Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises

 | 
Didier Bensadon
, 
Nicolas Praquin
, 
Béatrice Touchelay

Types de comptabilité

Comptabilité bancaire

Les pratiques comptables des banquiers (XIXs.)

Emmanuel Prunaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le développement de la comptabilité en partie double a permis, à partir du XVIIIsiècle, une gestion aisée des comptes personnels. Si la comptabilité du négociant bordelais Gradis contenait plus de 200 comptes personnels vers 1755, celle de l’américain Hollingsworth en comporte environ 700 trois décennies plus tard (Gervais, 2011). À la même époque, les banquiers français n’ont généralement « qu’une clientèle peu nombreuse, triée sur le volet, stable et solvable » (Gille B., 1959, p. 143), la banque Récamier compte néanmoins plus de 2000 clients (Archives Banque de France 1).

Avoir un compte en banque au début du XIXsiècle

Edmond Degrange donne la définition suivante : « avoir un compte en banque, c’est y avoir des fonds et s’y faire créditer ou débiter, selon que l’on veut faire des paiements à ses créanciers, ou en recevoir de ses débiteurs en argent de banque, c’est-à-dire, en billets ou écritures de banque » (Peuchet, 1805, p. 458). En juin 1809, le règlement des comptes couran...

Auteur

EHESS – École d’Économie de Paris (PSE)

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540