Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Circulation des savoirs et reconfiguration des idées

 | 
Laurence Dahan-Gaida

Partie 2 : Historicité des savoirs : transmission, reconfiguration, innovation

Sexe, genre et modernisme : le cas anglo-américain

Margaret Gillespie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y en a qui pensent que ce sont les femmes qui sont à l’origine du modernisme, quoi que cela puisse signifier.1
Aucun travail sur le modernisme ne devrait faire abstraction des femmes et de la théorie féministe.2

Le courant littéraire appelé a posteriori « modernisme », qui naît au début du XXsiècle et se développe jusqu’aux années quarante, se distingue comme l’une des formes d’expression artistique les plus formellement transgressives de son époque. Caractérisé par la volonté de renouveler la pratique esthétique – « Make it New ! », selon l’exhortation célèbre du poète américain Ezra Pound (1885-1972)3 –, le modernisme franchit les limites de la bienséance littéraire et ébranle à jamais les attentes du lecteur en allant « derrière la réalité habituelle, pour rompre avec les fonctions habituelles du langage et les conventions de forme », comme le formulent les historiens du modernisme Malcolm Bradbury et Robert McFarlane en 19764. En effet, le modernisme constitue « un changement...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540