Version classiqueVersion mobile

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Stefan Martens
, 
Bernd Wegner

Deuxième partie. Politique étrangère

Perte de pouvoir et fonctions en mutation : l’Auswärtiges Amt sous le Troisième Reich1

Eckard Michels
Traduction de Béatrice Pellissier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des ministères qui ont eu leur siège à Berlin depuis la fondation de l’État national allemand en 1871, celui des Affaires étrangères, l’Auswärtiges Amt (AA), est le plus riche de traditions et le plus prestigieux. C’est pourquoi son histoire a déclenché récemment un si vif débat sur la place publique allemande – au point d’en devenir sujet d’actualité. À l’exception de l’ouvrage de Daniel Goldhagen, Les bourreaux volontaires d’Hitler2, aucun livre n’a sans doute attiré autant l’attention du public allemand durant ces deux dernières décennies que Das Amt und die Vergangenheit (Le ministère [des Affaires étrangères] et le passé), étude parue fin octobre 2010 sur l’AA pendant le Troisième Reich et ses rapports avec le passé national-socialiste après 1945. Ce travail n’a pas suscité de très nombreuses recensions que dans les médias allemands, il a aussi rencontré un large écho dans la presse étrangère, de Time et du Wall Street Journal jusqu’à The Economist en passant par Libération et ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search