Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises

 | 
Didier Bensadon
, 
Nicolas Praquin
, 
Béatrice Touchelay

Types de comptabilité

Comptabilité des corsaires

La comptabilité des corsaires français entre Louis XIV et l’Empire

Patrick Villiers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En juin 1689, Vauban propose à Seignelay, secrétaire d’État à la Marine, d’investir dans les armements corsaires dunkerquois. Rappelons que le corsaire est un navire auxiliaire de la marine de guerre de l’État rémunéré par le produit éventuel de ses prises et de ses rançons. Il n’exerce qu’en temps de guerre et ses captures sont validées par un tribunal des prises. L’investissement corsaire est très important dès qu’un navire dépasse les 25 tonneaux et le financement cesse d’être local d’autant qu’il faut y ajouter la caution. Tout armateur se devait donc d’avoir une comptabilité car à partir de 25 tonneaux la plupart des armements corsaires nécessitent des capitaux régionaux et à partir de 100 tonneaux, des capitaux nationaux voire internationaux.

Le navire corsaire est financé par la création d’une société par parts et ultérieurement par actions. L’armateur au sens strict du terme n’existe pas. C’est un négociant qui pratique la commission, achetant ou vendant des parts et tenant l...

Auteur

Université du Littoral Côte d’Opale

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540