Version classiqueVersion mobile

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Stefan Martens
, 
Bernd Wegner

Quatrième partie. La Wehrmacht et la conduite de la guerre

Puissance en armes

Klaus-Jürgen Müller
Traduction de Jean-Paul Cahn

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour la cour d’honneur de la nouvelle chancellerie du Reich Hitler fit dessiner un projet de deux statues monumentales représentant le parti et la Wehrmacht. Elles devaient en quelque sorte graver dans la pierre la formule que le ministère de la Reichswehr avait lancée en 1933, celle des « deux piliers » sur lesquels reposait le Troisième Reich1.

Schématiquement, le gouvernement Hitler fut construit sur un accord entre une partie des leaders nationaux-conservateurs et la direction du mouvement de masse national-socialiste2. Selon la volonté du président de la République, le maréchal Hindenburg, et conformément à la conception qu’elle avait elle-même de son rôle, une place à part devait revenir à l’armée3. Hitler avait dû promettre qu’il conserverait à la Reichswehr son statut d’« instrument apolitique du Reich » et qu’il s’abstiendrait de toute ingérence dans la sphère militaire. Cela correspondait au désir de Hindenburg de préserver dans le nouveau contexte politique ses prérogative...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search