Version classiqueVersion mobile

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Stefan Martens
, 
Bernd Wegner

Cinquième partie. Politique d’occupation et d’anéantissement

Travail forcé dans l’Europe occupée1

Mark Spoerer
Traduction de Béatrice Pellissier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

À l’apogée de la puissance allemande on comptait dans les territoires occupés des millions d’individus qui travaillaient contre leur volonté pour l’ennemi allemand. Par « travailleurs forcés » on entendra dans la présente contribution ceux qui, en plus du caractère contraignant du travail, durent supporter soit de subir des conditions de travail et de vie considérablement dégradées, soit d’être employés « loin du pays ». En effet, le critère déterminant pour les conditions concrètes de vie et de travail était pour les travailleurs de pouvoir rentrer chez eux après le travail ou de ne pas pouvoir le faire parce qu’ils avaient été déplacés. Dans le premier cas, ils avaient accès à des ressources que l’on ne pouvait presque plus trouver sur des marchés légaux ou illégaux : vêtements, chaussures, aliments en conserve. Dans son pays, on était aussi intégré à un réseau de relations sociales informelles qui garantissait une certaine sécurité, par exemple sous la forme d’une aid...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search