Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises

 | 
Didier Bensadon
, 
Nicolas Praquin
, 
Béatrice Touchelay

Concepts comptables

Inventaire

Inventaires extra-comptable et comptable (XVIIe s.-XXe s.)

Luc Marco

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mot inventaire est entré dans la langue française en 1313 à partir du latin juridique inventarium, lui-même dérivé du verbe invenire, qui signifiait trouver. Au départ le mot désignait le dénombrement écrit des biens d’une personne. L’action de dresser un inventaire s’appela « inventorier » en 1367. Trois siècles plus tard, en 1636, le mot passa à la comptabilité pour décrire l’évaluation des marchandises d’un commerçant qui voulait connaître son état de pertes et profits.

L’ordonnance de Louis XIV sur le commerce de mars 1673 stipule, dans son article VIII du titre III (Des Livres & Registres des Négocians, Marchands, & Banquiers) que « Seront aussi tenus tous les marchands de faire dans le même délai de six mois, inventaire sous leur seing de tous leurs effets mobiliers et immobiliers, et de leurs dettes actives et passives, lequel sera recollé et renouvelé de deux ans en deux ans. » Les inventaires ne pourront être requis en justice qu’en trois cas : succession, communauté, et ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540