Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises

 | 
Didier Bensadon
, 
Nicolas Praquin
, 
Béatrice Touchelay

Faillite

Dette

Typologie des dettes (XVIIe s.-XVIIIe s.)

Marie-Agnès Dequidt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La dette représente ce que l’on doit à un tiers, soit par un acte passé devant notaire, soit par un acte sous seing privé, soit par simple promesse verbale. Elle représente l’obligation du débiteur vis-à-vis du créancier. La dette des commerçants doit être enregistrée dans les livres ou journaux des commerçants. Leurs comptes aux XVIIe et XVIIIsiècles distinguent les dettes actives (encore appelées Actif), c’est-à-dire qu’ils possèdent ou au contraire, des dettes passives (ou Passif), qui leur sont dues. Les dettes actives peuvent elles-mêmes se subdiviser en bonnes dettes (dont le recouvrement est certain), en dettes douteuses (dont le recouvrement est incertain) ou encore en dettes caduques (regardées comme perdues). Dans Le Parfait Négociant (1675), Savary indique que les livres doivent inclure dans la partie débit, à l’actif : 1/ les immeubles, 2/ l’argent comptant et la vaisselle d’argent, 3/ les meubles meublants, 4/ les bonnes dettes avec écrits les justifiant, 5/ les autre...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540