Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guide des Humanités environnementales

 | 
Aurélie Choné
, 
Isabelle Hajek
, 
Philippe Hamman

Partie 1 : Comment penser la nature ?

Ethnoscience

Une définition de l’ethnoscience. Approche historique et épistémologique

Pierre Le Roux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Approche historique

Le terme ethnobotany fut créé en 1895 par John William Harshberger, de l’Université de Pennsylvanie. D’après Serge Bahuchet (2011, p. 2), c’est dans la conclusion de son livre L’Homme et les plantes cultivées (avec Louis Hédin, 1987 [1943], p. 203) qu’André-Georges Haudricourt crée son équivalent français : « ethnobotanique ». Les précurseurs des recherches en ethnobotanique furent anglo-saxons, comme le botaniste britannique Isaac Henry Burkill, qui publia en 1935 son chef-d’œuvre A Dictionary of the Economic Products of the Malay Peninsula, certes traitant principalement de botanique, géographie et agronomie, mais avec une dimension économique et ethnologique originale pour son époque, même si la raison de cet intérêt est coloniale en vue de l’exploitation du milieu.

L’approche ethnoscientifique en France, alors concentrée sur la seule ethnobotanique, a débuté en 1912 avec la création au Muséum national d’histoire naturelle de Paris du « Laboratoire de production...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540