Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diocèses en guerre (1914-1918)

 | 
Xavier Boniface
, 
Jean Heuclin

Première partie. Clercs et fidèles face à l’adversité

Introduction

Texte intégral

1L’invasion puis l’occupation militaire allemande du nord de la France et de la Belgique au cours du premier conflit mondial ont été très éprouvantes pour les populations. Les atrocités de la Seconde Guerre mondiale ont ensuite contribué à estomper ces épisodes de la mémoire collective. Or les témoignages, d’ailleurs parfois instrumentalisés à l’époque par la propagande alliée pour dénoncer la « barbarie allemande », abondent sur les difficultés, les souffrances et les contraintes rencontrées par les civils en 1914-1918. Les membres du clergé en particulier, parce qu’ils sont considérés par l’occupant comme des notables, sont souvent l’objet de mesures vexatoires ou coercitives.

  • 1 J.-M. Decelle et alii, 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême, [Dainville], (...)

2Mais l’adversité s’étend aussi de l’autre côté du front, en particulier dans le Nord et le Pas-de-Calais qui représentent, « du point de vue logistique […], un entrepôt doublé d’une usine et d’un hôpital1 ». Cela explique les bombardements fréquents sur les villes de la côte, pourtant relativement éloignées du front. Quant aux régions directement sous le feu, elles sont partiellement évacuées de leurs habitants, tandis que des troupes nombreuses en cantonnement côtoient les rares civils restés sur place. Ces territoires sont dévastés par de nombreuses destructions ; des édifices religieux sont ruinés ou endommagées. En outre, la mobilisation affecte la population masculine, désorganisant la société locale, y compris le clergé et les communautés chrétiennes et juives.

  • 2 Voir Frédéric Le Moigne, « Les évêques français défenseurs de la cité durant les deux guerres mondi (...)

3Même plus en arrière du front, que ce soit dans les régions occupées ou dans la zone des armées, le clergé est directement confronté à la guerre. Des évêques, tels Mgr Heylen à Namur, Mgr Lobbedey puis Mgr Julien à Arras ou Mgr Chollet à Cambrai, sont présentés comme des Defensores civitates2 : dans l’adversité, les populations se tournent davantage vers leurs pasteurs. Les communautés de croyants s’en trouvent fortifiées. D’ailleurs, la pratique religieuse se renforce, surtout au début de la guerre. C’est que, par ses sermons et son attitude, le clergé invite à garder l’espoir, à faire preuve de « patriotisme et [d’]endurance », selon les termes de la lettre pastorale du cardinal Mercier de Noël 1914. Certains ecclésiastiques exercent aussi des charges municipales dans les régions sous la botte allemande, comme dans le nord de l’Aisne, notamment lorsque les élites politiques et administratives sont parties, qu’elles aient fui à l’arrivée de l’adversaire ou qu’elles aient été exilées par lui. Aussi, leurs fonctions religieuses et civiles les amènent à fréquenter les autorités militaires allemandes, afin de leur demander des facilités pour l’exercice de leur ministère et de traiter des problèmes quotidiens. Malgré la dureté de l’occupation, il existe des accommodements avec l’adversaire.

Notes

1 J.-M. Decelle et alii, 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême, [Dainville], Archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, p. 174.

2 Voir Frédéric Le Moigne, « Les évêques français défenseurs de la cité durant les deux guerres mondiales », dans : Xavier Boniface et Bruno Béthouart (dir.), Les Chrétiens, la guerre et la paix, de la paix de Dieu à l’esprit d’Assise, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 19-35.

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site