en 1473, relaté par Jean de Haynin. Le duc Charles le Téméraire et sa suite furent accueillis par cent cinquante bourgeois tous habillés de blanc et à cheval. Dans les lices dressées dans les champs alentour, des seigneurs firent des courses. Puis eut lieu l’entrée : les cent vingt ou cent quarante archers de l’ordonnance et de la garde, à cheval, deux à deux, les cent cinquante Valenciennois déjà cités ; le prévôt-le-comte de Valenciennes, vêtu de satin blanc ; les cinquante ou soixante archers de corps ; les cent ou cent vingt hommes de la garde, vêtus de bleu avec de petites croix de Saint-André blanches ; les seigneurs et gentilshommes de la cour, en armes ; douze trompettes ; des rois d’armes et des hérauts, vêtus de leur cotte d’armes ; deux sergents ; l’écuyer d’écurie ; enfin le duc lui-même, en armes, vêtu de drap d’or, entouré de cinq pages, suivi de deux seigneurs aux habits tout aussi somptueux. La ville elle-même était pavoisée, les rues étant tendues de drap blanc, la place du marché de drap rouge, la rue principale de drap blanc et bleu, couleurs de la Bourgogne ; à la porte de la ville, on avait recréé l’histoire de la Toison d’or17. C’est lors de ce chapitre que le souverain décida de changer la couleur des manteaux de l’ordre, passant de l’écarlate au velours cramoisi : « et estoit moult belle chose a veoir, tant les chevalliers comme les parures », ainsi que s’en souvenait Olivier de La Marche18.

Le déclin des ordres de chevalerie

  • 19 Cf. Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie royaux français à la fin du Moyen Âge », Revue franç (...)
  • 20 Cf. Sébastien Nadot, Le Spectacle des joutes. Sport et courtoisie à la fin du Moyen Âge, Rennes, PU (...)

17L’ordre de la Toison d’or représente l’apogée des ordres de chevalerie de la fin du Moyen Âge, poussant la ritualisation à son maximum. Louis XI ne s’y est pas trompé, qui a repris presque intégralement les statuts pour son ordre de Saint-Michel qu’il a fondé en 1469, mais qu’il n’a jamais réuni, non plus que son fils Charles VIII19. Nous avons vu qu’à l’origine, au début du XIVe siècle, les ordres de chevalerie étaient liés aux tournois. Vu l’aspect quasi religieux qu’ils ont acquis au cours de la fin du Moyen Âge, l’organisation de tournois est passée sous l’initiative et la responsabilité des chevaliers déjà membres (ou membres à venir) d’ordres, ce qui fit ainsi descendre la ritualisation de la cour à un niveau inférieur. Car, il ne s’agissait plus vraiment de tournois – malgré les ouvrages encore rédigés sur le sujet, dont le plus connu est le Livre des tournois du roi René –, mais de « pas d’armes »20, qui étaient parrainés par les souverains.

18Le pas d’armes était une mise en scène ritualisée d’un épisode de fiction, généralement en rapport avec des romans de chevalerie anciens. La mode en est venue d’Espagne. Le premier pas d’armes est celui organisé en 1428 par l’infant Henri d’Aragon à Valladolid et connu comme le Passo de la Fuerte Ventura. Cependant le plus connu est le Passo Honroso organisé par le chevalier léonais Suero de Quiñones, sous la protection du roi Jean II de Castille, sur un pont du chemin de Compostelle sur le río Órbigo, du 10 au 9 août 1434, le but étant de briser trois cents lances. Le 1er janvier précédent, le héraut de Suero de Quiñones Avanguardia avait annoncé à la cour du roi de Castille la volonté de son maître de tenir un pas d’armes ; le jour même le roi d’armes León recevait la mission de diffuser cette information dans toutes les cours de la chrétienté.

19Le pas d’armes franchit rapidement les Pyrénées pour trouver un terrain de choix en Bourgogne et en Anjou-Provence, principautés où l’on a plus ritualisé le pouvoir, sans doute parce que leurs princes – malgré la couronne de René – ne jouissaient pas d’un pouvoir véritablement royal. Si mon hypothèse n’est pas vérifiée pour l’Anjou-Provence où l’ordre du Croissant n’a été fondé qu’en 1448, elle se vérifie mieux en Bourgogne. Le Pas de l’Arbre Charlemagne fut organisé à Marsannay-la-Côte (près de Dijon) en 1443 par Pierre de Bauffremont, seigneur de Charny, chevalier de l’ordre depuis 1430 ; d’ailleurs les réunions se tenaient dans la Sainte-Chapelle de Dijon, siège de l’ordre. Le Pas de la Belle Pèlerine se tint à Saint-Omer en 1449 ; son initiateur fut Jean de Luxembourg, bâtard de Saint-Pol, seigneur de Haubourdin, chevalier depuis 1433. Le Pas de la Fontaine des Pleurs, à Saint-Marcel près de Chalon-sur-Saône, de 1449 à 1450, eut comme gardien Jacques de Lalaing, presque chevalier (il fut élu en 1451) ; le banquet final eut lieu chez l’évêque du lieu, Jean Germain, chancelier de l’ordre. À Lille, en 1454, Adolphe de Clèves lança le pas du Chevalier au Cygne ; il était le neveu de Philippe le Bon et a été élu en 1456. Guillaume Moulon, avec son pas du Compagnon à la Larme blanche, au Quesnoy, en 1458, est l’exception qui confirme la règle. Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne, chevalier depuis 1456, organisa le pas de Lille en 1461, celui de la Dame inconnue à Bruxelles en 1463 et 1464, et celui de l’Arbre d’or à Bruges en 1468, à l’occasion des noces de Charles le Téméraire et de Marguerite d’York – il est d’ailleurs encore célébré aujourd’hui. Entre-temps, eut lieu celui du Perron fée à Bruges, en 1463, organisé par Philippe de Lalaing, frère de Jacques, tué deux ans plus tard avant d’être élu chevalier. De son côté, le dernier gardien d’un pas, de la Dame sauvage, à Gand, en 1470, Claude de Vaudrey, ne devint jamais chevalier de la Toison d’or ; cependant il aurait pu, comme il était conseiller et chambellan de Charles le Téméraire ; il poursuivit d’ailleurs une vie de tournoyeur.

20Beaucoup de ces pas d’armes, qu’ils fussent espagnols, angevins, lorrains ou bourguignons, se sont déroulés en présence de la cour, en ville ou à la campagne. Ils ont bénéficié d’une large publicité ; avant leur tenue, des rois d’armes et des hérauts parcouraient l’Europe pour les annoncer et attirer les chevaliers de la chrétienté pour y participer. Après, des relations – la tradition remontait loin – en conservaient les ordonnances, statuts et comptes rendus du déroulement ; on les trouve dans des chroniques, dans des relations particulières, dans des traités sur le tournoi, qui circulaient largement entre les cours.

 

21Les deux derniers siècles du Moyen Âge ont vu se développer la ritualisation des cours. On y tenait déjà état, sans que nous soyons bien renseignés à ce sujet pour les époques antérieures. La création des ordres de chevalerie à partir des années 1330, en multipliant les occasions avec les fêtes ou chapitres ou les tournois qui pouvaient y être associés, a eu pour effet d’augmenter les cérémonies et la ritualisation qui y est attachée. La plus parfaite illustration en est sans doute la cour de Bourgogne avec l’ordre de la Toison d’or : c’est la cour de Bourgogne qui a donné le ton pour les périodes postérieures, car c’est la première qui a poussé aussi loin l’auto-représentation qui nécessitait une ritualisation extrême pour fonctionner.

Notes

1 Cf. Gilbert Dagron, Empereur et Prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, NRF Gallimard, 1996.

2 Cf. Frédérique Lachaud, « La cour d’Angleterre dans les chroniques du temps d’Édouard Ier (fin XIIIe-début XIVe siècle) », dans M. Aurell (dir.), Noblesses de l’espace Plantagenêt (1154-1224). Table ronde tenue à Poitiers le 13 mai 2000, Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, 2001, p. 89-111.

3 Cf. Elizabeth A. R. Brown et Nancy Freeman Regalado, « La grant feste : Philip the Fair’s Celebration of the Knighting of his Sons in Paris at Pentecost of 1313 », dans B. A. Hanawalt et K. L. Reyerson (éd.), City and Spectacle in Medieval Europe, dans Medieval Studies at Minnesota, 6, 1994, p. 56-86.

4 Eva Pibiri, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (XIVe-XVe siècles), Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 2011, passim ; Anne-Marie Spitzbarth, Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc Valois de Bourgogne (1419-1467), Turnhout, Brepols, 2013, passim.

5 Jacques Paviot, « Éléonore de Poitiers, Les États de France (Les Honneurs de la Cour) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1996, p. 75-137.

6 Cf., de manière générale, D’Arcy Jonathan Dacre Boulton, The Knights of the Crown. The Monarchical Orders of Knighthood in Late Medieval Europe, 1325-1520, Woodbridge, The Boydell Press, 1987.

7 Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, t. IV, Paris, Société de l’histoire de France, 1888, p. 161-163.

8 Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie à la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 2001, p. 195-205.

9 Cf. en dernier lieu Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie royaux français à la fin du Moyen Âge », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 2006, t. 76, p. 155-164.

10 Cf. en dernier lieu A. Bräm, « Zeremoniell und Ideologie im Neapel der Anjou. Die Statuten vom Orden des Heilingen Geistes des Ludwig von Tarent, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms fr. 4274 », dans Römisches Jahrbuch del Bibliotheca Hertziana, 2005, t. 36, p. 45-93.

11 Cf. Pierre Cockshaw (dir), Christiane Van den Bergen-Pantens (éd.), L’ordre de la Toison d’or de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505) : idéal ou reflet d’une société ?, Turnhout, Brepols, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1996 ; Sonja Dünnebeil (éd.), Die Protkollbücher des Ordens vom Goldenen Vlies, Stuttgart, Thorbecke, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2002-2016, 4 vol.

12 La Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, t. V, Paris, Veuve Jules Renouard, 1861, p. 441-444.

13 Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, t. I, Paris, Veuve Jules Renouard, 1863, p. 346-355.

14 Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. III, Bruxelles, Heussner, 1864, p. 89-98.

15 Mémoires, in J. A. C. Buchon (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris, Auguste Desrez, 1838, p. 170-171.

16 Paul M. Kendall et Vincent Ilardi (éd.), Dispatches with Related Documents of Milanese Ambassadors in France and Burgundy, 1450-1483, t. II : 1460-1461, Athens, Ohio University Press, 1971, n° 104, p. 346-354.

17 Mémoires, éd. D. D. Brouwers, t. II, Liège, Cormaux (Société des bibliophiles liégeois), 1906, p. 151-153 ; cf. éd. Catherine Bébéar, Henri Dubois et Françoise Vielliard, Paris, Société de l’histoire de France, 2017 (à paraître).

18 Ibid., t. III, 1885, p. 203-204.

19 Cf. Jacques Paviot, « Les ordres de chevalerie royaux français à la fin du Moyen Âge », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 2006, t. 76, p. 155-164.

20 Cf. Sébastien Nadot, Le Spectacle des joutes. Sport et courtoisie à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2012.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site