Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Première partie. Les cadres spatiaux

La Chambre des Époux : les usages politiques d’un espace rituel (fin XVe-début XVIIe s.)

Delphine Carrangeot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’au XVIIe siècle, la célèbre Chambre des Époux du Palais ducal de Mantoue était presque toujours désignée dans les sources comme « camera nostra di castello » (avant sa décoration), puis en italien « camera dipinta » ou en latin « camera magna picta audientie », c’est-à-dire « grande chambre peinte (d’audience) ». Située au piano nobile de la tour nord-ouest du Castello San Giorgio (aujourd’hui enclavé dans l’immense complexe du Palais ducal), elle a été décorée par Andrea Mantegna entre 1465 et 1474. Or il faut attendre plus d’un siècle et demi pour rencontrer dans les Maraviglie dell’Arte de Carlo Ridolfi (1648) l’expression « Camera detta degli Sposi ». Cette appellation est sans doute inspirée par les deux personnages principaux de la scène de la Cour (le marquis Ludovic II Gonzague et son épouse Barbara de Brandebourg), ainsi que par la plaque dédicatoire réalisée par Mantegna et destinée au couple princier.

Mais dès la seconde moitié du XVIIe siècle on perd la trace de la ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540