Version classiqueVersion mobile

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Stefan Martens
, 
Bernd Wegner

Deuxième partie. Politique étrangère

„Munich”, charnière entre révision de Versailles et expansionnisme

Fritz Taubert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la nuit du 30 septembre au premier octobre 1938, quatre dirigeants européens signèrent dans la Führerhaus de Munich un ensemble d’accords qui devait devenir un mythe, surtout dans les pays démocratiques signataires. Il s’agissait du Premier ministre britannique Neville Chamberlain, du président du Conseil français Édouard Daladier, et des deux « dictateurs fascistes », comme on les appelait à l’époque sans trop se soucier des différences entre les systèmes allemand et italien, Adolf Hitler et Benito Mussolini.

Cette étude ne se veut pas une pierre nouvelle à l’édifice de la recherche sur cet événement et pas non plus une étude sur le mythe de « Munich ».1 Elle ambitionne de présenter cet événement comme point culminant de la politique étrangère révisionniste du régime national-socialiste et en même temps point de départ d’une politique expansionniste qui mènera au déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale. En parallèle, elle présentera les grandes tendances de l’historiograph...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search