Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diocèses en guerre (1914-1918)

 | 
Xavier Boniface
, 
Jean Heuclin

Troisième partie. Combats pour la charité et la résistance

Introduction

Texte intégral

1Le salut par « la foi et les œuvres » : cet adage traditionnel de la théologie catholique peut s’appliquer aux civils vivant dans les circonstances dramatiques de la guerre, particulièrement à proximité des zones de combats, dans les régions occupées par l’adversaire et même dans une Allemagne affaiblie par le blocus. La référence à la foi fait aussi bien allusion au sentiment patriotique qu’aux croyances religieuses, les deux étant étroitement liés au cours du conflit ; les œuvres évoquent l’engagement caritatif des fidèles. Les populations sont de plus en plus fragilisées tandis que les pouvoirs publics sont parfois défaillants et ne peuvent faire face à tous les besoins – c’est notamment le cas dans certaines villes allemandes. Au nom de la charité, les institutions confessionnelles agissent dans leur domaine habituel de compétences ou investissent de nouveaux champs pour répondre à des besoins en évolution. Mais leur engagement est également inséparable d’une dimension patriotique. La charité s’exerce en priorité à l’égard de compatriotes et d’alliés : dans le contexte de la guerre, elle n’a pas de visée universelle et ne concerne pas des ressortissants des pays adverses. C’est que le processus de guerre totale pénètre également les Églises. Cela explique aussi pourquoi l’engagement caritatif, inspiré par la foi, et l’action résistante, fondée sur de fortes convictions patriotiques, peuvent être complémentaires chez certains croyants, comme le montre le cas de l’abbé Peter.

  • 1 Emmanuel Debruyne, « Combattre l’occupant en Belgique et dans les départements français occupés en (...)

2La notion de résistance, apparue dans le contexte du second conflit mondial, est désormais utilisée par les historiens de la guerre de 1914-1918 par analogie, malgré son caractère anachronique, car le phénomène existe dès cette époque. Mais la résistance reste encore limitée dans ses formes d’opposition, surtout circonscrites au renseignement militaire et à la diffusion de journaux clandestins, ainsi qu’à l’aide apportée à des soldats restés bloqués derrière les lignes allemandes. Sans doute faut-il voir dans cette limitation, comme le suggère l’historien Emmanuel Debruyne, un trait de la « totalisation » de la guerre1. Le rapprochement partiel et ponctuel de certains aspects de la résistance avec l’engagement caritatif va peut-être aussi dans ce sens.

Notes

1 Emmanuel Debruyne, « Combattre l’occupant en Belgique et dans les départements français occupés en 1914-1918. Une “résistance avant la lettre” ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2012/3, n° 115, p. 15-30.


© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site