Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diocèses en guerre (1914-1918)

 | 
Xavier Boniface
, 
Jean Heuclin

Quatrième partie. La théologie mobilisée au service de la guerre, de la paix et de la mémoire

Les Documents pour servir à l’histoire de l’invasion allemande de « Schmitz et Nieuwland » : les journées d’août 1914 dans les Rapports au diocèse des curés des provinces de Namur et du Luxembourg1

Thierry Scholtes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 4 août 1914 à 9 heures du matin, l’armée allemande envahit la Belgique. Non contente de violer la neutralité territoriale, elle se fait de suite remarquer par sa violence envers les populations locales. Les routes de l’invasion seront ponctuées de massacres de civils et de destructions systématiques : Ethe, Rossignol, Tintigny, Maissin pour ne citer que quelques exemples en province du Luxembourg.

L’Allemagne justifia ses actes en prétendant que la Belgique, dénonçant sa signature apposée au bas de la « Convention de La Haye » sur les lois et coutumes de la guerre sur terre, du 6 août 1900, avait tenté de mener une guerre de francs-tireurs2. Non seulement la population se serait opposée, en armes, aux troupes impériales, « mais elle aurait commis, même sur des blessés allemands, des actes d’atrocité épouvantables »3.

Cette thèse est au fondement du Livre blanc allemand, Die völkerrechtswidrige Führung des Belgischen Volkskriegs, publié par le Département impérial des Affaires étran...

Auteur

Archives de l’État à Saint-Hubert.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540