Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations médecin-malade des temps modernes à l’époque contemporaine

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Médecins et malades dans le milieu hospitalier

Les relations médecin-malade dans la France des XVIIe-XVIIIe siècles : le rôle de l’institution hospitalière militaire

Élisabeth Belmas

Résumé

La création d’un réseau d’hôpitaux militaires permanents, amorcée sous le règne de Louis XIII, s’accélère avec son successeur Louis XIV, dans les années 1670-1695 qui voient l’édification d’un hôpital dans chaque place forte de la « ceinture de fer » élevée par Vauban, dans les grandes villes frontalières ainsi que dans les ports où mouillaient les escadres royales. On en comptait cinquante en 1708, quatre-vingt-dix en 1781, les hôpitaux sur « le pied militaire » compris. À cette offre de soin destinée aux soldats des armées royales, s’ajoutaient les hôpitaux dits « mixtes », qui accueillaient civils et militaires, et les hôpitaux thermaux à partir des années 1780. Vers 1785, 350 hôpitaux de nature et de statuts divers étaient susceptibles de recevoir les militaires blessés ou malades à travers le royaume. Dès la fin du XVIIe siècle, ces hôpitaux étaient conçus pour soigner les pathologies spécifiques aux armées et les blessures occasionnées par l’exercice militaire et les combats, d’où l’importance du service de chirurgie. Organisés par toute une série d’ordonnances et d’édits royaux, ils pratiquaient la séparation des malades en fonction des pathologies, des blessures et des grades, ils offraient des conditions d’hygiène supérieures à celles des hôpitaux civils et ils prenaient en charge les patients selon des procédures strictes qui soumettaient ces derniers à une double autorité médicale et militaire. Ainsi les services de santé des armées qui s’organisent en France dès la fin du XVIIe siècle ont-ils contribué à la naissance du concept de santé publique ; ils ont également concouru au progrès des sciences et des techniques médicales et/ou chirurgicales, ils ont enfin marqué d’une empreinte durable les relations médecin-malade en milieu hospitalier.

The Physician-Patient Relationships in the France of the Seventeenth and Eighteenth Centuries: The Role of the Military Hospital Institution
The foundation of permanent military hospitals, initiated in the reign of Louis the thirteenth, accelerated with his heir, Louis the fourteenth, from years 1670-1695, when hospitals were built in the fortified towns of the “iron belt” raised by Vauban, in the largest frontier cities and in the ports where royal fleet used to drop anchor. There were fifty military hospitals in 1708, ninety in 1781—hospitals known as “on a military foot” included. To that care supply meant for the soldiers of the royal army, were in addition hospitals known as “mixed,” accommodating civilians as well soldiers, and thermal hospitals since 1780. Towards 1785, three hundred and fifty hospitals of different kinds and status were able to receive all around the French kingdom wounded or sick soldiers. Since the end of XVIIth century, these hospitals had taken shape to treat pathologies specific of armies and wounds caused by military training or battles, hence the size of surgical departments. Structured by many royal settlings, they used to separate invalids according to their pathologies, their wounds and their rank, they applied hygiene conditions much superior to those of civilian hospitals and they took care of their patients according to strict proceedings which subjected them to a double authority, medical and military. In this way, military health service, set in France since the end of XVIIth century, contributed to give rise to the notion of public health; they also contributed to the progress of medical and/or surgical science and technique; at last, they influenced for a long time relationships between physicians and their patients.

Texte intégral

  • 1 Othmar Keel, L’Avènement de la médecine clinique moderne en Europe 1750-1815, Montréal, Les Presses (...)
  • 2 Ibid., chap. III.
  • 3 Pour reprendre l’expression d’O. Keel, op. cit., p. 93.

1Dans un ouvrage parfois « iconoclaste », consacré à L’Avènement de la médecine clinique moderne en Europe1, Othmar Keel se propose de réviser les idées reçues en histoire de la médecine sur l’émergence de la médecine hospitalière. Ce faisant, il attribue un rôle décisif aux services de santé des armées qui se développent en France, en Prusse, en Autriche et en Angleterre vers le milieu du XVIIIe siècle2. Sa démonstration doit toutefois être légèrement nuancée dans le cas du royaume de France. L’apparition et la structuration des hôpitaux militaires, l’organisation des services de santé des armées y sont en effet plus précoces qu’ailleurs en Europe, puisqu’ils commencent à la fin du XVIIe siècle et que le système fonctionne assez efficacement en 1750. Les caractères originaux du cadre hospitalier militaire français méritent donc que l’on s’y arrête avant d’examiner comment ce milieu socioprofessionnel spécifique a engendré des relations médecin-malade « hautement disciplinées3 », qui assujettissaient le patient à une « obéissance quasi militaire » et en faisaient un sujet d’expérimentation.

Le cadre hospitalier

  • 4 Ibid., p. 92.

2Parmi les mutations déterminantes de l’infrastructure hospitalière des armées en Europe, O. Keel compte l’extension et la diversification des réseaux nationaux d’hôpitaux militaires, le réaménagement des locaux, l’immensité des établissements nouvellement construits, l’instauration du système de l’hôpital mixte et l’apparition d’hôpitaux spéciaux réservés à une catégorie de malades – les vénériens, par exemple – ou à un type de soins avec les hôpitaux thermaux4. Autant de transformations qui ont commencé en France au début du XVIIIe siècle, voire dès la fin du XVIIe pour certaines.

La mise en place d’un réseau d’hôpitaux militaires permanents

  • 5 Jean Guillermand (éd.), Histoire de la médecine aux armées, t. I, De l’Antiquité à la Révolution, P (...)

3La création d’un réseau d’hôpitaux militaires permanents, qui s’ébauche sous le règne de Louis XIII avec l’installation des hôpitaux de Calais, Pignerol et Brouage, s’accélère sous le règne de Louis XIV, marqué par quatre conflits européens dont trois furent longs et coûteux en hommes. Les années 1670-1695 voient l’édification par Vauban d’un hôpital dans chaque place forte de la « ceinture de fer » qu’il élève alors aux marges du royaume, et dans les grandes villes frontalières comme Strasbourg, dont il restructure les fortifications ; elles sont également marquées par l’aménagement d’hôpitaux maritimes dans les ports où mouillaient les escadres royales, tels ceux de Rochefort en 1673 et de Brest en 16845.

  • 6 BnF Imp., F-23619 (7), Actes royaux, « Édit du Roi portant création d’offices de conseillers de Sa (...)
  • 7 Élisabeth Belmas, « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital modèle, modèle d’hôpital  (...)
  • 8 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., Préambule, p. 2.
  • 9 Monique Lucenet, Médecine, chirurgie et armée en France au siècle des Lumières, Clichy-la-Garenne, (...)
  • 10 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 2. La première région sanitaire recouvrait un « département » a (...)
  • 11 C’est-à-dire dont l’administration était mixte, civile ou religieuse et militaire, mais qui ne rece (...)
  • 12 BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux, « Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les (...)
  • 13 D. Voldmann, op. cit., p. 49.

4En 1708, on recensait cinquante hôpitaux militaires permanents en activité dans le royaume, implantés en majorité dans les citadelles des frontières nord et est du pays, généralement situés près des remparts, un peu à l’écart des habitations [Fig. 1]. Ces cinquante hôpitaux, mentionnés par l’édit de janvier 1708 qui fonde le service de santé militaire en France6, étaient placés sous l’autorité de cinquante conseillers médecins-majors assistés de cinquante chirurgiens-majors – un par hôpital –, un modèle qui avait fait ses preuves à l’Hôtel royal des Invalides depuis les années 16807 ; les uns et les autres – désormais promus officiers – étant chargés de visiter, « fournir bons aliments et medicaments » et panser autant de fois que nécessaire les soldats malades et blessés dont ils auraient la responsabilité8. Ces médecins-majors et chirurgiens-majors étaient eux-mêmes soumis à l’inspection régulière – trimestrielle d’abord, semestrielle ensuite9 – de quatre conseillers médecins et quatre chirurgiens-majors « inspecteurs généraux de nos armées de terre et hôpitaux de nos villes frontières et places de guerre », à la tête de quatre régions sanitaires10. En 1781, les armées disposaient de 90 hôpitaux militaires – ou sur le pied militaire11 – permanents, répartis en cinq classes – selon le nombre de lits –, où exerçaient 86 médecins, 169 chirurgiens et 130 apothicaires12 [Fig. 2]. S’y ajoutaient une sixième classe comprenant 61 hôpitaux de charité attachés au service militaire – qui accueillaient dans des salles particulières des soldats malades ou blessés –, ainsi que les quatre hôpitaux des eaux minérales, Barèges, Bourbonne, Digne et Saint-Amand13.

  • 14 M. Lucenet, op. cit., p. 65-66.
  • 15 Ibid., p. 70-71.
  • 16 Ibid., p. 81.
  • 17 Ibid., p. 72.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

5L’importance de l’hôpital militaire, donc le nombre de lits qu’il contenait, dépendait en principe – mais pas toujours dans la pratique – de la taille de la place forte et de la garnison auxquelles il était rattaché. Ainsi l’hôpital militaire de Perpignan en Roussillon offrait-il 300 lits pour une garnison de 2160 hommes, ce qui le situait dans la seconde classe en 1781, alors que l’hôpital de troisième classe de Briançon comprenait 89 lits pour une garnison équivalente ; ce dernier bénéficiait toutefois d’un bon encadrement en personnel avec un soignant pour dix lits14. Le plus vaste était l’hôpital de Strasbourg, devenu amphithéâtre en 1775, avec une capacité modulable de 500 à 1 500 lits15. Selon M. Lucenet, vers 1750, l’encadrement médical militaire s’élevait dans le royaume à un médecin pour 147,5 lits d’hôpitaux16 ; parallèlement, on comptait en moyenne un lit d’hôpital pour deux lits et demi de caserne, soit deux places d’hospitalisés pour cinq militaires en garnison17. Les régions militaires limitrophes des pays ennemis étaient particulièrement bien dotées. Flandres, Picardie, Hainaut et Lorraine alignaient autant de lits d’hôpital que de lits de caserne18. Dans le comté de Bourgogne et les Trois-Évêchés – Metz, Toul et Verdun –, le rapport s’établissait à un pour trois19. Les autres provinces frontalières détenaient moins de places hospitalières – une pour cinq lits de caserne en Roussillon, une pour quinze en Béarn20 –, mais l’offre de soins destinée à la population militaire y restait néanmoins très supérieure à celle à laquelle pouvaient alors prétendre les populations civiles.

Une « offre de soins » diversifiée

  • 21 Ibid., p. 60.
  • 22 Ibid., p. 61.
  • 23 Ibid., p. 60.

6Quand ils se trouvaient trop éloignés d’un hôpital militaire, les soldats recouraient aux services des hôpitaux dits mixtes, qui les accueillaient au même titre que les civils. Depuis le XVIe siècle, les ordonnances royales imposaient en effet aux hôpitaux de l’intérieur du pays et du littoral d’accepter les soldats et les cavaliers malades ou blessés, qu’il s’agisse d’un hôtel-Dieu, d’un hôpital de charité ou, à partir du milieu du XVIIe siècle, d’un hôpital général. L’Hôtel-Dieu de Lyon, le plus grand après celui de Paris, reçut annuellement jusqu’à 4 000 soldats, cavaliers et dragons, entre 1689 et 1698, durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg21. De 1725 à 1748, les hôpitaux généraux de Lyon virent passer 19 597 soldats, soit 306 par an de 1725 à 1732 – un temps de paix –, contre 904 par an – le triple – de 1733 à 1739, et 1 295 – quatre fois plus – entre 1740 et 1748, deux périodes de guerre22. En échange, les hôpitaux jouissaient de franchises avantageuses et obtenaient des privilèges lucratifs ; le souverain leur versait également une indemnité journalière par militaire hospitalisé, qui s’élevait à 5 sols en 1776 puis à 12 sols en 178423.

  • 24 D. Voldmann, op. cit., p. 49.
  • 25 Gersende Piernas, « Introduction à l’histoire des hôpitaux thermaux militaires en France (XVIIIe-XI (...)
  • 26 Ibid., p. 119-120.

7Dans les années 1780, les patients militaires avaient en outre la possibilité d’accéder à des hôpitaux spécialisés, voués au traitement des vénériens et des fiévreux – à l’instar de Besançon et de Montpellier24 –, des écrouelles – à Thionville –, et aux quatre hôpitaux des eaux minérales. D’abord clients des hôpitaux thermaux civils dans lesquels l’armée louait des salles, les soldats bénéficient à partir de 1702 des soins d’institutions thermales qui leur étaient réservées, Bourbonne-les-Bains – premier construit et le plus vaste –, Saint-Amand – fondé en 1714 –, Barèges – en 1732 –, Digne en 1754 puis, en 1783, les Bains d’Arles, futur Amélie-les-Bains25. La France est ainsi le premier pays d’Europe à se doter d’hôpitaux thermaux militaires, tous organisés progressivement sur le modèle de Bourbonne-les-Bains, qui associait un hôpital et un établissement thermal intégré à la structure hospitalière mais dissociait les espaces de soin et les locaux utilitaires26, un principe de l’architecture des établissements sanitaires militaires.

8Au total, vers 1785, 355 hôpitaux, de nature et de statut divers, étaient susceptibles de recevoir les militaires malades ou blessés à travers le royaume.

Un aménagement à des fins thérapeutiques

9Dès la fin du XVIIe siècle, les hôpitaux militaires étaient en effet conçus pour soigner les pathologies spécifiques aux armées ainsi que les blessures occasionnées par l’exercice militaire et les combats, ce qui explique l’importance du service chirurgical, particulièrement développé, et les différencie radicalement des hôpitaux de charité qui recueillaient indistinctement pauvres, vieillards et malades. La plupart des hôpitaux construits par Vauban ont disparu, mais on les connaît par les plans-reliefs des places fortes dressés sur l’ordre de Louvois ainsi que par les règlements successifs – et de plus en plus détaillés – que, de 1716 à 1788, les souverains ont promulgués pour le bon fonctionnement des hôpitaux de leurs troupes.

  • 27 J. Guillermand (éd.), op. cit., p. 431.

10La disposition des lieux obéissait à un souci de fonctionnalité, y compris dans les hôpitaux de taille modeste. Les locaux utilitaires – cuisine, cellier, buanderie – occupaient le rez-de-chaussée, tandis que le premier étage abritait les espaces de soins. Les salles des malades y étaient installées à proximité des salles de chirurgie, de pansement, de l’apothicairerie et non loin des appartements occupés par le chirurgien-major, l’apothicaire et l’aumônier, tenus d’assurer des tours de garde, comme l’illustrent les plans du premier étage de l’hôpital de Mont-Dauphin dans les Hautes-Alpes. Édifié à partir de 1693 et constitué au départ d’unités distinctes, puis réaménagé en 1785 il offrait une capacité de 50 lits pour une garnison de 750 hommes [Fig. 3] ; on y distingue nettement deux grandes salles de malades (10), le secteur chirurgical (3, 4, 5, 6) et les logements de l’apothicaire, du chirurgien-major et de l’aumônier (2, 12, 13)27.

  • 28 Le Jeune de Boulencourt, Description generale de l’Hostel Royal des Invalides établi par Louis le G (...)
  • 29 BnF Imp., F-5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les (...)
  • 30 Service historique de la Défense (SHD), 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description generale de l’Hot (...)
  • 31 BnF Imp., F-5002 (1097), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans le (...)
  • 32 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXIII, p. 4.
  • 33 BnF, Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XVI, p. 4.
  • 34 BnF, Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XIV, p. 3 ; F-5002 (1097), op. cit., art. IX, p. 3.
  • 35 Ibid., art. XIV, p. 3.

11L’hospitalisation des malades dans des salles différentes en fonction des pathologies ou des traumatismes était préconisée partout, depuis la construction des « infirmeries » de l’Hôtel royal des Invalides28. Contagieux et vénériens étaient isolés, les premiers selon « l’espèce » de leur affection, les seconds envoyés dans un premier temps dans des hôpitaux équipés pour soigner la syphilis29, à l’instar de la célèbre « Chambre des bains » de l’Hôtel des Invalides30 ou encore de l’hôpital des Gardes françaises à Paris. C’est à partir de 1728 qu’ils sont officiellement admis dans les hôpitaux militaires mais cantonnés dans un secteur où la syphilis serait traitée « comme des maladies ordinaires, par le chirurgien-major31 ». Les chirurgiens-majors préposés « à la guérison du mal vénérien » devaient veiller en outre à ce que « leurs malades n’aient aucun commerce avec les autres32 », « que leurs linges et autres effets qu’on leur donnera » soient « mis à part et lessivez séparément33 ». Les malheureux « attaquez de maux incurables » étaient congédiés par le commissaire des guerres sur avis concerté des médecin et chirurgien majors34. Quant aux « écrouelleux », ils étaient dirigés sur l’hôpital de Thionville35. La séparation entre les grades – officiers, bas-officiers et soldats – constituait une autre règle des hôpitaux militaires ; les premiers étant toujours logés dans une salle distincte, où ils bénéficiaient d’un service hôtelier amélioré.

  • 36 M. Lucenet, op. cit., p. 48.
  • 37 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6.
  • 38 Ibid. ; BnF Imp., F-5002 (1261), Actes royaux, « Ordonnance du 1er janvier 1747… concernant les hôp (...)
  • 39 BnF Imp., F-23614 (748), Actes royaux, « Extrait de l’ordonnance du Roy, qui règle la manière dont (...)
  • 40 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Le Chancelier Imbert, de l’Université de médecine de M (...)
  • 41 Ibid., « Une inspection du chancelier Imbert de l’Université de médecine de Montpellier à l’hôpital (...)
  • 42 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon 1712-1789, liasse C 1617, « N (...)
  • 43 Ibid., « Procès-verbal de la visite d’inspection faite à l’hôpital militaire de Perpignan par M. Im (...)
  • 44 M. Lucenet, op. cit., p. 73.
  • 45 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Réflexions sur ce qu’il advint à la suite de deux insp (...)
  • 46 Ibid., p. 13.

12Les critères d’hygiène et les conditions de confort imposés par les ordonnances et les règlements royaux ainsi que dans les traités conclus avec les entrepreneurs chargés de l’intendance – quels qu’aient pu être les lacunes et les abus générés par le système de l’entreprise36 – dépassaient de loin les prescriptions sanitaires en vigueur dans les hôpitaux de charité et généraux. Un nettoyage régulier des salles était prévu ; il fallait y brûler du genièvre ou des parfums pour en désinfecter l’air. Les planchers devaient être sablés puis balayés37, les murs, « portes et lambris » être blanchis tous les ans avec de la chaux pour détruire larves et insectes qui s’y seraient accrochés38. Le couchage – défini dès 1690 et que le malade était censé occuper seul – faisait l’objet d’attentions particulières. La couverture et le bois de lit devaient être lavés tous les six mois, le matelas, rebattu tous les ans, était changé s’il était souillé, la paille des paillasses des convalescents renouvelée tous les six mois et dès que le médecin et/ou le chirurgien-major le jugeaient nécessaire pour les malades39. Cependant, les autorités médicales avaient souvent du mal à faire appliquer la réglementation comme l’attestent les procès-verbaux dressés par le chancelier Imbert de « l’université de médecine de Montpellier, inspecteur des hôpitaux tant militaires que de charité de Provence, de Languedoc et de Roussillon » de 1760 à 1784, qui visite les hôpitaux militaires de Perpignan, Collioure, Mont-Louis, Villefranche, Bellegarde et « Prats de Mouillou » en 1757, 1758, 1761, 1764, 1766, 1767, 1771 et 177440. Alors qu’en 1766, il constate les effets positifs de sa tournée précédente de 1764 et qu’il ne trouve aucune critique importante à formuler sur la tenue de l’hôpital militaire de Perpignan41 – désormais implanté dans l’ancien couvent des Cordeliers –, en juillet 1771, il ne ménage pas ses reproches sur l’état des draps et des couvertures, du « linge à pansement » et du mélange des malades dans ce même hôpital. Il dénonce le désordre de la pharmacie et la malpropreté des couchages dans celui de Collioure, la saleté des chambres à Mont-Louis et à Bellegarde, la mauvaise qualité de la viande servie à Villefranche comme ailleurs42. De retour à Perpignan en août 1774, pour une nouvelle inspection des hôpitaux militaires de la province, le chancelier Imbert examine les 372 malades, les 27 blessés et les 13 vérolés que compte alors l’établissement ; il entend également s’assurer que les désordres signalés en 1771 ont été réparés43. Son rapport remis à l’intendant de Bon – responsable des hôpitaux militaires de la région – et au gouverneur du Roussillon, le comte de Mailly, arrive à Versailles, sur le bureau du secrétaire d’État à la Guerre, le comte de Muy, duquel dépendaient les provinces frontalières44. Celui-ci chapitre le nouvel intendant, Clugny, lequel s’empresse d’admonester le commissaire des guerres, M. de la Chapelle45. La situation rentre dans l’ordre tandis que le commissaire des guerres – sur lequel repose la bonne marche du service de santé militaire régional – s’efforce d’excuser des négligences dues à un afflux exceptionnel de malades cet été-là, au nombre de 439 le 29 août pour une capacité d’accueil de 350 hommes au plus46

  • 47 Jacques-René Tenon, Mémoire sur les hôpitaux de Paris [1788], dans M. Lucenet, op. cit., p. 59.
  • 48 L’expression, qui est de J.-R. Tenon, sert de titre à l’ouvrage de Michel Foucault et al., Les Mach (...)

13Malgré ses insuffisances, à la veille de la Révolution, l’organisation des établissements militaires était donnée en exemple par les réformateurs tels J.-R. Tenon et ses confrères de l’Académie royale des sciences. En 1788, dans son Mémoire sur les hôpitaux de Paris, ce dernier oppose l’absence d’entretien de l’Hôtel-Dieu à « l’esprit d’ordre et de bonne administration » qui gouverne le Gros Caillou, l’hôpital des Gardes françaises, sur lequel il ne tarit pas d’éloges47. On peut ainsi considérer que, dès le milieu du XVIIIe siècle, la couverture sanitaire de l’espace militaire du royaume de France était globalement assurée par des établissements hospitaliers généralistes et spécialisés, qui se voulaient autant de « machines à guérir48 ».

La prise en charge des malades

  • 49 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit.

14La prise en charge des malades s’effectuait suivant des procédures strictes, propres aux militaires habitués à gérer des effectifs importants. Dès leur arrivée, les patients étaient soumis à une double autorité, médicale et militaire, qui se confondent à partir de 170849. Il leur fallait respecter un ensemble de règles destinées autant à garantir l’hygiène et la sécurité des lieux qu’à s’assurer de leur obéissance.

L’admission des patients

  • 50 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXVI, p. 5.
  • 51 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre Ier, art. I et II, p. 2.
  • 52 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXVI, p. 5.
  • 53 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre Ier, art. III et IV, p. 2-3.
  • 54 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.

15Pour être admis, les soldats devaient présenter un certificat du médecin ou du chirurgien major de leur régiment, visé du commandant du corps et du commissaire des guerres50. L’ordonnance du 2 mai 1781 prescrivait que les billets seraient rédigés sur des cartouches imprimés, envoyés à tous les régiments [Fig. 4] ; ils indiquaient la provenance du soldat, son patronyme et son grade, son équipement et portaient au dos la description sommaire de l’affection ainsi que les premiers soins apportés, le tout étant contresigné par le chirurgien-major du régiment51. À défaut, lorsqu’ils venaient de petites garnisons dont l’encadrement sanitaire était réduit, les soldats étaient munis depuis 1718 « d’un certificat du chirurgien le plus capable qui se pourra trouver dans le lieu de la garnison52 ». Ils étaient ensuite examinés par le médecin ou le chirurgien major de l’hôpital – sinon par le chirurgien de garde –, qui vérifiaient la nature de l’affection et décidaient de l’admission. Si le soldat était accepté, les praticiens cochaient le terme – fiévreux, blessé, vénérien – correspondant à la pathologie ou au traumatisme observé53. Les billets, remis au contrôleur qui enregistrait les entrées, étaient finalement centralisés par le directeur de l’hôpital qui les conservait en tant que pièces justificatives de la réception54.

  • 55 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.
  • 56 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre III, art. I et II, p. 10-11.
  • 57 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.

16L’étape suivante voyait l’enregistrement du malade par le contrôleur – un homme de l’entrepreneur –, contresigné du commissaire des guerres de la place. Étaient notés le patronyme du militaire, son nom de guerre s’il en portait un, son lieu de naissance, « la généralité et la ville la plus prochaine de ce lieu55 ». Comme à l’Hôtel royal des Invalides, les patients devaient quitter leur uniforme – déposé dans une garde-robe ad hoc – pour « endosser une robe de chambre et une paire de pantoufles56 ». Avant d’être stockés, argent, vêtements et « autres ustensiles » étaient inventoriés en deux exemplaires, dont l’un était remis au malade pour lui permettre de récupérer ses biens à la sortie ou expédié à l’officier de son régiment s’il venait à décéder57.

La gestion des malades

  • 58 Selon la définition d’O. Keel, op. cit., p. 94-96.

17Le patient était ensuite pris en charge par la « trilogie des officiers en la médecine58 » – médecin, chirurgien et apothicaire –, selon des procédures inaugurées à l’Hôtel royal des Invalides en 1676, puis étendues aux hôpitaux militaires du royaume en 1718.

  • 59 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. I, II, III et IV, p. 1-2 ; F-5002 (1097), op. cit., art. I, (...)
  • 60 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XVII, p. 4 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XI, p. 3.
  • 61 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXIV, p. 5 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XII et XV, p. 3-4
  • 62 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. IX et XVI, p. 2-5 ; F-5002 (1097), op. cit., art. VII, p. 2.
  • 63 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre IV, art. XIV, p. 16.

18L’ordre des visites quotidiennes – le chirurgien précédant le médecin et l’apothicaire –, le protocole de leur déroulement – où le médecin entouré de l’apothicaire, d’un garçon chirurgien, de l’infirmier de service et de celui de quartier, dictait d’une part à l’apothicaire la thérapeutique à appliquer, d’autre part au garçon chirurgien les saignées à pratiquer et le régime à suivre59 –, la fréquence de soins administrés par le chirurgien-major « autant de fois que nécessaire60 », l’obligation d’assurer des tours de garde61 évoquent immanquablement les règles instaurées dans l’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides dès sa fondation. Comme dans la célèbre institution, l’apothicaire, le personnel infirmier et même le chirurgien-major étaient subordonnés au médecin-major. Médecin et chirurgien devaient se consulter sur les cas graves, « fièvre et maladie chronique » tandis que, lors des « grandes opérations », le chirurgien-major était obligé de requérir la présence du médecin62. Même l’autorité des « officiers des troupes » s’effaçait en théorie devant les ordres du médecin et du chirurgien majors, auxquels il appartenait de « régler les médicamens et le régime des malades ou blessés, chacun en ce qui le concernait63 ».

  • 64 Pierre Brisseau, Méthode pour bien régler les hôpitaux, Lille, 1706, p. 4-5.
  • 65 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. II et VI, p. 1-2 ; F-5002 (1097), op. cit., art. IV, p. 2.
  • 66 P. Brisseau, op. cit., préface, n. p.
  • 67 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre V, art. V et VI, p. 15.
  • 68 Ibid.

19L’ensemble des soins donnés au malade était consigné dans un véritable dossier, dont le modèle est exposé en 1706 par Pierre Brisseau, médecin et inspecteur des hôpitaux du roi en Flandres, dans un opuscule intitulé Méthode pour bien régler les hôpitaux64. Ce dossier médical, qui s’étoffe au cours du XVIIIe siècle, comportait les feuilles des visites quotidiennes avec le détail des thérapeutiques et du régime alimentaire ordonnés65. Pendant longtemps, la nature de ce régime alimentaire est restée symbolisée par une lettre attachée aux piliers de la couche – D pour Diete, P pour Parum, M pour Mediocriter et C pour Convalescem66 –, avant d’être remplacée à la fin du XVIIIe siècle par un tableau accroché à la tête du lit, tableau en haut duquel figuraient le numéro du lit, le nom du malade, la nature de son affection et le jour de son entrée à l’hôpital67. En dessous, les officiers de santé ou « les élèves sous leurs ordres » inscrivaient chaque jour dans différentes colonnes les symptômes et l’évolution du mal ainsi que le régime alimentaire et les médicaments administrés68.

20L’accumulation de procédures médico-administratives – destinées à faciliter le travail d’un personnel soignant confronté à la gestion concomitante d’un grand nombre de patients – a également contribué à « transformer le malade en un cas », dont on attendait docilité et soumission aux décisions thérapeutiques prises par l’équipe médicale qui en était responsable.

« Un lieu hautement discipliné »

  • 69 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 3 et 5.
  • 70 O. Keel, op. cit., p. 94-95.
  • 71 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XI, p. 3.
  • 72 Ibid., art. XI et XII, p. 3, art. XXII, p. 4, art. XXIX, p. 5.
  • 73 Ibid., art. X et XXIX, p. 3 et 5.
  • 74 Ibid., art. XXIV et XXV, p. 5.
  • 75 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXVI, p. 7 ; Ibid., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p.  (...)
  • 76 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p. 8.
  • 77 BnF Imp., art. XXV, p. 6.
  • 78 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p. 8.

21L’attribution en 1708 du grade de « major » aux médecins et aux chirurgiens en charge des hôpitaux militaires ou « à la suite » des régiments69, qui en faisait des officiers supérieurs et leur conférait une autorité toute militaire sur leurs malades, s’est avérée décisive ; les praticiens pouvaient dorénavant leur imposer une discipline hospitalière imitée de celle qui régnait dans les troupes70. Le patient était étroitement encadré dans son propre intérêt, pour favoriser son rétablissement. Il ne devait consommer aucun aliment qui n’ait auparavant été goûté – au sens propre du terme71 – par les médecin et chirurgien majors72. Il lui fallait absorber les médicaments préparés à son intention par l’apothicaire qui – entre autres – utilisait dans leur composition les plantes cultivées dans le jardin botanique de l’hôpital73. Son comportement était aussi surveillé par le chirurgien de garde et les infirmiers qui appelaient les sentinelles à la rescousse, en cas d’incident74. L’encadrement religieux se révèle tout aussi serré. L’aumônier passait confesser les hommes à leur arrivée ou dans les vingt-quatre heures suivantes75 ; il revenait ensuite tous les trois jours pour les soldats catholiques76. Il disait la messe quotidienne à heure fixe et récitait la prière chaque soir avant d’effectuer une ronde dans les salles. Il devait enfin « ne rien négliger pour l’administration des sacrements77 ». Blasphèmes, jurements et « mauvais discours » étaient réprimés78.

  • 79 Ibid., art. XXVII, p. 7.
  • 80 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXIII et XXXIV, p. 6 et 7 ; F-5002 (1097), op. cit., art. X (...)

22Les strictes relations hiérarchiques qui régissaient les rapports soignants-malades dans les hôpitaux militaires de la France moderne n’excluaient pas le souci d’humaniser la condition des patients. En témoignent des articles communs à tous les règlements pour les hôpitaux militaires en 1718, 1728, 1747 et 1781 ; ils enjoignaient aux hommes de l’art de veiller à la qualité des aliments, à la propreté des locaux et des couchages, à la régularité des soins ainsi qu’à leur suivi. Ils les obligeaient à tenir une « assemblée » le premier de chaque mois, qui réunissait « le commissaire des guerres et en son absence le major de la place et les officiers de chaque hôpital », l’entrepreneur ou le contrôleur, les médecin et chirurgien inspecteurs s’ils étaient « de la place », l’aumônier, les médecin et chirurgien majors pour comptabiliser le flux des entrées et des sorties, ainsi que les effectifs qui restaient hospitalisés79. Les participants pouvaient alors proposer « tout ce qu’ils croient convenir au soulagement des malades et au bien des services80 ». Le médecin et le chirurgien étaient invités à y présenter leurs observations sur les maladies traitées. On y vérifiait en outre si les lits, les portes, les vitres et les serrures étaient bien entretenus, et on y évaluait les réparations à entreprendre et les améliorations à apporter.

  • 81 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon 1712-1789, liasse C 1617, « N (...)

23En dépit de ces instructions, les pratiques des soignants comme celles des malades s’écartaient fréquemment du fonctionnement modèle prescrit par les textes. Ainsi en 1771, lors de son inspection à l’hôpital de Perpignan, le chancelier Imbert déplore-t-il que les « assemblées des officiers de l’hôpital, à faire le premier jour de chaque mois, [sont] très mal à propos négligées81 ». Ainsi en 1774, le commissaire des guerres La Chapelle, attaché au même hôpital, exprime-t-il un profond découragement devant l’indiscipline des patients qui méprisent la réglementation en vigueur :

  • 82 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Réflexions sur ce qu’il advint à la suite de deux insp (...)

« [I]l faudrait que les malades après avoir marché soit dans la boue de la cour de l’hôpital lorsqu’il a plu, soit dans des crachats ou des médecines rendues, ne se couchassent pas avec leurs souliers sur leur lit, choses que, depuis plus de vingt-neuf ans que je suis commissaire attaché aux hôpitaux, j’ai toujours regardées comme impossibles82. »

  • 83 Sur ce point, voir Vincent Lemieux, Les Réseaux d’acteurs sociaux, Paris, PUF, 1999.

24Il n’en reste pas moins que ces règlements successifs ont fini par définir un modèle de relations entre médecins et malades, que l’on pourrait qualifier de « verticales symétriques83 » : au dévouement absolu des premiers, les seconds se devaient de répondre par une soumission totale.

Le malade, sujet d’expérimentation

  • 84 O. Keel, op. cit., p. 92.

25L’accumulation de mesures contraignantes qui, pour des raisons de sécurité, d’hygiène et/ou de thérapeutique, enserraient toujours plus étroitement des sujets déjà habitués à la discipline par leur profession, prétendait par la même occasion en faire des malades dociles, plus enclins à se laisser étudier que les civils, comme le souligne O. Keel, donc finalement plus utiles à l’observation et à l’expérimentation médicales84.

La surveillance des épidémies

26Bien avant qu’un réseau de surveillance des épidémies contagieuses n’ait été mis en place par les membres de la Société puis de l’Académie royale de médecine, les praticiens militaires ont assuré un rôle de veille sanitaire.

  • 85 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 2.
  • 86 Ibid., p. 3.
  • 87 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXV, p. 7.
  • 88 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon, 1773, registre C 122, « Grat (...)
  • 89 Ibid., 1787, liasse C 492, « Observations faites sur les maladies qui ont régné à l’hôpital militai (...)
  • 90 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXVII, p. 7.

27L’édit de 1708 stipulait que, dans les tâches des conseillers médecins et chirurgiens inspecteurs généraux des quatre régions sanitaires couvrant le royaume, entrait la surveillance des « maladies les plus communes qui régneront » dans les hôpitaux de leur ressort ; ils devaient donner leur avis sur les traitements employés. Ils devaient aussi dresser un procès-verbal de leurs tournées d’inspection à l’intention du secrétaire d’État à la Guerre, dans lequel ils devaient mentionner le nombre « de malades et de blessez trouvés dans chaque hôpital », la nature des maladies et des blessures les plus répandues85. De même, il incombait aux cinquante médecins et chirurgiens majors des hôpitaux militaires « établis dans les villes frontières et les places de guerre » d’adresser régulièrement des rapports aux médecins et inspecteurs généraux sur la nature et la fréquence des maladies et des blessures soignées dans leurs services86. Le règlement de 1718 insiste sur la mission de surveillance des « maladies épidémiques, contagieuses et extraordinaires » dévolue aux médecins et chirurgiens militaires des hôpitaux. Ils devaient en étudier les caractéristiques pour les transmettre aux conseillers inspecteurs médecins et chirurgiens, en même temps qu’ils les informaient des remèdes utilisés et de leurs effets87. C’est ainsi qu’en 1773, le sieur Bonafos, médecin de l’hôpital des Bains d’Arles en Roussillon, se voyait gratifier de 200 livres « pour son zèle à fournir au recueil des observations des médecins des hôpitaux des mémoires sur les différentes maladies qui ont régné dans celui de Perpignan88 ». En 1787, son confrère de Perpignan, le sieur Costa Serradell, consignait pareillement ses « observations faites sur les maladies qui ont régné à l’hôpital militaire89 ». L’assemblée mensuelle des autorités sanitaires et administratives de l’hôpital servait enfin à rassembler les constatations du médecin sur les affections touchant les « populations et autres » et celles du chirurgien « concernant les playes et les opérations de conséquence », l’un comme l’autre étant obligés d’avertir ultérieurement le médecin ou le chirurgien « inspecteur du département90 ».

Des essais thérapeutiques

  • 91 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXV.

28Le développement des hôpitaux militaires ouvrit assurément des perspectives nouvelles à l’observation clinique. Dès 1718, les règlements autorisaient médecins et chirurgiens à « faire des observations et des remarques utiles, tant par l’ouverture des cadavres qu’autrement91 », sur lesquelles ils rédigeaient un mémoire transmis aux médecins-inspecteurs militaires et au secrétaire d’État à la Guerre. Il ne s’agissait pas en l’occurrence d’une anatomie pédagogique, mais bien d’une autopsie à des fins de connaissance scientifique. Il est vrai que les corps non réclamés par les familles ne manquaient pas dans les hôpitaux militaires, ce qui facilitait grandement l’étude des lésions pathologiques et traumatiques.

  • 92 SHD, 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description générale…, op. cit., n. f.
  • 93 Ibid.
  • 94 Les hôtels-Dieu et les hôpitaux de charité participaient également à des expérimentations – Helvéti (...)
  • 95 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon, 1764-1768, liasse C 487, « P (...)
  • 96 Ibid., 1769-1773, liasse C 489, « États et correspondance concernant la fourniture des lits militai (...)
  • 97 SHD, 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description générale…, op. cit., n. f.

29Les hôpitaux militaires constituaient aussi des centres d’expérimentation thérapeutique, à l’image des infirmeries de l’Hôtel royal des Invalides. En 1676, le médecin-major y testait sur les soldats affligés de hernies – de « descentes », selon la terminologie de l’époque – un remède « connu de très peu de personnes » – dont on ignore la nature et la composition – que le souverain lui faisait expédier tout prêt, « par un surcroît de bonté digne d’un véritable successeur et héritier de la piété et de la charité de saint Louis92 ». Ce traitement aurait obtenu de bons résultats puisque le chirurgien chargé de l’administrer relève alors que « plusieurs et surtout ceux qui ne sont pas trop avancés en âge ont été parfaitement guéris93 ». Tout le réseau des hôpitaux militaires participait, peu ou prou, à l’essai des médications neuves94. De 1764 à 1779, les médecins des hôpitaux militaires de Perpignan et de Collioure ont rapporté avec persévérance les effets des « dragées anti-vénériennes Keyser95 », des « bougies ou sondes anti-vénériennes du sieur André, chirurgien à Versailles », des « pilules toniques contre l’hydropisie de la composition du sieur Baches, médecin de la Faculté de Paris96 ». On ne saurait enfin oublier l’appareillage des membres amputés, une spécialité des chirurgiens militaires qui, depuis Ambroise Paré, ont conçu une gamme étendue de prothèses. À l’Hôtel royal des Invalides, le chirurgien-major était chargé d’appareiller en béquilles et jambes de bois les officiers et les soldats éclopés ou amputés ainsi que de fournir bandages et brayers à « ceux qui sont affligés de descentes dont le nombre est grand97 ».

Le malade, source d’enseignement

  • 98 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXI, p. 4 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XVII, p. 4.
  • 99 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre VI, art. II, p. 17.
  • 100 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XX, p. 4.

30Milieux d’expérimentation privilégiés, les hôpitaux militaires représentaient aussi des foyers de transmission de savoirs fondés sur l’observation du malade. Médecin et chirurgien majors y assumaient partout en France de véritables fonctions d’enseignement. L’obligation faite au chirurgien-major de dispenser des cours d’opérations chirurgicales et d’anatomie en hiver, d’ostéologie en été et de bandage est précoce, puisqu’elle date des années 1718-1728. Les confrères placés sous son autorité et les élèves chirurgiens étaient obligés d’y assister, les uns pour « se fortifier dans l’exercice de leur art » et les autres pour se former98. Avec l’agrément du commissaire des guerres, le chirurgien-major permettait aux chirurgiens aides-majors et sous-aides-majors de pratiquer, sous sa surveillance, les opérations dont il les jugeait capables99. Chirurgien et médecin majors étaient également les garants des compétences professionnelles du personnel soignant. Il incombait en particulier au chirurgien-major de contrôler les connaissances des garçons chirurgiens recrutés et d’inspecter leurs instruments ; il pouvait les congédier si ces derniers manquaient à leurs devoirs. Quant au médecin, il avait toute latitude pour renvoyer l’apothicaire qui ne donnait pas satisfaction100.

  • 101 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre V, art. III, p. 13.
  • 102 Ibid., Titre VI, art. XII et XIII.
  • 103 Ibid., Titre V, art. XIV, p. 15.
  • 104 Ibid., Titre VI, art. V, p. 18.

31À la fin du XVIIIe siècle, élèves chirurgiens et apothicaires apprenaient à préparer sur un cahier les visites quotidiennes « par ordre de numéro et par nom des malades occupant chaque lit101 ». En compagnie de l’apothicaire, des infirmiers de garde et de quartier, ils accompagnaient la ronde du médecin puis celle du chirurgien auquel ils rendaient compte, lit par lit et blessé par blessé, des soins chirurgicaux reçus, avant de noter les saignées ou les topiques ordonnés102. Une fois la visite achevée, et en présence du médecin et du chirurgien majors, les étudiants collationnaient l’ensemble des observations et des prescriptions, avant de les porter à la pharmacie pour la préparation des remèdes puis de les remettre au directeur de l’hôpital103. Pendant la durée de la visite, les élèves chirurgiens tenaient les « appareils prêts » pour le chirurgien-major, ils veillaient à ce que bandes, compresses et onguents usuels soient en nombre suffisant et de « la plus grande propreté104 ».

32En définitive, la création en 1775 des hôpitaux amphithéâtres de Strasbourg, Metz et Lille n’a fait que consacrer et développer un modèle d’enseignement médical et chirurgical expérimenté depuis longtemps.

Conclusion

33Confrontés à la nécessité de traiter un grand nombre de patients, les services de santé des armées qui s’organisent à la fin du XVIIe siècle et se perfectionnent au XVIIIe siècle, ont largement contribué à la naissance du concept de santé publique, tout comme ils ont concouru au progrès des sciences et des techniques médicales et/ou chirurgicales. À maints égards, l’observation et l’enseignement cliniques pratiqués dans les hôpitaux militaires de la France moderne annoncent les méthodes mises en œuvre par la médecine scientifique, dans la seconde moitié du XIXe siècle. Simultanément, le rôle des médecins et des chirurgiens militaires n’a cessé de s’affirmer. Détenteurs d’un titre médical et du grade d’officier, revêtus au milieu du XVIIIe siècle d’un uniforme qui les mettait sur un pied d’égalité avec les officiers des troupes et leur permettait d’imposer plus aisément traitements et expériences à des patients – qui étaient aussi leurs subalternes –, ils ont marqué d’une empreinte durable les relations médecin-malade en milieu hospitalier.

Fig. 1 : « Les hôpitaux militaires en 1708 »

Fig. 1 : « Les hôpitaux militaires en 1708 »

J. Guillermand (éd.), Histoire de la médecine aux armées, Paris, Charles Lavauzelle, 1982, t. I, De l'Antiquité à la Révolution, p. 400.

Fig. 2 : « Les hôpitaux militaires en 1781 »

Fig. 2 : « Les hôpitaux militaires en 1781 »

J. Guillermand (éd.), op. cit., t. I, p. 433.

Fig. 3 : L’hôpital militaire définitif de Montdauphin, d’après les plans établis en 1785 par les officiers du Génie de la garnison.

Fig. 3 : L’hôpital militaire définitif de Montdauphin, d’après les plans établis en 1785 par les officiers du Génie de la garnison.

SHD-DAT, dans J. Guillermand, op. cit., p. 431.

Fig. 4 : Verso du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.

Fig. 4 : Verso du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.

BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux.

Fig. 5 : Recto du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.

Fig. 5 : Recto du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.

BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux.

Capacité des hôpitaux militaires et des casernes en 1781

Lieux Nombre de lits d’hôpitaux Nombre de lits de caserne Rapport lits d’hôpitaux / lits de caserne
Alsace 2 332 4 898 1 pour 2
Béarn 105 1 620 1 pour 15
Bretagne 34 578 1 pour 17
Champagne 67 794 1 pour 11
Bourgogne 185 520 1 pour 3
Dauphiné 221 1 352 1 pour 6
Évêchés 1 791 6 221 1 pour 3
Flandres 1 121 1 434 1 pour 1,2
Hainaut 1 824 2 569 1 pour 1,3
Languedoc 80 496 1 pour 6
La Rochelle 313 690 1 pour 2,2
Lorraine 258 322 1 pour 1,2
Picardie 1 126 1 182 1 pour 1
Provence 172 308 1 pour 1,8
Roussillon 425 2 230 1 pour 5
Total 10 054 25 232 Moyenne : 1 pour 2,5

(réalisé à partir des archives de la guerre à Vincennes), dans M. Lucenet, op. cit., p. 72.

Notes

1 Othmar Keel, L’Avènement de la médecine clinique moderne en Europe 1750-1815, Montréal, Les Presses de l’Université, 2001.

2 Ibid., chap. III.

3 Pour reprendre l’expression d’O. Keel, op. cit., p. 93.

4 Ibid., p. 92.

5 Jean Guillermand (éd.), Histoire de la médecine aux armées, t. I, De l’Antiquité à la Révolution, Paris, Lavauzelle, 1982, p. 373-382.

6 BnF Imp., F-23619 (7), Actes royaux, « Édit du Roi portant création d’offices de conseillers de Sa Majesté, Médecins et Chirurgiens Inspecteurs Généraux et Majors à la suite des Armées, dans tous les Hôpitaux, Villes Frontières et anciens Regiments », de janvier 1708.

7 Élisabeth Belmas, « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital modèle, modèle d’hôpital ? », dans G. Cosmacini et G. Vigarello (éds), Il medico di fronte alla morte (secoli XVI-XXI), Turin, Fondazione Ariodante Fabretti, 2008, p. 53-77.

8 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., Préambule, p. 2.

9 Monique Lucenet, Médecine, chirurgie et armée en France au siècle des Lumières, Clichy-la-Garenne, I&D, 2006, p. 77.

10 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 2. La première région sanitaire recouvrait un « département » allant des Flandres à la Moselle ; la deuxième s’étendait de l’Allemagne et de la Moselle jusqu’à la Franche-Comté comprise ; la troisième couvrait le Dauphiné et la Provence ; la quatrième comprenait le Roussillon et la Guyenne.

11 C’est-à-dire dont l’administration était mixte, civile ou religieuse et militaire, mais qui ne recevaient que des militaires (Danièle Voldmann, Les Hôpitaux militaires dans l’espace sanitaire français, Thèse de troisième cycle, Université Paris 8, 1981, p. 49).

12 BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux, « Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires », du 2 mai 1781.

13 D. Voldmann, op. cit., p. 49.

14 M. Lucenet, op. cit., p. 65-66.

15 Ibid., p. 70-71.

16 Ibid., p. 81.

17 Ibid., p. 72.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 60.

22 Ibid., p. 61.

23 Ibid., p. 60.

24 D. Voldmann, op. cit., p. 49.

25 Gersende Piernas, « Introduction à l’histoire des hôpitaux thermaux militaires en France (XVIIIe-XIXe siècles) », dans É. Belmas et S. Nonnis-Vigilante (éds), La Santé des populations civiles et militaires : nouvelles approches et nouvelles sources hospitalières (XVIIe-XVIIIe) siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 115.

26 Ibid., p. 119-120.

27 J. Guillermand (éd.), op. cit., p. 431.

28 Le Jeune de Boulencourt, Description generale de l’Hostel Royal des Invalides établi par Louis le Grand dans la plaine de Grenelle près Paris, Paris, chez l’auteur, 1683, p. 21.

29 BnF Imp., F-5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes », du 20 décembre 1718, art. XIII, p. 3.

30 Service historique de la Défense (SHD), 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description generale de l’Hotel Royal des Invalides et de l’établissement des sœurs de la Charité, entrée le 16 febvrier 1676 pour le service des malades desdittes infirmeries, n. f.

31 BnF Imp., F-5002 (1097), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes… », du 22 novembre 1728, art. XVI, p. 4.

32 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXIII, p. 4.

33 BnF, Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XVI, p. 4.

34 BnF, Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XIV, p. 3 ; F-5002 (1097), op. cit., art. IX, p. 3.

35 Ibid., art. XIV, p. 3.

36 M. Lucenet, op. cit., p. 48.

37 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6.

38 Ibid. ; BnF Imp., F-5002 (1261), Actes royaux, « Ordonnance du 1er janvier 1747… concernant les hôpitaux militaires », art. XIV.

39 BnF Imp., F-23614 (748), Actes royaux, « Extrait de l’ordonnance du Roy, qui règle la manière dont seront fournis les lits d’hôpitaux des armées et des garnisons », du 26 février 1690, p. 1-2 ; BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXXII, p. 8 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XXIX, p. 7.

40 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Le Chancelier Imbert, de l’Université de médecine de Montpellier, inspecteur des hôpitaux militaires (Réflexions sur ce qu’il advint à la suite de deux de ses inspections) », p. 1.

41 Ibid., « Une inspection du chancelier Imbert de l’Université de médecine de Montpellier à l’hôpital militaire de Perpignan, en 1766 », p. 3-8.

42 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon 1712-1789, liasse C 1617, « Nottes des abus remarqués dans les Hôpitaux du Roussillon et mis par le Sr Imbert, Inspecteur, sous les yeux de M. le comte de Mailly, commandant et de M. de Bon, Intendant de la Province », 1771, n. f.

43 Ibid., « Procès-verbal de la visite d’inspection faite à l’hôpital militaire de Perpignan par M. Imbert, chancelier de l’université de médecine de Montpellier », 1774, n. f.

44 M. Lucenet, op. cit., p. 73.

45 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Réflexions sur ce qu’il advint à la suite de deux inspections du chancelier Imbert, de l’Université de médecine de Montpellier, aux hôpitaux militaires du Roussillon en 1771 et 1774 », p. 9-11.

46 Ibid., p. 13.

47 Jacques-René Tenon, Mémoire sur les hôpitaux de Paris [1788], dans M. Lucenet, op. cit., p. 59.

48 L’expression, qui est de J.-R. Tenon, sert de titre à l’ouvrage de Michel Foucault et al., Les Machines à guérir, Paris, Institut de l'environnement, 1976. Cf. D. Voldmann, op. cit., p. 100.

49 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit.

50 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXVI, p. 5.

51 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre Ier, art. I et II, p. 2.

52 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXVI, p. 5.

53 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre Ier, art. III et IV, p. 2-3.

54 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.

55 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.

56 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre III, art. I et II, p. 10-11.

57 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXII, p. 6 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XX, p. 5.

58 Selon la définition d’O. Keel, op. cit., p. 94-96.

59 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. I, II, III et IV, p. 1-2 ; F-5002 (1097), op. cit., art. I, II et III, p. 1.

60 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XVII, p. 4 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XI, p. 3.

61 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXIV, p. 5 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XII et XV, p. 3-4.

62 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. IX et XVI, p. 2-5 ; F-5002 (1097), op. cit., art. VII, p. 2.

63 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre IV, art. XIV, p. 16.

64 Pierre Brisseau, Méthode pour bien régler les hôpitaux, Lille, 1706, p. 4-5.

65 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. II et VI, p. 1-2 ; F-5002 (1097), op. cit., art. IV, p. 2.

66 P. Brisseau, op. cit., préface, n. p.

67 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre V, art. V et VI, p. 15.

68 Ibid.

69 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 3 et 5.

70 O. Keel, op. cit., p. 94-95.

71 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XI, p. 3.

72 Ibid., art. XI et XII, p. 3, art. XXII, p. 4, art. XXIX, p. 5.

73 Ibid., art. X et XXIX, p. 3 et 5.

74 Ibid., art. XXIV et XXV, p. 5.

75 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXVI, p. 7 ; Ibid., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p. 8.

76 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p. 8.

77 BnF Imp., art. XXV, p. 6.

78 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXXI, p. 8.

79 Ibid., art. XXVII, p. 7.

80 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXIII et XXXIV, p. 6 et 7 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XXVII, p. 7.

81 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon 1712-1789, liasse C 1617, « Nottes des abus remarqués dans les Hôpitaux du Roussillon et mis par le Sr Imbert, Inspecteur, sous les yeux de M. le comte de Mailly, commandant et de M. de Bon, Intendant de la Province », 1771, n. f.

82 Arch. mun. de Perpignan, Fonds Gadel 26 S, « Réflexions sur ce qu’il advint à la suite de deux inspections du chancelier Imbert… », op. cit., p. 15.

83 Sur ce point, voir Vincent Lemieux, Les Réseaux d’acteurs sociaux, Paris, PUF, 1999.

84 O. Keel, op. cit., p. 92.

85 BnF Imp., F-23619 (7), op. cit., p. 2.

86 Ibid., p. 3.

87 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXV, p. 7.

88 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon, 1773, registre C 122, « Gratification de 200 l. … ».

89 Ibid., 1787, liasse C 492, « Observations faites sur les maladies qui ont régné à l’hôpital militaire de Perpignan… ».

90 BnF Imp., F-5002 (1097), op. cit., art. XXVII, p. 7.

91 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXXV.

92 SHD, 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description générale…, op. cit., n. f.

93 Ibid.

94 Les hôtels-Dieu et les hôpitaux de charité participaient également à des expérimentations – Helvétius testa par exemple l’ipécacuana à l’Hôtel-Dieu de Paris –, mais d’une façon moins systématique que les hôpitaux militaires.

95 Arch. dép. des Pyrénées-Orientales, série C, Intendance du Roussillon, 1764-1768, liasse C 487, « Procès-verbaux d’assemblées et de visite des hôpitaux militaires de Perpignan et de Collioure afin de connaître les effets qu’y produisent les dragées Keyser ».

96 Ibid., 1769-1773, liasse C 489, « États et correspondance concernant la fourniture des lits militaires, des bandages, des dragées Keyser… » ; 1774-1779, liasse 490, « États et correspondance relatifs à l’envoi et l’usage des dragées Keyser, des bougies anti-vénériennes d’André… dans les hôpitaux du Roussillon ».

97 SHD, 1 Xy 10, liasse 1, layette 8, Description générale…, op. cit., n. f.

98 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XXI, p. 4 ; F-5002 (1097), op. cit., art. XVII, p. 4.

99 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre VI, art. II, p. 17.

100 BnF Imp., F-5002 (918), op. cit., art. XX, p. 4.

101 BnF Imp., F-5002 (1894), op. cit., Titre V, art. III, p. 13.

102 Ibid., Titre VI, art. XII et XIII.

103 Ibid., Titre V, art. XIV, p. 15.

104 Ibid., Titre VI, art. V, p. 18.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : « Les hôpitaux militaires en 1708 »
Crédits J. Guillermand (éd.), Histoire de la médecine aux armées, Paris, Charles Lavauzelle, 1982, t. I, De l'Antiquité à la Révolution, p. 400.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/20096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 2 : « Les hôpitaux militaires en 1781 »
Crédits J. Guillermand (éd.), op. cit., t. I, p. 433.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/20096/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 3 : L’hôpital militaire définitif de Montdauphin, d’après les plans établis en 1785 par les officiers du Génie de la garnison.
Crédits SHD-DAT, dans J. Guillermand, op. cit., p. 431.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/20096/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 4 : Verso du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.
Crédits BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/20096/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Titre Fig. 5 : Recto du « Billet d’admission dans un hôpital militaire », Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781.
Crédits BnF Imp., F-5002 (1894), Actes royaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/20096/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 520k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site