Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Deuxième partie. Les acteurs

Le rôle des ordres de chevalerie dans la ritualisation de la cour

Jacques Paviot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les cours médiévales occidentales ont toujours connu une ritualisation, moindre sans doute qu’à Constantinople1, que nous ne pouvons connaître ou deviner aujourd’hui que par des mentions d’archives ou de chroniques. Par exemple, on sait qu’aux XIIIe et XIVe siècles, sous le règne d’Édouard Ier, on « tenait cour » en Angleterre lors des grandes fêtes religieuses2. Certains événements devaient être ritualisés, comme les prises de croix des souverains, mais surtout les événements touchant leur propre famille, naissance, baptême, mariage, mort, ou la chevalerie des princes (nous pensons à la « grande fête » organisée par Philippe le Bel à Paris en 13133). Il ne faut pas oublier non plus les réceptions d’ambassades4. Les règles des rituels ne nous sont connues que par des recueils semi-privés tardifs, tels celui qu’avait composé la comtesse de Namur dans le premier tiers du XVe siècle ou celui d’Éléonore de Poitiers à la fin de ce même siècle ; ce n’est qu’à l’époque moderne que l’on par...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540