Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guide des Humanités environnementales

 | 
Aurélie Choné
, 
Isabelle Hajek
, 
Philippe Hamman

Partie 1 : Comment penser la nature ?

Écocritique

Emmanuelle Peraldo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Origines et définitions de l’écocritique

On considère couramment que le mouvement environnementaliste a débuté dans les années 1960, mais ce n’est qu’au début des années 1990 que le champ émergent dans les études littéraires et culturelles qu’est l’écocritique s’est développé. Le terme « écocritique » serait cependant apparu à la fin des années 1970 (dans un article de William Rueckert publié en 1978 et intitulé « Literature and Ecology : An Experiment in Ecocriticism »), et l’on trouve des antécédents proto-écocritiques chez Raymond Williams, The Country and the City (1973), ou encore bien plus tôt chez Norman Foerster, Nature in American Literature (1923).

L’écocritique est à la fois une méthode critique et un discours éthique, et elle se présente comme un point de convergence entre les arts et les sciences. Elle est définie comme l’étude du « lien entre la conscience environnementale et l’esthétique littéraire » (Blanc, Pughe, Chartier, 2008), du lien que la littérature et les arts...

Auteur

Maître de conférences en littérature britannique du XVIIIe siècle à la Faculté des langues de l’université Jean Moulin Lyon 3, et chercheure au laboratoire IETT (Institut d’études transtextuelles et transculturelles, EA 4186)

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540