Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rituels et cérémonies de cour, de l'Empire romain à l'âge baroque

 | 
Delphine Carrangeot
, 
Bruno Laurioux
, 
Vincent Puech

Première partie. Les cadres spatiaux

Images, effigies et corps du prince à Rome : une mise en scène du discours impérial dans la cité

Stéphane Benoist

Texte intégral

  • 1 Il est légitime de s’interroger sur cette notion de « rituel de cour », au sein d’un monde romain e (...)
  • 2 En partant de Stéphane Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univ (...)

1Placée en ouverture d’un ouvrage portant sur les « Rituels et cérémonies de cour, de l’Empire romain à l’Âge baroque », cette étude ressortit aux deux parties dressant l’inventaire des cadres spatiaux et des acteurs, tout en mettant en jeu la troisième thématique à propos des mises en scène des rituels politiques de la société romaine. Trois choix ont prévalu lors de son élaboration : tout d’abord, celui de la longue durée, près d’un demi-millénaire, qui est apparu tout à fait nécessaire, afin de s’interroger sur une culture politique, ses métamorphoses et la naissance de véritables rituels et cérémonies de cour à l’époque tardive1 ; de la République médiane, au sortir de la 2e Guerre punique (c.-à-d. au début du IIe siècle avant notre ère), au dernier règne d’un empereur proprement « romain », digne héritier d’Auguste, Maxence, qui meurt à la fin octobre 312 au pont Milvius face à Constantin. Le choix ensuite du cadre urbain : la cité-État de Rome, sans inclure à l’époque tardive, au IIIe et au début du IVe siècle, les résidences impériales, voire postérieurement les conséquences concrètes de la mise en scène topographique du pouvoir à Constantinople. Le rituel politique s’enracine en un lieu (des lieux) et un temps donnés. Enfin, le choix d’un angle d’approche me permettant de reprendre la matière de réflexions développées dans des travaux antérieurs portant sur la fête, les cérémonies publiques et leur rôle dans une célébration globale du pouvoir impérial, bien au-delà du seul titulaire de la statio principis2.

  • 3 Pour quelques remarques programmatiques, Stéphane Benoist, « Identité(s) du prince et discours impé (...)

2Je retiens pour ce faire la notion de « discours impérial » qui me permet de rendre compte du fonctionnement du politique, de l’interaction des données collectées – écrit, oral ; textes et images – ainsi que de leur mise en scène cérémonielle dans l’espace urbain3. Il est possible d’en retracer « l’archéologie » en prenant en compte certains aspects du mode de fonctionnement de la res publica médiane et tardive, ce que je me propose de développer dans la première section de ce travail.

  • 4 Une thèse de doctorat en cours, sous ma direction, se propose d’approfondir cette notion : Jérôme K (...)

3La prise en compte de la présence de la figure du prince – et de ses précédents républicains, à savoir le magistrat dans une société aristocratique qui a fondé certaines pratiques impériales du principat augustéen – est une deuxième étape de la réflexion. Il s’agit en particulier d’inventorier la présence physique, mais également les différentes formes de représentation, constituant ainsi un réseau serré de signes qui participent de cette approche du politique, des processus de légitimation et de reconnaissance de l’auctoritas principis. À partir des héritages républicains – cérémonies et pratiques politiques –, il est loisible de se pencher sur la « république impériale »4, une période de transition très riche entre République et Empire, d’Auguste à Vespasien et ses fils, que l’on abordera dans la deuxième partie de cette recherche.

  • 5 Ernst H. Kantorowicz, Les Deux Corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. f (...)

4Enfin, les données des IIe et IIIe siècles, en particulier le riche dossier des cérémonies urbaines de commémoration et les enjeux de la représentation du corps du prince – effigies confrontées aux imagines funéraires –, permettent d’aborder de biais les modalités de constitution d’une société de cour et de rendre compte de l’enrichissement de la figure impériale. En ce domaine, l’historiographie « antique » a été confrontée dans le dernier demi-siècle aux réflexions des médiévistes et des modernistes et s’est parfois égarée en appliquant des schémas inadaptés, comme la théorie des deux corps du roi notamment, appliquée aux données faisant état de la présence d’une effigie durant les cérémonies funéraires impériales5. C’est ce que je traiterai dans la troisième étape de cette réflexion.

  • 6 Pour une évocation de ces deux approches possibles du monde méditerranéen antique, entre altérité e (...)

5Il nous appartient en effet d’essayer de prendre la mesure des spécificités d’un monde romain impérial, des héritages tardo-républicains à la société chrétienne, qui, pour proche qu’il soit de nos sociétés européennes qui en sont les tardives héritières, n’en est pas moins très original sinon totalement étranger à nos catégories de pensée, et doit de ce fait être abordé avec toute la prudence qui s’impose, comme un objet quasi-exotique que l’historien, qui se conduit dès lors comme un anthropologue, peut dépeindre avec justesse6.

 

  • 7 Il est inutile d’alourdir de références sur cette thématique très fréquentée, mon angle d’approche (...)
  • 8 Je renvoie à l’apport essentiel des études de Filippo Coarelli dans cette perspective : on peut not (...)
  • 9 Le premier chapitre de l’œuvre magistrale de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustu (...)
  • 10 La thèse de Jean-Luc Bastien, Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois dern (...)

61. Il est utile pour mon propos d’envisager en un premier temps la société aristocratique et son mode de fonctionnement politique à Rome7. Ce bref retour sur les fondements républicains des pratiques cérémonielles impériales est en effet nourri par l’enseignement de la res publica médiane et tardive. L’inventaire des sources disponibles prouve que l’historien n’est pas dépourvu pour aborder un tel champ de recherche. Les sources littéraires nous mènent de Polybe à Cicéron, tandis que les quelques données épigraphiques éclairent ce que l’on peut nommer une écriture monumentale de soi, en particulier à partir des inscriptions funéraires nobiliaires8. Le dossier numismatique fournit quant à lui l’illustration la plus riche de l’enjeu d’une histoire nobiliaire des res gestae qui se cristallise au dernier siècle de la République et s’exprime en particulier lors des affrontements des imperatores9. Prolongeant cette documentation iconographique, la statuaire livre également une clef d’interprétation des compétitions entre grandes familles nobles, avec l’insertion dans l’espace urbain du politique, au forum et au Capitole, notamment, et plus spécifiquement avec les représentations des triomphateurs, qui envahissent l’espace public10.

7La compétition aristocratique nourrit des comportements qui sont à l’origine des pratiques fondatrices sous le regard constant des acteurs de la société politique qui en définissent les règles, donc les limites à ne pas franchir : les pairs – les sénateurs – et le peuple devant qui se jouent certains rituels de reconnaissance publique des vertus nobiliaires. Dans la perspective qui est la mienne, je tire quelques exemples mettant en scène le magistrat et ses représentations figurées dans l’espace urbain, celui-là même qui est l’enjeu des appropriations impériales futures, comme j’ai essayé de le montrer dans mon Rome, le prince et la Cité (op. cit.).

  • 11 Les démonstrations d’Harriet Flower dans Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Ox (...)
  • 12 Francisco Pina Polo, « Contio, auctoritas and Freedom of Speech in Republican Rome », dans Stéphane (...)

8On peut aisément prendre quelques exemples destinés à faciliter la compréhension des transformations postérieures de la société impériale, de cet enrichissement subtil des legs républicains, le princeps augustéen se donnant à voir comme un magistrat d’une res publica restituta. La future « société de cour » naît des pratiques normées du politique dans la res publica romaine, en des temps et des lieux bien définis, conjuguant habilement espace public et espace privé. Il en va ainsi du magistrat romain en situation, de sa pratique politique, entre domus, haut lieu de mise en scène mémorielle – l’atrium et les stemmata reliant les imagines des ancêtres, point de départ de la procession funéraire à la mort du nobilis ou lieu de représentation de l’auctoritas, de la potestas ou de l’imperium du magistrat lors de la cérémonie de réception de ses clients et amis, la salutatio –, et espace public, par exemple au forum, la tribune aux harangues (les rostrae)11. On peut poursuivre par l’évocation du corps en représentation, la maîtrise oratoire faisant partie de l’exercice d’une mise en scène de soi (la contio), enjeu des crises de dysfonctionnement de la République et des affrontements des imperatores. Sur tout ceci, le corpus cicéronien nous est précieux, sinon facile à utiliser, qu’il s’agisse de sa correspondance, de ses traités ou de ses discours et plaidoiries12.

  • 13 Par exemple, en ce qui concerne le funus, la description fameuse proposée par Polybe, Hist. Rom., V (...)
  • 14 On se reportera notamment aux références bibliographiques de mes deux ouvrages : Stéphane Benoist, (...)

9On peut poursuivre cet inventaire par les commémorations festives qui mettent en scène la compétition nobiliaire et légitiment auprès du peuple la res publica oligarchique : je prendrai, pour leur devenir impérial, deux situations qui illustrent la complexité de la présence aux autres et à soi des membres des grandes familles aristocratiques, le triomphe et les funérailles publiques, pour lesquelles le regard extérieur de Polybe, au milieu du IIe siècle avant notre ère, s’avère précieux13. Je ne retiens que quelques éléments qui m’apparaissent essentiels pour saisir les enjeux des transformations patriciennes. De nombreuses études ont été consacrées à ces rituels, et j’ai moi-même analysé à plusieurs reprises les modes de fonctionnement de ces cérémonies, des prémices augustéennes au tournant constantinien (on y reviendra dans les deux sections suivantes)14.

  • 15 Il convient de partir de l’étude de John Scheid, « Le flamine de Jupiter, les Vestales et le généra (...)
  • 16 Pour une synthèse sur les principaux aspects de ce rituel illustrant l’une des expressions essentie (...)
  • 17 Cf. Harriet Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, op. cit., chapitres 2 e (...)

10D’une part, l’imperator, lors de la cérémonie du triomphe, parcourt l’espace urbain, du champ de Mars au Capitole, en traversant le forum, en Jupiter incarné, son corps statufié15. D’autre part, s’observe l’enjeu d’une « guerre des images » aux IIe et Ier siècles av. n. è., avec la multiplication dans l’espace urbain des représentations des imperatores, ces statues dressées notamment au Capitole ou au forum. On peut prendre à témoin les décisions sénatoriales ou censoriales d’enlèvement, par exemple en 158 avec les censeurs M. Popilius Laenas et P. Cornelius Scipio Nasica qui prennent la décision d’ôter toutes les statues érigées sine populi aut senatus sententia. Ceci pose évidemment le problème central du contrôle du monumentum public16. En dernier lieu, le défunt lors de la cérémonie funéraire, participant d’une procession inversée, de sa maison au forum puis au champ de Mars : le corps du défunt et les imagines (les masques funéraires portés par des acteurs) de ses ancêtres célèbres participent au cortège. La mémoire nobiliaire est ainsi commémorée publiquement – avec le iustitium qui impose un deuil public à la cité –, l’acte performatif de l’oraison funèbre prenant sens devant les ancêtres incarnés – avec les acteurs portant les imagines et les vêtements adaptés17. Ces quelques situations républicaines participent dans leur réélaboration augustéenne à une mise en scène originale de la société politique impériale.

 

  • 18 Au sens, tout à la fois, de la permanence de la culture politique nobiliaire et de la mise en place (...)
  • 19 La périodisation, « penchant coupable » de tout historien (cf. les notices suivantes du Dictionnair (...)

112. Il est temps de prendre en compte les spécificités de la période suivante, celle que l’on peut nommer à bon droit une « république impériale en situation »18. Il s’agit de mesurer les modalités de récupération de la culture politique nobiliaire au sein d’un discours impérial de légitimation. Le propos excédant largement le cadre d’une intervention de ce type, je privilégierai, au sein d’un ensemble de pratiques cérémonielles qui constituent le cœur d’une approche globale du politique à l’époque impériale, quelques exemples permettant de saisir les modes de fonctionnement d’une res publica transformée de l’intérieur par les conséquences de la mise en place du principat augustéen. La notion de « république impériale » m’apparaît tout à fait judicieuse pour rendre compte d’un entre-deux fécond, d’une permanence des mécanismes de la société politique républicaine sur un siècle, d’Auguste aux Flaviens19.

  • 20 On peut mesurer les évolutions de la recherche, les perspectives renouvelées de la prise en compte (...)
  • 21 Cf. Laura Chioffi, Gli Elogia Augustei del foro romano: aspetti epigrafici e topografici, Rome, Qua (...)
  • 22 Le dossier en a été établi par Marianne Bonnefond-Coudry, « Transferts de fonctions et mutation idé (...)
  • 23 Concernant les pratiques processionnaires dans ce cadre, outre la thèse d’Ida Östenberg, Staging th (...)
  • 24 Outre nos développements sur le sujet (notamment dans St. Benoist, La Fête à Rome et Rome, le princ (...)

12L’appropriation progressive – mais continue – du temps et de l’espace urbains par le pouvoir augustéen et ses successeurs julio-claudiens et flaviens fournit un premier angle d’approche parfaitement approprié. Inutile de reprendre ici la matière de nombreuses enquêtes passées, sinon pour souligner les effets sans commune mesure des pratiques augustéennes, qui néanmoins trouvent toutes des précédents républicains, dans le cadre notamment des mesures prises par les triomphateurs, ex manubiis, avec leurs programmes monumentaux, ou bien les émissions monétaires des triumvirs monetales exaltant les exploits passés de leurs ancêtres et illustrant certains aspects des œuvres monumentales accomplies, ou, plus proches d’Auguste, les politiques de certains imperatores, de Sylla à César, durant les dernières décennies de la république en crise20. Il suffit pour cela de citer l’exemple du programme monumental du forum Augustum, ce récit mis en images de l’histoire romaine ab Vrbe condita avec la présence des summi uiri, héros fondateurs et légendaires mêlés aux figures historiques d’une geste romaine qui se veut désormais consensuelle, après les effets dévastateurs des affrontements des guerres civiles, jusqu’aux pratiques meurtrières des proscriptions. L’image et l’écrit, les statues et leurs tituli, participent amplement de ce discours impérial de commémoration et de légitimation21. Son insertion dans l’espace vécu du politique à l’époque augustéenne – voir en ce domaine les enquêtes menées à propos du transfert de fonctions qui s’est opéré, en particulier en ce qui concerne la guerre et la paix22 – rend compte des conceptions de la cité impériale, avec le rééquilibrage de ses espaces et la constitution de véritables réseaux de signes, facilités par les pratiques processionnaires23. L’inauguration du lieu en 2 avant notre ère participe de la constitution de ce temps augustéen destiné à légitimer la cité impériale. On peut citer à témoin les inscriptions calendaires et les Res Gestae Diui Augusti, véritable monumentum augustéen24.

  • 25 Je renvoie à mes analyses de ces processus de monopolisation de la part de la domus Augusti, devenu (...)
  • 26 Pour ne citer que deux études dans cette perspective, Stéphane Benoist, « Les Romains ont-ils cru à (...)
  • 27 Outre les références déjà citées, je renvoie en particulier aux développements d’Harriet Flower, An (...)

13Le monopole des cérémonies publiques et l’omniprésence de la figure impériale constituent la deuxième étape du processus. Il suffit d’évoquer le sort du triumphus et du funus, déjà mentionnés précédemment, pour se rendre compte d’une pratique systématique, de la part d’une famille nobiliaire au pouvoir, consistant à investir le champ commémoratif et à en réserver l’exclusivité à la domus Augusti/a, ce qui est à même d’opérer un changement de culture politique et de permettre à terme la naissance d’une société monarchique originale et de pratiques sociales au long terme25. J’évoquerai deux conséquences de ce processus de monopolisation des cérémonies publiques par Auguste et ses successeurs. D’une part, nous relevons l’identification exclusive du princeps au Jupiter Optimus Maximus lors de la cérémonie triomphale, ce qui est à mettre en regard d’une proximité revendiquée des principes et des dieux : en partant de l’héritage césarien de la Venus Genitrix, puis des enjeux des filiations divines, avec les diui Auguste, Claude, Vespasien et Titus, et la diua Livie (diua Iulia), pour ne pas citer les cas de divinisations éphémères sous Caligula, Néron et Domitien ; enfin, le recours à un discours des vertus et de l’élection divine des titulaires de la statio principis26. D’autre part, il s’agit des pratiques englobantes d’un cortège funéraire incluant les imagines des summi uiri de la cité, ce qui confère au funus impérial un statut hors norme de commémoration urbaine à proprement parler (passé – présent – avenir)27. J’ai naguère étudié ce processus au long cours d’identification du destin de la cité et du détenteur du pouvoir impérial.

  • 28 Cf. Stéphane Benoist, « Le prince en représentation : visibilité et accessibilité du pouvoir impéri (...)
  • 29 Références et principales perspectives dans St. Benoist, « Les processions dans la cité », loc. cit

14Tout ceci me conduit à souligner un mouvement remarquable de saturation de la représentation impériale dans l’espace urbain. Le discours impérial se nourrit ainsi d’un ensemble de mots, d’images, de monuments qui finissent par faire système pour ainsi dire de représentation et de communication. À ce stade de la république impériale, le prince est encore physiquement présent dans la cité, son accessibilité participe de l’identification de sa statio principis à une magistrature d’essence républicaine28. L’empereur s’adresse à la foule (contio), préside aux cérémonies publiques, se rend au théâtre et à l’amphithéâtre, au cirque, est présent dans les cortèges processionnaires (pompa circensis notamment)29. Son corps donné à voir au peuple de la cité se double d’un dense réseau d’images – ses statues, des reliefs historiés, figurant dans la pierre les pompae comme sur l’Ara Pacis – et à chaque étape, sa vie et sa mort se mettent en scène.

 

  • 30 L’essentiel de la démarche est exposé dans St. Benoist, La Fête à Rome et Rome, le prince et la Cit (...)
  • 31 On peut renvoyer à l’étude fondatrice de John Scheid, « La mort du tyran. Chronique de quelques mor (...)

153. Nous pouvons désormais tirer les leçons, enjeux et débats des IIe et IIIe siècles de l’empire, en particulier en ce qui concerne l’évolution de l’apparat monarchique du pouvoir, de Nerva à Constantin, ou plus exactement au règne de Maxence à Rome (306-312). Parvenu à ce stade de la réflexion, il me faut souligner les aspects essentiels de l’évolution des pratiques politiques impériales pour la question qui nous occupe. Je ne peux, pour le détail de certaines démonstrations, que renvoyer à mes études détaillées des cérémonies urbaines de commémoration : il en va ainsi de l’aduentus, du triomphe, des funérailles solennelles et de la cérémonie de consecratio, enfin de la célébration de l’éternité de la cité-capitale30. Certaines périodes de crise et d’affrontement dans l’espace urbain révèlent en creux la conception romaine du corps politique, de sa célébration (le prince en majesté) à sa condamnation (le corps supplicié)31.

  • 32 Voir un résumé de la bibliographie et des thèses en présence dans St. Benoist, Rome, le prince et l (...)
  • 33 En partant des recherches désormais assez datées de Elias Bickermann (« Die römische Kaiserapotheos (...)
  • 34 Voir nos deux mises au point successives, Stéphane Benoist, « La mort du prince : Images du prince (...)

16Je voudrais brièvement faire retour sur les enjeux d’une transposition romaine des recherches d’Ernst Kantorowicz et par conséquent de l’interprétation du funus imaginarium32. Il s’agit d’une question centrale pour le fonctionnement du politique à Rome et des lectures symbolique et rituelle (cérémonialiste) de certaines pratiques. Qu’en est-il tout d’abord de la présence du corps du défunt durant le funus imperatoris, de la place conférée aux imagines, ces masques funéraires des ancêtres, et de l’usage d’un corps de substitution, l’effigies33 ? Le rituel de substitution ne peut se comprendre que dans le cadre de la mise en place d’une cérémonie d’apothéose sine corpore, dont les contours principaux sont hérités du funus34. Fondamentalement, cette question implique de prendre en compte les conséquences d’une absence régulière du princeps de la cité et des nombreux cas de mort des empereurs extra Vrbem.

  • 35 Un point de départ nous est offert par les développements proposés dans la thèse de Clifford Ando, (...)
  • 36 Il convient d’avoir à l’esprit la mise en scène du corps de César lors de ses funérailles, sous la (...)
  • 37 Premier aperçu du dossier dans Stéphane Benoist, « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-juill (...)

17La structuration progressive des rituels d’accès au prince est un enjeu majeur de cette enquête, ce qu’aborde également Benoît Rossignol dans ce volume de manière complémentaire à propos de Marc Aurèle et de trois situations livrées par nos sources (Fronton notamment) qu’il réunit par une attention aux « rituels invisibles » qui prennent sens au sein de la cour, en complément des aspects plus visibles dans l’espace urbain, qui m’ont plus particulièrement retenu dans mes enquêtes consacrées aux fêtes et cérémonies urbaines impliquant les empereurs. Du Ier siècle aux réformes tétrarchiques et aux usages constantiniens, à partir d’une transposition des pratiques républicaines au sein de la domus imperatoria, de la salutatio à l’adoratio, elle n’est pas sans conséquence sur la conception du corps du prince, de sa présence publique et de son « exposition » sous forme de représentations multiples se diffusant dans tout l’espace impérial : cités, camps militaires, ce que l’on peut observer avec le rituel d’entrée des imagines du prince35. Même si le débat public repose sur les figures opposées du bon prince et du tyran et instrumentalise la question de l’accessibilité et de la visibilité impériales, il appert que l’apparat monarchique mis en place se fonde sur un jeu permanent entre présence physique et représentation : la figure hiératique du souverain venant opportunément faire le lien entre les deux (de l’effigies funéraire36 à la présence d’un Constance II dans l’espace urbain lors de sa célèbre visite romaine de 35737).

  • 38 Excellente mise en pratique de cette ambiguïté du discours impérial au travers des relations entre (...)
  • 39 Par exemple en confrontant deux formulations sévériennes : l’une au cœur de l’empire, avec l’arc de (...)

18De sorte que le glissement d’une cérémonie de funérailles publiques à une cérémonie d’apothéose au cours des IIe et IIIe siècles nous renseigne sur les évolutions majeures concernant la proximité du prince et des dieux, les modalités d’un discours en images et en mots, ce que confirment les formulaires épigraphiques, déclinant les pratiques de l’assimilation et de l’association ou de l’identification en un subtil jeu de « masques »38. La distance qui s’opère à l’égard du prince, dont le corps physique en représentation est isolé par la majesté de l’apparat monarchique, rend compte du processus, sur la longue durée, d’une « sacralisation » du pouvoir, même si, dans les termes, le même « souverain » peut en appeler à des expressions plus traditionnelles tirées de la pratique du fondateur du principat – s’étant affirmé volontiers magistrat républicain sans plus de potestas sinon d’auctoritas (Res gestae diui Augusti, 34, 3) –, par exemple au forum Romanum, avec l’arc de Septime Sévère et la mention de la res publica restituta39.

 

  • 40 Pour une présentation succincte du monument et une figure illustrant la reconstitution de la base e (...)
  • 41 En dernier lieu, Thomas Drew Bear et John Scheid, « Les fragments des Res Gestae découverts à Apoll (...)
  • 42 Quelques remarques en contexte dans Stéphane Benoist, « Miroir des princes et discours d’éloge, que (...)

19Je conclurai ces quelques réflexions en partant d’une formulation provinciale de ce discours impérial, en images et en mots, que j’essaie d’appréhender dans le cadre de mes recherches en cours. Il s’agit du monumentum d’Apollonia de Pisidie40, rattachée à la Galatie par le roi client de Rome Amyntas sous le principat d’Auguste : la version grecque du bilan-programme d’Auguste41, ses Res Gestae, se trouve reproduite sur le socle d’une base sur laquelle sont disposées cinq statues de la domus Augusti : Auguste décédé au centre, Tibère et Livie l’entourant à sa droite et à sa gauche, et de même Germanicus et Drusus, flanquant ces derniers à droite et à gauche. Le groupe statuaire fournit au regard des habitants de cette cité grecque d’Anatolie un pendant très éclairant du monumentum célébrant la statio principis du fondateur. Sont associés à la longue énumération d’une vie politique ceux-là mêmes qui sont présentés comme les continuateurs du principat d’Auguste : l’empereur régnant, sa mère adoptée post mortem par son divin époux, le fils adoptif et le fils naturel du nouveau princeps. Tous les temps de l’histoire impériale débutante sont ainsi réunis et célébrés en ce lieu : le présent de l’empereur régnant et de sa mère, le passé du diuus Augustus et de ce que son œuvre incarne pour l’empire tout autant que la cité, enfin l’avenir avec celui (ou ceux) qui sont susceptibles d’accéder au pouvoir impérial, Germanicus d’une part, Drusus d’autre part42.

  • 43 On peut se reporter pour un essai dans cette perspective à la thèse récente de Jan B. Meister, Der (...)
  • 44 Comme toujours, de nombreuses réflexions de Paul Veyne regroupées dans deux des chapitres de son L’ (...)

20Si l’on veut mener à bien une étude du corps du prince43, il importe de prendre en compte l’analyse dynamique des postures et de leurs mises en situation, de la représentation en mouvement de la procession impériale (comme sur l’Ara Pacis) au corps en majesté comme statufié du prince, héritier de la figure de l’imperator : il s’agit là de la solennité de l’homme revêtu d’une fonction et mis en scène dans la majesté de son pouvoir44.

  • 45 En se gardant de tout abus de la comparaison, mais en mesurant au contraire avec attention les décl (...)

21Il me semble qu’il est dès lors possible d’établir un lien étroit entre le rituel politique d’essence républicaine et augustéenne, qui s’est déployé dans l’empire aux trois premiers siècles du principat, et le rituel de cour qui prend place tout naturellement au sein d’une maison aristocratique « palatiale » devenue résidence monarchique, modèle d’autres cours princières. À Rome, société aristocratique, conception du pouvoir impérial et mise en place d’un apparat monarchique débouchant sur un système palatial de cour, sont les déclinaisons successives d’une conception évolutive d’un discours impérial en mots, images et monuments45.

Notes

1 Il est légitime de s’interroger sur cette notion de « rituel de cour », au sein d’un monde romain en proie aux métamorphoses sur la longue durée, de l’époque oligarchique républicaine à la monarchie d’époque tétrarchique et constantinienne dont sont dépendants, tout à la fois, les royaumes dits barbares d’Occident et l’Empire byzantin. Pour une référence désormais classique sur la notion de rituel aulique à Rome à la haute époque, de la salutatio républicaine aux pratiques impériales, avant la mise en place de l’adoratio tétrarchique et tardive, Aloys Winterling, Aula Caesaris: Studien zur Institutionalisierung des römischen Kaiserhofes in der Zeit von Augustus bis Commodus, 31 v.Chr.-192 n.Chr., Munich, Oldenbourg, 1999. On trouvera en français un résumé de sa thèse dans « Cour sans “État”. L’aula Caesaris aux Ier et IIe siècles de notre ère », dans Nicole Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 185-206.

2 En partant de Stéphane Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens, collection Latomus n° 248, Bruxelles, Éditions Latomus, 1999 et de id., Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (Ier siècle av.-début du IVe siècle ap. J.-C.), « collection Le Nœud Gordien », Paris, Puf, 2005, pour ne citer que ces deux livres.

3 Pour quelques remarques programmatiques, Stéphane Benoist, « Identité(s) du prince et discours impérial, l’exemple des titulatures, des Sévères à Julien » et « Miroir des princes et discours d’éloge, quelques remarques conclusives », dans Moïra Crété (dir.), Discours et systèmes de représentation : modèles et transferts de l’écrit dans l’Empire romain, collection ISTA, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2016, p. 17-37 et 327-338. Un dossier des Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXV, 2014, p. 209-313, a été consacré à cette notion : St. Benoist (éd.), « Épigraphie et discours impérial : mettre en scène les mots pour le dire ». Il s’agit des actes d’une rencontre organisée par la SFER (Paris, INHA, Vivienne, 8 juin 2013).

4 Une thèse de doctorat en cours, sous ma direction, se propose d’approfondir cette notion : Jérôme Kennedy, « Une République impériale en mutation : pensée politique, institutions et société romaine, de la dictature de Sylla aux Flaviens (Ier siècle avant notre ère – Ier siècle de notre ère) », ED SHS Lille Nord de France (Lille 3, HALMA).

5 Ernst H. Kantorowicz, Les Deux Corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. franç. de l’édition anglaise de 1957 (The King’s Two Bodies: A Study in Mediaeval Political Theology), Paris, Gallimard, 1989. Pour un commentaire des approches du funus imperatorum inspirées par cette théorie, Stéphane Benoist, Rome, le prince et la Cité, op. cit., p. 103-110.

6 Pour une évocation de ces deux approches possibles du monde méditerranéen antique, entre altérité et proximité, quelques remarques dans Stéphane Benoist, « Un parcours d’“évidence” : Fergus Millar et le monde romain, de la République au Principat », Revue Historique, avril 2004, n° 630, p. 371-390, à propos des visions fort différentes de Fergus Millar et de Paul Veyne, pour ne prendre en compte que ces deux contemporains, héritiers de deux grandes traditions historiographiques européennes.

7 Il est inutile d’alourdir de références sur cette thématique très fréquentée, mon angle d’approche demeurant plus restreint. Concernant la nature des enjeux d’une recherche ayant porté ces dernières décennies sur l’interprétation de la res publica (institutions, société et rituels politiques), on se reportera à l’approche historiographique des débats par Frédéric Hurlet, « Démocratie à Rome ? Quelle démocratie ? En relisant Millar (et Hölkeskamp) », dans Stéphane Benoist (dir.), Rome, a City and Its Empire in Perspective. The Impact of the Roman World through Fergus Millar’s Research – Rome, une cité impériale en jeu. L’impact du monde romain selon Fergus Millar, « Impact of Empire » n° 16, Leyde-Boston, Brill, 2012, p. 19-43. On peut renvoyer à l’édition anglaise du livre de Karl-Joachim Hölkeskamp, Reconstructing the Roman Republic. An Ancient Political Culture and Modern Research, Princeton, Princeton University Press, 2010 (= Rekonstruktionen einer Republik. Die politische Kultur des antiken Roms und die Forschung der letzten Jahrzente, Munich, 2004), qui prend en compte une partie de la bibliographie ayant, dans l’intervalle des deux éditions, commenté les thèses de l’auteur sur l’œuvre de Fergus Millar et la nature « démocratique » de la République romaine.

8 Je renvoie à l’apport essentiel des études de Filippo Coarelli dans cette perspective : on peut notamment citer son recueil d’articles, Revixit Ars. Arte e ideologia a Roma. Dai modelli ellenistici alla tradizione repubblicana, Rome, Quasar, 1996, et en particulier, parmi plusieurs enquêtes exemplaires, celle portant sur « Il sepolcro degli Scipioni », p. 179-238.

9 Le premier chapitre de l’œuvre magistrale de Paul Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, Jerome Lectures 16, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1988-1990 (édition anglaise de Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987), suffit à fournir une méthodologie éprouvée afin de mesurer, au terme d’une évolution de près d’un siècle et demi, la nature de cette compétition nobiliaire (« Conflict and Contradiction in the Imagery of the Dying Republic », p. 5-31).

10 La thèse de Jean-Luc Bastien, Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, collection de l’EfR n° 392, Rome, École française de Rome, 2007, offre un angle d’approche tout à fait éclairant pour ce vaste champ de recherche, notamment dans ses troisième (« Les hommes et les cérémonies ») et quatrième (« Le triomphe dans la cité ») parties.

11 Les démonstrations d’Harriet Flower dans Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, Oxford, Oxford University Press, 1996, et son approche globale du politique durant la République, médiane et tardive (lire à ce propos son essai de périodisation dans Roman Republics, Princeton, Princeton, University Press, 2010), sont essentielles pour une prise en compte du fonctionnement concret de la société politique des deux derniers siècles avant notre ère. On peut prolonger la réflexion avec Christophe Badel, La noblesse de l’empire romain, les masques et la vertu, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

12 Francisco Pina Polo, « Contio, auctoritas and Freedom of Speech in Republican Rome », dans Stéphane Benoist (dir.), Rome, a City and Its Empire in Perspective, op. cit., p. 45-58, a pu mesurer, en partant de ses propres recherches (notamment Contra arma verbis. Der Redner vor dem Volk in der späten römischen Republik, Stuttgart, Franz Steiner, 1996 ; « I Rostra come espressione di pottere della aristocrazia romana », dans Gianpaolo Urso [dir.], Popolo e potere nel mondo antico, Pise, ETS, 2005, p. 141-155 ; « Public speaking at Rome: a question of auctoritas », dans Michael Peachin [dir.], Oxford Handbook of Roman Social Relations, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 286-303), l’apport de la lecture par Millar du corpus cicéronien et de l’usage de la contio (Fergus Millar, The Crowd in Rome in the Late Republic, Jerome Lectures 22, Ann Arbor, University of Michigan, 1998). Sur la gestuelle elle-même, on renverra aux analyses de Gregory Aldrete, Gestures and acclamations in ancient Rome, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1999. En dernier lieu, dans une perspective plus large de prise en compte des rituels politiques républicains, les études réunies par Catherine Steel et Henriette van der Blom (dir.), Community and Communication. Oratory and Politics in Republican Rome, Oxford, Oxford University Press, 2013.

13 Par exemple, en ce qui concerne le funus, la description fameuse proposée par Polybe, Hist. Rom., VI, 53, 10-54, 2.

14 On se reportera notamment aux références bibliographiques de mes deux ouvrages : Stéphane Benoist, La Fête à Rome, op. cit., et Rome, le prince et la Cité, op. cit. Pour un bilan des recherches entreprises et d’un parcours, Stéphane Benoist, « La Fête impériale et ses métamorphoses », dans id., Anne Daguet-Gagey et Christine Hoët-van Cauwenberghe (éd.), Figures d’empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (IIe siècle avant notre ère-VIe siècle de notre ère), collection Archaiologia, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, p. 165-180.

15 Il convient de partir de l’étude de John Scheid, « Le flamine de Jupiter, les Vestales et le général triomphant. Variations romaines sur le thème de la figuration des dieux », Le Temps de la Réflexion, 1986, n° 7, p. 213-230. Les enjeux de la figuration de l’imperator en Jupiter durant la cérémonie triomphale sont bien posés, quelles que puissent être les lectures hypercritiques des occurrences festives républicaines et leurs conclusions. Dans cette perspective, se reporter à l’essai très décapant de Mary Beard, The Roman Triumph, Cambridge (Ma.), The Belknap press of Harvard University Press, 2007, en particulier son chapitre 3, « Constructions and Reconstructions », p. 72-106.

16 Pour une synthèse sur les principaux aspects de ce rituel illustrant l’une des expressions essentielles de la compétition nobiliaire, Jean-Luc Bastien, Le triomphe romain, op. cit., 2e partie, « Le triomphe des origines à l’avènement de la théologie de la victoire » (chap. IV et V), p. 119-192. Pline, Hist. nat., 34, 30, nous rapporte la décision des censeurs de 158 av. n. è. ; Andrew Wallace-Hadrill nous permet de remettre en perspective cette question des « honneurs républicains », dans son étude sur les « Roman Arches and Greek honours: the language of power at Rome », Proceedings of the Cambridge Philological Society, 1990, n° 216, n. s. 36, p. 143-181, en trad. franç. « Arcs de triomphe romains et honneurs grecs : le langage du pouvoir à Rome » dans Rome, les Césars et la Ville, op. cit., p. 51-84.

17 Cf. Harriet Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, op. cit., chapitres 2 et 4, p. 32-59 et 91-127. Pour une définition d’ensemble et une étude des différentes occurrences, Gabriele Wesch-Klein, Funus publicum. Eine Studie zur öffentlichen Beisetzung und Gewährung von Ehrengräbern in Rom und den Westprovinzen, Heidelberger Althistorische Beiträge und Epigraphische Studien n° 14, Stuttgart, 1993, p. 6-40.

18 Au sens, tout à la fois, de la permanence de la culture politique nobiliaire et de la mise en place d’un principat fondé sur la domination « aristocratique » de la domus Augusti.

19 La périodisation, « penchant coupable » de tout historien (cf. les notices suivantes du Dictionnaire de l’historien, sous la direction de Claude Gauvard et Jean-François Sirinelli, collection Quadrige, Paris, Puf, 2015 : Stéphane Benoist, « Durée » [p. 187-188], « Périodisation » [p. 527-529] et « Temps » [p. 694-698]), se doit d’appréhender au plus près les réalités vécues par les contemporains. Je souligne un exemple parmi d’autres, pour les Romains en ces dernières décennies de la République et les premières du principat, en un siècle de transformations calendaires (réforme de César et ajustements d’Auguste, de 46-45 à 8 av. n. è.) et de célébration des origines (entre Ludi Saeculares de 17 av. et dies natalis Vrbis comme jubilé de la cité), du calendrier julien aux jeux claudiens de 47, soit très exactement d’un centenaire à l’autre (700e et 800e anniversaires de la cité). Cf. Jörg Rüpke, Kalendar und Öffentlichkeit. Die Geschichte der Repräsentation und religiösen Qualifikation von Zeit in Rom, Berlin-New York, W. de Gruyter, 1995, pour une approche globale du temps à Rome, avec une version plus synthétique de cette thèse parue en anglais : The Roman Calendar from Numa to Constantine. Time, History and the Fasti, Oxford, Wiley-Blackwell, 2011 ; de même concernant le temps proprement « impérial », St. Benoist, « Fasti et “geste impériale” : le temps civique à Rome (Ier s. av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.) » dans Jacques Le Goff, Jean Lefort et Perrine Mane (dir.), Les calendriers. Leurs enjeux dans l’espace et dans le temps, Paris, Hermann, 2002, p. 129-141.

20 On peut mesurer les évolutions de la recherche, les perspectives renouvelées de la prise en compte de ces cérémonies républicaines dans la pratique du politique à Rome, au cœur des stratégies oligarchiques, en mentionnant quelques études du dernier demi-siècle : depuis Hendrik S. Versnel, Triumphus. An inquiry into the origin, development and meaning of the Roman Triumph, Leyde, Brill, 1970 et Ernst Künzl, Der römische Triumph. Siegesfeiern in antiken Rom, Munich, C.H. Beck, 1988, jusqu’aux thèses publiées durant la dernière décennie : Tanja Itgenshorst, Tota illa pompa. Der Triumph in der römischen Republik, collection Hypomnemata, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005 et Jean-Luc Bastien, Le triomphe romain, op. cit. Dans notre perspective présente, je mentionne tout particulièrement la recherche d’Ida Östenberg, Staging the world: spoils, captives and representations in the Roman triumphal procession, Oxford, Oxford University Press, 2009.

21 Cf. Laura Chioffi, Gli Elogia Augustei del foro romano: aspetti epigrafici e topografici, Rome, Quasar, 1996 et Joseph Geiger, The First Hall of Fame. A study of the statues in the Forum Augustum, Mnemosyme Supplements, Leyde, Boston, Brill, 2008, pour s’en tenir aux deux études les plus significatives pour notre propos.

22 Le dossier en a été établi par Marianne Bonnefond-Coudry, « Transferts de fonctions et mutation idéologique : le Capitole et le Forum d’Auguste », dans L’Urbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle avant J.-C.-IIIe siècle après J.-C.), collection de l’EfR n° 98, Rome, École française de Rome, 1987, p. 251-278.

23 Concernant les pratiques processionnaires dans ce cadre, outre la thèse d’Ida Östenberg, Staging the world, déjà citée, notre synthèse : Stéphane Benoist, « Les processions dans la cité : de la mise en scène de l’espace urbain », dans Philippe Fleury, Olivier Desbordes (dir.), Roma Illustrata. Représentations de la Ville, Caen, Presses universitaires de Caen, 2008, p. 49-62.

24 Outre nos développements sur le sujet (notamment dans St. Benoist, La Fête à Rome et Rome, le prince et la Cité, op. cit., plus particulièrement à propos de la politique augustéenne, passim), nous pouvons souligner la pertinence des remarques formulées dans sa thèse par Patrizia Arena, Feste e rituali a Roma. Il principe incontra il popolo nel Circo Massimo, Documenti e studi n° 45, Bari, Edipuglia, 2010, qui ont nourri son commentaire des Res gestae diui Augusti (Augusto. Res gestae. I miei atti, Documenti e studi n° 58, Bari, Edipuglia, 2014).

25 Je renvoie à mes analyses de ces processus de monopolisation de la part de la domus Augusti, devenue dès les Julio-Claudiens domus Augusta, tant du temps de la cité (calendrier), que de l’espace (monopole de la politique monumentale et édilitaire) et des pratiques cérémonielles (St. Benoist, La Fête à Rome et Rome, le prince et la Cité, op. cit., passim).

26 Pour ne citer que deux études dans cette perspective, Stéphane Benoist, « Les Romains ont-ils cru à la divinité de leurs principes ? », dans Annie Vigourt, Xavier Loriot, Agnès Bérenger-Badel et Bernard Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2006, p. 115-127 et « Des empereurs et des dieux : peut-on parler d’une “théocratie” impériale romaine ?», dans Marie-Françoise Baslez et Christian-Georges Schwentzel (dir.), Les dieux et le pouvoir. Aux origines de la théocratie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 83-99.

27 Outre les références déjà citées, je renvoie en particulier aux développements d’Harriet Flower, Ancestor Masks and Aristocratic Power in Roman Culture, op. cit., chap. 8 « Imagines and the New Principate: Augustus and Tiberius », en particulier p. 224-246, et de Ittai Gradel, Emperor Worship and Roman Religion, Oxford Classical Monographs, Oxford, Oxford University Press, 2002, chap. 12 « “Heavenly Honours Decreed by the Senate”: From Emperor to Divus », notamment p. 261-282.

28 Cf. Stéphane Benoist, « Le prince en représentation : visibilité et accessibilité du pouvoir impérial romain d’Auguste à Constantin », dans Michel Molin (éd.), Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité, actes du colloque d’Angers (28-29 mai 1999), Paris, De Boccard, 2001, p. 249-259, pour un premier aperçu d’un thème majeur d’un discours impérial évolutif.

29 Références et principales perspectives dans St. Benoist, « Les processions dans la cité », loc. cit.

30 L’essentiel de la démarche est exposé dans St. Benoist, La Fête à Rome et Rome, le prince et la Cité, op. cit., passim, et en ce qui concerne la dimension historiographique du projet de recherche mené durant le dernier quart de siècle écoulé, id., « La Fête impériale et ses métamorphoses », loc. cit.

31 On peut renvoyer à l’étude fondatrice de John Scheid, « La mort du tyran. Chronique de quelques morts programmées », Du châtiment dans la cité. Supplices corporels et peine de mort dans le monde antique, table ronde organisée par l’École française de Rome (9-11 novembre 1982), collection de l’EfR n° 79, Rome, École française de Rome, 1984, p. 177-193, ainsi qu’aux différents travaux portant sur l’abolitio memoriae, en particulier de l’équipe de recherche « VAM, Victimes de l’abolitio memoriae », désormais basée à Lille (HALMA). On trouve une présentation succincte de la bibliographie de VAM dans Stéphane Benoist, Christine Hoët-van Cauwenberghe et Sabine Lefebvre, « Mise en scène de l’oubli de la mémoire et monumenta exemplaires dans l’espace urbain », dans Werner Eck et Peter Funke (éd.), Öffentlichkeit – monument – text., XIV Congressus Internationalis Epigraphiae Graecae et Latinae 27. – 31. Augusti MMXII Akten, Berlin, Boston, De Gruyter, 2014, p. 695-698, p. 698 note 2.

32 Voir un résumé de la bibliographie et des thèses en présence dans St. Benoist, Rome, le prince et la Cité, op. cit., chap. III, introduction, p. 103-110.

33 En partant des recherches désormais assez datées de Elias Bickermann (« Die römische Kaiserapotheose », ARW, 1929, n° 27, p. 1-31, repris dans id., Römischer Kaiserkult, Antonie Wlosok (éd.), Darmstadt, Buchgesellschaft, 1978, p. 82-121 ; « Consecratio », dans Le culte des souverains dans l’Empire romain, Entretiens sur l’Antiquité classique, n° 19, Fondation Hardt, Genève-Vandœuvre, 1973, p. 12-37), jusqu’aux propositions de Javier Arce, à propos d’un funus in corpore et d’un funus in effigie : « Muerte, consecratio y triumfo del emperador Trajano », dans Julián González (dir.), Trajano emperador de Roma, Saggi di Storia Antica, n° 16, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2000, p. 55-69 et « Roman imperial funerals in effigie », dans Björn C. Ewald et Carlos F. Noreña (dir.), The Emperor and Rome. Space, representation, and ritual, « Yale Classical Studies » n° XXXV, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 309-324.

34 Voir nos deux mises au point successives, Stéphane Benoist, « La mort du prince : Images du prince et représentations de la société romaine d’Empire à l’occasion des funérailles publiques des empereurs », dans Olivier Dumoulin et Françoise Thélamon (dir.), Autour des Morts. Mémoire et Identité, Publications de l’Université de Rouen, n° 296, Rouen, 2001, p. 127-139 et Rome, le prince et la Cité, op. cit., chapitre IV, p. 147-188, avec quelques aperçus bibliographiques dans « La Fête impériale et ses métamorphoses », loc. cit.

35 Un point de départ nous est offert par les développements proposés dans la thèse de Clifford Ando, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Classics and Contemporary Thought, n° VI, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 206-273 (chapitre 7, « Images of Emperor and Empire »).

36 Il convient d’avoir à l’esprit la mise en scène du corps de César lors de ses funérailles, sous la conduite du consul et ami Marc Antoine (Stéphane Benoist, « La “consécration dynastique” : César divinisé au Forum », dans Elizabeth Deniaux [éd.], Rome antique : Pouvoir des images, images du pouvoir, Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 115-134), tandis que les récits topiques des pseudo-funera de Pertinax et de Septime Sévère nous confrontent à la présence d’une effigies, substitut d’un corps absent, puisque le traitement du cadavre a déjà eu lieu plusieurs mois auparavant dans le cadre de véritables rituels funéraires : à Rome fin mars 193, à York en février 211 (St. Benoist, Rome, le prince et la Cité, op. cit., p. 164-173).

37 Premier aperçu du dossier dans Stéphane Benoist, « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-juillet 326) », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 1999, n° 10, p. 149-175, en conclusion de l’enquête au-delà de la période considérée, à partir d’Ammien Marcellin, Historia, XVI, 10, 1-20, qui offre le récit d’une cérémonie faussement triomphale, après le suicide de Magnence en 353, somme toute peu bienveillante à l’égard du prince. Cf. Sabine MacCormack, « Change and Continuity in Late Antiquity: the Ceremony of Adventus », Historia, 1972, n° 21, p. 721-752, particulièrement p. 236-237 et Art and Ceremony in Late Antiquity, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, p. 39-45 ; pour un commentaire littéraire de ce passage, Pierre Dufraigne, Adventus Augusti, Adventus Christi. Recherches sur l’exploitation idéologique et littéraire d’un cérémonial dans l’Antiquité tardive, collection des Études Augustiniennes-Série Antiquité, n° 141, Paris, 1994, p. 187-194.

38 Excellente mise en pratique de cette ambiguïté du discours impérial au travers des relations entre l’homme détenteur de la statio principis et ses divinités protectrices : Olivier Hekster, Commodus. An Emperor at the Crossroads, Dutch Monographs on Ancient History and Archaeology, n° XXIII, Amsterdam, J.C. Gieben, 2002, chapitre 3, p. 87-136 (« Images of divinity »).

39 Par exemple en confrontant deux formulations sévériennes : l’une au cœur de l’empire, avec l’arc de Septime Sévère au forum qui célèbre une figure impériale tout augustéenne (CIL, VI, 1033 = 36881 [ILS, 425] : Imp(eratori) Caes(ari) Lucio Septimio M(arci) fil(io) Seuero Pio Pertinaci Aug(usto) patri patriae Parthico Arabico et / Parthico Adiabenico pontific(i) maximo, tribunic(ia) potest(ate) XI, imp(eratori) XI, co(n)s(uli) III, proco(n)s(uli) et / Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio L(uci) fil(io) Antonino Aug(usto) Pio Felici, tribunic(ia) potest(ate) VI, co(n)s(uli), proco(n)s(uli), p(atri) p(atriae) et / [[[P(ublio) Septimio Getae nobiliss(imo) Caesari]]] / <<optimis fortissimisque principibus>> / ob rem publicam restitutam imperiumque populi Romani propagatum / insignibus uirtutibus eorum domi forisque s(enatus) p(opulus)q(ue) R(omanus)) et la seconde en terre africaine jouant sur la proximité entre le couple impérial et le couple divin (AE, 1949, 109, uicus Maracitanus : [Ioui Optimo Maximo L. Septimio Seue]ro Aug(usto), Iunoni Reginae Iuliae Domn[ae Augustae --- / --- X]I cos III p. p. Imp. Caes. M. Aurelio Antonino Aug. Pio Felici --- / ---]G Matri Augg. et Castrorum Vicani – dans les lacunes devraient figurer les titulatures de Septime Sévère, de Caracalla et de Géta, cette dernière éventuellement martelée).

40 Pour une présentation succincte du monument et une figure illustrant la reconstitution de la base et de ses cinq statues, Alison Cooley, Res Gestae Divi Augusti. Text, Translation, and Commentary, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 16-18. Le programme statuaire a été analysé par Charles B. Rose, Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period, Cambridge Studies in Classical Art and Iconography, Cambridge, Cambridge Univeristy Press, 1997, p. 169-170, cat. n° 107.

41 En dernier lieu, Thomas Drew Bear et John Scheid, « Les fragments des Res Gestae découverts à Apollonia de Pisidie », dans Gianfranco Paci (éd.), Contributi all’epigrafia d’étà augustea, Macerata, Tipigraf, 2007, p. 433-448.

42 Quelques remarques en contexte dans Stéphane Benoist, « Miroir des princes et discours d’éloge, quelques remarques conclusives », loc. cit., ainsi que dans l’introduction au dossier portant sur « Épigraphie et discours impérial : mettre en scène les mots pour le dire », dans les Cahiers du Centre Glotz, XXV, 2014 [2015], p. 209-313 : id., « Rhétorique, politique et pratique épigraphique monumentale. Introduction », p. 209-214.

43 On peut se reporter pour un essai dans cette perspective à la thèse récente de Jan B. Meister, Der Körper des Princeps. Zur Problematik eines monarchischen Körpers ohne Monarchie, Historia Einzelschriften, n° 223, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2012, avec mes remarques dans mon compte rendu dans Sehepunkte, 13-4 (2013 [15.04.2013]), Lien : http://www.sehepunkte.de/2013/04/21573.html.

44 Comme toujours, de nombreuses réflexions de Paul Veyne regroupées dans deux des chapitres de son L’empire gréco-romain, Des travaux, Paris, Seuil, 2005, peuvent éclairer avantageusement la présente enquête et permettre d’en approfondir le contenu trop rapide et volontairement très synthétique : « Qu’était-ce qu’un empereur romain ? » et « Buts de l’art, propagande et faste monarchique », p. 15-78 et 379-418.

45 En se gardant de tout abus de la comparaison, mais en mesurant au contraire avec attention les déclinaisons successives du modèle aristocratique dans la pratique « ritualisée » du politique sous le principat, et le sens de l’évolution au long cours, depuis Rome jusqu’aux résidences impériales et à Constantinople, de la société politique impériale. Pour quelques remarques qu’il conviendrait de prolonger, Paul Veyne, L’empire gréco-romain, op. cit., p. 52-53.

Auteur

Université de Lille, HALMA (Histoire, Archéologie, Littérature des Mondes anciens), UMR 8164 (CNRS, Univ-Lille, Ministère de la Culture et de la Communication)

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site